Réflexion de Vie d’Andro-AdoJeunoScience® – 7

 

 

                                  Mener, le Jeune Homme, à faire Sens, à sa Mission de Vie !

 

 

C O A C H – C O N S E I L   /   C O A C H I N G   D E   V I E

A D O L E S C E N T S   /   J E U N E S   M A S C U L I N S

L Y C É E N S   /   É T U D I A N T S   /   A C T I F S

 

 

– Yves REMY, Dr

 

 

Coach de Vie AndroJeunoConseiller

Spécialiste AndroJeunesse-AndroÉducation

Consultant Institutionnel & Politique AdoJeunes

 

Docteur en Sciences Humaines et Sociales, Paris

(PsychoSociologie du Développement de l’AdoJuvénilité)

Certifié Acec / Coaching Personnel (Ados / Jeunes), Paris

 

 

Mentoring Andro15-24

 

Booster, la Confiance

Des Jeunes XY  !

 

 

Cabinet

 

Andro-AdoJeunologie®

 

PARIS 16 / Foch

 

 

Andro-AdoJeunoConseil15-24.Org

 

 

> L’Expertise de la Masculinité AdoJuvénile

Confiance en Soi / Motivation / Stress

Coaching de Vie Cognitif / Émotionnel / Comportemental

 

 

L’Andro-AdoJeunoConseil® permet, à tout jeune homme, de 1524 ans, de croire, en soi, se motiver, s’apaiser

Accompagnement spécifique, en réalisation, de soi, andro-adoJuvénile, pour se dépasser, devenir meilleur, s’épanouir.

En programme andro-adoJeunologique méthodique, adapté : écrit, directif, interactif, structuré.

Par études de cas, exercices, entraînements pratiques. En apprentissages, d’andro-adoJeunoCoaching de vie : formatifs, consultatifs, décisionnaires.

 

 

YR/c – 7 rue Marbeau, 75116 Paris, Foch, France, UE

 

SecteurPl. de l’Étoile – Av. Foch

Neuilly-sur-Seine – Av. de la Grande-Armée

 

T. 33 1 45 65 96 22 – M. 33 6 64 94 13 29

– Contact Internet –

 

 

>> Mémento d’AndroJeunoCoaching de Vie

 

 

Préambule   AndroJeunologue®   AndroJeunologie®   Expertise   Évaluation

Travaux   AndroJeune   AndroJeunoScience®-7   AndroJeunoConseil®   Cabinet

 

 

> Junior / Adolescent XY, Cible du Coaching de Vie d’AndroAdoJeunesse

 

Le junior mâle, en coaching de vie, est la cible, de l’Andro-AdoJeunoScience®, en son essence. En une approche théorique, d’étude & pratique, de conseil.

 

 

« Si belle, qu’ait été, une vie, il y a, toujours, un immense écart
Entre l’existence, qu’avait rêvée, l’adolescent
Et, celle, qu’a connue, l’homme »

 

A. Maurois

Écrivain, France, 1885-1967

 

Lettres à l’Inconnue

Œuvre littéraire, France, 1953, 1956

 

 

<   1   2   3   4   5   6   7   8   9   >

 

 

– ANDRO-ADOJEUNOCOACHING DE VIE –

EN BREF

 

 

Yves REMY est Docteur des Universités. (PsychoSociologie adoJuvénile). Certifié Acec / Coaching personnel. (Ados / jeunes). Consultant institutionnel Éducation-Jeunesse, coach / conseiller de vie, du junior, uniquement, garçon. Andro-adoJeunologue®, concepteur et, théoricien-praticien, de l’Andro-AdoJeunologie®. En trois décennies, il a acquis, une maîtrise, de formation et d’exercice, d’excellence. En une double approche, théorique et pratique.

 

Andro-AdoJeunoScience®, étude, compréhension globales, transversales, pluridisciplinaires, de l’andro-adoJuvénilité. Andro-AdoJeunoConseil®, coaching / conseil de vie holistique, innovant, des adolescents / jeunes. Spécialement, du genre masculin. Expertise d’intervention, plus spécifique, du manque, d’estime, de confiance, d’affirmation, de soi, des jeunes hommes.

 

Yves REMY, Dr a créé, à Paris, l’unique cabinet privé, en France, de coaching / conseil de vie andro-adoJeunologique, personnel, intégral et, performant. Des 15-24 ans XY, à titre exclusif, spécialiste, des seules particulières problématiques et, questions adoJuvéniles masculines. Coaching de vie cognitif, émotionnel, comportemental, en réalisation, de soi, du junior mâle.

 

 

– ANDRO-ADOJEUNOCOACHING DE VIE –

L’ESSENTIEL

 

 

>> Andro-adoJeunologue®

Un coach de vie masculin, pour renforcer, les seuls jeunes XY

 

>> Andro-AdoJeunologie®

Une approche, un protocole d’intervention inédits / décisifs

 

>> Expertise d’Andro-AdoJeunoCoaching

Des indications d’accompagnement idoines / adaptées

 

>> Évaluations de Suivis d’Andro-AdoJeunoPratique

Des situations et, résultats significatifs / optimisés

 

>> Travaux d’Andro-AdoJeunoConsulting

Un procédé méthodique d’excellence / rigoureux

 

>> Andro-AdoJeunoScience®

Une maîtrise solide / globale, des réalités (andro)adoJuvéniles

 

>> Andro-AdoJeunoConseil®

Un coaching de vie androJeunologique complet / sur-mesure

 

 

– Yves REMY, Dr

 

 

DOCTEUR DES UNIVERSITÉS

 

Consultant Institutionnel & Politique Éducation-Jeunesse

Coach / Conseiller de Vie des Jeunes Hommes

Expert Confiance en Soi Andro-AdoJuvénile

 

Depuis, Vingt-Cinq Ans

 

 

ANDRO-ADOJEUNOCONSEIL®

 

 

C’est Bien

Vous Êtes Un Homme

Pour Les Garçons !

 

Formulation, de nombreux praticiens, de santé et autres, à l’égard, de l’expert andro-adoJeunologue®, Yves REMY, Dr. Lui adressant, en coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®, des jeunes hommes.

 

 

ÉPILOGUE

 

 

Crise, d’adolescence : en réalité, le seul moment, où l’homme
Ayant mesuré, son destin
Est tenté, d’aller, jusqu’au bout, de ses pensées

 

P. Turgeon

Écrivain, Canada, 1947-

 

Faire sa mort, comme faire l’amour

Œuvre littéraire historique, Canada, 1969

 

 

« Rien, de ce, en quoi, l’humanité a cru, n’a réussi, à triompher, de la souffrance. Ni, la science, l’instruction, la machine, les progrès, les libertés, la victoire, l’information, la coopération, l’émancipation, la production. Ni, l’empire, la royauté, la révolution, la démocratie, le socialisme, la religion, n’ont donné, aux hommes, l’harmonie et, le bonheur ».

(A. Desjardins, auteur spiritualiste français, 1925-2011, Les Chemins de la sagesse, essai, de philosophie morale, France, 1968-1972, 2003)1095.

 

« La jeunesse […] est un état d’esprit, un effet, de la volonté, une qualité, de l’imagination, une intensité émotive. Une victoire, du courage, sur la timidité, du goût, de l’aventure, sur l’amour, du confort. […]. Jeune, est celui, qui s’étonne et, s’émerveille. Il demande, comme, l’enfant insatiable : « Et, après » ? Il défie, les événements, trouve, de la joie, au jeu, de la vie. Vous êtes, aussi jeune, que votre foi. […]. Aussi jeune, que votre confiance, en vous-même. Aussi jeune, que votre espoir. […]. Vous resterez jeune, tant, que vous resterez réceptif. Réceptif, à ce qui est beau, bon, grand. Réceptif, aux messages, de la nature, de l’homme et, de l’infini. […] ».

(D. MacArthur, officier général, États-Unis, 1880-1964, texte, de 1945).

 

Depuis, un demi-siècle, particulièrement, notre société occidentale réussit, un fantastique, tour de force. Celui, de « pervertir », sa jeunesse, la désespérer, la perdre, en les bas-fonds, de la vacuité et, de l’ « agueusie ». Celles, des pires, tourments psychiques, moraux, spirituels. Au lieu, d’être modèles, guides, combattants, inspirateurs, de sagesse, droiture, d’espérance, les humains ont inoculé, à leur descendance, le mortifère poison, du doute. Du désespoir, laisser-aller, de l’amoralité, les plus poignants, répulsifs, possibles. Ainsi, nos envahisseurs européens, apportaient-ils, aux colonisés, du Nouveau Monde, de graves maladies.

 

Comme, la variole, le typhus, le choléra, contre, lesquelles, ils n’étaient pas immunisés, ce qui les tuait. Notre société, de fausses valeurs, a, totalement, « massacré », les idéaux, de noblesse, générosité, dignité, de l’adojeunesse. Le « civilisé », a laissé pleine place, au « barbare ». La perversion, la plus malsaine, infeste, de fulminante façon, tous les esprits. Que pouvons-nous, observer, en nos métropoles, d’Occident, chaque, samedi soir ? Juvéniles hordes, des plus alcoolisées, droguées, débraillées, avilies, en leur « pitoyable avachissement », ne s’amusant même, nullement. Une jeunesse, qui s’ennuie, souffre, d’un abyssal vide, existentiel et axiologique, comme, jamais, en l’Histoire. « Réduite, à s’abrutir, s’étourdir, se donner, l’illusion, d’exister, d’être heureuse ».

 

Ne prenant, en outre, nul plaisir, à son anéantissement. Ces jeunes avouent, spontanément, non pas, même, vouloir, « faire la fête », mais, « oublier », leur pauvre misère, métaphysique, existentielle. S’abîmant, en leur physique, psychique, morale autodestruction. Notre jeunesse ne croit plus, en rien, ni en elle-même, ni en autrui, ni en la et, sa vie. Elle est « éteinte », comme, désertée, de l’intérieur, privée, de transcendante étincelle. Elle n’attend, n’espère ni, n’aspire, même plus, à rien. Le groupe musical, de rock français, Téléphone (1976-1986), clame : « Je rêvais, d’un autre monde, Où, la Terre, serait ronde, Où, la Lune, serait blonde, Et, la vie, serait féconde. […]. Je rêvais, d’une autre Terre, Qui resterait, un mystère, Une Terre, moins, terre à terre, Où, je voulais, tout foutre, en l’air. […] ». (Téléphone, Un autre monde, album / chanson, France, 1984)1096. De même, à l’unisson, ces jeunes, sont-ils désemparés et, désappointés, en un glacial univers, qu’ils pensaient, plus clément. La juvénilité était porteuse, d’idéal et, de désir, d’ « autre chose ». De force, rages, d’envie, de plaisir et, désirs, de vivre, à toute vitesse, en projection, en l’avenir. Elle n’est plus, qu’une « sinistre ombre fantomatique », défigurée, triste, résignée et, « déjà, défaite ».

 

La jeunesse est « morte », car elle s’est résolue, au pire. Alors, que son originel sceau avait, toujours, été, d’espérer, le meilleur. Cette génération, « en loques », est détruite, par l’incoercible « bassesse, du monde ». Rendue, « inodore, incolore, sans saveur, sourde, aveugle, muette, insensible ». Devenue, sans visage et, « vide enveloppe ». Son humanité fracassée, lui a été arrachée. Son masque moral, est celui, de l’errance, des damnés déshérités, de cette planète. Tels, que les décrits, F. Fanon, (Psychiatre, écrivain, France, 1925-1961), à propos, des peuples colonisés, opprimés.

(Les Damnés de la terre, essai engagé, France, 1961)1097.

 

Le devoir premier, des adultes, n’est pas d’abaisser ni, de stigmatiser ni, d’avilir les jeunes. Or, de leur faire prendre conscience, de ce qu’il y a, de « beau, grand et, fort », en eux. La mentalité nationale, « anti-éducative », ne peut, hélas, que mener, au premier comportement. Ce qui explique, que notre descendance, soit l’une, des plus frileuses, renfrognées, inquiètes, d’Occident. Non, guidée, par l’audace, l’assurance, l’espérance, mais, par la peur, la plus paralysante. Du fait, d’une société humaine défiante, hostile, indigne, de sa prééminence aînée, en sa forfaiture. Or, quels enthousiasmes, espérances, créativité, élans, qualités, réalisations juvéniles, les plus fous !

 

Quand, il est donné, à cette même jeunesse, l’occasion, de se transcender, d’aller, au-delà, d’elle-même ! Les jeunes français « se portent et, se sentent, moins bien », en France, que la « moyenne », de leurs semblables, des autres nations, d’Occident, chez eux. Plus, de suicides, tentatives, pensées suicidaires, plus, de souffrances psychiques, d’addictions. De violences, de toutes sortes, d’accidents, d’échecs scolaires et, autres. Plus, de chômage, d’exclusions et, moins, d’intégration, de considération, réussite, d’épanouissement… En un mot, plus, de mal-être, qu’ailleurs, moins, de plénitude.

 

Cela, est dû, au fait, que notre société, va encore, plus mal, moins bien, que d’autres. Cela, détruit, très insidieusement, notre adojuvénilité, tel, un lent poison mortel, sans antidote. Nous sommes, rappelons-le, l’une, des nations occidentales, qui consomme, le plus, de médicaments psychotropes, de consultations « psy » ou, d’alcool. Qui connaît, quasiment encore, le plus, d’accidents, de la route, a le plus grand nombre, d’animaux domestiques – béquilles psychologiques. L’un, des plus forts taux, de chômage et, importants déficits budgétaires, commerciaux et, des comptes sociaux, marasmes sociétaux. L’une, des plus faibles croissances économiques… L’ « effroyable litanie », se fait, des plus interminables !

 

Cette « gigantesque faillite collective », est la toute première cause, de la « lente, mise à mort morale », de notre néogénération. Seulement, perçue, telle, « supplétive porteuse d’eau », des adultes. L’oppressive loi barbare, du plus fort, s’applique, contre, le plus faible. En violation, de l’humaniste règle, d’absolu respect, de l’autre, quel, qu’il soit. Quels, que soient, ses attributs, de pouvoir, puissance, sa vulnérabilité. À tous points de vue, notre pays s’égare, s’obstine, à vouloir l’ignorer. S’enferme, en ses vieux maux toxiques, en « fossilisation », sans fin, rejette, tout remède adapté. Se complaît, en verrouillages mentaux, les plus obtus, rend impossible, tout progrès, qu’il réfute, par principe et, par avance. Il condamne, ainsi, toute sa jeunesse, aux désespérances, sans fond. Notre société promeut une culture, axée, sur l’implicite et, non, sur l’explicite, contrairement, à d’autres. Cela, génère, maints blocages, impostures, malentendus, incompréhensions, de type « autistique ». Le culte, la culture, des pires mensonges, tabous1098. Nos jeunes sont alors, frappés, d’ « acédie morale ». Dure réalité, d’affliction et, de marasme, morbide, mortifère. De mélancolie, découragement, dégoût, désolation et, désenchantement.

 

Les risques, de régressions, l’emportent, très massivement, sur les espoirs, d’avancées. Un étudiant, même brillant, de 1990, a bien plus, de chances, d’être Sdf, sans domicile fixe, à la rue, vingt ans plus tard, en 2010, qu’un étudiant, de 1970, en 1990. Cet exemple malheureux, inacceptable, que nous citons, est hélas, un cas, bien réel ! Le malheur juvénile provient, du fait, que les adultes, eux-mêmes, sont, de plus en plus, fragilisés, en crise. Ils sont noyés, en leurs propres difficultés professionnelles, sociales, familiales, affectives et, personnelles… La « crise », de l’adultisme, est plus ravageuse encore, que celle, de l’adojeunesse.

 

Les jeunes ne peuvent plus s’appuyer, sur de « solides adultes ». Cela, est la cause première, de leur fatal collapsus. La difficulté, de la jeunesse, est la tentation, du laisser-aller, par envie, de « souffler, un peu », après, les très durs, exigeants, apprentissages, de l’enfance. Alors, qu’il s’agit, d’une phase de vie, où, tout, se décide, pour l’avenir, pendant laquelle, il est nécessaire, de mettre en œuvre, le maximum, d’efforts, d’acquisitions. Pour réussir, sa vie présente, de junior et, future, d’adulte. Le tout, en un contexte éducatif déprimé. En lequel, l’éducateur adulte, quel, qu’il soit, n’est plus toujours, capable, d’assurer, « valablement », sa pleine mission pédagogique.

 

Les jeunes sont dépourvus, des fondamentales règles structurantes, de vie. Car, celles-ci, ne leur ont jamais, été transmises. Sinon, imparfaitement ou, en un contenu, si toxique, qu’elles ne leur sont, d’aucune utilité ou, leur sont nocives ! Au printemps 2008, notre pays « célèbre », le quarantième anniversaire, de la « grande révolte adojuvénile, de Mai-68 ». Pour l’occasion, le magazine français, d’information, Marianne, consacre, un dossier, à la néogénération actuelle, intitulé : Vivre ?… Pour faire quoi ? La grande déprime, des 15-25 ans1099. Il y est cité, en exorde symptomatique, du désarroi, de notre jeunesse, le film, Baccalauréat, projeté, au lycée parisien, Buffon, début 2008. Son jeune réalisateur, de dix-huit ans, M. Gicquel, y a été élève, de terminale S, option cinéma. Il met en scène, cinq juniors, candidats, à l’examen.

 

« Le premier, en retard, se fait écraser, en traversant, la rue. La deuxième, qui en a « marre », de ses parents, se scarifie alors, pour tenter, de les impressionner, mais, elle se rate, se taille une veine, meurt. Le troisième, pessimiste, sur l’état, du monde, boycotte, une épreuve, qu’il juge, vaine, inutile. La quatrième, fait une overdose, d’antidépresseurs ! Une fois, devant la salle, la cinquième, décide, de ne pas y entrer, par solidarité, avec les autres ».

 

En son rapport spécial, 2007 : « Adolescents en souffrance – Plaidoyer, pour une véritable prise en charge », la défenseure des Enfants, D. Versini, s’exprime. À propos, du mal-être, de l’adojeunesse française : « Cela, n’est pas, un problème, de santé publique, mais, un malaise sociétal ». Faute, d’existence reconnue, ces « malheureux jeunes », se sabordent, par l’autodestruction. Sous toutes ses formes, de la plus anodine, à la plus grave, soit, la mort. L’on s’étourdit, jusqu’à la transe, pour survivre et, supporter, un désespérant quotidien, bouché. La néogénération se vit, se ressent, se voit considérée, comme, une « sous-jeunesse ». Issue, d’un « sous-passé », liée, à un « sous-présent », vouée, à un « sous-avenir ». Comme, sous l’Ancien Régime français (1589-1789), sauf, pour une fort infime minorité. Pour ces juniors, « le futur n’existe pas ». Il leur semble bien, que rien, de plus, que l’affreuse grisaille, de leur présent, ne sera jamais plus, possible, pour eux-mêmes.

 

Alors, ils fuient, dans la multiforme irréalité, de la virtualité, du cyberespace, mais, aussi, des psychédéliques addictions. Ils se cherchent, sans jamais, se trouver et, se rejoindre, ni eux-mêmes ni, autrui. Les solitudes adojuvéniles se densifient, dramatiquement. Les adolescents envient, l’adojeunesse passée, de leurs ascendants. Un comble, si l’on considère, que pour les jeunesses antérieures, l’inverse prévalait. Le passé parental, servant, de « repoussoir » et, de « répulsif » contre-modèle. Nos juniors se sentent perdus, cernés, en un monde hostile, sans issue. Leur crise, de confiance, aiguë, généralisée, confine, à la paranoïa.

 

Les jeunes ne croient plus, en rien, eux-mêmes, autrui, l’existence. Il s’agit, d’une génération, sans illusions, aucunes, désabusée, avant même, que d’entrer, en la vie. À ses yeux, seuls, ses pairs, des meilleures Grandes écoles, de commerce ou, d’ingénieurs, lui semblent promis, à un réel avenir. Soit, un petit millième, de son groupe d’âge, tout au plus ! Les adultes, notamment, les enseignants, la découragent, sans cesse. Cela explique, sa si forte angoisse, de l’inconnu, des risques, son opposition, aux changements, aux réformes. De même, que « le mort, saisit le vif », cette cohorte s’abîme, se fracasse, en ses morbides, macabres, pathologiques, effrois. (Remy, 2008).

 

Notamment, par le désastreux abandon, d’adultes Baby-Boomers irresponsables, indifférents, absents. Lesquels, imaginent, à tort, que la gratification matérielle, le laxisme, la démagogie, tiennent lieu, d’éducation. Ces adultes, eux-mêmes, sont souvent, immatures, inconséquents et, insignifiants. « Il n’y a plus, de jeunesse, car il n’y a plus, d’adultisme » ! Tous les milieux sociaux sont, sans exception, concernés, à des degrés, natures, divers, des plus défavorisés, aux plus opulents. Ces adojeunes sont réduits, à un état, d’hébétude intérieure, d’écrasement moral, de métaphysique ahurissement, sans précédent. Ils souffrent fort, de l’individualisme égotiste ravageur, de la société, le cultivent, eux-mêmes, pour leur plus grand malheur. Tant, cela, leur semble encore, préférable, à un collectif, communautaire, destin abrutissant, auquel, ils ne peuvent et, ne veulent, plus guère, croire. La « faillite morale », du monde, les abasourdit, avec tant, de force, qu’ils ont pitié, de leurs aînés, quasi « flétris, déshonorés ». Ils en viennent, à éprouver, grand mépris, « force dégoût », à leur endroit. Or, ce terrible naufrage, individuel et commun, les tétanise, évidemment, bien plus, qu’il ne peut, véritablement, les transcender.

 

En mal-être, saturés, de violences, d’agressivités extérieures, même, en les plus beaux, des quartiers, les jeunes s’en imprègnent. Saoulés, d’excitations technologiques plurisensorielles, permanentes. Ces juniors ne sont surgratifiés, que par le matériel. Lequel, assoit, le règne, du caprice, de la versatilité, l’abêtissement et, la pusillanimité. Cette génération est sommée, de réussir, à tout prix, sans, qu’elle ne soit, le moins, du monde, en mesure, de le faire. Faute, de suffisante préparation, de moyens adéquats, d’avenir ouvert. En une sorte, de « fol paradoxe, d’oxymorique schizophrénie ». Car, le sens, de l’effort, la ténacité, du sacrifice, ne lui est pas transmis. Cela, est quasi, « impossible mission », pour l’adojunior, que l’on envoie, ainsi, fort délibérément, à sa perte. Les jeunes contemporains sont dépourvus, d’envies, de plaisirs et, désirs vrais, à un âge normal, de maximales appétences. Tant, le sentiment accru, du malheur, vrille les consciences adojuvéniles. Tant, ils sont « saturés », en l’indifférence blasée, du pire « tout matériel », sauf, de l’essentiel moral. Ils en sont donc, les « enchaînés esclaves, vendus, achetés, ostracisés ». Ils sont fort désorientés, faute, de vraies priorités, d’avenir, clairement, définies et, cohérentes1100.

 

Leurs hédonistes aînés, issus, de la « culture soixante-huitarde », se sont bien gardés, de les préparer, à affronter, la moindre difficulté, frustration, contrariété. Alors, nombre, de ces jeunes « anoxiques, lamentablement, se cyanosent », face, au moindre aléa, de la vie ! Ayant été, des enfants choyés et, surdésirés, survalorisés et, surprotégés, par leur famille. Ils ne comprennent pas, devenus, adolescents, jeunes, que leur société, ne les adule, pas plus ou, autant, qu’en leur enfantin passé. Que, partout, la loi, du plus fort, non, du plus méritant, légitime et, arase, tout. Souvent, même, ils exigent trop, « tout et, son contraire, tout de suite ».

 

Sachant, pourtant, pertinemment, ne pas en avoir, ni le droit ni, le mérite ou, le croyant, bien à tort. Avec, toute la flamboyante superbe, excessive, que peut volontiers, cultiver, l’incandescence, de l’étincelante jeunesse1101 ! La société entière s’effondre, alors, sur elle-même et, s’étouffe, en ses sinistres craquements. Car, les modes de vie, d’être, sont devenus, très inhumains et, même, « infra-humains ». Selon, la juste et, terrible expression, du prélat brésilien, H. Camara (1909-1999). Désastreux, extravagants mépris, indifférence, instrumentalisations, de l’être, pourtant, supposé « humain »1102. En société, qui « étouffe, de ses bassesses » !

 

Une grave crise économique, sociale, morale, culturelle, humaine, frappe donc, nos sociétés occidentales, depuis, quarante ans. Elle a eu raison, de l’équilibre, d’esprits, devenus, insanes, désaxés. Les « féodalités nationales » archaïques, d’Ancien Régime, (France, 1589-1789), sont plus vivaces, que jamais. Avec, une « ultraminorité oligarchique, ploutocratique », toujours, la même, monopolisant, l’essentiel, des pouvoirs, comme, des richesses. Des masses laborieuses exclues, « en déroute », dont, la plupart, des jeunes. Ces juniors « cabossés », véritable Tiers-État, Quart-Monde, de notre société, sont inachevés, déresponsabilisés, plus longtemps, que jadis. Par leur marginalisation et, la déshérence, qui les désorientent et, les désarçonnent. Le « corps, l’esprit, l’âme, le cœur », de ces jeunes, souffrent, de façon, plus ou, moins, silencieuse. Ils ont le sens, du « grand, du bien, du beau, du juste, du vrai ». Pourtant, ils se découragent car, autrefois, l’effort, le mérite, le travail acharné, pouvaient paraître, presque, à coup sûr, tels, gages, de grand accomplissement1103. Ainsi, en nos établissements scolaires, d’excellence, du passé. Comme, le célèbre collège jésuite, de la rue de Vaugirard, à Paris. (France, 1852-1901).

 

Ils savent pertinemment, aujourd’hui, dans le contexte général défavorable, qui prévaut, que même, en luttant, « de toutes forces », le succès, ne leur est pas assuré, pour autant. Cela, les démobilise, démoralise et, les fait douter, d’eux-mêmes, des autres, de la vie. Ils n’attendent, nulle, « parousie ». Ils sont emprisonnés, en un mystificateur labyrinthe, sans fin, dont, la sortie, se fait introuvable. La vertu devient l’exception, le vice, la règle, des plus hautes sphères, aux plus basses. L’amoralité, des bas-fonds, est érigée, en modèle, d’intelligence, de réussite. La droiture, tournée, en dérision, est assimilée, à la « naïveté, des idiots ».

 

Ainsi, se bâtit, la putride société, des voyous, criminels, de tous acabits, sans foi ni, loi. Quand, la dérisoire fin, justifie, à n’importe quel prix déloyal, les illusoires moyens. Ainsi, s’enseigne, notre mortifiée jeunesse, en futurs humains « dégénérés ». L’exemplarité, des dirigeants et, des adultes, à l’égard, des gouvernés, des jeunes, a été occise, par le dévoiement, la perversion généralisés, de tout et, tous. Y compris, de fort ridicules vieillards, s’accrochant, désespérément, à leurs pathétiques prébendes, petits pouvoirs. Chez qui, la sagesse attendue, a été remplacée, par les égoïsmes, matérialismes, les plus abjects. Indignes, à l’égard, des cadets, tant, ils ont failli, sont déchus.

 

Aux approches, de la mort, en dépit, d’une existence, de plus en plus, longue, beaucoup, n’ont rien appris, rien compris, rien oublié. Comme, il était dit, des aristocrates français émigrés, de l’Ancien Régime, de retour, d’exil, après, la Révolution, le Consulat, l’Empire, (France, 1789-1815), sous la Restauration, (France, 1815-1830). Au lieu, de s’emplir, de paix et, sérénité, se préparer, avec élévation, à quitter, ce monde, ces gérontes s’acharnent, à concourir. Comme, lors, de leur défunte splendeur, périmée, depuis, des lustres ! Ils ne veulent laisser place, aux suivants, sont un aversif contre-modèle, pour l’adojeunesse.

 

Au lieu, de lui offrir, une exemplarité, dont, ils sont, bien incapables. En une « ignominieuse société, décomposée », l’adojuvénilité « trépasse » ! Elle s’étrangle, dans les garrots, d’une outrecuidante, cuistre société, qui n’a plus, ni honneur, ni dignité, ni noblesse. L’empêche, de se projeter, vers un avenir, son devenir, l’étouffant, dans les supplices, d’une immanente faiblesse. En lieu et place, d’une « transcendance », qui la hisse, au-dessus, d’elle- même. Ainsi, les misérables autocontentements minuscules, du court terme, de l’immédiat et, l’instantané, l’emportent-ils, sur les significatifs « fondamentaux », du très salvateur, long terme.

 

Le moyen terme, lui-même, a implosé. Le « delirium tremens », qui atteint, nos juniors, en véritable, « danse endiablée, de saint-Guy », n’est pas, de leur fait, mais, celui, de leurs milieux de vie. Il ne s’agit pas, d’un « cancer, suppôt », de l’intérieur, mais, d’un « ennemi », venu, de l’extérieur, qui les ronge, en leur tréfonds. Les pubertaires, postpubertaires perturbations, ne jouent, qu’un rôle second, même, si elles ne sont jamais, négligeables. Elles n’expliquent pas tout, à elles seules, ne font nullement, oublier, les « lâches abdications », des aînés. Quand, les jeunes sont décrétés, « malfaiteurs, de l’humanité ».

 

À l’égard, de ces juniors exclus, véritables « having not », les adultes installés « having », feraient bien, de se remémorer, le sage Lao-Tseu. (Chine, v. 450-350 av. J.-C.). Que celui, qui aspire, à « se grandir », se doit, au préalable, de cultiver, l’humilité ! En un retentissant, éditorial prémonitoire, demeuré, en toutes les mémoires, P. Viansson-Ponté, (Journaliste, France, 1920-1979), titre, dans le journal, Le Monde, du 15 mars 1968 : Quand, la France s’ennuie… Un demi-siècle, plus tard, notre jeunesse « se morfond », autant ! Faute, d’ouvertures, lui permettant, de s’épanouir, prospérer, participer, à l’essentiel, de la vie, de son existence. Surtout, elle a désormais, peur, se noie, en son pire malaise moral.

 

Le pays est plus « enkysté », que jamais, en ses blocages mentaux, sociétaux. Pour le plus grand malheur, de sa descendance « immolée ». La cruelle leçon, du pire désastre national, au printemps 1940, n’a guère, été retenue ! Cette jeunesse bannie, flétrie, se voit faussement, gratifier, de fort nombreux « hochets et, autres vains colifichets », sans valeur véritable, quand, l’essentiel, lui est refusé ! Comme, les conquistadors, d’autrefois, offraient, de la verroterie, de pacotille, aux peuples indigènes. Pour « acheter », en « monnaie de singe », leur réduction, en esclavage. En sa dure « construction », en marche, l’adojeune est d’abord, préoccupé, par son ego inachevé, incertain, fragile. Il requiert, que ses semblables et, les adultes, se comportent et, agissent, essentiellement, en fonction, de lui-même, pour l’aider, à « grandir ». Par essence, l’adulte accompli se doit, quant à lui, d’exister, avant tout, pour autrui. Surtout, les nouvelles générations, non, à son exclusif service personnel. Il se doit, d’éclairer, sa descendance, pour qu’elle soit, à son tour, en mesure, de parvenir, à l’adultisme. Or, ce supposé adulte a, de plus en plus, tendance, à ne s’occuper, que de lui-même, de façon, adolescente, autocentrée.

 

Ce qui brouille, les rapports, entre générations, cause, la perte, de l’adojeunesse. Une société dépressive, immature, égoïste, ne peut, en aucun cas, d’aucune façon, faire mûrir, épanouir, ses juniors ! Les jeunes réfutent, leur enfermement, de « savants macaques encagés ». Leur terrible état, de « simiesques marionnettes », tantôt, désarticulées, tantôt, manipulées. Ils ne supportent plus, que leurs adolescentes vertus avérées, soient dénaturées, salies, travesties. Par les devanciers teigneux, en pires, sulfureuses turpitudes néogénérationnelles, supposées. Tandis, qu’eux, aînés, faux prophètes, de carnaval, tendent, à toujours, masquer, leurs propres frasques.

 

Les transmuter, en factices « tables, de la loi », irréprochables, les ériger, en modèle admirable. Alors que, dans le même temps, aussi, les vraies transmissions psychoéducatives, indispensables, fondamentales, font défaut. La jeunesse ne veut plus goûter, cette mauvaise « commedia dell’arte » tragi-comique, rire, de ces « navrants enfantillages », si « grotesques tartuferies ». Car elle sait, que cette méchante farce, cette immonde mascarade, imbuvable « soupe, à la grimace », ne sont, que fort laides palinodies. Jouées, sur le mode parodique, de l’ « opéra bouffe, la pantomime, la plus grinçante », à son seul et, exclusif désavantage.

 

Elle attend, aspire, de la part, de sa société, à autrement, de véritables responsabilités, plus « miséricordieuses ». Moins, de « lâches fourberies ». Les humains sortent totalement, de leurs prérogatives, quand, ils prétendent, se mettre, en vive concurrence directe, avec leurs propres enfants. Pour nourrir, leur mythique fiction naïve, de l’ « éternelle jeunesse », n’acceptant pas, de vieillir. « Envieux », de la printanière vitalité, de leurs rejetons, « rancis », en leur automne. Quand, les jeunes seront, en leur été, leurs aînés, en leur hiver, les choses ne pourront guère, « aller mieux ». Faute, de réelle pacification intergénérationnelle, voulue, partagée, par tous. Tel, le ladre Harpagon (1668), renfrogné, en sa sordide hideur, pseudo éducative, « allant, sur les brisées », de son fils, Cléante, prétendant, l’inverse. De nocifs parents renversent, piétinent, hardiment, dangereusement, le naturel ordre établi, des générations. Ils barrent, ainsi, à leurs enfants, la route, vers leur nécessaire maturité. (Molière, comédien, dramaturge, France, 1622-1673, L’Avare ou, l’École du mensonge, comédie théâtrale, France, 1668)1104. Ce qui constitue, à leur égard, une « infamie » accrue, un amoral abus, de pouvoir, comme, un illégitime « attentat », des plus caractérisés !

 

Le monde n’est, pour lui-même, sa propre jeunesse, consumée, par son feu intérieur, qu’un boniment, pourvoyeur, de vent, mensonges, d’amertumes. Cette juvénilité ne peut s’attendre, qu’à reprendre, la très célèbre formule, du Premier ministre britannique (1940-1945 / 1951-1955), W. Churchill. (Royaume-Uni, 1874-1965). Donner, en vain, « son sang, son labeur, ses larmes et, sa sueur ». (Discours, à la Chambre des Communes, Londres, Royaume-Uni, 13 mai 1940)1105. Il lui appartient, d’accoucher, en la douleur, ses propres choix légitimes. Répudiant, les vieilles lunes, périmées et nuisibles, les fort inutiles antiennes et, encombrantes pantalonnades.

 

Que l’on veut, encore et toujours, lui imposer, à satiété et, toutes forces. Les fondamentaux besoins, attentes, de la jeunesse, sont triples. Elle souhaite, une bonne insertion sociale et, une satisfaisante « adultisation ». Nous avons vu, que cela passe, par la maturité, l’autonomie et, la responsabilité. Car les adojuniors veulent exister, grandir, s’intégrer. Les jeunes désirent, aussi, s’épanouir. Nous avons dit, que cela implique, l’autonomie, la maîtrise, du milieu, le développement personnel, un sens, à sa vie. Également, l’acceptation, de soi, de bonnes relations, à autrui, en confiance réciproque.

 

Par-dessus tout, l’adolescent aspire, à une plénitude morale. Bien, au-delà, du dialogue, de l’écoute, la reconnaissance et, la prise en compte. Il s’agit, pour cette nouvelle génération, de s’approprier, d’authentiques valeurs spirituelles, métaphysiques et, de civilisation, intangibles, intemporelles et, universelles. Dont, elle a, si cruellement, abusivement, été privée, faute, de transmissions adultes adéquates. Le sens, de la vie, leur existence, consiste, pour les juniors, à être heureux, s’accomplir, se réaliser, en une quête, d’eudémonisme, une transcendance. Il s’agit, aussi, pour eux, d’être et, de se sentir utiles, aux autres, à eux-mêmes, de donner, se donner, partager, en un généreux amour altruiste.

 

Les adolescents et, les jeunes aspirent, à la fin, de leur passage terrestre, à avoir la conscience, « en paix », le réel sentiment, du devoir accompli. Ayant, la rassérénante certitude, d’avoir donné, un sens, à leur vie, de laisser, pour l’avenir, une « trace, en l’Histoire ». Aussi modeste, soit-elle, en une sorte, d’universalisme, d’universalité. Face, aux défaillances, du monde adulte, les adojeunes peuvent réagir, de façon négative ou, au contraire, constructive. Cela aura, une incidence majeure, sur leur devenir. Du fait, qu’une vie n’est, toujours, que le parfait reflet, de croyances limitatives, comme, favorables.

 

Dans le premier cas, ils peuvent se réfugier, en l’indifférence et, l’appauvrissement, de leur être. Ils se replient alors, sur leur seul, « périmètre juvénile » et, sur eux-mêmes. En une sorte, d’ « autisme », de fuite, en avant, dans les déréalisations, voire, les « décompensations ». Le junior défaitiste peut aussi, se résigner, souffrir. Il se persuade, que le monde est « déchu », de façon irrémédiable, que rien ni, personne, n’y peuvent rien. Qu’il est donc, condamné, à subir passivement et, avec fatalisme, sans pouvoir, avoir prise, sur sa propre vie. L’adolescent peut, aussi, choisir la révolte, le mépris. Il éprouve un sentiment, d’intolérable injustice, la tentation, d’user, de violence, pour exprimer, son refus, sa rage, exiger, ses « droits », oubliant parfois, ses « devoirs ». Émeutes, manifestations, déviances, en découlent. L’adojeune peut, aussi, réagir positivement, en décidant, de faire face, se battre, croire, nonobstant, en lui, autrui, la vie et, sa vie. Pour avancer, réussir, être heureux, malgré tout. Se focalisant, d’abord, sur ses propres ressources, pour les optimiser, mais, tout autant, sur ses faiblesses, pour les corriger.

 

Non, en s’appesantissant, sur les extérieurs aléas handicapants ou, supposés tels. Lesquels, ne seraient, qu’autant, de faux-semblants, pour se plaindre, s’apitoyer, sur soi, se dévaloriser. Ne pas avoir, à agir, prendre, de risques, pour améliorer, son sort. En l’espèce, pragmatisme, courage et, détermination, « font la différence ». Le rôle et, l’impact, que développe, l’univers adulte, sur les jeunes, sont souvent, des plus négatifs, par la violence et, l’artificialité induites. L’ « avoir » consumériste enferme, le junior, en un mercantile mode, d’existence. Une obsession, du niveau de vie, du marketing, comme, de la customisation, par les marques.

 

Le « paraître » matérialiste, de l’argent, du pouvoir, de la superficialité, ronge. Le « faire » hédoniste corrompt, sur le mode infantile, du plaisir, désir, de l’envie, à satisfaire, en l’immédiateté, à tout prix. En vérité, le modèle dominant, imposé, à la jeunesse, est de jouir, s’imposer, s’oublier, aux dépens, fort toxiques, de l’ « être », seul libérateur. À l’opposé, de cet « inhumain schéma », l’apport, de la société, à sa jeunesse, se doit d’être toujours, plus « civilisé », par l’ « être », lui donnant, les nécessaires transmissions. L’aidant, à se forger, une vraie philosophie, de la vie, lui insufflant, une authentique « espérance morale »1106. La terne société contemporaine en est, des plus incapables.

 

Exemplarités, modèles, balises, sûres structurations, permettant, de mieux grandir, d’avancer, répondent, au premier objectif. Le deuxième, permet, à l’adolescent, de se demander, savoir, où, il va, à quoi, à qui, il veut consacrer, son existence terrestre. Ce, qu’il souhaite faire, de sa personne, sa vie. Le dernier but consiste, pour le jeune, à se persuader, qu’il se dirige, vers le meilleur, non, vers le pire, par ses valeurs et, solides vertus. À l’encontre, du découragement, laisser-aller, de l’avilissement. La société adulte impose, à tous ses adojeunes, une certaine subordination, une dépendance, un conditionnement, voire, la manipulation, le mensonge, la fausseté.

 

Elle attend d’eux, un certain conformisme, aux canons, communément, admis, qu’elle a préalablement, définis, elle-même. Il s’agit, de l’exclusive « pensée unique », dominante, du consumérisme, respect, de l’ordre social, économique, politique, idéologique, culturel, établi. Elle requiert, des juniors, qu’ils soient, en bonne santé, obtiennent, le bon diplôme, qui mène, au bon emploi, à la meilleure réussite sociale. Puis, le bon conjoint, les deux enfants « parfaits », si possible, un garçon, une fille. Lesquels, viendront, « couronner » l’édifice, de la félicité, de tous ou, ce que l’on croit telle. De façon, bien trop prosaïque et, si peu exigeante !

 

Une meilleure entente, entre les générations, ne sera rendue possible, que par le dialogue, l’écoute, l’acceptation mutuelle, des différences. Le refus, de juger, condamner, sans appel, l’instauration, d’une réciproque confiance, commune collaboration. « Donnant, sa chance », à tout jeune, lui permettant, de s’exprimer, se réaliser, s’engager et, « faire ses preuves ». Pour grandir, loyalement, s’imposer. Actuellement, la société française privilégie, trop, résolument, les acquis, l’expérience, l’âge, l’ancienneté, le passé. Ce qui est déjà, éprouvé, rassure, est déjà, connu. Au détriment, des valeurs adojuvéniles, les plus généreuses, de hardiesse, risque, d’innovation. Cette vieille société, « frileuse, étriquée », a peur, se défie, de tout, d’elle-même, comme, de sa jeunesse. Elle l’empêche, de désastreuse façon, de s’accomplir, au lieu, de le lui permettre, l’y pousser ! Comme, cela, est pourtant, son devoir. Oubliant, dommageablement, fort honteusement, de lui enseigner, que : « Les problèmes n’existent pas, puisqu’il n’y a, que des solutions. S’il n’y a pas, de remèdes, c’est qu’il n’y a pas, de difficultés » ! Que les jeunes, de notre siècle, soient « bretteurs, d’espérance », défendant honneur, dignité, vertus, au plus haut.

 

« En ce moment, les bâtiments intermédiaires jetaient, par toutes leurs fenêtres crevées, des tourbillons, de fumées rousses, que traversaient, de longues flammèches bleues. Les toits s’embrasaient, gercés, de lézardes ardentes, s’entrouvrant, telle, une terre volcanique, sous la poussée, du brasier intérieur. Surtout, le pavillon, de Flore, allumé, le premier, flambait, du rez-de-chaussée, aux vastes combles, en ronflement formidable. Le pétrole, dont, l’on avait enduit, le parquet et, les tentures, donnait, aux flammes, une intensité telle, que l’on voyait, les fers, des balcons, se tordre. Que les hautes, cheminées monumentales, éclataient, avec leurs grands soleils sculptés, d’un rouge, de braise ».

 

Ainsi, É. Zola, (Écrivain, France, 1840-1902), décrit-il, le sinistre incendie volontaire, du palais des Tuileries, à Paris, le 23 mai 1871. (La Débâcle, roman de guerre, France, 1892). Par quelques « activistes », fort enragés, dévoyés et, criminels, ne représentant, qu’eux-mêmes1107. Fin, d’une époque, effondrement, d’un monde, à jamais, révolu, illusoire reniement, du passé, espérance – vaine ? – de « tous les possibles ». Toujours ardente, aux grandes césures passées, de notre Histoire, notre jeunesse actuelle, de ces débuts, de nouveau siècle, n’aspire plus, qu’à « sauver sa peau » ! Tant, « sortir, d’elle- même », lui paraît aléatoire, trop périlleux. Elle se replie, petitement, sur son « générationnel pré carré atavique, comme, grégaire ».

 

Puisqu’il n’y a plus, de « frontières », à reculer ni, nulles, exaltantes « terres nouvelles », à re/conquérir. L’optimisme, le dynamisme nord-américains, nordiques, avaient fait réagir, le président, des États-Unis (2001-2009), G. W. Bush, en 2005. Lors, de l’ouragan Katrina, des inondations catastrophiques, qui avaient sinistré, la Louisiane, le Mississipi, l’Alabama. « Même, si cela, ne va pas, nous ferons, en sorte, que cela, aille » ! Quant à son prédécesseur (1933-1945), F. Delano Roosevelt, (États-Unis, 1882-1945) : « […] The only thing, we have to fear, is fear, itself » ! « La seule chose, que nous devons craindre, est la crainte, elle-même » ! (Discours inaugural, de mandat présidentiel, Washington, 1933)1108. Cela, est étranger, à notre jeunesse !

 

Également, ce magnifique slogan, de B. Obama, (Homme d’État, États-Unis, mandat présidentiel 2009-2017), pour sa campagne électorale, de 2008 : « Yes, We Can » ! : « Oui, c’est possible » ! Nos jeunes ont du mal, à exister, par eux-mêmes. En un pays, qui a érigé, en intangible système, la féodalité, les fermetures, comme, le malthusianisme. Les privilèges, castes, « chasses gardées », corporatismes, de toutes sortes. Les juniors en sont, les premières victimes. Tant, la préséance d’âge, de milieu social, véritable « droit d’aînesse », survivant, à l’Ancien Régime, (France, 1589-1789), demeure vivace. Notre société nationale française repose trop, sur les statuts, les acquis, l’ancienneté. Au détriment, des jeunes ! La Révolution, (France, 1789-1799), la prise de la Bastille (1789), l’abolition, de la monarchie et, de la noblesse (1792), l’exécution, des souverains (1793).

 

L’égalité proclamée, de tous (1789), « Mai-68 »… Rien, de cela, n’aura « changé », quoi, que ce soit, sur le fond. À notre tradition, d’élitisme forcené, nos ancestraux blocages, à la française. Plus, que jamais, l’obligation, des « quartiers, de noblesse », perdure, plus, qu’en nulle autre nation, homologue, fût-elle même, le très monarchique, Royaume-Uni ! Les philosophes, Hegel, (États allemands, 1770-1831), Kojève, (France, 1902-1968), Fukuyama, (États-Unis, 1952-), ont annoncé, prévu, prédit, la « fin de l’Histoire ». Nul, salvateur « Pentateuque », n’éclaire plus, le monde, les humains. La vie n’en continue, pas moins, en ses doutes, conflits et, rivalités, pour les adojuniors et, les moins jeunes, jusqu’à l’issue, de « la fin des temps »1109. Sans, la mystique ferveur, des bâtisseurs, de cathédrales.

 

Le junior français souffre, d’une société divisée, polémique, sans consensus, en désaccord, fermée, peu tolérante. Cette jeunesse s’est soudée, uniformisée, par l’adoption, de nets traits culturels, qui lui appartiennent. Une originale apparence corporelle, vestimentaire. Des mœurs, tribulations, qui ne relèvent, que de ce temps, si particulier, impétueux, de vie. Actuellement, tout, semble avoir été, « aplani », facilité, pour la nouvelle génération, en progrès éducatifs, sanitaires, matériels, comme, affectifs… Pourtant, dans le même temps, beaucoup, de ce qui est « essentiel », en matière, de réel accomplissement, de soi et, de destinée, individuelle et collective, lui est dénié1110. Les humains ou, prétendus tels, ont abandonné, les jeunes, à eux-mêmes.

 

Ils refusent, désormais, de se colleter, les dures réalités ingrates, de l’éducation, de ces juniors. Le faire, pour les seuls, enfants, demeure, encore, narcissiquement, gratifiant. Cela, est beaucoup plus, ingrat, car, plus malaisé, voire, rébarbatif, pour des « quasi-grands », qui, sèchement, se rebiffent. Qui ont, pourtant, encore, tant besoin, Ô combien, des « plus grands », qu’eux, encore ! Ils en conviennent, volontiers, tant, ils savent, les implacables « rigueurs », du temps. En refusant, énergiquement, de vieillir, par peur, de déchoir, les adultes empêchent, les jeunes, de grandir. Ils gardent, ainsi, tout pouvoir, toute mainmise abusifs, sur eux. Le parvenu aîné a grand mal, à accepter, de partager, ses « prébendes », avec son cadet, prétendant.

 

Outre, qu’il est tellement, plus « confortable », de rester, en un sûr, entre-soi adulte, de bonne compagnie et, bon aloi. Loin, des dérangeants remous, de la juvénilité ! Nous préférons, notre tranquillité, pour gérer, fort paisiblement, nos « petites affaires ». Même, si cela, est au prix, de laisser, notre adojeunesse, si « esseulée, pourrir, sur pied ». Le paquebot Titanic coule, mais, l’orchestre continue, de jouer, de plus belle (1912) ! Nous oublions, la terrible admonestation, de J. Bosco. (Éducateur italien, 1815-1888). « Ne tardons pas, à nous occuper, de nos jeunes, sinon, eux, ne tarderont pas, à s’occuper, de nous » ! (Traité, sur la méthode préventive, en éducation, essai pédagogique, Italie, 1877)1111. Celle, lourdement, dramatiquement, prémonitoire, lancée, par W. Churchill. (Homme d’État, Royaume-Uni, 1874-1965). Au Premier ministre britannique, N. Chamberlain (1869-1940). « Vous avez eu, à choisir, entre la guerre et, le déshonneur ; vous avez choisi, le déshonneur, vous aurez, la guerre » ! (Chambre des Communes, Royaume-Uni, 1938). À la suite, de la si peu « glorieuse », Conférence de Munich, en 1938. Lâche reculade, pitoyable dérobade, des démocraties, face, aux pires, des totalitarismes.

 

La société adulte a tendance, à faire reposer, l’entière responsabilité, du lamentable marasme, des jeunes, sur leurs seules, frêles épaules. Pour dédouaner, à très bon compte, la nation, les pouvoirs établis et, leurs politiques, de leurs incurie et, fiasco, en la matière. Cela, est amoral, pathétique, inacceptable ! C’est méconnaître, grossièrement, les réalités, besoins et, attentes légitimes, des juniors. Un pays, qui décrédibilise, sa propre descendance, se saborde, se renie, lui-même. Il impute, le poids, de son malheur, à la victime, qui subit, à son « corps défendant », à l’éduqué, qui n’est pas « responsable », de son éducation.

 

Plutôt, qu’à l’éducateur, seul, vrai comptable, de sa mission éducative. Cela, est, d’une malhonnêteté, un mépris, une lâcheté, sans pareils ! Le « féodal et, passéiste » pays et, ses dirigeants ignorent que, mal traiter ou, maltraiter, la jeunesse, lui nuit, ès qualité, pendant, son déroulement même. Également, tout autant, de façon, extrêmement dommageable, au cours, de sa vie, tout entière. Une juvénilité tourmentée mène, plus sûrement, à un adultisme assombri, qu’à une fort heureuse maturité ! Aujourd’hui, de plus en plus, d’adultes, sont inachevés et, souffrants, du fait, de leur jeunesse manquée1112. Cela, ne se résorbe jamais ou, de façon incertaine, nuit, à l’ensemble, de la société !

 

Il y a, un travers, typiquement, national, qui consiste, à ne pas vouloir « régler, les problèmes ». Pour ne pas avoir, à le faire et, à décréter, purement et simplement, en déni, qu’ils n’existent pas. En matière, de juvénilité, comme, en tout domaine, rien, ne se résout. L’on se contente, de l’insignifiance, du quelconque, des déloyautés. Cela, explique fort, que le peuple n’ait eu, si souvent, en notre Histoire, d’autre loisir, que la révolte ou, la révolution, les plus sanglantes. Brutaux changements, de régimes politiques, grèves, manifestations, occupations et, autres éternelles protestations, plus ou, moins, violents, se sont multipliés. Avant et, surtout, depuis, 1789, infiniment plus, que partout, ailleurs, en Occident ! Nombre, d’adojeunes, à l’image, des adultes, se désolent, car ils vivent, en une médiocre société, « de pure pacotille ». En laquelle, l’authenticité, la profondeur et, la solidité, font défaut. Ne pouvant jamais, s’appuyer, sur une guidance, des valeurs, sûres, jeunes, comme, adultes, mortellement, dépriment. Ils se replient, sur de narcissiques faux-semblants, de pseudo-gratifications, encore, plus factices et, vaines. En affliction, notre monde tourne, ainsi, inutilement, sur lui-même, en vicieux cercle, sans fin.

 

Cette jeunesse ne reçoit, nulle noblesse, dignité, élévation, elle se dénature, tristement. Notre culture occidentale, qui ne repose, que sur la matérialité, rejette, le spirituel. Ne peut secréter, que rages, frustrations, mal-être, maladies, violences, échecs, solitudes… Elle oublie, qu’au moment même, où, le petit enfant, vient au monde, est déjà, en gestation, le vieillard, qui sera porté, en terre. Cette adojeunesse est malheureuse, à son insu même. Car, elle croit, que sa valeur, son bonheur, dépendent, de facteurs extérieurs, d’autrui, alors, qu’ils ne relèvent, que d’elle-même, d’abord. Elle s’inscrit, en ses dépendances, non, la liberté. Elle se détruit, par l’avoir, le faire, le paraître, car elle a négligé, l’être. Elle est l’esclave, des mensonges, qui la dupent, quand, seule, la vérité libère. Elle s’emprisonne, s’empoisonne, elle-même, en maints méfiances, refus, rejets, peurs, irraisonnés et, fantasques. Ces fureurs, qui dressent l’humain, contre, son frère humain. Elle ne sait pas, que seule, la pleine, libre, acceptation, des choses, de la vie, épanouit, transcende ! Elle se perd, en ses « leurres » fallacieux, de l’émotivité, la plus irrationnelle. Au lieu, que de se confier, à la seule, « vraie sagesse », celle, de la saine clairvoyance1113.

 

Les juniors constituent, une génération qui, perpétuellement, doute, se décourage, facilement. Car, elle ne peut se projeter, en avant, croire, avoir confiance. Rien, ne vient l’encourager ni, l’aider et, la réconforter, en sa criante infortune. Le soutien adulte s’est évanoui, car les aînés, eux-mêmes, sont désarmés. Une société, qui ne s’intéresse, à sa jeunesse, que sous l’angle, prioritairement, essentiellement, « mercantile », se voue, à sa propre et, fatale démolition. Le fort mal-être intérieur, d’adolescents, en certains cas extrêmes, serait même, potentiellement, à l’origine, de « parapsychiques phénomènes », particuliers. Très peu explicables, en l’état, des connaissances scientifiques. Lesquels, ne se produiraient, qu’en la présence, des adojeunes concernés et, s’arrêteraient, dès, leur absence.

 

Ainsi, en 1967, en Allemagne, en un cabinet d’avocat, de Rosenheim, en Bavière, de graves perturbations, du système électrique, s’avèrent, ne jamais, être liées, à des causes « physiques ». Or, à la présence, d’une toute jeune fille, employée, de dix-neuf ans, A. Schneider. Elles cessent, avec son départ. Il en aurait été, de même, avec un jeune britannique, M. Manning, en les années 1970. Il s’agirait, de psychokinèse : aptitude, non encore, scientifiquement, démontrée, à agir, sur les objets, par l’unique puissance, du mental. L’adolescence, par ses tourments, vulnérabilités, stress et, problèmes familiaux, en serait le temps, le plus propice. Ces inconscientes facultés, seraient la forte manifestation subconsciente, d’émotionnelles souffrances, particulièrement, intenses. Or, une meilleure connaissance, du cerveau humain, notamment, adojuvénile, nous en dira, bien plus.

 

Sur le portail Internet, de la légation diplomatique, du Royaume de Suède, à Paris, figurait une rubrique, s’adressant directement, aux jeunes, de France. Elle s’intitulait : « Salut, les Ados » ! Il s’agissait, de leur présenter, le beau pays scandinave, les modes de vie, de leurs homologues septentrionaux. Nulle, intention similaire, pour les adojuniors suédois, n’aura figuré, sur le site Web, de l’ambassade française, à Stockholm. Tant, il est vrai, que les cultures, du Nord, anglo-américaines, germaniques protestantes, font autrement cas, de leur jeunesse, que celles, du Sud latin, bien moins « avancées », en la matière. Exemple, à fort méditer, encore ! Comme, les autres, notre adojeunesse « méditerranéenne », a ses atouts. Or, en ses aléas méridionaux propres, elle désespère, frustrée, de tant, peiner, à être comblée. Tant, les obstacles, dressés, sur sa route, relèvent plus, du « dur parcours, du combattant, que du paisible cheminement ».

 

En la nuit, du 31 octobre, au 1er novembre 1970, a lieu, en France, l’une, des pires tragédies, qu’ait connues, notre pays. Cette affreuse catastrophe nationale, d’ampleur, exceptionnellement grave, frappe, toute une jeunesse. Du fait, de l’intolérable négligence, des adultes, à son égard. Le funeste cadre en est, la sinistrement célèbre, boîte de nuit, 5-7, de Saint-Laurent-du-Pont, en Isère. Discothèque, fort en vogue, à l’époque, dans toute la région, attirant, beaucoup, de juniors. Cette nuit-là, cinq cents jeunes viennent danser et, écouter, le groupe musical parisien, de rock, Storms. (France, 1967-1970).

 

À 1 heure 45, cent quatre-vingts, sont encore, présents. Un terrible incendie se déclare et, propage, à une vitesse foudroyante. Il enflamme, les décors, en polyuréthane, qui se mettent donc, à émettre, d’explosifs gaz, fort toxiques, asphyxiants. Les plastiques, en fusion, brûlent alors, les vêtements, en fibres synthétiques, des jeunes danseurs. Affolés, ceux-ci se précipitent, frénétiquement, en foule, vers les rares issues. Les deux voies, de secours, celle, de sortie, sont toutes closes, pour éviter, la resquille potentielle. L’entrée ne permet, hélas pas, de sortir, car barrée, de barbares tourniquets, d’acier, bloqués, qui ne se meuvent, que vers l’intérieur, non, l’extérieur.

 

Ce diabolique système se transforme, en piège mortel, pour les jeunes, qui s’y écrasent, en masse, entassés, carbonisés, asphyxiés et, piétinés. 146 juniors périssent, en d’abominables souffrances, à l’aube, de leur vie. Ils avaient, de quatorze, à vingt-sept ans, la plupart, mineurs, de moins, de vingt-et-un ans. Il y aura peu, de rescapés. Quatre succombant, ultérieurement. Des frères et, sœurs meurent, ensemble. En leurs hurlements, de douleur, d’effroi, au seuil, de leur agonie, certains, appellent leurs parents, en pathétique ultime vain, au secours. Nombre, de montres, sont retrouvées noircies, bloquées, à l’heure, de l’incendie. La plupart, des corps, sont affreusement mutilés, méconnaissables.

 

Certains, ne seront jamais, identifiés. La France entière, est saisie, par cette dantesque épouvante. Macabre vision, d’horreur, de 142 cercueils, de jeunes, alignés, en insoutenable, chapelle ardente. Par-delà, la mort, de façon, si émouvante, des amis, éplorés et recueillis, sur la dépouille torturée, de leurs pairs, demandent, que certaines bières, soient déplacées. Mises, côte à côte, afin, de rapprocher, en l’éternité, de l’Au-Delà, des copains qui, très proches, de leur vivant, s’aimaient. Tragiquement, le permis, de construire, les normes, de construction, sécurité, d’installation, d’équipements, de la boîte de nuit, n’étaient pas en règle.

 

Les autorités administratives s’abstiendront, de toute prévérification. Elles laisseront même, l’établissement fonctionner, illégalement, en l’état. La Justice condamnera, des responsables coupables, à des peines, d’emprisonnement, hélas, fort légères, toutes, avec sursis. Eu égard, à l’effroyable nombre, de victimes, aux atroces conditions, de leur décès, à leur si jeune âge ! En cette veille, de fête, des morts, ces jeunes, venus, pour s’amuser, comme, tous ceux, de leur âge, connaîtront, le plus ignominieux, des trépas : brûlés vifs et, asphyxiés. Un mémorial, en hommage, aux martyrs adojeunes suppliciés, sera inauguré, le 13 juin 1976, à l’emplacement même, du maudit dancing disparu. Leurs prénom, nom, âge, y sont gravés, en morne litanie.

 

Les infâmes tourniquets, qui ont empêché, la plupart, d’échapper, à leur fatal destin, sont fort pieusement, conservés, à l’arrière, du « cénotaphe ». Tel, l’éternel poignant reproche, lancinant, jeté, à la face, d’adultes, criminels, d’avoir laissé assassiner, leur propre jeunesse. Comme, le rappelle, l’amer avertissement réprobateur, apposé. Laissant, de malheureux parents, brisés, à tout jamais, qui ne s’en relèveront pas. Tant, et, tant, de vies, si précocement, prématurément, détruites, pour toujours, en la verdeur, de l’âge ! Quoi, de plus triste, indicible et, absurde, que la violente mort, le sépulcre, d’ « innocents êtres », encore, si jeunes ! Comme, nous l’avons, déjà, relevé, la jeunesse n’est pas seulement, victime, d’elle-même. Trop souvent, de la sotte folie, l’inconscience, sans bornes, l’irresponsabilité insensée, d’indignes, pitoyables, aînés1114.

 

Deux ans, plus tard, le 6 février 1973, la légèreté, l’incurie, des hommes, l’obsession, du lucre, mènent, au même type, d’absolue « calamité » ! Le collège, Édouard-Pailleron, du dix-neuvième arrondissement, de Paris, est ravagé, par un volontaire incendie. Seize jeunes y trouvent, très brutalement, iniquement, la mort. Les structures métalliques, du bâtiment, n’étaient pas faites, pour résister, à telle chaleur. Sous l’effet, du feu, elles sont devenues molles, au lieu, de rester rigides, si elles avaient été constituées, en acier et, béton. Des vides, matériaux inadéquats, provoquent aussi, grande vitesse, de feu, létales fumées. Là, encore, normes, de sécurité et, préalables contrôles, sont dramatiquement, défaillants. Que d’extrêmes malheurs, si évitables, servent, de cruelle leçon. L’intérêt, de nos enfants, passe, toujours, avant, celui, des adultes1115 !

 

La dialectique thèse, de notre réflexion morale, était d’analyser, les difficultés, obstacles, qui maltraitent, notre jeunesse. Par les héritages, du passé. L’antithèse en est, de constater, au présent, que nonobstant, ces hostiles aléas, les adojuniors ont, en eux, de belles capacités, de « résilience ». De combatives réactivités, exceptionnelles. La synthèse, de nos travaux, à leur terme, sera d’affirmer, avec force et, en guise, d’espoir, pour l’avenir, que la néogénération, de demain, peut encore, « parvenir ». Si elle le souhaite, en dépit, de ses « misères », celles, de l’existence. Elle saura, « changer le monde, les affaires, des terrestres ». Pour les reconstruire, sur de nouvelles bases, recentrées, sur l’humain, non, plus, sur l’objet. Cela, sera, sa façon, à elle, de se grandir, pour « racheter les occasions, sans cesse, manquées, les errements », des temps antérieurs. À l’image, de l’instrumental air musical, synthétisé, Popcorn, l’adojeunesse se veut pétulante. Pétillante, « acidulée, piquante », pleine, de vie, d’entrain, par nature.

(Popcorn, « Hot Butter », groupe musical américain, 1971-1978, œuvre musicale electro-pop, S. Free, G. Kingsley, musicien germano-américain, 1922-2019, États-Unis, Royaume-Uni, 1969 et, 1972)1116.

 

De grandes leçons, de fraternités morales, symbolisées, par l’humanisme, de tolérance, sont mises en scène, par certaines œuvres, du septième art cinématographique. Ainsi, La Grande Illusion, (Film dramatique, de guerre, France, 1937), de J. Renoir (1894-1979), concernant, l’amitié, entre les peuples, même, en temps, de fratricide guerre 1117. Aussi, Entre les murs, de L. Cantet, Palme d’Or, du festival de Cannes, 2008. Mettant en scène, des adojeunes, touchants, d’authenticité, issus, de tous horizons, d’un collège, de l’Est parisien. (Film, de comédie dramatique, France, 2008)1118. Aidons, les adolescents et, les jeunes, à conserver, retrouver, tous leur allant, générosité, humanité. Afin, qu’ils ne restent pas, durablement, la « Génération Sos ».

 

Avec, pour principales ou, uniques caractéristiques, la détresse, les fracas, sarcasmes, le marasme, propres, à notre temps, blessé, désenchanté. Qu’ils deviennent, les « hérauts, de l’espérance », en vitalité et, liberté. Avec, le bel accomplissement serein, de juniors, pleinement, ennoblis, épanouis1119. Tel est, le devoir, de la « société civilisée », d’un siècle, qui se prétend, se dit, si évolué ! Lequel, en réalité, continue, à connaître, les pires barbaries, d’un bout, à l’autre, de la planète. En une optique, bien plus humaniste, le président américain, B. Obama (2009-2017), clôt, son double mandat, par un beau pendant, de son célèbre slogan, de 2008. « Yes, We Can ! Oui, c’est possible » !, devient, ainsi : « Yes, We Did ! Oui, c’est fait » !

 

Dans le film français, de C. Klapisch, Le Péril Jeune, (Comédie dramatique, 1994), une dame, « d’un certain âge », entre, dans une boulangerie. Y apercevant, des lycéens, elle s’exclame, en vrai cri, du cœur : « C’est plein, de jeunes, ici, c’est le péril jeune » ! Symptomatique référence, à peine voilée, au mémorable « péril jaune ». À la fin, du dix-neuvième siècle et, aux débuts, du vingtième, le monde occidental s’interroge et, s’inquiète fort, quant à un hypothétique et, supposé danger. Péril, que feraient courir, les nombreux peuples, d’Asie, au monde occidental. L’Extrême-Orient jaune étant ainsi, susceptible, de détrôner, l’occidentale suprématie blanche, dans le « gouvernement, de la planète ».

 

Ces irraisonnées, irrationnelles, peurs concernent, tout d’abord, la Chine, les Chinois, avant, que de s’étendre, au Japon et, aux Japonais. Ces occidentales inquiétudes sont renforcées, par la révolte nationaliste, des « Boxers », en Chine (1899-1901). Notamment, contre les étrangers, de l’Occident. Ce qui aboutit, en 1900, à l’attaque, des légations occidentales, de Pékin, par les troupes impériales, de la dynastie mandchoue, Qing (1644-1912) et, celles, des « révoltés ». Ensuite, à l’issue, de la guerre russo-japonaise, de 1904-1905, la marine japonaise l’emporte, détruisant, la flotte, de la Russie, dans le détroit de Tsushima. Inédite défaite inouïe, d’une nation blanche, par d’orientales troupes jaunes !

 

Ultérieurement, il y a, montée en puissance, de l’économie japonaise, des années 1960, à la décennie 1990. Puis, surtout, celle, de la Chine, depuis, les débuts, de notre siècle. Cela, avive, les craintes, des nations, d’Occident, de « perte, de leur domination mondiale ». Y compris, aux États-Unis d’Amérique, même. Malgré tout, la défiance, de la civilisation occidentale, à l’égard, de cultures allogènes, est parfaitement, non fondée. De même, le préjugé, d’adultes, concernant, les adojeunes, n’a pas plus, de légitime justification. En l’œuvre cinématographique précitée, les joies et, les peines, les réussites et, les échecs ou, les espoirs et, les désespérances, de la jeunesse, émergent. Au printemps 1976, cinq lycéens, de terminale, achèvent, leur scolarité secondaire et, passent, leur baccalauréat. Dix années, plus tard, en 1986, quatre, d’entre eux, se retrouvent alors, dans une maternité, pour l’accouchement, de la femme, de leur cinquième camarade. Ce dernier, est tragiquement, décédé, peu auparavant, d’une overdose, de drogue. Reviennent alors, à leur mémoire évoquée, les émouvants souvenirs, de leur prime jeunesse.

 

Sur fond, d’initiatiques rites, révoltés, psychédéliques, amoureux et, musicaux. Au-delà, de cette juvénile fable, des temps, d’après, Mai-68, le principal enseignement, à retenir, de cette réaliste fiction cinématographique, est le suivant. De plus en plus, à la fin, de l’histoire, le mal-être, du jeune, qui mourra, apparaît, un peu plus, violent, tourmenté. Il s’enferme, en la révolte, le « nihilisme », l’autodestruction, l’absolu rejet. Il refuse même, de passer, son bac ! Rien, ni, personne, ne pourra, ne saura, suffisamment, le comprendre ni, lui venir, en aide, pour lui éviter, de commettre, l’irréparable. Finir, par « sombrer », à tout jamais. Il disparaîtra, de façon, quasi volontaire, à un âge où, entre vingt-cinq et, trente-quatre ans, le suicide est la première cause, de mortalité, chez les jeunes adultes. « Conclusion », de ce film, c’est, à l’adolescence, que se nouent, les ferments, de ce qui fera, la plénitude ou, au contraire, les drames, de l’âge adulte. De toute une vie, peut-être. Sachons donc, accompagner, au mieux, ce fort crucial temps, de juvénilité, pour qu’il soit heureux. Également et, tout autant, pour que l’ensemble, du reste, de l’existence humaine, qui le suit, le soit, en égale importance. Si difficile gageure1120 !

 

Juliette Le Goff est l’héroïne, du roman, d’aventure, de H. Douriaux, Le Grand voyage de Juliette Le Goff. (France, 2004). En 1911, cette jeune fille bretonne, mineure, de dix-huit ans, apprend, que son frère aîné, officier de marine, a disparu. Au large australien, lors, du naufrage, de son navire. Juliette ne veut pas croire, à la probable mort, de son frère. Elle décide, alors, de partir, elle-même, à sa recherche. Elle s’embarque, à cette fin, comme, mousse, déguisée, en garçon. Elle affronte, avec courage, brio, toutes les duretés, de la vie, de marin, de l’époque. Subissant, péripéties et avanies, terribles tribulations, forte, d’acharnement et, de ténacité, de volonté.

 

Alors, Juliette finit, par retrouver, son frère, vivant, en bonne santé. Lequel, a pu être recueilli et, survivre, à son naufrage. Son intuition et, son désir, de ne pas renoncer, de croire, contre, toute évidence, à l’impossible, son « fraternel amour », auront triomphé, de tous les obstacles. Y compris, des pires. En particulier, Juliette aura eu, la force et l’audace, d’aller, à l’encontre, de l’opposition, de tous, à son projet. Ainsi, que des préjugés, les plus ancrés, les plus tenaces, contre, les femmes, de son époque, contre, l’adojeunesse, d’alors. La morale, de ce beau conte, de temps révolus, est que « la valeur, n’attend jamais, le nombre, d’années ».

 

Aujourd’hui, comme, hier, demain, les jeunes, de tout temps, toutes contrées, filles, comme, garçons, sont capables, de tous les courages. Toutes les obstinations, persévérances, tous les efforts, abnégations, renoncements, sacrifices. Pour atteindre, leurs objectifs et idéaux, les plus fondamentaux et, les plus nobles et dignes. Pourvu, qu’ils en soient convaincus ! Que les enjeux, en cause, leur paraissent, plus importants encore, que le lourd prix, à payer, pour les réaliser. Pourvu, aussi, que nous, adultes, sachions, les y encourager, motiver, porter, en toute confiance, à leur égard. De façon, inconditionnelle, seule, marque, du véritable amour. Si nous croyons, en notre descendance, alors et, seulement alors, cette dernière, sera en mesure, de croire, en elle, se dépasser. Vaincre, ses pires démons, inerties, découragements, faiblesses. Inhérents, non, au jeune âge, mais, surtout, « au genre, à l’âme, humains ». Afin d’assurer, sa liberté, plénitude, son autonomie, plein accomplissement adulte. Pour qu’à l’issue, de la vie, la destinée, d’homme, ait été menée, à l’aune, la plus juste, telle, la plus valeureuse, qui soit1121.

 

Un exemple, parmi mille, de la « déliquescence morale », de la société adulte et, du pays. Cette jeune fille, de dix-neuf ans, en premier travail professionnel, de caissière, de magasin. Une responsable lui enjoint, de se débarrasser, d’un faux billet monétaire, auprès, du premier client âgé, à se présenter. Outrée, de cet ordre, ouvertement, si malhonnête, illégal, la jeune fille démissionne, porte plainte, en Justice, contre, sa hiérarchie. Magnifique comportement, de courage, droiture, comme, d’abnégation, malgré, les dures conséquences, qui s’ensuivent, d’une jeunesse, jugée amorale. Quand, ce sont, les adultes même, censés, donner l’exemple, le plus irréprochable, aux jeunes, qui ne cessent, de s’avilir, à leurs yeux !

 

En un pays, qui se perd, en sa « létale chute collective, sans fin ». Mort, une première fois, en ses turpitudes et, désordres révolutionnaires, (France, 1789-1799) et, la cinglante défaite subséquente, de Waterloo. (Belgique, 1815). Une deuxième, avec le dramatique échec, de Sedan. (France, 1870). Une troisième, en un malheur, dont la nation, ne s’est jamais, véritablement, relevée, lors, de l’infamante Débâcle. (France, 1940). Avec, lourdes pertes, humaines, économiques et, territoriales, terribles destructions, ignominieuse, triple occupation étrangère, successive. 1814 / 1815-1818. 1870-1873. 1940-1944. Outre, celle, de 1914-1918. Soit, quinze longues années, de pires spoliations allogènes, en cent trente ans, à peine ! Désastreuses et, indignes déchéances nationales, que bien peu, de puissances homologues, ont eu, à endurer, en leur histoire. Les enseignements, de ces tragédies, à répétition, ont-ils été tirés ? Il est, hélas, permis, d’en fort douter !

 

« Je me rappelle, surtout, que, pendant, toute la soirée, je sentis constamment, que j’agissais, des plus sottement. Faisant semblant, de m’amuser beaucoup, d’aimer boire beaucoup, de ne pas penser, un instant, que j’étais ivre. Je sentis constamment, que les autres agissaient, tout aussi sottement, jouant, la même comédie. Il me semblait, que chacun, séparément, se sentait, « mal à son aise », comme, moi. Supposant, qu’il était le seul, à éprouver, ce pénible sentiment, s’estimait obligé, de feindre, la gaieté, pour ne pas troubler, l’allégresse générale ».

(L. Tolstoï, écrivain russe, 1828-1910, Enfance, Adolescence, Jeunesse, récit littéraire autobiographique, Russie, Adolescence, 1854, Jeunesse, 1857)1122.

 

De même, aujourd’hui, comme, hier, bien, des jeunes, « jouent, à faire heureux », sans l’être, au fond, d’eux-mêmes. Ils sont incités, à simuler, de « factices joies » ! Aidons-les, à cultiver, la vraie félicité, non, sa dérisoire illusion ! Pour que cette génération, puisse dire, avec bonheur, tel, ce garçon, de vingt-trois ans : « J’adore rire, c’est, ce qui me rend heureux, en l’existence. J’aime la vie, elle est trop belle. Je suis chanceux, j’ai la santé. J’aime ma famille, elle est mon repère »1123. L’(Andro)AdoJeunologie® se veut leçon, de vie, de tolérance, plénitude, d’ouverture, pour les juniors. La contemporaine société occidentale, a élaboré, un système, une conception, de l’existence. Lesquels, reposent, sur la centration, sur soi-même, le pouvoir, le profit, l’hédonisme. Le culte, de la réussite sociale, à tout prix, la compétition, la parfaite performance. En ce modèle, des plus conformistes, impératifs, exclusifs, de la « voie unique, inique », qui interdit, toute « déviation », les jeunes n’ont aucune place, véritable.

 

Ils sont sommés, de « se soumettre ou, démettre ». Qui n’est pas, « avec », cet « impérieux paradigme », est, d’autorité, décrété « contre », mis hors-jeu. Ce qui fait que, de plus en plus, d’adojeunes, sont, purement et simplement, « exclus, de tout ». Notre société est dépressive, perdue, en mal, de nobles valeurs, authentiques. Pour toute la néogénération, il n’y a, aucune disponibilité, écoute, attention ni, compréhension. À rebours, de ce « reniement », des juniors, par leurs aînés, l’(Andro)AdoJeunologie® est une inconditionnelle acceptation, des cadets. Qui tend, à les aimer, tels, qu’ils sont, avec leurs caractéristiques, tout à la fois, personnelles et, de jeunes. En un monde, si « sens dessus dessous », il s’agit, de donner, à tout junior, le « sens, de son existence ». De tangibles et, sûrs repères, comme, des enseignements, les plus éprouvés.

 

Pour une ferme guidance, gage, d’un plus heureux avenir, équilibré, responsable, structuré, rigoureux. En « un mot », pleinement, adulte !… Que l’on ne puisse plus, jamais, affirmer, que : « L’adolescence est comme l’art, tout le monde, critique, mais, personne, ne comprend » ! (Anonyme). L’adojeunesse est la « mauvaise conscience », d’un tragique monde médiocre, laid et, petit, notamment, le nôtre. « Qui ne lui dit rien, qui vaille », tant, il n’a, que si peu, à lui apporter ! Qui élude, toute l’éclatante « aura », de l’adolescence. Telle que, « transfigurée », par l’énigmatique personnage, du Tadzio, de – La – Mort à Venise, (Nouvelle littéraire, Allemagne, 1912), de T. Mann. (Écrivain allemand, 1875-1955).

 

Puis, drame cinématographique, (France, Italie, 1971), de L. Visconti, (Italie, 1906-1976)1124. Une juvénilité, capable, des actes, les plus héroïques ! Comme, le « suprême sacrifice », de ce jeune étudiant, de vingt-deux ans, mort, sur le campus, de son université, de Toulon. Ce tragique, 26 octobre 2012, suite, à de diluviennes pluies, d’ampleur exceptionnelle, une étudiante glisse, tombe subitement, en un canal, d’écoulement. N’écoutant, que son courage, son camarade se jette, à l’eau, pour sauver, sa condisciple. Comme, elle, il décédera, noyé. Il fêtait, en ce sinistre jour même, ses vingt-deux ans ! Il sera officiellement, décoré, à titre posthume, de la médaille d’honneur, pour acte de courage et, de dévouement.

 

Le funeste 19 août 1941, S. Tyszelman, vingt ans, surnommé Titi, issu, du quatrième arrondissement, de Paris, est fusillé. Pour avoir, alors, participé, sur les grands boulevards, à une manifestation patriote, contre l’occupant. Il avait déjà, marqué, son net refus, de la défaite et, de l’Occupation, le 11 novembre 1940, avec ses camarades, lycéens et étudiants, à l’arc de Triomphe, de l’Étoile. Avant, de quitter ce monde, il écrit, à ses parents : « Si, dans ma vie, je vous ai, parfois, fait quelques « misères », pardonnez-moi ; d’ailleurs, je suis sûr, que vous m’avez déjà, pardonné1125 » ! Rejoignant, dans l’héroïsme et, par delà, la mort, tant, d’autres jeunes, encore. Comme, le célèbre, G. Môquet (1924-1941), exécuté, à l’âge, de dix-sept ans, pour actes, de grande bravoure civique. Il s’exprime, « horresco referens », en ultime adresse, à ses parents. Tout comme, de nombreux juniors persécutés, le feront, au cours, de notre Histoire, si troublée.

 

« Ma petite maman chérie, mon tout petit frère adoré, mon petit papa aimé, Je vais mourir ! Ce que je vous demande, toi, en particulier, ma petite maman, c’est d’être courageuse. Je le suis et, je veux l’être, autant, que ceux, qui sont passés, avant moi. Certes, j’aurais voulu vivre. Ce que je souhaite, de tout mon cœur, c’est que ma mort, serve à quelque chose. […]. À toi, petit papa, si je t’ai fait, ainsi, qu’à ma petite maman, bien des peines, je te salue bien, une dernière fois. Sache, que j’ai fait, de mon mieux, pour suivre la voie, que tu m’auras tracée. Un dernier adieu, à tous mes amis, à mon frère, que j’aime beaucoup. Qu’il étudie bien, pour être, plus tard, un homme. Dix-sept ans et demi, ma vie aura été courte, je n’ai aucun regret, si ce n’est, de vous quitter tous. Je vais mourir, avec Tintin, Michel. Maman, ce que je te demande, ce que je veux, que tu me promettes, c’est, d’être courageuse, de surmonter, ta peine. Je ne peux pas, en mettre davantage. Je vous quitte, tous et toutes, toi, maman, Serge, papa, je vous embrasse, de tout mon cœur, d’enfant. Courage ! Votre Guy, qui vous aime ».

 

Rendons hommage, à tous ces admirables jeunes, si valeureux ! N’oublions pas, davantage, ces juniors, victimes, de leurs semblables, qui peuvent, en venir, à « se supprimer ». Notamment, proies, de chantages et, pressions, sur Internet et, les réseaux sociaux. Ces adolescents, qui sont assassinés, par d’autres jeunes, y compris, pour les motifs, les plus futiles et, même, sans nulles raisons invoquées !

 

« […]. Depuis, toujours, les fils se veulent, différents, des pères. Toutefois, rarement, aura-t-on vu, en l’Histoire, jeunesse, en si grandes ruptures, avec ses aînés. L’hiatus culturel est abyssal : brutale césure, d’une tradition, par l’anémie, des hiérarchies parentales, scolaires et, civiques. Qui fait, que la jeunesse ne trouve, plus même, contre quoi, se rebeller. Complètes conversions, de l’écrit, à l’image. Perte, des repères nationaux, par l’imprégnation cosmopolite, de la culture rock et, de ses dérivés. Effondrements, des repères spirituels. Désarrois, des adolescents, du divorce. Profonds changements, des modes, de vie, de nos adolescents. Depuis, la pilule contraceptive et, l’extension, de l’union libre, en un quart, de siècle, depuis 1968, l’on assiste, à un véritable cataclysme psychosocial… […] ». (Extrait, d’un éditorial politique, de C. Imbert, journaliste français, 1929-2016, magazine, d’information, Le Point, France, 1994)1126. L’on ne saurait, mieux dire, quant à une jeunesse française, désillusionnée, trahie, abandonnée ! Laquelle, ne fait, que tomber, de Charybde, en Scylla, depuis, déjà, trois longues décennies. Jugée, « disruptive », alors, qu’elle ne fait que, légitimement, prétendre, à son intégration !

 

« Sancte Pater, sic transit, gloria mundi » : « Saint-Père, ainsi, passe, la gloire, de ce monde ». Depuis, le Moyen Âge, lors, d’une intronisation papale, un religieux brûlait, aux pieds, du nouvel élu, de l’étoupe. Ce rituel a été aboli, depuis, le fort court pontificat, (Vatican, 1978), du pape, Jean-Paul Ier, (Saint-Siège, 1912-1978). Depuis, de fait, il n’y a plus, ni, tiare ni, couronnement pontificaux. Ce « rite » tendait, à réaffirmer, la nature humaine, non, pas, divine, de la papauté et, de son provisoire titulaire. En une visée, de service et, d’humilité, non, d’impériale suprématie ni, de domination ! De même, en une similaire optique, l’empereur, de Byzance, se voyait-il même, présenter, des cendres, ossements humains (395-1453).

 

Antérieurement, lors, des parades romaines, de l’Antiquité, tout général victorieux, entendait, un simple esclave, lui dire : « Hominem, te esse », « Toi, aussi, tu n’es, qu’un homme ». « Memento mori », « Rappelle-toi, que tu es mortel ». Également, la célèbre parole biblique : « Souviens-toi, que tu es né, de la poussière et, que tu redeviendras, poussière ». (Livre de la Genèse, III-19)1127. Plus, que jamais, en temps, de bouleversements, d’incertitudes, il convient, que les prééminents, mais, si faillibles adultes, conservent, toute leur humilité, à l’égard, de leurs descendants. Tout en maintenant, une éducative fermeté et, exigence, élevées ! Seul, genre éducationnel, qui convienne, aux juniors et, que ceux-ci attendent, de leurs aînés. À l’exclusion, de tout autre. Ce qui n’invalide, nullement, la « dimension affective », si indispensable, à tout harmonieux, développement humain. Particulièrement, celui, des adolescents et, jeunes.

 

« Les gens essaient, de nous rabaisser – Juste, parce que nous « roulons, notre bosse » – Les choses qu’ils font, semblent effroyablement déprimantes – J’espère mourir, avant d’être vieux ».

 

Saisissantes paroles, de la célèbre œuvre musicale, du groupe pop-rock britannique, The Who (1964-), My Generation, Ma Génération (1965). Elles auraient été écrites, par son guitariste, P. Townshend, le jour, de ses vingt ans ! Quant à ses juvéniles inquiétudes existentielles, d’avenir. Les paroles sont fortes et, désabusées, la musique, très dure et, frénétique. Nombre, d’adojuniors, en révolte, des années 1960, allaient se reconnaître, en cette « complainte ». Celle, d’une jeunesse déçue, par ses aînés, le morne sort, lui revenant, derechef. Cet ulcéré, cri du cœur, demeure, plus, que jamais, fort actuel, la « morsure », d’un bon demi-siècle, après ! Cette douloureuse réprobation, des jeunes, aux adultes, telle, que lancée, par les Who1128, n’est-elle pas, en réalité, avant tout, le fruit, d’un fort « cruel, défaut, d’amour » ?

 

Celui, d’une société, qui cultive, bien plus, l’indifférence, l’hostilité, que le congruent, don, de soi ? Tout particulièrement, à l’égard, de juniors mortifiés ? Oui, définitivement, oui, ce monde manque, dramatiquement, d’altruisme. Oui, la première souffrance, de nos jeunes, est ce terrifiant déficit, de cœur. Oui, les juniors en sont, tout prioritairement, « assoiffés » et, peu à peu, dépérissent, de n’en point trouver, en leur vie ou, si peu et, mal ! En un temps où, de façon, perverse et, malsaine, haïr, est plus considéré, comme, vertu et, force et, aimer, telles, tare et, faiblesse. À nous, adultes, d’aimer, ouvrons, toute grande, aux jeunes, la voie, de l’ « authentique fraternité » ! Seul, ce sur/humain dévouement, purement, oblatif : totalement, gratuit, désintéressé, comme, absolu, inconditionnel, leur assurera, le « salut », en l’espérance. Aussi, sûrement, que sa captative absence persistante, continuera, à les détruire, corps et âme, « à petit feu ».

 

« Le cœur a ses raisons, que la raison, ne connaît pas ». (B. Pascal, 1623-1662, Pensées, apologétique, France, 1670)1129. « L’on ne voit bien, qu’avec, le cœur. L’essentiel, est invisible, pour les yeux ». (A. de Saint-Exupéry, 1900-1944, Le Petit Prince, conte poétique et, philosophique français, 1943)1130. « Quand, bien même, parlerais-je, toutes les langues, celles, des hommes, comme, celles, des anges, s’il me manque, la charité, je ne suis, qu’airain, qui sonne, retentissante cymbale ». (P. de Tarse, 10-64, Première Épître, aux Corinthiens, I-13, livre, du Nouveau Testament biblique, Empire romain, Ier s.)1131. « Qu’est-ce, que le monde, à nos cœurs, sans l’amour ? C’est une lanterne magique, sans lumière, mais, dès, que la flamme, commence, à briller, le mur se peint, de figures, de toutes formes, de toutes couleurs ».

(J. W. von Goethe, écrivain allemand, 1749-1832, Les Souffrances, du jeune Werther, roman épistolaire, Saint-Empire, 1774)1132…

 

Osons, enfin, cette « révolution vraie, de l’amour », la seule et, l’unique, qui vaille, ici-bas ! N’ayons, pas peur, n’ayons, aucune peur, toujours, partout, oui, n’ayons, résolument, nulles, craintes, d’AIMER ! Quand, l’Homme aimera, de façon, inconditionnelle, sa descendance, « chair, de sa chair, sang, de son sang », l’humanité sera meilleure…

 

 

Je me suis rendu compte que, pour s’en sortir, il fallait, le vouloir !

 

Clémence, seize ans1133

 

 

POSTFACE

 

 

Le noir est, dans notre beau pays
La couleur, de la jeunesse

 

J. Giraudoux

Écrivain, France, 1882-1944

 

Intermezzo

Drame théâtral, France, 1933

 

 

Comment, nos jeunes, de France, pourraient-ils, avoir foi, en leur collective destinée, quand, leurs compatriotes aînés, doutent, tant, de la leur ? ! Quand, un classement international, place les Français, soixante-quatrièmes, sur soixante-cinq nations, quant à la confiance, en l’avenir, fin 2014 ? Seuls, les Italiens, étant moins optimistes, encore ! (Étude d’opinion Win, Gallup, Bva, Le Point, France, 2015). La jeunesse est, pourtant, un combat, pour la vie, l’accomplissement et, le plein dépassement, de soi. À la récente image, des si courageux jeunes, de Hong Kong, se battant, pour leurs libertés fondamentales.

 

Des étudiants, de l’Hôtel-Dieu de Paris, sauvant, un joyau médiéval, du patrimoine culturel mondial, la cathédrale Notre-Dame, de Paris, d’un criminel incendie, en 1871. Notre nouvelle génération nationale, souffre, d’un manque, de collective représentativité, en tant, que telle. Ce qui obère, son devenir, individuel et commun. Un Syndicat, des Intérêts, de la Jeunesse, Sij, serait fort utile, comme, bénéfique, en la matière. Nombre, de dommageables incohérences, frappent, celle-ci. Ainsi, la fin, de l’obligation scolaire, la possibilité, d’entamer, une carrière professionnelle, sont-elles fixées, à l’âge, de seize ans. Alors, que la majorité, civile et civique, l’est, à dix-huit, seulement !

 

Que les adojeunes, se battent ! Soit, pour obtenir, l’avancée, de leur majorité, à seize ans, soit, pour que l’obligation, de se former, soit prolongée, à dix-huit. À eux, de choisir ! Ainsi, majorités scolaire, professionnelle, civile, coïncideraient-elles, de façon, bien plus pertinente. Ces juniors éprouvent, une forte « conscience néogénérationnelle, de classe ». Quand, l’un, des leurs, est frappé, par le sort, tous, se sentent atteints, témoignent, de leur solidarité. Comme, lors, de la funeste mort, de leur pair, R. Fraisse, « tué, pour avoir été, au mauvais endroit, au mauvais moment ». (France, 2015). Comme, pour exorciser ou, « expectorer », un commun malheur. La jeunesse aspire, à la transcendance morale. À la mesure, des jeunes mormons américains, partant attester, de leur spiritualité, de par, le monde. Il existe, un droit, des peuples, à disposer, d’eux-mêmes. Les jeunes devraient, autant, pouvoir trouver, à se gouverner, souverainement, en pleine responsabilité. Ils en sont capables. Quand, des lycéens, vandalisent, un cimetière, de l’Est, de la France, ils expriment, en cela, dévoiement et, marasme. Ceux, de nombre, de leurs semblables, en abattement, découragement et, tourment, ontogéniques, moraux.

 

Quand, leurs condisciples défilent, si dignement, pour rejeter, la déviance, des fautifs, ils font montre, de leur maturité et, morale rectitude. (Sarre-Union, 2015). Si, « on n’est pas sérieux, quand, on a dix-sept ans », (A. Rimbaud, 1854-1891, auteur, Roman, poème, France, 1870), l’on peut se montrer, grand et digne ! En 1905, un tout jeune lycéen, de quinze ans, écrit, une fiction littéraire, se décrivant, en général, menant, ses troupes, à la victoire, face, aux Prussiens. Il s’appelait, C. de Gaulle ! (Homme d’État, France, 1890-1970). Tant, il est vrai, que le « destin, d’homme », s’inscrit, déjà, en son adolescence. Notre jeunesse « a fort à faire », plus subordonnée, dépendante, conditionnée, que ses homologues, d’autres cieux, plus cléments.

 

Ce qui ne l’empêche, nullement, de se montrer, vaillante. Après, les attentats parisiens, de janvier 2015, les jeunes se mobilisent, massivement, contre, le fanatisme, l’intolérance. Des lycéens bordelais marchent, six cents kilomètres, pour se recueillir, au siège, de la rédaction massacrée, de Charlie Hebdo. Témoignant, du grand attachement, de la jeunesse, aux valeurs, les plus sacrées. En retour, ne la dupons pas, en fausses promesses, vaines, comme, autant, d’assignats, dévalués. Alors, qu’elle est, comme, « le levain, en la pâte ». (Matthieu, apôtre, Ier s., Évangile, Nouveau Testament biblique, XIII-33). À l’instar, des États-Unis, pour contrer, la Grande Dépression, des années 1930, nos cadets ont besoin, d’un New Deal (États-Unis, 1933-1938), une Nouvelle Donne. Pour « sortir, de leurs impasses ».

 

Que notre pays, ses dirigeants, son peuple, se lèvent, tout entiers, unanimement, pour déclarer, la jeune génération, « Priorité nationale ». En absolue urgence, avec actions et, résultats, non, simples déclarations, d’intention, comme, « à l’habitude ». Car, si problème, est terme tragique, solution, devient mot magique, s’il y a, afférents combats. Alors, l’inaction se fait, réaction, puis, l’action, proaction, pour le salut, d’une génération errante, privée, d’âme. Laquelle, désespère, tant, elle perçoit, peu ou, prou, confusément, que sa civilisation, nationale et européenne, est en pleine décomposition. Que, désormais, l’Histoire, du monde, s’écrit, s’accomplit, ailleurs. Dans les grands États-continents, tant, éloignés, d’Amérique, d’Australie, de Chine ou, d’Inde ! Les jeunes, de ces nations, peuvent croire, en l’avenir, comme, les études mondiales, le démontrent.

 

Tant, ils savent, que leur civilisation, « a le vent, en poupe », est l’avenir ! Quand, nos juniors français, européens, dépérissent, de voir, leurs contrées, péricliter. Ne symbolisant, guère plus, qu’un défunt passé, paré, des seules, gloires évanouies, de grandeurs, à tout jamais, disparues. Pourtant, notre hexagonale jeunesse, sait, se retrouver, autour, de fraternels idéaux nationaux, communs. Y communier, en certaines occasions. Ainsi, lors, de la victoire, de la coupe mondiale, de football, en 1998, en fraternisations françaises, même conjoncturelles, dites, « black, blanc, beur ». Les jeunes ont, de même, participé, en masse, au grand rassemblement national parisien, du 11 janvier 2015. Contre, les extrémismes, pour la tolérance, les libertés, générosités. La force, la grandeur, de la juvénile génération, est de savoir plus, aimer, que haïr. Elle a retenu, la magistrale « leçon », de Musset.

 

« […]. On est souvent, trompé, en amour, souvent, blessé et, souvent, malheureux ; mais, on aime et, quand, on est, sur le bord, de sa tombe, on se retourne, pour regarder, en arrière ; et, on se dit : « J’ai souffert, souvent, je me suis trompé, quelquefois, mais, j’ai aimé. C’est moi, qui ai vécu et, non, pas, un être factice, créé, par mon orgueil et, mon ennui » ».

(A. de Musset, poète, dramaturge français, 1810-1857, On ne badine pas avec l’amour, drame romantique théâtral, France, 1834).

 

Le jeune aspire, à vivre, a maxima, quand, tout, pour lui, est conçu, a minima. L’adojeunesse est trop grande, pour s’épanouir, en un monde, qui s’acharne, à ne lui imposer, que… « l’infiniment petit » ! Vouée, à la vie, elle s’éteint, avant même, que de mûrir ! L’adolescent demeure, tel, un personnage, très tourmenté, de l’Histoire, bien plus, qu’heureux. À l’exemple, de l’infortunée, M. Vetsera, (Autriche-Hongrie, 1871-1889), morte, à dix-sept ans, à Mayerling, (Autriche-Hongrie, 1889), dans les fort dramatiques conditions, que l’on sait. Avec l’archiduc, R. de Habsbourg (1858-1889), Prince héritier, de l’Empire d’Autriche-Hongrie. Même, son « éternel repos », sera troublé, par l’indigne profanation, de sa sépulture, à deux reprises.

 

L’adojeune prise fort, le matérialisme, le plus consumériste, non, tant, par adojuvénile hédonisme. Or, pour combler, en vain, l’abyssale vacuité morale, de notre temps, tout comme, les adultes, également. D’autant plus, qu’en France, les juniors n’existent pas, en tant, que tels, car, leur intrinsèque identité, même, est « niée ». Ainsi, l’adolescent est invisible, en droit, il est confondu, avec l’enfant, qualifié, d’enfant, en tant, que mineur, tout comme, l’enfant non pubère. Bien souvent, en dehors, du droit, l’on qualifie, les adolescents, d’enfants, notamment, dans le domaine scolaire, du secondaire. Plus encore, d’élèves, la qualité, de jeune, étant ainsi, éludée, occultée. Les médiatiques programmes, dits, de jeunesse, ne concernent, en réalité, que les seuls, enfants, des écoles primaires. Il est, ainsi, commode, d’effacer, l’existence même, de l’adojuvénilité, pour ne point avoir, à la reconnaître !

 

H. Carrère d’Encausse, (France, 1929-), Secrétaire perpétuel, de l’Académie française, a, jadis, évoqué, un « malheur russe ». (Le Malheur russe, essai historique, France, 1988). H. Amouroux, (France, 1920-2007), membre, de l’Académie des Sciences morales et politiques, parle, quant à son pays, d’un « peuple du désastre ». (La Grande Histoire des Français, sous l’Occupation, essai historique, France, 1976-1993, t. 1, Le Peuple du désastre, 1976). Notre jeunesse est plus frappée, du sceau, de l’indignité, que gratifiée, de la faveur nationale. Prenons garde, à ne plus « tolérer », les syndromes ou, la fatalité, d’un « juvénile malheur et, désastre » !

 

Comme, autant, d’iniques imprécations, si dommageables. Relevons, cette malheureuse génération, de l’abîme moral, en lequel, nous, adultes, la laissons, s’avilir. Il en va, du « salut, de tous ». Jeunesse exclue et, maintenue, en sujétion, à l’écart, de l’essentiel. Ainsi, en 2019, en France, deux millions, de nos juniors, de seize – vingt-cinq ans, sont-ils « inoccupés ». Soit, ni en études, ni en formation, ni diplômés, ni en emploi. L’un, des plus importants, taux occidentaux ! Ce qui est aberrant, dramatique, catastrophique, pour ces « forces vives, de la nation », que sont, les jeunes. Également, pour le dynamisme, en berne, du pays, entier. À leurs plus grand dam, pires dépens, comme, à ceux, de la société française.

 

Énième avatar, de la juvénile « microcéphalie », générée, par la non moins, « macrocéphalie » adulte. À telle enseigne, qu’un magazine, d’information, pourra, ainsi, titrer : Génération pigeon – Comment, notre modèle social, sacrifie les jeunes. (Le Point, dossier sociologique, France, 23 avril 2015). L’on ne saurait, mieux dire, cela, se passe, de tout commentaire ! L’actualité est défavorable, aux juniors. Si l’on procède, par « analepse », en retour, en arrière ou, « prolepse », en projection, d’anticipation, comme, en littérature, il en va, de même. Les dernières décennies, ont été fort rudes, pour nos cadets. Hélas, les décennies, à venir, de cette première moitié, de siècle, ne laissent encore, rien augurer, de meilleur, pour l’ « adojeunosphère ». Même si, heureusement, le « pire », n’est jamais, certain ! Que la société, des aînés, sache donc, « trouver, son chemin de Damas ». Faisant, amende honorable, servant, positivement, la juvénilité, au lieu, de s’en servir et, honteusement, l’exploiter !

 

« En totalitarisme, l’individu, n’est rien, la collectivité, tout. L’homme n’y est pas, lui-même, mais, partie, du tout social. […]. Le totalitarisme simplifie, la vision, du dominé, au prix, de sa liberté, de conscience ». (A. Koestler, écrivain anglo-hongrois, 1905-1983, Le Zéro et l’Infini, roman politique, Royaume-Uni, 1941). De même, « En sa société, l’individu adojuvénile, n’est rien, la collectivité adulte, tout. Le jeune n’y est pas, lui-même, mais, partie, du tout social. Le primat adulte, sociétal, simplifie, la vision, du junior, dominé, au prix, de sa réelle, liberté, de conscience ». Qu’il sache donc, légitimement, se la réapproprier !

 

N’oublions pas, que le dernier Pharaon, de l’Égypte antique, (Ptolémée XV, 44-30 av. J.-C.), était adolescent. De même, que l’ultime Empereur romain d’Occident ! (Romulus Augustule, 475-476). La grande souffrance, des jeunes, les treize – vingt-quatre ans, est de n’être, que « moyens ». Coincés, étouffés, oubliés, qu’ils sont, entre les enfants, « petits » et, les adultes, « grands ». Médians, medium, en tout et, pour tout, ils n’ont, ainsi, « droit, à rien ». Ni, à la sollicitude, dont, bénéficient, leurs cadets, si fragiles ni, aux faveurs, revenant, de droit, à leurs aînés, si puissants. Les avantages, des plus faibles, comme, la gloire, des plus forts, font alors, le malheur, de ceux, qui ne sont donc, que des « entre-deux ».

 

Pour la jeunesse, demeure, la quête majeure, de la transcendance. Plus, que chez l’enfant, trop immature, « innocent », inconscient, plus encore, que chez l’adulte, trop désillusionné et, résigné, en renonciation. Les théologales vertus sont, ainsi, les siennes : la Foi d’adhésion, l’Espérance d’allégresse, la Charité de l’amour. (Nouveau Testament biblique, Moyen-Orient, Ier s.). De même, les vertus cardinales peuvent servir, la génération nouvelle : la Prudence, la Tempérance, la Force d’âme et, la Justice. (Scolastique, antique et chrétienne, médiévale).

 

Trois grandes œuvres musicales, sacrées, symbolisent, ces fortes métavaleurs, universelles qualités, intangibles, intemporelles. De celles, qui élèvent l’âme, appellent, au plein dépassement, de soi. Quintessence, de l’art, de trois compositeurs, de génie. La Messe, en si mineur (1724-1749), de Bach. (Saint-Empire, 1685-1750). La Grand-Messe, en ut mineur (1782), de Mozart. (Saint-Empire, 1756-1791). La Missa Solemnis, Messe Solennelle, en ré majeur (1827), de Beethoven. (Saint-Empire / Confédération germanique, 1770-1827). Cela, rejoint, l’adojuvénile idéal, du « Rêve éveillé ». The Dream is Alive, Le Rêve continue. (Documentaire d’actualité, de cinéma Imax, sur les missions, des navettes spatiales, de la Nasa, G. Ferguson, États-Unis, 1985). Telle, pourrait être, de fait, la devise, de notre adojeunesse ! Ainsi, c’est un tout jeune homme, G. Rolland, qui remporte, la médaille d’Or, du concours Lépine, 2015. (France). Pour l’invention, de son réveil olfactif, le SensorWake.

 

La majeure partie, de la néogénération, est une « juvénilité, culbuto », se relevant toujours, en dépit, des coups, du sort, subis. Témoignant, en cela, de ses immenses capacités, de résilience. En dépit, de nos pseudo-réformes nationales, insuffisantes, notamment, économiques, qui, trop souvent, échouent. Comme, sous le roi, de France, Louis XVI (1754-1793), entre 1774 et, 1788. Avec les politiques gouvernementales françaises avortées, des ministres, Turgot (1727-1781), Necker (1732-1804), Calonne (1734-1802), Loménie de Brienne (1727-1794). Ce qui allait, précipiter, la chute, de l’Ancien Régime, (France, 1589-1789). Sachons, avancer, afin, d’éviter, que, trop malmenée, démobilisée, dépitée, notre descendance, rageusement, ne se retire, en son Aventin. Par adultes impérities !

 

Le 27 mai 2015, jour, de panthéonisation, de quatre résistants français, les jeunes, collégiens et lycéens, sont mis, à l’honneur. Ils suivent, chacun, des quatre cercueils, puis, se tiennent, à la place principale, devant, le Panthéon, en son milieu. Telle est, la vraie position, de la jeunesse, de France, au centre, de l’essentiel ! À cette occasion, le président de la République, F. Hollande, (Homme d’État, France, présidence 2012-2017), évoque, toute l’importance, de notre génération nouvelle, pour la nation, tout entière.

 

« […]. La jeunesse est la première qualité, que doit savoir garder, un vieux pays, comme, le nôtre. À nous, de lui faire la place, la place, qu’elle mérite. De lui donner, ses chances. De lui offrir, l’espoir, de la conquête. De la regarder, avec bienveillance. De ne jamais, distinguer, entre nos enfants. Quand, certains, rencontrent, des difficultés, de ne jamais, leur fermer, la porte. […] ».

 

Dont acte ! Le devoir, des aînés, est de guider, servir, l’adojuvénilité, en humilité. Afin, que l’hybris, de la démesure, de l’orgueil, soit remplacée, par les antiques vertus cardinales, déjà citées. Celles, de la Prudence, la Tempérance, Force d’âme et, Justice. Pour que la némésis, saintes colère, vengeance, lourd châtiment, des dieux, ne s’abatte, avec force et, fracas, sur les impudents ! Bâtissons donc, pour nos « successeurs ». Comme, avec, la toute nouvelle université-campus, de Paris-Saclay, (France, 2020), également, pôle scientifique, technologique et, d’entrepreneuriat. (France, 2022). Ensemble pluridisciplinaire innovant, de première importance, à international rayonnement, d’excellence, d’avenir, espérons-le. Destinés, à pallier, quelque peu, nos retards et, déficiences, en la matière. De fait, notre université n’est plus adaptée, à notre époque, la compétition mondiale, de plus en plus, vive.

 

Il s’agit donc, de la réformer, « de fond, en comble ». En instaurant, deux années, de transition préparatoire, entre notre baccalauréat et, l’entrée universitaire. À l’aune, des collèges américains. Sur dossier, certificat, de réussite, aux deux années probatoires. En vérité, les jeunes sont, « les plus humains, des humains », tant, ils sont attachés, à ce qu’est, la vie même, en son essence, la plus profonde. L’aspiration, à la plénitude, la plus accomplie, en joie de vivre, existentielles exaltation, pétulance. En vérité, authenticité, naturel. En un mot, la « foudroyante rage, d’exister, à pleins poumons, pleines dents, toute force et, vitesse ». Que l’adojeunophobie, cède le pas, à l’agit-prop, en faveur, de notre progéniture. Que la jeunesse, sache aussi, en sagesse, se modérer, en « justes milieux », fuyant, résolument, les extrêmes.

 

Ainsi, se veut, le sybaritisme, des raisonnables autogratifications, loin, de l’hédonisme débridé, tout comme, des excessifs ascétismes. Sachons, accepter, intégrer, accueillir, tout jeune, sans exception, en plein épanouissement. Pour que le « syndrome hikikomori », d’une adojeunesse, phobique sociale, à la japonaise, ne gagne, encore plus, de terrain, chez nous. Ce qui a déjà, hélas, commencé, avec des juniors, « retirés, du monde, par mal-être », ce qui est aussi, de la responsabilité, des adultes ! Les dix-neuvième, vingtième siècles, freudiens, ont fait, de l’enfance, surtout, débutante, l’Alpha et, l’Oméga, de toute l’existence humaine, individuelle. Notre vingt-et-unième siècle, nous fait comprendre, qu’en réalité, c’est, bel et bien, l’adojuvénilité, qui est, le « marqueur majeur ». Celui, qui décide, de l’orientation, de toute une vie, d’homme !

 

Non, « tout, n’est pas joué », à sept ans, âge, dit, « de raison ». Beaucoup, entre treize et, vingt-cinq ! C’est, à l’adolescence, à la jeunesse, que la personnalité, se construit, le plus profondément, définitivement. Plus, qu’à toute autre période, de l’existence, enfance, y compris ! Que l’on se le dise ! C’est, si ce temps crucial, de vie, est « raté », que le chagrin, la pitié, s’installent, durent. (Le Chagrin et la Pitié, documentaire historique, sur la France, de l’Occupation, M. Ophüls, France, 1971). Pour, surtout, le pire ! Que cette juvénilité, n’oublie jamais, que : « Ce n’est pas, parce que, les choses sont difficiles, que nous n’osons pas, mais, parce que, nous n’osons pas, qu’elles sont difficiles » ! (Sénèque, philosophe stoïcien, homme d’État romain, Ier s.). Qu’elle persévère, en l’espérance, sans défaitisme !

 

« La Cigale, ayant chanté, Tout l’été, Se trouva, fort dépourvue, Quand, la bise, fut venue. […]. Elle alla crier famine, Chez la Fourmi, sa voisine. […]. Que faisiez-vous, au temps chaud ? […]. – Nuit et jour, à tout venant, Je chantais, ne vous déplaise. – Vous chantiez ? J’en suis, fort aise. Eh bien ! Dansez, maintenant ».

(J. de La Fontaine, poète français, 1621-1695, La Cigale et la Fourmi, Première fable, Livre I, Ier recueil, récit, de leçon de vie, France, 1668).

 

Ainsi, notre pays, paye-t-il, très cher, ses coupables incurie, impéritie, négligences, à l’égard, de sa propre descendance. Cette « gabegie généralisée » s’opère, tout d’abord, aux dépens, de l’adojeunesse, de France. D’innombrables études internationales, des plus indiscutables, démontrent, par rapport, à bien d’autres nations, du monde, ce fait. À quel niveau, de déchéance, de défaveur, d’abandon, la nouvelle génération hexagonale, est tombée. Faute, d’avoir, ni su ni, voulu, prévoir, anticiper, agir, les autorités nationales réservent, à nos jeunes, le pire, bien plus, que le meilleur. Dernier pitoyable exemple, en date, à l’été 2017, des dizaines de milliers, de nouveaux bacheliers, privés, de tout accès, aux études supérieures. Par défaut, de places disponibles. Nul, autre, grand pays occidental, ne connaît, pareil scandale ! Le pouvoir politique, du quinquennat, 2012-2017, avait beaucoup promis, aux juniors et, bien peu, tenu. Celui, de la période, 2017-2022, n’augure, rien de bon, pour eux.

 

Ce qui démontre, que le problème, n’est pas idéologique, mais, national. À l’orée, de présidence, législature, gouvernement, nouveaux, rien, de significatif, n’est proposé ni, mis en œuvre, pour la juvénilité. Il est évoqué, le retour, d’un Service national, court, obligatoire. Est-ce-là, toute l’ambition étatique, pour nos cadets ? Cela, correspond-t-il, aux réalités, besoins, attentes, priorités, des plus jeunes ? Non ! Ils requièrent, un avenir, nullement, d’inutiles coercitions, en sus ! Nulles, avancées, pour eux, ne sont donc, à attendre, de la part, des actuels gouvernants. Or, plutôt même, des régressions. Ainsi, pour la première fois, depuis, trois longues décennies, il n’y a, même plus, en 2017-2018, d’administration centrale ministérielle, spécifique, de la Jeunesse ! Ce qui signifie, très clairement, que cette dernière, ne sera, en rien, la priorité, des autorités, de la nation, au cours, des cinq années, à venir. Cette tragique erreur, cette faute morale majeure, ne pourront, que nuire, au pays, tout entier. Comme, depuis, toujours ou, presque. Il continuera donc, à régresser, en tout et, pour tout ou, presque !

 

« Nous sommes prêts, archiprêts. La guerre, dût-elle durer, deux ans, il ne manquerait pas, un bouton, de guêtre, à nos soldats ».

(E. Le Bœuf, maréchal de France, ministre de la Guerre, sénateur, du Second Empire français, 1852-1870, France, 1809-1888, adresse, au Corps législatif, Paris, 15 juillet 1870).

 

Ces ahurissants, péremptoires et, imprudents propos, sonnent, de façon, sinistre, à l’aune, de l’écrasante défaite militaire, de Sedan. Un mois et demi, plus tard, seulement ! (France, 1er septembre 1870). Triste bataille, en laquelle, tant et tant, de nos jeunes, perdirent la vie, furent blessés ou, mutilés, à jamais. En un conflit, aussi inutile, inepte, que mal engagé. Hélas, la leçon n’en sera pas retenue, d’autres tragédies, d’autres hécatombes juvéniles, suivront. Fort heureusement, nous n’envoyons plus, en masse, notre jeunesse, aux guerres, comme, aux revers, subséquents. Or, à des combats, déconvenues, d’autres natures. Tout aussi, désastreux. Socioéconomiques, éducatifs, culturels, de valeurs… Faute, d’insertion-intégration, adéquate et satisfaisante, pour tous les juniors. En une société, de moins en moins, policée, de plus en plus, violente. Notre modèle, de civilisation, est-il, celui, imagé, du « sanguinaire nihiliste, la lame, entre les dents » ? Du « révolutionnaire, menaçant autrui, de mort, l’arme vengeresse, brandie » ? Ou, des dieux, de la Paix, des mythologies, grecque et, romaine, antiques ?

 

Notre monde contemporain aura-t-il, pour sa jeunesse, « La clémence, de Titus » ? (La Clemenza di Tito, K. 621, opéra italien, W. A. Mozart, 1756-1791, Saint-Empire, 1791). Se conformant, à ses pleins devoirs éducatifs, affectifs, matériels, de socialisation, comme, axiologiques, à l’égard, de sa descendance. Préférera-t-il, la laisser, s’abîmer, par défaut, d’enseignements, d’exemplarité, de renforcements moraux ? Actuellement, hélas, la seconde configuration, si toxique, pour la juvénilité, s’avère, plus effective, que la première. Tant, la néogénération, est bien plus, livrée, à elle-même, que fort réellement, guidée, par ses aînés. Or, elle est très exaspérée, par ces pseudo-adultes, aussi hypocrites, faux, dupeurs. Inexistants, à force, de n’être, que doucereux, cauteleux, patelins. Quand, il s’agirait, de se révéler, authentiques, sincères, solides.

 

Ce, qu’à raison, exigent, les cadets, de leurs devanciers. Malgré tout, cette cohorte, en dépit, de ses épreuves, représente, un grand bonheur. Comme, toute aurore, est une espérance. Quand, les crépuscules sonnent, le triste glas, des regrets, mélancolies, grands adieux. Voilà, pourquoi, l’adojuvénilité, est le seul temps, véritablement, allègre, de la vie humaine. Toute leur existence durant, les terrestres demeurent « fidèles » et, nostalgiques, de « l’ère bénie, de leurs vertes années ». De fait, il y a, une grandeur, une dignité, une noblesse morales, des enfants, des adolescents, des jeunes, du premier quart, de siècle, de vie. Lesquelles, ne se retrouveront, jamais plus, à nuls, autres âges, de l’existence. Les adultes sont, souvent, « acrimonieux », à l’égard, des jeunes, par jalousie, envie, rivalité. Dépit, de ne plus être, génération montante, mais, déclinante et / ou, d’avoir, plus ou, moins, « raté », leur propre jeunesse, déjà, défunte.

 

Rappelons, que lors, du débat présidentiel télévisé, de l’entre-deux tours, de 2017, tout comme, en 2012, pas un mot, n’est dit, sur les jeunes et, les questions, de jeunesse. Pas davantage, durant, toute la campagne électorale, visant, à désigner, le premier magistrat, du pays. Élection capitale, déterminant, pourtant, tout l’avenir national, pour cinq années entières ! Ce qui illustre, une fois, de plus, l’inexistence, des juniors, en France. Ces derniers, apprécieront et jugeront ! Cet état de fait est, d’autant plus, incompréhensible, inacceptable, regrettable, que la situation, des jeunes, de ce pays, est préoccupante. Comparativement, à celle, de la moyenne, prévalant, dans le monde occidental. Ainsi, un étudiant français, sur quatre, vit-il, sous le seuil, de pauvreté, aujourd’hui. En outre, dans la plupart, des pays homologues, surtout, du Nord, la grande majorité, des jeunes majeurs, étudiants ou, actifs, vivent, entre eux, en campus dédiés ou, logements indépendants. Non, chez leurs parents, comme, en France. Cela, est plus propice, à la maturité, l’épanouissement, l’autonomie juvéniles.

 

__________________________________

La santé, des jeunes français, se détériore. Les quatorze – vingt-deux ans, se nourrissent moins bien, que dans le passé, se droguent plus, dorment moins. Plus, se disent, en mauvaise santé : 15 pour cent, en 2017, 12 pour cent, en 2016. 90 pour cent, des étudiants, ne voient pas, de médecin, régulièrement. De plus en plus, pratiquent l’automédication. 45 pour cent, en 2017, 38 pour cent, en 2016. Il y a, un problème financier. En moyenne, les étudiants, de France, disposent, de 379 euros mensuels, pour vivre. Soit, une centaine d’euros, en moins, qu’en 2007, une décennie, plus tôt : 470 euros ! 60 pour cent, sont en difficulté matérielle. Depuis, un an, l’argent, consacré, à l’alimentation, a baissé, de 10 pour cent. 9 euros, par jour, en moyenne. 38 pour cent, des jeunes, dépensent, moins, de cinq euros, par jour, pour se nourrir, contre, 22 pour cent, en 2016. L’essentiel, des dépenses juvéniles, ne va pas, à la santé et, l’alimentation, or, aux sorties, à la culture, aux achats divers. Presque, un quart, des étudiants, dorment, moins, de six heures, par nuit. Six sur dix, disent, mal dormir, à cause, du stress.

 

Un dixième, consomme, des anxiolytiques, antidépresseurs, calmants antistress. 83 pour cent, des étudiants, 61 pour cent, des lycéens, ont consommé, de l’alcool. Plus, d’un quart, des étudiants, 15 pour cent, des lycéens, fument. 30 pour cent, des étudiants – 25 pour cent, en 2016 – 14 pour cent, des lycéens, ont consommé, au moins, un stupéfiant psychoactif. Cannabis, cocaïne, amphétamines, héroïne… 77 pour cent, des étudiants, ne se font pas, toujours, dépister, concernant, le Sida, les Ist, Mst, quand, ils changent, de partenaire. La moitié, jamais. 37 pour cent, des lycéens, 54 pour cent, des étudiants, n’usent pas, toujours, de préservatif. Deux lycéens et, étudiants, sur dix, ont de fausses croyances, sur les modes, de transmission, du Sida. Un étudiant, sur dix, pense, qu’il est possible, d’en guérir. Près, de 30 pour cent, ont de fausses croyances, sur les modes, de transmission. Or, 98 pour cent, des jeunes, affirment, avoir été informés, sur le virus, durant, leurs études.

(Baromètre annuel Smerep, mutuelle étudiante, étude, sur la santé, des lycéens & étudiants, France, 2017 / Article afférent, du magazine hebdomadaire, d’information, Le Point, France, 29 juin 2017).

 

__________________________________

Les inquiétantes données, évoquées, ci-dessus, ne sont, qu’une illustration, de plus, du lourd marasme aggravé, de notre jeunesse nationale. L’on ne peut plus persister, à se dire, in petto : bernique ! Ni, comme, disent, les anglophones : Don’t worry, be happy ! Ne t’en fais pas, réjouis-toi ! En diabolique, délétère, logique, de déni hexagonal, habituel. Multipliant, les rodomontades, de matamore, à la Tartarin de Tarascon. (A. Daudet, écrivain français, 1840-1897, Aventures prodigieuses, de Tartarin de Tarascon, roman, France, 1872). Pour autant, cette « génération, à la peine », plus, que jamais, en l’adversité, demeure, vaillante, courageuse, méritante. « Elle se bat, pied à pied, coûte que coûte, avec l’énergie, du désespoir, pour sauver et, chèrement, sa peau ». Elle fait sienne, la devise : Audaces, fortuna juvat ! La fortune sourit, aux audacieux ! (Virgile, écrivain, poète latin, 70-19 av. J.-C., Aeneis, Énéide, épopée, Empire romain, 29-19 av. J.-C.). Elle n’élude pas, le commandement évangélique : « Levez-vous, n’ayez pas peur ! » (Matthieu, apôtre, Ier s., XVII-7, Évangile, Nouveau Testament, La Bible, Moyen-Orient, Ier s.). Elle ne renie pas, un mot, du serment, de ses lointains congénères, de l’Antiquité grecque.

 

« Je ne déshonorerai pas, les armes sacrées, je n’abandonnerai pas, mon « alter ego », là, où, je me trouverai posté. Je combattrai, pour les principes sacrés, ceux, des dieux, comme, ceux, des hommes. Je ne remettrai pas, à mes successeurs, la patrie, amoindrie, mais, plus grande et, plus forte, de mon propre chef et, avec le concours, de tous. J’obéirai, à ceux qui, tour à tour, gouvernent sagement, aux lois, en vigueur et, à celles qui, avec mesure, seraient établies. Si quiconque, entreprend, de les renverser, je ne le laisserai pas, agir, sur mon initiative ou, avec l’aide, de chacun. J’honorerai, les cultes, de mes ancêtres. […] ».

(Serment des éphèbes, Grèce antique, texte figurant, sur une stèle, du IVe s. av. J.C.).

 

Le devoir, des adultes, est de, toujours, faire prendre conscience, à leur descendance, de la relativité, du temps, de l’espace, des choses matérielles terrestres. L’être humain ne vit pas, au-delà, d’un siècle ou, guère plus. Les entités collectives étatiques, les empires, ne dépassent, généralement pas, le millénaire. Les religions, systèmes philosophiques, peuvent atteindre, les quelques millénaires. Les espèces vivantes existent, quelques millions, d’années. La vie cellulaire perdure, quelques milliards, d’années. L’univers se mesure, à l’échelle potentielle, de quelques dizaines, de milliards, d’années. Or, seules, certaines réalités, survivent, sans nulles, limites temporelles, au-delà, des humains, qui en sont, à l’origine. Il s’agit, des traits culturels, de civilisation, moraux, spirituels, intellectuels, de notre espèce anthropologique, métacognitive. La seule vivante, en un stade élaboré, avancé, sur notre planète.

 

Ces données métaphysiques ont donc, pour particularité originale, unique, d’être intemporelles, comme, universelles. Que la jeunesse se garde, des excès, d’activisme, de futilités, de volontarisme. Qu’elle prenne soin, d’observer, recul, réflexion, méditation. « […]. Tout le malheur, des hommes, vient, d’une seule chose, qui est, de ne savoir pas, demeurer, en repos, dans une chambre ». (B. Pascal, philosophe français, 1623-1662, Pensées, essai, de morale apologétique, France, 1670). La vie ne saurait, se résumer, à une sorte, de commedia dell’arte, (Théâtre populaire comique, États italiens, XVIe s.), bouffonnerie permanentes. Arlequin, Scaramouche, Polichinelle, Pierrot, Colombine, Pantalon, Cassandre, Matamore et, Scapin… Autant, d’histrions, de baladins et, autres saltimbanques, fort talentueux et, des plus sympathiques. Lesquels, ne sauraient, toutefois, servir, de modèles paradigmatiques, absolus et, intangibles.

 

__________________________________

Redisons, ici, que « le mérite n’attend pas, la maturité, de l’âge ». Que les jeunes, n’oublient pas, que certains, de leurs semblables, ont assumé, de hautes responsabilités, fort précocement. Ainsi, certains parlementaires, députés français. M. de Montmorency-Laval, 1767-1826, élu, à vingt-deux ans, en 1789, à l’Assemblée nationale constituante. (Révolution, monarchie d’Ancien Régime, France, 1589-1789). P. Grappe, 1775-1825, élu, à vingt-et-un ans, en 1797, au Conseil des Cinq-Cents. (Première République, France, 1792-1804, Directoire, France, 1795-1799).

 

L. de Cambacérès, 1832-1868, est élu, à vingt-quatre ans, en 1857, au Corps législatif. (Second Empire, France, 1852-1870). C. Monjaret, 1922-2009, est élu, à vingt-quatre ans, en 1946, à l’Assemblée nationale. (Quatrième République, France, 1946-1958). G. Mahaman Condat, 1924-2012, est élu, à vingt-quatre ans, en 1949, à l’Assemblée nationale. (Quatrième République, France, 1946-1958). M. Maréchal-Le Pen, 1989-, est élue, à vingt-deux ans, en 2012, à l’Assemblée nationale. (Cinquième République, France, 1958-). De nos jours, L. Pajot, 1993-, est élu, à vingt-trois ans, en 2017, à l’Assemblée nationale. (Cinquième République, France, 1958-).

 

__________________________________

L’avenir, des jeunes, de France, d’Europe, est, avant tout… européen ! En 2017, l’Union Européenne a soixante ans. La plupart, des juniors, de notre pays, y adhèrent, mais, 70 pour cent, s’inquiètent, pour son avenir. 82 pour cent, estiment, la construction européenne, positive. Pour un jeune, sur deux, la libre circulation, des personnes, est le premier point fort, de l’Union. Les échanges culturels, universitaires, comme, le programme Erasmus, sont cités, à 36 pour cent. La paix, à 33 pour cent. La monnaie unique, à 20 pour cent. Les échanges commerciaux, à 18 pour cent. Cependant, les jeunes français sont déçus, par l’Union, d’un point de vue, diplomatique, économique, administratif.

 

Ils regrettent, « l’absence, de position commune, sur la scène internationale », à 32 pour cent, à égalité, avec « le poids, des lobbys ». « La croissance inégale, selon, les pays », à 30 pour cent. La « bureaucratie », à 17 pour cent. « Le net manque, de rapprochement, entre les peuples », à 17 pour cent. « Le manque, de contrôle, aux frontières ». Un jeune, sur cinq, souhaite, le départ, de la France, de l’Union, que l’Hexagone abandonne, la monnaie unique. 61 pour cent, disent, « partager, des valeurs, une histoire, communes, avec les autres pays, de l’UE.

(Étude OpinionWay, pour le quotidien français, d’information, 20 Minutes, mars 2017, échantillon représentatif, de 837 jeunes, de 18-30 ans, méthode, des quotas, 20 Minutes, article, de L. Cometti, France, 24 mars 2017).

 

__________________________________

En illustration, à l’ « apport, de la jeunesse, au monde », rappelons, tout, ce que le Japon contemporain, doit, à l’un, de ses fils, les plus illustres. Jeune souverain qui, plus, que tout autre, aura, puissamment, contribué, à la prospérité, au rayonnement, renouveau, de l’Empire du Soleil Levant, moderne. Il s’agit, de l’Empereur, Mutsu-Hito, Meiji. (Homme d’État, souverain régnant, Japon, 1852-1912, règne, 1867-1912). Ce dernier nom, Meiji, désignera aussi, l’ère (1868-1912), de son règne. Il accède, au trône impérial japonais, adolescent, dès l’âge, de quatorze ans. Héritier, de l’une, des plus anciennes institutions dynastiques, mondiales, à ce jour, depuis, l’Antiquité.

 

Premier monarque, de ce qui sera, l’Empire du Japon (1868-1945). Meiji signifie « gouvernement éclairé ». À l’image, des Lumières, en l’Europe, du dix-huitième siècle. Le pays sort alors, de son isolement séculaire. Il se rapproche, de l’Occident, s’industrialise et, bouleverse, son organisation sociale, économique, éducative, décuple, son niveau techno-scientifique. Par des réformes drastiques, sans précédent. Mutsu-Hito abolit, le vieux système féodal, l’institution, du shogunat, dictature militaire, de fait. Il institue, une Constitution (1889), un Parlement élu (1890). Les castes sont supprimées, l’égalité, de tous, est affirmée. Les terres sont redistribuées. L’éducation est proclamée, désormais, obligatoire.

 

Les étudiants vont se former, en Occident. L’armée est réorganisée, à l’allemande. Elle est basée, sur la conscription (1873). Sa flotte bat la Chine, (Corée, 1894-1895), la Russie, (Tsushima, 1905). Une puissante économie moderne, capitaliste, émerge, avec un commerce florissant, sur le modèle, du Royaume-Uni. Un empire japonais extérieur, se constitue. Pour la première fois, le pays devient, une grande puissance mondiale. Faisant craindre, en Occident, un « péril jaune ». Mutsu-Hito permet, à l’institution impériale, de diriger, effectivement, son pays, sous son règne et, jusqu’à la fin, du Second Conflit mondial, 1939-1945. (Empire du Japon, 1868-1945). Le shinto devient, « religion d’État » (1871). Les préfectures administratives sont créées (1871).

 

À tous points de vue, le jeune empereur initie, une révolution, culturelle, politique, inédite, pour sa nation. Notamment, un système, d’éducation nationale, obligatoire, moderne et, publique, de type américain, est créé (1872). Mutsu-Hito est l’une, des « représentations, de l’Histoire mondiale », les plus éclatantes, exceptionnelles, d’une régénérescence intégrale, d’un pays, d’un peuple. Par un très jeune dirigeant, déterminé, visionnaire, brillant. Démontrant, une fois encore, les extrêmes vertus, qualités, talents, de l’ardente juvénilité !

(E. Arcambeau, auteur français, 19e/20e s., Mutsu-Hito, l’Empereur du Meiji – 3 novembre 1852- 30 juillet 1912, biographie historique, France, 1912, rééd., 2013 / C. Galan, spécialiste, du Japon & J.-M. Olivier, historien français, 20e/21e s., dir., Histoire du & au Japon – De 1853 à nos jours, ouvrage historique, France, 2016).

 

__________________________________

Allons Enfants se définit, comme : un « parti politique jeune, transpartisan, participatif. Géré, par des étudiants, jeunes actifs, de dix-huit, à vingt-cinq ans. Un Think Tank, contribuant, au renouvellement, des idées, par des propositions novatrices, progressistes, humanistes ». Cette heureuse initiative, audacieuse, pionnière, inédite, en France, est à saluer ! Il s’agit, notamment, d’un mouvement, de jeunes, œuvrant, par et, pour, les juniors. Au-delà, plus largement, au service, du pays et, de la société, tout entiers. Nonobstant, à l’origine, son bureau exécutif, comme, dans un parti traditionnel, était constitué, de notabilités adultes, non, de jeunes anonymes, exclusivement. Ce qui illustre, la difficulté, de la jeunesse, de cet État, à pleinement, s’affranchir, de la « tutelle », des aînés. Toutefois, depuis, les cadres ont été rajeunis, ce qui est fort heureux !

 

Notons, également, l’intéressant travail didactique, de ce jeune étudiant, de vingt-trois ans, en 2020, H. Travers. Lequel, sur Internet, via, sa chaîne vidéo, YouTube, HugoDécrypte, éclaire l’actualité, pour tous ses pairs. Interrogeant, en outre, des personnalités politiques. Jusqu’au président de la République française, E. Macron, (Homme d’État, France, mandat présidentiel 2017-2022), en personne, en 2019 ! Tout ceci, participe, de la construction adulte, de la jeunesse, de son apport sociétal, propre et, doit donc, à ce titre, être encouragé.

 

À l’opposé, de ces positives et, fructueuses entreprises juvéniles, prenons garde, à certaines actuelles, carences éducatives, accrues. Menant, une enseignante, excédée, par les incivilités, de ses élèves lycéens, pourtant, favorisés, à les admonester, vertement. Leur reprochant, à juste titre, non, pas, « d’être mal élevés, mais, non élevés, du tout » ! De même, le père, d’un collégien, de quatorze ans, s’étonne-t-il, que son fils ignore, le sens, d’un terme, aussi courant, que celui, d’ « éphémère ». Le premier émet alors, l’hypothèse, que son rejeton « hiberne, en classe ou, que l’enseignement est nul ». Telle est, de fait, la problématique, en cause !

 

Cela, n’empêche nullement, les jeunes, de savoir distinguer, les bons maîtres, d’être conscients, de ce qu’ils leur doivent, de leur en être reconnaissants. Ainsi, le jour, de son départ, à la retraite, un enseignant, de collège, en activités sportives, est-il, tout particulièrement, honoré. Les sept cents élèves, de l’établissement, l’ovationnent follement, en une interminable, émouvante, haie d’honneur ! Enseignons, à notre jeunesse, la foi, en soi, le travail acharné, la force mentale. Pour qu’elle s’accomplisse, sous les meilleurs auspices, hic et nunc, ici et, maintenant. En une « juvénilité équilibrée, mesurée, ni Artaban ou, Petit Chose ni, faraude ou, honteuse ». Pour une nouvelle génération affirmée, maîtresse, d’elle-même, avec la pleine humilité, qui sied, à l’authentique sagesse !

 

Les Anciens, de l’Antiquité gréco-romaine, accordent, la plus haute importance, aux jeunes, à la juvénilité. À l’aube et, aux fondements, de notre civilisation occidentale. Ainsi, Hébé, en la mythologie grecque, fille, de Zeus et, d’Héra, est-elle, la déesse, de la jeunesse, la vitalité, la vigueur juvéniles. Veillant, aussi, sur les jeunes mariés. De même, l’adolescent, Ganymède, personnifiera-t-il, par excellence, la juvénilité, dans les mythes grecs antiques. En la mythologie, de l’Antiquité romaine, Juventas, fille, de Jupiter et, de Junon, est la déesse, de la jeunesse masculine. Devenant adultes, les jeunes hommes lui versaient, une obole, lors, de leur prise, de la toge virile. Marquant, leur accession, à la maturité. Donc, à l’âge, du service militaire.

 

Héraclès, fils, de Zeus et, d’Alcmène, est l’un, des héros, les plus adulés, de la mythologie grecque antique. Devant expier, un crime familial, il doit alors, réaliser, douze travaux, hors, du commun. Ce qui exigera, de lui, une décennie entière, de labeur… herculéen.

 

1- Tuer, le lion de Némée et, ramener sa dépouille.

2- Exécuter, l’hydre de Lerne.

3- Capturer, la biche de Cérynie, créature d’Artémis.

4- Attraper vivant, le sanglier d’Érymanthe.

5- Nettoyer, de façon inédite, les écuries d’Augias.

6- Exterminer, les oiseaux du lac Stymphale.

 

7- Dompter, le taureau crétois de Minos.

8- Se saisir, des juments de Diomède.

9- Prendre, la ceinture d’Hippolyte.

10- Battre, le géant Géryon et, s’emparer, de ses bœufs.

11- Dérober, les pommes d’or des Hespérides, gardées, par Ladon.

12- Subir, le passage, aux Enfers, pour en déloger Cerbère et, le présenter enchaîné.

 

À l’image, d’Héraclès / Hercule, la jeunesse, d’aujourd’hui, a pour tâche, elle aussi, de réaliser, douze grandes missions existentielles. Pour atteindre, son plein accomplissement adojuvénile, de vie. Afin, d’accéder, à la maturité adulte, la plus authentique, réussie et, comblée, possible.

 

1- Veiller, à sa bonne santé, physique, psychique, sociale, par une parfaite hygiène, auto/discipline, de vie.

2- S’assurer, d’un bon équilibre psychomoral, mental, en cultivant, une saine psyché cognitive, émotionnelle, comportementale.

3- Entretenir, d’harmonieuses relations familales, affectives, sociales, par l’entremise, de liens apaisés, avec soi-même, autrui.

4- Œuvrer, à une complète insertion sociale, en développant, les compétences et, suivant, les voies, qui le permettent, le mieux.

5- Être, en mesure, d’assurer, sa subsistance matérielle, personnelle, en se rendant utile, à ses contemporains, mettant, en œuvre, des aptitudes rétribuées.

6- S’astreindre, à une solide formation, d’études, aussi complète, que possible, au maximum, de ses capacités, en mobilisant, des savoirs, d’excellence.

 

7- S’engager, en une pérenne, intégration professionnelle, par la maîtrise, de savoirs-faire spécifiques, originaux, maximaux.

8- Se réaliser, par des loisirs, une culture, exigeants, de qualité, enrichissants, par l’entretien, de centres d’intérêts éclectiques, constants et, gratifiants.

9- Opter, pour un corpus dense, de valeurs, d’idéaux et, d’adhésions, en dépassement, de soi, par la guidance, de principes, repères sûrs, faisant sens, à sa vie.

10- Structurer, sa personnalité, en maturité progressive, vers le plein adultisme idoine, par l’optimisme, le volontarisme, l’élévation, de soi, constructive.

11- Privilégier, tous les ferments, d’épanouissement, de réalisation, de soi, de plénitude, par la sérénité, la créativité, l’acceptation, de soi, d’autrui, l’humanisme.

12- Conserver, quoi, qu’il en soit, foi, en soi, autrui, la vie, son destin, en motivation existentielle, éthique individuelle, par la persévérance, l’ambition, pour progresser.

 

Comme, Héraclès, Persée est un jeune héros, de la mythologie grecque antique. Lui échoit, la mission, de tuer, la Gorgone Méduse, au regard pétrifiant, ceux, qui le croisent. Il en sera, le vaillant vainqueur. Il sauve, ensuite, la princesse Andromède, des attaques, d’un monstre marin et, l’épouse. Thésée est, également, une autre figure héroïque mythique, juvénile, de l’ancienne Grèce. Il est le dompteur vainqueur, du taureau de Marathon. Minos, roi, de Crète, vainqueur, des Athéniens, exige, de ces derniers, tous les neuf ans, le sacrifice, de sept jeunes hommes et, sept jeunes filles. Livrés, en holocauste, au monstre, Minotaure. Thésée se rend, en Crète, pénètre, le labyrinthe, antre, de la créature, à corps humain, tête, de taureau, la tue, sans coup férir. Il regagne Athènes, sain et sauf. Séjournant, à Delphes, Thésée tranche, sa chevelure, en fait offrande, à Apollon.

 

Cela, est à l’origine, d’un rituel athénien, subséquent. Les jeunes hommes, de l’Antiquité, consacreront, également, désormais, leur chevelure, à une divinité. Après, l’avoir fait pousser, jusqu’à, leur puberté, ce rite symbolise, leur accès, à l’âge adulte. Ces fabuleux récits démontrent, que nos aînés, de l’Histoire ancienne, avaient une vision, tout autrement, positive, de la jeunesse. Bien plus valeureuse, comparativement, à la nôtre, avant, l’ère moderne. (Antiquité et, Moyen Âge). Le jeune est alors, considéré, comme, capable, hardi et, d’apport bénéfique, à sa société, ses contemporains. Depuis, (Époques moderne et, contemporaine), le junior est appréhendé, comme, inapte, paresseux et, source, de désagréments, pour autrui. « La confiance, le crédit, l’adhésion, à la juvénilité, se sont mués, en défiance, débit, rejet » !

 

« Il était, un petit navire, Qui n’avait jamais, navigué. […]. Il partit, pour un long voyage, Sur la mer Méditerranée. […]. Au bout, de cinq, à six semaines, Les vivres vinrent, à manquer. […]. On tira, à la courte paille, Pour savoir, qui serait mangé. […]. Le sort tomba, sur le plus jeune, Qui n’avait jamais, navigué. […]. On chercha alors, à quelle sauce, Le pauvre enfant, serait mangé. […]. Pendant, qu’ainsi, l’on délibérait, Il monta, en haut, du grand hunier. […]. Il fit, au ciel, une prière, Interrogeant, l’immensité. […]. Mais, regardant, la mer entière, Il vit des flots, de tous côtés. […]. Au même instant, un grand miracle, Pour l’enfant, fut réalisé. […]. Des petits poissons, dans le navire, Sautèrent, par et, par milliers. […]. On les prit, on les mit, à frire, Le jeune mousse fut sauvé. […] ».

(Il était, un petit navire, d’après : Méridien, comédie-vaudeville, France, 1852. Livret, de L.-F. Nicolaïe, dit, Clairville, poète, chansonnier, dramaturge français, 1811-1879, et al., musique, de E. Montaubry, compositeur français, 1824-1883).

 

Quand, les temps sont fastes, la société adulte dominante condescend, à « octroyer », à sa jeunesse, quelques menues « prébendes ». Or, malheur, aux cadets, si la « disette », vient, à frapper, les aînés. En ce cas, les juniors sont les premiers, à en pâtir. Au seul, profit, de leurs seniors. Dans le monde professionnel, les jeunes sont, toujours, « taillables et corvéables », à merci. Derniers, embauchés, premiers, licenciés. Devant subir, en silence, sous peine, de ne jamais, « faire carrière ». Le pire est réservé, aux jeunes filles, jeunes femmes. Endurant, une « double peine ». Celle, de la juvénilité, comme, les garçons et, celle, du sexe féminin. Dont, nombre, d’hommes adultes, notamment, à pouvoir hiérarchique, usent et, abusent, sans, nulle, vergogne, toute honte bue. À tort et, à travers. Multipliant, pressions, harcèlements, voire, agressions caractérisées. Chantages, à l’emploi, au maintien, de poste, à la promotion et, au renvoi, pur et simple. Aux fins, d’obtenir, de gré ou, de force, des faveurs indues, malséantes et, hors, de propos.

 

Si, par malheur, la jeune collaboratrice refuse ou, parle, se plaint, elle est, la plupart, du temps, réduite, au silence et, boutée dehors. Privée, de son emploi. De façon, outrageante et, ignominieuse. Outre, que les jeunes femmes, comme, leurs aînées, sont moins reconnues, payées, promues, dans le monde, du travail. Ce, par rapport, à leurs homologues masculins, de même rang. Par le plus grand, des « hasards », le mousse est condamné, à servir, de repas, aux marins affamés, en perdition. Certes, pas, le capitaine ou, un matelot confirmé ! Or, par sa seule, foi, en lui, son destin, refus, de la fatalité, le jeune sacrifié est sauvé. Non, par les adultes, de leur fait !

 

« J’ai du bon tabac, dans ma tabatière, J’ai du bon tabac, tu n’en auras pas. J’en ai du fin et, du bien râpé, Mais, ce n’est pas, pour ton vilain nez ! J’ai du bon tabac, dans ma tabatière, J’ai du bon tabac, tu n’en auras pas ».

(J’ai du bon tabac, de G.-C. de Lattaignant, poète français, 1697-1779, d’après : La Servante au bon tabac, concerto comique, de M. Corrette, compositeur et, organiste français, 1707-1795, France, 1733).

 

Traditionnellement, à toutes époques, toutes contrées, la juvénilité, par principe, n’est pas « vouée, au meilleur, mais, au pire ». Sous prétexte, d’apprentissage, d’inexpérience, comme, d’insuffisance, d’immaturité, les jeunes sont contraints, à un véritable, « bizutage social ». Tout autant, injustifié, inique, inutile, que contre-productif. Imposé, par leurs devanciers, en archaïque, « droit, d’aînesse ». Les juniors sont, alors, découragés, dépités, démobilisés, au lieu, d’être motivés, entraînés, galvanisés. Empêchés, à donner, le meilleur, d’eux-mêmes, ils se limitent, au strict minimum. Privant, l’ensemble, de leur société, de leur précieux, indispensable, apport. Au détriment, des anciens, comme, du leur, soit, de tous. Plus, que jamais, le monde regorge, de tout, ce dont, à besoin, la génération montante, pour s’épanouir, prospérer, enrichir, à son tour, l’univers. Or, par égoïsme, caprice, « privilège, d’antériorité », les prédécesseurs refusent, arbitrairement, ouvertement, aux successeurs, l’essentiel. Pourtant, légitime, en réalisation, de soi. Ainsi, l’image, du meilleur tabac, dénié, signifie, que la jeunesse, n’est pas jugée « digne », d’être gratifiée, mais, mortifiée. Ne pouvant, progresser, elle ne grandit pas, reste assujettie !

 

« La ville écrase, la forêt, Pour y installer, son décor, Sans songer, au bruit, que ferait, Le chant, de tous les oiseaux morts. On cimente, le paysage, On bétonne, les horizons, Nous voici, arrivés, à l’âge, De raison. Le petit sentier, de l’école, Est une autoroute, à six voies, Qui mène, à la piste, d’envol, Où, les Boeing, hurlent, de joie. Il y a, du goudron, sur la plage, Et, du gas-oil, sur le gazon. […]. On a piétiné, les ballades, Et, les refrains, de nos printemps, On en a fait, des marmelades, Pour des vieillards, de dix- sept ans. […]. Les décibels, nous assassinent, Les scooters, nous bouffent, le cœur, Et, la télé, dans les cuisines, Nous explique, notre bonheur. Quand, on veut rêver, les nuages, Ont la forme, de champignons. […]. Rien, à faire, petit bonhomme, Mets, ta tête, sous l’oreiller. Grand-mère, a bouffé, une pomme, Et, c’est à nous, de la payer. Tiens-toi tranquille, reste sage, Enfoui, au creux, de ta maison, Et, laisse, laisse, passer, l’âge, De raison ».

(L’Âge de raison, chanson, texte, de F. Blanche, auteur français, 1921-1974, musique, de H. Leca, compositeur français, 1914-1981, France, 1965).

 

L’âge, dit, « de raison », qualifie, de façon ancestrale, depuis, le dix-septième siècle, l’enfant, d’environ, sept ans. Devenant, capable, de constructions intellectuelles élaborées. Comme, de prendre, pleine conscience morale, de ses actes. Sous, l’Ancien Régime, (France, 1589-1789), garçons et filles sont, définitivement, intégrés, au monde adulte, en responsabilité, autonomie. Leur premier septennat existentiel, étant écoulé. Or, d’un point de vue social, sociologique, sociétal, ce qui avait cours, aux temps passés, est révolu. Tout particulièrement, depuis, un bon demi-siècle. De façon, cognitive, émotionnelle et, comportementale, l’ « âge, de raison », est, surtout, celui, des adojeunes, de quinze – vingt-quatre ans. Ainsi, le significatif texte, cité, ci-dessus, évoque, l’âge, de dix-sept ans, non, de sept. Il date, du milieu, de la décennie 1960, époque même, de la césure historique, évoquée. Ce sont les juniors, qui sont « rattrapés, par les pleines réalités, du monde adulte, tel, qu’il est ». Avec tout, ce que cela, implique, pour eux, bien plus, que les enfants, même, « grandis ». Quel est donc, ce contexte, depuis, la fin, des Trente Glorieuses, (Occident, 1945-1975) ? Hélas, notamment, pour nos jeunes, « bien plus, indéniablement, de malus, que de bonus » !

 

Une urbanisation croissante. Une écologie fort altérée. Des pollutions généralisées, tournant, aux empoisonnements collectifs. Un pervertissement alarmant, des esprits, intoxiquant, tout particulièrement, la juvénilité, par essence, vulnérable. Un espace-temps, de fureur, fracas et, d’emballements, exaspérés. Non, de paix, sérénité, mesure. Une décérébration, par médias omniprésents, inquisiteurs, interposés. D’illusoires évasions, psychédéliques. Une génération, de Baby-Boomers, en fin, de carrière ou, retraités, qui ont dilapidé, toutes les richesses et, les ressources disponibles. Aux dépens, des cohortes juvéniles, d’aujourd’hui, qui se retrouvent, ainsi, fort démunies.

 

À qui, leurs indélicats, imprévoyants et, insouciants, aînés, ne laissent, que dettes, pénuries et, désastres, de toutes sortes. Une jeunesse, qui n’a, alors, plus, le loisir, devenu, introuvable luxe indécent, de la guillerette impavidité, de ses inconséquents, récents, ancêtres ! Devant, « dare-dare, en payer, le prix exorbitant ». La philosophie, de ce « conte, des temps modernes », est que les actuels juniors, en sont réduits, à l’impuissance. Courber l’échine, sous l’orage, en espoir, d’hypothétiques embellies. Muselés, par l’ingratitude, de leur triste sort. Anesthésiés, de factices conforts. Attendant, que leur juvénilité volée… trépasse !

 

« Bon voyage, Monsieur Dumollet, À Saint-Malo, débarquez, sans naufrage, Bon voyage, Monsieur Dumollet, Et revenez, si le pays vous plaît. Si vous venez voir, la capitale, Méfiez-vous, des voleurs, des amis, Des billets doux, des coups, de la cabale, Des pistolets, des torticolis. […]. Là, vous verrez, les deux mains, dans les poches, Aller, venir, des sages et, des fous, Des gens bien faits, des tordus, des bancroches. Nul, ne sera jambé, si bien, que vous. […]. Des polissons, vous feront, bien des niches, À votre nez, riront bien, des valets, Craignez, surtout, les barbets, les caniches, Car ils voudront, caresser vos mollets. […]. L’air, de la mer, peut vous être contraire, Pour vos bas bleus, les flots sont un écueil. Si le séjour, enfin, pouvait vous déplaire, Revenez-nous, avec bon pied, bon œil ! […] ».

(Bon voyage, Monsieur Dumollet, d’après : Le Départ, pour Saint-Malo, vaudeville, de M.-A. Désaugiers, compositeur, dramaturge, poète français, 1772-1827, France, 1809).

 

État, à part entière, l’adojeunesse, de notre siècle, est, tout autant, une transition, un passage, un cheminement, entre l’enfance et, l’adultisme. Les adultes étant, quant à eux, parvenus, à destination. L’objectif, des juniors humains, est, ayant quitté, l’ère enfantine, de rejoindre, celle, de la pleine maturité. Réalité intangible, intemporelle, universelle, de notre espèce. Voyage, qui n’est pas, sans encombre, aléas, adversité, de toutes natures. À l’image, de celui, du Sieur Dumollet, du vaudeville, de Désaugiers. Il s’agit, de même, pour tout jeune, en pérégrination, vers son devenir adulte, d’éviter, maintes chausse-trappes.

 

D’accoster, à bon port, sans avoir fait naufrage. De se défier, autant, des inconnus malintentionnés, que des proches familiers. Des cadeaux empoisonnés, que des dommageables manigances, intrigues. Tout jeune, se doit, avec clairvoyance, discernement, de bien différencier, son prochain fréquentable, de celui, qui ne l’est pas. Flatteries, tout comme, attaques, doivent être tenues, en fort grandes, prudence et réserve. La traversée, entre enfance et, adultisme, étant, des plus périlleuses, hasardeuses, délicates, un « accident, de parcours », est toujours, possible. Il convient, alors, que tout junior, puisse, à tout moment, avec l’aide, des adultes, bénéficier, d’une « deuxième chance ».

 

Ce qui signifie, pouvoir se donner, le temps, de la réflexion, « faire une pause », « reculer, pour mieux sauter », changer d’avis. Opérer, certains détours, voire, rebrousser chemin, tergiverser, se réorienter… Ce qui est, en d’autres termes, le « droit, à l’erreur », jeunesse, oblige. L’essentiel étant, quel, que soit, le trajet choisi, effectué, de bien arriver, sain et sauf, en territoire adulte ! Nombre, de contes, peuvent être considérés, comme, des allégories, illustrant, par analogie, métaphore, l’ « oppression », de la jeunesse. Ainsi, que l’ingéniosité, de celle-ci, à triompher, des pires adversités. Ainsi, le Petit Poucet, avec ses frères, retrouve-t-il, son chemin, grâce, aux cailloux blancs, qu’il a, préalablement, eu la présence d’esprit, de « semer », sur sa route. Puis, il parvient, à dérober, à l’ogre, ses bottes, de sept lieues, permettant, à la fratrie, d’être hors d’atteinte. (C. Perrault, littérateur français, 1628-1703, Le Petit Poucet, conte, Contes de ma mère l’Oye, recueil, de contes de fées, France, 1697). Puisse, la juvénilité, compter, d’abord, sur elle-même, ses atouts, qualités propres, pour parvenir. Avec, tous les repères, de guidance, nécessaires et, les meilleurs moyens, pour progresser, au mieux et, au plus vite, en son existence.

 

Trois jeunes cochons quittent, leur famille, pour prendre, leur indépendance. Le premier se construit, une demeure, de paille, le deuxième, en bois, le dernier, de brique. Le loup détruira, les deux maisons légères, dévorera, ses occupants, mais, ne pourra, venir à bout, du logis, le plus solide ni, de son propriétaire. Le prédateur s’introduira bien, par la cheminée, mais, se tuera, en tombant, en une marmite, de soupe bouillante. C’est, alors, sa proie initiale potentielle, qui en fera, son dîner ! (Les Trois Petits Cochons, conte traditionnel européen, XVIIIe s.). La morale, de l’histoire, pour la nouvelle génération, est, que seule, une solide préparation, de vie, permet, de surmonter, les duretés existentielles. L’incurie, l’insouciance, la négligence coupables, ne mènent, qu’au pire. Seuls, la prévoyance, les précautions, l’effort sérieux, permettent, de se prémunir, des aléas. Tout, dépend donc, des décisions, en conscience, for interne, libre arbitre, de chacun. En adojuvéniles responsabilité ou, impéritie.

 

Un jeune canard est rejeté, par ses congénères, car, il ne leur ressemble, en rien. Maltraité, ostracisé, il est contraint, de quitter, les siens. Après, maintes péripéties, avanies, le caneton arrive, à un lac, peuplé, de magnifiques cygnes. S’y mirant, il découvre, qu’il est, en réalité, l’un, d’eux. Qu’il n’a donc, jamais, été, le vilain petit canard, qu’il croyait être et, que l’on avait tenté, de lui faire croire, qu’il était. (H. C. Andersen, dramaturge, conteur, poète danois, 1805-1875, Le Vilain Petit Canard, conte, pour enfants, Danemark, 1842). Tout jeune, se doit, au préalable, d’être conscient, de son identité, de savoir, qui, il est, véritablement.

 

S’aimant, tel, qu’il est, envers et, contre tout et, tous. Indifférent, à son image. Quelle, que soit, l’opinion, d’autrui, à son égard. Le junior doit, se prémunir, contre, l’injustice, l’exclusion, la discrimination. La vraie tolérance, de toutes les différences et, singularités, devant être, la loi universelle. D’autant plus, que toute dissemblance, a priori, défavorable, peut se révéler être, en réalité, un avantage, valorisant et, recherché. Ce qui fait passer, du statut, si peu enviable, de paria méprisé, à celui, fort appréciable, de sujet charismatique, des plus admirés. En éclatante revanche, sur le sort. Ainsi, est, la jeunesse, souvent, incomprise, vilipendée, écartée, car, jugée indigne, déchue, seconde. Alors, qu’elle est, en réalité, digne, d’intérêt, car, valeureuse, capable et, riche, de ses positives spécificités.

 

En une nuit glaciale, du Nouvel An, une petite fille, marchande, d’allumettes, sans acheteurs, se retrouve seule, transie et, découragée. Dans le silence, de la neige, elle se réfugie, alors, en un renfoncement. Elle se réchauffe, à la lueur, de ses allumettes, qu’elle consume, une à une. Chacune, lui laisse entrevoir, des visions extatiques, de fastueux intérieurs, de fête. Le seul être, qui l’ait aimée, sa grand-mère, récemment, disparue, lui apparaît, alors. Pour l’emporter, avec elle, en l’Au-Delà, de la paix éternelle.

(H. C. Andersen, dramaturge, conteur, poète danois, 1805-1875, La Petite Fille aux allumettes, conte, Danemark, 1845).

 

Ainsi, la jeunesse est-elle, le « pur parent pauvre », de l’humanité, intemporelle et, universelle. Mortifiée, pénitente, abandonnée, par le monde opulent, des aînés. Iniquement, privée, de l’essentiel moral, spirituel, axiologique. Le salut, l’apaisement, pour la trépassée, du conte, viendra, d’une aïeule, bonne et, affectueuse. De même, que les jeunes, peuvent être soutenus, par des semblables et, adultes, bienfaisants et, bienfaiteurs, à leur égard. La symbolique, de la flamme fugace, symbolise, la fulgurance, de la juvénilité et, de toute existence humaine. Or, aussi, de leur intensité, densité et, valeur, ontologiques, ontogéniques, uniques, au sein, des espèces vivantes, de la création terrestre.

 

« Jeune homme, réjouis-toi, en ta jeunesse, livre ton cœur, à la joie, pendant les jours, de ta juvénilité, marche, dans les voies, de ton cœur et, selon, les regards, de tes yeux ». (L’Ecclésiaste, XII-1, La Bible, Moyen-Orient, IIIe s. av. J.-C.). De fait, en dépit, de sa défaveur, la néogénération est espérance !

 

Début 2017, une institution britannique, pour l’éducation, la fondation Varkey, diffuse, une étude fort intéressante et, significative. Celle-ci révèle, que les jeunes français, sont « les plus pessimistes, quant à l’avenir ». Juniors italiens et, turcs, suivent. Vingt mille jeunes, de tous continents, ont été interrogés. Les juniors hexagonaux craignent, tout particulièrement, les extrémismes, le terrorisme, les difficultés d’emploi. 67 pour cent, des quinze – vingt-et-un ans français, se disent heureux, 10 pour cent, malheureux. Ils sont parmi, les moins satisfaits et, épanouis, des jeunes, du monde, questionnés. 53 pour cent, des juniors, de notre pays, estiment, que « le monde, se dégrade », 6 pour cent, à peine, qu’il s’améliore. 81 pour cent, redoutent, surtout, extrémisme, terrorisme.

 

Le défaut, de débouchés professionnels, inquiète fort, aussi. Notre jeunesse, de France, comparativement, aux autres jeunes, d’Occident, est celle, qui a, le plus, peur, de l’immigration légale. Lui est, le moins, favorable. 27 pour cent, à peine, approuvent, l’aide, aux migrants, en matière, de conditions, de vie, de travail. Alors, que la nouvelle génération mondiale, soutient, majoritairement, les migrations. (Enquête internationale Jeunesse, fondation Varkey, Royaume-Uni, 2017, Agence France Presse, France, 8 février 2017). Ceci, démontre fort, une fois, de plus, que la juvénilité française, est en position, de repli, de défensive, d’anxiété. Du fait, qu’elle est, plus, que d’autres, encore, en Occident, en marasme, maltraitée, délaissée.

(M. Fize, sociologue français contemporain, Jeunesses à l’abandon, ouvrage de sociologie, France, 2016).

 

Il est temps, qu’il soit, en France, pleinement, reconnu, que la jeunesse nationale, « mérite, un sort meilleur, que celui, qui lui est fait ». En l’intérêt même, de la nation, tout entière. Ne pas y souscrire, serait, tout à la fois, pour raisons, d’équité, une faute, une erreur. La casuistique sépare, la faute morale personnelle, en conscience, for interne, devant mener, à résipiscence, d’une part. De l’erreur, tout aussi lourde, mais, de bonne foi, hors conscience, en for externe, à amender, de l’autre. La faute est un défaut, de raisonnement moral, éthique, axiologique. L’erreur, un déficit, de clairvoyance mentale, émotionnelle et, comportementale. Le « déni, de jeunesse », français, est une faute ontologique, qui consiste, à défavoriser, la partie juvénile, du corps social national, par purs préjugés iniques. Cela, est une lourde erreur, d’intelligence, car, en sabordant, la part, la plus dynamique, de sa population, le pays se prive, ainsi, d’avenir.

 

Rendons alors, hommage, à tous ceux, qui se dévouent, sans compter, si généreusement, bénévolement, pour les jeunes. Notamment, les plus défavorisés, méritants. Ainsi, O. Vallet, enseignant, du supérieur, héritier, d’une imposante fortune, qu’il a intégralement, offerte, à une fondation, portant, son nom. Au sein, de la Fondation de France. Laquelle, fournit, des bourses, d’études, aux collégiens, lycéens, étudiants, défavorisés, les plus brillants, de Paris, du Bénin, du Vietnam. Grâce, soit rendue, à ce généreux mécène, bienfaiteur, de la jeunesse. L’un, des principaux, en Europe, en terme, d’éducation.

 

Dans la plupart, des grands pays occidentaux, l’on réserve, aux juniors, le meilleur, en matière éducative, sociale, d’infrastructures afférentes. Cela, marque, le degré, d’évolution, de progrès, de ces nations, lesquelles, avancent, d’autant. Cela, indique, le poids, le respect et, l’importance, accordés, aux plus jeunes. Notre pays est bien plus, « avare » et, recule, dans le concert, des nations ! En France, le meilleur, n’est pas réservé, à la jeunesse. Un signe, « qui ne trompe pas » : les superbes installations scolaires, universitaires, de pays comparables, au nôtre. Nos écoles et, universités, qui menacent ruine, font pâle figure, nous font, littéralement, honte !

 

Nous nous égarons, sans cesse, en vaines polémiques, inerties, picrocholines guerres, au lieu, d’agir. Illusoirement, repliés, en nos tours d’ivoire, bastilles et, autres, improductives thébaïdes. Or, n’oublions jamais, que l’adojeunesse est l’avenir, des États, « par définition ». De plus en plus, de jeunes, d’aujourd’hui, connaîtront, les débuts, du vingt-deuxième siècle ! Nous, adultes, préférons, éluder, surseoir, nier, une génération, qui, alors, sans cesse, oscille, entre délétères minimalismes et, maximalismes. Les positionnements extrêmes, étant, les seules façons, pour elle, d’ « exister » et, pleinement. En un monde et, une société, qui ne sont faits, « ni avec, ni par, ni pour, elle-même ». Les juniors, de France, sont paralysés, du fait que, dès, leur plus jeune âge, l’on ne cesse, de leur « taper, sur la tête », au lieu, de les encourager. Pourtant, la jeunesse n’a, en rien, démérité, bien au contraire. Ainsi, à l’été 2015, trois jeunes gens, au péril, de leur vie, parviennent, à mettre, hors d’état, de nuire, un terroriste, dans le train rapide, Amsterdam-Paris. Évitant, sans doute, par leur héroïsme, un terrible carnage. L’adojuvénilité est l’âge, tout premier, des plus ardentes et, folles aspirations.

 

Toutefois, il n’existe, en France, nul, réel parti politique, indépendant, de jeunesse. Or, surtout, des émanations juniors, de partis politiques conventionnels, existants. Sous l’étroite férule, des sourcilleux, ombrageux, aînés adultes. Le jeune français est fils, fille, de la puissante Grande Nation, pendant, deux longs siècles. Du Roi de France, Louis XIII (1601-1643), à l’Empereur des Français, Napoléon Ier (1769-1821), du dix-septième siècle, au début, du dix-neuvième. De l’action, du Premier ministre, le cardinal de Richelieu, (France, 1585-1642), à l’effondrement, de la bataille de Waterloo. (Belgique, 1815). Aux dix-neuvième et, vingtième siècles, défaites militaires, chute, de l’empire colonial, obligent, il sera ressortissant, d’une « puissance, fort moyenne ».

 

Avec le vingt-et-unième siècle, son pays lui apparaît, bien « restreint ». Quand, l’Europe, elle-même, son continent, s’efface, peu à peu, de l’aréopage, des contrées planétaires majeures. De quoi, méditer, sur le destin, la vanité, des nations. Symbole, de ce « déclassement national », même, les réfugiés, les migrants, du Moyen-Orient, ne souhaitent pas, pour la plupart, s’installer, en l’Hexagone ! Ils plébiscitent, majoritairement, l’Angleterre, l’Allemagne, les pays scandinaves, pour ce qui est, de l’Europe. États plus prospères, donc, attractifs, pour eux. Ce qui est signe, fort alarmant, qui ne trompe pas. La France n’attire pas, les immigrés, d’un certain « niveau » socioculturel, professionnel. Seulement, surtout, ceux, plus « modestes », d’autres horizons.

 

Il est vrai, que notre pays « se traîne, fort misérablement », en lenteurs et, blocages, aussi interminables, que lamentables ! Un exemple, parmi mille : la fondation culturelle d’art, Pinault, contrainte, de s’exiler, en un lointain palais vénitien. Alors, qu’elle devait, initialement, s’établir, à la nouvelle île Seguin, de Boulogne-Billancourt. Les travaux d’aménagement, ne cessant, de prendre, maint retard. La France a, ainsi, retardé l’implantation, d’un grand pôle artistique, qui plus est, français, sur son sol, pour d’ineptes raisons. Lequel, n’ouvre, alors, à Paris, à l’ancienne Bourse de commerce, qu’en 2021. Ce type, de « contre-productifs exemples », est, hélas, légion ! Ce qui ne peut, qu’encore plus, inciter, nos jeunes, les plus dynamiques, à déserter, leur propre patrie, pour des cieux, plus attrayants, pour eux. Une grande part, d’entre eux, s’étiole, faute, d’idéal, de vie, authentiquement, motivant, épanouissant, qui élève. En un monde, de plus en plus, « aseptisé : inodore, incolore et, sans saveur » ! La juvénilité est le temps, de la passion, forte et belle, quand, celui, de la maturité, doit, toujours, être celui, de la pleine et, entière raison.

 

Or, cette adojeunesse française se trouve, ès qualité, de plus en plus, discriminée. Non seulement, par rapport, aux adultes, mais, aussi, entre jeunes, eux-mêmes. Selon, le milieu familial, de naissance, les parents, l’éducation reçue, la place, dans la fratrie. La date, de naissance, l’âge, le sexe, avec force avantages, aux garçons. Comptent aussi, le prénom, l’aspect physique, le type, d’études accomplies, le milieu et, le niveau socioculturels et, économiques, d’origine et, le lieu, de résidence. La provenance géographique et, ethnique. L’établissement, de formation, fréquenté, sa nature et, les diplômes obtenus. Interviennent, le ou, les premiers emplois, occupés, les réseaux, milieux sociaux, d’appartenance. Conditionnant, la possibilité, de faire carrière ou, pas… Tous vecteurs psychosociologiques, d’exclusion ou, d’insertion juvéniles.

(J.-F. Amadieu, sociologue français, Les clés du destin, livre, de sociologie, France, 2006).

 

La jeunesse ne peut s’accomplir, « quand, ce que le monde adulte, lui fait voir, est laid, au lieu, d’être beau. Quand, ce qu’il lui fait entendre, est dissonant, au lieu, d’être harmonieux. Quand, ce qu’il lui fait toucher, est visqueux, au lieu, d’être soyeux. Quand, ce qu’il lui donne, à sentir, est malodorant, au lieu, d’embaumer. Quand, ce qu’il lui fait goûter, est si mauvais, au lieu, d’être bon ». Les juniors méritent l’optimum, d’être « hissés, vers le meilleur, de l’exigence, non, pas, abaissés, vers les pires, des vilenies ». Contrairement, aux adultes, ils ont besoin, d’une double reconnaissance. D’abord, en tant, qu’humains, à part entière, ensuite, comme jeunes, ès qualité. Pour l’écrivain, E. Hemingway, (États-Unis, 1899-1951), Paris est une fête ! (Récit autobiographique, États-Unis, 1964). La juvénilité l’est, tout autant !

 

Ainsi, sous la Révolution française (1789-1799), la Convention nationale (1792-1795), avait-elle, institué, une fête annuelle de la Jeunesse. Au début, du printemps. L’auteur colombien, G. Garcia Marquez (1927-2014), conte l’histoire, de toute une famille, vouée, à vivre, « un siècle, d’ostracisme ». En sa fort célèbre, œuvre littéraire, Cent ans de solitude. (Fiction, de réalisme magique, Argentine, 1967). Par un funeste oracle, prophétique. Que notre jeunesse ne soit, de même, livrée, à la damnation éternelle. Celle, de la déshérence, de la déréliction et, l’abandonnisme, moraux. Qu’elle soit, tout au contraire, promise, aux plus beaux destins, ceux, du devoir accompli, du sens donné et, de la trace laissée, au temps, du grand départ ! Tragique Minotaure titan, enfin, transcendé, transfiguré, en lumineux être Sage !

 

 

SOURCES / BIBLIOGRAPHIE

 

 

ABADIE, J. – Au secours, mon ado s’oriente !, Paris, Hugo Doc, Hugo et Cie, 2017.

ABBÉ PIERRE N’oublions pas les jeunes !, Paris, Desclée de Brouwer, 2007.

ABRIAL, G. – Nos ados et nous – Les comprendre, les accompagner, Paris, Puf, 2012.

ADOLESCENCE Amitié, Le Bouscat, L’Esprit du Temps, 2007.

ADOLESCENCE Droit de Cité, Le Bouscat, L’Esprit du Temps, 2007.

ADOLESCENCE – Entre les générations, Le Bouscat, L’Esprit du Temps, 2007.

ADOLESCENCE – Inconsommable, Le Bouscat, L’Esprit du Temps, 2008.

ADOMNICAI, I. – Corps malade et adolescence, Paris, Éditions In Press, 2004.

AGARD, A. – La nécessité du chagrin d’amour, Paris, Epel, 2008.

AGORA Débats / Jeunesses, Entre les âges, Paris, Injep, L’Harmattan, 2008.

AGORA Débats / Jeunesses, Jeunes & santé, Paris, Injep, L’Harmattan, 2010.

AGORA Débats / Jeunesses, Les jeunes face au politique, Paris, Injep, 2009 (deux tomes).

AGORA – Débats / Jeunesses, Volontariats civils, Paris, L’Harmattan, Injep, 2008.

ALBERTINI, P. – L’École en France, du XIXe siècle à nos jours, Vanves, Hachette, 2014.

ALLAMAND, N. / CHOSALLAND, C. – Enseignants dans la tourmente, Paris, Retz, 2005.

ALVIN, P. / MARCELLI, D., dir. – Médecine de l’adolescent, Issy-les-Moulineaux, Masson, 2005.

ALVIN, P. / MICHAUD, P.-A., dir. – La santé des adolescents, Paris, Doin, 1997.

AMBLARD, O. et al. – 160 questions réservées aux ados, Paris, Éditions de La Martinière, 2004.

AMOR, S. – Au secours, j’ai un ado à la maison !, Bernay, Ideo, 2012.

AMSELLEM-MAINGUY, Y. / VUATTOUX, A. – Enquêter sur la jeunesse, Malakoff, A. Colin, 2018.

ANATRELLA, T. – Adolescences au fil des jours, Paris, Cerf, 1991.

ANATRELLA, T. – Entre adultes et adolescents – Chronique au fil des jours, Paris, Cerf, 1997.

ANATRELLA, T. – Interminables adolescences – Les 12/30 ans, Paris, Cerf / Cujas, 1988.

ANATRELLA, T. – La différence interdite – Sexualité, éducation, violence, Paris, Flammarion, 1998.

ANAUT, M. – Soigner la famille, Malakoff, Armand Colin, 2005.

ANDERSON, R. et al. – Perspectives cliniques, sur les troubles de l’adolescence, Larmor, EdH, 2003.

ANGEL, P. et al. – Le bonheur en famille – Psychologie de la vie familiale, Paris, Odile Jacob, 2005.

ANGEL, P. / MAZET, P. – Guérir les souffrances familiales, Paris, Puf, 2004.

ANGEL, S. et al. – Ce que je ne peux pas vous dire – 26 collégiens parlent, Paris, Oh! Éd., 2003.

ANTIBI, A. – Les notes – La fin du cauchemar, Toulouse, Antibi, 2007.

ANTON, N. – Le potentiel caché de votre ado, Paris, Eyrolles, 2019.

ARÈNES, J. – N’ayons pas peur des Ados, Paris, Desclée de Brouwer, 2006.

ARNOUX, D. J. – La dépression à l’adolescence, Paris, Éditions In Press, 1999.

ARTUS, P. / VIRARD, M.-P. – Comment nous avons ruiné nos enfants, Paris, La Découverte, 2006.

ASMP – La France prépare mal l’avenir de sa jeunesse, Paris, Seuil, 2007.

ASSAILLY, J.-P. – Jeunes en danger, Paris, Imago, 2007.

ASSAILLY, J.-P. – La mortalité chez les jeunes, Paris, Puf, 2001.

ASSIER, A. / MICHELOT, S. – Comment ne pas finir, comme tes parents, Paris, Les Arènes, 2017.

ATHÉA, N. – Parler de sexualité aux ados, Paris, Eyrolles, 2006.

ATTALI, J. Pour un modèle européen d’enseignement supérieur, Paris, Stock, 1998.

ATTIAS-DONFUT, C. / SEGALEN, M. Grands-parents, Paris, Odile Jacob, 2007.

AUBERT, J.-L. – Mon ado et moi – Le comprendre pour mieux s’entendre, Paris, Odile Jacob, 2015.

AUBRET, J.-P. – Adolescence, parole et éducation, Paris, L’Harmattan, 2015.

AULENBACHER, C. et al. – Les ados et leurs croyances, Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier, 2006.

AUTAIN, C. / GARNIER-LAVALLEY, M. – Salauds de jeunes, Paris, R. Laffont, 2006.

AVANT, M. et al., dir. – Le malaise adolescent dans la culture, Paris, Campagne Première, 2005.

AZIRE, F. / HUERRE, P. – Faut-il plaindre les bons élèves ?, Vanves, Hachette, 2005.

AZOULAY, C. et al. – Pratique des épreuves projectives, à l’adolescence, Malakoff, Dunod, 2009.

 

BAILLEAU, F. – Les jeunes face à la justice pénale, Paris, Syros, 1996.

BAILLY, D. – Alcool, drogues chez les jeunes : agissons, Paris, Odile Jacob, 2009.

BAJOIT, G. et al. – Jeunesse et société, Bruxelles, De Boeck Université, 2000.

BALDÉ-GEORGIN, N. – Jeunes cherchent place, Paris, Desclée de Brouwer, 2000.

BARAKAT-NUQ, M. – Le CV du succès, Vanves, Hachette, 2006.

BARAKAT-NUQ, M. – Réussir son entretien, Vanves, Hachette, 2006.

BARDY, G. – Génération galère – Huit millions de jeunes dans la tourmente, Paris, A. Michel, 1993.

BARON, C. et al., dir. – La place des jeunes dans la Cité, tome 1, Paris, L’Harmattan, 2005.

BARREAU, J.-M., dir. – Dictionnaire des inégalités scolaires, Issy-les-Moulineaux, Esf Éditeur, 2007.

BARREIRO, A.-M. – Aider son ado à s’épanouir, Le Mans, Gereso, 2016.

BARRÈRE, A. – L’éducation buissonnière, Malakoff, Armand Colin, 2011.

BARRÈRE, A. – Travailler à l’école, Rennes, Pur, 2003.

BATAT, W. – Le Comportement de consommation, des jeunes de 11-15 ans, Saint-Denis, CS, 2010.

BATHILDE, S. et al. – Histoire de l’Éducation nationale, de 1789 à nos jours, Paris, Ellipses, 2007.

BAUDELOT, C. / ESTABLET, R. L’école capitaliste en France, Paris, Maspero, 1971.

BAUDRY, C. / MARCELLI, D. – Qu’est-ce que ça sent dans ta chambre ?, Paris, Albin Michel, 2006.

BEAUD, S. – 80 % au bac… Et après ?, Paris, Éditions La Découverte, 2002.

BEAULIEU, D. – Ça roule !, Québec, Impact ! Éditions, 2008.

BEAUREPAIRE (de), C. – Les 50 règles d’or, des relations parents-ados, Paris, Larousse, 2018.

BECK, F. / MAILLOCHON, F. – Adolescences ?, Paris, Belin, 2014.

BECQUET, V. / LINARES (de), C., dir. – Quand les jeunes s’engagent, Paris, L’Harmattan, 2005.

BEDIN, V. – Qu’est-ce que l’adolescence ?, Auxerre, Éditions Sciences Humaines, 2009.

BEE, H. / BOYD, D. – Psychologie du développement, Bruxelles, De Boeck, 2003.

BEILLEROT, J. et al., dir. – Traité des sciences et pratiques de l’éducation, Malakoff, Dunod, 2014.

BÉLISLE, C., dir. – Corps, communication, violence à l’adolescence, Lyon, Chronique Sociale, 2008.

BENEC’H-Le ROUX, P. – Au tribunal pour enfants, Rennes, Pur, 2008.

BENGHOZI, P., dir. – L’adolescence – Identité chrysalide, Paris, L’Harmattan, 1999.

BENYAMINA, A. – Le cannabis et les autres drogues, Paris, Solar, 2005.

BÉRAUD, C. / WILLAIME, J.-P., dir. – Les jeunes, l’école et la religion, Montrouge, Bayard, 2009.

BESANCON, F. – Drogues, Alcool : En parler en famille, Paris, InterÉditions, 2006.

BICHOT, J. / LENSEL, D. – Atout famille, Paris, Presses de la Renaissance, 2007.

BIDART, C., dir. – Devenir adulte aujourd’hui, Paris, L’Harmattan, 2006.

BIDDULPH, S. – Élever un garçon, Vanves, Marabout, 2000.

BIGOT (Le), J.-Y., dir. et al. – Une vie réussie pour chaque jeune, Cormelles, Éd. Ems, 2012.

BIGOT (Le), J.-Y. et al. – Vive les 11-25, Paris, Eyrolles, 2004.

BILLOUET, P., dir. – Débattre – Pratiques scolaires, démarches éducatives, Paris, L’Harmattan, 2007.

BIRRAUX, A. – L’adolescent face à son corps, Paris, Albin Michel, 2013.

BIRRAUX, A. – Parce qu’il faut bien quitter l’enfance, Paris, Éditions de La Martinière, 2002.

BIRRAUX, A. / LAURU, D. – Adolescence et prise de risques, Paris, Albin Michel, 2010.

BIRRAUX, A. / LAURU, D. – L’énigme du suicide à l’adolescence, Paris, Albin Michel, 2012.

BIRRAUX, A. / LAURU, D., dir. – Le poids du corps à l’adolescence, Paris, Albin Michel, 2014.

BISSCHOP, M. – Ado ! As-tu confiance en toi ?, Bruxelles, Le Cri Édition, 2006.

BISSCHOP, M. – Éduquer les jeunes malgré tout !, Bruxelles, Le Cri Édition, 2006.

BLANCHARD, V. et al., dir. – Les jeunes et la sexualité, Paris, Les Éditions Autrement, 2010.

BLAQUIERES, M.-G. – Guide des adolescents, Paris, Seuil, 1999.

BLATIER, C., dir. – Les troubles du comportement à l’adolescence, Grenoble, Pug, 2007.

BLONDEL, V. et al. – 100 CV pour gagner, Vanves, Marabout, 2006.

BOCHEREAU, D. / JEAMMET, P. La souffrance des adolescents, Paris, La Découverte, 2007.

BODIN, J. – Révolution scolaire, Paris, Éditions de La Martinière, 2007.

BONIFAY, J. et al. – Ado accro, parents à cran, Paris, L’Archipel, 2010.

BONIWELL, I / MARTIN-KRUMM, C. – Pour des ados motivés, Paris, Odile Jacob, 2015.

BONNAUD, R. – Le guide de l’orientation scolaire, Paris, L’Étudiant, 2011.

BORDES, V. – Prendre place dans la cité, Paris, L’Harmattan, 2007.

BORDET, J. – Oui à une société avec les jeunes des cités !, Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier, 2007.

BORIE (de La), G. / MARCELLI, D. – Tracas d’ados, soucis de parents, Paris, Albin Michel, 2002, 2015.

BORTEN-K., I. / WINAVER, D. – Ados, amour et sexualité – Version fille, Paris, Albin Michel, 2003.

BOTBOL, M. – Les TOC de l’enfant et de l’adolescent, Paris, Éditions Solar, 2005.

BOUCARD, J. / CARNICELLI, P. – Le coaching parental, Paris, Éditions Médicis, 2006.

BOUKRIS, S. – L’adolescence de A à Z, Paris, Jacques Grancher Éditeur, 1997.

BOUKRIS, S. – Souffrances d’adolescents, Paris, Jacques Grancher Éditeur, 1999.

BOULARD, A. / LECLERCQ, C. – Déprimé… ou dépressif ?, Bruxelles, De Boeck, 2018.

BOULOGNE-ROUSSEAU, N. – Vous avez dit jeune ?, Paris, L’Harmattan, 2001.

BOUNEAU, C. / CALLÈDE, J.-P., dir. – Figures de l’engagement des jeunes, Pessac, Msha, 2015.

BOURCET, S. / GUTTON, P., dir. – La naissance pubertaire, Malakoff, Dunod, 2004.

BOURCET, S. / TYRODE, Y. – La violence des adolescents, Malakoff, Dunod, 2006.

BOURCET, S. / TYRODE, Y. – Psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, Paris, Ellipses, 1999.

BOURCET, S. / TYRODE, Y. – Sévices sur mineurs, Paris, Ellipses, 2001.

BOURDIEU, P. La noblesse d’État – Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Éd. de Minuit, 1989.

BOURDIEU, P. / PASSERON, J.-C. La Reproduction, Paris, Les Éditions de Minuit, 1970.

BOURDIEU, P. / PASSERON, J.-C. – Les Héritiers, Paris, Les Éditions de Minuit, 1964.

BOURGOIS, É. – Les jeunes, le sexe et l’amour, Suisse, Parole et Silence, 2003.

BOUYSSIÈRE-CATUSSE, É. / RAYNAUD, J.-P., dir. – Adolescents difficiles, Toulouse, Érès, 2012.

BOUZOU, N. / FERRY, L. La Politique de la jeunesse, Paris, Odile Jacob, 2011.

BOVAY, M. – Imprévisibles ados – Difficultés et richesses, Paris, Fabert, 2009.

BOYER, R. / CORIDIAN, C., dir. – Jeunesses d’en France, Paris, Panoramiques, 1994.

BRACONNIER, A. Le Guide de l’adolescent – De 10 ans à 25 ans, Paris, Odile Jacob, 2007.

BRACONNIER, A. – Les filles et les pères, Paris, Odile Jacob, 2007.

BRACONNIER, A. – Mère et fils, Paris, Odile Jacob, 2005.

BRACONNIER, A. et al., dir. – Adolescentes, adolescents, Montrouge, Bayard, 1995.

BRACONNIER, A. / GOLSE, B. Nos bébés, nos ados, Paris, Odile Jacob, 2008.

BRACONNIER, A. / MARCELLI, D. – Adolescence et psychopathologie, Issy-les-M., Masson, 2013.

BRACONNIER, A. / MARCELLI, D. – L’adolescence aux mille visages, 1988, Paris, O. Jacob, 1998, 2017.

BRADLEY, M. J. – Mon ado me rend fou !, Vanves, Marabout, 2014.

BRANDT, O. – Votre Ado, cet extraterrestre, Paris, Leduc.S Éditions, 2008.

BRANDT, O. / MARKMAN, N. – Ados, amour, amitié(s) & trahisons, Paris, Albin Michel, 2009.

BRAS (Le), F. – Le guide Marabout du CV et de la recherche d’emploi, Vanves, Marabout, 2007.

BRETON (Le), D., dir. – Cultures adolescentes, Paris, Éditions Autrement, 2008.

BRETON (Le), D. – En souffrance – Adolescence et entrée dans la vie, Paris, Métailié, 2007.

BRETON (Le), D. – L’adolescence à risque, Paris, Les Éditions Autrement, 2002.

BRETON (Le), D. – Une brève Histoire de l’Adolescence, Paris, Jean-Claude Béhar Éditions, 2013.

BRETON (Le), D. / MARCELLI, D., dir. – Dictionnaire de l’adolescence / la jeunesse, Paris, Puf, 2010.

BRODA, J. – C’est un jeunocide !, Aix / Marseille, Les Pluriels de Psyché, 1996.

BRUNET, A. – École, vers le déclin ?, Paris, Little Big Man, 2005.

BRUNO, P. – Existe-t-il une culture adolescente ?, Paris, Éditions In Press, 2000.

BUTTNER, Y. / MAURIN, A. – Le droit de la vie scolaire, Paris, Dalloz, 2013.

BYNAU, C. – Accueillir les adolescents en grande difficulté, Toulouse, Érès, 2007.

 

CABIE, M.-C. / GAMMER, C. – L’adolescence, crise familiale, Toulouse, Érès, 1998.

CABOURG, C. / MANENTI, B. – Portables – La face cachée des ados, Paris, Flammarion, 2017.

CACOUAULT, M. / ŒUVRARD, F. – Sociologie de l’éducation, Paris, La Découverte, 2009.

CADÉAC, B. / LAURU, D. – Génération téléphone, Paris, Albin Michel, 2002.

CADORET, M. – Le paradigme adolescent, Malakoff, Dunod, 2003.

CAEVEL (de), H. et al. – Pourquoi les ados nous poussent-ils à inventer ?, Toulouse, Érès, 2008.

CAHN, R. et al. – L’ado et son psy, Paris, Éditions In Press, 2013.

CAISNE (Le), L. – Avoir 16 ans à Fleury, Paris, Seuil, 2008.

CALLU, É. et al., dir. – La place des jeunes dans la Cité, tome 2, Paris, L’Harmattan, 2006.

CAMPBELL, R. – L’adolescent – Le défi de l’amour inconditionnel, Québec, Orion, 2012.

CANFIELD, J. et al. – Bouillon de Poulet pour l’âme des Ados…, Boucherville, Québec, Béliveau, 2007.

CANNARD, C. – Le développement de l’adolescent, Bruxelles, De Boeck, 2015.

CANUEL, B., dir. – Les nouveaux ados – Comment vivre avec ?, Vanves, Marabout, 2013.

CAPEL, F. – Qui a eu cette idée folle, un jour, de casser l’école ?, Paris, Ramsay, 2004.

CASANOVA, R. / VULBEAU, A., dir. – Adolescences – Entre défiance / confiance, Nancy, Pun, 2008.

CASEY, J., dir. – L’enfant & sa famille, Paris, JurisClasseur, 2003.

CASPARD, P. et al., dir. – Lycées, lycéens, lycéennes – Deux siècles d’histoire, Paris, Inrp, 2005.

CATHELINE, N. – Psychopathologie de la scolarité, Issy-les-Moulineaux, Masson, 2012.

CATHELINE, N. et al. – Les années-collège – Le grand malentendu, Paris, Albin Michel, 2004.

CAVALLI, A. et al., dir. – Deux pays, deux jeunesses ?, Rennes, Pur, 2008.

CAVALLI, A. / GALLAND, O. L’allongement de la jeunesse, Arles, Actes Sud, 1993.

CAWOOD, A. – Les ados ont besoin de limites, Saint-Constant, Québec, Broquet, 2013.

CDNAE – Les Français et leur École – Le miroir du débat, Malakoff, Dunod, 2004.

CEPREMAP Une jeunesse difficile, Paris, Éditions Rue d’Ulm / Presses de l’Ens, 2007.

CHABROL, H. – Psychopathologie de l’adolescent, Paris, Belin, 2004.

CHABROL, H. – Traité de psychopathologie clinique, thérapeutique de l’ado., Malakoff, Dunod, 2011.

CHABROL, H. et al. – Le cannabis et ses risques à l’adolescence, Paris, Ellipses, 2006.

CHABROL, H. / ROGÉ, B. – Psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent, Paris, Belin, 2010.

CHAGNOLLAUD, D. Code Junior, Paris, Dalloz, 2003, 2017.

CHAMPEAUX-CUNIN, M.-C. – La méditation pour les ados, Vanves, Marabout, 2018.

CHAPELIER, J.-B. et al. – Le lien groupal à l’adolescence, Malakoff, Dunod, 2000.

CHAPMAN, G. – Les langages d’amour des adolescents, Marne la Vallée, Éd. Farel, 2011.

CHARLES, T. – Le malaise de l’adolescence, Paris, Max Milo, 2016.

CHARLOT, B., dir. – Les Jeunes et le Savoir, Paris, Anthropos, 2001.

CHARLOT, B. / GLASMAN, D., dir. – Les jeunes, l’insertion, l’emploi, Paris, Puf, 1999.

CHARTIER, J.-P. – L’adolescent, le psychanalyste et l’institution, Malakoff, Dunod, 1998.

CHARTIER, J.-P. – Les adolescents difficiles, Malakoff, Dunod, 2004.

CHASTELLIER, R. – Marketing jeune, Londres, Pearson, 2005.

CHAUVEL, L. Le destin des générations, Paris, Puf, 1998, 2014.

CHAUVELIN (de), C. – Devenir des processus pubertaires, Paris, L’Harmattan, 2004.

CHEVALIER, B. – Il a du mal au collège, Paris, Albin Michel, 2004.

CHEVALIER, T. – La jeunesse dans tous ses États, Paris, Puf, 2018.

CHOPPY, É. et al. – Petit manuel à l’usage des grands-parents, Paris, Albin Michel, 2006.

CHOQUET, M. – Adolescence – Physiologie, épidémiologie, sociologie, Paris, Nathan, 1993.

CHOQUET, M. / GRANBOULAN, V. – Les jeunes suicidants à l’hôpital, Les Ulis, Éditions Edk, 2004.

CHOQUET, M. / LEDOUX, S. – Adolescents – Enquête nationale, Paris, Éditions Inserm, 1997.

CHOQUET, M. / RUFO, M. Regards croisés sur l’adolescence, Paris, Éd. Anne Carrière, 2007.

CHRISTIENNE, O. – Pour une scolarité réussie, Paris, Presses de la Renaissance, 2000.

CICCHELLI, V. – L’autonomie des jeunes, Paris, La Documentation Française, 2013.

CICCHELLI, V. – L’esprit cosmopolite – Voyages de formation des jeunes en Europe, Paris, Fnsp, 2012.

CICCHELLI, V. / GALLAND, O., dir. – Les nouvelles jeunesses, Paris, La Doc. Française, 2008.

CICCHELLI, V. / PUGEAULT-C., C. / RAGI, T. – Ce que nous savons des jeunes, Paris, Puf, 2004.

CIPRIANI-CRAUSTE, M. / FIZE, M. Le bonheur d’être adolescent, Toulouse, Érès, 2005.

CLAES, M. – L’expérience adolescente, Bruxelles, P. Mardaga, 1995.

CLAES, M. – L’univers social des adolescents, Montréal, Pum, 2003.

CLAES, M. / LANNEGRAND-WILLEMS, L. – La psychologie de l’adolescence, Montréal, Pum, 2014.

CLERGET, S. – Adolescents, la crise nécessaire, Vanves, Hachette, 2002, 2016.

CLERGET, S. – Guide de l’ado à l’usage des parents, Paris, Calmann-Lévy, 2008.

CLERGET, S. – Nos garçons en danger !, Paris, Flammarion, 2015.

CLERGET, S. / LEROY, P. – Élever un garçon aujourd’hui, Paris, Albin Michel, 2005.

CLOSETS (de), F. Le bonheur d’apprendre et comment on l’assassine, Paris, Le Seuil, 1996.

CLOUET, É. – La prostitution étudiante, Paris, Max Milo Éditions, 2008.

CLOUTIER, R. / DRAPEAU, S. – Psychologie de l’adolescence, Montréal, Chenelière Éduc., 2008, 2015.

CLUZEL, Y. / HUBIN, A.-M. – Vive le lycée !, Paris, Albin Michel, 1999.

CNUP – Psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, Paris, In Press Éditions, 2000.

COLLECTIF – Les Règles de l’Autre, Charmey, Les Éditions de l’Hèbe, 2006.

COLLECTIF, 4 BIS – Le Cpe est mort… Pas la précarité !, Paris, Éditions Syllepse, 2007.

COLLECTIF, STUDYRAMA Bien choisir son Bts ou son Dut, Levallois-Perret, Studyrama, 2017.

COLLECTIF, STUDYRAMA – Bien s’orienter après la 3e, Levallois-Perret, Studyrama, 2017.

COMBLEZ, S. – La sexualité de vos ados, Paris, Solar, 2018.

COMPERNOLLE, T. et al. – Gérer des adolescents difficiles, Bruxelles, De Boeck, 2012.

CONDROYER, V. / DUBOUIX, F. – Un sens à ta vie, Paris, Fayard, 2001.

CONSTANS, N. / GRANJON, Y. – Étudiant mode d’emploi, Montreuil, Omniscience, 2010.

CONSULTATION Nationale des Jeunes – Du questionnaire aux mesures, Paris, La Doc. Fr., 1995.

COOK-DARZENS, S. – Thérapie familiale de l’adolescent anorexique, Malakoff, Dunod, 2002.

COPPER-ROYER, B. – Premiers émois, premières amours, Paris, Albin Michel, 2007.

CORCOS, M., dir. – L’adolescence entre les pages, Paris, Éditions In Press, 2005.

CORCOS, M. / JEAMMET, P., dir. – Les dépressions à l’adolescence, Malakoff, Dunod, 2005.

CORDERO, C. – La famille, Paris, Le Monde Éditions, 1995.

CORNEAU, G. Père manquant fils manqué, Montréal, Les Éditions de l’Homme, 1989, 2014.

CORNU, G. – Droit civil – La famille, Issy-les-Moulineaux, Montchrestien, 2006.

COSLIN, P. G. Ces ados qui nous font peur, Malakoff, Armand Colin, 2010.

COSLIN, P. G. – Jeux dangereux, jeunes en danger, Malakoff, Armand Colin, 2012.

COSLIN, P. G. – La socialisation de l’adolescent, Malakoff, Armand Colin, 2007.

COSLIN, P. G. – Les adolescents devant les déviances, Paris, Puf, 1999.

COSLIN, P. G. – Les conduites à risque à l’adolescence, Malakoff, Armand Colin, 2003.

COSLIN, P. G. – Psychologie de l’adolescent, Malakoff, Armand Colin, 2002, 2017.

COSTA-LASCOUX, J. – L’humiliation – Les jeunes dans la crise politique, Ivry, Éd. de l’Atelier, 2008.

COSTA-PRADES, B. – Les garçons expliqués aux filles [et vice versa], Paris, Albin Michel, 2007, 2016.

COSTENTIN, J. – Halte au cannabis, Paris, Odile Jacob, 2006.

COUDERC, C. – Adolescence – Les années violence, Paris, Robert Laffont, 2007.

COURBE, P. et al. – Droit civil – Les personnes, la famille, les incapacités, Paris, Dalloz, 2015.

COURTECUISSE, V. – L’adolescence – Les années métamorphose, Paris, Stock, 1992.

COURTECUISSE, V. – L’adolescent malade, ce qu’il faut savoir, Malakoff, Armand Colin, 2005.

COURTIN, C. / RENUCCI, J.-F. – Le droit pénal des mineurs, Paris, Puf, 2014.

COVEY, S. Les 7 habitudes des ados bien dans leur peau, Paris, First Éditions, 1999.

CRAHAY, M. – Peut-on lutter contre l’échec scolaire ?, Bruxelles, De Boeck, 2007.

CRÉOFF, M. – Guide de la protection de l’enfance maltraitée, Malakoff, Dunod, 2009.

CROSERA, S. – Pour comprendre un adolescent et communiquer avec lui, Nîmes, De Vecchi, 2000.

CURVALE, J. et al. – Sales gosses ! – Tribulations d’un éduc, Toulouse, Érès, 2005.

CUTELLAS, C. et al. – Que faire sans le bac ?, Levallois-Perret, Studyrama, 2008.

CYRULNIK, B. / POURTOIS, J.-P. – École et Résilience, Paris, Odile Jacob, 2007.

 

DADOORIAN, D. – Grossesses adolescentes, Toulouse, Érès, 2005.

DAGNAUD, M. – La Teuf – Essai sur le désordre des générations, Paris, Seuil, 2008.

DARMON, K. – Bien choisir son école d’ingénieurs, Levallois-Perret, Studyrama, 2017.

DARMON, K. – Bien choisir son école de commerce, Levallois-Perret, Studyrama, 2017.

DARMON, K. et al. – Comment choisir sa prépa ?, Levallois-Perret, Studyrama, 2007.

DAUBECH, N. et al. – Nous sommes aussi des citoyens, Paris, Le Cherche-Midi, Courb., Dexia, 2002.

DAUVERGNE, G., dir. – J’sais pas quoi faire ! – Le guide conseil d’après-bac, Paris, L’Étudiant, 2005.

DAVIDENKOFF, E. / JUNGHANS, P. – Du bizutage, des grandes écoles et de l’élite, Paris, Plon, 1993.

DEBESSE, M. Comment étudier les adolescents, Paris, Puf, 1948.

DEBESSE, M. – La crise d’originalité juvénile, Paris, Félix Alcan, 1936.

DEBESSE, M. – L’Adolescence, Paris, Puf, 1993.

DEFRANCE, B. – La planète lycéenne – Des lycéens se racontent, Paris, Syros, 1996.

DEKEUWER-DÉFOSSEZ, F. – Les droits de l’enfant, Paris, Puf, 2010.

DELAGRAVE, M. – Ados – Mode d’emploi, Montréal, Éditions de l’Hôpital Sainte-Justine, 2005.

DELAIRE, G. – Être à l’aise en entretien, Paris, Éditions d’Organisation, 2004.

DELANOË-VIEUX, C., dir. – Fragments d’adolescence, Tanlay, La Maison d’À Côté, 2005.

DELAROCHE, P. – Adolescents à problèmes, Paris, Albin Michel, 2000.

DELAROCHE, P. – Doit-on céder aux adolescents ?, Paris, Albin Michel, 1999, 2016.

DELAROCHE, P. – L’Adolescence – Enjeux cliniques et thérapeutiques, Malakoff, Armand Colin, 2007.

DELAROCHE, P. – Parents, osez dire non !, Paris, Albin Michel, 2003.

DELAROCHE, P. – Parents, vos ados ont besoin de vous !, Paris, Nathan, 2008.

DELAROCHE, P. / NAOURI, J. – Le dictionnaire de l’adolescence, Paris, La Renaissance, 2005.

DELEAU, J. – Portraits d’ados par eux-mêmes, Paris, Éditions La Découverte, 2010.

DELPIERRE, L. / HUERRE, P. – Arrête de me parler sur ce ton !, Paris, Albin Michel, 2004.

DENIAU, J.-F. La gloire à 20 ans, Paris, XO Editions, 2003.

DERIVOIS, D. – Les adolescents victimes / délinquants, Bruxelles, De Boeck, 2010.

DESCAMPS, L. / HAYEZ, C., dir. – Génération cannabis, Paris, L’Harmattan, 2005.

DESCHAVANNE, É. / DUBET, F. / GALLAND, O., dir. – Les jeunes, Paris, Comprendre, Puf, 2004.

DESMARAIS, M. et al. – Gagne ton match ! – Filles 13-17 ans, Québec, Le Dauphin Blanc, 2010.

DESMARAIS, M. et al. – Gagne ton match ! – Garçons 13-17 ans, Québec, Le Dauphin Blanc, 2010.

DESPINOY, M. – Psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent, Malakoff, Armand Colin, 2010.

DESSEZ, P. / VAISSIÈRE (de La), H., dir. – Adolescents et conduites à risque, Paris, Ash, 2007.

DESTAL, D. – Les miroirs du loft – Le psy raconte, Paris, Plon, 2001.

DESTAL, D. et al. – La famille adolescente, Toulouse, Érès, 2006.

DESTRIBATS, Y. – Que faire avec un bac S ?, Levallois-Perret, Studyrama, 2017.

DEVILLE, J. – Filles, garçons et pratiques scolaires, Paris, L’Harmattan, 2007.

DEWULF, D. – Aider son ado grâce à la méditation, Bruxelles, De Boeck, 2017.

DEWULF, D. – Mindfulness – La pleine conscience pour les ados, Bruxelles, de Boeck, 2012.

DHOQUOIS, A., dir. – Premier emploi – Quand les jeunes racontent, Paris, Éd. Autrement, 2010.

DHÔTEL, G. – Ados – Crise ? Quelle crise ?, Paris, Éditions Thierry Magnier, 2010.

DIDI, Y. et al. – Le guide des masters, mastères et Mba, Paris, L’Étudiant, 2017.

DIGABEL, M. – Scout – Une piste pour grandir, Paris, Presses de la Renaissance, 2007.

DINKMEYER, D. Sr / Jr et al. – Le défi de l’adolescence, St-Julien, Jouvence Éditions, 2004.

DOCK, S. – Punchlines – Des ados chez le psy, Paris, First Éditions, 2018.

DOLTO, C., dir. – Dico Ado – Les mots de la vie, Paris, Gallimard Jeunesse, 2007.

DOLTO, F. La cause des adolescents, Paris, Robert Laffont, 1988.

DOLTO, F. et al. – Paroles pour adolescents ou le complexe du homard, 1989, Paris, Gallimard, 2003.

DONABÉDIAN, D. – L’adolescent et son corps, Paris, Puf, 2012.

DONVAL, A. / THIBAULT, O. – 11-15 ans – Les enjeux d’une révolution, Lyon, Chronique Sociale, 2004.

DORAIS, M. – Ça arrive aussi aux garçons – L’abus sexuel au masculin, Montréal, Typo, 2008.

DORE, B., dir. – Le guide des 16-25 ans, Paris, Syros, 1999.

DORN, F. – Mieux vivre avec son ado, Montrouge, Esf, 2016.

DORTIER, J.-F. – Familles – Permanence / métamorphoses, Auxerre, Éd. Sciences Humaines, 2002.

DOSTOÏEVSKI, F. L’Adolescent, Russie, 1875, Paris, Gallimard, Folio classique, 2007.

DOUARD, O. / FICHE, G., dir. – Les jeunes et leur rapport au droit, Paris, L’Harmattan, 2002.

DOUËNEL, J. / SÉDÈS, I. – Choisir un métier selon son profil, Paris, Eyrolles, 2010.

DOUILLARD, J.-L. / JOUSSELME, C. – À la rencontre des adolescents, Paris, Odile Jacob, 2012.

DUBET, F. – La Galère – Jeunes en survie, Paris, Fayard, 1987 / Points, 2008, préface.

DUBET, F. – Les Lycéens, Paris, Seuil, 1991.

DUBOIS, Y. – Droits des mineurs, Héricy, Éditions du Puits Fleuri, 2007.

DUBREUIL, B. – Accompagner les jeunes handicapés ou en difficulté, Malakoff, Dunod, 2007.

DUCHÉ, D.-J. Le mal-être des adolescents, Paris, Hermann, 1994.

DUCLOS, G. et al. – Besoins, défis et aspirations des adolescents, Québec, Éd. Héritage, 1995.

DUCLOS, G. et al. – L’estime de soi de nos adolescents, Montréal, Éd. du CHU Sainte-Justine, 2016.

DUMAS, D. – La sexualité des ados racontée par eux-mêmes, Vanves, Hachette, 2009.

DUMAS, J. E. – Psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent, Bruxelles, De Boeck, 2013.

DUMONTEIL-KREMER, C. – L’adolescence autrement, Saint Julien, Jouvence, 2010.

DURANDEAU, T. – Le Qi chez l’enfant et l’adolescent, Levallois-Perret, Studyparents, 2007.

DURANDEAU, T. et al. – Les troubles de la personnalité de l’adolescent, Levallois, Studyparents, 2006.

DURNING, P. – Éducation familiale – Acteurs, processus et enjeux, Paris, L’Harmattan, 2006.

DURU-BELLAT, M. Les inégalités sociales à l’école – Genèse et mythes, Paris, Puf, 2005.

DURU-BELLAT, M. / ZANTEN (Van), A. Sociologie de l’école, Malakoff, Armand Colin, 2012, 2018.

 

ECKERT, H. – Avoir vingt ans à l’usine, Paris, La Dispute, 2006.

ECKERT, H. / FAURE, S., dir. – Les jeunes et l’agencement des sexes, Paris, La Dispute, 2007.

EIGUER, A. – La famille de l’adolescent – Le retour des ancêtres, Paris, Éditions In Press, 2001.

EINAUDI, J.-L. – Les mineurs délinquants, Paris, Fayard, 1995.

EMMANUELLI, M. – L’Adolescence, Paris, Puf, 2016.

EMPAN – Quel avenir pour les jeunes issus des classes populaires ? Toulouse, Érès, 2007.

ENDE (Van der), M. / JARRY, M. – Paroles d’Ados, Bernay, City Éditions, 2006.

ERIKSON, E. H. Adolescence et crise – La quête de l’identité, 1968, Paris, Flammarion, 2003.

ERLICH, V. – Les nouveaux étudiants, Malakoff, Armand Colin, 1998.

ERNY, P. – Ethnologie de l’éducation, Paris, L’Harmattan, 2000.

ESCOFET, P. – Le microcosme juvénile, Gollion, Infolio, 2011.

ESSABAA, S. Le voyage des lycéens, Paris, Stock, 2009.

ESTABLET, R. et al. – Radiographie du peuple lycéen, Issy-les-Moulineaux, Esf Éditeur, 2005.

ESTERLE-HEDIBEL, M. – Les élèves transparents, Villeneuve d’Ascq, P.u. du Septentrion, 2007.

ÉTHIER, L. et al., dir. – Psychopathologie de l’enfant et l’adolescent, Montréal, G. Morin Éd., 1999.

ETIENNE, R. / MIMOUN, S. – Ados, amour et sexualité, Paris, Albin Michel, 2012.

ETIENNE, R. / MIMOUN, S. – Ados, amour et sexualité – Version garçon, Paris, Albin Michel, 2003.

ÉTUDIANT, L’ Le grand livre des métiers, Paris, L’Étudiant, 2017.

ÉTUDIANT, L’ – Le guide de l’après-bac, Paris, l’Étudiant, 2005.

 

FAUROUX, R. Pour l’école – Rapport de la commission présidée par R.F., Paris, C.-Lévy, 1996.

FAVRE, D. – Transformer la violence des élèves, Malakoff, Dunod, 2007.

FEINSTEIN, S. – Cerveau en construction, Paris, Fabert, 2010.

FELOUZIS, G. – La condition étudiante – Sociologie des étudiants et de l’université, Paris, Puf, 2001.

FELOUZIS, G., dir. – Les mutations actuelles de l’Université, Paris, Puf, 2003.

FERRAND-BECHMANN, D., dir. – L’engagement bénévole des étudiants, Paris, L’Harmattan, 2007.

FERRY, L. – Pour un service civique – Rapport au Président de la République, Paris, O. Jacob, 2008.

FILLIOZAT, I. « On ne se comprend plus » !, Paris, JC Lattès, 2017.

FIRMIN, F., dir. – Guide des lycées de Paris et d’Île-de-France, Levallois-Perret, Studyrama, 2007.

FIZE, M. – Adolescence en crise ?, Vanves, Hachette, 1998.

FIZE, M. – Antimanuel d’adolescence, Montréal, Les Éditions de l’Homme, 2009, Paris, Marabout, 2014.

FIZE, M. – J’aide mon adolescent à grandir, Paris, Eyrolles, 2019.

FIZE, M. – Jeunesses à l’abandon, Turin, Mimésis, 2016.

FIZE, M. – L’Adolescence, Paris, First Éditions, 2010.

FIZE, M. – L’adolescent est une personne, Paris, Seuil, 2006.

FIZE, M. – La démocratie familiale, Paris, La Renaissance, 1990.

FIZE, M. – L’école à la ramasse, Paris, l’Archipel, 2019.

FIZE, M. – Le deuxième homme, Paris, Presses de la Renaissance, 2002.

FIZE, M. – Le livre noir de la jeunesse, Paris, Presses de la Renaissance, 2007.

FIZE, M. – Le peuple adolescent, Paris, Julliard, 1994., Montreuil Juigné, Mots Composés, 2011.

FIZE, M. – Les Adolescents, Paris, Éditions Cavalier bleu, 2009.

FIZE, M. – Les bandes, Paris, Desclée de Brouwer, 2008.

FIZE, M. – Les nouvelles adolescentes, Malakoff, Armand Colin, 2010.

FIZE, M. – Les pièges de la mixité scolaire, Paris, Presses de la Renaissance, 2003.

FIZE, M. – Manuel illustré à l’usage des adolescents, qui ont des parents difficiles, Nantes, Édt, 2009.

FIZE, M. – Mon adolescent en 100 questions, Paris, Eyrolles, 2013.

FIZE, M. – Ne m’appelez plus jamais crise !, Toulouse, Érès, 2003.

FIZE, M. – Père et fils – L’histoire d’un amour mal entendu, Montréal, Les Éd. de l’Homme, 2008.

FIZE, M. – Pour une éducation sur-mesure, Turin, Mimésis, 2018.

FIZE, M. – Radicalisation de la jeunesse, La montée des extrêmes, Paris, Eyrolles, 2016.

FONTAINE, C. – Trouver un stage, Vanves, Hachette, 2006.

FORESTIER, C. et al. – Que vaut l’enseignement en France ?, Paris, Stock, 2007.

FORGET, J.-M. – Ces ados qui nous prennent la tête, Paris, Éditions Fleurus, 1999.

FORGET, J.-M. – L’adolescent face à ses actes… Et aux autres, Toulouse, Érès, 2005.

FOURGNAUD, A. – Les jeunes et le sexe, Paris, Presses de la Renaissance, 2006.

FOURNIER, B. / HUDON, R., dir. – Jeunesses et politique, Paris, L’Harmattan, 1994.

FOURNIER, M. / TROGER, V. – Les mutations de l’école, Auxerre, Éd. Sciences Humaines, 2005.

FRANÇOIS, J.-P. et al. – Eux et nous – Questions d’ados, paroles d’adultes, Toulouse, Érès, 2007.

FREUND, V. – Le métier d’éducateur de la PJJ, Paris, La Découverte, 2004.

FRIEL, J. C. et L. D. – Les 7 comportements gagnants des ados, Québec, Éd. du Trécarré, 2001.

FURLAUD, S. et al. – 100 bonnes questions, avant de quitter ses parents, Montrouge, Bayard, 2010.

 

GABRIEL, G. – Coaching scolaire, Bruxelles, De Boeck, 2008.

GAGNÉ, N. / JERÔME, L., dir. – Jeunesses autochtones, Rennes, Pur, 2009.

GAGNEBET, P. – Les 16-25 ans et la vie active, Paris, Éditions Autrement, 2006.

GALL (Le), D. / VAN (Le), C. – La première fois – Le passage à la sexualité adulte, Paris, Payot, 2007.

GALLAND, O. – Les jeunes Français ont-ils raison d’avoir peur ?, Malakoff, Armand Colin, 2009.

GALLAND, O. – Les Jeunes, Paris, Éditions La Découverte, 2009.

GALLAND, O. – Sociologie de la jeunesse, Malakoff, Armand Colin, 2011, 2017.

GALLAND, O. et al. – La Machine à trier – Comment la France divise sa jeunesse, Paris, Eyrolles, 2011.

GALLAND, O. et al., dir. – Les jeunes Européens et leurs valeurs, Paris, La Découverte 2005.

GALLAND, O. et al., dir. – Une jeunesse différente ?, Paris, La Documentation Française, 2012.

GALLAND, O. / ROUDET, B., dir. – Les valeurs des jeunes, Paris, L’Harmattan, 2002.

GALLORO, P.-D. / MOUCHTOURIS, A., dir. – Jeunesse et discrimination, Perpignan, Pup, 2012.

GARAPON, A. / SALAS, D. – La justice des mineurs – Évolution d’un modèle, Issy-les-M., Lgdj, 1998.

GARCIA, J.-F. – L’école unique en France, Paris, Puf, 1994.

GARDIEN, F. – L’alcoolisme adolescent – En finir avec le déni, Paris, L’Harmattan, 2007.

GARREC (Le), S. – Ces ados qui « en prennent », Toulouse, Pum, 2002.

GAUBERT, M. et al. – N’ayez pas peur d’éduquer vos ados…, Montréal, Les Éd. de l’Homme, 2010.

GAUTHIER, J.-M. / MOUKALOU, R. – De la guerre des boutons à H. Potter, Bruxelles, Mardaga, 2007.

GAUTHIER, M. / LEBLANC, P., dir. – Jeunes et dynamiques territoriales, Québec, Pul, 2008.

GAVIRIA, S. – Quitter ses parents – Une comparaison franco-espagnole, Rennes, Pur, 2005.

GEBLER, L. / GUITZ, I. – Le traitement judiciaire de la délinquance des mineurs, Paris, Ash, 2004.

GENDREAU, G. et al. – Jeunes en difficulté, Montréal, Sciences & Culture, 2001.

GENDREAU, J. – L’adolescence et ses « rites » de passage, Rennes, Pur, 1999.

GENTZBITTEL, M. – La Cause des élèves, Paris, Seuil, 1991.

GESELL, A. et al. – L’adolescent de 10 à 16 ans, 1959, Paris, Puf, 1985.

GHIZZONI, N., dir. – Délinquance des mineurs, Issy-les-Moulineaux, Esf Éditeur, 2007.

GINIÈS, M.-L. – L’Encyclopédie de l’orientation à l’usage des parents, Levallois-P., Studyrama, 2007.

GINIÈS, M.-L. – L’encyclopédie des métiers – Le guide de votre avenir, Levallois-P., Studyrama, 2017.

GINIÈS, M.-L. et al. – Que faire avec un bac Sti [Act. Sti2d], St2s, Stl ?, Levallois-P., Studyrama, 2007.

GIRET, J.-F. et al., dir. – Des formations pour quels emplois ?, Paris, La Découverte, 2005.

GISSOT, C. / HÉRAN, F. / MANON, N. – Les efforts éducatifs des familles, Paris, Insee, 1994.

GIVRE, P. / TASSEL, A., dir. – Le tourment adolescent, Paris, Puf, 2007, 2010, 2014, 3 tomes.

GLEVAREC, H. – Libre antenne, Malakoff, Armand Colin, 2005.

GLOWCZEWSKI, B. – Adolescence et sexualité – L’entre-deux, Paris, Puf, 1995.

GOLAY-RAMEL, M. – Coacher son ado, Saint-Julien, Jouvence, 2010.

GOLDSTEIN, R. – Université et Société – Pour en finir avec un long malaise, Paris, L’Harmattan, 2003.

GORDY LEVINE, K. – Quand ces chers petits deviennent d’affreux ados, Montrouge, Bayard, 1993.

GOURION, D. – La fragilité psychique des jeunes adultes, Paris, Odile Jacob, 2015.

GOZLAN, A. – L’adolescent face à Facebook – Enjeux de la virtualescence, Paris, In Press, 2016.

GRIGNON, C. / GRUEL, L. – La vie étudiante, Paris, Puf, 1999.

GRISCELLI, C. En quête d’adolescences, Toulouse, Éditions Privat, 2007.

GRUEL, L. et al., dir. – Les étudiants en France, Rennes, Pur, 2009.

GRUGEAUX, I. – Que faire avec un bac L ?, Levallois-Perret, Studyrama, 2017.

GRUYER, F. – Blessures de famille, Paris, Retz, 2005.

GUÉNIAT, O. – La délinquance des jeunes, Lausanne, Ppur, 2007.

GUÉRIN, V. – À quoi sert l’autorité ?, Lyon, Chronique Sociale, 2013.

GUÉRIN, V. – Crise d’ado – Mode d’emploi, Paris, Solar, 2016.

GUERRERO, N. – Bien préparer Sciences Po, Levallois-Perret, Studyrama, 2013.

GUEUGNEAU, C. / HOURDEAUX, J. – Les ados tueurs, Paris, First Éditions, 2006

GUICHARD, J. – L’école et les représentations d’avenir des adolescents, Paris, Puf, 1993.

GUICHARD, J. / HUTEAU, M. – Orientation et insertion professionnelle, Malakoff, Dunod, 2007.

GUICHARD, J. / HUTEAU, M. – Psychologie de l’orientation, Malakoff, Dunod, 2006.

GUILHAMON-JUGLAR, E. – J’aide mon ado à se prendre en main, Paris, Eyrolles, 2012.

GUILLAUME, J.-F. – Histoires de jeunes, Paris, L’Harmattan, 1998.

GUIRAUD, M. – La République lycéenne, Paris, Payot, 1992.

GURIAN, M. – Ce qu’il y a de formidable chez les garçons, Paris, Albin Michel, 2002.

GUTTON, P. – Comment entendre ce que votre ado ne vous dit pas ?, Paris, Fleurus, 2004.

GUTTON, P. – Le génie adolescent, Paris, Odile Jacob, 2008.

GUTTON, P. – Le pubertaire, Paris, Puf, 1991.

GUTTON, P. – Moi, violent ?, Paris, JC Lattès, 2005.

GUTTON, P. – Violence et adolescence, Paris, Éditions In Press, 2002.

 

HACHET, P. – Ces ados qui jouent les casse-cou, Paris, Éditions In Press, 2018.

HACHET, P. – Peut-on encore communiquer avec ses ados ?, Paris, Éditions In Press, 2004.

HALL, G. S. Adolesence, New York, D. Appleton and Company, 1904.

HAMEL, J. et al., dir. – La jeunesse n’est plus ce qu’elle était, Rennes, Pur, 2010.

HAMON, H. Tant qu’il y aura des élèves, Paris, Seuil, 2004.

HAMON, H. / ROTMAN, P. Tant qu’il y aura des profs, Paris, Seuil, 1984.

HANOTEAU, C. – Réussir les tests de sélection, Paris, L’Express Éditions, 2006.

HANTOUCHE, É. / HOUYVET, B. – Cyclothymie, Paris, Éditions J. Lyon, 2007.

HAPENNY-CIAVOLA, D. – Communiquer avec votre adolescent, St-Constant, Québec, Broquet, 2008.

HAUT COMITÉ De La Santé La souffrance psychique des adolescents, Rennes, Éhésp, 2000.

HAYEZ, J.-Y. – La destructivité chez l’enfant et l’adolescent, Malakoff, Dunod, 2007.

HAYMAN, S. – Vivre avec un ado, Vanves, Marabout, 2000.

HÉRIL, A. / MÉGRIER, D. – Entraînement théâtral pour les adolescents, Paris, Retz, 2004.

HERVIEU-WANE, F. – Une boussole pour la vie, Paris, Albin Michel, 2005.

HIRSCH, D. – Écoles et entreprises – Un nouveau partenariat, Paris, Ocde, 1992.

HOFMAN, P. – L’impossible séparation – Entre les jeunes adultes et leurs parents, Paris, A. Michel, 2011.

HORIZONS Stratégiques – Les jeunes dans une société vieillissante, Paris, La Doc. Fr., 2007.

HOUSSIER, F. / MARTY, F., dir. – Éduquer l’adolescent ?, Nîmes, Champ Social Éditions, 2007.

HOUZEL, D. et al., dir. – Dictionnaire de psychopathologie de l’enfant et l’adolescent, Paris, Puf, 2000.

HOUZEL, D. / MAZET, P. – Psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, 2 t., Paris, Maloine, 1995.

HUART, F. / HUERRE, P. – Voyage au pays des adolescents, Paris, Calmann-Lévy, 1999.

HUERRE, P. – L’adolescence en héritage – D’une génération à l’autre, Paris, C.-Lévy, 1996.

HUERRE, P. – Ni anges ni sauvages – Les jeunes et la violence, Paris, Éd. A. Carrière, 2002.

HUERRE, P., dir. – L’absentéisme scolaire – Du normal au pathologique, Vanves, Hachette, 2006.

HUERRE, P., dir. – Les professionnels face à la sexualité adolescente, Toulouse, Érès, 2001.

HUERRE, P. et al. – L’adolescence n’existe pas, Paris, Odile Jacob, 2002.

HUERRE, P. / LAMY, A. – Je m’en fiche, j’irai quand même ! Paris, Albin Michel, 2006.

HUERRE, P. / MARTY, F., dir. – Alcool et adolescence, Paris, Albin Michel, 2007, 2017.

HUERRE, P. / MARTY, F., dir. – Cannabis et adolescence, Paris, Albin Michel, 2004.

HUERRE, P. / RENARD, L., dir. – Parents et adolescents, Toulouse, Érès, 2001.

HYBORD, G. / MANIGAND, D. – Le cannabis expliqué aux parents, Paris, Retz, 2007.

 

 

                             Faire Fructifier, les Ressources, de l’AdoJeunesse Masculine !

 

 

C O A C H – C O N S E I L   /   C O A C H I N G   D E   V I E

A D O L E S C E N T S   /   J E U N E S   M A S C U L I N S

L Y C É E N S   /   É T U D I A N T S   /   A C T I F S

 

 

– Yves REMY, Dr

 

 

Coach de Vie AndroJeunoConseiller

Spécialiste AndroJeunesse-AndroÉducation

Consultant Institutionnel & Politique AdoJeunes

 

Docteur en Sciences Humaines et Sociales, Paris

(PsychoSociologie du Développement de l’AdoJuvénilité)

Certifié Acec / Coaching Personnel (Ados / Jeunes), Paris

 

 

Mentoring Andro15-24

 

Booster, la Confiance

Des Jeunes XY  !

 

 

Cabinet

 

Andro-AdoJeunologie®

 

PARIS 16 / Foch

 

 

Andro-AdoJeunoConseil15-24.Org

 

 

> L’Expertise de la Masculinité AdoJuvénile

Confiance en Soi / Motivation / Stress

Coaching de vie Cognitif / Émotionnel / Comportemental

 

 

L’Andro-AdoJeunoConseil® permet, à tout jeune homme, de 1524 ans, de croire, en soi, se motiver, s’apaiser

Accompagnement spécifique, en réalisation, de soi, andro-adoJuvénile, pour se dépasser, devenir meilleur, s’épanouir.

En programme andro-adoJeunologique méthodique, adapté : écrit, directif, interactif, structuré.

Par études de cas, exercices, entraînements pratiques. En apprentissages, d’andro-adoJeunoCoaching de vie : formatifs, consultatifs, décisionnaires.

 

 

YR/c – 7 rue Marbeau, 75116 Paris, Foch, France, UE

 

SecteurPl. de l’Étoile – Av. Foch

Neuilly-sur-Seine – Av. de la Grande-Armée

 

T. 33 1 45 65 96 22 – M. 33 6 64 94 13 29

– Contact Internet –

 

 

>> Mémento d’AndroJeunoCoaching de Vie

 

 

Préambule   AndroJeunologue®   AndroJeunologie®   Expertise   Évaluation

Travaux   AndroJeune   AndroJeunoScience®-7   AndroJeunoConseil®   Cabinet

 

 

> Junior / Adolescent XY, Cible du Coaching de Vie d’AndroAdoJeunesse

 

Le junior mâle, en coaching de vie, est la cible, de l’Andro-AdoJeunoScience®, en son essence. En une approche théorique, d’étude & pratique, de conseil.

 

 

– Haut de Page –

 

 

INJEP C’est quoi mes droits ?, Vanves, Hachette, 2004.

INJEP – Études, galères et réussites, Paris, La Documentation Française, 2016.

INJEP – Les Jeunes de 1950 à 2000 – Un bilan des évolutions, Paris, Injep, 2001.

INJEP / OJPJ – Inégalités entre jeunes sur fond de crise, Paris, La Documentation Française, 2012.

INJEP / OJPJ – Parcours de jeunes et territoires, Paris, La Documentation Française, 2014.

INJEP / PANORAMA – Art & jeunesse, Paris, Injep, 2007.

INSEE – Les Jeunes, Paris, Contours et Caractères, 2000.

ITEP – Crient-ils de plus en plus fort ou, sommes-nous de plus en plus sourds ?, Nîmes, Cse, 2006.

 

JALLADE, M.-F. – 14-18 ans, L’adolescence, Lyon, Chronique Sociale, 2004.

JEAMBAR, D. / REMY, J. Nos enfants nous haïront, Paris, Seuil, 2006.

JEAMMET, P. – Adolescents d’aujourd’hui – Ils vont bien, merci, Montrouge, Bayard, 2015.

JEAMMET, P. – Anorexie, Boulimie – Les paradoxes de l’adolescence, Vanves, Hachette, 2005.

JEAMMET, P. – Grandir en temps de crise, Montrouge, Bayard, 2014.

JEAMMET, P. – L’Adolescence, Paris, Solar, 2007.

JEAMMET, P. – Pour nos ados, soyons adultes, Paris, Odile Jacob, 2008.

JEAMMET, P., dir. – Adolescences, Paris, Syros, 2012.

JELLYELLIE – Être dans la tête d’un ado, Paris, Éditions Fabert, 2009.

JENSEN, F. E. – Le cerveau adolescent, Paris, JC Lattès, 2016

JOFFRIN, L. Un coup de jeune, portrait d’une génération morale, Paris, Arléa, 1987.

JORDAN, S. et al. – Mode d’emploi de mon ado, Vanves, Marabout, 2010, 2016.

JOURDE, P., dir. – Université – La grande illusion, Paris, L’Esprit des Péninsules, 2007.

JULLIARD, B. Génération Cpe, Paris, Éditions Privé, 2007.

 

KALFON, F. – Que faisons-nous de leurs vingt ans ?, Paris, Michalon Éditions, 2012.

KAMBOUCHNER, D. et al., dir. – La crise de la culture scolaire, Paris, Puf, 2005.

KAMMERER, P. – Adolescentes et mères, Toulouse, Érès, 2005.

KAMMERER, P. – Adolescents dans la violence, Paris, Gallimard, 2000.

KEMP, D. – Les solutions pour empêcher le décrochage scolaire, Montréal, Éditions Québecor, 1995.

KHAÏAT, L. et al. – Enfance dangereuse, enfance en danger ?, Toulouse, Érès, 2007.

KOURTI, E. et al., dir. – Des jeunes et des médias en Europe, Paris, L’Harmattan, 2008.

KURK, J.-M. et F. – L’École mobile, Paris, Stock, 2001.

 

LACUB, M. / MANIGLIER, P. – Famille en scènes, Paris, Les Éditions Autrement, 2003.

LADAME, F. Les éternels adolescents – Comment devenir adulte, Paris, Odile Jacob, 2003.

LAGRANGE, H. – Les adolescents, le sexe, l’amour, Paris, Syros, 1999.

LAGRUE, G. – Parents – Alerte au tabac et au cannabis, Paris, Odile Jacob, 2008.

LAITSELART, B. – Adolescence meurtrie, Toulouse, Privat, 2002.

LAMBERT, Y. et al. – Crépuscule des religions chez les jeunes ?, Paris, L’Harmattan, 1992.

LAMBIN, M. – Aider à prévenir le suicide chez les jeunes, Montréal, Éd. de l’Hôpital Ste-Justine, 2004.

LAMY, A. / MARCELLI, D. – L’état adolescent – Miroir de la société, Malakoff, Armand Colin, 2013.

LANGOUËT, G., dir. – Les jeunes et la santé en France, Vanves, Hachette, 2001.

LANGOUËT, G., dir. – Les jeunes et leurs loisirs en France, Vanves, Hachette, 2004.

LANGOUËT, G., dir. – Les « nouvelles familles », Vanves, Hachette, 1998.

LANGOUËT, G., dir. – Les oubliés de l’école en France, Vanves, Hachette, 2003.

LAOUÉNAN, C. – Comprendre nos Ados, Paris, Éditions Pascal, 2010.

LAOUÉNAN, C., et al. – Ados, les violences du quotidien, Paris, Éd. de La Martinière Jeunesse, 2002.

LAPASSADE, G., dir. – Regards sur la dissociation adolescente, Paris, Anthropos, 2000.

LARDELLIER, P. Le pouce et la souris, Paris, Fayard, 2006.

LARMOYER, P. – Devenir adulte, Paris, Hachette, 2009.

LAURENCEAU, S. – En route pour l’adolescence, Le Mont-sur-Lausanne, Nk Éditions, 2006.

LAURU, D. – La folie adolescente, Paris, Denoël, 2004.

LAURU, D. / RUN (Le), J.-L., dir. – Figures du père à l’adolescence, Toulouse, Érès, 2004.

LAUTIER, N. – Psychosociologie de l’éducation, Malakoff, Armand Colin, 2001.

LAUTREY, J., coord. – Psychologie du développement et de l’éducation, Paris, Puf, 2008.

LAUTREY, J., coord. – Psychologie du développement et psychologie différentielle, Paris, Puf, 2010.

LAZZIO (di), E. – Lettre d’un ado à ses parents, Paris, Éditions du Toucan, 2009.

LEBÈGUE, T. / WALTER, E. – Grandes écoles – La fin d’une exception française, Paris, C.-Lévy, 2008.

LEBOVICI, S. et al. – Nouveau Traité de psychiatrie de l’enfant et l’adolescent, Paris, Puf, 2004 (4 t.).

LEBRUN, F. et al. – Histoire de l’enseignement et de l’éducation – 1480-1789, Paris, Perrin, 2003.

LECLERE, A. / VILNET, C. – Ados & alcool, Paris, Éditions J. Lyon, 2010.

LECOMTE, I. – L’ado fragile et l’école, Bruxelles, De Boeck, 2006.

LEDUC, J. et al. – Histoire des élèves en France, Malakoff, Armand Colin, 2007.

LEGOIS, J.-P. et al. – Cent ans de mouvements étudiants, Paris, Éditions Syllepse, 2007.

LEHALLE, H. – Psychologie des adolescents, Paris, Puf, 1998.

LEHALLE, H. et al. – Psychologie du développement – Enfance / adolescence, Malakoff, Dunod, 2013.

LEHALLE, H. et al., dir. – Adolescences d’aujourd’hui, Rennes, Pur, 2006.

LELIÈVRE, C. Les politiques scolaires mises en examen, Issy-les-Moulineaux, Esf Éditeur, 2004.

LEMANT, O. – Sacrés Zados !, Paris, Leduc.S Éditions, 2005.

LEMEL, Y. / ROUDET, B., dir. – Filles et garçons jusqu’à l’adolescence, Paris, L’Harmattan, 1999.

LEMPERIÈRE, T., dir. – La dépression avant 20 ans, Issy-les-Moulineaux,, Masson, 2001.

LENSEL, D. et al. – Génération Jmj, Paris, Fayard, 1997.

LÉOTARD (de), M.-L. – Le dressage des élites, Paris, Plon, 2001.

LEROY, A. – Imaginaire de l’adolescence, Montrouge, Esf, 2018.

LESCANNE, G. – 15 / 25 ans, « On ne sait plus qui croire… », Paris, Cerf, 2004.

LESOURD, S. – La construction adolescente, Strasbourg, Arcanes / Toulouse, Érès, 2005.

LETENDRE, R. / MARCHAND, D., dir. – Adolescence et affiliation, Québec, Puq, 2010.

LEVAIN, M. / TISSIER, J. – La génération Y par elle-même, Paris, François Bourin Éd., 2012.

LEVASSEUR, G. – Ados – La fin de l’innocence, Paris, Max Milo, 2009.

LEVI, G. / SCHMITT, J.-C., dir. – Histoire des jeunes en Occident, Paris, Le Seuil, 1996, 2 tomes.

LEVISALLES, N. – L’ado (et le bonobo), Vanves, Hachette, 2009, Paris, Fayard, 2014.

LEWI, G. – Génération Z – Mode d’emploi, Paris, Vuibert, 2018.

LHOMME-RIGAUD, C. – L’adolescent et ses monstres, Toulouse, Érès, 2002.

LIEBIG, É. Les ados sont insupportables, mais ce sont nos enfants !, Paris, Michalon, 2009.

LONCLE, P. – L’action publique malgré les jeunes, Paris, L’Harmattan, 2003.

LONCLE, P. – Politiques de jeunesse – Les défis majeurs de l’intégration, Rennes, Pur, 2010.

LONCLE, P. – Pourquoi faire participer les jeunes ?, Paris, L’Harmattan, 2008.

LONCLE, P., dir. – Les jeunes – Questions de société / de politique, Paris, La Doc. Fr., 2007.

LONCLE, P. et al., dir. – Politiques de jeunesse – Le grand malentendu, Nîmes, Champ Social, 2012.

LORENT, L. – Votre jeunesse, Alès, Éditions Jean Paul Bayol, 2007.

LORENZI, J.-H. / PAYAN, J.-J. – L’université maltraitée, Paris, Plon, 2003.

LOSADA, A. – Vous, parents et enfants qui ne comprenez plus rien à l’école, Neuilly, M. Lafon, 2005.

LOTT, L. / NELSEN, J. – La Discipline positive pour les adolescents, Paris, Éditions du Toucan, 2014.

LOUIS, J.-M. – Communiquer avec les ados, Paris, Presses de la Renaissance, 2004.

LUNEL, P. – Fac – Le grand merdier ? Paris, Éditions Anne Carrière, 2007.

 

MACGREGOR, C. – À la rescousse des adolescents du divorce, Varennes, Québec, AdA, 2006.

MACHER, G. – L’adolescence, une chance pour la ville, Paris, Les Carnets de l’info, 2010.

MACMILLAN, B. – Pourquoi les garçons sont-ils différents ?, Paris / Vanves, Octopus / Hachette, 2005.

MAHLER, V. – Ados, comment on vous manipule, Paris, Albin Michel, 2004.

MAIA, M. – Sexualités adolescentes, Paris, Éditions Pepper, 2004.

MAÏDI, H. – Clinique du narcissisme – L’adolescent et son image, Malakoff, Armand Colin, 2012.

MAÏDI, H. – Les souffrances de l’adolescence, Besançon, Puf-c, 2008.

MALAREWICZ, J.-A. – Le complexe du petit prince, Paris, Robert Laffont, 2003.

MÂLE, P. Psychothérapie de l’adolescent, Paris, Puf, 1999.

MANCEAU, C. – 500 réponses aux questions des recruteurs, Paris, L’Étudiant, 2009.

MANGEARD, P. – Faut-il garder la majorité à 18 ans ?, Turquant, Cheminements, 2007.

MANSEAU, H. – Amour et sexualité chez l’adolescent, Québec, Puq, 2007.

MAQUIN, P. – Quand les ados prennent le pouvoir, Paris, Le Courrier du Livre, 2017.

MARANGE, V. – Les jeunes, Paris, Le Monde Éditions, 1995.

MARC, P. et al. – Adolescence – Des clefs pour comprendre, Genève, Éd. du Tricorne, 2000.

MARCELLI, D. – Avoir la rage – Du besoin de créer à l’envie de détruire, Paris, Albin Michel, 2016.

MARCELLI, D. – C’est donc ça l’adolescence ?, Montrouge, Bayard Éditions, 2009.

MARCELLI, D. et al. – Ados, galères, complexes et prises de tête, Paris, Albin Michel, 2005.

MARCELLI, D. et al. – Dépression et tentatives de suicide à l’adolescence, Issy, Masson, 2001.

MARCELLI, D. et al. – L’état adolescent – Miroir de la société, Malakoff, Armand Colin, 2013.

MARCI, D. et al. – Cure d’adolescents par le psychodrame, Paris, L’Harmattan, 2007.

MARLIÈRE, É. – Jeunes en cité, Paris, L’Harmattan, 2005.

MARTIAL, A. / SEGALEN, M. Sociologie de la famille, Malakoff, Armand Colin, 2013.

MARTINOT, D. et al., dir. – Le défi éducatif, Malakoff, Armand Colin, 2005.

MARTY, F., dir. – L’adolescence dans l’histoire de la psychanalyse, Paris, Éd. In Press, 2003.

MARTY, F., dir. – Le jeune délinquant, Paris, Éditions Payot & Rivages, 2002.

MARTY, F., dir. – Psychopathologie de l’adolescent – 10 cas cliniques, Paris, In Press, 2011.

MARZANO, M. / ROZIER, C. – Alice au pays du porno, Paris, Ramsay, 2005.

MASCHINO, M. T. L’école de la lâcheté, Paris, Jean-Claude Gawsewitch Éditeur, 2007.

MASCHINO, M. T. – L’école, usine à chômeurs, Paris, R. Laffont, 1992.

MATOT, J.-P. – L’enjeu adolescent, Paris, Puf, 2012.

MATRULLO, É. / MAURETTE, É. – Comment travailler plus efficacement, Paris, Nathan, 2005.

MATYSIAK, J.-C. / SAUVERZAC (de), O. – Accros à l’écran ?, Paris, Éditions Pascal, 2006.

MAUGER, G. Les bandes, le milieu et la bohème populaire, Paris, Belin, 2006.

MAUGER, G. – Les jeunes en France – État des recherches, Paris, La Doc. Fr., 1994.

MAUGER, G. et al. – Jeunesses et sociétés, Malakoff, Armand Colin, 1994.

MAULINI, O. et al., dir. – L’organisation du travail scolaire, Québec, Puq, 2007.

MAUNAYE, E. / MOLGAT, M., dir. – Les jeunes adultes et leurs parents, Québec, Pul, 2003.

MAURICE, C. et al. – Que faire avec des études de langues ?, Levallois-Perret, Studyrama, 2007.

MAYEUR, F. – Histoire de l’enseignement et de l’éducation – 1789-1930, Paris, Perrin, 2004.

MCGRAW, J. – 100 % ados, Vanves, Marabout, 2003.

MEERBEECK (Van), P. – Ainsi soient-ils ! – À l’école de l’adolescence, Bruxelles, De Boeck, 2012.

MEERBEECK (Van), P. – Mais qu’est-ce que tu as dans la tête ?, Bruxelles, Racine, 2015.

MÉGRIER, D., dir. – Pièces pour adolescents, Paris, Éditions Retz, 2004.

MEIJS, J. – L’épreuve de l’adolescence, Laboissière-en-Thelle, Aethera, 2008.

MEIRIEU, P. L’école et les parents – La grande explication, Paris, Plon, 2000.

MEIRIEU, P. / RUFO, M. / SCHILTE, C. – Votre ado, Vanves, Hachette, 2010.

MENDOUSSE, P. – L’âme de l’adolescent, Paris, Félix Alcan, 1909 / Paris, Puf, 1947.

MENDOUSSE, P. – L’âme de l’adolescente, Paris, Félix Alcan, 1928.

MERCURE, D. et al., dir. – Perspectives internationales sur le travail des jeunes, Québec, Pul, 2011.

MERLE, P. et al., dir. – Le droit et l’école – De la règle aux pratiques, Rennes, Pur, 2003.

MESSINGER, C. et J. – Ne leur dites jamais, Paris, Flammarion, 2008.

METTON-GAYON, C. – Les adolescents, leur téléphone et Internet, Paris, L’Harmattan, 2009.

MEUNIER, A. – Anorexie – Ados au régime, ados en danger ?, R.-U., Platypus Press, 2002.

MEUNIER, A. – Ces ados qui nous tracassent, Neuilly-sur-Seine, Michel Lafon, 2008.

MEUNIER, A. / TIXIER, G. – La tentation du suicide chez les adolescents, Paris, Payot, 2005.

MIALARET, G. La psychopédagogie, Paris, Puf, 2002.

MIGNAVAL, P. Le sottisier du bac, Paris, Hors Collection, 2007.

MILBURN, P. – Quelle justice pour les mineurs ?, Toulouse, Érès, 2009.

MILNER, P. – À bas les élèves !, Paris, Albin Michel, 1999.

MOHAMMED, M. / MUCCHIELLI, L., dir. – Les bandes de jeunes, Paris, La Découverte, 2007.

MOLITOR, B. – Quand serai-je un homme ?, Valence, Éditions Dynamots, 2003.

MONCE, L. – Parent d’ado mode d’emploi !, Paris, InterÉditions, 2015.

MONNEUSE, D. – Les jeunes expliqués aux vieux, Paris, L’Harmattan, 2012.

MONTARDRE, H. – Filles et garçons, êtes-vous si différents ?, Paris, Éd. de La Martinière, 2001.

MONTEIL, F. – Parents / Ados – 100 mots pour se comprendre, Montrouge, Bayard, 2008.

MONT-ERARG-ALIDOR, J. – Les jeunes ont besoin d’être aimés, St-Maur, Jets d’Encre, 2012.

MOREAU, C. / SAUVAGE, A. – La Fête et les Jeunes, Rennes, Éditions Apogée, 2008.

MOREL, G. / TUAL-LOIZEAU, D. – L’horreur pédagogique, Paris, Ramsay, 1999.

MORHAIN, Y., dir. – L’adolescence et la mort, Paris, Éditions In Press, 2011.

MORO, M. R. Avec nos ados, osons être parents !, Montrouge, Bayard, 2016.

MORO, M. R. – Devenir adulte, chances et difficultés, Malakoff, Armand Colin, 2014.

MORO, M. R. – Et si nous aimions nos ados ?, Montrouge, Bayard, 2017.

MORO, M. R. – Les ados expliqués à leurs parents, Montrouge, Bayard, 2015.

MORO, M. R. – Psychothérapie transculturelle de l’enfant et de l’adolescent, Malakoff, Dunod, 2011.

MORO, M. R. – Troubles à l’adolescence dans un monde en changement, Malakoff, A. Colin, 2012.

MORRIS, A. et al. – Parents d’ados, Paris, Éditions de La Martinière, 2005.

MORRIS, A. / VAILLANT, M., dir. – Encyclopédie de la vie de famille, Paris, É. de La Martinière, 2004.

MOSCONI, N. / STEVANOVIC, B. – Genre et avenir , Paris, L’Harmattan, 2007.

MOUGNAUD, A. – Carnets de prof, Bernay, City Éditions, 2006.

MÜLLER-MICHAELIS, M. – Maman, je n’ai plus d’argent !, Croissy, Anagramme, 2005.

MUXEL, A. Avoir 20 ans en politique, Paris, Le Seuil, 2010.

MUXEL, A., dir. – Les étudiants de Sciences Po, Paris, Presses de Sciences Po, 2004.

MUXEL, A. – Les jeunes et la politique, Vanves, Hachette, 1996.

MUXEL, A. – L’expérience politique des jeunes, Paris, Presses de Sciences Po, 2001.

MUXEL, A. – Politiquement jeune, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2018.

 

NAGELS, C. / REA, A. – Jeunes à perpète, Ottignies-Louvain / Bruxelles, Academia / Bruylant, 2007.

NATAF, J.-C. – La santé des étudiants en 200 questions, Nîmes, Éditions De Vecchi, 2003.

NATANSON, M. – Des adolescents se disent, Bruxelles, De Boeck, 1998.

NAYEBI, J.-C. – La cyberdépendance en 60 questions, Paris, Retz, 2007.

NICOLE-Drancourt, C. / ROULLEAU-Berger, L. – L’insertion des jeunes en France, Paris, Puf, 2006.

NICOLE-DRANCOURT, C. / ROULLEAU-BERGER, L. – Les jeunes et le travail, Paris, Puf, 2001.

NISAND, I. et al. – Et si on parlait de sexe à nos ados ?, Paris, Odile Jacob, 2012.

NOTE / CAS – Pour une nouvelle politique des âges de la vie, Paris, La Doc. Fr., 2006.

 

OLSON, D. R. – L’école entre institution et pédagogie – Repenser la réforme, Paris, Retz, 2005.

ONISEP Guide du collège, Paris, Eyrolles, 2006.

ONISEP – Guide du lycée, Paris, Eyrolles, 2006.

ONISEP – Guide du lycée professionnel, Paris, Eyrolles, 2006.

ONISEP – Le Dico des Métiers, Toulouse, Milan, 2013.

ONU Convention relative aux Droits de l’Enfant, New York, Onu, 1991.

OULLION, J.-M. – Mes enfants sont accros aux jeux vidéo !, Paris, Les Carnets de l’Info, 2008.

OVE 20 questions sur la vie étudiante, Paris, La Documentation Française, 2007.

 

PALACIO, M. – La justice des enfants perdus, Paris, La Découverte, 2006.

PARIS, H. et al., dir. – Films cultes et culte du film chez les jeunes, Québec, Pul, 2009.

PASQUIER, D. – Cultures lycéennes, Paris, Les Éditions Autrement, 2005.

PASQUIER, D. – La culture des sentiments, Paris, Emsh, 1999.

PAUCOT, A.-C. – Comprendre la génération Internet, Paris, Maxima, 2007.

PÉDRON, P. – Guide de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, Issy-les-M., Gualino, 2012.

PEETERS, J. – Les adolescents difficiles et leurs parents, Bruxelles, De Boeck, 2005.

PEILLE, F. – Frères et sœurs, chacun cherche sa place, Vanves, Hachette, 2005.

PELÈGE, P. / PICOD, C. – Éduquer à la sexualité, Malakoff, Dunod, 2006.

PELLETIER, D., dir. – Dictionnaire Septembre des métiers et professions, Québec, Septembre, 2005.

PEREZ, D. – Réussir ses entretiens d’embauche, Paris, L’Express Éditions, 2009.

PÉRIER, J.-M. Casse-toi ! – Crève mon fils, Paris, Oh ! Éditions, 2010.

PERSON, L. et al. – Que faire avec des études de droit ?, Levallois-Perret, Studyrama, 2007.

PETITCLERC, J.-M. Enfermer ou éduquer ?, Malakoff, Dunod, 2007.

PETITCLERC, J.-M. – Les nouvelles délinquances des jeunes, Malakoff, Dunod, 2005.

PHAN, O. et al. – Jeux vidéo, alcool, cannabis, Paris, Solar, 2017.

PHARE Enfants-Parents – Difficile adolescence, Paris, Éditions Pep, 2002.

PHILIBERT, C. / WIEL, G. – Accompagner l’adolescence, Lyon, Chronique Sociale, 2002.

PIETROPOLLI C., G. – Arrogants et fragiles – Les adolescents d’aujourd’hui, Paris, A. Michel, 2011.

PINET-FERNANDES, C. – Les ados et les médias, Levallois-Perret, Studyparents, 2008.

PIOT, O. – Adolescents – Halte aux clichés !, Toulouse, Éditions Milan, 2002.

PIQUET, E. – Mon ado, ma bataille, Paris, Payot & Rivages, 2017.

PIRLOT, G. – Violences et souffrances à l’adolescence, Paris L’Harmattan, 2001.

PITTE, J.-R. Jeunes, on vous ment ! – Reconstruire l’Université, Paris, Fayard, 2006.

PITTE, J.-R. – Stop à l’arnaque du bac, Paris, Oh ! Éditions, 2007.

PLANCHEREL, B. – Le stress et son impact sur la santé des adolescents, Fribourg, Eufs,1998.

POBLETE, M. – Comment mettre mon ado au travail, Paris, L’Étudiant, 2010.

POBLETE, M. – Le guide psycho pour une scolarité réussie, Paris, L’Étudiant, 2017.

POMMEREAU, X. Ado à fleur de peau, Paris, Albin Michel, 2006.

POMMEREAU, X. – Ados en vrille, mères en vrac, Paris, Albin Michel, 2010.

POMMEREAU, X. – L’adolescent suicidaire, Malakoff, Dunod, 2013.

POMMEREAU, X. – Le goût du risque à l’adolescence, Paris, Albin Michel, 2016.

POMMEREAU, X. – Nos ados.com en images, Paris, Odile Jacob, 2011.

POMMEREAU, X. – Quand l’adolescent va mal, Paris, Éditions Jean-Claude Lattès, 2003.

POPET, A. et al. – Que faire ?, Paris, Nathan / L’Étudiant, 2003.

POROT, D. – Comment trouver une situation…, Paris, L’Express Éditions, 2012.

POROT, D. – L’entretien d’embauche en 202 questions, Paris, L’Express Éditions, 2014.

PORTIER-LE COCQ, F. – Sexualité et maternité des adolescentes, Rennes, Pur, 2009.

POTEL, C. – Corps brûlant, corps adolescent, Toulouse, Érès, 2006.

POUSSIN, G. – La fonction parentale, Malakoff, Dunod, 2004.

PROJET – 18-30 ans, Les aventures de la mobilité, L.P. St-Denis, Revue Projet, 1997.

PROST, A. Histoire de l’enseignement et de l’éducation – Depuis 1930, Paris, Perrin, 2004.

PROT, B. – J’suis pas motivé, je fais pas exprès !, Paris, Albin Michel, 2003.

 

RANCOURT (de), A. Comment élever un ado d’appartement ?, Paris, Éd. Chiflet & Cie 2005.

RAOULT, P. A. – Guérir de ses blessures adolescentes – Devenir adulte, Paris Eyrolles, 2007.

RAOULT, P.-A. – L’Agir criminel adolescent, Grenoble, Pug, 2008.

RASSIAL, J.-J. L’adolescent et le psychanalyste, Paris, Payot, 1996.

RASSIAL, J.-J. – Le passage adolescent, Toulouse, Érès, 1996.

RASSIAL, J.-J., dir. – Sortir – L’opération adolescente, Toulouse, Érès, 2000.

RAUCH, A. – Pères d’hier, pères d’aujourd’hui, Paris, Nathan, 2007.

RAYMOND, G. – Droit de l’enfance et de l’adolescence, Paris, Litec, 2006.

RAYNAUD, J.-P. et al., dir. – Adolescents difficiles, Toulouse, Érès, 2012.

REBOUL, O. La philosophie de l’éducation, 1989, Paris, Puf, 2010, 2016.

REBOUL, O. – Les valeurs de l’éducation, 1992, Paris, Puf, 2005.

RENAHY, N. – Le gars du coin, Paris, Éditions La Découverte, 2005.

REVOL, O. – J’ai un ado… Mais je me soigne, Paris, Éditions Jean-Claude Lattès, 2010.

REY, C., dir. – Les adolescents face à la violence, Paris, Syros, 2000.

REYNIÉ, D., dir. – La jeunesse du monde, Paris, Fondapol, Lignes de Repères, 2011.

RICHARD, F. – Le processus de subjectivisation à l’adolescence, Malakoff, Dunod, 2001.

RICHAUD, A. – Guide de l’orientation scolaire, Paris, Odile Jacob, 2001.

RIVIÈRE, V. – Analyse du comportement appliquée à l’enfant / l’adolescent, V. d’A., Septentrion, 2006.

ROBIN, M. – Ado désemparé cherche société vivante, Paris, Odile Jacob, 2017.

ROBIN-HIVERT, É., dir. – Les clés de la Fac, Paris, H&K, 2005.

ROCHÉ, S. La délinquance des jeunes, Paris, Seuil, 2001.

ROLLAND, A. – Qui a peur de la littérature ado ?, Paris, Éditions Thierry Magnier, 2008.

ROLLIER, A. / VAYNE, F. – Jean-Paul II, les jeunes et les Jmj, Suisse, Parole et Silence, 2005.

ROLLOT, O. – La génération Y, Paris, Puf, 2012.

ROMIAN, H., dir. – Pour une culture commune – De la maternelle à l’université, Vanves, Hachette, 2000.

ROSENCZVEIG, J.-P. et al. – « Baffer » n’est pas juger – La justice des mineurs, Paris, Plon, 2007.

ROTA, M. – 18 à 25 ans – La postadolescence et ses problèmes, Malakoff, Dunod, 1995.

ROTHÉ, C. – Jeunes en errance – Relation d’aide et carrières de marginalité, Rennes, Pur, 2016.

ROUCHE, M. – Histoire de l’enseignement et de l’éducation – Ve s. av. J.-C-XVe s., Paris, Perrin, 2003.

ROUDAUT, G. – Pour quel métier êtes-vous fait, Levallois-Perret, Studyrama, 2017.

ROUDAUT, G. et al. – Choisir l’apprentissage, Levallois-Perret, Studyrama, 2005.

ROUDAUT, G. et al., dir. – Pour quelles études êtes-vous fait ?, Levallois-P., Studyrama, 2007.

ROUDET, B., dir. – Regard sur… Les jeunes en France, Québec, Pul / Paris, Injep, 2009.

ROUGEUL, F. – Comprendre la crise d’adolescence, Paris, Eyrolles, 2006.

ROUGEUL, F. – J’aide mon ado à grandir, Paris, Eyrolles, 2012.

ROUSSEAU, J.-J. Émile ou De l’éducation, 1762, Paris, Gallimard, 1969, Folio, 2005.

ROUX, P. – Les ados – Le mystère expliqué, Lausanne, Éditions Favre, 2009.

ROYER, N. – Que faire avec un bac Stmg ?, Levallois-Perret, Studyrama, 2017.

RUANO-BORBALAN, J.-C., dir. – Éduquer et former, Auxerre, Éd. Sciences Humaines, 2001.

RUBI, S. – Les « crapuleuses », ces adolescentes déviantes, Paris, Puf, 2005.

RUFO, M. – Dictionnaire amoureux de l’Enfance et de l’Adolescence, Paris, Plon, 2017.

RUFO, M. – La vie en désordre – Voyage en adolescence, Paris, Anne Carrière, 2007.

RUFO, M. / SCHILTE, C. – Comprendre l’ado, Vanves, Hachette, 2000.

RUFO, M. / SCHILTE, C. – Votre Ado, Vanves, Hachette, 2003.

RUTTER, M. / TAYLOR, E. – Child and Adolescent Psychiatry, Usa, Wiley-Blackwell, 2015.

 

SABATIER, B. – Nous sommes jeunes, nous sommes fiers, Vanves, Hachette, 2007.

SAHUC, C. – Comprendre son enfant – 11 / 17 ans, Levallois-Perret, Studyparents, 2006.

SALOMÉ, J. – C’est comme ça, ne discute pas !, Paris, Albin Michel, 1996.

SAMSON, B. – On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans, Paris, Fixot, 1994.

SAMSON, F. – 1968-2008 – L’héritage amer d’une génération, Paris, L’Harmattan, 2007.

SANDILLON, I. – Au secours ! Mon ado ne veut pas travailler…, Paris, Eyrolles, 2018.

SAX, L. – Pourquoi les garçons perdent pied et les filles se mettent en danger, Paris, JC Lattès, 2014.

SCHAPIRO-NIEL, A. – A.d.o.s., Vanves, Marabout, 2003.

SCHAUDER, S., dir. – Pratiquer la psychologie clinique auprès d’enfants / d’ados, Malakoff, Dunod, 2007.

SCHLEIFER, M. – Valeurs et sentiments chez les adolescents, Québec, Puq, 2010.

SCHWARTZ, B. L’insertion professionnelle et sociale des jeunes, 1981, Rennes, Apogée, 2007.

SCIALOM, P. – Psycho ados, Paris, L’Archipel, 2005.

SÉBAL, M. – Troubles et ruptures de l’adolescence, Paris, Vuibert, 2012.

SEGALEN, M. et al. – Le nouvel esprit de famille, Paris, Odile Jacob, 2002.

SELOSSE, J. Adolescence, violences et déviances, Vigneux, Éditions Matrice, 1997.

SÉNAT Rapport d’information sur la délinquance juvénile, Paris, Sénat, Com. des Lois, 1996.

SÉRIEYX, H. – Jeunes et entreprise, Paris, Éditions d’Organisation, 2005.

SERON, C., dir. – Au secours, on veut m’aider !, Paris, Éditions Fabert, 2006, deux tomes.

SÉRY, M. – Parents d’élèves si vous saviez, Paris, Stock, 2002.

SÉVÉRIN, G. Aux risques de l’adolescence, Paris, Albin Michel, 1997.

SIEGEL, D. – Le cerveau de votre ado, Paris, Les Arènes, 2018.

SIGURET, C. / VELUIRE, M. – Les adolescents et la sexualité, Paris, Robert Laffont, 2009.

SINGLY (de), F. Le soi, le couple et la famille, Paris, Nathan, 2004.

SINGLY (de), F. – Les Adonaissants, Malakoff, Armand Colin, 2006.

SIRVEN, R. – Relaxation thérapeutique pour adolescents, Bruxelles, De Boeck, 2009.

SONET, D. – Conseils à des parents d’ados, Paris, Droguet & Ardant-Edifa, 2005.

SONNOIS, G. – Accompagner le travail des adolescents, Lyon, Chronique Sociale, 2009.

SORMAN, J. et al. – Parce que ça nous plaît – L’invention de la jeunesse, Paris, Larousse, 2010.

SPITZ, C. Questions d’adolescents, Paris, Odile Jacob, 1994.

STAGNARA, D. – Aimer à l’adolescence, Malakoff, Dunod, 1999.

STELLINGER, A., dir. – Les jeunesses face à leur avenir, Paris, Fondapol, 2008.

STENGER, T., coord. – Digital natives – Culture, génération et consommation, Cormelles, Ems, 2015.

SUAREZ, M. et al. – L’entretien motivationnel avec les ados / jeunes adultes, Paris, InterÉditions, 2011.

SUDRES, J.-L. et al. – L’adolescent, son corps, sa thérapie, Marseille, Hommes et Persp., 1995.

SULLIVAN, P. – Psychopathologie de l’adolescent, Paris, Éditions In Press, 2001.

 

TAPIA, C. – Intégrer les jeunes dans l’entreprise, Paris, Les Éditions d’Organisation, 1994.

TARRADA, S. – Que faire avec un bac Es ?, Levallois-Perret, Studyrama, 2017.

TARTAR GODDET, É. – Développer les compétences sociales des adolescents, Paris, Retz, 2007.

TARTAR GODDET, É. – Prévenir et gérer la violence en milieu scolaire, Paris, Retz, 2006.

TARTAR GODDET, É. – Savoir communiquer avec les adolescents, Paris, Retz, 2006.

TEBOUL, R. – Deviens adulte ! – L’adolescent entre désir et filiation, Malakoff, Armand Colin, 2011.

TESSIER, G. – Comprendre les adolescents, Rennes, Pur, 1997.

TEXIER, D. – Adolescences contemporaines, Toulouse, Érès, 2011.

THEYTAZ, P. – Ado et bien dans ta peau, Saint-Maurice, Suisse, Saint-Augustin, 2013.

THIERCÉ, A. – Histoire de l’adolescence – 1850-1914, Paris, Belin, 2000.

THIOLLET, J.-P. – Savoir accompagner la puberté, Croissy, Anagramme Éditions, 2006.

THORENS-GAUD, É. – Adolescents homosexuels, Lausanne, Favre, 2009.

TIMOTEO, J. et al. – Atlas des jeunes en France, Paris, Éditions Autrement / Injep, 2012.

TIROT, G. – France anti-jeune, Paris, Max Milo Éditions, 2008.

TOUATI, A., dir. – Jeunes, Paris, Téraèdre, 2006.

TOURNYOL du CLOS, L. / S. – La délinquance des jeunes, Paris, L’Harmattan, 2007.

TOURRETTE, C. et al. – Introduction à la psychologie du développement, Malakoff, A. Colin, 2008.

TUBIANA, M. – L’éducation à la vie, Paris, Odile Jacob, 1999.

TULET, J. – Une place pour chaque jeune, Courbevoie / Paris, Dexia / Le Cherche Midi, 2005.

TWENGE M., J. – Génération Internet, Bruxelles, Mardaga, 2018.

 

UNGAR, M. – Le syndrome de la mère poule, Montréal, Éditions de l’Homme, 2007.

 

VAILLANT, M. – L’adolescence au quotidien, Paris, Syros, 2001.

VAILLANT, M. et al. – Nouvelles problématiques adolescentes, Paris, L’Harmattan, 2001.

VAISMAN, A. – Le livre des garçons, Paris, Éditions de La Martinière, Jeunesse, 2006.

VAISMAN, A. – Sexe, amour et sentiments, Paris, Éditions de La Martinière, Jeunesse, 2009.

VANDERSTEEN, S. – Le guide des tribus, Paris, Les Portes du Monde, 2004.

VARGA, K. – L’adolescent difficile et ses parents, Paris, Éditions In Press, 2008.

VECCHI (de), G. – École – Sens commun… Ou bon sens ?, Paris, Delagrave, 2007.

VELDE (Van de), C. – Devenir adulte, Paris, Puf, 2008.

VELDE (Van de), C., dir. – Jeunes d’aujourd’hui, France de demain, Paris, La Doc. Fr., 2010.

VERA, L. – Troubles obsessionnels compulsifs chez l’enfant et l’adolescent, Malakoff, Dunod, 2004.

VERGELY, B. – Pour une école du savoir, Toulouse, Éditions Milan, 2000.

VERNANT, D. – L’âge violent, Paris, Seuil, 2007.

VIAUD, M.-L. – Des collèges et des lycées différents, Paris, Puf, 2005.

VILLARD, V. – Bien choisir et préparer son école d’art, Levallois-Perret, Studyrama, 2017.

VINCENT, M. – Maladie d’adolescence, Paris, Éditions In Press, 2005.

VITALI, C. – La vie scolaire, Vanves, Hachette, 1997.

VORDERMAN, C. – Aidez votre ado à apprendre, Paris, Eyrolles, 2017.

VUILLE, M. et al., dir. – Entre flexibilité et précarité, Paris, L’Harmattan, 2007.

VULBEAU, A., dir. – La jeunesse comme ressource, Toulouse, Érès, 2001.

 

WACJMAN, C. – Adolescence et troubles du comportement en institution, Malakoff, Dunod, 2007.

WADDELL, M. – Comprendre votre enfant à l’adolescence, Paris, Albin Michel, 2001.

WAHL, G. et al. – Comprendre et prévenir les échecs scolaires, Paris, Odile Jacob, 2007.

WIDMER, É. et al., dir. – Interactions familiales et constructions de l’intimité, Paris, L’Harmattan, 2007.

WILSON, J. – Ados & Déco – Idées et conseils pour aménager leur espace, Genève, Aubanel, 2009.

 

YADE, R. Lettre à la jeunesse, Paris, Grasset, 2010.

YATE, M. J. – Les réponses aux questions de l’entretien d’embauche, Paris, L’Express Éditions, 2005.

YHUEL, I. – Aimer enfin sa mère, Paris, Jean-Claude Lattès, 1997.

 

ZAFFRAN, J. – Le temps de l’adolescence – Entre contrainte et liberté, Rennes, Pur, 2010.

ZANNA, O. – Restaurer l’empathie chez les mineurs délinquants, Malakoff, Dunod, 2010.

ZANTEN (Van), A., dir. – L’école, l’état des savoirs, Paris, Éditions La Découverte, 2008.

ZAY, D., dir. – Prévenir l’exclusion scolaire et sociale des jeunes, Paris, Puf, 2005.

ZAZZO, B. Psychologie différentielle de l’adolescence, Paris, Puf, 1966, 1992.

 

 

NOTES

 

 

I-2

 

La réalisation, le cheminement existentiels

Des (andro)AdoJeunes

 

 

593- Cicéron, M. T. Cicero, 106-43 av. J.-C., Philippiques, Rome, 44-43 av. J.-C., Paris, Les Belles Lettres, 2003.

594- P. Cosme, Auguste, 63 av. J.-C.-14 ap. J.-C., Paris, Librairie Académique Perrin, 2009.

 

 

6

L’EMPREINTE « MÉMORIELLE »

 

Histoire / Philosophie, de l'(andro)Néogénération

 

595- R. Wagner, 1813-1883, Tétralogie : Der Ring des Nibelungen, Siegfried, troisième, des quatre drames lyriques, opéra, Allemagne, Bayreuth, 1876. Intégrale, Bayreuther Festival Orchestra, Londres, Bbc, Opus Arte, 2009.

596- P. Ariès, 1914-1984, G. Duby, 1919-1996, dir., Histoire de la vie privée, cinq volumes, 1985-1987/1999.
Tome I, De l’Empire romain à l’an mil, Paris, Seuil, 1999.
Tome II, De l’Europe féodale à la Renaissance, Paris, Seuil, 1999.
Tome III, De la Renaissance aux Lumière, Paris, Seuil, 1999.
Tome IV, De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Seuil, 1999.
Tome V, De la Première Guerre mondiale à nos jours, Paris, Seuil, 1999.

597- Le Jardinier et le Petit Espiègle, court-métrage, de cinéma, de L. Lumière, 1864-1948, Lyon, Soc. L., 1895.
L. Trotobas, 22 ans / B. Duval, jeune ado, tiendra, lui aussi, le même rôle, de farceur, un peu plus tard.

598- Définition, du dictionnaire, de la langue française, Robert, Paris, Dictionnaires, Le Robert, 2007.

599- J. Diwo, 1914-2011, L’Empereur, Paris, Flammarion, 1994.

600- A. Thiercé, Histoire de l’adolescence – 1850-1914, Paris, Belin, 2000.

601- D. Le Breton, Une brève histoire de l’adolescence, Paris, Éditions Jean-Claude Béhar, 2013.

602- L. Chauvel, Le destin des générations, Paris, Puf, 1998, 2014.

603- Nés en 68, comédie dramatique, de cinéma, O. Ducastel, J. Martineau, Paris, Les Films Pelléas, 2008.

604- A.-M. Sohn, Âge tendre et tête de bois – Histoire des jeunes des années 1960, Vanves, Hachette, 2001.

605- G. Mauger, Les jeunes en France – État des recherches, Paris, La Documentation Française, 1994.

606- O. Galland et al., Les jeunes de 1950 à 2000 – Un bilan des évolutions, Paris, Injep, publication n° 51, 2001.

607- O. Galland, Sociologie de la jeunesse, Malakoff, Armand Colin, 2011, 2017.

608- J. Kerouac, 1922-1969, On the road, Sur la route, États-Unis, New York, Howard Cunnell, 1957.

609- J. Daniel, 1920-2020, Le Nouvel Observateur, Paris, numéro 727, France, 16 octobre 1978.

610- C. Balasc-Variéras, H. de Caevel, dir., Pourquoi les adolescents nous poussent-ils à inventer ? Toulouse, Érès, 2008.
P. Gutton, Le Génie adolescent, Paris, Odile Jacob, 2008.

611- P. Fanlac, La merveilleuse découverte de Lascaux, 1968, Périgueux, Éditions Fanlac, 2006.

612- T. M. Plautus, Plaute, 254-184 av. J.-C., Les Captifs, Rome, vers 193 av. J.-C., Paris, Les Belles Lettres, 1989.

613- Cicéron, M. T. Cicero, 106-43 av. J.-C., Cato Maior de Senectute, Caton l’Ancien ou de la Vieillesse, Rome, 44 av. J.-C., Paris, Bordas, 1968.

614- P. Huerre, M. Pagan-Reymond, J.-M. Reymond, L’adolescence n’existe pas, Paris, Odile Jacob, 2002.

615- P. Carlet de Chamblain de Marivaux, 1688-1763, Le Jeu de l’amour et du hasard, Paris, Briasson, 1730.

616- G. Levi, J.-C. Schmitt, dir., Histoire des jeunes en Occident, Paris, Seuil, 1996.

617-1- P. Huerre, M. Pagan-Reymond, J.-M. Reymond, L’adolescence n’existe pas, Paris, Odile Jacob, 2002. (Op. Cit.).

617-2- L.-R. de Caradeuc de La Chalotais, 1701-1785, Essai d’Éducation nationale, France, 1763, Paris, L’Harmattan, 1996.

618- J.-J. Rousseau, 1712-1778, Émile ou De l’éducation, France, 1762, Paris, Flammarion, 1999.

619- O. Galland, Sociologie de la jeunesse, Malakoff, Armand Colin, 2011, 2017. (Op. Cit.).

620- F. Dolto, 1908-1988, La Cause des adolescents, Paris, Robert Laffont, 1988.

621- L. Bantigny, I. Jablonka, dir., Jeunesse oblige, Histoire des jeunes en France, XIXe-XXIe s., Paris, Puf, 2009.

622- J.-D. Verhaeghe, Le Grand Meaulnes, drame cinématographique français, Paris, Mosca Films, 2006.

623- B. Zazzo, 1915-2007, La psychologie différentielle de l’adolescence, Paris, Puf, 1966.

624- La jeunesse a-t-elle une histoire ?, film documentaire sociohistorique, de J. Royer, France, Arte, Ina, 2013.

625- P. Huerre, M. Pagan-Reymond, J.-M. Reymond, L’adolescence n’existe pas, Paris, Odile Jacob, 2002. (Op. Cit.).

626- J. W. von Goethe, 1749-1832, Die Leiden des Jungen Werther, Saint-Empire, Leipzig, 1774, Les Souffrances du jeune Werther, Paris, Lgf, 1999.

627- Définition, du dictionnaire, de la langue française, Robert, Paris, Dictionnaires, Le Robert, 2007.

628- Platon, 428-348 av. J.-C., Œuvres complètes, 2 t., Grèce, 4e s. av. J.-C., Paris, Gallimard, 1940 et, 1943.

629- P.-M. Morel, Aristote, 384-322 av. J.-C., Paris, Flammarion, 2003.

630- O. Cauly, Comenius, 1592-1670, Paris, Éditions du Félin, 1995.

631- S. Goyard-Fabre, John Locke [1632-1704] et la raison raisonnable, Paris, J. Vrin, 2000.

632- R. Trousson, Jean-Jacques Rousseau, 1712-1778, Paris, Tallandier, 2003.

633- R. Cloutier, S. Drapeau, Psychologie de l’adolescence, Montréal, Chenelière Éducation, 2008, 2015.

634- J.-J. Rousseau, 1712-1778, Émile ou De l’éducation, France, 1762, Paris, Flammarion, 1999. (Op. Cit.).

635- G. S. Hall, 1844-1924, Adolescence, Usa, New York, D. Appleton and Company, 1904, Its Psychology and its Relations to Physiology, Anthropology, Sociology, Sex, Crime, Religion, and Education.

636- O. Galland, Sociologie de la jeunesse, Malakoff, Armand Colin 2011, 2017. (Op. Cit.).
P. Mendousse, 1870-1933, L’Âme de l’adolescent, Paris, F. Alcan, 1909,
L’Âme de l’adolescente, Paris, Puf, 1928.

637- I. Wojnar, Revue Perspectives XXXIII-3, Paris, Unesco, Bureau International d’Éducation, 2003.
M. Debesse, 1903-1998, La Crise d’originalité juvénile, Paris, Félix Alcan, 1936.

638- A. Gesell, 1880-1961, L’adolescent de dix à seize ans, États-Unis, 1949, Paris, Puf, 1985.

639- S. Freud, 1856-1939, Über Psychoanalyse, Autriche-Hongrie, 1910,
Cinq leçons sur la psychanalyse, Paris, Payot, 1921.

640- E. Young-Bruelh, Anna Freud, 1895-1982, Paris, Payot, 2006.

641- P. Blos, 1904-1997, On Adolescence, Les Adolescents, États-Unis, 1962, Paris, Stock, 1967.

642- E. Homburger Erikson, 1902-1994, Identity and the Life Circle, Usa, 1959, New York, Norton and Co, 1994.

643- J. C. Coleman, The Nature of adolescence / L’Essence de l’adolescence, London, Routledge, 2010.
R. Cloutier, S. Drapeau, Psychologie de l’adolescence, Montréal, Chenelière Éducation, 2008, 2015. (Op. Cit.).

644- R. Lebeau, Les Sans-culottes à Saint-Denis, [1793], Paris, Revue Historia, numéro 9710, septembre 1997.

645- J. Duquesne, Jésus, vers 7 av. J.-C.-30 ap. J.-C., Paris, Desclée de Brouwer / Flammarion, 1994.

646- R. Radiguet, 1903-1923, Le Diable au corps, France, 1920, Paris, J’ai Lu, 2001.

647- J. Blot, Mozart, 1756-1791, Paris, Gallimard, 2008.

648- L. Emmerling, Jean-Michel Basquiat, 1960-1988, Cologne, Taschen, 2003.

649- É. Chatiliez, La vie est un long fleuve tranquille, comédie, de cinéma, France, Paris, MK2 Productions, 1988.

650- Pelé, 1940-, Ma vie – Les mémoires du roi Pelé, Brésil, France, Paris, Flammarion, 2006.

651- A. Astruc, Évariste Galois, 1811-1832, Paris, Flammarion, 1994.

652- F. Bluche, 1925-2018, Louis XIV, 1638-1715, Vanves, Hachette, 1999.

653- J. Battelle, La Révolution Google, Paris, Eyrolles, 2006.

654- J. Dean, 1931-1955, La Fureur de vivre, Rebel without a cause, drame cinématographique américain, N. Ray, 1911-1979, États-Unis, Warner Bros., 1955, Warner Home Vidéo, 2000.

655- A. Castelot, 1911-2004, L’Aiglon, 1811-1832, Paris, Librairie Académique Perrin, 2008.

656- J.-C. Lachnitt, Le Prince impérial – « Napoléon IV », 1856-1879, Paris, Librairie Académique Perrin, 2006.

657- L. Mary, Les derniers jours des Romanov, 1918, Paris, L’Archipel, 2008.

658- J. Cornette, C. Gauvard, Souverains et rois de France, Paris, Éditions du Chêne, 2005.

659- P. Faure, Alexandre, 356-323 av. J.-C., Paris, Fayard, 1985.

660- J. Benoist-Méchin, 1901-1983, Cléopâtre [69-30 av. J.-C.] ou le rêve évanoui, Paris, France Loisirs, 1978.

661- P. Delorme, Histoire des Reines de France – Aliénor d’Aquitaine, 1124-1204, Paris, Pygmalion, 2001.

662- M. Lamy, Jeanne d’Arc, 1412-1431, Paris, Payot, 1987.

663- G. Gaucher, Sainte Thérèse de Lisieux, 1873-1897, Paris, Cerf, 2010.

664- A. Condivi, Vie de Michel-Ange, 1475-1564, États italiens, 1553, Castelnau, Éditions Climats, 2011.

665- P. Bonafoux, Rembrandt [1606-1669] – Le clair, l’obscur, Paris, Gallimard, 2006.

666- D. Paladilhe, Le grand Condé – Héros des guerres de Louis XIV, 1621-1686, Paris, Pygmalion, 2008.

667- A. Bord, La vie de Blaise Pascal, 1623-1662, Paris, Beauchesne, 2000.

668- É. Taillemite, La Fayette, 1757-1834, Paris, Fayard, 1989.

669- H. Bordeaux, Vie héroïque de Guynemer, le chevalier de l’air, 1894-1917, Paris, Plon, 1918.

670- A. Vandewiele, F. Vincent, Lindbergh [1902-1974] traverse l’Atlantique, Paris, Casterman, 2005.

671- T. Gentry, Jesse Owens, 1913-1980, Usa, Los Angeles, Holloway House Publishing, 1990.

672- S. Danchin, Elvis Presley [1935-1977] ou la revanche du Sud, Paris, Fayard, 2004.

673- K. Badman, The Beatles Off the Record, 1960-1970, Londres, Omnibus, 2000.

674- J.-F. Deniau, 1928-2007, La gloire à 20 ans, Paris, XO Éditions, 2003 / Wikipédia.org, 2010.

675- P. Huerre, M. Pagan-Reymond, J.-M. Reymond, L’adolescence n’existe pas, Paris, Odile Jacob, 2003. (Op. Cit.).

676- G. Levi, J.-C. Schmitt, dir., Histoire des jeunes en Occident, Paris, Seuil, 1996, deux volumes. (Op. Cit.).

677- Wikipédia.org, 2016 / B. Mezrich, La Revanche d’un solitaire – La véritable histoire du fondateur de Facebook, États-Unis, 2009, Paris, Max Milo, 2010. / www.facebook.com.

678- The Social Network, Le Réseau social, drame biographique et, historique cinématographique américain, D. Fincher, États-Unis, Michael De Luca Productions, 2010.

679- J.-C. Jumel, Galerie des jeunes personnes, Paris, A. Eymery, 1826.

680- Le bonheur est pour demain, comédie dramatique cinématographique française, H. Fabiani, [France, 1919-2012], 1960, Paris, Solaris Distribution, 1962.

681- Définition, du dictionnaire, de la langue française, Robert, Paris, Dictionnaires, Le Robert, 2007.

682- A. Malraux, 1901-1976, La Condition humaine, Paris, Gallimard, 1933.

683- F. Dolto, 1908-1988, La Cause des adolescents, Paris, Robert Laffont, 1988.

684- C. Spitz, Questions d’adolescents, Paris, Odile Jacob, 1994. / Lovin’Fun, Fun Radio, Groupe M6Rtl GroupBertelsmann, 1992-1998 et, depuis, août 2013.

685- J. A. Biesinger, W. Tzscheetzsch, Ces ados en quête de sens, Saint-Maurice, Suisse, Saint-Augustin, 2007.

686- S. Zweig, 1881-1942, Verwirrung der Gefühle, Leipzig, 1927, La Confusion des sentiments, Paris, Lgf, 2007.

687- V. Cicchelli et al., dir., Ce que nous savons des jeunes, Paris, Puf, 2004.

688- D. Le Breton, Une brève Histoire de l’Adolescence, Paris, Éditions J.-C. Béhar, 2013. (Op. Cit.).

689- C. Van de Velde, Devenir adulte – Sociologie comparée de la jeunesse en Europe, Paris, Puf, 2008.

690- D. Le Breton, D. Marcelli, dir., Dictionnaire de l’Adolescence et de la Jeunesse, Paris, Puf, 2010.

691- D. Monneuse, Les jeunes expliqués aux vieux, Paris, L’Harmattan, 2012.

692- P. Verlaine, 1844-1896, Il pleure dans mon cœurRomances sans paroles, France, 1874, Paris, Gallimard, 2001.

693- A. Maslow, 1908-1970, Religions, Values, and Peak Experiences, Usa, 1964,
L’Accomplissement de soi – De la motivation à la plénitude, Paris, Eyrolles, 2004.

694- O. Galland, Sociologie de la jeunesse, Malakoff, Armand Colin, 2011, 2017. (Op. Cit.).

695- C. Aulenbacher, P. Le Vallois, Les ados et leurs croyances, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier, 2006.

696- Y. Remy, Revue Santé Intégrative, Dossier « Adolescence », Aix en Provence, numéro 21, mai-juin 2011.

697- M. Zani, La Convention Internationale des Droits de l’Enfant [1989] – Portée et limites, Paris, Publisud, 1996.

698- Fondation Pfizer, pour la Santé, de l’Enfant et, de l’Adolescent, ex-Wyeth, Quatrième Forum Adolescences, Paris, 2008. Santé, solidarités, autorités – Quelles libertés pour les adolescents ? 847 adolescents, de quinze à dix-huit ans, interrogés, par Ipsos, Paris.

699- Fondation Pfizer, pour la Santé, de l’Enfant et, de l’Adolescent, ex-Wyeth, Deuxième Forum Adolescences, Paris, 2006. Être adolescent dans un monde incertain – Comment prévenir les risques, quand tous les repères sont bouleversés ? 800 adolescents, de quinze à dix-huit ans, interrogés, par Ipsos Santé, Paris.

700- B. Bertolucci, 1941-2018, Le Dernier Empereur, The Last Emperor, drame historique, de cinéma, Usa, Columbia Pictures, 1987.

701- Pu Yi, 1906-1967, La Première moitié de ma vie, Chine, 1964, J’étais Empereur de Chine, Paris, Flammarion, 1975.

702- U. Eco, 1932-2016, Il Nome della rosa, Italie, 1980, Le Nom de la rose, roman, Paris, Grasset, 1982.

703- J.-J. Annaud, 1943-, Der Name der Rose, The Name of the Rose, Le Nom de la Rose, drame historique cinématographique, notamment, Allemagne, Neue Constantin Film / Zdf, 1986. Il Nome della rosa, série télévisée historique, réalisation, G. Battiato et al., Allemagne, Italie, Rai 1, Sky Deutschland, 2019.

704- L. Kohlberg, 1927-1987, Consensus and Controversy, United-Kingdom, Oxford, Routledge, 1986.

705- R. Cloutier, S. Drapeau, Psychologie de l’adolescence, Montréal, Chenelière Éducation, 2008, 2015. (Op. Cit.).

706- J. des Cars, Eugénie – La dernière impératrice, 1826-1920, Paris, Éditions Perrin, 2000.

707- J. de Langlade, La reine Victoria, 1819-1901, Paris, Librairie Académique Perrin, 2009.

708- É. Deschavanne, P.-H. Tavoillot, Philosophie des âges de la vie, Paris, Grasset, 2007.

709- Mille quatorze personnes sondées, par Ipsos, Paris, Logica Business Consulting, Courbevoie, 2011.

710- F. Hervieu-Wane, Une boussole pour la vie, Paris, Albin Michel, 2005.

711- P. Testard-Vaillant, À quoi rêvent les 12-18 ans ? Sondage, auprès, de quatre cents jeunes, de France, Issy-les-Moulineaux, Science & Vie Junior, numéro 163, avril 2003.

712- G. Tirot, France anti-jeune – Comment la société française exploite sa jeunesse, Paris, Max Milo, 2008.

713- L. Chauvel, Le destin des générations, Paris, Puf, 1998, 2014. (Op. Cit.).

714- J.-B. Poquelin, Molière, 1622-1673, L’Avare, comédie théâtrale, France, 1668, Paris, J’ai Lu, 2003.

715- Into the Wild, road movie dramatique, de cinéma américain, S. Penn, États-Unis, Paramount, 2007.

716- Stendhal, H. Beyle, 1783-1842, Le Rouge et le Noir, France, 1830, Paris, Gallimard, 2000.

717- H. de Balzac, 1799-1850, La Comédie humaine, France, 1830-1856, Paris, France Loisirs, 1988, 28 tomes.

718- V. Hugo, 1802-1885, Hernani ou l’Honneur castillan, Paris, Mame et Delaunay, 1830.

719- V. Hugo, 1802-1885, Ruy Blas, France, 1838, Théâtre complet, Paris, Gallimard, « La Pléiade », 1964.

720- H. de Balzac, 1799-1850, débuts, du personnage, Rastignac, dans, Le Père Goriot, France, 1835, Paris, Gallimard, 2000.

721- Stendhal, H. Beyle, 1783-1842, La Chartreuse de Parme, France, 1839, Paris, Gallimard, 2003.

722- L. Ferry, Qu’est-ce qu’une vie réussie ?, Paris, Grasset, 2002.

723- Fondation Pfizer, pour la Santé, de l’Enfant et, de l’Adolescent, ex-Wyeth, Troisième Forum Adolescences, Paris, 2007. Santé-École-Société : Les adolescents prennent la parole. Enquête, d’Ipsos Santé, Paris. 803 adolescents, de quinze à dix-huit ans, 858 adultes, de vingt-cinq ans et plus.

724- A. Braconnier, D. Marcelli, L’adolescence aux mille visages, 1988, Paris, Odile Jacob, 1998, 2017.

725- J. Lecomte, Donner un sens à sa vie, Paris, Odile Jacob, 2007. Selon, une classification, de C. D. Ryff, États-Unis, 1989.

726- F. Lepage, Le concept d’adolescence : Évolution et représentation dans la littérature québécoise pour la jeunesse, Université d’Ottawa, Canada, Voix et Images, volume XXV, numéro 2-74, 2000.

727- Paris / France, www.facebook.com/pierre.niney

728- A. Vulbeau, La jeunesse comme ressource, Toulouse, Érès, 2001.

729- A. Barrère, L’éducation buissonnière – Quand les adolescents se forment par eux-mêmes, Malakoff, A. Colin, 2011.

730- R. Airault, Faire une pause dans sa vie, Paris, Payot, 2004.

731- Sondage Ipsos, Paris, Logica Business Consulting, Courbevoie, 2012. Valeurs, identité et, aspirations, des jeunes, avant, l’élection présidentielle, 800 juniors, de 18-30 ans.

732- H. Estienne, 1528-1598, Les Prémices ou, le Premier livre, des proverbes épigrammatisés – Ou, des Épigrammes proverbiales, rangées en lieux communs, France, 1594, Genève, Éditions Slatkine, 1968.

733- H. de Balzac, 1799-1850, La Comédie humaine, France, 1830-1856, Paris, France Loisirs, 1988, 28 tomes. (Op. Cit.).

734- D. Alighieri, 1265-1321, Commedia ou, Divina Commedia, États italiens, 1307-1321/1472, Paris, Flammarion, 2006.

735- M. Van der Ende, M. Jarry, Paroles d’Ados, Bernay, City Éditions, 2006.

 

 

7

L’INSERTION PERSONNELLE

 

Formation / Emploi (andro)Juvéniles

 

736- Virgile, 70-19 av. J.-C., Géorgiques, Rome, 36-29 av. J.-C., Livre I, vers 145 et, 146, Paris, Denoël, 1975.

737- M. Gentzbittel, 1935-2016, Madame le proviseur, Paris, Seuil, 1988.

738- M. Gentzbittel, La Cause des élèves, Paris, Seuil, 1991.

739- Définition, du dictionnaire, de la langue française, Robert, Paris, Dictionnaires, Le Robert, 2007.

740- V. Troger, dir., Une histoire de l’éducation et de la formation, Auxerre, Éd. Sciences Humaines, 2006.

741- F. Jacquet-Francillon, dir., Une histoire de l’école, Paris, Retz, 2010.

742- A. Prost, Histoire de l’enseignement en France, Malakoff, Armand Colin, 1991.

743- J.-L. Auduc, Le système éducatif français, Créteil, Crdp de Créteil, 2006.

744- P. Weir, Dead Poets Society, Le Cercle des poètes disparus, comédie dramatique, de cinéma, américaine, États-Unis, Touchstone Pictures, 1989.

745- P. Albertini, L’École en France – XIXe-XXe siècles, Vanves, Hachette, 2006, 2014.

746- A. Prost, Regards historiques sur l’éducation en France : XIXe-XXe siècles, Paris, Belin, 2007.

747- A. Prost, Histoire de l’enseignement et de l’éducation, tome IV – Depuis 1930, Paris, Librairie Académique Perrin, 2004.

748- A. Prost, Éducation, société, politiques : Histoire de l’enseignement, de 1945 à nos jours, Paris, Seuil, 1997.

749- M. Duru-Bellat, A. Van Zanten, Sociologie de l’école, Malakoff, Armand Colin, 2012, 2018.

750- J.-C. Ruano-Borbalan, coord., Éduquer et former, Auxerre, Éditions Sciences Humaines, 2001.

751- A. Van Zanten, dir., L’école, l’état des savoirs, Paris, Éditions La Découverte, 2000.

752- F. Grèzes-Rueff, J. Leduc, Histoire des élèves en France, Malakoff, Armand Colin, 2007.

753- H.-I. Marrou, 1904-1977, Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, Paris, Le Seuil, 1948.

754- M. Rouche, Histoire de l’enseignement et de l’éducation, tome I : Ve s. av. J.-C.-XVe s., Paris, Lib. Acad. Perrin, 2003.

755- F. Lebrun, J. Quéniart, M. Venard, Histoire de l’enseignement et de l’éducation, tome II – 1480-1789, Paris, Perrin, 2003.

756- S. Bathilde, J.-M. Tramier, Histoire de l’Éducation nationale de 1789 à nos jours , Paris, Ellipses, 2007.

757- F. Mayeur, Histoire de l’enseignement et de l’éducation, tome III – 1789-1930, Paris, Librairie Académique Perrin, 2004.

758- P. Caspard, J.-N. Luc, P. Savoie, dir., Lycées, lycéens, lycéennes – Deux siècles d’histoire, Paris, Inrp, 2005.

759- M. Fournier, V. Troger, Les mutations de l’école, Auxerre, Éditions Sciences Humaines, 2005.

760- D. Martinot, M.-C. Toczek, Le défi éducatif, Malakoff, Armand Colin, 2005.

761- F. Jacquet-Francillon, D. Kambouchner, dir., La crise de la culture scolaire, Paris, Puf, 2005.

762- F. Dubet, Les Lycéens, Paris, Seuil, 1991.

763- P. Bourdieu, 1930-2002, J.-C. Passeron, Les Héritiers – Les étudiants et la culture, Paris Les Éditions de Minuit, 1964.
P. Bourdieu, J.-C. Passeron, La Reproduction – Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1970.

764- P. Lunel, Fac, le grand merdier ?, Paris, Anne Carrière, 2007.

765- P. Albertini, L’École en France du XIXe siècle à nos jours, Vanves, Hachette, 2006, 2014. (Op. Cit.).

766- J.-R. Pitte, Stop à l’arnaque du bac, Paris, Oh ! Éditions, 2007.

767- L. Malle, Au Revoir les enfants, drame historique cinématographique français, Paris, Mk2 Productions, 1987.

768- L. Malle, 1932-1995, Au Revoir les enfants – Récit, Paris, Gallimard, 1994.

769- É. Matrullo, É. Maurette, Comment travailler plus efficacement, Paris, Nathan, 2005.

770- B. Toulemonde, dir., Le système éducatif en France, Paris, La Documentation Française, 2006.

771- B. Poucet, Les politiques éducatives en question, Paris, L’Harmattan, 2004.

772- G. Morel, D. Tual-Loizeau, L’Horreur pédagogique, Paris, Ramsay, 1999.

773- J. Bayard-Pierlot, Le système éducatif français, Créteil, Crdp, Académie de Créteil, 2001.

774- N. Mons, Les nouvelles politiques éducatives – La France fait-elle les bons choix ? Paris, Puf, 2007.

775- J. Beillerot, N. Mosconi, dir., Traité des sciences et des pratiques de l’éducation, Malakoff, Dunod, 2014.

776- P. G. Coslin, Psychologie de l’adolescent, Malakoff, Armand Colin, 2013, 2017.

777- N. Lautier, Psychosociologie de l’éducation, Malakoff, Armand Colin, 2001.

778- J.-M. Barreau, coord., Dictionnaire des inégalités scolaires, Issy-les-Moulineaux, Esf Éditeur, 2007.

779- J.-R. Pitte, Jeunes, on vous ment ! – Reconstruire l’Université, Paris, Fayard, 2006.

780- J. Marseille, 1945-2010, Éducation – La tragédie nationale, Paris, Le Point, numéro 1812, 7 juin 2007.

781- J.-R. Pitte, Jeunes, on vous ment ! – Reconstruire l’Université, Paris, Fayard, 2006. (Op. Cit.).

782- O. Galland, L. Gruel, G. Houzel, dir., Les étudiants en France, Rennes, Pur, 2009.

783- J. Marseille, Universités – Autopsie d’un gâchis, Paris, Le Point, no 1816, 5 juillet 2007.

784- D. R. Olson, L’école entre institution et pédagogie, Paris, Retz, 2005.

785- A. Van Zanten, Les politiques d’éducation, Paris, Puf, 2004.

786- H. Hamon, P. Rotman, Tant qu’il y aura des profs, Paris, Seuil, 1984.

787- Rapport éducatif, 2007, Ocde, France, dix-septième place, sur trente, en mathématiques, pour les juniors, du secondaire.

788- C. de Secondat de Montesquieu, 1689-1755, Les Lettres persanes, France, 1721, Paris, Gallimard, 1949.

789- F. Dubet, L’école des chances – Qu’est-ce qu’une école juste ? Paris, Le Seuil, 2004.

790- M.-L. de Léotard, Le dressage des élites, Paris, Plon, 2001.

791- M. Duru-Bellat, L’inflation scolaire – Les désillusions de la méritocratie, Paris, Le Seuil, 2006.

792- M. Duru-Bellat, A. Van Zanten, dir., Sociologie du système éducatif – Les inégalités scolaires, Paris, Puf, 2009.
C. Baudelot, R. Establet, L’École capitaliste en France, Paris, Maspero, 1971.

793- G. Felouzis, Les inégalités scolaires, Paris, Puf, 2014.

794- T. Lebègue, E. Walter, Grandes écoles – La fin d’une exception française, Paris, Calmann-Lévy, 2008.

795- J. Crinon, J.-Y. Rochex, La construction des inégalités scolaires, Rennes, Pur, 2011.

796- É. Maurin, La nouvelle question scolaire – Les bénéfices de la démocratisation, Paris, Seuil, 2007.

797- P. Bourdieu, 1930-2002, La noblesse d’État – Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Les Éditions de Minuit, 1989.

798- S. Bonnéry, dir., Supports pédagogiques et inégalités scolaires, Paris, La Dispute, 2015.

799- R. Establet et al., Radiographie du peuple lycéen, Issy-les-Moulineaux, Esf Éditeur, 2005.

800- M. Duru-Bellat, A. Van Zanten, Sociologie de l’école, Malakoff, Armand Colin, 2012, 2018. (Op. Cit.).

801- Le Monde de Charlie, The Perks of Being a Wallflower, comédie dramatique sentimentale, américaine, de cinéma, S. Chbosky, d’après, le roman éponyme, du réalisateur [1999], États-Unis, Summit Entertainment, 2012.

802- Définition, du dictionnaire, de la langue française, Robert, Paris, Dictionnaires, Le Robert, 2007.

803- A. Leguy, B. Magliulo, J. Maraval, Le guide de l’orientation scolaire – De l’école primaire au bac, Paris, L’Étudiant, 2007.

804- B. Magliulo, Pour quelles études êtes vous fait ? Paris, L’Étudiant, 2016.
P. Mandry, M. Mignot, dir., Le guide de l’après-bac, Paris, L’Étudiant, 2005.

805- L. Arenilla, B. Gossot, M.-C. Rolland, M.-P. Roussel, Dictionnaire de pédagogie et de l’éducation, Paris, Bordas, 2007.

806- N. Allamand, C. Chosalland, Enseignants dans la tourmente, Paris, Retz, 2005.

807- H. Hamon, Tant qu’il y aura des élèves, Paris, Seuil, 2004.

808- O. Reboul, 1925-1992, La philosophie de l’éducation, 1989, Paris, Puf, 2007, 2016.

809- P. G. Coslin, La socialisation de l’adolescent, Malakoff, Armand Colin, 2007.

810- France, www.orientation-pour-tous.fr

811- F. de Closets, Le bonheur d’apprendre et comment on l’assassine, Paris, Le Seuil, 1996.

812- Sénat français, Rapport d’information, sur la politique, en faveur des jeunes, Paris, Sénat, 2009.

813- F. Lebrun et al., Histoire de l’enseignement et de l’éducation, tome II – 1480-1789, Paris, Perrin, 2003. (Op. Cit.).

814- O. Reboul, 1925-1992, Les valeurs de l’éducation, 1992, Paris, Puf, 2005.

815- J. Attali, Pour un modèle européen d’enseignement supérieur, Paris, Stock, 1998.

816- Commission, du Débat National, sur l’Avenir de l’École, Les Français et leur école, Malakoff, Dunod, 2004.

817- M. Dembele, J. Schubert, J. Schwille, Former les enseignants – Politiques et pratiques, Paris, Unesco, 2007.
A. Barrère, Les enseignants au travail – Routines incertaines, Paris, L’Harmattan, 2002.

818- Collectif, Rapports de commission et, textes officiels, 1945-2003, Quels enseignants, pour quels élèves ?, Paris, L’Harmattan, 2007.

819- V. Erlich, Les nouveaux étudiants – Un groupe social en mutation, Malakoff, Armand Colin, 1998.

820- Le plus beau métier du monde, comédie dramatique, de cinéma, française, G. Lauzier, Boulogne-Billancourt, Tf1 Films Prod., 1996.

821- C. Marsollier et al., Créer une véritable relation pédagogique, Vanves, Hachette Éducation, 2007.

822- R. Hess, G. Weigand, La relation pédagogique, Paris, Economica, 2007.

823- Le Figaro, Paris, 10 juillet 2006, in P. Lunel, Fac, le grand merdier ?, Paris, A. Carrière, 2007, p. 232.

824- P. Meirieu, L’école et les parents – La grande explication, Paris, Plon, 2000.

825- M. Duru-Bellat, Les inégalités sociales à l’école, Paris, Puf, 2005.

826- G. Felouzis, dir., Les mutations actuelles de l’Université, Paris, Puf, 2003.

827- M. Duru-Bellat, A. Van Zanten, Sociologie de l’école, Malakoff, Armand Colin, 2012, 2018. (Op. Cit.).

828- Ministère de l’Éducation nationale, Taux de scolarisation, selon l’âge, Paris, Men, 2012-2013.

829- Ministère de l’Éducation nationale, L’origine sociale, des élèves, de la sixième, aux classes préparatoires – Suivi, après, le baccalauréat, des élèves, entrés, en sixième, en 1995, Paris, Men, 2002.

830- Cerc, La scolarisation des jeunes à 18 ans, en fonction de leur origine sociale,
Paris, Conseil de l’Emploi, des Revenus et, de la Cohésion sociale, 2002.

831- Ministère de l’Éducation nationale, Effectifs, d’étudiants, par filières, d’enseignement supérieur, Paris, Men, 2014-2015.

832- Mesr, Origine socioprofessionnelle des étudiants français, dans les universités –
Par cursus LMD, en 2010-2011, Paris, ministère de l’Enseignement Supérieur et, de la Recherche, 2011.

833- P. Magnin, Des rythmes de vie aux rythmes scolaires, Paris, Puf, 1993.

834- F. Testu, Chronobiologie et rythmes scolaires, Issy-les-Moulineaux, Masson, 2007.

835- Sociétés contemporaines no 59-60, École publique / École privée – Des frontières poreuses, Paris, L’Harmattan, 2005.

836- G. Langouët, Le choix des familles – École publique ou école privée ? Paris, Fabert, 1997.

837- M. T. Maschino, L’école de la lâcheté, Paris, JC Gawsewitch Éditeur, 2007.

838- J.-C. Emin, C. Forestier, C. Thélot, Que vaut l’enseignement en France ? –
Les conclusions, du Haut Conseil de l’Évaluation de l’École, Paris, Stock, 2007.

839- J.-L. Auduc, L’école en France, Paris, Nathan, 2006.

840- F. Dubet, D. Martuccelli, À l’école – Sociologie de l’expérience scolaire, Paris, Seuil, 1996.

841- M. Duru-Bellat, A. Van Zanten, Sociologie de l’école, Malakoff, Armand Colin, 2012, 2018. (Op. Cit.).

842- Étude OpinionWay / Fondation des Apprentis d’Auteuil, Paris. Réalisée, en ligne, selon, la méthode, des quotas, mars 2012. Auprès, de 1021 personnes, représentatives, de la population française, majeure.

843- Sondage Bva, Les 15-25 ans et l’école, 835 jeunes, de 15-25 ans, dont, 548 scolarisés, Paris, Bva, 2006.

844- Sondage Bva, Conditions de vie et attentes des étudiants, parmi 3040 étudiants, Paris, Bva, 2012.

845- F. Dubet, Les places et les chances, Paris, Seuil, 2010.
G. Langouët, dir., Les oubliés de l’école en France, Vanves, Hachette, 2003.

846- J. de Givry, Juilly, 1177-1977- Huit siècles d’histoire, Mayenne, Imprimerie Floch, 1978.

847- P. Mignaval, Le sottisier du bac, Paris, Hors Collection, 2007.

848- L’Apprenti, documentaire cinématographique français, S. Collardey, Issy-les-Moulineaux, Tfm Distribution, 2008.

849- Définition, du dictionnaire, de la langue française, Robert, Paris, Dictionnaires, Le Robert, 2007.

850- P. Labbé, B. Schwartz, 1919-2016, dir., Rapport sur l’insertion professionnelle et sociale des jeunes, 1981, Rennes, Apogée, 2007.

851- F. Lefresne, Les jeunes et l’emploi, Paris, La Découverte, 2003.

852- Fondation Pfizer, pour la Santé, de l’Enfant et, l’Adolescent, ex-Wyeth, Deuxième Forum Adolescences, Paris, 2006. Être adolescent, en un monde incertain – Comment prévenir les risques, quand les repères sont bouleversés ? 800 jeunes, de quinze à dix-huit ans, interrogés, par Ipsos Santé, Paris.

853- J. Guichard, M. Huteau, Psychologie de l’orientation, Malakoff, Dunod, 2006.

854- J.-F. Giret et al., dir., Des formations pour quels emplois ?, Paris, La Découverte, Marseille, Céreq, 2005.

855- J. Guichard, M. Huteau, dir., Orientation et insertion professionnelle, Malakoff, Dunod, 2007.

856- J. Rose, Les jeunes face à l’emploi, Paris, Desclée de Brouwer, 1998.

857- M. Arliaud, H. Eckert, dir., Quand les jeunes entrent dans l’emploi, Paris, La Dispute, 2002.

858- C. Nicole-Drancourt, L. Roulleau-Berger, Les jeunes et le travail – 1950-2000, Paris, Puf, 2001.

859- B. Charlot, D. Glasman, dir., Les jeunes, l’insertion, l’emploi, Paris, Puf, 1999.

860- C. Nicole-Drancourt, L. Roulleau-Berger, L’Insertion des jeunes en France, Paris, Puf, 2006.

861- Journal 20 Minutes, Paris, vendredi 3 février 2012.

862- P. Gumbel, Élite Academy – Enquête sur la France malade de ses grandes écoles, Paris, Denoël, 2013.

863- C. Papinot, M. Vultur, Les jeunesses au travail, Québec, Presses de l’Université de Laval, 2011.

864- D. Nion, Dix-sept ans, documentaire vidéo français, Rennes, Mille et Une Films, Strasbourg, Arte France, Bois-Colombes, Les Films du Paradoxe, 2003.

865- L’Étudiante, comédie romantique, de cinéma, française, C. Pinoteau, 1925-2012, Neuilly-sur-Seine, Gaumont, 1988.

866- M. Vuille et al., dir., Entre flexibilité et précarité – Regards croisés sur la jeunesse, Paris, L’Harmattan, 2007.

867- Collectif, Paris, Conférence des Grandes Écoles, 2006.

868- F. Mitterrand, 1916-1996, entretien télévisé, Paris, Palais de l’Élysée, Tf1 / France 2, 14 juillet 1993.

869- A. Dhoquois, Premier emploi – Quand les jeunes racontent, Paris, Autrement, 2010.

870- Livre de la Genèse 3.16-18, La Bible, 8e s. av. J.-C.-2e s., Paris, Éditions de La Martinière, 2003.

871- C. Nicole-Drancourt, L. Roulleau-Berger, L’Insertion des jeunes en France, Paris, Puf, 2006. (Op. Cit.).

872- P. G. Coslin, Psychologie de l’adolescent, Malakoff, Armand Colin, 2002, 2013, 2017. (Op. Cit.).

873- P. G. Coslin, La socialisation de l’adolescent, Malakoff, Armand Colin, 2007. (Op. Cit.).

874- D. Mercure, M. Vultur, dir., Perspectives internationales sur le travail des jeunes, Québec, Pul, 2011.

875- P. Gagnebet, Les 16-25 ans et la vie active, Paris, Autrement, 2006.

876- Sénat français, Rapport d’information, sur la politique, en faveur des jeunes, Paris, Sénat, 2009. (Op. Cit.).

877- Sondage OpinionWay, Paris, pour la Fondation Croissance Responsable, Paris.
Auprès, de cinq cents lycéens et, étudiants, de premier cycle, France, octobre-novembre 2010.

878- O. Galland, L. Gruel, G. Houzel, dir., Les Étudiants en France – Histoire et sociologie d’une nouvelle jeunesse, chapitre 11, J.-F. Giret, L’évolution des conditions d’insertion professionnelle des étudiants, Rennes, Pur, 2009.

879- Typologie, de Holland, 1919-2008, États-Unis, 1966, in, J. Lecomte, Donner un sens à sa vie, Paris, Odile Jacob, 2007.

880- O. Rollot, La génération Y, Paris, Puf, 2012.
B. Chaminade, RH et compétences, dans une démarche de qualité, La Plaine St-Denis, Afnor Éditions, 2008.

881- H. Sérieyx, Les Jeunes et l’entreprise, Paris, Éditions d’Organisation, 2005.

882- C. Vulliez, Les jeunes et l’emploi – L’obligation de reconstruire, Paris, Eyrolles, 2013.

883- M. Abhervé, P. Labbé, L’insertion professionnelle et sociale des jeunes, Rennes, Éditions Apogée, 2011.

884- J. Tulet, Une place pour chaque jeune – Le pari des Missions locales, Courbevoie, Dexia / Paris, Le Cherche Midi, 2005.

885- H. Eckert, Avoir vingt ans à l’usine, Paris, La Dispute, 2006.

886- Ouvrage collectif, Dictionnaire Septembre, des métiers et professions, Québec, Septembre Éditeur, 2005.

887- C. Nicole-Drancourt, L. Roulleau-Berger, L’Insertion des jeunes en France, Paris, Puf, 2006. (Op. Cit.).

888- Insee, Taux d’activité, selon l’âge, Paris, Insee, 2007.

889- Insee, Proportion, de jeunes, par secteur, Paris, Insee, 2007.

890- Insee, Le statut, des jeunes salariés, Paris, Insee, 2007.

891- Insee, Situation, des 15-29 ans, face, à l’emploi, selon, le diplôme, Paris, Insee, 2003.

892- Céreq, Le statut, du premier emploi salarié, jeunes sortis, en 2001, Marseille, Céreq, 2001.

893- Insee, Le taux de chômage, selon, le diplôme, Paris, Insee, 2007.

894- Étude Bva, Les jeunes, le premier emploi, l’intérim, 1000, moins, de 30 ans, Paris, Bva, 2009.

895- M. Arliaud, H. Eckert, direction, Quand les jeunes entrent dans l’emploi, Paris, La Dispute, 2002.

896- J. Curiel, Génération CV, Paris, Fayard, 2012.

897- Bit, Investissez dans la jeunesse ou, cette génération sera perdue, Genève, Bureau International du Travail, 2012. Cité, par Injep, Ojpj, Inégalités entre jeunes, sur fond de crise – Rapport, de l’Observatoire, de la Jeunesse, 2012. Sous la dir., de F. Labadie, Paris, La Documentation Française, 2012, p. 34.

898- M. Van der Ende, M. Jarry, Paroles d’Ados, Bernay, City Éditions, 2006.

 

 

8

LE TEMPS RÉCRÉATIF  

 

Loisirs / Culture-s, de l'(andro) nouvelle génération

 

899- P. Süskind, Le Parfum – Histoire d’un meurtrier, Paris, Fayard, 1986, roman.
P. Süskind, Das Parfum – Die Geschichte eines Mörders, Zurich, Diogenes Verlag Ag, 1985.

900- Définition, du dictionnaire, de la langue française, Robert, Paris, Dictionnaires, Le Robert, 2007.

901- J.-P. Augustin, J. Ion, Des loisirs et des jeunes, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier, 1993.

902- B. Blier, Les jeunes et les fêtes, Paris, « Agora Débats / Jeunesses », numéro 7, premier trimestre 1997.

903- Organisation des Nations Unies, Rapport mondial, sur la jeunesse, 2005 – Loisirs, New York, Onu Jeunesse, 2005.

904- A.-C. Paucot, Comprendre la génération Internet, Paris, Maxima, 2007.

905- G. Langouët, dir., Observatoire de l’Enfance en France, Les jeunes et leurs loisirs en France, Vanves, Hachette, 2004.

906- H. Nakata, Chatroom, thriller cinématographique britannique, Londres, Ruby Films, 2010.

907- Afp, Agence France Presse, Montréal, 25 janvier 2012.

908- M. Dagnaud, La Teuf – Essai sur le désordre des générations, Paris, Seuil, 2008.

909- H. Glevarec, Libre antenne – La réception de la radio par les adolescents, Malakoff, Armand Colin, 2005.

910- C. Metton-Gayon, Les adolescents, leur téléphone et Internet, Paris, L’Harmattan, 2009.

911- B. Cadéac, D. Lauru, Génération téléphone – Les adolescents et la parole, Paris, Albin Michel, 2002.

912- P. G. Coslin, La socialisation de l’adolescent, Malakoff, Armand Colin, 2007.

913- V. Schneider, Observatoire des Inégalités, Loisirs et pratiques culturelles des jeunes, Tours, Odi, 2009.

914- C. Moreau, A. Sauvage, La fête et les jeunes – Espaces publics incertains, Rennes, Apogée, 2006.

915- Insee, Institut National, de la Statistique et, des Études Économiques, « La France, en faits et chiffres 2005-2008 », Les jeunes – Conditions de vie en société : vacances-loisirs, Paris, Insee, 2008.

916- Lords of Dogtown, drame de cinéma germano-américain, C. Hardwicke, États-Unis, Columbia Pictures, 2005.

917- Dogtown and Z-Boys, documentaire audiovisuel américain, S. Peralta, États-Unis, Sony Pictures Classics, 2001.

918- F. Martel, Mainstream – Enquête sur cette culture, qui plait à tout le monde, Paris, Flammarion, 2010. / De la Culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006. / Smart, Paris, Stock, 2014.

919- Hackers, thriller et, drame cinématographiques américains, I. Softley, États-Unis, United Artists, 1995.

920- Définition, du dictionnaire, de la langue française, Robert, Paris, Dictionnaires, Le Robert, 2007.

921- France / monde, www.nageurs.com.

922- P. Brenot, Les passions de vos ados – Restez connectés sur ce qui les branche !, Toulouse, Éd. Milan, 1999.

923- S. Camara, J.-L. Dumont, L’école, les jeunes et la culture, Paris, L’Harmattan, 2007.

924- M. Avant et al., dir., Le malaise adolescent dans la culture, Paris, Campagne Première, 2005.

925- Paris, Facebook, page Studio 13/16.

926- Les rêves dansants – Sur les pas de Pina Bausch, 1940-2009, Tanzträume, film documentaire allemand. Réalisation, R. Hoffmann, A. Linsel, Allemagne, production Tag / Traum Filmproduktion, 2008.

927- Revue, Les Cahiers dynamiques, numéro 65, collectif, Cultures jeunes, Toulouse, Érès, 2016.

928- M. R. Moro, dir., L’adolescent créatif face aux malaises de la société, Malakoff, Armand Colin, 2015.

929- D. Pasquier, Cultures lycéennes – La tyrannie de la majorité, Paris, Autrement, 2005.

930- S. Octobre, Pratiques culturelles chez les jeunes et, institutions de transmission – Un choc de cultures ? Paris, Ministère de la Culture et, de la Communication, Deps, 2009.

931- Centre Georges-Pompidou, ministère de la Culture, Art & Jeunesse, Paris, Injep, 2007.

932- P. Mayol, Les univers culturels des jeunes, in R. Boyer et al., Modes de vie collégiens et lycéens, Paris, Inrp, 2000.

933- H. Arendt, 1906-1975, Between Past and Future, Usa, 1961, La Crise de la culture, France, 1972, Paris, Gallimard, 1989.

934- B. Sabatier, Nous sommes jeunes, nous sommes fiers – Culture jeune d’Elvis à Myspace, Vanves, Hachette, 2007.

935- D. Pasquier, La culture des sentiments – L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris, Émsh, 1999.

936- E. Bevort, I. Bréda, Les jeunes et Internet – Représentations, usages et appropriations, Poitiers, Canopé, 2001.

937- P. G. Coslin, La socialisation de l’adolescent, Malakoff, Armand Colin, 2007. (Op. Cit.).

938- Insee, Les pratiques culturelles, selon l’âge, Paris, Insee, 2006.

939- Crédoc, Proportion de personnes, disposant personnellement, d’un téléphone mobile, selon l’âge, Paris, Crédoc, 2008.

940- Les Choristes, comédie dramatique musicale cinématographique, franco-germano-helvétique, C. Barratier, Paris, Pathé Distribution, 2004.

941- Définition, du dictionnaire, de la langue française, Robert, Paris, Dictionnaires, Le Robert, 2007.

942- P. Bruno, Existe-t-il une culture adolescente ?, Paris, Éditions In Press, 2000.

943- A. Rolland, Qui a peur de la littérature ado ?, Paris, Éditions Thierry Magnier, 2008.

944- A. Vulbeau, Du tag au tag, Paris, Desclée de Brouwer, 1992.

945- G. Jacquinot-Delaunay, E. Kourti, dir., Des jeunes et des médias en Europe, Paris, L’Harmattan, 2008.

946- Enquête Insee, Participation, à la vie culturelle et sportive, Paris, Insee, 2003.

947- D. Le Breton, dir., Cultures adolescentes, Paris, Autrement, 2008.

948- P. Lardellier, Le pouce et la souris – Enquête sur la culture numérique des ados, Paris, Fayard, 2006.

949- J.-C. Matysiak, O. de Sauverzac, Accros à l’écran ?, Paris, Éditions Pascal, 2006.

950- Joc, La jeunesse [ça] se cultive – Les pratiques culturelles et, les loisirs des jeunes. Enquête, de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne, auprès de 7433 juniors, essentiellement, 13-25 ans, Courbevoie, Joc, 2009.

951- Fame, comédie dramatique musicale, de cinéma, américaine, A. Parker, États-Unis, Metro Goldwyn Mayer, 1980.

952- M. Van der Ende, M. Jarry, Paroles d’Ados, Bernay, City Éditions, 2006.

 

 

9

L’ÉTHIQUE, LA MORALE

 

Valeurs / Adhésions, des (andro)AdoJeunes

 

953- O. Galland, B. Roudet, dir., Une jeunesse différente ? – Les valeurs des jeunes Français, depuis 30 ans, Paris, Injep, Ojpj, La Documentation Française, 2012.

954- Le Train sifflera trois fois, High Noon, western américain, F. Zinnemann, 1907-1997, États-Unis, United Artists, 1952.

955- Footloose, comédie dramatique musicale américaine, de cinéma, H. Ross, 1927-2001, États-Unis, Paramount, 1984.

956- Définition, du dictionnaire, de la langue française, Robert, Paris, Dictionnaires, Le Robert, 2007.

957- Fondation Pfizer, pour la Santé, de l’Enfant et, de l’Adolescent, ex-Wyeth, Deuxième Forum Adolescences, Paris, 2006. Être adolescent, en un monde incertain – Comment, prévenir les risques, quand les repères sont bouleversés ? 800 jeunes, de quinze à dix-huit ans, interrogés, par Ipsos Santé, Paris.

958- E. Ionesco, 1909-1994, Rhinocéros, France, 1958, Paris, Gallimard, 1995.
A. Huxley, 1894-1963, Brave New World, Londres, 1932, Le Meilleur des mondes, Paris, Plon, 1932.

959- V. Condroyer, F. Dubouix, Un sens à ta vie, Paris, Fayard, 2000.

960- S. Klein, Apprendre à être heureux – Neurobiologie du bonheur, 2002, Paris, Robert Laffont, 2005.

961- Sondage, IfopMinistère de la Jeunesse, auprès, de six cents jeunes, de seize – vingt-quatre ans. Valeurs et attentes, de la nouvelle génération, Paris, Ifop, Ministère de la Jeunesse, janvier 2000.

962- G. Pronovost, Les valeurs des jeunes, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2011.

963- Sondage, Tns-Sofres, Radio France, Paris, Céra, Centre d’Échanges et, de Réflexions, sur l’Avenir, Ste Florence. Auprès, de cinq cents jeunes, de quinze – vingt-quatre ans, France, Tns-Sofres, Radio France, Céra, 2003.

964- J. Lecomte, Donner un sens à sa vie, Paris, Odile Jacob, 2007, d’après, S. Schwartz, Israël, 1994.

965- C. Peterson, 1950-2012, États-Unis, Institut, Values in Action, in, J. Cottraux, La Force avec soi, Paris, Odile Jacob, 2007.

966- A. Malraux, 1901-1976, France.

967- O. Galland, B. Roudet, dir., Les valeurs des jeunes – Tendances en France, depuis 20 ans / 30 ans, Paris, L’Harmattan, 2002 / Paris, La Documentation Française, 2012. (Op. Cit.).

968- Adolescence – Paroles d’ados, 2000 / Avoir dix-sept ans, 2002, documentaires, É. Bitoun, Courbevoie, Skopia Films, 2004.

969- Agora Débats / Jeunesses, no 67, collectif, Jeunes Européens – Quelles valeurs en partage ?, Paris, Injep, 2014.

970- G. Pronovost, L’univers du temps libre et, des valeurs chez les jeunes, Québec, P. U. du Québec, 2007.

971- M. Rufo, La vie en désordre – Voyage en adolescence, Paris, Éditions Anne Carrière, 2007.

972- O. Galland, B. Roudet, dir., Les Valeurs des jeunes, Paris, L’Harmattan, 2002, Paris, La Doc. Fr., 2012. (Op. Cit.).

973- Sacco et Vanzetti, drame cinématographique franco-italien, G. Montaldo, Italie, Jolly Film, 1971.
F. Russell, L’affaire Sacco [1891-1927]-Vanzetti [1888-1927], 1920-1927, essai, Paris, Robert Laffont, 1964.

974- A. Kaspi, Des espions ordinaires – L’affaire Rosenberg, Paris, Larousse, 2009.

975- Les Hommes libres, drame historique cinématographique français, I. Ferroukhi, Paris, Pyramide Prod. / Distrib., 2011.

976- O. Galland, B. Roudet, dir., Les jeunes Européens et leurs valeurs, Paris, La Découverte, 2005.

977- O. Galland, B. Roudet, dir., Les Valeurs des jeunes – Tendances en France, depuis 20 ans / 30 ans, Paris, L’Harmattan, 2002 / Paris, La Documentation Française, 2012. (Op. Cit.).

978- Agora Débats / Jeunesses, numéros 51 / 52, collectif, Les jeunes face au politique, Paris, Injep, L’Harmattan, 2009.

979- Après Mai, drame-fiction historique français, de cinéma, O. Assayas, Paris, Mk2 Productions, 2012.

980- Définition, du dictionnaire, de la langue française, Robert, Paris, Dictionnaires, Le Robert, 2007.

981- L. Ferry, Conseil d’analyse de la société, Pour un Service civique, Paris, Odile Jacob, 2008.

982- A. Muxel, L’expérience politique des jeunes, Paris, Presses de Sciences Po, 2001.

983- A. Muxel, Avoir 20 ans en politique, Paris, Seuil, 2010.

984- O. Galland, B. Roudet, dir., Les Valeurs des jeunes, Paris, L’Harmattan, 2002 / Paris, La Doc. Fr., 2012. (Op. Cit.).

985- A. Rollier, F. Vayne, Jean-Paul II, les jeunes et les JMJ, Suisse, Parole et Silence, 2005.

986- Y. Lambert, G. Michelat, Crépuscules des religions chez les jeunes, Paris, L’Harmattan, 1992.

987- D. Lensel et al., Génération JMJ, Paris, Fayard, 1997.

988- A. Souchon, 1944-, La Vie Théodore, paroles, A. Souchon, musique, L. Voulzi, 1948-, Paris, Virgin, 2005.

989- O. Galland, B. Roudet, dir., Les Valeurs des jeunes, Paris, L’Harmattan, 2002 / Paris, La Doc. Fr., 2012. (Op. Cit.).

990- Ouvrage collectif, de l’Église catholique, Catéchisme de l’Église catholique, Paris, Mame / Plon, 1992.

991- G. Lescanne, 15-25 ans – « On ne sait plus qui croire… », Paris, Cerf, 2004.

992- Fondation Pfizer, pour la Santé, de l’Enfant et, de l’Adolescent, ex-Wyeth, Quatrième Forum Adolescences, Paris, 2008. Santé, solidarités, autorités – Quelles libertés pour les adolescents ? 847 adolescents, de quinze à dix-huit ans, interrogés, par Ipsos, Paris.

993- D. Ferrand-Bechmann, dir., L’engagement bénévole des étudiants, Paris, L’Harmattan, 2007.

994- O. Galland, B. Roudet, dir., Les Valeurs des jeunes – Tendances en France, depuis 20 ans / 30 ans, Paris, L’Harmattan, 2002 / Paris, La Documentation Française, 2012. (Op. Cit.).

995- A. Souchon, 1944-, chanson, Foule sentimentale, album musical : C’est déjà ça !, Paris, Virgin, 1993.

996- La Verte Moisson, drame cinématographique français, F. Villiers, 1920-2009, Paris, Films Caravelle, 1959.

997- Définition, du dictionnaire, de la langue française, Robert, Paris, Dictionnaires, Le Robert, 2007.

998- É. Zola, 1840-1902, Lettre à la jeunesse, Paris, Éditions Fasquelle, 1897.

999- V. Becquet, C. de Linarès, Quand les jeunes s’engagent, Paris, L’Harmattan, 2005.

1000- G. Allegri, 1582-1652, Miserere, États italiens, 1638, Choir of King’s College, Cambridge, Londres, Decca, 1964, 1988.

1001- J.-M. G. Le Clézio, 1940-, France Inter, Paris, émission « Esprit Critique », 9 octobre 2008.

1002- H. Montardre, Filles et garçons, êtes-vous si différents ?, Paris, Éditions de La Martinière, Jeunesse, 2001.

1003- F. Dekeuwer-Défossez, Les droits de l’enfant, Paris, Puf, 2010.

1004- M. Masselot-Girard, dir., Jeunes et médias, Paris, L’Harmattan, 2004.

1005- C. Courtin, J.-F. Renucci, Le droit pénal des mineurs, Paris, Puf, 2014.

1006- P. Mangeard, Faut-il garder la majorité à 18 ans ?, Coudray-Macouard, Cheminements, 2007.

1007- LdE, Livre d’Or, de la Consultation Nationale, Parole aux Jeunes, 200 Propositions, pour construire ensemble, leur avenir. Vingtième anniversaire, de la Convention Internationale, des Droits de l’Enfant, Paris, La défenseure des Enfants, 2009.

1008- Marc, 1er s., Évangile, XII, 29-31, Nouveau Testament, La Bible, Ier s., Paris, Éditions de La Martinière, 2003.

1009- Paul de Tarse, 10-64, Épître, aux Romains, XIII, 8-10, Nouveau Testament, La Bible, Moyen-Orient, Ier s., Paris, Éditions de La Martinière, 2003.

1010- B. Jeanbart et al., Les 16-25 ans – Valeurs de la nouvelle génération, Paris, Ministère de la Jeunesse, 1999.

1011- B. Fournier, R. Hudon, dir., Engagements citoyens et politiques de jeunes, Québec, Pul, 2012.

1012- O. Galland, B. Roudet, dir., Les Valeurs des jeunes – Tendances en France, depuis 20 ans / 30 ans, Paris, L’Harmattan, 2002 / Paris, La Documentation Française, 2012. (Op. Cit.).

1013- P. Véry, 1900-1960, Les Disparus de Saint-Agil, roman, Paris, Gallimard, 1935.
C. Jaque, 1904-1994, Les Disparus de Saint-Agil, comédie dramatique, de cinéma, française, Paris, Dimeco, 1938.

1014- M. Van der Ende, M. Jarry, Paroles d’Ados, Bernay, City Éditions, 2006.

 

 

10

L’ENCADREMENT

 

Droit-s, du mineur / Politiques publiques, de l'(andro)Jeunesse

 

1015- L’Enfer d’Ethan, Ethan Mao, drame, de cinéma, nord-américain, Q. Lee, Canada, Usa, Tla Releasing, 2004.

1016- Définitions, du dictionnaire, de la langue française, Robert, Paris, Dictionnaires, Le Robert, 2007.

1017- D. Chagnollaud, Code Junior – Les droits et obligations des moins de 18 ans, Paris, Dalloz, 2003, 2017.

1018- D. Gadbin, F. Kernaleguen, dir., Le statut juridique de l’enfant, dans l’espace européen, Bruxelles, Bruylant, 2004.

1019- P. Chaillou, Guide de droit de la famille et de l’enfant, Malakoff, Dunod, 2003.

1020- P. Merle, L’élève humilié – L’école un espace de non-droit ?, Paris, Puf, 2005.

1021- M. Müller-Michaelis, Maman, je n’ai plus d’argent, Croissy-sur-Seine, Anagramme, 2005.

1022- J. Casey, dir., L’enfant & Sa famille, Paris, JurisClasseur, 2003.

1023- A. Bénabent, Droit de la famille, Issy-les-Moulineaux, Lgdj-Lextenso Éditions, 2014.

1024- Injep, C’est quoi mes droits ?, Vanves, Hachette, 2004.

1025- P. Pédron, Droit et pratiques éducatives, de la Protection Judiciaire de la Jeunesse – Mineurs en danger, mineurs délinquants, Issy-les-Moulineaux, Éditions Gualino, 2008.

1026- G. Raymond, Droit de l’enfance et de l’adolescence, Paris, Litec, 2006.

1027- Y. Buttner, A. Maurin, Le droit de la vie scolaire, Paris, Dalloz, 2007.

1028- G. Henaff, P. Merle, dir., Le droit et l’école, Rennes, Pur, 2003.

1029- V. Piau, Le droit des élèves, Paris, Éditions François Bourin, 2011.

1030- M. Gather Thurler, O. Maulini, dir., L’organisation du travail scolaire, Québec, Puq, 2007.

1031- C. Lelièvre, Les politiques scolaires mises en examen, Issy-les-Moulineaux, Esf Éditeur, 2004.

1032- D. Chagnollaud, Code Junior – Les droits et obligations des moins de 18 ans, Paris, Dalloz, 2003, 2017. (Op. Cit.).

1033- Collectif, Menesr, Ministère de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et, de la Recherche, Les établissements d’enseignement supérieur – Structure et fonctionnement, Paris, Menesr, 2006.

1034- O. Douard et G. Fiche, dir., Les jeunes et leur rapport au droit, Paris, L’Harmattan, 2002.

1035- Code du Travail, Section Jeunes travailleurs, Paris, ministère du Travail, 2012, www.legifrance.gouv.fr.

1036- D. Chagnollaud, Code Junior – Les droits et obligations des moins de 18 ans, Paris, Dalloz, 2003, 2017. (Op. Cit.).

1037- G. Raymond, Droit de l’enfance et de l’adolescence, Paris, Litec, 2006. (Op. Cit.).

1038- Ministère du Travail, Paris, 2015, www.travail-emploi.gouv.fr.

1039- É. Alfandari, F. Dekeuwer-Défossez, F. Moneger, Rapport officiel, Secrétariat d’État à la Famille. Affirmer et promouvoir, les droits de l’enfant, après la Convention Internationale, sur les Droits de l’Enfant [1989], Paris, La Documentation Française, 1993.

1040- D. Chagnollaud, Code junior – Les droits et obligations des moins de 18 ans, Paris, Dalloz, 2003, 2017. (Op. Cit.).

1041- C. Neirinck, M. Bruggeman, dir., La Convention Internationale des Droits de l’Enfant, Paris, Dalloz, 2014.

1042- Code de la Santé publique, Sections Santé du mineur, Paris, 2012, www.legifrance.gouv.fr.

1043- Code de la Route, Paris, 2012, www.legifrance.gouv.fr.

1044- P. Bonfils, A. Gouttenoire, Droit des mineurs, Paris, Dalloz, 2014.

1045- M. Créoff, Guide de la protection de l’enfance maltraitée, Malakoff, Dunod, 2006.

1046- D. Chagnollaud, Code Junior – Les droits et obligations des moins de 18 ans, Paris, Dalloz, 2003, 2017. (Op. Cit.).

1047- G. Raymond, Droit de l’enfance et de l’adolescence, Paris Litec, 2006. (Op. Cit.).

1048- Dog Pound, La Fourrière, drame et, thriller cinématographiques canadiens, K. Chapiron, Canada, Partizan, États-Unis, Royaume-Uni, France, 2010.

1049- Définition, du dictionnaire, de la langue française, Robert, Paris, Dictionnaires, Le Robert, 2007.

1050- N. Ghizzoni, dir., Délinquance des mineurs – De la prévention à la sanction, Issy-les-Moulineaux, Esf Éditeur, 2007.

1051- C. Courtin, J.-F. Renucci, Le droit pénal des mineurs, Paris, Puf, 2014.

1052- M. Palacio, La justice des enfants perdus – Intervenir auprès des mineurs, Paris, La Découverte, 2006.
O. Mazerolle, J.-P. Rosenczveig, Baffer n’est pas juger, Paris, Plon, 2007.

1053- F. Meslem, P. Refalo, Guide de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, Paris, Éditions Ash, 2012.
P. Pédron, Guide de la Protection Judiciaire de la Jeunesse – Pratiques éducatives et droit de la PJJ, Issy-les-Moulineaux, Gualino, 2012.

1054- D. Chagnollaud, Code Junior – Les droits et obligations des moins de 18 ans, Paris, Dalloz, 2003, 2017. (Op. Cit.).

1055- G. Raymond, Droit de l’enfance et de l’adolescence, Paris, Litec, 2006. (Op. Cit.).

1056- P. Milburn, Quelle justice pour les mineurs ? Toulouse, Érès, 2009.

1057- L. Gebler, I. Guitz, Le traitement judiciaire de la délinquance des mineurs, Paris, Ash, 2004.

1058- D. Chagnollaud, Code Junior – Les droits et obligations des moins de 18 ans, Paris, Dalloz, 2003, 2017. (Op. Cit.).

1059- Collectif, France, www.eduscol.education.fr. – Depuis 2015, l’Ecjs : l’Enseignement Civique, Juridique et Social, devient l’Emc : l’Enseignement Moral et Civique.

1060- F. Bailleau, F. Bütikofer-Repond, Y. Cartuyvels, F. Dünkel, N. Queloz, Déviance et société, no 3, vol. 26, La justice pénale des mineurs en Europe, Suisse, Georg Éditeur, 2002.

1061- Y. Dubois, Droits des mineurs, à l’usage des professionnels de l’enfance, Héricy, Éd. du Puits fleuri, 2007.

1062- A.-G. Slama, Cése, L’Éducation civique à l’école, Rapport, Paris, La Documentation Française, 2009.

1063- Sondage Institut Bva / ministère de la Justice, auprès des 15-25 ans, Le rapport des jeunes au droit, à la justice, la loi, Paris, Bva, 1997. In, S. Stein, Les jeunes aiment la loi, Paris, L’Express du 13 mars 1997.

1064- Questionnaire reproduit, par S. Stein, Les jeunes aiment la loi, Paris, L’Express, du 13 mars 1997. (Op. Cit.).

1065- Y. Cluzel, avec A.-M. Hubin, Vive le lycée – Un proviseur répond à une mère d’élève, Paris, Albin Michel, 1999.

1066- F. Nietzsche, 1844-1900, Götzen-Dämmerung, Allemagne, 1888, Crépuscule des idoles, Paris, Folio, 2002.

1067- P. Loncle, Panorama des politiques de Jeunesse, en France, Rennes, Éhésp, 2010.

1068- Définitions, du dictionnaire, de la langue française, Robert, Paris, Dictionnaires, Le Robert, 2007.

1069- Journal télévisé, de midi, Antenne 2, 16 mars 1980, Paris, intervention, de D. Balavoine, 1952-1986.
P. Loncle et al., Politiques de jeunesse – Le grand malentendu, Nîmes, Champ Social Éditions, 2012.

1070- P. Loncle, Les jeunes, Paris, La Documentation Française, 2007.

1071- P. Loncle, L’action publique malgré les jeunes – Les politiques de Jeunesse, en France, de 1870 à 2000, Paris, L’Harmattan, 2003.

1072- Propos télévisés, du président, de la République française, N. Sarkozy, 1955-, 24 avril 2008. Émission, « En direct, de l’Élysée », Paris, Palais de l’Élysée, Tf1, France 2, Lci, France 24, 2008.

1073- Propos télévisés, du président, de la République française, J. Chirac, 1932-2019, Tf1, 14 avril 2005. « Référendum, En direct, avec le président », quatre-vingt-trois jeunes, de dix-huit – trente ans, Paris, 2005.

1074- P. Loncle, Atouts et faiblesses des politiques de jeunesse, Paris, Agora Débats / Jeunesses, no 18, 1999.

1075- P. Loncle, L’action publique malgré les jeunes – Les politiques de Jeunesse, en France, de 1870 à 2000, Paris, L’Harmattan, 2003. (Op. Cit.).

1076- D. Lapierre, 1931-, La Cité de la joie, Paris, Robert Laffont, 1985.

1077- N. Chawla, Mère Teresa – Une vie pour l’amour, 1910-1997, Paris, Éditions J’ai Lu, 2003.

1078- N. Bouzou, L. Ferry, La politique de la Jeunesse, Paris, Odile Jacob, 2011.

1079- Collectif, ancien, site Internet parisien, disparu : www.jeunes.paris.fr / Site Web, de la ville, de Paris : www.paris.fr.

1080- Collectif, Paris, France, www.iledefrance.fr.

1081- Collectif, Bruxelles, Europe, www.europa.eu/youth.

1082- Collectif, Monde, www.jeunesse.francophonie.org.

1083- Collectif, New York, États-Unis, Monde, www.unicef.org.

1084- Collectif, Paris, France, Monde, www.unesco.org.

1085- P. Loncle, Politiques de jeunesse – Les défis majeurs de l’intégration, Rennes, Pur, 2010.

1086- Collectif, Paris / France, www.apprentis-auteuil.org.

1087- École Nationale d’Administration, Direction des Études, Séminaire, relatif à « L’Enfant », Groupe 10, L’Adolescence, grande oubliée, de la politique, de l’enfance, en France, Strasbourg / Paris, Ena, juillet 2006.

1088- Collectif, Commission, sur la Politique, de la Jeunesse, Livre Vert, Paris, Haut commissariat, à la Jeunesse, 2009.

1089- Comité Interministériel de la Jeunesse, 21 février 2013, Rapport et Mesures, Priorité Jeunesse, Paris, Cij, 2013.

1090- P. Loncle, Les enjeux contemporains, des politiques de jeunesse, Rennes, Éhésp, 2009.

1091- P. Loncle, L’action publique malgré les jeunes – Les politiques de Jeunesse, en France, de 1870 à 2000, Paris, L’Harmattan, 2003. (Op. Cit.).

1092- P. Loncle, dir., Les jeunes – Question de société, questions de politique,
Paris, Études, de La Documentation Française, numéro 5257, septembre 2007. (Op. Cit.).

1093- Sénat français, Rapport d’Information, sur la Politique, en faveur des Jeunes, Paris, Sénat, 2009.

1094- M. Van der Ende, M. Jarry, Paroles d’Ados, Bernay, City Éditions, 2006.

 

 

ÉPILOGUE

 

 

1095- A. Desjardins, 1925-2011, Les Chemins de la sagesse, France, 1968-1972, Paris, La Table Ronde, 2003.

1096- Groupe musical rock, français, Téléphone, 1976-1986, J.-L. Aubert et al., Un autre monde (chanson), Un autre monde (album), Londres, Emi, 1984.

1097- F. Fanon, 1925-1961, Les Damnés de la terre, Paris, Maspero, 1961.

1098- F. de Closets, La France et ses mensonges, Paris, Denoël, 1977.
S. Freud, 1856-1939, Totem und Tabu, Vienne, 1913, Totem et Tabou, Paris, Payot, 2004.

1099- J. Remy, Marianne, numéro 570, du 21 mars 2008, Paris, « La grande déprime, des 15-25 ans », p. 70 à 75.
Auteure, avec D. Jeambar, de : Nos enfants nous haïront, Paris, Seuil, 2006.

1100- B. Molitor, Quand serai-je un homme ?, Valence, Dynamots Éditions, 2004.

1101- J. Remy, Marianne, numéro 570, du 21 mars 2008, Paris, « La grande déprime, des 15-25 ans », p. 70 à 75. (Op. Cit.).

1102- H. Camara, 1909-1999, Brésil, propos, de 1976, concernant, la pauvreté, des exclus. Du fait, de « l’exploitation, la spoliation, générées, par d’oligarchiques, ploutocratiques, castes dominantes ».

1103- I. Boniwell, C. Martin-Krumm, Pour des ados motivés, Paris, Odile Jacob, 2015.

1104- J.-B. Poquelin, Molière, 1622-1673, L’Avare ou, l’École du mensonge, France, 1668, Paris, Gallimard, 1993.

1105- W. Churchill, 1874-1965, Discours, à la Chambre des Communes, Royaume-Uni, Londres, 13 mai 1940.

1106- Y. Sévigny, Le défi de la joie, Québec, Le Dauphin Blanc, 2006.

1107- É. Zola, 1840-1902, La Débâcle, Paris, Fasquelle, 1892.

1108- F. Delano Roosevelt, 1882-1945, premier discours inaugural, du premier mandat présidentiel. À propos, de la Grande dépression, Washington DC, 4 mars 1933.

1109- G. W. F. Hegel, 1770-1831, Encyclopédie des sciences philosophiques, Heidelberg, 1817, Paris, Gallimard, 1990.
Sur A. Kojève, 1902-1968, D. Auffret, Alexandre Kojève – La philosophie, l’État, la fin de l’histoire, Paris, Lgf, 2002.
F. Fukuyama, 1952-, La Fin de l’Histoire et le Dernier Homme, États-Unis, 1992, Paris, Flammarion, 1993.

1110- G. Pronovost, Comprendre les jeunes aujourd’hui, Québec, Puq, 2013.

1111- J. Bosco, 1815-1888, Traité sur la méthode préventive, en éducation, Italie, 1877.

1112- D. Gourion, La fragilité psychique des jeunes adultes – 15-30 ans : prévenir, aider et accompagner, Paris, Odile Jacob, 2015.

1113- J.-Y. Arrivé, Savoir vivre ses émotions, Paris, Retz, 2001.

1114- B. Jeunehomme, P. Morel, La dernière danse, au 5-7, documentaire, Lyon, France 3 Rhône-Alpes, novembre 2010.

1115- Ina, journal télévisé, Paris, Ortf, 10 février 1973.

1116- Composition Popcorn, groupe musical américain Hot Butter, 1971-1978, musique electro-pop, S. Free, G. Kingsley, 1922-2019, États-Unis, Royaume-Uni, album Music to Moog By, 1969, puis, album Hot Butter, Musicor Records, 1972.

1117- J. Renoir, 1894-1979, La Grande Illusion, Paris, Rac, 1937, New York, Universal Music, 2003.

1118- L. Cantet, Entre les murs, comédie dramatique cinématographique française, Paris, Haut et Court, 2008.
D’après, le roman éponyme, de F. Bégaudeau, Paris, Éditions Verticales, 2006.

1119- A. Maslow, 1908-1970, The Farther Reaches of Human Nature, Usa, 1971, Être humain, Paris, Eyrolles, 2006.

1120- Le Péril jeune, comédie dramatique cinématographique française, C. Klapisch.
Téléfilm, de la série, Les Années lycée, Strasbourg, Arte, 1994, puis, film de cinéma, Neuilly-sur-Seine, Gaumont, 1995.

1121- H. Douriaux, Le Grand voyage de Juliette Le Goff, roman, Paris, Plon, 2004.

1122- L. Tolstoï, 1828-1910, Enfance, Adolescence*, Jeunesse**, Russie, *1854, **1857, Paris, Gallimard, 1975.

1123- Anonyme, sur un forum Internet français.

1124- T. Mann, 1875-1955, Der Tod in Venedig, La Mort à Venise, Allemagne, 1912, roman, Paris, Lgf, 2001.
L. Visconti, 1906-1976, Mort à Venise, Death in Venice, Morte a Venezia, drame de cinéma franco-italien, États-Unis, Warner Bros., 1971.
B. Britten, 1913-1976, Death in Venice, La Mort à Venise, opéra, en deux actes, Royaume-Uni, 1973.

1125- A. Vincenot, 11 novembre 1940, sur les Champs-Élysées, la jeunesse criait : « Vive de Gaulle » ! Article, du journal, France-Soir, Paris, 11 novembre 2010.

1126- Extrait, de l’éditorial, de C. Imbert, 1929-2016, Paris, Le Point, février 1994, lors, de l’opposition, des jeunes, au Cip, projet de loi français, retiré, du gouvernement Balladur, dit, de Contrat d’Insertion Professionnelle.

1127- Collectif, Livre de la Genèse, III-19, La Bible, 8e s. av. J.-C.-2e s., Paris, Éditions de La Martinière, 2003.

1128- The Who, dep. 1964, chanson, My Generation, album, My Generation, Londres, Brunswick, 1965.

1129- B. Pascal, 1623-1662, Pensées, France, 1670, Paris, Gallimard, 1977.

1130- A. de Saint-Exupéry, 1900-1944, Le Petit Prince, États-Unis, New York, 1943, Paris, Gallimard, 1999.

1131- P. de Tarse, 10-64, Première Épître aux Corinthiens, I-13, Nouveau Testament, La Bible, 8e s. av. J.-C.-2e s., Paris, Éditions de La Martinière, 2003.

1132 – J. W. von Goethe, 1749-1832, Die Leiden des Jungen Werther, Les Souffrances du jeune Werther, Saint-Empire, Leipzig, 1774, Paris, Gallimard, 1973.

1133- M. Van der Ende, M. Jarry, Paroles d’Ados, Bernay, City Éditions, 2006.

 

 

LEXIQUE

 

Nominum / Rerum

 

 

___________ A

 

ABANDONNISME-S / ABANDONNIQUE – Trouble affectif, peur, de délaissement / relevant, de l’abandonnisme.

ABANDON-S / ABANDONNÉ – Délaissement, rejet, désertion / relevant, de l’abandon.

ABANDON-S DE FAMILLE / familial – Délaissement parental, de mineur, France.

ABBÉ PIERREH. Grouès, religieux chrétien catholique, France, 20e/21e s.

ABÉLARD, P.Théologien chrétien catholique, France, 11e/12e s.

ABSENTÉISME-S / ABSENTÉISTE-S scolaire-s – Décrochage, défaut, d’assiduité, abandon, de cursus d’études / relevant, de l’absentéisme.

ABSOLU – Infini, plénitude, transcendance / relevant, de l’absolu.

ABSOLUTISME-S / ABSOLUTISTE – Autocratie, totalitarisme, arbitraire / totalitaire.

ABSTENTIONNISME-S / ABSTENTIONNISTE-S politique-s – Désengagement, désintérêt, non-participation électoraux idéologiques / relevant, adepte, de l’abstentionnisme.

ABSTRACTION-S / ABSTRAIT – Axiome, concept, entité / relatif, à l’abstraction.

ACADÉMIE FRANÇAISEInstitution savante, de normalisation littéraire, de l’Institut de France, France, dep. le 17e s.

ACADÉMIE GONCOURTCercle intellectuel littéraire, France, dep. le 19e s.

ACADOMIAEntreprise privée, de soutien scolaire, France.

ACCIDENT-S / ACCIDENTEL / ACCIDENTEUR-S / ACCIDENTÉ-S – Péripétie, dommage, collision / relevant, de l’accident.

ACCOMPAGNEMENT-S / ACCOMPAGNANT-S / ACCOMPAGNÉ-S – Guidance, relation d’aide, éclairage / relevant, de l’accompagnement.

ACCOMPLISSEMENT DE SOI / ACCOMPLI – Réalisation personnelle humaine : quête-s, du bonheur, de la sagesse, de l’ataraxie & l’équanimité / relevant, de l’accomplissement.

ACCOMPLISSEMENT DE SOI, L’ – Livre de psychologie, États-Unis, 20e s.

ACCULTURATION-S / ACCULTURÉ – Assimilation, apprentissage, échange / assimilé.

ACÉDIEMarasme moral mélancolique, triste, désolé : fait, de découragement & dégoût, lassitude & désenchantement, d’abattement & affliction.

ACHÈVEMENT-S DES ÉTUDES – Fin, de la formation, qualification, début, de vie active.

ACJF, Association Catholique de la Jeunesse Française – Organisme chrétien, de jeunes, France, 19e/20e s.

ACMÉ-S / ACMÉIQUE – Apogée, sommet, couronnement / relevant, de l’acmé.

ACRIMONIE / ACRIMONIEUX – Aigreur, causticité, fiel & hargne / relevant, de l’acrimonie.

ACTE-S / ACTIF / ACTEUR-S / ACTÉ – Agissements, réalisation, pratique / relevant, de l’acte.

ACTION PUBLIQUE, MALGRÉ LES JEUNES, L’Livre de sciences politiques, France, 21e s.

ACTION-S / ACTIONNÉ – Démarche & activité, entreprise & conduite, comportement & acte / mis, en action.

ACTIVISME-S / ACTIVISTE-S – Volontarisme, dynamisme, réactivité – engagement politique, d’action directe, à militantisme, potentiellement, violent / relevant, partisan, de l’activisme.

ACTIVITÉ-S ASSOCIATIVE-S – Occupations, en communauté, union, groupe.

ACTIVITÉ-S CULTURELLE-S – Occupations liées, aux savoirs, civilisations, choses, de l’esprit.

ACTIVITÉ-S ÉDUCATIVE-S – Occupations, d’apprentissages physiques, intellectuels, moraux : aux fins, de formation, progression personnelles.

ACTIVITÉ-S PHYSIQUE-S & SPORTIVE-S / SPORT-S – Pratiques corporelles, exercices actifs, mouvements, de mise en forme, physiologique & psychologique.

ACTIVITÉ-S & PRATIQUE-S ARTISTIQUE-S – Occupations culturelles, esthétiques, des arts.

ACTIVITÉ-S & PRATIQUE-S MANUELLE-S – Occupations diligentées, physiquement, par la main, de façon & à applications concrètes.

ACTIVITÉ-S PROFESSIONNELLE-S – Occupation liée, à l’emploi, au métier, travail.

ACTIVITÉ-S RÉCRÉATIVE-S – Occupation, du temps libre, des loisirs, délassements.

ADAMS, J. – Champion sportif, États-Unis, 20e s.

ADDICTION-S / ADDICTIF / ADDICT – Dépendances, assuétudes, toxicomanies / relevant, de l’addiction.

ADÉQUATION ÉTUDES & EMPLOI – Accords, adaptations, concordances, entre la formation théorique & le travail professionnel.

ADHÉSION-S / ADHÉSIF / ADHÉRENT-S – Convictions, croyances, valeurs / lié, à l’adhésion.

ADMINISTRATEUR LÉGAL JUDICIAIRE, du mineur – Gestionnaire, sous mandat, de Justice, des biens, du jeune mineur, France.

ADMINISTRATION LÉGALE, DES BIENS du mineur – Gestion parentale, des biens, du jeune mineur, France.

ADMINISTRATION LÉGALE PARENTALE – Gestion parentale, des biens, du mineur, France.

ADMINISTRATION LÉGALE, SOUS CONTRÔLE JUDICIAIRE – Gestion, sous mandat, de justice, des biens, du jeune mineur, France.

ADMONESTATION-S / ADMONESTÉ – Remontrance, semonce, avertissement / sermonné.

ADOJEUNESSE-S / ADOJEUNE-S / ADOJUVÉNILE – « Nouvelle génération », adolescente & juvénile, constituée, des juniors, de douze – vingt-cinq ans / relevant, de l’adojeunesse.

ADOJEUNOCIDE-S / ADOJEUNOCIDAIRE – Discriminations, injustices, maltraitances, anti-jeunes, jeunophobiques / relevant, de l’adojeunocide.

ADOJEUNOPHOBIE-S / ADOJEUNOPHOBE-S – Rejet, incompréhension, désamour, vis-à-vis, du junior / relevant, tenant, de l’adojeunophobie.

« ADOJEUNOSPHÈRE » / ADOJEUNOSPHÉRIQUE – Microcosme, macrocosme, monde, des adolescents & jeunes / relevant, de l’adojeunosphère.

ADOJUNIOR-S – Adolescent & jeune, de douze – vingt-cinq ans.

ADOLESCENCE – Livre de psychologie, États-Unis, 20e s.

ADOLESCENCE & JEUNESSE BIOSANITAIRE – Ontogenèse, développement biologique, santé adojuvéniles, typologie socioanthropologique adojuvénile.

ADOLESCENCE & JEUNESSE CULTURELLE – Culture, éruditions, civilisations adojuvéniles, typologie socioanthropologique adojuvénile.

ADOLESCENCE & JEUNESSE ÉDUCATIVE – Éducation, apprentissage, formation juvéniles, typologie socioanthropologique adojuvénile.

ADOLESCENCE & JEUNESSE ETHNO-ANTHROPOLOGIQUE – Anthropologie, socioethnologie, humanité adojuvéniles, typologie socioanthropologique adojuvénile.

ADOLESCENCE & JEUNESSE HISTORIQUE – Histoire, rétrospectives, évolutions collectives adojuvéniles, typologie socioanthropologique adojuvénile.

ADOLESCENCE & JEUNESSE JURIDIQUE, LÉGALE – Droit-s, normativités, réglementations adojuvéniles, typologie socioanthropologique adojuvénile.

ADOLESCENCE & JEUNESSE MORALE, PHILOSOPHIQUE, DES VALEURS – Axiologie, éthique, métaphysique adojuvéniles, typologie socioanthropologique adojuvénile.

ADOLESCENCE & JEUNESSE PSYCHOLOGIQUE – Psychologie, mentalité, éthologie juvéniles, typologie socioanthropologique adojuvénile.

ADOLESCENCE & JEUNESSE RÉCRÉATIVE – Loisirs, temps libres, délassements juvéniles, typologie socioanthropologique adojuvénile.

ADOLESCENCE & JEUNESSE SOCIOÉCONOMIQUE – Réalités sociologiques, économiques, de subsistance adojuvéniles, typologie socioanthropologique adojuvénile.

ADOLESCENCE N’EXISTE PAS, L’Livre d’histoire, France, 21e s.

ADOLESCENCE – Paroles d’adosFilm documentaire audiovisuel, sociologique.

ADOLESCENCE-S / ADOLESCENT-S – Phase humaine évolutive : « cognitive, émotionnelle, comportementale » : physique, psychique, mentale, morale, sociale, entre enfance & adultisme / ayant l’âge, de l’adolescence & de nature adolescente.

ADOLESCENT, de dix à seize ans, L’ – Livre de psychologie, États-Unis, 20e s.

ADOLESCENTS EN SOUFFRANCERapport public & étude sociologique, France, 21e s.

ADOLESCENTS, Les – Livre de psychologie, États-Unis, 20e s.

ADONAISSANT-S / Néoadolescent-s – Junior, de cursus collégien, en début, d’adolescence.

ADOPTION-S / ADOPTIF / ADOPTANT-S / ADOPTÉ-S – Filiation juridique, de type adoptif, non biologique, France / relevant, de l’adoption.

ADOPTION-S PLÉNIÈRE-S – Filiation juridique adoptive, de type légal intégral, France.

ADOPTION-S SIMPLE-S – Filiation juridique adoptive, de nature légale partielle, France.

ADOUBEMENT-S / ADOUBÉ – Rites initiatiques, de passage, d’acceptation : intronisation, tel, chevalier, du roi, Europe médiévale / métaphore / relevant, de l’adoubement.

ADSEA, Association-s Départementale-s de Sauvegarde, de l’Enfance & l’Adolescence – Organismes de protection, défense, promotion, des jeunes mineurs, France.

ADULESCENCE-S / ADULESCENT – Adolescence prolongée & postadolescence attardée, préadultisme immature, difficultés adojuvéniles, à « grandir » / relevant, de l’adulescence.

ADULESCENT-S – Adolescent prolongé & postadolescent attardé, préadulte immature, jeune, en difficultés, à « grandir ».

ADULTE-S-RÉFÉRENT-S – Aînés sûrs, dont, les jeunes, peuvent s’inspirer, pour « grandir ».

ADULTISME-S / ADULTE-SMaturité, responsabilité, autonomie : caractéristiques, de l’humain « adulte accompli » / relevant, de l’adultisme.

ADVERSITÉ – Sort contraire & malheur, épreuve & infortune, tribulations & revers.

AEF, Allocation d’Études & de Formation – Aide financière, sociale, de soutien éducatif, pour étudiants, France.

AEMO, Action Éducative en Milieu OuvertÉducation spécialisée, mesures judiciaires, sociales, pédagogiques, de suivis, pour jeunes mineurs, jeunes majeurs, en danger, France.

AFFAIRE DREYFUSAffaire d’espionnage militaire, France, 19e/20e s.

AFFECT-S / AFFECTIVITÉ-S / AFFECTIF / AFFECTÉ – Sentiments, émotions, pulsions / ce qui a trait, à la sphère, des attachements, liens, adhésions sentimentaux / sentimental / touché.

AFFIRMATION DE SOI / AFFIRMÉ – Assertivité, assurance, force mentale, personnelles : capacité, à « s’imposer », face, à soi-même & autrui / assertif.

AFFLICTION-S / AFFLIGEANT / AFFLIGÉ – Détresse & tristesse, accablement & désespoir, tourment & désolation / relevant, de l’affliction.

AFIJ, Association pour Faciliter, l’Insertion Professionnelle, des Jeunes DiplômésEx-organisme, de promotion, de l’emploi, des étudiants, France.

AFP, Agence France PresseOrgane, d’information, France – dépêche, Canada, 21e s. & compte-rendu, Royaume-Uni, 21e s.

ÂGE DE RAISON – Début de maturité : cognitive, émotionnelle, comportementale, comme, sociale, chez l’enfant, autour, de sept ans / par analogie, chez le jeune, de treize – vingt-quatre.

ÂGE-JANUS – Âge ambivalent : contradictions, ambiguïtés, paradoxes juvéniles.

AGGIORNAMENTO / Mise à jour – Réforme, de l’Église catholique, lors, du concile Vatican II, Saint-Siège, monde, 20e s.

AGISSEMENTS / AGISSANT / AGI – Implication, action, intervention / lié, aux agissements.

AGIT-PROPPropagande, agitation d’idées, influence médiatique, de masse.

AGNIEL, G., seize ans / COENCAS, S., treize ans / MARSAL, J., quinze ans / RAVIDAT, M., dix-sept ans. – Jeunes découvreurs, des grottes préhistoriques périgourdines, dites, de Lascaux, France, 20e s.

AGNOSTICISME-S / AGNOSTIQUE-S – Questionnements métaphysiques, doutes spirituels, religieux / relevant, tenant, de l’agnosticisme.

AGRÉGATION-S / AGRÉGÉ-S – Diplôme universitaire, concours national public, du professorat, d’enseignement secondaire & supérieur / diplômé, de l’agrégation, France.

AGRESSION-S / ABUS / ATTEINTE-S SEXUELS – Attaques sexuelles délictueuses, criminelles, infractionnelles, France.

AGRESSION-S / AGRESSÉ-S / AGRESSEUR-S – Attaque, atteinte, violence / victime & auteur, d’agression-s.

AGRESSIVITÉ / AGRESSIF – Violences, brutalités, « hargnes » / relevant, de l’agressivité.

AGUEUSIE MORALE / AGUEUSIQUE – Perdition : pervertissement, avilissement, déchéance / relevant, de l’agueusie morale : métaphore.

AIDE-S SCOLAIRE-S – Soutien, accompagnement, suivi pédagogiques, des études.

AIDE-S SOCIALE-S – Allocations, avantages, prestations financiers, caritatifs, de soutiens publics, aux plus défavorisés.

AIGLON, L’Pièce, de théâtre dramatique biographique, historique, France, 19e s.

AILES BRISÉES, LESŒuvre littéraire poétique, États-Unis, 20e s.

AIRAULT, R. – Médecin psychiatre, France, 20e/21e s.

ALAINE.-A. Chartier, philosophe, France, 19e/20e s.

ALBERTINI, P.Historien, France, 20e/21e s.

ALCMÈNEPersonnage féminin, de la mythologie grecque antique.

ALCOOL-S / ALCOOLISME-S / ALCOOLISATION-S / ALCOOLIQUE-S / ALCOOLISÉ – Éthanol / éthylisme / consommation alcoolique / relevant, atteint, de l’alcoolisme / sous emprise, d’alcool.

ALÉA-S – Vicissitude & contingence, hasard & péripétie, risque & péril – imprévu malheureux & malchance, difficulté & obstacle, échec & infortune.

ALÉSIASiège militaire, Gaule & France actuelle, 1er s. av. J.-C.

ALEXANDRE, LE GRAND / Alexandre III, de MacédoineSouverain régnant, chef militaire, Grèce, 4e s. av. J.-C.

ALEXANDRIE, Phare, d’Tour-fanal, de Pharos, l’une, des ex-merveilles, de l’Antiquité, Égypte.

ALGÉRIE, Guerre, d’ Conflit armé, d’indépendance, Algérie, 20e s.

ALGORITHME-S – Opérations mathématiques, calculs informatiques, programmations, de résolutions, de problèmes.

ALIÉNATION-S / ALIÉNANT / ALIÉNÉ – Dépossession, asservissement, égarement / relevant, de l’aliénation.

ALIÉNOR d’AquitaineSouveraine régnante, France, Angleterre, 12e/13e s.

ALIGHIERI, D.Écrivain, poète, homme politique, États italiens, 13e/14e s.

ALIMENTATION, du mineur, en droit – Obligations légales parentales, d’entretien matériel, de leurs descendants, jeunes mineurs, France.

ALIMENTATION-S / ALIMENT-S humains / ALIMENTAIRE / ALIMENTÉ – Nutrition, nutriments, nourriture / relevant, de l’alimentation, des aliments.

ALLAMAND, N. / CHOSALLAND, C. – Enseignantes, du secondaire, France, 20e/21e s.

ALLÉGORIE-S / ALLÉGORIQUE – Parabole & représentation, symbole & figure, métaphore & image / relevant, de l’allégorie.

ALLÈGRE, C.Scientifique, homme politique, France, 20e/21e s.

ALLEGRI, G.Compositeur, ecclésiastique, États pontificaux, 16e/17e s.

ALLOCATION D’ÉTUDES supérieures & universitaires – Actuel Fonds National, d’Aide d’Urgence, FNAU, prestation sociale, financière, de soutien, pour étudiants, France.

ALLOCATIONS FAMILIALES / ALLOCATAIRE-S – Prestations sociales, financières, de soutien, aux personnes, en charge, de jeunes mineurs & majeurs, d’un point de vue, matériel, France / bénéficiaire, en droit, d’allocation-s.

ALLONS ENFANTSParti politique de jeunesse, France, 21e s.

ALPHA & OMÉGAPremière & dernière lettres, de l’alphabet grec ionique, éternité, du Christ, tels, début & fin, de tout / intégralité, intemporalité, universalité suréminentes.

ALSACE-MOSELLETerritoire français, annexé, par l’Allemagne, recouvré, France, 19e/20e s.

ALTAÏRÉtoile, de la constellation de l’Aigle.

ALTÉRITÉ / AUTRE – Autre & autrui, différence, diversité / relevant, de l’altérité.

ALTERNANCE – Double formation, scolaire & professionnelle, apprentissage & instruction duale, succession, de cours, d’école & travail, d’entreprise, France.

ALTRUISME / ALTRUISTE-S – Abnégation, générosité, don, de soi / désintéressé.

ALVA, T.Champion sportif, États-Unis, 20e s.

AMADIEU, J.-F.Sociologue, France, 20e/21e s.

A MAXIMA – De façon, maximale & maximum, optimale & optimum, au plus grand, degré possible, de réalisation.

AMBITION-S / AMBITIEUX – Quête & dessein, aspiration & idéal, projet & visée / relevant, tenant, de l’ambition.

AMBIVALENCE / AMBIVALENT – Ambiguïté & équivoque, contradiction & aporie, opposition & antinomie / relevant, de l’ambivalence.

ÂME DE L’ADOLESCENT, L’ – Livre de psychologie, France, 20e s.

ÂME DE L’ADOLESCENTE, L’ – Livre de psychologie, France, 20e s.

AMENDEMENT-S / AMENDÉ – Correction, rectification, amélioration, de toute chose, comme, de soi-même / relevant, de l’amendement.

AMENDE-S – Astreinte financière judiciaire, sanction, contravention légales, France.

AMERTUME-S / AMER – Tristesse & mélancolie, affliction & douleur, rancœur & acrimonie / relevant, de l’amertume, du dépit, du ressentiment.

ÂME-S – Souffle immatériel, spiritualié, conscience morale.

A MINIMA – De façon, minimale & minimum, minimaliste, au plus petit, degré possible.

AMI-S / AMITIÉ-S / AMICAL – Compagnon, proche, pair / attachement, entente, inclination / relevant, de l’amitié.

AMITIÉ FRANCO-ALLEMANDERéconciliation, entente, coopération France & Allemagne, 20e/21e s.

AMONT – Réalité, de la plus grande proximité, avec le début, d’un processus.

AMOUR COURTOISSentiment authentique, profond, chevaleresque, Europe, Moyen Âge.

AMOUROUX, H.Journaliste, écrivain, historien, France, 20e/21e s.

AMOUR-S / AMOUREUX / AIMÉ – Liens, d’affection, de cœur, de dévouement / relevant, qui éprouve, de l’amour / qui suscite, de l’amour.

AMPHÉTAMINE-S / AMPHÉTAMINIQUE – Stupéfiant psychotrope addictif, de synthèse chimique / relevant, de l’amphétamine.

ANACHRONISME-S / ANACHRONIQUE – Déphasage temporel : erreurs, retards, désuétudes chronologiques / relevant, de l’anachronisme.

ANALEPSE-S – Figure de style littéraire : retour, en arrière, récit rétroactif, métaphore.

ANALOGIE-S / ANALOGIQUE – Similitude & ressemblance, correspondance & métaphore, comparaison & concordance / relevant, de l’analogie.

ANATRELLA, T. – Psychanalyste, France, 20e/21e s.

ANCÊTRE-S / ANCESTRAL – Aïeul & ascendant, aîné & ancien, prédécesseur & devancier / relevant, des ancêtres.

ANCIEN RÉGIMEMonarchie capétienne, de l’ère moderne, France, 16e-18e s.

ANCIEN TESTAMENT / BibleÉcritures sacrées, du christianisme, antérieures, au Christ, Moyen-Orient, 8e-2e s. av. J.-C.

ANCIENS, LesTenants, de la tradition, la sagesse, maturité, en opposition, aux Modernes, partisans, de l’innovation, la hardiesse, jeunesse.

ANDERSEN, H. C.Dramaturge, conteur, poète, Danemark, 19e s.

ANDRO-ADOJEUNOCOACH Théoricien & praticien, des jeunes hommes, de quinze – vingt-quatre ans, en coaching / conseil de vie & sciences, du junior masculin : Andro-AdoJeunologie®.

ANDRO-ADOJEUNOCOACHING / ANDRO-ADOJEUNOCOACHÉ – Coaching / conseil de vie, des juniors masculins, de quinze – vingt-quatre ans, France / suivi, en andro-adoJeunoCoaching.

ANDRO-ADOJEUNOCONSEIL® / ANDRO-ADOJEUNOCONSEILLÉ – Coaching / conseil de vie, des juniors masculins, de quinze – vingt-quatre ans, France & coach / conseiller de vie, des garçons adojeunes / suivi, en Andro-AdoJeunoConseil®.

ANDRO-ADOJEUNOLOGIE® / ANDRO-ADOJEUNOLOGIQUE – Coaching / conseil de vie, sciences théoriques & pratiques, des juniors masculins, de quinze – vingt-quatre ans, France / relevant, de l’Andro-AdoJeunologie®.

ANDRO-ADOJEUNOLOGUE® Théoricien & praticien, des jeunes hommes, de quinze – vingt-quatre ans, en coaching / conseil de vie & sciences, du junior masculin : Andro-AdoJeunologie®.

ANDRO-ADOJEUNOLOGUÉ-S – Juniors masculins suivis, en Andro-AdoJeunologie®, coaching / conseil de vie, des garçons, de quinze – vingt-quatre ans.

ANDRO-ADOJEUNOSCIENCE® / ANDRO-ADOJEUNOSCIENTIFIQUE – Sciences, théoriques & pratiques, des juniors masculins, de quinze – vingt-quatre ans, France / relevant, de l’Andro-AdoJeunoScience®.

ANDROMÈDEPersonnage princier, de la mythologie grecque antique.

ANNAUD, J.-J.Réalisateur, de cinéma, France, 20e/21e s.

ANNE d’AutricheSouveraine régnante & régente, France, 17e s.

ANNÉE INTERNATIONALE DE LA JEUNESSE, 2010/2011Décrétée, par l’Onu, Organisation, des Nations Unies : promotion & défense, des droits juvéniles, monde, 21e s.

ANNÉES FOLLESEntre-deux-guerres prospère, novateur, effervescent, des années 1920, monde, Occident, Europe, 20e s.

ANNÉES LYCÉE, Les – Série télévisée sociologique, Allemagne & France, 20e s.

ANOXIE-S / ANOXIQUE-S – Sous-oxygénation, cyanose, asphyxie, du corps humain / relevant, atteint, de l’anoxie, métaphore : marasme.

ANSELME de Canterbury / Cantorbéry Théologien chrétien catholique, États italiens, France, Angleterre, 11e/12e s.

ANTHELME, A. – Personnage, de fiction littéraire, France, 20e s.

ANTHROPO-ETHNOLOGIE / ANTHROPO-ETHNOLOGIQUE – « Sciences de l’homme », étude scientifique, des groupes humains, socioculturels / relevant, de l’anthropo-ethnologie.

ANTHROPOLOGIE / ANTHROPOLOGIQUE – Étude scientifique, de l’homme & des groupes humains, de façon, holistique, transversale, pluridisciplinaire / relevant, de l’anthropologie.

ANTICONFORMISME-S / ANTICONFORMISTE-S – Originalité libertaire, opposition, aux normes, usages, traditions / relevant, de ce trait, de personnalité psychosociale.

ANTIDÉPRESSEUR-S – Psychotropes tranquillisants & euphorisants, stimulants psychiques, régulateurs, de l’humeur.

ANTIENNE-S – Leitmotiv obsessionnel, ressassement, rengaine.

ANTIQUITÉ européenne classiqueÈre historique : de la Grèce post-homérique, au début, de l’Antiquité tardive, de l’Empire romain, d’Occident, finissant, 6e s. av. J.-C.-4e s.

ANTI-SCIENTISME, ANTI-SCIENCE / ANTI-SCIENTISTE-S – Refus, du primat, de la science expérimentale, tel, un paradigme / relevant, tenant, de l’anti-scientisme, l’anti-science.

ANTISÉMITISME / ANTISÉMITE-S – Idéologie, de rejet, du judaïsme, des Juifs / tenant-s, de cet ostracisme & relevant, tenant, de l’antisémitisme.

ANTOINE, M.Officier général, homme d’État, Rome, 1er s. av. J.-C.

ANXIÉTÉ-S / ANXIEUX / ANXIOGÈNE – Tourment, alarme, crainte / inquiet, soucieux, perturbé / créant, de l’anxiété.

ANXIOLYTIQUE-S – Médicaments calmants, tranquillisants, psychotropes.

APACHE-S, Jeune-s – Bandes, de jeunes délinquants, France, déb. 20e s.

APANAGE-S – Privilège & prérogative, attribut & faveur, exclusivité & monopole.

APATHIE-S / Nature apathique – Langueur, indifférence, état amorphe.

APEC, Association Pour l’Emploi des CadresOrganisme, de services, de conseils, aux entreprises, cadres, jeunes diplômés, des enseignements supérieurs, France.

APL, Aide Personnalisée au Logement Prestations sociales, d’accès, à l’habitat locatif, France.

APOLLON / APOLLINIEN – Dieu, de la beauté masculine, des arts, de la poésie, la musique, dans la mythologie grecque antique / relevant, d’Apollon.

APORIE-S / APORÉTIQUE – Contradiction, paradoxe, antinomie / relevant, de l’aporie.

APOSTASIE-S / APOSTASIQUE – Trahison, reniement, renonciation / relevant, de l’apostasie.

APOSTAT-S – Renégat, traître, infidèle.

APEL, Association des Parents d’Élèves, de l’Enseignement LibreAssociation, des parents, d’élèves, de l’enseignement privé, notamment, secondaire, de défense, des intérêts, des jeunes collégiens & lycéens, France.

APPÉTENCE-S : personnelle-s, scolaire-s, d’emploi / APPÉTENT – Prédisposition, vocation, inclination : en sa vie, ses études, sa profession adojuvéniles / relevant, de l’appétence.

APPLEEntreprise, de conception, vente, de produits électroniques, d’ordinateurs, comme, de logiciels informatiques, États-Unis, monde.

APPRENTI, L’Documentaire sociologique, France, 21e s.

APPRENTI-S – Élève & jeune actif, en alternance, d’études théoriques, pratiques & d’emploi professionnel, de terrain, France / apprenant, initié, formé : en apprentissage.

APPRENTIS D’AUTEUILFondation, d’utilité publique, d’accueil, de formations, d’insertion socioéconomique, éducative, de jeunes, en difficultés, France.

APPRENTISSAGE – Formation & emploi professionnels, en alternance scolaire & d’entreprise : théorique, pratique, de terrain, France – expérience, initiation & essai, pratique.

APRÈS-GUERREDécennie postérieure, à la Seconde Guerre mondiale, monde, 20e s.

APRÈS MAIFilm cinématographique sociohistorique, dramatique, France, 21e s.

APTITUDE-S SCOLAIRE-S, du jeune / APTE – Capacités, d’apprentissages, à bien comprendre, connaître, savoir, typologie psychosociologique / relevant, de l’aptitude.

AQUIN (d’), T.Théologien, philosophe chrétien, États italiens, 13e s.

À QUOI RÊVENT LES 12-18 ANS ? – Étude sociologique, d’opinion, France, 21e s.

AR, Allocation de RechercheActuel Contrat Doctoral, CD, rémunération habituelle, des doctorants, France.

ARBITRAIRE – Injustice & caprice, tyrannie & absolutisme, autoritarisme & despotisme / relevant, de l’iniquité, la dictature, l’abus.

ARCAMBEAU, E. – Auteur, d’essais historiques, France, 19e/20e s.

ARENDT, H.Philosophe, politiste, Allemagne / États-Unis, 20e s.

ARGENT – Finances, ressources, monnaie fiduciaire.

ARIÈS, P. / DUBY, G.Historiens, France, 20e s.

ARISTOTE / ARISTOTÉLISME / ARISTOTÉLICIEN – Philosophe, Grèce, 4e s. av. J.-C. / pensée, philosophie, d’Aristote / propre, à Aristote, sa philosophie, son œuvre.

ARLEQUINPersonnage, de fiction burlesque, de la commedia dell’arte, États italiens, 16e s.

ARMAGNACSFaction politique, adversaire, des Bourguignons, France, 15e s.

ARMÉE-S – Forces, moyens, unités humains militaires, défensifs & offensifs.

ARME-S / ARMÉ – Dispositifs, moyens matériels, logistiques militaires, sportifs, de chasse, défensifs & offensifs / possédant, une arme.

ARS, Allocation de Rentrée ScolairePrestation sociale financière, pour jeunes mineurs scolarisés, France.

ARTABANPersonnage, de fiction littéraire, symbole, de fierté excessive, France, 17e s.

ARTHUR / A. PendragonRoi guerrier, héros légendaire celte, Bretagne & France actuelle, Angleterre, Irlande, 5e/6e s.

ARTHUS, J.-M., dix-sept ans / BAUDRY, J., vingt ans / BENOÎT, P., dix-sept ans / GRELOT, P., dix-neuf ans / LEGROS, L., dix-huit ans.Jeunes exécutés, pour résistance, à l’Occupation nazie, France, 20e s.

ARTICLE de la REVUE PERSPECTIVES – Étude, de « presse scientifique », en sciences de l’éducation, France, 21e s.

ARTICLE du NOUVEL OBSERVATEUR / Actuel, L’Obs – Analyse sociologique, de magazine, de presse écrite, d’information, France, 20e s.

ARTISANS COMPAGNONS DU DEVOIR ET DU TOUR DE FRANCEMouvement d’apprentissage, à des métiers manuels traditionnels, France.

ARTISTE EN SON ATELIER, L’Œuvre picturale artistique, Pays-Bas, 17e s.

ARTS LIBÉRAUXDisciplines, d’enseignements généraux, littéraires & scientifiques, antiques & médiévaux, européens.

ARTS MÉCANIQUESDisciplines, d’enseignements « techniques », antiques & médiévaux, européens.

ARTS PLASTIQUESExpression « visuelle » : esthétique, artistique, poétique.

ASCENSION-S SOCIALE-S – Mobilité, progression, promotion socioprofessionnelles.

ASCÈSE-S / ASCÈTE-S – Renoncement : abnégation, dépassement, de soi, stoïcisme / tenant, de l’ascèse.

ASCÉTISME-S / ASCÉTIQUE – Austérité, renoncement, rigueur, physique & morale, existentiels / relevant, de l’ascétisme.

ASE, Aide Sociale à l’Enfance / l’AdolescenceDispositif, d’actions sociales, contre, les maltraitances, de sauvegarde, d’insertion, des jeunes, en difficulté, France.

ASF, Allocation de Soutien FamilialPrestation sociale financière, pour personne, en charge, d’un jeune, sans soutien, France.

ASOCIALITÉ-S / ASOCIAL-AUX – Anticonformisme, libertarisme, marginalité / marginal.

ASPIRATION-S – Quête spirituelle & d’idéal, espérance, élan moral.

ASSAYAS, O.Réalisateur, de cinéma, France, 20e/21e s.

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIESOrgane consultatif, de l’Onu, l’Organisation, des Nations Unies, États-Unis, monde.

ASSEMBLÉE NATIONALEChambre basse législative, du Parlement bicaméral, sous les Quatrième & Cinquième Républiques, France, 20e/21e s.

ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUANTEPremier Parlement constituant, des députés, des états généraux, unis, en Assemblée nationale, système représentatif inédit, France, 18e s.

ASSEMBLÉE NATIONALE LÉGISLATIVEPremière, représentation parlementaire moderne, appliquant, la première Constitution, du pays, celle, de 1791, France, 18e s.

ASSIDUITÉ SCOLAIRE, en enseignement secondaire / ASSIDU – Travail, effort, résultat : présence, constance, ponctualité éducatives, France / relevant, de l’assiduité.

ASSIGNAT-SMonnaie fiduciaire dévaluée, sous la Révolution, France, 18e s. / métaphore : « monnaie de singe ».

ASSISTANAT-S / ASSISTÉ-S – Allocations, soutiens, aides sociaux, octroyés & reçus / relevant, tributaire, de l’assistanat.

ASSISTANAT-S FAMILIAL-AUX – Allocations, soutiens, aides familiaux, aux adojeunes : en matière affective, éducative, de socialisation, matérielle.

ASSISTANCE ÉDUCATIVE JUDICIAIREProtection, du jeune mineur ou, majeur, en danger, par le juge, des enfants, France.

ASSOCIATED PRESS / Presse Associée – Agence, de presse / distinction accordée, États-Unis, 20e s.

ASSOCIATION-S / ASSOCIÉ-S / ASSOCIATIF – Union, groupement, communauté / affilié, à une association / relevant, des associations, France.

ASSOCIATION-S DE JEUNES – Union, groupement, implications juvéniles, France.

ASSOCIATION-S DE PARENTS D’ÉLÈVES – Groupement parental, de défense, des intérêts, des Collégiens & lycéens, de l’enseignement secondaire, France.

ASSOCIATION-S ÉTUDIANTE-S – Union, groupement, défense, d’intérêts catégoriels étudiants, France.

ASSOCIATION-S SPORTIVE-S – Union, groupement, mouvement sportif, de compétitions, France.

ASSOCIATION-S SPORTIVE-S UNIVERSITAIRE-S – Union, groupement, mouvement étudiant sportif, de compétition, France.

ASSOCIATIVITÉ-S – Jonction humaine, en unions, associations, regroupements.

ASSUJETTISSEMENT-S / ASSUJETTI-S – Inféodation, dépendance, domination / dominé.

ATARAXIE / ATARAXIQUE – Plénitude, paix intérieure, équanimité / en paix.

ATAVISME-S / ATAVIQUE – Génétique, hérédité, transmissions – trait génétique, héréditaire, transmis / relevant, de l’atavisme.

ATD QUART-MONDE, Agir Tous pour la DignitéMouvement international, de lutte, contre, les précarités, France & monde.

ATERMOIEMENT-S – Ajournement & retard, tergiversation & hésitation, procrastination & faux-fuyant.

ATHÉISME-S / ATHÉE-S / ATHÉISTE-S – Incroyance, impiété, matérialisme / incroyant.

ATHÈNES / ATHÉNIEN-S – Capitale, de la Grèce antique, berceau, de la démocratie / lié, à Athènes.

ATOSS, Administratifs, Techniques, Ouvriers, de service, Sociaux, de SantéPersonnels non enseignants, de l’Éducation nationale, France.

ATTENTATS, du 11 SEPTEMBRE 2001Attaques terroristes, États-Unis, 21e s.

ATTENTATS PARISIENS, DE JANVIER 2015Attaques terroristes, France, 21e s.

ATTENTE-S – Espérance, désir, aspiration.

ATTENTISME-S / ATTENTISTE-S, jeune-s – Passivité, immobilisme, opportunisme juvéniles / jeunes amorphes, prudents, typologie sociologique, France, 21e s.

ATTITUDE-S – Comportements : actes, paroles, abstentions, mutismes.

ATTRAPE-CŒURS, L’Œuvre de littérature, États-Unis, 20e s.

AUBE NOUVELLE – Métaphore : espérance, renouveau, envol.

AUBERGE-S DE JEUNESSEHébergement touristique mondial, notamment, de jeunes.

AUBERT, J.-L.Artiste musical, France, 20e/21e s.

AUCTORITAS / Autorité – Étymologie latine : charisme, aura, pouvoir.

AU-DELÀ – Après-vie, autre monde, passage post mortem.

AUDIOVISUEL – Communication multimédia, images, sons / relevant, du multimédia.

AUE, Allocations d’Aides d’Urgences, pour ÉtudiantsActuel, Fonds National, d’Aide d’Urgence, FNAU, soutien social, financier, aux étudiants, en difficultés, France.

AUGUSTESouverain régnant, Rome, 1er s. av. J.-C./1er s.

AUGUSTINISME / AUGUSTINISTE – Doctrine philosophique, théologique chrétienne, issue, des enseignements, de saint Augustin, 4e/5e s. / relevant, de l’augustinisme.

AUGUSTULE / Augustus, R.Souverain régnant adolescent, dernier empereur occidental, de Rome, 5e s.

AUMÔNERIE-S scolaire-s – Structures, d’instruction religieuse, pour les élèves, étudiants, de l’enseignement public, secondaire & supérieur, France.

AURA-S – Charisme, prestige, rayonnement.

AU REVOIR LES ENFANTSDrame, de cinéma historique, auto/biographique, France, 20e s.

AUSPICES – Circonstance & conjoncture, occurrence & condition, présage & augure.

AUSTERLITZ, Bataille, d’Affrontement militaire, Empire d’Autriche, actuelle, République tchèque, 19e s.

AUTISME-S / AUTISTIQUE / AUTISTE-S – Troubles cérébraux, du « développement », de la communication, des interactions sociales / relevant, de l’autisme / personne atteinte, de cette psychopathologie : métaphore.

AUTO/DISCIPLINE, DE VIE – Principes organisationnels existentiels, de rigueur personnelle, permettant, d’ordonnancer, son quotidien & destin, par ascèse volontariste.

AUTOENTREPRENEUR / MICROENTREPRENEUR, Régime, de l’ / du – Système légal simplifié, d’activité entrepreneuriale, individuelle indépendante, de libre intervention économique, France.

AUTOGRATIFICATION-S / AUTOGRATIFIANT / AUTOGRATIFIÉ – Faveurs, récompenses, satisfactions personnelles, allouées, par soi, à soi-même / relevant, de l’autogratification.

AUTOMÉDICATION-S – Prise, de médicament-s, sur initiative personnelle, sans ordonnance médicale, par soi, pour soi-même.

AUTONOMIE / AUTONOME – Maturité, indépendance, autosuffisance / doué, d’autonomie.

AUTORITÉ / AUTORITAIRE – Charisme, influence, ascendant / impérieux.

AUTORITÉ PARENTALETutelle juridique, des ascendants, sur leurs descendants mineurs, en responsabilité, droits, devoirs, France, depuis le 20e s.

AUTRE MONDE, Un – Album & chanson artistiques musicaux, France, 20e s.

AVAL – Réalité, de la plus grande proximité, avec l’achèvement, d’un processus.

AVANCÉE-S – Progrès, résultats, améliorations.

AVANIE-S – Vexation, affront, offense.

AVANT-GARDISME / AVANT-GARDISTE – Position visionnaire, en pointe, avance / précurseur.

AVANT-GUERREDécennie, pré-Seconde Guerre mondiale, monde, Europe, France, 20e s.

AVARE, L’ – Ou, L’École du mensongePièce de théâtre, de comédie, France, 17e s.

AVATARFilm cinématographique, de science-fiction, États-Unis, 21e s.

AVATAR-S – Double, incarnation virtuelle, identité fictive, en jeux vidéo, en ligne.

AVENIR – Futur & lendemain-s, postérité, destin & destinée.

AVENTINL’une, des sept collines, de Rome, Italie / se retirer, sur l’Aventin : allusion, de type historique, expression métaphorique, de retrait-e, de dépit.

AVENTURES DU CŒUR, Les – Les Passions et la sagesse, livre philosophique, France, 20e s.

AVENTURES PRODIGIEUSES, DE TARTARIN DE TARASCONŒuvre littéraire, France, 19e s.

AVERTISSEMENT-S SCOLAIRE-S – Sanction disciplinaire, du scolarisé, en études secondaires, mise en garde, admonestation, France.

AVILISSEMENT-S / AVILISSANT / AVILI – Déchéance, indignité, déshonneur / relevant, de l’avilissement.

AVOCAT-S, pour mineur-s – Défenseur juridique, conseil, en Justice, des jeunes mineurs, déviants & victimes, en difficulté, danger, France.

AVOIR 20 ANS EN POLITIQUELivre de sciences politiques, France, 21e s.

AVOIR VINGT ANS, EN 2015Programme de participation, de jeunes francophones, à un projet culturel, humaniste, spirituel, monde, 21e s.

AVOIR-S – Possessions, biens, acquisitions matériels & financiers.

AVORTEMENT-S / IVG, Interruption-s Volontaire-s, de Grossesse / AVORTÉ / ABORTIF – Autorisation légale abortive, sous conditions, France / interrompu / causant, l’avortement.

AXIOLOGIE / AXIOLOGIQUE – Science, des valeurs morales & métaphysiques, transcendance, ontologie / relevant, de l’axiologie.

AYRAULT, MesuresPropositions gouvernementales, de politique de la Jeunesse, d’action, de dispositifs, en faveur, des juniors, France, 21e s.

 

 

> Andro-AdoJeunoScience®-8 / ou

Menu d’AndroJeunoCoaching de Vie

 

 

« Une vie réussie, est un rêve, d’adolescent
Réalisé, dans l’âge mûr »

 

A. de Vigny

Écrivain, France, 1797-1863

 

Cinq-Mars

Œuvre littéraire, France, 1826

 

 

<   1   2   3   4   5   6   7   8   9   >

 

 

– ANDRO-ADOJEUNOCOACHING DE VIE –

EN BREF

 

 

Yves REMY est Docteur des Universités. (PsychoSociologie adoJuvénile). Certifié Acec / Coaching personnel. (Ados / jeunes). Consultant institutionnel Éducation-Jeunesse, coach / conseiller de vie, du junior, uniquement, garçon. Andro-adoJeunologue®, concepteur et, théoricien-praticien, de l’Andro-AdoJeunologie®. En trois décennies, il a acquis, une maîtrise, de formation et d’exercice, d’excellence. En une double approche, théorique et pratique.

 

Andro-AdoJeunoScience®, étude, compréhension globales, transversales, pluridisciplinaires, de l’andro-adoJuvénilité. Andro-AdoJeunoConseil®, coaching / conseil de vie holistique, innovant, des adolescents / jeunes. Spécialement, du genre masculin. Expertise d’intervention, plus spécifique, du manque, d’estime, de confiance, d’affirmation, de soi, des jeunes hommes.

 

Yves REMY, Dr a créé, à Paris, l’unique cabinet privé, en France, de coaching / conseil de vie andro-adoJeunologique, personnel, intégral et, performant. Des 15-24 ans XY, à titre exclusif, spécialiste, des seules particulières problématiques et, questions adoJuvéniles masculines. Coaching de vie cognitif, émotionnel, comportemental, en réalisation, de soi, du junior mâle.

 

 

– ANDRO-ADOJEUNOCOACHING DE VIE –

L’ESSENTIEL

 

 

>> Andro-adoJeunologue®

Un coach de vie masculin, pour renforcer, les seuls jeunes XY

 

>> Andro-AdoJeunologie®

Une approche, un protocole d’intervention inédits / décisifs

 

>> Expertise d’Andro-AdoJeunoCoaching

Des indications d’accompagnement idoines / adaptées

 

>> Évaluations de Suivis d’Andro-AdoJeunoPratique

Des situations et, résultats significatifs / optimisés

 

>> Travaux d’Andro-AdoJeunoConsulting

Un procédé méthodique d’excellence / rigoureux

 

>> Andro-AdoJeunoScience®

Une maîtrise solide / globale, des réalités (andro)adoJuvéniles

 

>> Andro-AdoJeunoConseil®

Un coaching de vie androJeunologique complet / sur-mesure

 

 

– ANDRO-ADOJEUNOCOACHING DE VIE –

À PROPOS

 

 

15-24.ans, Accomplissement.de.soi, AdoJeune-s, AdoJeunesse-s, AdoJuvénilité-sAdolescence-s, Adolescent-s, Adulescent-s, Adultisation, Adultisme, Affectivité.

 

Affirmation.de.soi, Amitié, Amour, Andro-AdoJeunoConseil®, Andro-AdoJeunologie®, Andro-adoJeunologue®, Andro-AdoJeunoScience®, Andro-adolescence, Andro-adolescent-s.

 

AndroJeune-s, AndroJeunesse-s, AndroJuvénilité, Anthropologie, Aspiration-s, AssertivitéAssurance, Autodiscipline.de.vie, Auto-efficacité, Axiologie, Changement-s.

 

Chômage, Civisme, Coach.personnel, Coaching.de.vie, Cognition-s, Cognitivisme, Cohorte-s.d’âge, Collège-s, Collégien-s, Comportementalisme, Comportement-s, Confiance.en.soi.

 

Conseil.de.vie, Conseiller, Consommation-s, Consultant, Consulting, Consumérisme-s, Crise, Croyance-s, Culturalisme, Culture-s, Délinquance-s, DémographieDépassement.de.soi.

 

Développement.personnel, Docteur, Droit-s, École-sÉconomie, Éducation, Éducation.civique, Efficacité.personnelle, Élève-s, Émotion-s, ÉmotivismeEmploi, Emploi.du.temps.

 

Engagement-sEnseignement-sÉpanouissement, Estime.de.soi, Études, Études.secondaires, Études.supérieures, Étudiant-s, Expert, Expertise.andro-adoJeunologique, Famille-s, Filiation.

 

Intelligence.émotionnelle, Jeune-s, Jeune-s.homme-s, Jeunesse.internationale, Jeunesse-s, Juvénilité.masculine, Juvénilité-sLiberté-s, Loisir-s, Lycéen-s, Lycée-s, Maîtrise.de.destin.

 

Maltraitance-s, Marasme-sMasculinité, Maturité, Mentorat, Mère-s, Méthode-s.de.travail, MéthodologieMétier-s, Mondialisation, Motivation, Niveau.de.vie, Nouvelle-s.génération-s.

 

Objectif-s, Ontogénie, Ontologie, Optimisation.de.potentielsOptimisation.morale, Organisation.de.vie, Orientation, Parentologie, Parent-s, Pauvreté, Père-s, Personnalité.

 

Philosophie, Physiologie, Plénitude, Politique-sPolitique-s.de.la.Jeunesse, Psychologie, PsychoSociologie, Puberté, Qualité.de.vie, Quinze-vingt-quatre.ans, Réalisation.de.soi.

 

Relation.d’aide, RésilienceRéussite-s, Santé, Sciences.de.l’éducation, Sciences.de.la.jeunesse, Sciences.humaines.et.sociales, Sciences.politiques, SélectionSens.existentiel, Sérénité.

 

Sexualité-s, Sociabilité, Socialisation, Sociologie, Spiritualité-s, Stratégie-s.de.vie, Stress, TranscendanceTravail, Université-s, Valeurs, Vie.relationnelle, Volonté, Yves.Remy.Dr.

 

 

C’est Bien

Vous Êtes Un Homme

Pour Les Garçons !

 

Formulation, de nombreux praticiens, de santé et autres, à l’égard, de l’expert andro-adoJeunologue®, Yves REMY, Dr. Lui adressant, en coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®, des jeunes hommes.

 

 

CABINET YR/c

 

PARIS

 

 

ANDRO-ADOJEUNOCONSEIL®

 

COACHING / CONSEIL DE VIE ANDROJEUNES

CONSULTING INSTITUTIONNEL & POLITIQUE JUNIORS

 

 

Yves REMY, Dr consultant

 

– Yves REMY, Dr –

 

Coach / Conseiller de Vie Andro-adoJeunologue®

Docteur des Universités, Paris

 

Intervenant Public Éducation-Jeunesse

Conseil de vie, des Jeunes hommes

Expert Confiance en Soi AndroJuvénile

 

Andro-AdoJeunoCoaching

Coaching / Conseil de vie, en réalisation de soi, du Junior mâle

 

Depuis, Vingt-Cinq Ans

 

 

YR/c – 7, rue Marbeau, 75116 Paris, Foch

Île-de-France – FranceUnion Européenne

 

Ligne cabinet – 33 1 45 65 96 22

Ligne mobile – 33 6 64 94 13 29

 

– Contact Internet –

 

Consulting 15-24XY

Andro-AdoJeunoConseil15-24.org

 

 

Andro-AdoJeunoConseil® AndroAdoJeunesse

 

L’Accompagnement des Garçons de 15-24 Ans

L’Expertise de la Confiance en Soi AndroJuvénile

 

 

                                   Aider, le Garçon Junior, à Transcender, sa Pleine Juvénilité !

 

 

C O A C H – C O N S E I L   /   C O A C H I N G   D E   V I E

A D O L E S C E N T S   /   J E U N E S   M A S C U L I N S

L Y C É E N S   /   É T U D I A N T S   /   A C T I F S

 

 

– Yves REMY, Dr

 

 

Coach de Vie AndroJeunoConseiller

Spécialiste AndroJeunesse-AndroÉducation

Consultant Institutionnel & Politique AdoJeunes

 

Docteur en Sciences Humaines et Sociales, Paris

(PsychoSociologie du Développement de l’AdoJuvénilité)

Certifié Acec / Coaching Personnel (Ados / Jeunes), Paris

 

 

Mentoring Andro15-24

 

Booster, la Confiance

Des Jeunes XY  !

 

 

Cabinet

 

Andro-AdoJeunologie®

 

PARIS 16 / Foch

 

 

Andro-AdoJeunoConseil15-24.Org

 

 

> L’Expertise de la Masculinité AdoJuvénile

Confiance en Soi / Motivation / Stress

Coaching de Vie Cognitif / Émotionnel / Comportemental

 

 

L’Andro-AdoJeunoConseil® permet, à tout jeune homme, de 1524 ans, de croire, en soi, se motiver, s’apaiser

Accompagnement spécifique, en réalisation, de soi, andro-adoJuvénile, pour se dépasser, devenir meilleur, s’épanouir.

En programme andro-adoJeunologique méthodique, adapté : écrit, directif, interactif, structuré.

Par études de cas, exercices, entraînements pratiques. En apprentissages, d’andro-adoJeunoCoaching de vie : formatifs, consultatifs, décisionnaires.

 

 

YR/c – 7 rue Marbeau, 75116 Paris, Foch, France, UE

 

SecteurPl. de l’Étoile – Av. Foch

Neuilly-sur-Seine – Av. de la Grande-Armée

 

T. 33 1 45 65 96 22 – M. 33 6 64 94 13 29

– Contact Internet –

 

 

>> Mémento d’AndroJeunoCoaching de Vie

 

 

Préambule   AndroJeunologue®   AndroJeunologie®   Expertise   Évaluation

Travaux   AndroJeune   AndroJeunoScience®-7   AndroJeunoConseil®   Cabinet

 

 

> Junior / Adolescent XY, Cible du Coaching de Vie d’AndroAdoJeunesse

 

Le junior mâle, en coaching de vie, est la cible, de l’Andro-AdoJeunoScience®, en son essence. En une approche théorique, d’étude & pratique, de conseil.

 

 

– Haut de Page –

 

 

Andro-AdoJeunoConseil®Consulting ÉducationJeunesse  Coaching de vie 15-24 ans XY
© Yves REMY, Dr, andro-adoJeunoCoach – 2003-2020 – ConfidentialitéMentions légales
Le site, Andro-AdoJeunoConseil15-24.org, Paris, est sous protection copyright ©, Sgdl-Cléo
A-A15-24.org est sous sauvegarde, d’un dépôt légal ©, à la Bibliothèque Nationale de France