Coaching de Vie d’Andro-AdoJeunologie® – Visée

 

 

                                          Mener, le Jeune Homme, à faire Sens, à sa Mission de Vie !

 

 

C O A C H – C O N S E I L   /   C O A C H I N G   D E   V I E

A D O L E S C E N T S   /   J E U N E S   M A S C U L I N S

L Y C É E N S   /   É T U D I A N T S   /   A C T I F S

 

 

– Yves REMY, Dr

 

 

Coach de Vie AndroJeunoConseiller

Spécialiste AndroJeunesse-AndroÉducation

Consultant Institutionnel & Politique AdoJeunes

 

Docteur en Sciences Humaines et Sociales, Paris

(PsychoSociologie du Développement de l’AdoJuvénilité)

Certifié Acec / Coaching Personnel (Ados / Jeunes), Paris

 

 

Mentoring Andro15-24

 

Booster, la Confiance

Des Jeunes XY  !

 

 

Cabinet

 

Andro-AdoJeunologie®

 

PARIS 16 / Foch

 

 

Andro-AdoJeunoConseil15-24.Org

 

 

> L’Expertise de la Masculinité AdoJuvénile

Confiance en Soi / Motivation / Stress

Coaching de Vie Cognitif / Émotionnel / Comportemental

 

 

L’Andro-AdoJeunoConseil® permet, à tout jeune homme, de 1524 ans, de croire, en soi, se motiver, s’apaiser

Accompagnement spécifique, en réalisation, de soi, andro-adoJuvénile, pour se dépasser, devenir meilleur, s’épanouir.

En programme andro-adoJeunologique méthodique, adapté : écrit, directif, interactif, structuré.

Par études de cas, exercices, entraînements pratiques. En apprentissages, d’andro-adoJeunoCoaching de vie : formatifs, consultatifs, décisionnaires.

 

 

YR/c – 7 rue Marbeau, 75116 Paris, Foch, France, UE

 

SecteurPl. de l’Étoile – Av. Foch

Neuilly-sur-Seine – Av. de la Grande-Armée

 

T. 33 1 45 65 96 22 – M. 33 6 64 94 13 29

– Contact Internet –

 

 

>> Mémento d’AndroJeunoCoaching de Vie

 

 

Préambule   AndroJeunologue®   AndroJeunologie®   Expertise   Évaluation

Travaux   AndroJeune   AndroJeunoScience®   AndroJeunoConseil®   Cabinet

 

 

> Suivi, d’Adolescents / de Jeunes Masculins, Coaching de Vie, Paris 16

 

Le suivi, d’adolescents, de jeunes garçons, en coaching de vie, d’Andro-AdoJeunologie®, cognitif, émotionnel, comportemental, assiste, tout junior XY.

 

 

« Si belle, qu’ait été, une vie, il y a, toujours, un immense écart
Entre l’existence, qu’avait rêvée, l’adolescent
Et, celle, qu’a connue, l’homme »

 

A. Maurois

Écrivain, France, 1885-1967

 

Lettres à l’Inconnue

Œuvre littéraire, France, 1953, 1956

 

 

– ANDRO-ADOJEUNOCOACHING DE VIE –

EN BREF

 

 

Yves REMY est Docteur des Universités. (PsychoSociologie adoJuvénile). Certifié Acec / Coaching personnel. (Ados / jeunes). Consultant institutionnel Éducation-Jeunesse, coach / conseiller de vie, du junior, uniquement, garçon. Andro-adoJeunologue®, concepteur et, théoricien-praticien, de l’Andro-AdoJeunologie®. En trois décennies, il a acquis, une maîtrise, de formation et d’exercice, d’excellence. En une double approche, théorique et pratique.

 

Andro-AdoJeunoScience®, étude, compréhension globales, transversales, pluridisciplinaires, de l’andro-adoJuvénilité. Andro-AdoJeunoConseil®, coaching / conseil de vie holistique, innovant, des adolescents / jeunes. Spécialement, du genre masculin. Expertise d’intervention, plus spécifique, du manque, d’estime, de confiance, d’affirmation, de soi, des jeunes hommes.

 

Yves REMY, Dr a créé, à Paris, l’unique cabinet privé, en France, de coaching / conseil de vie andro-adoJeunologique, personnel, intégral et, performant. Des 15-24 ans XY, à titre exclusif, spécialiste, des seules particulières problématiques et, questions adoJuvéniles masculines. Coaching de vie cognitif, émotionnel, comportemental, en réalisation, de soi, du junior mâle.

 

 

– ANDRO-ADOJEUNOCOACHING DE VIE –

L’ESSENTIEL

 

 

>> Andro-adoJeunologue®

Un coach de vie masculin, pour renforcer, les seuls jeunes XY

 

>> Andro-AdoJeunologie®

Une approche, un protocole d’intervention inédits / décisifs

 

>> Expertise d’Andro-AdoJeunoCoaching

Des indications d’accompagnement idoines / adaptées

 

>> Évaluations de Suivis d’Andro-AdoJeunoPratique

Des situations et, résultats significatifs / optimisés

 

>> Travaux d’Andro-AdoJeunoConsulting

Un procédé méthodique d’excellence / rigoureux

 

>> Andro-AdoJeunoScience®

Une maîtrise solide / globale, des réalités (andro)adoJuvéniles

 

>> Andro-AdoJeunoConseil®

Un coaching de vie androJeunologique complet / sur-mesure

 

 

– Yves REMY, Dr

 

 

DOCTEUR DES UNIVERSITÉS

 

Consultant Institutionnel & Politique Éducation-Jeunesse

Coach / Conseiller de Vie des Jeunes Hommes

Expert Confiance en Soi Andro-AdoJuvénile

 

Depuis, Vingt-Cinq Ans

 

 

ANDRO-ADOJEUNOCONSEIL®

 

 

C’est Bien

Vous Êtes Un Homme

Pour Les Garçons !

 

Formulation, de nombreux praticiens, de santé et autres, à l’égard, de l’expert andro-adoJeunologue®, Yves REMY, Dr. Lui adressant, en coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®, des jeunes hommes.

 

 

CONSULTING ÉDUCATION-JEUNESSE

 

COACHING-CONSEIL DE VIE

DE L’ANDROJUNIOR

 

Andro-AdoJeunologie®

Assurance, Motivation, Équilibre, du Jeune XY

 

 

Le coaching / conseil de vie, d’Andro-AdoJeunoConseil®, est un juste équilibre complémentaire, entre logos, ethos et, pathos. Par volonté, d’efficience, il allie le verbe, la logique et, le raisonnement. En préoccupation éthique, il cultive pertinence, rigueur et, méthode. Centré, sur l’humain, il n’omet point, la passion, l’affect et, la conviction, de l’intellect. L’Andro-AdoJeunoConseil® est « PRO ». Il promeut, avant tout, pour chaque jeune homme suivi, une vision Pragmatique, Réaliste, Objective.

 

> Le coaching / conseil de vie, d’Andro-AdoJeunoConseil® ne tient, pour réel, que ce qui fonctionne, véritablement et, réussit, concrètement, avec, résultats tangibles, probants. Il ne se préoccupe, que d’efficacité maximale, d’adaptation, aux réalités et, d’action, de terrain, du junior, en solutions, les plus idoines, appropriées. Il n’appréhende, que ce qui est : personnes, choses, occurrences, événements, de façon claire, précise, complète et, exacte. Il prend en compte tant, la matérialité, des faits juvéniles, eux-mêmes, que leur connaissance, analyse, interprétation. Tels, qu’ils sont, non, seulement, tels, qu’ils pourraient ou, devraient être.

 

L’Andro-AdoJeunoConseil® traite, d’abord, l’ « existant brut », avant, son évaluation cognitive, émotionnelle et, comportementale. En pleins respect, conformité et, harmonie, avec le junior, lui-même et, ce qu’il est et, fait. Il « jauge », les données établies, sans appréciations préconçues, en pleine concordance, avec, les situations réelles. De façon éthique : impartiale, neutre, comme, juste. Le coaching / conseil de vie d’Andro-AdoJeunologie® est, notamment, une expertise particulière, du manque, d’estime, de confiance, d’affirmation, de soi, de la néogénération masculine. Il permet, le « meilleur office possible », au service, des jeunes concernés.  Exclusivement, garçons et, leurs réalités spécifiques. En protocole cognitif, émotionnel et, comportemental, fort adapté, aux problématiques andro-adoJuvéniles.

 

« Il est tout à fait naturel, que l’on ressente la nostalgie, de ce qui était l’Empire. Tout comme, l’on peut regretter, la douceur, des lampes à huile, la splendeur, de la marine à voile, le charme, du temps des équipages. Mais, quoi ? Il n’y a pas de politique, qui aille, en dehors, des réalités » ! (C. de Gaulle, homme d’État français, 1890-1970, allocution radiotélévisée, RTF, Paris, 14 juin 1960). Excellente métaphore, de ce que sont, le Pragmatisme, le Réalisme et, l’Objectivité !

 

 

Pour accomplir sa mission, de façon optimale, auprès, des juniors mâles, le coaching / conseil de vie d’Andro-AdoJeunologie® a conçu :

 

 

> Un outil andro-adoJeunologique conceptuel, d’avant-garde, « pointu et sophistiqué », en matière, de guidance / conseil de vie. Seulement, destiné, aux jeunes, de quinze – vingt-quatre ans, uniquement, masculins. Seuls, les garçons, étant, exclusivement, admis, par définition, en coaching / conseil de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®.

 

> Ce qui lui permet, alors, d’user, d’une approche méthodologique, ad hoc, non thérapeutique, tout particulièrement, affinée et adaptée, aux spécificités androJuvéniles.

 

> Le coaching / conseil de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® sert, résolument, un dessein spécifique : le meilleur accomplissement, de soi, de la jeunesse masculine, vers l’adultisme, plein et entier.

 

> Le coaching / conseil de vie d’Andro-AdoJeunologie® est un « pari », optimiste et, confiant, sur les juniors et, la jeunesse mâles. Il « croit », en chacun, car, tous, sont une richesse, au passé, au présent, comme, pour l’avenir. Pour eux-mêmes, comme, pour l’humanité entière. Individuellement et, en tant que, nouvelle génération andro-adoJuvénile.

 

> Le principe absolu, intemporel et universel, est, que la société adulte est « au service », de ses descendants, non, l’inverse. Permettre, à la jeunesse, de s’accomplir, est un devoir moral, au profit, non, seulement, de cette dernière, mais, de la collectivité entière.

 

 

PROCÉDÉ CONCEPTUEL

 

DU COACHING DE VIE

D’ANDRO-ADOJEUNOCONSEIL®

 

 

L’Andro-AdoJeunologie® est une réflexion de vie d’Andro-AdoJeunoScience®. Analyse, appréhension, étude affinées, holistiques, transversales, pluridisciplinaires, de l’andro-adoJuvénilité. En sa nature, intrinsèque et extrinsèque, la plus approfondie, et intégrale. Cette approche scientifique, intellectuelle, académique, de type universitaire, du préadultisme, consiste, en une pensée, des travaux, de recherche savante. Des plus exigeants, innovants. L’objectif en est, le questionnement, la remise en cause, la confrontation réguliers, permanents, quant à la « chose adoJuvénile », spécialement, masculine. En un nouveau corpus disciplinaire : les sciences de l'(andro)AdoJeunesse. Pour la meilleure compréhension intellectuelle, de l’ensemble, des problématiques, données, sujets, domaines, matières (andro)Jeunologiques. Tant, de façon théorique abstraite, que pratique concrète.

 

> Concernant, les adolescents et, les jeunes, de treize – vingt-quatre ans, dans le temps et, l’espace. En matière historique, du passé, anthropologique actuelle et, prospective, pour l’avenir. Concernant, la jeunesse, de tous les continents, tout particulièrement, celle, de notre sphère culturelle occidentale, européenne et, nationale française. L’on ne peut, de fait, « bien accompagner », un groupe, de population, une cohorte d’âge, sans, en, parfaitement, maîtriser, toutes les multiformes, complexes réalités spécifiques. L’adoJeunesse étant, en outre, la génération contemporaine, la plus particulière, « spéciale », qui soit. La réflexion d’Andro-AdoJeunoScience® s’attache, alors, à la meilleure connaissance possible, des juniors et, de l’adoJuvénilité, notamment, mâles. Afin, que le coaching / conseil de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® guide, au mieux, les jeunes suivis, plus spécifiquement, masculins.

 

L’Andro-AdoJeunologie® est, donc, aussi, un Andro-AdoJeunoConseil®, relation d’aide globale, de coaching / conseil de vie, aux garçons adolescents et, jeunes hommes. Approche cognitive, émotionnelle, comportementale, des problématiques et, particularismes juvéniles masculins. Réalisation, de soi, socialisation, gestion, du stress, motivation, affirmation, de soi ou, optimisation, de potentiels… Elle constitue une expertise, à destination, au profit, tant, des juniors, eux-mêmes, que de leurs parents. Ainsi, que d’acteurs décisionnaires institutionnels, publics et privés, en matière, de politiques, d’actions, de menées, en faveur, de publics adoJuvéniles. L’ensemble, de cette approche andro-adoJeunologique, est conçu et, exercé, depuis vingt-cinq ans, par Yves REMY, Dr, andro-adoJeunologue®. Consultant androÉducation-androJeunesse, coach / conseiller de vie, des seuls garçons, adolescents / jeunes, de quinze – vingt-quatre ans.

 

L’Andro-AdoJeunologie® est, également, une « défense, de la cause, des Juniors ». Cela, consiste, à « porter la voix », d’une génération marginalisée, ostracisée, défavorisée. Cohorte d’âge, encore plus « naufragée », en France, qu’en d’autres nations occidentales, comparables. Raison, pour laquelle, outre, l’accompagnement, des jeunes masculins, la « mission andro-adoJeunologique » consiste, aussi, en expertise institutionnelle. Auprès, d’entités, œuvrant, pour les préadultes. En matière, d’actions et, de mesures, destinées, à la nouvelle génération, en tant que telle et, visant, à « répondre, au mieux », à ses besoins, attentes, comme, réalités. Ce qui confère, à l’Andro-AdoJeunologie®, sa nature holiste et intégrative. Lui permettant, d’appréhender, l’ensemble, de la jeunesse. Comme, des questions d’éducation et, néogénérationnelles. De bien comprendre et, de suivre, au mieux, chaque junior, en andro-adoJeunoCoaching de vie. Comme, de saisir, le cœur même, de l’essence androJuvénile et, de la juvénilité, comme groupe d’âge, cohorte, ès qualité, ainsi que, de toutes les problématiques, la concernant. Particulièrement, ayant trait, aux garçons. En véritable « Andro-AdoJeunoScopie ».

 

Les adultes ne savent pas, assez, encourager, reconnaître, féliciter, récompenser, les jeunes, quand, ils « font bien et, le méritent ». Or, ils tendent, surtout, à les stigmatiser, sanctionner, accabler, quand ils font, à leurs yeux, « insuffisamment bien ou, mal » ! Ce qui démoralise et, décourage, les juniors, de façon antipédagogique, contre-productive, désastreuse. À rebours, de ce fort dommageable travers national, le coaching / conseil de vie d’Andro-AdoJeunologie® sait, bien au contraire, faire prendre conscience, à chaque jeune homme suivi, de ses atouts. L’aidant, à les mettre en œuvre, pour une réussite maximale. Lui évitant, la jeunesse achevée, l’adultisme venu, de cuisants regrets et, durs marasmes. Ceux, de crépusculaires sanglots, ravageant, le cœur et l’âme, de mortelles langueurs. Pleurant, de nostalgiques et, défuntes illusions passées. En triste complainte, sinistre mélopée, douloureuse ballade.

(P. Verlaine, écrivain, poète, France, 1844-1896, Chanson d’automne, Poèmes saturniens, poème, France, 1866).

 

 

> Pour cela, le coaching / conseil de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® s’inscrit, en une raison d’être, pertinente et légitime, au service, des jeunes hommes accompagnés.

 

> La démarche andro-adoJeunologique se veut, des plus exigeantes et, adaptées, aux réalités, besoins, attentes adoJuvéniles. Plus spécifiquement, androJuvéniles.

 

> L’objectif visé est, d’andro-adoJeunoCoacher, au plus près, de leurs spécificités et, particularismes, les androJuniors suivis.

 

> Les préadultes mâles concernés constituent, un public andro-adoJeunologique spécial, d’adolescents, élèves, d’enseignements secondaires. De jeunes, étudiants, de cursus supérieurs ou, en activité professionnelle.

 

> Le coaching / conseil de vie d’Andro-AdoJeunologie® met en œuvre, une expertise spécifique, pour les juniors, de genre masculin. Pour appréhender et, traiter, au mieux, leur unicité.

 

> En spécialisation andro-adoJeunologique principale, ayant trait, à l’estime, la confiance, l’affirmation, de soi, des garçons, de quinze – vingt-quatre ans.

 

> Chaque coaching / conseil de vie, d’Andro-AdoJeunoConseil®, répond, à de très stricts principes, d’intervention et, modes opératoires, prédéfinis.

 

> En entretiens, soumis, à un très rigoureux protocole andro-adoJeunologique, de régularité et, d’assiduité, d’effort et, de ténacité. En obligation, de moyens et, de résultats, tant, pour le coach de vie praticien, que pour tout jeune accompagné. Tels sont, le gage et, prix, de la réussite, de tout processus, de coaching / conseil de vie androJeunologique. En l’intérêt, de la jeunesse masculine guidée.

 

 

RAISON D’ÊTRE, DU COACHING DE VIE ANDRO-ADOJEUNOLOGIQUE

 

Tous les besoins, des jeunes, de quinze – vingt-quatre ans, en matière, de relation d’aide, ne relèvent pas, de la psychothérapie. Soin et guérison, des troubles et, difficultés psychiques. Ni, du seul coaching scolaire et, de l’emploi. Soutien, orientation et, méthodologie, des études et, des métiers. Nous l’avons, déjà, souligné. En France, il y a, encore, un déficit dommageable, en terme, de coaching / conseil de vie, en réalisation, de soi, spécialisé, en cette seule, tranche d’âge et, pour les seuls garçons. Cette néogénération en a, encore, le plus grand besoin, en un monde difficile, en mutation, perturbé.

 

> Telles sont, la légitimité, l’utilité et, la pertinence, de l’Andro-AdoJeunoConseil®. Il s’agit, d’éclairer, de guider et, transmettre, au préadulte, les « règles, du bien, du mieux et, du meilleur vivre », au quotidien, en tous domaines, spécifiques, aux jeunes hommes. Si la thérapie soigne, si le coaching traditionnel fait « prendre conscience », l’Andro-AdoJeunologie® conseille. Ce qui n’aurait pas, grand sens, pour les adultes, censés, être capables, en tant que tels, de « diriger, leur propre existence », en et, par, eux-mêmes. Or, cela, revêt, toute sa justification, pour des adolescents, des jeunes, encore, tous, en « apprentissage, de vie ». L’objectif premier, prioritaire, du coaching de vie spécifique, d’Andro-AdoJeunoConseil®, est l’ « adultisation », du junior, spécialement, masculin. Processus, de maturité, d’autonomie, de responsabilité. Il ne vise pas, le soin, comme la thérapie, mais, le « changement ».

 

 

DÉMARCHE, DU COACHING DE VIE D’ANDRO-ADOJEUNOLOGIE®

 

Qu’est-ce, que l’Andro-AdoJeunologie® ? En sa part spécifique, de coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®, elle s’attache, à promouvoir, en particulier, l’épanouissement, la motivation, la confiance, en soi, de la nouvelle génération masculine, des quinze – vingt-quatre ans.

 

> Il s’agit, d’apprendre, à réussir, ses études, son emploi, ses réalités personnelles, « dans » la vie, mais, aussi, « sa » vie. Selon, les priorités existentielles choisies, de façon lucide, éclairée. En une nette meilleure maîtrise, de soi : stress, anxiétés et, émotivité… D’opter, pour l’affirmation, de soi, tenant compte, des autres : l’assertivité et, non, l’inhibition, la manipulation ou, l’agressivité. L’objectif est, aussi, pour le junior, de « devenir meilleur », d’optimiser, toutes ses potentialités, en tous domaines, donner l’optimum, de sa personne, pour soi, autrui et, la vie. L’approche est cognitive, émotionnelle et, comportementale. Face, à toute situation, développer, un mental et, des affects, solides et, positifs, sereins et, constructifs : pensées, cognitions, sentiments et, émotions. Puis, être capable, d’actions, d’attitudes, de conduites juvéniles adéquates, sur le terrain, pour « avancer », atteindre, ses desseins, favorablement.

 

Les jeunes concernés vivent, en un pays, la France, qui connaît, une « situation difficile », en tous domaines. Plus encore, qu’en les nations occidentales similaires. Nous sommes, le peuple d’Occident, qui réserve, l’un, des plus mauvais sorts, à sa cohorte préadulte. Celle-ci en souffre, cruellement, au point, cas unique, de se sentir, si souvent, tellement, « agressée, maltraitée, discriminée », qu’elle se jette, dans les rues. En protestations d’envergure, à la moindre « menace », réelle ou, supposée, à son encontre. L’Andro-AdoJeunologie® est, donc, coaching / conseil de vie, des quinze – vingt-quatre ans. Elle est, aussi, science de la jeunesse. Elle concerne, plus spécifiquement, les garçons. À ce titre, elle se fixe, pour ambition, l’ « illustration, de la chose jeune » et, aussi, le « soutien, des intérêts », des juniors. Contribuer, à mieux faire connaître, comprendre, les spécificités, des adoJeunes : besoins, attentes, réalités, de façon transversale, pluridisciplinaire et, holistique. Inciter, la société française, les pouvoirs publics hexagonaux, à mieux traiter, accepter, intégrer, la néogénération, du pays.

 

 

ANDRO-ADOJEUNOCOACHER / COACHING DE VIE

 

Réflexion de vie d’Andro-AdoJeunoScience®, comme, aussi, coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®, l’Andro-AdoJeunologie® n’est, donc, ni une psychothérapie : soin curatif ni, un classique coaching généraliste : « prise de conscience ». Elle est, un « consulting néogénérationnel » : d’adoJuvénilité, spécialement, masculine. Nouvelle approche, inédite et performante, théorique et pratique, in vitro et, in vivo. Laquelle, se décline, en plusieurs composantes, cohérentes, pertinentes et, complémentaires.

 

> Une androGuidance éducation-jeunesse. Accompagnement, qui implique, des constats, conclusions, vecteurs d’avancées. En écoute et, questionnements. Modélisations psychiques. Diagnostic et, instruction. Prise de notes manuscrites. Illustrations, par des exemples vécus, en études de cas concrets. Suivis, d’analyses explicatives. Le tout, fourni, par le jeune homme aidé, en coaching / conseil de vie, lui-même. Exercices, entraînements pratiques, simulations, explorations et, applications, s’ensuivent, en enchaînements logiques successifs.

 

Un préceptorat, en réalisation, de soi, des juniors masculins. Lequel, vise, à éclairer, pour progresser. Avec, pour objectif : paix, en soi, autonomie, maîtrise, du milieu, sens existentiel, introspections. Également, maturité, responsabilisations, vertus, de concessions, de courage et, d’ascèses, du jeune, en coaching / conseil de vie. En configuration, de réalisme et, distinction, de véritables solutions, d’actions revigorantes, de succès.

 

Un coaching / conseil, de vie, andro-adoJeunologique. Menant, le préadulte, à lui faire percevoir, tous ses atouts et, potentiels personnels. Avec, en outre, une reconfiguration, de ses hygiène, de vie, gestion, de l’emploi du temps, méthode, de travail scolaire. Cristallisation, des ressources et, résultats. Orientations, d’études et, d’emploi. Patience, dépassement, de soi, par auto/discipline, convictions, apprentissages fermes. Andro-AdoJeunoConseil® et, parentologie se rejoignent, pour un « balisage », des jeunes hommes, comme, des parents, au « cœur, du réel ».

 

En fixation, d’objectifs, de pensées, d’émotions, de comportements, projections, plus adaptés. Optimisation, de savoir-faire, être, avoir et, paraître, en ingéniosité et, mutation. Plus, de Résolution, Réactivité, Rayonnement. Moins, de Défaillance, Déficience, Défectuosité. Chaque entretien comporte, pour le junior : récapitulation, de la semaine écoulée, programme d’action et, finalisation d’avancées. Les parents étant, toujours, par principe élémentaire, impliqués, associés, informés. Notamment, pour les plus jeunes suivis, en particulier, mineurs. En plein respect, systématique, du secret professionnel, qui prévaut, toujours, très strictement.

 

Une expertise institutionnelle, dont la finalité est d’asseoir, l’intégration, de la jeunesse, en sa société. Ce qui exige, la réalisation, de certaines conditions irréfragables. Socialisation, diplôme, emploi et, logement. Stabilisation affective, familiale. Réhabilitation, par insertion sociale, sociologique, sociétale, au-delà, des études, du consumérisme. Implications participatives, par civisme, civilité et, conscience, de soi, adoJuvéniles et, d’autrui.

 

 

PUBLIC, DU COACHING DE VIE D’ANDRO-ADOJEUNOCONSEIL®

 

L’Andro-AdoJeunologie® « renforce », le garçon adolescent, de quinze – dix-neuf ans, lycéen, de l’enseignement secondaire ; étudiant, intégrant, le cursus supérieur. C’est le début, de la jeunesse, du raisonnement, de type adulte. L’Andro-AdoJeunoConseil® « stimule », tout autant, le jeune homme, de vingt – vingt-quatre ans, étudiant post-bac, et / ou, actif débutant. Cet « adulescent », sorti, de l’adolescence, entre, en adultisme.

 

> Nous l’avons dit, le coaching / conseil de vie andro-adoJeunologique s’adresse, plus particulièrement, aux juniors mâles. Il est spécialisé, en problématiques et, questions adoJuvéniles masculines. Les parents, d’adoJeunes, sont entendus, associés et, avisés, selon, les demandes, nécessités, en parentologie. Il y a, continuité, entre les entretiens, par communications, si besoin, en la limite, du secret professionnel. Auquel, tout préadulte suivi, mineur ou, majeur, a droit, en vertu, de la réglementation, en vigueur et, par éthique, déontologique et morale, absolue.

 

 

MASCULINITÉ ADOJUVÉNILE, EN COACHING DE VIE

 

Les juniors, de sexe masculin, présentent des caractéristiques physiologiques, psychiques, morales, sociales spécifiques. D’un point de vue cognitif, émotionnel, comportemental. Le coaching / conseil de vie, d’Andro-AdoJeunoConseil®, est la seule approche, en France, experte, des questions et, problématiques adoJuvéniles masculines. Celles, des garçons adolescents et, jeunes hommes, de quinze – vingt-quatre ans. Tout particulièrement, spécialisée, en matière, de difficultés, liées, au manque, d’estime, de confiance, d’affirmation, de soi, de la jeunesse mâle. Ce domaine d’indication est, de fait, plus délicat, pour les garçons, que pour les filles. Pour des raisons psychologiques et, surtout, sociologiques, sociales et, sociétales.

 

> Les exigences, attentes, de la société, à l’égard, des jeunes hommes, sont, particulièrement, élevées. Ils doivent, se conformer, à des normes éducatives, d’excellence et, de réussite. Bien plus élevées, exigeantes, complexes, que celles, de leurs homologues féminines. Le manque, d’assurance, est, alors, encore plus dommageable, pour eux, que pour les jeunes femmes. La société humaine restant dominée, par les hommes, les plus jeunes, d’entre eux, sont appelés, à y exercer, plus, de responsabilités et, de tâches dirigeantes. Ils peuvent, donc, moins encore, que les filles ou, femmes, se permettre, de manquer, de foi, en eux. Raison, pour laquelle, l’Andro-AdoJeunologie® les aide, tout particulièrement, à s’affermir, en la matière. Elle est, pour les juniors, comme déjà, précisé, réflexion de vie, d’Andro-AdoJeunoScience® théorique et, coaching de vie, d’Andro-AdoJeunoConseil® pratique.

 

D’autres champs, d’intervention andro-adoJeunologique, sont, également, cruciaux, pour les garçons, car, ils y ont, généralement, plus, de difficultés, que les filles. Citons, ainsi, notamment, des inadaptations scolaires et professionnelles, plus importantes. Plus, de difficultés, à se motiver et, à s’astreindre, à une bonne autodiscipline, rigueur, efficacité, autohygiène, de vie. Plus, d’inclination, du junior mâle, aux déviances, violences, délinquances et, addictions, de tous types. Plus, d’instabilités cognitives, émotionnelles, comportementales. Plus, de prises de risques et, de conduites, à risques. Avec, tous les dommages accrus, afférents, en matière, de santé physique, psychique, morale et, sociale… La masculinité adoJuvénile présente, donc, des spécificités, difficultés, fragilités importantes, qui exigent, une approche spécialisée, très particulière et, adaptée. Raison d’être, du coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®.

 

 

COACHING DE VIE, DE LA CONFIANCE, EN SOI, ANDROJUVÉNILE

 

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® est, plus particulièrement, une spécialisation et, expertise spécifiques, du déficit, d’assurance, des jeunes hommes. Ce handicap psychosocial concerne nombre, de juniors, par nature, encore, incertains. Notamment, en France, pays, en lequel, l’on ne fait pas, assez, confiance, à la nouvelle génération. La confiance ne pouvant venir, que de la… confiance ! Cette difficulté est, encore, plus dommageable, pour les garçons, en une société, en laquelle, les attentes, à leur égard, demeurent fortes. En laquelle, ils sont amenés, à tous points de vue, à faire preuve, de plus, de responsabilités et, d’autorité, encore, que leurs pairs féminins. Par manque, de foi, en lui, le préadulte connaît, alors, un manque, d’estime, de confiance, d’affirmation, de lui-même. Il doute, de sa valeur personnelle, ses aptitudes propres, ne sait pas, s’imposer, tenir, sa pleine place, tout son rôle, en société, en assertivité.

 

> Il n’est pas, en mesure, de défendre, au mieux, ses intérêts, droits, sa personne, même. Un coaching / conseil de vie cognitif, émotionnel, comportemental, de la confiance, en soi, est, donc, entrepris. Pour affermir, la jeunesse, en ses pensées, affects et, conduites. Force mentale, stabilité émotionnelle, actes quotidiens, plus appropriés, permettent, alors, de croire, en soi, sa vie, son avenir, l’existence et, autrui. Ce qui autorise, sérénité, relativisation, positivité, meilleure santé, physique, psychique, morale et, sociale. Plus, de réussite personnelle, « en tout et, pour tout ». Réconcilié, avec, lui-même, le junior masculin a appris, à s’aimer, s’accepter, vivre en paix, en bonne intelligence, avec lui-même, donc, autrui. En empathie, compassion, congruence, à son propre égard, comme, à celui, des autres. Bien vivre, avec lui-même, le fait bien vivre, avec autrui et, le fait s’épanouir, en plénitude adoJuvénile maximale, inédite et bienfaisante.

 

 

PRINCIPE, DU COACHING DE VIE ANDRO-ADOJEUNOLOGIQUE

 

Le coaching / conseil, de vie, andro-adoJeunologique transmet, outils, éclairages : savoirs, savoir-faire, faire savoir et, savoir être, pragmatiques, d’application. La guidance, en réalisation, de soi, juniors aide, l’adoJeune masculin, à prendre conscience, en et, par lui-même, de ses propres atouts, ressources, solutions, priorités. Le préceptorat éducation-jeunesse accompagne, le jeune, globalement, de façon transversale, comme pluridisciplinaire : réalités, besoins, attentes. En tous domaines, le concernant.

 

> Ni thérapie « psy », ni soutien scolaire, le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® délivre sens, repères, enseignements, « défis existentiels ». Comme espérance, valeurs, utilité et, don de soi… Le garçon adoJeune passe, du « cercle vicieux », du non-épanouissement, au « cercle vertueux », de l’équilibre. Du pessimisme, de la passivité, de l’inquiétude, à l’optimisme, la réactivité, la sérénité. S’ensuivent, contrôle, de soi, transcendance et, succès, du junior. L’Andro-AdoJeunoConseil® inculque, le total dépassement, de soi. La pleine liberté, maîtrise lucide, du milieu, de vie, une « métamorphose » propre, l’aisance, de soi, avec autrui, comme, la sociabilité adoJuvéniles.

 

L’Andro-AdoJeunologie® consolide, l’estime, de soi, du junior. Elle porte, à lutter, contre le stress, l’anxiété, l’émotivité excessive, en forgeant, acceptation, amour inconditionnels, de soi, réconciliation, avec soi-même. La confiance, en soi, est refondée. Positivité, « constructivité », paix intérieure, permettent, au jeune masculin, de se sentir, en sécurité, concorde favorable, harmonie, avec soi, autrui, la vie, en foi absolue. Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® assoit, l’affirmation adoJuvénile, de soi-même : aptitude, à combattre, les doutes, replis, sur soi, paralysants, pour s’intégrer, tenir, sa juste place, s’imposer, sans réserve, auprès, des autres.

 

L’Andro-AdoJeunologie® re-motive, fixe des objectifs, projets adéquats, fait croire, en ses capacités, aux latitudes, en procure, tous les moyens, « maintient le cap » ! Le jeune homme apprend le sens, de l’effort, la ténacité, persévérance, patience et, le « sacrifice ». Il se persuade, que tout, se mérite et, s’obtient, par labeur acharné, systématique. Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® professe une méthode, de travail académique, pour bien réussir et, « bouger ». Il s’attache, aussi, à l’orientation adoJuvénile, des études et, métiers.

 

L’Andro-AdoJeunologie® favorise, la maturité, l’autonomie et, la responsabilité, du jeune. En matière familiale, scolaire, relationnelle, psychoaffective, professionnelle, culturelle, sociale, des valeurs. Socialisation, aptitudes, à s’assumer, mènent, le garçon junior, à se distancier, des adultes, être souverain, en ses choix et, décisions et, penser, le plus sainement, « par, lui-même ». Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® répond, à l’aspiration androJuvénile majeure, d’expérimentation, d’encouragement, de gratification, considération, de réconfort. Pour mieux grandir, évoluer, se réaliser.

 

L’Andro-AdoJeunologie® identifie, tous les facteurs, de problèmes. En repère, les éléments, de résorption. Conduit, à surmonter les difficultés, échecs et, s’améliorer. Il est proposé, à tout adoJeune masculin, écoute, questionnement, dialogue, diagnostic et, suivi, « sur mesure », avec, empathie, compassion et, congruence : comprendre et, soutenir. Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® met en œuvre, pour le junior, cinq grands leviers, de performance. Les comportements, projets, savoir-faire / être, créativité, remise en cause, pour l’action.

 

L’Andro-AdoJeunologie® consolide l’originalité, de pensée et, la positivité mentale, par un raisonnement, cohérent et, individualisé. Apte, à « re/dynamiser », le capital, inné et acquis. Régulation et, tempérance émotionnelles adoJuvéniles, incitent, à l’annihilation, des états d’âme chagrins, à l’audace, au « bonheur, de vivre ». Quels, que soient, les aléas, en cause. Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® appuie, l’indépendance, l’ingéniosité, de l’agir. Être acteur dominant, non, sujet passif, de son destin, fait « terrasser », par le préadulte, l’adversité, avec courage. Vaincre les épreuves, ne pas se laisser abattre, par elles !

 

 

ENTRETIENS, DU COACHING DE VIE D’ANDRO-ADOJEUNOLOGIE®

 

Généralement, l’un, des parents, contacte, le coach / conseiller de vie andro-adoJeunologue®, au sujet, de son fils. Un premier contact téléphonique a lieu, pour faire le point, définir, un premier avis, d’expertise, convenir, d’un entretien. Si un coaching de vie s’impose et, concerne, l’Andro-AdoJeunoConseil®. Lors, du premier rendez-vous, le jeune homme concerné vient, avec, ses parents ou, l’un d’eux. Si le junior le souhaite, en accord, avec ses parents, il peut venir seul, notamment, s’il est majeur. Lors, de cette première séance, la problématique, en jeu, est exposée, au cours, d’un vaste et, libre échange. Un diagnostic est posé, ainsi, qu’une proposition, de suivi, formulée, quant à la personne adoJuvénile, en cause. L’ensemble est expliqué, en détail, ainsi, que ses modalités, de déroulement, en toutes ses implications, tous ses tenants et, aboutissants.

 

> Ainsi, un véritable « contrat trilatéral, de confiance », s’établit, entre, le jeune homme, ses parents et, le praticien. En véritable « alliance, de soutien ». Toutes les données nécessaires et, droits / devoirs, de toutes les parties concernées, étant prédéfinis. Pour que l’ensemble, du coaching / conseil de vie, se déroule, au mieux, en les meilleures conditions, d’efficacité. En obligation, de moyens et, résultats, pour l’intervenant, comme, pour le junior. L’Andro-AdoJeunologie® est hebdomadaire et, dure soixante minutes, soit, une heure complète. Elle est écrite, directive, interactive, structurée. Chaque suivi s’établit, selon, un programme préétabli, adapté, à chaque cas concerné. Le travail est écrit. Le protocole méthodologique est directif. Les entretiens sont interactifs. Le processus andro-adoJeunologique est structuré.

 

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® n’est pas une thérapie, mais, un véritable enseignement / apprentissage. Visant, à transmettre, au jeune masculin, des outils, une méthode, des éclairages. Pour progresser, le plus concrètement, de façon efficace. Raison, pour laquelle, tous les cours, exercices et, entraînements, sont transcris, par écrit, par le junior. Il s’agit, d’une guidance précise, rigoureuse, efficiente, pas, à pas, d’où, sa stricte directivité. Le préadulte suivi ne se contente pas, d’écouter et, d’écrire, ce qui lui est transmis. Il est questionné, sollicité, stimulé, fournit, ses propres opinions et, réponses. Il interroge et, donne son avis. Les entretiens sont, donc, d’une haute et, intense interactivité, en dialogue et, échanges permanents, entre la personne andro-adoJuvénile et, son coach / conseiller de vie.

 

Le coaching / conseil de vie andro-adoJeunologique est structuré, pour tout junior, car, chaque entretien, du début, à la fin, suit, un processus, un protocole, strictement, préétablis. Tout, est cadré, encadré, recadré, « de A, à Z ». Avec une rigueur, une logique, une mécanique, en un raisonnement, des plus « implacables », performants et, « percutants ». En véritable « dialectique », centrée, sur la personne adoJuvénile. Se succèdent, alors, argumentation et, contre-argumentation. En discussion, pensée discursive et, intuitive, inductive et, déductive, questionnement, interprétation. Pour comprendre, savoir, progresser. En dialogue, idées, conviction, démonstration. Le jeune homme apprend, par l’analyse successive, de tous les aspects, toutes les dimensions possibles, d’une donnée. Y compris, les plus antagoniques, pluriformes et, opposés. Cela, passe, par une spéculation théorique, comme, un syllogisme pratique. Des plus sûrs, fondés, logiques et, rigoureux, pour le sujet préadulte.

 

Le raisonnement, du junior, est un mécanisme cognitif, à implications émotionnelles et, comportementales. Lequel, appréhende, de façon réflexive, une problématique, aux fins, d’effets donnés. Cela, vise, à comprendre, prouver, démontrer, des réalités, par le truchement, de divers procédés. En coaching / conseil de vie, le raisonnement androJuvénile peut être déductif. Il consiste, alors, en une inférence, qui fait passer, d’une conviction globale, à une interprétation ou, conclusion spécifiques. Le raisonnement peut être inductif. Il tire, un principe général, de réalités préadultes particulières, sur le fondement, de probabilités. Le raisonnement peut, aussi, être abductif. Il est l’inférence, d’une logique vraisemblable, pour obtenir, alors, par déduction, une conclusion, en harmonie, avec, ce qui est perçu, par le jeune.

 

La méthode andro-adoJeunologique est balisée, en « thèse-antithèse-synthèse ». En position, opposition et, composition. Pour bien démontrer, tous les mécanismes, en cause, les faire comprendre et, appliquer, « au mieux », pour avancer. Le jeune homme prend des notes. Il illustre, chaque point abordé, par des exemples vécus, son analyse explicative, des exercices, pour leçons, « stratégies » correctives. L’Andro-AdoJeunoConseil® est un coaching de vie écrit, structuré, par le praticien, selon, la parole adoJuvénile. Ce tutorat exigeant est exploitable, indéfiniment, en confidentialité. L’accompagnement androJeunologique s’achève, avec, la fin, du programme d’entraînements, prédéterminé. Ainsi, que selon, les quêtes et, progressions, bénéfices et, résultats effectifs, de chaque junior coaché.

 

Un préceptorat andro-adoJeunologique, de base, pour des questions ponctuelles, limitées, requiert, une ou, plusieurs sessions horaires. Un « remaniement, de coaching / conseil de vie complet », va, en moyenne, de quelques mois, à un an ou, plus. Selon, les cas et, les enseignements préétablis, à suivre, les progrès et, besoins effectifs, de chaque jeune homme concerné. Chaque entretien a lieu, le même jour et, la même heure, chaque semaine, de façon fixe et, prédéterminée, d’un commun accord. Selon, la disponibilité, du junior et, du coach / conseiller praticien. Le préadulte coaché s’engage, par avance, à être ponctuel, assidu et, motivé. Tout entretien annulé, moins, de quarante-huit heures, à l’avance, soit, deux jours pleins, est facturé. Sauf, éventuelle séance, de remplacement, si le garçon suivi et, le professionnel sont disponibles, à un autre moment.

 

Ce dernier n’est, donc, pas tenu, d’assurer, de session supplémentaire, pour la personne adoJuvénile, en cas, d’annulation tardive. Si l’annulation intervient, au moins, deux jours pleins, à l’avance, il n’y a pas, de facturation, mais, la possibilité éventuelle, de remplacement, au cours, de la semaine concernée. Si l’agenda, du coach / conseiller, le permet. Le junior s’engage, à suivre, ses séances de coaching / conseil de vie, de façon sérieuse, rigoureuse, coopérative, fort convaincu, de leur nécessité et, en son intérêt. Aucun suivi n’aura, donc, lieu, sans, le plein et, entier consentement, du jeune homme, mineur ou, majeur, celui, de ses parents, naturellement, et le total engagement, de tous. Le praticien ne prenant, en charge, un préadulte, que si ce dernier est motivé, impliqué, désireux, de se faire aider et, de résoudre, ses difficultés et, se dépasser.

 

Si, en outre, l’intervenant estime, que le cas concerné, est de son ressort, de compétences et, qu’il peut permettre, au garçon junior, en cause, de progresser. Le plus décisivement, significativement, possible. En certains cas, les entretiens ou, certains, d’entre eux, peuvent être téléphoniques. Par exemple, en cas, d’empêchement temporaire, à se déplacer ou, de lieu, de résidence, trop lointain, du jeune. Le cabinet est ouvert, du mardi, au samedi, de huit heures, à vingt heures. Le règlement, de chaque entretien, s’effectue, à l’issue, de chacun, d’entre eux. Le secret et, la déontologie professionnels, liés, à toute relation d’aide, sont, strictement, observés, respectés, en coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®. Lequel, applique, systématiquement, éthique, remise à « niveau » permanente, au profit, des préadultes suivis.

 

Il est une spécialisation, à garantie contractuelle, professionnalisme, exempt, d’abus, de pouvoir, d’influence, d’emprise. D’autant plus, qu’il s’adresse, à des jeunes, lesquels, sont, par nature, définition, encore, incertains, vulnérables. Dépourvus, encore, de la pleine maturité, de l’indépendance et, des défenses, propres, à l’adultisme accompli. Le coaching / conseil de vie d’Andro-AdoJeunologie® a, donc, pour mission première, la protection, de la personne, des intérêts et, de l’intégrité morale, de chaque junior masculin suivi. Non, une sujétion, qui serait, par essence même, de nature abusive, sectaire, toujours, illégitime, toxique, contre-productive. La pédagogie, de coaching / conseil de vie, n’est pas, un pouvoir, mais, un accompagnement, de transmissions. Le préadulte suivi est, donc, toujours, libre, souverain et, autonome. Sa conscience propre est inviolable et, respectée, tout comme, sa personne même. Qu’il soit mineur ou, majeur.

 

Lors, de chaque entretien, de coaching / conseil de vie, un inventaire, de la semaine précédente et, une prospective hebdomadaire, de la suivante, sont établis. Il y a, vérification, des progrès, stagnations, comme, des reculs adoJuvéniles éventuels, observés. Comme, des prescriptions, d’avancées nouvelles souhaitables, à opérer. Par, des agencements rectificatifs et, la « bonification », des facultés, le préceptorat androJeunologique vise, le changement. Le plus utile, nécessaire, bénéfique, adéquat. Selon, les besoins, situations, évolutions effectifs, de chaque jeune homme suivi.

 

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® est, donc, une obligation, de moyens et, de résultats. Le coach / conseiller andro-adoJeunologue® s’engage, à mettre en œuvre, de façon optimale, l’ensemble, de ses compétences et, outils, d’intervention. Il s’engage, à obtenir, les meilleurs aboutissements possibles, pour chaque junior masculin concerné. Dans la mesure, de la pleine coopération, de ce dernier et, de sa stricte observance et, application, des travaux, enseignements, directives donnés. De même, les parents, généralement, demandeurs et, financeurs, du suivi, de leur enfant, s’engagent, à apporter, leur pleine collaboration. Ce, au processus andro-adoJeunologique, en cours. Incitant, le jeune, mineur, comme majeur, à être plein « acteur dynamique » et, non, « sujet passif », de son andro-adoJeunologie®. À persévérer, tant, que ses séances lui conviennent, lui sont utiles, nécessaires et, qu’il souhaite, les poursuivre. Les rendant, ainsi, les plus efficaces, pour la personne adoJuvénile coachée.

 

Ainsi, l’objectif de coaching / conseil de vie androJeunologique, sera-t-il atteint, de façon maximale. Faire passer, tout junior concerné, d’un état, de « Défaillance, Déficience, Défectuosité, à celui, de Rayonnement, Réactivité, Réussite ». Le plus souvent, un coaching / conseil s’achève, quand, le programme, de travail écrit, prédéfini, est terminé. En fonction, de chaque cas, chaque jeune homme et, de ses réalités, problématiques et, besoins spécifiques. Comme, de ses progrès effectifs, avérés, observés et, validés. En commun accord, du praticien, du préadulte et, de ses parents, un suivi peut finir, avant, son terme, si les progrès accomplis sont tels, qu’il n’est plus nécessaire, de poursuivre. À l’issue, d’un accompagnement, un bilan est établi, une évaluation générale effectuée, des perspectives fixées. Le jeune rédige un rapport, de fin, de session. Il comprend, sa problématique initiale, en quoi et, comment, elle a été dépassée, pourquoi, comment et, en quoi, le sujet adoJuvénile a évolué et, progressé. Assez, pour ne plus avoir besoin, d’aide et, « voler, désormais, de ses propres ailes ».

 

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® ne prend pas, en charge, les cas, de déviances et, délinquance, des juniors. Ils relèvent, des compétences, d’éducateurs spécialisés. Il ne concerne pas, davantage, les problématiques, des dépendances et, autres, addictions. Celles-ci sont du ressort, de la médecine somatique, psychiatrique, de l’approche psychothérapeutique, des sujets préadultes, comme, des praticiens addictologues spécialisés. Le protocole andro-adoJeunologique ne traite pas, davantage, directement, des purs échecs et, blocages scolaires. Ceux-ci sont l’affaire, des coachs et, répétiteurs scolaires, faisant, du « soutien pédagogique ». En revanche, de façon connexe et, complémentaire, ces jeunes hommes pourront être suivis, en coaching / conseil d’Andro-AdoJeunologie®. Pour des difficultés liées, de fond, comme, le manque, de confiance, en soi, le défaut, de motivation, le stress excessif. Non, pour la déviance, l’addiction, le pur échec scolaire, eux-mêmes, exclusivement, directement. Les pathologies et, souffrances psychiques juvéniles concernent, les seules psychothérapies.

 

Honoraires : Tarification, des Professions Intellectuelles Supérieures Libérales

(Nomenclature PCS 2003, Insee, Groupe III, Catégorie 31)

 

 

APPROCHE MÉTHODOLOGIQUE

DU COACHING DE VIE D’ANDRO-ADOJEUNOLOGIE®

 

 

L’Andro-AdoJeunologie® est une « psychoSocioScopie » spécifique, du junior mâle. Une « science de la jeunesse et, de l’éducation » pratique, une théorie « anthropo-philosophique », des adoJeunes masculins. Ces derniers s’y « nourrissent », d’évaluations précises, d’éclaircissements, d’enseignements pertinents, d’issues tangibles, à échéance raisonnable. « Être, avoir, faire, plus, bien, mieux, le meilleur et, plus vite ».

 

 

La pratique, du coaching / conseil de vie andro-adoJeunologique, est de triple approche protocolaire.

 

 

> Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® est cognitif, émotionnel, comportemental, incluant, le procédé, le plus récent, performant, « d’acceptation et, d’engagement ». Il est axé, sur les pensées, affects et, conduites, de chaque junior masculin suivi.

 

> Le coaching / conseil de vie d’Andro-AdoJeunologie® est humaniste car, centrée, sur la personne individualisée même, de tout jeune homme accompagné.

 

> Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® est, également, d’inspiration psychologique positive. Fondé, sur le principe absolu, de l’optimisme, la constructivité, la confiance, la productivité, de chaque androJunior coaché.

 

 

COGNITIVO-ÉMOTIVO-COMPORTEMENTALISME

DU COACHING DE VIE ANDRO-ADOJEUNOLOGIQUE

 

 

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® met, à profit, pour les jeunes hommes, l’Approche Cognitive, Émotionnelle et, Comportementale, Acec.

 

 

> L’Approche Cognitive, Émotionnelle, Comportementale, du coaching / conseil de vie andro-adoJeunologique, repose, sur de solides fondements, pour le junior mâle. Influer, positivement, sur les pensées, puis, émotions androJuvéniles, pour, bien mieux, réagir, agir et, proagir, muer, muter et, mûrir, drastiquement.

 

> Le procédé cognitif, émotionnel et, comportemental, du coaching / conseil de vie andro-adoJeunologique, développe des solutions sûres, pour le jeune homme suivi. Lesquelles, lui permettent, étant, plus serein, assuré, de surmonter ses inhibitions. Ainsi, mieux progresser, s’épanouir, réussir.

 

> Le cognitivisme réoriente, favorablement, les autosuggestions négatives, du junior masculin, en rééquilibrages bénéfiques. Par, une différenciation, entre la réalité et, l’interprétation erronée.

 

> L’émotivisme remplace, tous les affects et, les sentiments, les plus perturbateurs, pour le jeune garçon. Par des ressentis, plus supportables, moins douloureux et, plus profitables.

 

> Le comportementalisme « éradique », les habitudes, conduites, actes, les abstentions, omissions, paroles, mutismes androJuvéniles indésirables, inappropriés, néfastes. Il les remplace, par une « logistique » dynamique puissante, plus adaptée et, bénéfique, constructive et, productive. Ainsi, l’on passe, d’un marasme négatif, défaitiste, pessimiste, à une tonicité positive, combative et, optimiste. En faisant la distinction, entre l’objectivité et, la subjectivité, le conscient et, l’inconscient ou, le subconscient, les faits et, les préjugés, de tout jeune garçon / homme coaché…

 

> En outre, l’approche, « d’acceptation et, d’engagement », peut être utilisée, comme, utile variante complémentaire. En coaching / conseil de vie, de pratique cognitive, émotionnelle et, comportementale. Il s’agit, non plus, de combattre, ce qui semble néfaste, de façon, parfois, vaine, illusoire. Or, de se focaliser, plutôt, sur des priorités positives, constructives et, constitutives, de valeurs, d’idéaux, les plus ardents, chez le junior masculin.

 

 

Ainsi, cette vision permet, la « meilleure appréhension », des spécificités, de la psychologie, du développement androJuvénile. En réponses, aux besoins, de considération et, d’encouragements, de valorisation et, satisfaction, des attentes, des jeunes hommes, par, de plus justes perceptions, de l’ « essence andronéogénérationnelle », même. Le cerveau néocortical est celui, de la pensée cognitive. Le cerveau limbique est le siège, des émotions. Le cerveau reptilien commande, les comportements. De façon complète et, efficiente, le coaching / conseil de vie d’approche cognitive, émotionnelle, comportementale permet, alors, d’agir, sur les trois grands champs cérébraux humains, du junior.

 

Les mentalisations, les affects et, les conduites, du jeune. À l’âge andro-adoJuvénile, ces trois vecteurs, de la personnalité humaine, innée et, acquise, sont en pleins remaniements, évolution et, maturation. Le cerveau n’arrivant, à plein achèvement adulte, que vers, les vingt-cinq ans. D’où, la grande pertinence, efficacité, de l’approche cognitive, émotionnelle et, comportementale, pour les adoJuniors, de treize – vingt-quatre ans. Notamment, garçons. Y compris, en son protocole scientifique, le plus récent, « d’acceptation et, d’engagement ». Tout particulièrement, en matière, de déficit, d’estime, de confiance, d’affirmation, de soi. Principale spécialisation, du coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®.

 

 

Fondements, de l’Acec, pour le jeune homme, en coaching de vie

 

L’Acec, l’Approche Cognitive, Émotionnelle et, Comportementale, progresse, en France, depuis, le début, de la décennie 1970. Elle est mise au point, en Amérique, du Nord, depuis, une soixantaine d’années. Elle mêle, protocoles psychologiques, scientifiques et, cliniques. Elle repose, sur la notion, d’apprentissage et, de conditionnement. Sur la psychologie, des pensées, affects et, conduites. Ainsi, que sur les modes, de traitement psychique humain, des informations, de la communication. L’approche cognitive, émotionnelle et, comportementale émerge, en Amérique et, Europe, du Nord, au début, de la décennie 1960. Puis, elle se répand, dans tout le monde occidental. Au début, la pratique est, seulement, comportementale, puis, elle intègre, la dimension cognitive et, plus tard, la fonction émotionnelle. Ce qui est, des plus efficients, pour tout junior masculin suivi, en coaching / conseil de vie.

 

> Tout jeune homme, est fort sujet, à conditionnements et, apprentissages. Il arrive, que ces derniers, d’un point de vue cognitif, émotionnel et, comportemental, soient inappropriés, voire, nocifs. L’Acec a, alors, pour but, de les amender, pour qu’ils remplissent, leur bon office, plutôt, qu’un effet défavorable. C’est-à-dire, qu’ils deviennent ou, redeviennent constructifs, productifs et, bénéfiques, pour le junior, en coaching / conseil de vie. Il s’agit, donc, d’agir, sur les pensées, émotions et, comportements. Soit, sur les mécanismes cognitifs, intellectuels, mentaux et, du raisonnement. Ceux, des affects, sentiments et, perceptions psychiques ressentis. Ceux, des conduites, abstentions et, des expressions verbales ou, mutiques personnelles adoJuvéniles.

 

Le conditionnement induit, pour la jeunesse, des réactions, du système nerveux végétatif. Il s’agit, de lier, un stimulus neutre, à un stimulus inconditionnel, pour qu’une réponse induite afférente, se produise. Ultérieurement, le stimulus neutre provoquera, seul, la réaction liée. Les réponses émotionnelles adoJuvéniles, physiques, sont le fruit, des conditionnements. En vertu, desquels, un stimulus neutre est, invariablement, indissolublement, couplé, à certaines réactions spontanées, particulières. Consistant, en des schémas, de pensée, des ressentis émotionnels, des conduites spécifiques. Le jeune homme interagit, avec son milieu et, les effets, de son comportement, le conduisent, à le changer. Il réitère ou, supprime, certaines réactions. Les conduites sont stimulées, par leurs résultats. Une harmonie d’échanges, satisfaisante, entre le junior, en coaching / conseil de vie et, son environnement, requiert, trois grands types, d’évaluation, réactive et, interprétative.

 

L’occurrence, qui indique, au jeune, en coaching / conseil de vie, la nécessité, d’une action appropriée, de sa part. La conduite subséquente, qu’il adoptera, alors. Les effets, de consolidation, qui s’ensuivent, de façon décisive. L’ensemble, associé et, en étroite corrélation, avec la croyance, la volonté et, la motivation, du junior masculin, à agir. Les comportements sont liés, à leurs effets, ce qui fait appréhender, ce qui a provoqué, les agissements concernés. Une conduite, à résultats positifs, sera renouvelée, en renforcement favorable. En cas, d’effets négatifs, il y aura, évitement et, fuite, de tout, ce qui peut susciter, des ennuis et, réalités répulsives, en renforcement adoJuvénile négatif. S’il n’y a pas, d’effet favorable ou, défavorable ou, alors, effet neutre, à une conduite, celle-ci cessera, par inexistence, de renforcement et, donc, disparition progressive.

 

 

Solutions, de l’Acec, en coaching de vie de l’andro-adoJuvénilité

 

Le coaching / conseil de vie, d’Approche Cognitive, Émotionnelle et, Comportementale aide, le jeune homme, à affronter et, surmonter, ce qui l’inquiète, en fractionnant, tâches et, difficultés, pour ce faire. Ainsi, il pourra classer, de zéro, à cent, les différents stades successifs, de confrontation, à une réalité, occurrence ou, un événement, selon, la crainte adoJuvénile perçue, à chaque étape. Il y a, aussi, la « reconfiguration progressive », avec étayage favorable, des conduites. Laquelle, rejoignant, peu à peu, l’objectif souhaité, permet, de rester mobilisé, motivé, dynamique, actif, en foi, volonté. En effort, persévérance, détermination. Le junior suivi est aidé, encouragé, soutenu, par le praticien, par l’approbation, la bienveillance, la reconnaissance, de ce dernier.

 

> L’habituation est un apprentissage, de la jeunesse, en coaching / conseil de vie, par contact, prolongé et renouvelé, de stimuli. Il permet, la réduction émotionnelle, des réflexes automatiques inconditionnels, générés, par le cerveau. À l’inverse, le contact bref, avec des stimuli, éveillant, des pensées et, des émotions négatives, augmente l’impact, des réactions cognitives, émotionnelles et, comportementales, à venir. Il ne s’agit plus, d’habituation, mais, de sensibilisation, du jeune. Quarante-cinq minutes, d’exposition minimale, sont nécessaires, pour l’habituation. Les comportements, notamment, d’évitement, sont causés, par un conditionnement, du fait, de l’association, à une stimulation. Un conditionnement émotionnel se fait, dans la mémoire. Puis, le comportement, d’évitement, apaise la crainte et, dicte les conduites ultérieures. Ce qui perpétue, le syndrome adoJuvénile masculin, de peur.

 

Alors, le coaching / conseil de vie, d’Acec, limite l’anxiété, du junior et, conduit, à l’acte, de confrontation, en lieu et, place, des évitements antérieurs. Ces derniers augmentaient le stress. Désormais, il diminue, par habituation et, exposition, à ce qui troublait, auparavant. La charge émotionnelle négative, ayant été désamorcée, neutralisée, par désensibilisation adoJuvénile, des plus positives, aux affects perturbateurs passés. L’exposition, aux réalités inquiétantes, est progressive. Elle se produit, d’abord, de façon continue, réitérée, en imagination, visualisation mentale. Pour habituer, toutes les réactions physiques inappropriées et, supprimer les comportements, de fuite, d’évitement. Les compétences sociales, du jeune homme, peuvent être améliorées, par imitation, de modèles, donnés, en exemple bénéfique, à suivre. Avec jeux de rôles.

 

Le junior joue une scène, de situation sociale, relationnelle, il analyse, des modèles positifs, qui livrent, leur interprétation, des choses. Il se calque, sur le modèle, pour communiquer, sa propre vision. Le sentiment subjectif qu’il a, de ses capacités personnelles, est, aussi, capital. Il se sent désarmé et, incompétent, de façon conditionnée, devant, des occurrences et, réalités négatives, néfastes, répulsives. Ce qui génère, stress, anxiété, déprime, par négativité, pessimisme, défaitisme. Alors, le préadulte va apprendre, à se percevoir, comme, apte, à se comporter, d’une certaine façon, en pleine conviction, que sa conduite lui permettra, d’obtenir, des effets. Positifs, favorables, bénéfiques, pour lui. Positivement, instaurer, des espoirs et, convictions, de réussite et, d’aptitudes, est l’objectif salvateur. En apprentissage, de coaching / conseil de vie cognitif, émotionnel et, comportemental, du jeune homme.

 

Il s’agit, en coaching / conseil de vie, d’influer, favorablement, sur les schémas adoJuvéniles cognitifs, puis, émotionnels, pour infléchir, ensuite, positivement, les comportements. Un schéma cognitif est une configuration, fixée, par l’expérience, dans le système neuronal et, physiologique. Il est retenu, par la mémoire, du long terme, il appréhende, l’information, de façon automatique, réflexe, inconsciente. En lien interactif permanent, entre conscient et, inconscient, du jeune. Les mécanismes cognitifs automatiques sont inconscients, rapides, sans nécessité, de concentration et, fort stables, car, peu modifiables. Ce sont les schémas, à l’origine, des pensées automatiques. Les mécanismes cognitifs contrôlés sont conscients, lents, exigent, de la concentration et, sont modifiables, par le garçon junior.

 

Ce sont ceux, du raisonnement logique élaboré, ils permettent, à la jeunesse, la décentration, de soi, la relativisation, la distanciation. Le cognitivisme encourage, les mécanismes contrôlés, les plus favorables, aux dépens, des mécanismes automatiques-réflexes, des schémas dysfonctionnels. Tout processus, de suivi andro-adoJeunologique est une « adaptation », de l’approche cognitive, émotionnelle, comportementale, aux particularismes juvéniles masculins. Il y a, d’abord, une réflexion motivationnelle. Le jeune exprime, ce qu’il entend modifier. Les buts, du suivi, sont déterminés, avec lui. Un lien, de coaching / conseil de vie, interactif, coopératif, participatif, de qualité, harmonieux, est instauré, avec le junior. Il y a, une réflexion fonctionnelle, concernant, les difficultés.

 

Avec, les liens mutuels, de cause, à effet, entre les pensées, émotions, comportements, le contexte et, le milieu défavorables concernés, du jeune. Il y a, éclairages, concernant, les problématiques, en cause et, les processus, qui sont, alors, appliqués, pour résoudre les blocages. Comme, pour influer, très positivement et, efficacement, sur les modes adoJuvéniles, de pensées, d’émotions, de comportements néfastes, inappropriés, contre-productifs. Les aptitudes, à se suggestionner, positivement, s’en sortir et, se prendre en main, soi-même, sont renforcées et, activées. Les progrès, résultats et, réussites, issus, du coaching / conseil de vie et, des efforts, du garçon junior, sont analysés, jaugés, selon, les objectifs andro-adoJeunologiques initiaux. En fin, de processus. Le suivi achevé, il continue, de travailler, ses notes écrites, de séances, d’entraînements et, exercices. En cas, de difficulté, le préadulte peut échanger, à distance, avec son conseiller, autant, que de besoin, en approche complémentaire. Essentiellement, en l’année, suivant, la fin définitive, du coaching / conseil de vie androJeunologique entrepris.

 

 

Cognitivisme, du junior masculin, en coaching de vie

 

Les pensées, cognitions sont, ce que le jeune homme, en coaching / conseil de vie, pense, ce qu’il sait, connaît, apprend. Cela, concerne le domaine, du mental, du raisonnement et, de l’intellect. Le cerveau néocortical préfrontal, le plus récent et, évolué, est propre, à l’espèce humaine actuelle. Celle, de l’Homo Sapiens, qui existe, depuis, trois cent mille ans, selon, l’état actuel, de nos connaissances. Ce néocortex est le siège, de la pensée, de l’élaboration cognitive, la plus aboutie, complexe, du junior. Ses pensées, croyances, sont, parfois, fort erronées et, négatives, sur lui-même. Ce qui génère, des émotions, afférentes et, subséquentes, de même nature défavorable. Lesquelles, à leur tour, avec, les pensées, défaitistes et, pessimistes liées, mèneront, à des comportements adoJuvéniles similaires, comme concordants. Contre-productifs, non constructifs et, inappropriés.

 

> Il s’agit, donc, en coaching / conseil de vie, d’aider, le jeune homme, à restructurer, ses pensées, de façon plus positive, optimiste, confiante et, sereine. Ce qui le rend, plus épanoui, heureux et, paisible. Cela, consiste, à remplacer, les pensées inadéquates, inopportunes, par d’autres, plus opérationnelles, pragmatiques et, idoines, pour la jeunesse. Fort loin, de l’objectivité réaliste, les pensées sont, souvent, subjectives, distordues, peu sûres et, erronées. Concernant, soi-même, autrui, la vie, son destin. Interprétations et, appréhensions altérées et, faussées, de l’existence, mènent, à une conception adoJuvénile, fort « désespérée », de l’univers. Positivité et, neutralité sont, alors, rendues impossibles, au profit, de la seule négativité. Cette réalité, peu propice, à l’équilibre existentiel, prévaut, surtout, chez les juniors déprimés, manquant, de confiance, en eux, stressés, démotivés ou, pessimistes.

 

Le remaniement cognitif repose, en coaching / conseil de vie, sur la façon mentale, de traiter l’information. En vertu, de laquelle, en toute occurrence, le jeune masculin l’évalue, de façon individuelle et, réagit, à la mesure, de ses propres ressentis. L’objectif est d’isoler, les pensées automatiques négatives. Puis, les distorsions cognitives. La pensée dichotomique : opinion adoJuvénile extrémiste, manichéenne : « noir ou, blanc, tout ou, rien, bon ou, mauvais ». La surgénéralisation : élaboration, de normes fort rigides, standardisées, régissant, alors, automatiquement, toute conduite. Émission, de conclusion générale, à partir, d’un seul fait particulier. L’abstraction sélective : choix arbitraire, non fondé, par le junior, d’un point mineur, non représentatif, décontextualisé. En isolant, une information, pour en tirer, des conclusions fausses. La minoration, du positif : négativation, dévalorisation excessives, du positif ou, neutre.

 

La majoration, par la jeunesse, du négatif : positivation, valorisation abusives, du négatif. La personnalisation : responsabilisation irréaliste, déraisonnable, à l’égard, d’autrui. Fait, de « rapporter », trop systématiquement, toutes les choses, à soi, s’attribuant, toujours, le négatif, jamais, le positif. Réservant, d’office, arbitrairement, ce dernier, à autrui. L’inférence arbitraire : opérer, des conclusions juvéniles hâtives, abusives et, fausses, sans nulles preuves. Le jeune homme sera invité, en coaching / conseil de vie, à trouver, les schémas cognitifs, qui suscitent, ses pensées dysfonctionnelles, gouvernant, de façon dommageable, ses façons d’être. Il apprendra, à évoluer favorablement, en devenant capable, de remanier, ses certitudes, corriger, ses croyances irréalistes. Ainsi, le junior sera, en mesure, de mieux vivre, réussir, progresser, raisonnant, de façon plus créative, fructueuse, bénéfique, en bâtisseur. Non plus, de manière destructrice, stérile, dommageable.

 

Les façons adoJuvéniles, de penser, sont multiples. Ainsi, la pensée conceptuelle permet, de relier, entre elles, des élaborations mentales, théoriques et, abstraites. Comme, de comprendre, le sens et, la cause, de ces interactions. Ce qui autorise, l’obtention, d’une vision globale. La pensée intuitive relève, de l’intime conviction, du junior, l’intuition profondes, par analyse et, déduction cérébrales rapides, inconscientes. Selon, certains auteurs, le mode, de pensée, peut être synthétique, idéaliste, pragmatique, analytique ou, réaliste. La pensée synthétique sert, à appréhender, les oppositions, notamment, intellectuelles, de façon hypothético-déductive. En inventivité originale, cela, implique, pour le jeune masculin, en coaching / conseil de vie, une conception holistique, des choses, des gens, réalités, événements, situations. La pensée idéaliste consiste, à avoir, une conception globale et, non parcellaire, de tout et, tous.

 

Cela, consiste, pour la personne adoJuvénile, à privilégier, les personnes et, les relations humaines, aux faits et, aux choses matérielles, ainsi, que l’avenir, plutôt, que le présent ou, le passé. La pensée pragmatique se focalise, prioritairement, sur ce qui est, le plus performant et, efficace. Cela, mène, à cogiter, anticiper, prendre en compte, toutes les implications concernées, de façon rapide et, optimale. En inventivité et, adaptation, du jeune, aux mutations. Si besoin, il n’y a, nulle planification, mais, improvisation adéquate, afin, de faire face, au mieux, aux réalités et, impératifs, de l’existence. La pensée analytique appréhende, les difficultés, non, de façon générale, globale, intégrale, mais, point par point, spécifique, particulier. De façon successive, détaillée et, parcellaire, rigoureuse, exacte, méthodique, structurée et, précise. Donc, efficace, pour le garçon junior, en coaching / conseil de vie.

 

La pensée réaliste androJuvénile se veut volontariste, active et, ingénieuse, voire, « industrieuse ». Elle ne tient compte, que des réalités, les plus concrètes et, prosaïques. Son obsession première, est de relever les défis, combattre et, vaincre, l’adversité, dépasser, tous les blocages, marasmes. Résoudre, toute disruption, même, la plus dysfonctionnelle, est sa faculté majeure, d’excellence, pour le junior, en coaching / conseil de vie. En appréhendant, de façon maximale, les insuffisances, impossibilités et, imperfections, les plus indépassables, en cause. Ce type, de pensée, est, en partie, le plus universel, chez les humains. La « pensée divergente » convient, bien mieux, que la « pensée convergente ». La pensée convergente ne permet, au jeune, que deux alternatives envisageables. De façon dichotomique, « en noir et, blanc, bon ou, mauvais, bien ou, mal ».

 

La pensée adoJuvénile divergente est plus ouverte et, autorise plus, de possibilités, d’analyse. De façon, non pas, exclusive et, unique, mais, multiple et, cumulative. Ainsi, une seule et, même réalité, pourra être jugée, tout à la fois, belle et, laide, faible et, forte, importante et, mineure. La plupart, des situations, ne sont pas binaires, mais, multipolaires, plurifactorielles et, multiformes. Elles impliquent, pour le junior, plusieurs données, qualités, réalités différentes, divergentes et, simultanées. La pensée divergente est, donc, plus réaliste, adaptée, appropriée, pour bien comprendre, appréhender et, analyser, la plupart, des situations. Pour une pensée avisée, acérée, riche, un état d’esprit critique s’impose. Cela, signifie, pour le jeune masculin, en coaching / conseil de vie, d’examiner, sans parti pris, préjugé, subjectivité, toute réalité, sur le fondement, de critères objectifs, irréfutables, irréfragables et, indubitables. Lesquels, sont issus, d’origines diverses.

 

Cela, permet, d’avoir, un jugement sûr, en fonction, des informations connues et, de son intime conviction. Le jeune homme, en coaching / conseil de vie, se fera, toujours, sa propre opinion, par lui-même, sans, tenir compte, d’avis extérieurs, à lui-même. Se défiant, tout autant, de ses propres a priori. Il cultivera, toujours, ses propres conceptions et, adhésions, même minoritaires, subversives et, dépréciées, par autrui et, la majorité. Le junior intériorisera, les « universaux cognitifs ». Il validera, chacune, de ses croyances, à l’aune, des réalités objectives, les plus tangibles et, indiscutables. Pour une pensée fondée, constructive, riche, affûtée. Laquelle, dépend, de son milieu socioculturel, son éducation. Il s’agit, pour la personne juvénile, d’appréhender, des opinions multiples et, variées, de différentes origines, natures.

 

Même, les idées, les plus séduisantes et, solides, en apparence, peuvent être fausses et, nocives, pour le junior. Il convient, donc, de faire preuve, de perspicacité, clairvoyance, discernement. En fonction, de ce qui est, non, des illusions, faux-semblants, supputations, conjectures, pseudo-croyances. Selon, de multiples sources différentes, complémentaires et, contradictoires, non, une seule, unique, « mono-colore ». Ouverture et, curiosité d’esprit adoJuvéniles sont, aussi, indispensables, pour aiguiser la pensée, l’esprit. En perpétuels questionnement universel et, réponses, afférentes et subséquentes, les plus appropriées. Cela, passe, par un dialogue permanent, avec soi-même, autrui et, l’Univers, un intérêt majeur, du jeune homme, en coaching / conseil de vie, pour « tous et, tout ».

 

Tout moyen, pour le junior, en coaching / conseil de vie, d’apprendre, de s’enrichir, découvrir, de connaître, savoir, comprendre, d’élargir, sa perception, du monde et, des humains, est à saisir. Seul et, meilleur vecteur, de progression, sagesse, dépassement, de soi, en humanisme, humilité, passion. En ouverture, sur les choses intellectuelles, morales et, spirituelles, culturelles, humaines, les plus diverses et, variées. En quête, de Vérité, sa vérité, de jeune, même, si elle ne peut, qu’être relative, subjective et, imparfaite ou, mouvante. L’essentiel, est de, toujours, « aller, au fond, au bout, des choses ». Pour avoir, un mode, de penser et, analytique plus affiné, pertinent et, percutant, en matière théorique, comme pratique. En mentalisation androJuvénile, hypothétique, déductive, plus féconde, rigoureuse, en dialectique sûre, solide.

 

Discussion, raisonnement, questionnement, interprétation logiques, irréfragables, argumentés, du junior. De façon claire, précise et, complète. En fonction, des réalités incontournables, en réalisme, pragmatisme, tolérance et, ouverture d’esprit. En appréhension, de tous les aspects, sans exception, d’une donnée, qu’elle corresponde, pleinement, à la conviction, du jeune masculin ou, en diverge, totalement. Toute solution inventive, judicieuse, ingénieuse, est à envisager. Pour développer, sa pensée, en phase, de « flux mental et, de remue-méninges » productifs, constructifs et, fructueux. De façon inédite, novatrice, « hors sentiers battus et, en valeur ajoutée », décisivement. Cela, permet, à la personne adoJuvénile, en coaching / conseil de vie, de bien cogiter et, raisonner, en toute occurrence, de la plus aisée, à la plus complexe, ardue et, difficile.

 

Les temps, de rêveries, de flottement mental et, d’état modifié, de conscience, sont, particulièrement, propices, au jeune, pour s’évader, psychiquement. Ainsi, porter, sa pensée, en un état supérieur, de grande performance, cognitive et, intellectuelle. Les moments, d’endormissement et, de sommeil favorisent, aussi, les « fulgurances, de la pensée ». Il s’agit, alors, en coaching / conseil de vie, de se focaliser, mentalement, sur les infinies possibilités, gratifications, latitudes, que la vie offre, à tout garçon junior, en pleine ouverture d’esprit. Non, sur les limitations, obstacles et, blocages, réels ou, supposés, en fermeture mentale. Pour « nourrir son esprit », rien, ne vaut, de solides information, documentation, sources, de savoirs. Sachant, faire la différence, entre la connaissance juvénile sûre et, celle, qui est fallacieuse.

 

Sous tous supports : écrits, audiovisuels, informatiques, Internet, archives, presse… Sous forme, aussi, de cours, formations, stages, séminaires, conférences, colloques savants, expositions, musées… En esprit critique, ouvert, étayé, par l’observation, des réalités, faits objectifs, avérés. Le jeune homme, en coaching / conseil de vie, aura, toujours, à cœur, de perfectionner, parfaire, d’améliorer, ses aptitudes, compétences cognitives. Une façon, de penser, peut, positivement, favorablement, « muter », par l’entremise, du langage adoJuvénile. Comme, nous l’enseigne, la sémiotique ou, sémiologie, étude, des signes. Les mots, tous moyens, de communication, le verbe, l’expression, le discours, oral et, écrit, les images, fixes ou, animées, les langues, nationales et, étrangères… Tous mode, d’information, utilisés, par le junior.

 

Tous ces vecteurs, de communication et, d’échanges, du jeune, entre les humains, sont autant, d’ouvertures enrichissantes, sur les êtres, les cultures, civilisations. D’ici et, d’ailleurs, d’hier et, d’aujourd’hui. De façon individuelle et, collective. Ce qui développe, considérablement, les facultés mentales, cognitives et, intellectuelles, les modes de pensée, les plus sophistiqués, savants et, profonds. En foi, volonté, motivation neuronales androJuvéniles, maximales, pour cogiter, raisonner, réfléchir, mentaliser, de façon optimale. L’aspiration, au savoir, à la connaissance, est capitale, pour densifier, approfondir, la pensée. « En tout et, pour tout », toute son existence, durant. Apprendre, permet, de penser et, penser, aide, à apprendre, en riches interactions mutuelles, permanentes, du junior, en coaching / conseil de vie.

 

En complémentaires cognitions, de différents types. Le jeune homme se forgera, son propre mode, de pensée, en pleine souveraineté mentale, intellectuelle, cognitive. Se référant, prioritairement, à ses raisonnements propres, non, à ceux, d’autrui, aussi savants et, fort incontestés ou, incontestables, soient-ils. Le junior, en coaching / conseil de vie, vérifiera, recoupera, toute information, toute donnée, selon, un maximum, de diverses sources autonomes, sûres, reconnues, convergentes et, unanimes. En doute permanent, sans jamais, « rien croire ni, prendre, pour argent comptant », avant, investigations et, mûre réflexion. « Mieux penser » est, aussi, autorisé, par la sortie, des routines et, « automatismes cognitifs ». En mutation paradigmatique et, nouvelle conception universelle adoJuvéniles.

 

Le jeune homme peut s’entraîner, en coaching / conseil de vie, à optimiser, son système cérébral, pour développer, ses compétences mentales, intellectuelles, cognitives. Réfléchir, penser, raisonner et, cogiter, permet, de, sans cesse, perfectionner, ses capacités neuronales, en véritable « gymnastique synaptique ». Faisant autant appel, « aux chiffres, qu’aux lettres ». Calcul mental, mémorisations, de textes et, réflexion complexe savante, sont d’excellents moyens, pour renforcer, sa pensée. L’état, de conscience, y contribue, aussi, des plus fortement. Ainsi, le junior peut-il se concentrer, sur ses cinq sens, en pleine perception auditive, olfactive, visuelle, gustative et, tactile, en marchant. Cette dernière favorise, aussi, la réflexion mentale, en fructueuse interaction, entre le corps physique et, l’esprit psychomental. La méditation quotidienne, d’au moins, vingt minutes, aiguise l’esprit, détend le cerveau, élève l’âme et, élargit les horizons. En respiration profonde abdominale. Laissant flotter, sa réflexion, autour, de points d’ancrages, vecteurs, de sérénité, de paix et, de détachement, moral et, spirituel. En équanimité, ataraxie, eudémonisme adoJuvéniles.

 

 

Émotivisme, en coaching de vie, du jeune homme

 

Les émotions, affects, sentiments, sont, ce que le jeune homme ressent, éprouve et, perçoit. Cela, a trait, au domaine psychoaffectif, des passions, liens, attachements, réactions primaires. Le cerveau limbique en est le siège. Les émotions prégnantes, marquantes et, fortes, sont perçues, de façon « viscérale », intense, sans distanciation ni, relativisation. Cela, influe, sur les états anxieux, de stress et, nervosité. Méditation, relaxation, exposition, habituation, aux réalités et, souvenirs émotionnels, peuvent aider, à réguler, les affects éprouvés. En suppression, des habitudes nocives et, aggravantes, d’évitement.

 

> Cultivant, des pensées saines, équilibrées, d’avancées, la personne adoJuvénile, en coaching / conseil de vie, peut susciter, entretenir, des émotions correspondantes, plus épanouissantes. Les émotions négatives seront remplacées, par des affects, moins douloureux ou, plus neutres, puis, positifs. Si cela, n’est pas possible, il s’agira, tout au moins, d’accepter, ses émotions difficiles, pour mieux, les comprendre, intégrer et, dépasser. Alors, même, si elles demeurent, elles seront mieux vécues, car, dépassionnées, comme, neutralisées. Elles pourront, donc, moins nuire, au junior, privées, de leurs ferments, les plus toxiques.

 

Toute émotion, peut être appréhendée, positivement, par le jeune homme, en coaching / conseil de vie, dès, qu’elle se manifeste. Il convient, alors, de prendre conscience, de celle-ci et, de se focaliser, sur elle. L’émotion positive prégnante, n’est pas dommageable. Or, celle, négative invasive, peut être, des plus néfastes et, ravageuses. Il convient, alors, de se recentrer, sur ses cinq sens physiologiques adoJuvéniles. Cela, permet, de se relier, au présent, le plus immédiat, de s’apaiser et, de limiter, stress, anxiété et, irritation. Il s’agit, donc, de se mettre, à l’écoute, de son organisme physique, pour retrouver, toute sa sérénité. Pleinement, « habiter, son présent », régule, les mécanismes émotionnels cérébraux, négatifs, du junior.

 

Le cerveau réagit, aux stimuli émotionnels. En se reliant, à ses impressions sensorielles immédiates, le jeune masculin peut bloquer, ses manifestations cérébrales défavorables. Être sensible, à ses affects, émotions, sentiments, permet, de mieux, les réguler et, de mieux appréhender, les choses, gens, événements et, situations. En se focalisant, sur son vécu présent, cognitif, émotionnel, comportemental, le junior, en coaching / conseil de vie, permet, à son cerveau, de se remanier, positivement. Pour s’épanouir, mieux être. En cas, de forte émotion négative, il s’agit, de réduire la pression, en respirant, de façon profonde abdominale. Ce qui détend, apaise et, relaxe. Avoir, un visage, une expression faciale avenants, souriants, relâchés, plutôt, que tendus, permet, aussi, à la personne juvénile, de réduire, stress, affects pénibles.

 

La visualisation mentale positive, optimiste, rassurante, peut mener, la jeunesse, en coaching / conseil de vie, à calmer, ses troubles et, tourments émotionnels. Les cinq sens seront sollicités, en ressentis agréables, respiration calme, lente, régulière et, détente musculaire. Le jeune homme se verra, en situation paisible, de plénitude et, imaginera ses tensions s’évanouir, sous ses yeux. Il s’agit, aussi, de réguler, son stress, de façon optimale, car ce dernier, est le pire ennemi, de la stabilité et, l’équilibre émotionnels. La respiration adoJuvénile profonde aide, à se calmer. Pour permettre, un éloignement émotionnel, des sources, de perturbation, une mise à distance physique, peut s’imposer, en quittant, les lieux concernés. Attendre, dix secondes, en comptant, jusqu’à dix, peut, aussi, relaxer, le junior, en temporisant.

 

Lutter, contre, ses distorsions cognitives, est, aussi, un « baume émotionnel », car elles favorisent, les affects perturbateurs. Ces distorsions androJuvéniles peuvent être, la pensée dichotomique ou, binaire, n’envisageant, que deux extrêmes négatifs, la dramatisation ou, la généralisation. La dramatisation consiste, pour le jeune, à exagérer, sur le mode négatif, pessimiste, défaitiste, défavorable, des faits, réalités donnés. Ce qui perturbe fort, d’un point de vue émotionnel. Pour être plus positif, il s’agit, d’envisager, le meilleur, plutôt, que le pire ou, du moins, d’avoir, une vision neutre, tant, que les faits réels, ne sont pas avérés. Même, en ce cas, il est, toujours, possible, souhaitable, pour le junior, en coaching / conseil de vie, de relativiser, se distancier, décentrer, du problème, en lui donnant, le moins, d’importance possible.

 

Mettant l’accent, sur la meilleure solution adoJuvénile, plutôt, que sur la difficulté et, en se concentrant, sur des choses, plus favorables. Il est même, possible, de voir, les « bons aspects », de chaque situation, même, pour les plus difficiles. N’oublions, jamais, que les réalités comptent, toujours, moins, que l’interprétation et, la vision, que le jeune homme, en a. D’où, l’importance, de « positiver, relativiser », toute chose, même, « les pires » ! Une analyse, froide, objective, aide, aussi, à s’apaiser, pacifier, déminer les occurrences, les plus complexes, noires, en raisonnant, pour se rassurer. Le junior, en coaching / conseil de vie, se défiera, aussi, de la généralisation. Soit, plaquer, des généralités, sur des cas spécifiques. Ce qui fausse, de façon fort pernicieuse, le jugement, en particulier, de façon autodévalorisante.

 

Seuls, les faits, tangibles et, avérés, font foi, autorité et, preuve. La pensée dichotomique, « noir ou, blanc, tout ou, rien, bon ou, mauvais, bien ou, mal », est toxique et, à bannir. Il s’agit, donc, pour le jeune masculin, en coaching / conseil de vie, d’être plus nuancé, de relativiser. Ce qui permet, d’être plus constructif et, positif, ainsi, que mesuré et, indulgent, avec, soi-même, évitant, tout perfectionnisme, impératif excessif. Une bonne santé émotionnelle adoJuvénile consiste, aussi, à se connaître, s’apprécier, être en paix, bonne intelligence, avec, soi-même. Il s’agit, de reconnaître et, tolérer, ses failles, fragilités et, insuffisances. Ce qui ne dissuade, nullement, de se battre, pour s’améliorer et, progresser. Cela, est compatible, avec, la force émotionnelle. La vulnérabilité permet, au junior, d’apprendre, de tirer, des enseignements, de « se bonifier », pleinement.

 

Le perfectionnisme adoJuvénile illusoire est contre-productif et, nocif. L’excellence, le succès, l’effort, la ténacité, la détermination, suffisent, s’accommodent, fort bien, des limites, inhérentes, au genre humain. La force émotionnelle exige, de bien connaître, comprendre, assumer, affirmer, ses convictions, engagements, valeurs et, idéaux. Si les adhésions personnelles, du junior, sont trop extrémistes, absolutistes, rigides, car, dichotomiques, binaires, elles l’affaiblissent fort, d’un point de vue émotionnel. Du fait, d’une logique « jusqu’au-boutiste », de tension. Ce qui ne lui permet, alors, pas, de réaliser, ses desseins. Seuls, des attachements réalistes, mesurés, raisonnables, permettent, un système émotionnel tempéré, solide. De façon mature, autonome et, responsable. Le jeune homme, en coaching / conseil de vie, veillera, à ne pas s’impartir, des impératifs, exigences, obligations, de façon excessive, fréquente et, pressante.

 

Distorsion cognitive, d’excès, de croyance fausse, consistant, à se contraindre, de façon abusive, sans fondements. Cela, ne mène pas, la personne adoJuvénile, à se dépasser, mais, à se décourager, démobiliser, par excès, d’exigences, à l’égard, de soi. Ce qui génère, honte, culpabilité, dégoût, de soi. Cela, mène, à l’enlisement, la paralysie, l’immobilisme, la passivité. Non, à l’action, au changement, à l’atteinte, de ses objectifs. Toute obligation autofixée, a, à être jaugée, justifiée, à l’aune, de bonnes raisons objectives, liées, au vrai intérêt, du jeune masculin, en coaching / conseil de vie. Non, à des causes externes erronées, motivées, par de mauvais principes. Seule, la conscience, du junior, doit le guider, non, des diktats ou, oukases, de nature sociétale ou, collective. L’équilibre émotionnel consiste, à se conformer, à ses propres idéaux, intérêts et, volonté, jamais, aux pressions, d’autrui.

 

Le jeune homme, en coaching / conseil de vie, aura, de la compassion, de l’empathie et, de la congruence, à l’égard, de lui-même. La faiblesse émotionnelle vient, de la peur ou, de la conviction, non fondées, d’être « indigne, déchu et, insuffisant ». Ce qui génère, autodévalorisation, alors, stress, anxiété, déprime. L’essentiel est, donc, pour le junior, de s’apprécier et, s’accepter, vivre, en paix et, bonne intelligence, avec lui-même. En bonne estime, confiance et, affirmation, de soi. Foi, en sa valeur personnelle, en ses aptitudes et, compétences, capacité, à tenir, son plein rang, en société. Cela, renforce, le système émotionnel, pour soi-même et, à l’égard, d’autrui. En bonté, abnégation, bienveillance, compréhension, disponibilité adoJuvéniles, à l’égard, de soi, comme, d’autrui.

 

Sans autocomplaisance, pour autant, le garçon junior, en coaching / conseil de vie, a, à être, « le meilleur ami, de lui-même ». Sans, passer son temps, à s’autodénigrer, autodévaluer, en permanence, « en tout et, pour tout ». Il n’est pas, un « automate, infaillible et, parfait ». Le jeune est un humain, faillible, perfectible, en tant, que tel, en construction et, cheminement, à vie. Redisons-le, le perfectionnisme est, donc, une illusoire prétention, erronée et, toxique, qui fait échouer et, rend malheureux. La perfection étant, hors de portée, des humains et, le pire obstacle, à la réussite et, à la plénitude. L’épanouissement émotionnel adoJuvénile exige, alors, de l’indulgence, à son égard, comme, à celui, des autres. Tout en étant exigeant, à l’égard, de soi.

 

La bonne santé émotionnelle, du junior masculin, en coaching / conseil de vie, passe, par un bon lien, à autrui, en assurance et, confiance. Non, par la mise à l’écart volontaire, de soi-même, loin, de tout et, tous, en doute, défiance, à l’égard, de soi-même, d’autrui, du monde. En admettant, qu’il est plus semblable, à ses congénères humains, que de nature différente, le jeune appréhende, plus sereinement, ses émotions. Même, les plus dures. Car il comprend, que chacun, peut les éprouver et, non, seulement, particulièrement, lui-même. Que cela, implique, signifie, qu’il est humain, « limité », en tant, que tel. Que ses erreurs, échecs, souffrances, ne sont, alors, pas signes, de démérite, d’indignité, d’infamie. Or, simples étapes provisoires, de ses limitations humaines adoJuvéniles.

 

Annonciatrices, de progrès et, d’avancées ultérieurs, non, de déchéance finale. Il convient, donc, pour le jeune, en coaching / conseil de vie, de relativiser, se distancier, se décentrer, notamment, de soi-même, de positiver, pour pacifier et, stabiliser, ses émotions. De façon optimiste, constructive et, productive, alors, plus bénéfique, fructueuse. D’un point de vue cognitif, émotionnel, comportemental. La pratique, de la pleine conscience, peut être utile, au junior, pour identifier, comprendre, intérioriser et, accepter, ses affects. Sans, les évaluer et, comme, ils sont perçus. Ainsi, toute pensée, toute émotion négatives, seront relativisées. La méditation androJuvénile, de pleine conscience, permet, d’accepter, de vivre, totalement, le moment présent, pour limiter, son stress. Comme, de, « pleinement, habiter, sa personnalité ».

 

L’essentiel, est de donner libre cours, au « meilleur, de soi », grâce, à la visualisation mentale positive, de tous ses atouts, vertus et, qualités humains. Cela, donne, à la personne adoJuvénile, en coaching / conseil de vie, des émotions favorables, de plénitude. Il s’agit, de s’imaginer, comme, ayant réalisé, ses buts, projets, desseins. Ayant, au préalable, défini, les moyens idoines afférents, pour être, en mesure, d’en être capable. Cela, conduit, le jeune homme, à se projeter, vers l’avenir et, à savoir, qui et, ce qu’il veut être, pour y parvenir. Il s’imaginera, comme, le meilleur, de ce qu’il souhaite et, compte devenir. De façon précise, détaillée et, réaliste. Toutes les données, de cette visualisation mentale, seront exposées, développées par écrit. Le junior entreverra, aussi, tous ses atouts et, points forts actuels, acquis, comme, ceux, restant, encore, à acquérir, pour progresser, s’accomplir et, parvenir.

 

Ainsi, que tous les moyens nécessaires, liés, pour cela. Sans, autocomplaisance ni, autodénigrement. Le préadulte, en coaching / conseil de vie, ne peut ni, ne doit, influer, sur les pensées, émotions et, comportements, des autres, mais, il le peut, concernant, les siens propres. De même, il sera, toujours, indifférent et, hermétique, aux prétentions, des autres, à son égard. Il est souverain, ne doit laisser, à personne, de pouvoir, sur lui-même. Le jeune homme croit, souvent, que certains comportements, des autres, sont dirigés, contre lui, alors, qu’il n’en est rien. La personnalisation est une distorsion cognitive. Cela, consiste, à interpréter, une réalité extérieure, comme, étant, directement, orientée, de façon fort négative, contre soi. De façon subjective, erronée, à tort. Le junior peut, aussi, se sentir responsable, de certaines choses, de façon non fondée, ce qui est, à éviter. Il convient, de relativiser, positiver, se distancier, des réalités extérieures : gens, choses, situations, événements.

 

Une bonne « émotionnalité » adoJuvénile se cultive, s’entretient. Estime, confiance et, affirmation, de soi, en sont une, des conditions majeures. Cela, permet, de se renforcer, en pensées, affects et, conduites, pour s’accepter, en pleine tolérance, à l’égard, de soi-même. Cela, peut passer, par des formulations orales, positives et, bienveillantes, pour soi, à répéter, régulièrement, à voix haute. L’assurance, du jeune masculin, en coaching / conseil de vie, est, aussi, majeure, pour lui, son équilibre émotionnel. Il a, donc, à se considérer, de façon favorable, comme humainvalable et capable, apte, à dépasser, toutes ses difficultés. Sa valeur est irrévocable, inconditionnelle, elle n’est liée, qu’à sa personne même, ce qu’il est, jamais, à ce qu’il fait, a ou, paraît. Même si, ses résultats, sont insuffisants, le junior reste valeureux, car, sa qualité n’est, jamais, liée, à ses réussites ou, échecs.

 

Les aléas, insuccès, ne sont pas, des indignités ou, calamités. Or, des occasions positives, d’apprendre, de comprendre, d’en tirer, tous enseignements utiles, de progresser, se corriger, s’améliorer, se renforcer. Le junior, en coaching / conseil de vie, se focalisera, sur ses qualités avérées, sans, les minorer, non, sur ses défauts, réels ou, supposés. Il développera ses compétences, anciennes, comme nouvelles. La personne adoJuvénile s’encouragera, se motivera, se congratulera et, se gratifiera, pour ses acquisitions et, progrès. Sans, jamais, se comparer, aux autres, car, elle est unique, que seuls, ses acquis personnels comptent. Non, ceux, des autres, car, les siens sont incomparables, ne sont propres, qu’à elle-même. Que le jeune homme veille, à soigner, sa santé physique, psychique, morale, sociale, car, elle conditionne, son équilibre cognitif, émotionnel, comportemental.

 

Alors, le stress, du junior, en coaching / conseil de vie, diminue et, la plénitude grandit. Ainsi, l’activité physique et, sportive équilibre, par la sécrétion, d’endorphines, hormones, de bien-être. La vaillance émotionnelle peut être renforcée, en se recentrant, toujours, par principe, sur ses émotions, les plus positives. Avec, bienveillance et, reconnaissance, pour soi et, autrui. Cela, consolide le jeune masculin, face, aux épreuves, les fait interpréter, positivement, comme vecteurs, aidant, à se dépasser et, grandir. Non, pour s’accabler. En indulgence, pour soi et, autrui. En gratitude, toute positivité sera, pleinement, appréciée et, la négativité minorée. Redisons, que l’empathie, la compassion, la congruence adoJuvéniles, sont décisives, pour l’équilibre émotionnel et, de lien, entre les humains.

 

La méditation compassionnelle peut, y contribuer. Le jeune homme, en coaching / conseil de vie, a intérêt, à accepter, apprécier, l’inconnu, l’imprévu, l’incertain, sortir, de sa « zone habituelle, familière et, rassurante, de sécurité et, confort ». Ce qui permet, un meilleur apaisement émotionnel, moins, de peur, d’anxiété, de stress. Plus, de foi positive assurée, en l’avenir, moins, d’autopersuasion négative, du pire potentiel, à venir. Il s’agit, pour la personne adoJuvénile, de prendre conscience, de ses peurs, doutes, incertitudes, anxiétés, des plus limités, aux plus importants. La meilleure façon, de ne plus craindre et, même, d’apprécier, l’inconnu, est de sortir, de ses routines quotidiennes, changer, ses habitudes. Pour oser, de nouvelles pratiques inédites et, s’y accoutumer, favorablement et, positivement. Le junior notera, ses réactions et, les adaptera, au mieux, aux nouvelles configurations, de sa vie.

 

Le jeune masculin, en coaching / conseil de vie, se défiera, des ressassements, de pensées, d’émotions et, de comportements négatifs. Lesquels, ne font, qu’enfermer, encore, un peu plus, dans les difficultés, au lieu, de s’en libérer. Mettre l’accent, sur les problèmes, plutôt, que sur leurs solutions. Ce qui détruit, au lieu, de construire. Sans perfectionnisme ni, défaitisme. Pensées, affects et, conduites négatifs, seront annihilés, par le préadulte, par leurs équivalents positifs, constructifs, féconds. Privilégiant, le bon aspect, de toute chose, personne, situation, occurrence, non, les moins favorables. Toute difficulté, sera oubliée, pour ne se concentrer, que sur la meilleure solution idoine, apte, à la résoudre. Une bonne communication, avec autrui, s’impose, au junior, pour de bonnes dispositions, émotionnelles et, relationnelles.

 

En bonne estime, confiance, affirmation, de soi, androJuvéniles. En totale assertivité : autant, tenir compte, des intérêts, droits, ressentis, des autres, que des siens propres. En respect, tolérance et, compréhension réciproques. Sans, se préoccuper, de son image ni, de ce que les autres pensent ou, non, de soi. Sans blâmer, stigmatiser, autrui ni, soi-même, il convient, juste, pour le jeune, en coaching / conseil de vie, de communiquer, ses affects, tout en intégrant, ceux, des autres. En respect, compréhension et, ouverture d’esprit. Changer, positivement, ses façons, de penser et, d’agir, permet, de se renforcer, d’un point de vue émotionnel. Un renforcement émotionnel autorise, le junior, de dépasser, ses difficultés, avec l’appui, d’un mode cognitif favorable et, processus comportemental approprié.

 

Toutes les émotions adoJuvéniles, sont à prendre en compte, des plus positives, aux plus négatives, sans, les minorer ni, les exagérer. Le « déni émotionnel » aggrave fort, les difficultés et, ne les annihile pas. L’acceptation, de toutes ses émotions, permet, d’être, en meilleure santé, physique, psychique, morale et, sociale. Il s’agit, de bien appréhender, les émotions négatives, générées, par des réalités pénibles ou, traumatiques. Le jeune homme, en coaching / conseil de vie, connaîtra, alors, quatre stades émotionnels successifs, de résilience. La sidération, des affects, qui consiste, à être, « sous le choc », juste, après, la survenue, de l’événement « difficile ». La récupération émotionnelle, qui implique, un certain recouvrement, de ses facultés d’affects, le trauma premier, étant « amorti ». La reconstruction, des sentiments, est une « reconquête, psychique et, émotionnelle, de soi-même », par le junior, une fois, « retrouvés, tous ses esprits ». Le retour, à la normale, des ressentis, consiste, à appréhender, pleinement, ses affects, consolidés et, assumés.

 

Une certaine « guérison émotionnelle », du jeune, en coaching / conseil de vie, étant, désormais, possible et, acquise. Un bon « équilibre émotionnel », est à trouver, en identifiant, acceptant, comprenant, communiquant, ses affects. Ce qui permet, de bien, les vivre, mieux, s’épanouir. La pleine conscience émotionnelle, du temps présent, déjà, évoquée, peut y contribuer. L’expression culturelle, intellectuelle et, artistique personnelle, de la jeunesse, peut, aussi, contribuer, à une pleine manifestation et, libération émotionnelle. Tout comme, les échanges collectifs humains. Tout, ce qui détend, relaxe, apaise, est bénéfique, pour la plénitude émotionnelle. Un groupe, de soutien, d’entraide et, de réconfort, peut être précieux, pour être, en « bonne forme » émotionnelle. Personnes, de confiance, qui aident, comprennent, sans juger, de façon inconditionnelle. Le garçon junior peut, aussi, retenir, tous les enseignements, de son vécu antérieur. Ce qui le renforce, d’un point de vue émotionnel, en véritable résilience psychique. S’il n’en retient, que les aspects positifs et, non, négatifs.

 

 

Comportementalisme, en coaching de vie andro-adoJuvénile

 

Les comportements sont, ce que le junior masculin fait, les conduites, actes, attitudes. Également, les abstentions, omissions, inerties. Aussi, les paroles, communications verbales, comme, tout autant, le mutisme. Le cerveau, dit reptilien ou, paléocortex, le plus ancien et, « primitif », chez l’homme, est le siège, des comportements. En particulier, des réactions, les plus primaires. Comme, la peur, poussant, à fuir, combattre ou, être paralysé. La faim, menant, à se nourrir. Le froid, à se couvrir…

 

> Ayant appris, à entretenir, de sereines pensées et, des émotions apaisées, le jeune sera entraîné, en coaching / conseil de vie, à l’acquisition, de comportements, bien meilleurs. Afférents et, subséquents, grâce, à ses cognitions et, affects, plus favorables. Cela, pourra passer, par de nouvelles habitudes et, techniques, « d’habituation et, d’exposition », remplaçant, les réflexes nocifs, d’évitement, des situations, d’inquiétude. Ne faisant, alors, que renforcer, les phobies et, craintes excessives, irraisonnées et, irrationnelles, non fondées. Affrontant, désormais, ce qu’il fuyait et, lui faisait peur, la jeunesse se renforce fort et, domine, son anxiété. Ayant « échoué », dans le passé, s’estimant, encore, présentement, inapte, elle saura, parvenir, en plein succès, épanouissement, en un futur proche, accessible.

 

Il s’agit, en coaching / conseil de vie, d’analyser, de disséquer et, comprendre, les difficultés et, les mécanismes adoJuvéniles, à l’origine, des « ruminations » internes. Ainsi, que des conduites et, des compulsions inappropriées, mauvaises. Ensuite, des objectifs seront fixés, sous la forme principale, d’exercices, d’entraînements, d’actions, de « missions », prédéterminés et, délimités, à réaliser. Pour lever, ses « blocages », le jeune homme sera « désensibilisé », à ses sources dysfonctionnelles, de marasme. Il apprendra, au préalable, à se relaxer, pour s’apaiser. Il envisagera, en imagination et, visualisation, les situations inquiétantes, pour lui. De la moins stressante, à la plus perturbatrice. Il s’y confrontera, pour diminuer, voire, annihiler, ses troubles et, inquiétudes. En imagination, en situation réelle, par la menée, d’actions prédéfinies, demandées, au junior, par le praticien.

 

Il n’y a, aucune possibilité, de vie heureuse et, réussie, sans, comportements afférents appropriés, positifs, constructifs, productifs. C’est-à-dire, fructueux, bénéfiques, favorables, pour le jeune homme, en coaching / conseil de vie. Cela, passe, par un équilibre cognitif, émotionnel et, comportemental, optimal. En bonne estime, confiance, affirmation, de soi. Il convient, en tout premier lieu, de cultiver, d’entretenir, des pensées positives adoJuvéniles et, de limiter, au maximum, celles, qui sont négatives. Les cognitions autolimitatives, invalidantes et, toxiques, sont à identifier, questionner et, combattre. Afin, de les remplacer, par des pensées, plus fécondes, utiles, servant, le junior, au lieu, de le desservir. S’il pense, positivement, il aura, une bonne image, de lui-même, sera, plus et, mieux, capable, d’atteindre, de réussir, ses projets, buts, desseins.

 

Comme, de s’épanouir. La pensée négative fait, du jeune masculin, son premier et, propre ennemi, l’empêche, d’être heureux et, de réussir. L’ensemble, du système, de pensée négative, est, à juguler, avec, ses distorsions néfastes, prophéties nocives autoréalisatrices. Il sera, avantageusement, remplacé, en coaching / conseil de vie, par un raisonnement adoJuvénile, plus propice, adapté, adéquat. Alors, toute autopersuasion chagrine, se muera, en conviction optimiste, par une « gymnastique mentale » systématique, automatique. Laquelle, consiste, à neutraliser, toute négativité défaitiste, pessimiste, par l’équivalent afférent positif, confiant, serein. En rééquilibrage, plus réaliste, objectif, pragmatique, raisonné, riant. Ainsi, le junior prendra l’habitude, de croire, pour lui et, de façon générale, aux possibilités, les plus favorables, plutôt, qu’aux pires.

 

Les craintes androJuvéniles paralysent et, ne permettent ni, félicité ni, prospérité. Il convient, donc, d’en chercher et, trouver, les causes, pour s’y confronter, les combattre, annihiler, surmonter, s’apaiser. La plupart, du temps, les peurs sont non fondées et, même, si elles le sont, elles peuvent être prévenues ou, liquidées. Comme, la colère, « elles sont mauvaises conseillères » et, toxiques, car, contre-productives. Pouvant mener, le jeune, aux pires disruptions cognitives, émotionnelles, comportementales. Leur seule utilité positive, voire, salvatrice, se vérifie, en cas, de danger, pour s’en alerter et, prémunir. Les émotions seront identifiées, acceptées, sans en être submergé ni, dominé. Elles seront apprivoisées, « matées », par le junior, en coaching / conseil de vie. Tout en étant ressenties, exprimées, avec mesure.

 

En pleine conscience présente, en attendant, qu’elles ne s’atténuent, puis, disparaissent, « d’elles-mêmes ». Le jeune homme ne mesurera, son existence et, ses performances ou, résultats, qu’à l’aune, de lui-même, non, d’autrui, car, il ne se compare, qu’à lui-même. Sa personne, son parcours, de vie, lui étant propres et, singuliers, de façon spécifique, dans le temps et, l’espace. Il en va, de même, de chaque humain adoJuvénile. Toute comparaison est, donc, vaine, sans objet ni, sens, probant et, significatif. Il s’agit, alors, de progresser, par rapport, à son passé et, soi-même, jamais, autrui. Se constituer, un mental fort et, favorable, est, aussi, primordial. Cela, signifie, pour le junior, en coaching / conseil de vie, une conscientisation, de ses succès, joies, satisfactions et, gratifications, de tout, ce qui est bon, en soi-même et, sa vie.

 

Cela, permet, de s’estimer, prendre confiance, en soi, autrui et, l’existence et, s’affirmer, en pleine reconnaissance, de soi et, de ses vertus et, mérites. Sens et, admission, de sa valeur, ses aptitudes, son plein rang, en société. Le jeune homme, en coaching / conseil de vie, veillera, toujours, à sa bonne santé physique, psychique, morale et, sociale. Comme, à son équilibre et, sa plénitude cognitifs, émotionnels et, comportementaux. Il se donnera, tous les moyens, pour atteindre, ses buts existentiels, réussir, sa vie, de junior, s’épanouir. Agissant, toujours, sur-le-champ, le plus rapidement et, le mieux possible, sans procrastination. Il privilégiera, toujours, ce qui est bénéfique, sain et, favorable, pour lui. Tout en étant, altruiste, ouvert, aux autres, il s’agit, tout d’abord, de servir, ses intérêts et, droits adoJuvéniles, tout en respectant, ceux, des autres, sans, leur nuire.

 

En assertivité. La réussite, la félicité, l’atteinte, de ses desseins, passe, d’abord, par le fait, de « prendre soin, de soi-même ». Le devoir, du junior masculin, en coaching / conseil de vie, est d’œuvrer, à son propre destin, bonheur et, succès, pas, à celui, des autres, car, chacun, est comptable, de lui-même et, non, d’autrui. Tout en aidant, les autres, naturellement, à l’occasion. Il s’agit, de « ne pas prétendre, rendre les autres, heureux, malgré eux », aux dépens, de sa propre plénitude adoJuvénile. Or, de veiller, d’abord, à son « propre bonheur ». Il importe, aussi, de fréquenter, des gens équilibrés, positifs. En soutien et, encouragements mutuels. Cela, permet, de « bonifier, sa vie », au lieu, de l’altérer, par des liens toxiques, avec, des personnes négatives. Le but est, aussi, pour le jeune, de nouer, de nouvelles relations bienfaisantes, s’ouvrant, au maximum, sur autrui.

 

Une bonne intégration sociale, du garçon junior, en coaching / conseil de vie, passe, par des échanges, partages, services réciproques. Bénévolat, aides, disponibilité, don, de soi, sont, toujours, bénéfiques, positifs, d’un point de vue comportemental. La pleine conscience permet, de ne plus ressasser, de pensées négatives, par l’action dynamique. L’essentiel, est de, toujours, agir, pour faire, au mieux, ce qui permet, au jeune, de progresser, en sa vie, pas, à pas. Vivre, au présent, sans, se réfugier, dans le passé ni, fuir, dans l’avenir, permet, de ne pas se tourmenter, fort inutilement, pour des choses vaines. Pour cela, l’appel, à tous ses cinq sens, sans exception, est bénéfique, pour se recentrer, sur l’essentiel et, bien percevoir, toutes les réalités, du moment. La méditation juvénile quotidienne peut, aussi, apaiser, enrichir, sa vie.

 

Cela, combat, les pensées et, émotions négatives, en positivant, ses cognitions, affects, mais, aussi, en effet subséquent, ses conduites. Le jeune homme, en coaching / conseil de vie, vivra, donc, plus bénéfiquement et, pleinement, au présent, sans regrets, du passé ni, crainte, de l’avenir. Tout, ne se passe, que dans l’immédiat ! Tout en assumant, l’antériorité et, en préparant, au mieux, les temps ultérieurs. Les pratiques adoJuvéniles usuelles néfastes, seront abandonnées. Ainsi, nous avons, déjà, vu, à quel point, le perfectionnisme, était nuisible, contre-productif. « Le bien, le mieux, le meilleur, de soi, l’excellence », suffisent. La perfection n’est pas, de ce monde, inaccessible, aux humains. Le junior a, donc, à y renoncer, pour s’accomplir et, se réaliser, au lieu, de s’y épuiser, en vain. Il se félicitera, de ses efforts, ténacité, détermination, à faire, de son mieux, même, s’il échoue, malgré tout.

 

La procrastination adoJuvénile sera bannie, la bonne action est immédiate, pas différée ! Il s’agit, d’avancer, peu à peu, de façon successive et, progressive, par étapes, pour réaliser ses buts. Il s’agit, de bien occuper son temps, pleinement, sans désœuvrement, ni surcharges excessives. Il suffit, de s’organiser, en conséquence. En totale affirmation, de soi, assertivité, le jeune homme, en coaching / conseil de vie, exprimera, toujours, ses besoins et, ce qui le gêne. Il fera, directement et clairement, part, de ses pensées, émotions, comportements. « Disant, ce qu’il fait et, faisant, ce qu’il dit ». Quoi, qu’il en soit et, arrive, le junior œuvrera, toujours, activement, à fixer et, réaliser, ses buts, desseins, projets. Il se motivera, de et, par, lui-même, en foi et, volonté, sans, se décourager, en effort, persévérance, résolution. Le préadulte poursuivra, ses propres objectifs, ceux, qui lui importent, non, ceux, que d’autres, voudraient, lui imposer. Tout but, sera fractionné, en petits jalons successifs. Cela, permet, de parvenir, à l’objectif final, de façon, plus aisée.

 

Toutes les tâches adoJuvéniles, à accomplir, seront planifiées et, exécutées, l’une, après, l’autre, de façon méthodique et, rigoureuse, pour parvenir. Le tout, pourra être infléchi, au fur et, à mesure, pour tenir compte, des évolutions, des réalités, du terrain, afin, de mener, à bien, ses projets. En fonction, des résultats, obstacles, données nouvelles, tous les ajustements nécessaires, seront apportés, par le préadulte, en coaching / conseil de vie. Si certaines étapes, sont trop difficiles, elles seront remaniées et, fractionnées. Tout, ce qui est auto imparti, sera tenu, en autodiscipline, rigueur, méthode, organisation, sérieux et, exigence, à l’égard, de soi et, ses objectifs. En suivant, ses propres engagements, jusqu’à complet aboutissement, le junior masculin sera renforcé, car, ainsi, il réussira, se réalisera. Même si, certaines étapes, sont difficiles, voire, ratées, l’essentiel, sera, que le but ultime, soit, toujours, atteint. Pour tenir, sur la durée, réussir, la jeunesse observera, toujours, de bonnes autohygiène, autodiscipline, de vie, un repos, de la détente, relaxation suffisants, réguliers.

 

 

Acceptation et Engagement, du junior masculin, en coaching de vie

 

Le jeune homme peut être aidé, en coaching / conseil de vie, à « améliorer », ses façons, de penser, de ressentir et, d’agir, par l’approche cognitive, émotionnelle et, comportementale. Il peut, aussi, être guidé, non plus, à fuir, combattre, les pensées, affects et, conduites défavorables. Or, à se fixer, sur ses priorités existentielles, de junior, les plus fondamentales, à ses yeux, en liant, ses objectifs, de vie, à ses valeurs, les plus essentielles. Alors, il s’agira, d’accepter, les pensées et, représentations, sentiments et, actes néfastes, pénibles. Dans les occurrences, en lesquelles, leur évitement mènerait, à délaisser, les conduites liées, aux idéaux adoJuvéniles. L’approche de coaching dite, d’ « acceptation et, d’engagement », tend, à une meilleure souplesse psychique, du préadulte. Soit, une bonne interaction, des comportements, avec les pensées et, émotions actuelles.

 

> Tout en conservant ou, modifiant, par le jeune, en coaching / conseil de vie, si nécessaire, ses actes, en harmonie et, concordance, avec, ses desseins et, valeurs. Ainsi, l’acceptation, d’une crainte, liée, à une conduite souhaitée, peut permettre, la réalisation, de cette dernière. Quand, fuir, l’émotion concernée, peut empêcher l’atteinte, par le garçon junior, de tous ses objectifs. Vivre, des occurrences difficiles, est acceptable, si cela, permet, d’honorer, des engagements liés, à des priorités et, idéaux. Il s’agit, de cultiver, des aptitudes, pour « apprivoiser », ses cognitions, émotions et, comportements négatifs. En pleine conscience. « Communion », avec le vécu, du temps présent. Il s’agit, de définir, ses priorités et, principes adoJuvéniles, pour être conduit, à évoluer et, bonifier son existence.

 

Six processus cognitifs, émotionnels et, comportementaux, sont mis en œuvre, par le jeune masculin, en une optique, de coaching / conseil de vie, « d’Acceptation et, d’Engagement ».

 

1- La pleine adhésion, au temps présent et, à l’espace concerné.

2- La distanciation et, la relativisation, quant aux pensées, émotions et, comportements défavorables et, dommageables.

3- L’acceptation, des cognitions, affects et, conduites négatifs, sans lutte ni, invasion.

4-L’auto observation non cognitive, en introspection, de soi, objective, de fait, sans jugement.

5- Les priorités d’idéaux.

6- Lier, objectifs existentiels et, valeurs, pour les réaliser, au mieux. Il s’agit, de déterminer, si les comportements androJuvéniles doivent reposer, sur la conjoncture externe, des occurrences vécues ou, sur la structure interne, cognitive et émotionnelle. Négatives, positives ou, également, neutres.

 

 

VISION HUMANISTE, DU COACHING DE VIE D’ANDRO-ADOJEUNOLOGIE®

 

 

L’approche, de coaching / conseil de vie humaniste, est centrée, sur la personne même, du jeune mâle. Elle vise, tout d’abord, à assimiler, ses particularismes, impératifs, projets, les plus spécifiques et, majeurs. Au plus près, de ce qu’il est et, de ce, à quoi, il aspire, fondamentalement, au plus profond, de lui-même.

 

 

> L’humanisme, du coaching / conseil de vie andro-adoJeunologique, repose, sur une vision optimiste, constructive, bienveillante, du junior masculin suivi.

 

> Un bon accomplissement, de soi, androJuvénile, fondé, sur le dépassement, de soi, la plénitude personnelle, la réussite, de sa vie.

 

> Une individualisation, de chaque jeune homme accompagné, en un coaching / conseil de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®, centré, sur sa personne, ses réalités, besoins, attentes. Au plus près et, profond, de son unicité singulière et, de son parcours, de vie, propre.

 

 

Optimisme, à l’égard, du jeune homme, en coaching de vie

 

L’approche, du coaching / conseil de vie humaniste, cultive, une vision constructive et, favorable, optimiste et, bienveillante, de la personne androJuvénile. L’optimisme consiste, à envisager, les humains, les choses, les événements, l’univers, de façon fort positive. Le principe a été développé, depuis, l’Antiquité gréco-romaine et, ses philosophes. Cela, consiste, à relativiser, prendre du recul, mettre l’accent, sur les avancées, du junior, non, les ratés, les solutions, plus, que les difficultés et, problèmes. L’action sera, ainsi, favorisée, plutôt, que la passivité, l’inertie, l’abstention. Cela, prédispose, à l’effort, la ténacité, de meilleurs résultats, de vie, un épanouissement meilleur. L’avenir est imaginé, de façon favorable et, prévaut, la compréhension sereine, des situations et, occurrences, par le jeune.

 

> Le garçon junior, en coaching / conseil de vie, saura être confiant, quant à ses capacités, à réussir, atteindre, des résultats bénéfiques, pour lui. Il saura envisager, qu’il vivra, des pensées, émotions et, comportements, expériences fructueux, pour lui. Chaque inquiétude, difficulté cognitives, émotionnelles, comportementales, seront, à profit et, compensées, favorablement, par des équivalents adoJuvéniles positifs. Les marasmes seront considérés, tels provisoires, relatifs, réversibles et, limités, conjoncturels, ponctuels, non imputables, à soi. Ce qui aidera fort, à les dépasser. L’action sera, toujours, considérée, comme préférable, plus prometteuse, que l’attentisme. Le jeune devient acteur dynamique, de sa vie et, non plus, sujet amorphe, apathique, passif, qui subit.

 

Il s’agit, de faire, de chaque blocage androJuvénile, une occasion combative et, d’avancée, plutôt, que d’abandon défaitiste. Tout en acceptant, la difficulté et, en sachant, la dépasser, métaboliser, en tirer, tous les leçons et, enseignements correctifs, pour l’avenir. En analyse introspective et, distanciée. En logique, de compréhension, progression, de perspectives, d’ouverture. Tout en intégrant, par le junior, en coaching / conseil de vie, les limites et, impasses, endogènes et exogènes. L’optimisme permet, de progresser, se battre, d’obtenir, de réussir, vaincre et, se dépasser. L’optimisme ne concerne pas, seulement, le présent et, l’avenir, mais, aussi, tout autant, le passé. Au lieu, de n’en retenir, que le mauvais, réel ou, supposé, il convient, pour le jeune, de se souvenir, surtout, des « bonnes choses », de sa vie antérieure.

 

Ce qui permet, au junior masculin, en coaching / conseil de vie, de mieux vivre, actuellement, et d’envisager son futur, en espérance. Les regrets seront limités, relativisés, mis à distance, tout comme, les échecs passés, car, ils ne font, que « ronger », de façon destructrice, stérile et, inutile, car, caduque. Ils sont, à dépasser, pour faire place, à l’action présente et, aux projets, porteurs et, productifs, d’avenir. En résumé, l’optimisme adoJuvénile consiste, à dépasser, le passé. Cesser, de minorer, ses mérites, succès, capacités et, talents, comme, de majorer, ses travers, échecs, limites, inaptitudes. Être serein, face, à l’adversité. Optimiser, tirer profit maximal, de tous ses savoir-faire. Appréhender, favorablement, l’univers. Réorienter, des plus positivement, les pensées, émotions et, comportements négatifs. Annihiler, les croyances incapacitantes et, limitatives, du jeune.

 

 

Accomplissement andro-adoJuvénile, de soi & coaching de vie

 

Tout garçon junior, en coaching / conseil de vie, a, en lui, tous les ferments nécessaires, de réalisation, de soi et, de résilience, tous les potentiels, ressources, pour bien vivre, être meilleur. Cela, passe, par des moyens simples, stimulants et, apaisants, d’élévation, de soi, accessibles, à tous. Le ressourcement solitaire, du jeune, par la méditation, l’introspection, la contemplation, la réflexion morale, sur soi, autrui, la vie, le monde, son destin personnel. Un élargissement, de ses pleines ambitions existentielles. Une foi nouvelle, en ses intuitions, les plus profondes. La conscience, l’acceptation sereines, de ses limites, défauts, insuffisances. La distanciation adoJuvénile, d’avec, les moyens, de communication, actuels : médias, Internet, réseaux sociaux, téléphonie mobile…

 

> La relativisation, par le jeune homme, en coaching / conseil de vie, des choses, objets et, besoins matériels. Une meilleure connaissance, appréhension et, relation, quant à soi et, autrui. Une meilleure sensibilité altruiste, aux difficultés et, souffrances, des autres. La capacité, à trouver, la bonne distance et, proximité relationnelles, avec autrui. La culture, par le junior, d’une bonne santé somatique, psychique, morale, sociale. L’essor, de sa créativité, son imaginaire, en lien, partage, avec les autres. L’annihilation, des certitudes autolimitatives. La saine, fructueuse, utile gestion, occupation, de son emploi du temps. La limitation, des craintes, en dépit, des épreuves, incertitudes, en confiance, foi, sérénité, plénitude juvéniles.

 

S’accomplir, consiste, à penser, éprouver, agir, en fonction, de soi-même, en pleine authenticité. Se battre, pour avancer, en effort, ténacité, patience, résolution, sans relâche ni, faille. En lien, avec ses aspirations, les plus fondamentales, le jeune masculin, en coaching / conseil de vie, peut, se réaliser, au plus profond, de lui-même. Il peut, choisir son destin et, donner un sens, à sa vie, selon, sa conscience. En souveraineté, selon, sa seule volonté, non, celle, d’autrui et, de son milieu. L’accomplissement, de soi, passe, par la vraie liberté, de l’être, non, par l’illusoire sécurité, de l’avoir, du faire ou, du paraître. En résumé, le junior se réalise, en se focalisant, sur ses désirs et, solutions, plutôt, que sur les difficultés et, problèmes et, ce qu’il rejette. En bâtissant, son existence, au lieu, de la traîner, tel, un boulet. En croyant, à ses aspirations, les plus capitales, plutôt, qu’en ayant, la peur panique, de perdre ses « acquis ». En dépassant, ses velléités, pour être en mesure, de choisir, de décider, d’agir. En visant haut, loin, fort, grand, de la façon adoJuvénile, la plus ambitieuse possible et, non, l’inverse.

 

 

Individualisation, à l’égard, du junior masculin, en coaching de vie

 

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® repose, sur la centration, sur la personne spécifique même, du jeune homme, en plein holisme. Il s’agit, de solliciter, sa positivité naturelle, pour le mener, au changement, pour la bonne croissance, au développement et, à l’épanouissement individuels. En empathie, écoute active et, non-jugement, congruence, respect et, compassion.

 

> Le junior, lui-même, est plus important, que sa seule problématique. C’est, donc, lui, qui prédomine. Il est considéré, comme apte, à se diriger, lui-même et, évoluer, selon, sa propre conscience, ses priorités, objectifs, de vie. L’essentiel, n’est pas, de résoudre, des problèmes, difficultés, mais, de conduire, le préadulte, à progresser, afin, qu’il avance, « au mieux ». Lui faisant, entière confiance, en une vision, totalement, positive et inconditionnelle, de l’ensemble, de la personnalité androJuvénile. Alors, la jeunesse masculine se réalise, prenant fort conscience, de ses dépendances et, conditionnements, pour s’en libérer, pleinement.

 

 

CONCEPTION POSITIVE, DU COACHING DE VIE D’ANDRO-ADOJEUNOCONSEIL®

 

 

L’approche positive, du coaching / conseil de vie androJeunologique, met l’accent, sur la relativisation, l’acceptation, la distanciation, du garçon adoJeune. Espoirs et, espérance, en soi, autrui, la vie. Postulat, que la valeur dépend, de l’intériorité, la sagesse constructive, l’intégration, des situations, de leurs imperfections. Aptitude, aux bonheurs quotidiens, par culture active, du « lâcher-prise ». Force de caractère : humour, curiosité, persévérance, ténacité, effort, créativité, intelligence émotionnelle, du junior. Émotions constructives, favorables, productives, gratitude, sens, à la vie et, engagement, vers un objectif existentiel. Relations saines, empathie, compassion et, congruence, motivation, expérience optimale et, optimisme. Présence attentive, pleine conscience et, satisfaction, résilience, autodétermination et, autoefficacité personnelle andro-adoJuvéniles…

 

La psychologie positive, du coaching / conseil de vie andro-adoJeunologique, est l’étude, la mise en œuvre, de certains conditions et processus. Lesquels, contribuent, à l’épanouissement ou, au fonctionnement optimal, des juniors mâles. La pratique positive ne prend pas, seulement, en considération, la personne, du jeune masculin, comme sujet, mais, aussi, tel, être, en lien, avec autrui, intégré, en un tissu social.

 

 

Elle concerne, donc, également, les relations interpersonnelles et, les questions sociales, sociologiques, comme sociétales, de l’androJeunesse. En :

 

 

> Plénitude androJuvénile : ataraxie, équanimité, eudémonisme, personnels et, existentiels, pour se réaliser, au mieux, sa vie, durant.

 

> « Rédemption », du jeune homme, en coaching / conseil de vie : transcendance, visant, à dépasser, ses échecs, fautes, erreurs, failles et, insuffisances. Pour livrer, le meilleur, de soi, en effort, persévérance, résolution.

 

> « Bonification », du junior masculin coaché : optimisation, de tous ses potentiels personnels, uniques et, originaux, en créativité, inventivité, vertus propres. Pour faire sens et, réaliser, sa mission, de vie, marquer, son passage terrestre.

 

 

Plénitude, du jeune homme, en coaching de vie

 

L’approche positive, du coaching / conseil de vie androJeunologique, privilégie, la santé, la plénitude, la résilience, le bonheur, l’optimisme, dans la vie, du garçon junior. Certains jeunes sont capables, d’évoluer mieux, plus facilement, plus vite, en leur existence, que d’autres. Ils savent « mieux résoudre, leurs problèmes ». La compréhension, des mécanismes, qui autorisent, cette aptitude résiliente, permet, alors, d’en faire bénéficier, les préadultes, moins « favorisés ». L’objectif est de développer, chez tout adoJeune, épanouissement et, réalisation, de soi. En l’aidant, à trouver, sa voie propre, un sens, à sa vie. En optimisation, de plénitude et, réussite existentielle adoJuvéniles. Les fondements, de la positivité, reposent, sur la philosophie grecque antique, créditant, l’humanité, de bonté et, de vertu.

 

> Il s’agit plus, de tirer parti, des ressources, du jeune homme, en coaching / conseil de vie, que de s’appesantir, sur ses failles. Ainsi, seront « mis, à profit », ses qualités, talents et, capacités propres. Comme, l’intelligence émotionnelle, la ténacité, l’inventivité… Les émotions porteuses, la gratitude. Les valeurs et, idéaux, engagements et, objectifs, du junior. Des liens fort enrichissants, en empathie, compassion et, congruence. La motivation, l’optimisation, de potentiels. L’espérance et, l’optimisme. Le contentement, le bonheur, l’autoefficacité et, l’autodétermination. La réussite mène, à la plénitude, mais, la réalisation, de soi, conduit, encore plus, au succès. Altruisme, bonté désintéressée sont, aussi, des attributs, d’élévation, de soi, adoJuvénile, positive.

 

Épanouissement, accomplissement, de soi, sens, à sa vie, optimisme, motivation, sont des ferments majeurs, de la psychologie positive. Laquelle, met en œuvre, les mécanismes, suscitant, la plénitude et, l’optimisation existentielle, du jeune masculin. Travaillant, en coaching / conseil de vie, sur l’estime, la connaissance, de soi, les émotions. Il s’agit, de limiter, les émotions négatives et, susciter, les émotions positives, pour devenir meilleur, être plus heureux. La positivité favorise, les pensées constructives, les affects enrichissants et, les comportements productifs. Elle aide, à équilibrer, le passé, le présent et, l’avenir, du junior. Mettant en œuvre, la gratitude et, le pardon, l’espoir et, la confiance, la paix et, la sérénité. Il convient, aussi, de développer, tous ses potentiels, de la façon, la plus optimale possible, pour un contentement adoJuvénile maximal.

 

M. Seligman, psychologue américain contemporain, créateur, de l’approche positive, a déterminé, cinq vertus humaines, favorisant, la plénitude. Avec, C. Peterson, expert associé. Elles sont, des plus bénéfiques, pour la jeunesse masculine, en coaching / conseil de vie.

 

« 1- Sagesse et, connaissance : curiosité et, intérêt, pour le monde, amour, de la connaissance et, de l’apprentissage. Jugement, pensée critique, esprit ouvert, ingéniosité, originalité, intelligence pratique, perspective.

2- Courage : bravoure, persévérance, diligence, intégrité, honnêteté, authenticité, vitalité et, également, passion.

3- Humanité : amour, attachement, capacité, d’aimer et, d’être aimé, sympathie, amabilité, générosité personnelle, sociale. Droiture, forces civiques, citoyenneté, civisme, loyauté, travail, en équipe, sens, de la justice, équité, charisme.

4- Tempérance : capacité, de pardonner, miséricorde, modestie, humilité, prudence, discrétion, autocontrôle et, autorégulation.

5- Transcendance : appréciation, de la beauté, de l’excellence, capacité, de s’étonner. Gratitude, espoir, optimisme, projection, vers le futur, sens, de l’humour, spiritualité, foi et, sens religieux ».

 

Cet ensemble axiologique constitue, un paradigme idéal, pour tout jeune homme suivi, en coaching / conseil de vie andro-adoJeunologique.

 

La plénitude favorise, pour tout junior, en coaching / conseil de vie, le dépassement, de soi, le succès, de bons liens, à autrui, une bonne maîtrise, de soi, créativité, persévérance, dans l’adversité. Être heureux permet, d’être plus productif et, utile, socialement. L’approche positive se centre, sur le vécu bénéfique, du jeune homme. Au passé : plénitude, contentement, au présent : bonheur, occurrences optimales, au futur : optimisme et, espérance. Elle appréhende, autant, les potentiels, que les failles. Elle optimise, autant, les points forts, qu’elle règle, les difficultés. Elle traite et, prend en compte, les dimensions, les plus bénéfiques, de l’existence et, aide, la personne adoJuvénile, à vivre, un quotidien, plus fructueux, harmonieux et, accompli.

 

Par l’optimisation, des qualités, savoir-faire et, richesses personnels, du junior, en coaching / conseil de vie. Cet épanouissement maximal passe, par une sociabilité et, une socialisation, des plus abouties. Une vie épanouie est celle, qui maximalise, les émotions positives, du jeune. Connaît, un maximum, d’engagements, de passions, vocations, d’investissements personnels. Est faite, de quête, de sens, de réalisation, de sa « mission terrestre », en dépassement, de soi, don, de soi, transcendance. Le tout, en pleine conscience, reconnaissance et, générosité, altruiste et, désintéressée. Tout ceci, favorise, grandement, la bonne santé androJuvénile : physique, psychique, morale et, sociale.

 

 

« Rédemption » andro-adoJuvénile, en coaching de vie

 

Les pensées négatives, défavorables, néfastes, que le jeune masculin, en coaching / conseil de vie, souhaite modifier, sont à recenser et, questionner. Les cognitions et, schémas cognitifs dysfonctionnels seront identifiés. Ainsi, que les automatismes récurrents, inappropriés et, destructeurs, comme, le défaitisme et, le pessimisme ou, encore, le catastrophisme, du junior. La surgénéralisation, les fausses certitudes et, interprétations, les funestes « prophéties autoréalisatrices ». Tout cela, sera, méticuleusement, inventorié. Toute pensée contre-productive, peut être changée, remplacée, par une cognition alternative fructueuse. Cela, est rendu possible, par la relativisation, la distanciation, la décentration adoJuvéniles, de soi, de façon plus optimiste, réaliste et, raisonnée.

 

> Il s’agit, pour le junior, en coaching / conseil de vie, de se convaincre, qu’une pensée mauvaise ne correspond pas, ipso facto, pour autant, à la réalité. Que cette cognition ou, conviction, peut être modifiée, se concrétiser, s’incarner, en une occurrence, bien plus « riante ». Une reconfiguration adoJuvénile psychique, cognitive, émotionnelle et, comportementale, peut être, à cet égard, d’un grand secours. Toute phrase, toute pensée, formulées, sur le mode, de la négation, ont un impact défavorable, négatif, sur l’esprit. D’où, l’intérêt, de favoriser et, d’entretenir, des propos et, cognitions affirmatifs, positifs. Ainsi, le jeune homme souhaitera, être en bonne santé, plutôt, que ne pas être malade, sinon, son subconscient ne retiendrait, que le terme malade. Ce qui pourrait causer préjudice, à sa vitalité et, aboutir, à l’effet inverse, de ce qu’il veut.

 

S’il ne peut, être confiant et, serein, quant à ce qui l’inquiète, n’envisageant, que le pire, le préadulte, en coaching / conseil de vie, peut, se focaliser, sur les agréments, d’une situation, à son avantage. Ne se convainquant, alors, que du meilleur. Cela, rassure, quant à l’avenir, plutôt, que de s’alarmer, par avance et, principe, inutilement. Si la négativité cognitive, concerne autrui, il convient, d’en définir, la raison. De savoir, si le motif, de ce ressentiment, vient, de mauvais procédés, de l’autre ou, d’une inimitié personnelle. Il s’agit, alors, de se recentrer, sur ce que le jeune homme éprouve, non, sur les travers, réels ou, supposés, d’autrui. Il peut, alors, tenter, de se mettre, à la place, de l’autre, pour comprendre, sa personne et, ses motivations. Cela, permet, de relativiser, positiver, s’apaiser. Certains moyens permettent, de limiter, les pensées négatives. Ainsi, le junior peut réserver, un temps journalier limité, à ses pensées sombres, pour éviter, de s’en accabler, tout le reste, de ses journées.

 

Le mieux est, pour la personne adoJuvénile, en coaching / conseil de vie, de s’en débarrasser, chaque matin, au même moment, au lever, pour être, ensuite, sereine, jusqu’au soir. En particulier, pour bien dormir, sans compromettre, son endormissement, sa qualité, de sommeil, par des états d’âme et, autres tourments, psychiques et, moraux. Chaque idée négative, perturbatrice, sera notée, par écrit, évacuée, réservée, par le junior, à la prochaine séance matinale, de « débriefing ou, retraitement, du noir ». Qu’elle soit unique ou, réitérée. Lors, de cette séance, les pensées notées, du jour précédent, qui restent inquiétantes, seront « revisitées ». Les autres seront, symboliquement, rayées et, oubliées. Peu à peu, ces temps, de « défouloir, à funestes pensées », seront espacés, jusqu’à finir, par disparaître. Le jeune masculin, ayant pris l’habitude, de ne plus s’alarmer, à l’excès, de façon régulière. Sans plus, avoir besoin, pour autant, de le faire, de façon ponctuelle spécifique.

 

Une pensée négative peut, aussi, être vécue, de façon distanciée, sans, la combattre ni, la cultiver. Au lieu, de se laisser, émotionnellement, submerger, de façon douloureuse, le préadulte, en coaching / conseil de vie, analysera, froidement, objectivement, la situation, les causes, de son trouble. Ayant compris, de façon raisonnée, analytique, avec, recul, tous les « tenants et, aboutissants, de la réalité concernée, le junior ne sera plus tourmenté et, positivera. Ayant dépassionné, neutralisé, les choses, comme, les ayant vidées, de tout effet toxique. Au-delà, toute pensée négative peut être, combattue et intégrée, de façon positive. Le fait, de prendre conscience, qu’il est complexe, de maîtriser, ses pensées, aide, le jeune homme, à mieux, les réguler. Chaque pensée dysfonctionnelle sera « laissée, à elle-même ».

 

Vouloir, trop frontalement, contrecarrer, une cognition négative, ne fait, que la renforcer, la rendre, encore plus, invasive, toxique, lancinante. Il convient, en coaching / conseil de vie, de distinguer, entre les inquiétudes androJuvéniles, normales et, protectrices et, celles, qui sont excessives, non fondées, « pathologiques ». Nombre, de mauvaises pensées, disparaissent, d’elles-mêmes, sans avoir, à lutter contre, s’en alarmer, les traitant, avec, détachement. Les laissant passer, comme filent, les nuages, dans l’atmosphère. Les pensées négatives normales, du jeune, seront juste, mentalement, « notées », pourront donner lieu, le cas échéant, à actions idoines afférentes. Pour résoudre, les problématiques, à propos, desquelles, ces cognitions ont, positivement, alerté, le junior.

 

Des menées correctives, peuvent être lancées, par le jeune masculin, en coaching / conseil de vie. À chaque type, de pensée inquiète, peut correspondre, un système, de réponse, réactif, actif et, proactif adéquat. La cognition pourra être notée et, ignorée. Cela, peut être, aussi, un temps, de relaxation ou, d’activité physique, de détente. Un contact, avec, la nature, des occupations culturelles, la méditation, la lecture… Un journal écrit régulier, de ses pensées, permet, au préadulte, de les matérialiser, les disséquer et, « exorciser ». Ce qui autorise, de désamorcer, chaque difficulté liée. Les pensées négatives se verront « remettre, à leur juste place ». Au lieu, d’être surestimées, elles seront minimisées, banalisées, normalisées, pour diminuer, leur charge négative. Elles ne correspondent, pour le junior, qu’à des éventualités, potentialités, conjectures, non, des réalités avérées.

 

Une pensée délétère n’est pas, le jeune homme, lui-même, ne le caractérise pas, pas plus, que « la carte, n’est le territoire ». Ses proches peuvent l’aider, à dépasser, surmonter, ses pensées noires. Ils peuvent donner, leur opinion et, ressenti, sur le sujet, ce qui peut permettre, de prendre conscience, de l’exagération fréquente, de son pessimisme et, ses alarmes. De même, qu’un entourage négatif, mène, à négativer, un milieu positif fait… positiver ! Le junior, en coaching / conseil de vie, veillera, donc, à fréquenter, des personnes gaies, enthousiastes et, optimistes. Ce qui est contagieux et, le rendra plus rayonnant, lui-même. Si les pensées néfastes, se font trop intrusives, obsessionnelles et, malfaisantes, il pourra, se faire aider, par l’approche cognitive, émotionnelle et, comportementale. Ainsi, les pensées, affects et, conduites liés inappropriés, seront retravaillés, réorientés, apaisés. Pour être plus serein et, épanoui, en parfait et, bénéfique lâcher-prise adoJuvénile.

 

 

« Bonification », du junior masculin, en coaching de vie

 

Le jeune homme, en coaching / conseil de vie, a, à s’interroger, sur sa façon, de raisonner. Ses pensées, tout comme, ses émotions et, ses comportements, ne dépendent, que de lui et, de lui seul. Lui seul, a tout pouvoir, sur elles. Qu’il pense, négativement ou, positivement, comme, de façon neutre, cela, ne relève, que de son propre choix, for interne et, libre-arbitre. Il se convaincra, des avantages, à être positif. Cela, permet, au junior, de maîtriser, pleinement, son existence et, de mieux vivre. Cela, est meilleur, pour la santé, physique, psychique, morale et, sociale. Positiver, autorise, aussi, à être capable, d’évoluer, de progresser, muter, pour « le bien, le mieux, le meilleur ». Tous ces bienfaits encouragent, à positiver, en foi, volonté, motivation. Ce qui assure, paix et, sérénité, ataraxie et, équanimité, plénitude et, épanouissement, en eudémonisme adoJuvénile, des plus précieux.

 

> Un journal écrit, par le jeune, en coaching / conseil de vie, recensant, ses pensées, est utile. Cela, fait relativiser et, bien comprendre, ses schémas, de pensée, pour un mental plus fort et, favorable. En lien, avec, les affects et, conduites, afférents et, subséquents. Il s’agit, d’identifier, ce qui suscite, les pensées, bénéfiques et néfastes. Pour renforcer, les cognitions adoJuvéniles positives et, muer, celles négatives, en positives. Ce journal sera médité et, analysé. Les idées sombres automatiques, seront réorientées. Elles seront recensées, pour prise de conscience et, annihilation. Elles peuvent, être remises en question et, contrecarrées. Le garçon junior les écrira et, les « passera, au crible », pour les reconsidérer, en objectivité, comme si, ces idées noires, étaient celles, d’autrui, non, les siennes.

 

Se remémorant, ses succès, victoires et, réussites passées, le jeune homme, en coaching / conseil de vie, sera, ainsi, en mesure, de faire le constat, preuves, à l’appui, de l’excès irréaliste, de son pessimisme. Toute pensée négative peut, toujours, être mutée, en inverse positif. Cela, consiste, en de véritables reconfiguration, réorientation, reprogrammation mentales favorables. En lien étroit, avec, des émotions, actes, tout aussi bénéfiques, pour le junior. Interroger, son cerveau, pour savoir, comment, plus et, mieux, positivement, penser, ressentir, agir, permet, de comprendre, par quels moyens, le faire. Limiter, les causes, endogènes et exogènes, de négativité, fait positiver. Il s’agit, donc, d’écarter, toute source néfaste, pour la quiétude adoJuvénile, pour privilégier, toutes celles, qui sont bénéfiques.

 

Les pensées dichotomiques extrêmes, seront bannies. Elles sont excessives et, nocives, car, reposant, sur le « tout ou, rien ». Le garçon junior, en coaching / conseil de vie, adoptera, alors, l’ « art, de la nuance ». La personnalisation négative fait, qu’il se croit, toujours, débiteur, du pire, jamais, créditeur, du meilleur. Ce qui le mène, au désespoir, à l’accablement, par sentiment adoJuvénile permanent, de déchéance, d’indignité, du fait, d’un ressenti, de honte, culpabilité. Le parti pris négatif systématique, ne fait retenir, n’entrevoir, que le négatif, réel ou, supposé, de toute chose, fait ignorer, toute positivité. Ce qui ruine, toute existence. Le jeune s’en abstiendra, donc. Le plus souvent, positif et, négatif, se mêlent, en tout et, pour tout. D’où, l’intérêt, d’en distinguer, ce qui est favorable, pour mieux exister.

 

Alarmisme et, catastrophisme androJuvéniles, ne font entrevoir, que le pire et, en être assuré, jamais, le meilleur. En parti pris manichéen, systématique, notamment, en cas, de devoir, de résultat et, performance, par assurance, de mal faire et, d’échouer. Relativiser, être pragmatique, réaliste, quant aux effets, de toute réalité, occurrence, permet, au jeune, en coaching / conseil de vie, de s’apaiser et, d’être plus optimiste. Se ressourcer, positivement, en contexte et, lieu agréables, autorise, aussi, à « prendre, du champ », s’évader, se changer les idées, pour entrevoir les choses, plus favorablement. L’optimisme est, donc, l’objectif, car, il fait mieux vivre, que le pessimisme. Réorienter, positivement, son système, de pensée, exige, du junior, temps, énergie, efforts, patience, entraînements, vigilance, sans relâche.

 

Pour éviter, que le syndrome adoJuvénile négatif, ne revienne, en force. Un mental positif commence, par une positivité physique. Bien entretenir, son corps, par l’activité physique, ainsi, qu’une bonne tenue et, posture, un visage avenant, encouragent l’esprit, à rayonner. La pleine conscience, de soi, de ses actes, son existence, en leur dimension, la plus familière et, habituelle, rend, le junior, en coaching / conseil de vie, plus épanoui. Car, ce sont, les réalités, même, les plus prosaïques, du quotidien, qui rendent heureux, bien plus, que les rares éclats, d’une vie entière. La méditation journalière fait, se recentrer, sur l’essentiel, s’élever, spirituellement et, positiver. Yoga, relaxation, sophrologie, pauses, de récupération, assurent, aussi, au jeune homme, un bon ressourcement intérieur.

 

Créativité, inventivité, expression, de tout talent, don ou, passion, transcendent, aussi, le jeune masculin, en coaching / conseil de vie, à un âge, de grande richesse, en la matière. Cela, permet, de « s’exalter », positivement, de se dépasser. Tout, peut s’acquérir, en apprentissage. La production artistique, culturelle, est une excellente catharsis, pour livrer, le meilleur, de soi et, grandir, en sagesse et, richesse humaines et, humanistes. Le préadulte restera positif, en cultivant, un milieu, environnement, entourage, des relations positifs, en osmose, bienfaisante et, bienveillante. Si cela, est possible, il rendra, les autres, plus positifs et, ne se laissera pas gagner, par la négativité, de certains. Le junior se fixera et, atteindra, des objectifs positifs et, de valeur, qui le « tireront, vers le haut ». De façon successive et, croissante, ce qui assure, confiance, sérénité et, optimisme. Effort, ténacité, persévérance, succès, assurent, joie et contentement adoJuvéniles, des plus positifs.

 

Détente, petits plaisirs et, récréativité, aident, aussi, à mieux, apprécier la vie et, compensent, ses duretés, épreuves et, servitudes. En ne négligeant pas, toutes les occasions, de rire et, s’amuser. Le jeune homme, en coaching / conseil de vie, s’acceptera, tel, qu’il est. Changeant, ce qui peut l’être, intégrant, le reste, sachant, opérer, la différence, entre les deux réalités. Gratitude, reconnaissance et, admiration, à l’égard, d’autrui, fait, aussi, positiver. De même, que l’autosuggestion positive adoJuvénile, car, le cerveau l’enregistre et, l’applique. En outre, tout vécu négatif, peut être réinterprété, plus favorablement, que de prime abord. Pour positiver et, s’épanouir, le junior n’a pas besoin, de matérialité, mais, de spiritualité. Laquelle, est quintuple. Une positivité émotionnelle, l’engagement, en un domaine donné, de bons liens, à autrui, un sens, à sa vie, des réalisations et, une réalisation, de soi, personnelles, de la jeunesse. Ajoutons, l’empathie, la compassion, la congruence, à l’égard, de soi et, surtout, des autres. Donner, rend plus heureux, que recevoir !

 

 

OBJECTIFS

DES COACHINGS DE VIE ANDRO-ADOJEUNOLOGIQUES

 

 

Le coaching / conseil de vie d’Andro-AdoJeunologie® s’inscrit, en un « protocole, d’intervention », très strict et, rigoureux, très codifié, afin, de répondre, de façon optimale, à ses missions. Guider, le jeune mâle, quel, qu’il soit et, quelle, que soit, sa problématique, de façon maximale. Pour atteindre, l’objectif initial fixé, comme, résoudre, au mieux, la difficulté, à lever ou, faire face, de la façon, la plus et, mieux appropriée, à la situation, à « bonifier ».

 

 

> Le coaching / conseil de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® a, des garçons juniors, une vision plus appropriée, que celle, qui prévaut, le plus habituellement, en France. Car, elle est positive, favorable et, bienveillante. Faisant « crédit et, non, débit », aux jeunes. En un parti pris, de pleine confiance, à leur égard.

 

> Le coaching / conseil de vie d’Andro-AdoJeunologie® combat, un certain « déni, de jeunesse ». À l’encontre, de tous les préjugés dépréciateurs, négatifs, hostiles, qui tendent, à stigmatiser, défavoriser, discriminer, la néogénération. Sans résoudre, ses difficultés ni, lui permettre, pleinement, de s’accomplir.

 

> Le coaching / conseil de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® lutte, contre la « déréliction adoJuvénile ». Notamment, psychologique, morale, sociale. Renforçant, chaque jeune masculin suivi, en lui faisant prendre conscience, de tous ses atouts, personnels et, spécifiques. Comme, de tout ce qui est « fort, beau, grand, en lui ».

 

 

ANDROJEUNE COACHÉ & COACHING DE VIE D’ANDRO-ADOJEUNOLOGIE®

 

 

> Que dire, des véritables impératifs, réalités, aspirations, des quinze – vingt-quatre ans, en France ? Pourquoi, tant, de difficultés, désarrois ? Que peut-on faire, décisivement ? Par quelle approche idoine ?

 

> Pour y répondre, nous avons conçu, exclusivement, pour eux, un procédé méthodologique, d’avant-garde : l’Andro-AdoJeunologie®. À la fois, réflexion de vie, d’Andro-AdoJeunoScience® théorique et, coaching de vie, d’Andro-AdoJeunoConseil® pratique.

 

 

Réalités, du jeune contemporain, en coaching de vie

 

Quels sont, les « tourments » particuliers, de nos adoJeunes français, actuels ? C’est, une génération occidentale, européenne, privée, d’histoire, de statut reconnu. Elle n’est créditée, d’aucune qualité originale. Son image de marque est abîmée, dépréciée, répulsive. Elle peine, à grandir, trouver, sa juste place. Ses causes, de démoralisation, sont internes : déséquilibres psychiques propres. Externes : rudesse, de l’environnement. Normales : structuration personnelle incertaine. Pathologiques : affections psychosomatiques diverses.

 

> Nos cadets, en coaching / conseil de vie, ont une insertion sociale, très chaotique, car, leurs pôles traditionnels, d’intégration, sont en déroute. Leur famille privilégie, souvent, l’affectif, au détriment, de leur éducation. Leurs études sont plus sélection vaine, qu’enseignement. Leur emploi, introuvable, n’est plus, passage initiatique. Leurs loisirs et, engagements, les déçoivent. Passifs, non attendus ni, entendus, délégitimés, ils sont empêchés, à devenir, d’authentiques adultes, autonomes, stables et, accomplis. Ils sont, longuement, condamnés, à l’immaturité toxique paralysante, pour leur grand malheur !

 

Quid, des besoins juvéniles pressants, à satisfaire, d’urgence, en notre pays ? Se savoir conforté, accepté, compris, être motivé, se réaliser, ne plus subir. De plus en plus, de jeunes français, manquent fort, d’estime, de confiance et, d’affirmation, d’eux-mêmes. Ils sont stressés, anxieux et, pessimistes, gèrent très mal, leurs émotions. Ils sont, constamment, découragés, démobilisés, faute, d’appétences, de stimulations, balises et, d’exemplarité, de leurs aînés. Leur hygiène, de vie, leur rapport, au temps chronologique, planification et, orientation pédagogiques, des métiers, sont hasardeux. Leurs modes alimentaires, veille-sommeil, activités physiques, prévention santé, dépendances et, organisation, du quotidien, posent problème. Leur méthode, répartition, configuration, du travail scolaire, professionnel, sont, souvent, fort lacunaires, perfectibles. Le sens « anti-dépressif », de la ténacité, l’effort, la rigueur et, la patience, ne leur est, guère, enseigné ! C’est, cela, qui est redéfini, de fond en comble, en coaching / conseil de vie andro-adoJeunologique.

 

 

Coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®, pour juniors masculins

 

Qu’a, à proposer, le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®, de, réellement, innovant, performant, aux juniors masculins ? Les conduire, à surmonter, leurs « handicaps », évoluer et, améliorer, leurs aptitudes, potentiels, par leur accompagnement, guidance, entraînement, soutien andro-adoJeunologiques. Sont prises en compte, toutes leurs préoccupations. Nous avons forgé, un concept novateur, efficace, adapté, aux jeunes, pour mieux répondre, à leurs particularismes, fragilités. Cela, les amène, à identifier, tous leurs facteurs, de blocage, repérer, les éléments, de résorption, de leurs problèmes, dépasser, leurs échecs. C’est-là, le début, de leur vraie liberté, « rédemption ». Parvenir, à se départir, d’eux-mêmes, pour surmonter, leurs frustrations, vaincre, leur marasme, atteindre, leurs objectifs adoJuvéniles.

 

> Qu’apporte, concrètement, à la jeunesse mâle, l’expertise andro-adoJeunologique, en efficacité durable ? Des évaluations précises, éclaircissements pertinents et, issues tangibles, à échéances raisonnables. Clairement : une obligation, de moyens et de, résultats. Offrir, au jeune homme, « d’être, d’avoir, de faire, plus, mieux, plus vite et, même, de devenir meilleur ». La guidance, en réalisation, de soi, androJuniors, donne, savoirs, savoir-faire, faire-savoir, savoir-être directifs, structurants, comme, amélioratifs.

 

Le coaching / conseil, de vie, andro-adoJeunologique, pousse, le préadulte, à déceler, en lui, par lui-même, ses propres « schémas, de progrès » nécessaires. Ce préceptorat lui apprend, l’assurance, de soi, l’optimisme, la solidité mentale, l’action immédiate, la « loi, de réciprocité humaine », l’équilibre labeur-détente, la culture, de l’enthousiasme. L’adoJeune élabore, sa « philosophie morale » originale. Il peut lutter, contre, son aboulie : l’inaction, sa déprime : le défaitisme et, son anomie : l’asocialité. Le contexte défavorable, nihiliste, anti-jeune, de notre société française, dessert, la nouvelle génération. La conscience, des réelles responsabilités, qui lui incombent, lui fait, cruellement, défaut.

 

En quoi, l’Andro-AdoJeunologie® est-elle, au fond, spécifique, adéquate, pour le jeune homme ? Nous avons adapté, aux garçons, de quinzevingt-quatre ans, un outil cognitif, émotionnel, comme comportemental rénové, qui leur est propice. Cela, consiste, à influer, positivement, sur leurs pensées, pour réagir, bonifier, leurs attitudes, modes de vie, servir, leurs intérêts. Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® permet, au junior, d’aplanir, ses écueils, parfaire, ses ambitions, ingéniosité, bâtir, son projet, grâce, à son éclairage, sa préparation et, son « introspection ». Par son écoute, son questionnement, la « modélisation », de sa personnalité, son diagnostic, sa plateforme, d’instruction.

 

Le cognitivisme réoriente, ses autosuggestions négatives, par rééquilibrages. Il fait valoir, au garçon, la différence, entre la réalité objective et, son « interprétation » inappropriée. L’émotivisme transmute, les affects douloureux, contre-productifs, excessifs, en sentiments plus nuancés, favorables, bénéfiques. Le comportementalisme « éradique », les tendances, de conduites androJuvéniles, indésirables. Il les remplace, par des stratégies, bien plus « porteuses », pour réussir : vision existentielle apaisée et, pertinence, comme, foi, en soi, son destin, sur un mode plus constructif. L’habitude est, ainsi, prise, par le junior, en coaching / conseil de vie, de concevoir, toute chose, de façon, plus optimiste.

 

Comment, user, précisément, du coaching / conseil de vie d’Andro-AdoJeunologie®, pour le succès androJuvénile ? Les priorités, du junior masculin, sont passées en revue, disséquées, mises en perspective, pour en déduire, des leçons, aux fins, de remaniements correctifs. Un inventaire est dressé, du parcours effectué, entre deux entretiens. Un programme prospectif s’établit, en vue, de la rencontre suivante. Nous travaillons, à annihiler, les doutes, cadrer, la « révolution », en cours, doper, les objectifs. Les actes, intentions d’avenir, capacités, acquis, créativité, mutations, sont redirigés. Le jeune énonce, son autobiographie anamnestique, pour mieux cerner, ses contextes, identité, aspirations. Son suivi prend la forme, de prise, de notes, manuscrite. Illustrations, analyses et, exercices, se succèdent. Il y puise, plénitude, ressource optimale, à « se transcender », de façon, fort concluante. Espérance, comme, charisme, se substituent, aux marasmes. Résolution, Réactivité, Rayonnement adoJuvéniles, l’emportent, avec audace, de la façon, la plus percutante, sur les Défaillances, Déficiences, Défectuosités…

 

 

« DÉNI DE JEUNESSE »

 

 

Quels adultes, voulons-nous, pour demain ? Marasme psychique, délaissement moral, de l’adolescent, du jeune, dominent. La souffrance psychique juvénile est douleur, peine, abcès ontologique, malaise, mal-être. Elle prive, du sentiment naturel, de bonheur, joie, nonchalance. À l’âge, de tous les possibles et, tous les appétits, nos juniors perdent, la notion même, de désir, d’envie, de plaisir. Cette déroute, de l’esprit, comme, de la pensée, finit, par altérer, l’organisme physique.

 

 

> L’adoJeunesse n’est pas, en soi, un temps, de vie, malaisé. Or, du fait, d’une conjoncture actuelle défavorable, les humains, les plus vulnérables, sont en tourments. Tout particulièrement, les jeunes. De « génération promise », au temps prospère, des Trente Glorieuses (1945-1975), ils sont devenus, « génération maudite ». En leur nouvelle infortune.

 

> Alors, les treize – vingt-quatre ans connaissent, des troubles psychosomatiques, bien plus fréquents, répandus et, graves, qu’en des temps, plus cléments. Cela, est inévitable, alors, qu’un marasme social, sociétal, sociologique, moral, sans précédent, depuis, les années 1930, les frappe, les tout premiers.

 

> Or, une véritable « transcendance », de la nouvelle génération, est, encore et, toujours, possible ! Cela, passe, par une grande force personnelle : mentale, émotionnelle, comportementale. Un ardent ressourcement, moral et spirituel. Une foi inébranlable, en soi, autrui, la vie, son destin.

 

 

Tourments / tourmente adoJuvéniles

 

Pourquoi, se tourmenter, si tôt ? L’adolescent peut trouver, en lui-même, des raisons, de désespérer. Il existe, des prédispositions neurochimiques, génétiques, d’autosuggestion, d’autoconditionnement. Les causes névralgiques peuvent être externes et, relatives, au milieu : Je souffre, parce que je suis, me sens ou, m’estime, en situation, d’échec, de maltraitance, d’insatisfaction ou, de traumatisme. La souffrance, des jeunes, peut être « normale ». Inhérente, à la difficulté, de grandir, aux conditions, de vie, aux pensées cultivées, émotions ressenties, actes entrepris…

 

> Elle est « pathologique », quand, elle se traduit, en affection mentale. Dépressions : abattement, par altération, de l’humeur. Psychoses : perte, du sens, des réalités. Névroses : conflit intérieur, avec, angoisse. Perversions : déviation, des tendances et, des instincts. Sociopathies : inadaptations et, déviances sociales. Angoisses : malaise, par peur excessive, irraisonnée, de dangers potentiels, fort surestimés. Le « malheur », des jeunes, est psychologique : Je me tourmente, faute, de trouver, en moi, un équilibre, une force mentale, une sérénité. La détresse, des cadets, est sociologique : Je suis déstabilisé, du fait, de la réalité, de l’influence, du monde, qui m’entoure. La famille est déstructurée, malfaisante ou, absente. L’école reste inadaptée, aux juniors. L’emploi devient introuvable ou, frustrant. Les loisirs médiocres aliènent. Les pôles traditionnels, de socialisation juvénile, sont en panne.

 

La « déchéance », des nouvelles générations, est culturelle. Je suis influencé, par le mode de vie, les mentalités, du pays, de la civilisation, auxquels, j’appartiens. La France est l’un, des pays, d’Europe et, d’Occident où, la classe d’âge, des quinzevingt-quatre ans, est la plus oubliée et, défavorisée. Cela, explique, la recrudescence record, des accidents, occurrences suicidaires et, addictions, échecs scolaires, violences et, mal-être juvéniles… En notre pays, par rapport, aux pays homologues. Notre culture latine réfute, encore trop fort, le principe, selon lequel, « la valeur n’attend point, le nombre d’années ». (P. Corneille, dramaturge français, 1606-1684, Le Cid, tragi-comédie théâtrale, France, 1637). Cela, génère un accès, de plus en plus, tardif et malaisé, à la maturité et, à la condition adulte. L’âge moyen, d’accès, à l’emploi, est, en France, parmi, les plus élevés, en Occident. Le taux, de chômage, des jeunes, est le double, de celui, des adultes. La stabilisation affective, l’autonomie et, l’indépendance, matérielles et résidentielles, sont fort repoussées, dans le temps. Les études se prolongent, à l’infini et, ont des débouchés « nébuleux ».

 

La « débâcle » adoJuvénile est morale. Un vide existentiel, métaphysique et, d’idéal, ronge, les plus aguerris. Déréliction et, déshérence abattent, quand, l’on n’est, ni attendu, ni entendu. L’indifférence adulte est pire, que l’antagonisme intergénérationnel, d’antan. L’absence, de reconnaissance, de projet, de place, empêche, nos jeunes, de grandir et, de s’épanouir. La vie est mutilante, toxique, mortifère, quand, les valeurs authentiques sont oblitérées, par les matérialismes, consumérismes, égoïsmes, utilitarismes et, hédonismes. « Loi, du plus fort », culte, de la performance, de la rentabilité, cynismes, obèrent, l’accomplissement humaniste, de soi. Une perversion malsaine enseigne, aux adoJeunes, que « rien, ne vaut, puisque, tout vaut ». De même, que « tout vaut, car, rien, ne vaut ».

 

 

                             Faire Fructifier, les Ressources, de l’AdoJeunesse Masculine !

 

 

C O A C H – C O N S E I L   /   C O A C H I N G   D E   V I E

A D O L E S C E N T S   /   J E U N E S   M A S C U L I N S

L Y C É E N S   /   É T U D I A N T S   /   A C T I F S

 

 

– Yves REMY, Dr

 

 

Coach de Vie AndroJeunoConseiller

Spécialiste AndroJeunesse-AndroÉducation

Consultant Institutionnel & Politique AdoJeunes

 

Docteur en Sciences Humaines et Sociales, Paris

(PsychoSociologie du Développement de l’AdoJuvénilité)

Certifié Acec / Coaching Personnel (Ados / Jeunes), Paris

 

 

Mentoring Andro15-24

 

Booster, la Confiance

Des Jeunes XY  !

 

 

Cabinet

 

Andro-AdoJeunologie®

 

PARIS 16 / Foch

 

 

Andro-AdoJeunoConseil15-24.Org

 

 

> L’Expertise de la Masculinité AdoJuvénile

Confiance en Soi / Motivation / Stress

Coaching de Vie Cognitif / Émotionnel / Comportemental

 

 

L’Andro-AdoJeunoConseil® permet, à tout jeune homme, de 1524 ans, de croire, en soi, se motiver, s’apaiser

Accompagnement spécifique, en réalisation, de soi, andro-adoJuvénile, pour se dépasser, devenir meilleur, s’épanouir.

En programme andro-adoJeunologique méthodique, adapté : écrit, directif, interactif, structuré.

Par études de cas, exercices, entraînements pratiques. En apprentissages, d’andro-adoJeunoCoaching de vie : formatifs, consultatifs, décisionnaires.

 

 

YR/c – 7 rue Marbeau, 75116 Paris, Foch, France, UE

 

SecteurPl. de l’Étoile – Av. Foch

Neuilly-sur-Seine – Av. de la Grande-Armée

 

T. 33 1 45 65 96 22 – M. 33 6 64 94 13 29

– Contact Internet –

 

 

>> Mémento d’AndroJeunoCoaching de Vie

 

 

Préambule   AndroJeunologue®   AndroJeunologie®   Expertise   Évaluation

Travaux   AndroJeune   AndroJeunoScience®   AndroJeunoConseil®   Cabinet

 

 

> Suivi, d’Adolescents / de Jeunes Masculins, Coaching de Vie, Paris 16

 

Le suivi, d’adolescents, de jeunes garçons, en coaching de vie, d’Andro-AdoJeunologie®, cognitif, émotionnel, comportemental, assiste, tout junior XY.

 

 

– Haut de Page –

 

 

Troubles du junior

 

Déjà, malmenés, par leur sort, les jeunes en viennent, à « se flageller », non, par masochisme, mais, pour exprimer, en leur chair, l’indicible. En « pénitence, mortification et, autochâtiment ». Ils bâtissent, alors, des stratégies, d’évitement et, de fuite, en avant. La souffrance adoJuvénile se manifeste, par des angoisses, dépressions, ruptures. En tristesse, dégoût moral, inhibition, panique, autodévalorisation, fuites et, replis, sur soi. L’on peut observer, des plaintes corporelles : nausées, douleurs, céphalées, palpitations, oppressions, tremblements, sudations excessives…

 

> Un retrait relationnel peut conduire, à se couper, du monde, pour ne plus souffrir, pour que tout, se fige, à jamais. Des troubles, du comportement alimentaire, peuvent prendre, la forme boulimique, et / ou, anorexique. La symbolique est celle, de « l’enflure, pour exister ou, de la fonte, pour disparaître ». Les addictions toxiques s’illustrent, par la souffrance, du manque, l’obsession psychédélique et, la volonté, de s’abstraire, du reste, du monde.

 

Les conduites, à risque, naissent, d’un désir pathologique, d’ivresse, de vitesse, d’invulnérabilité et, de défis, de l’extrême. Les violences, contre soi, tendent, à soulager, tensions, pulsions. Notamment, en violant, l’intégrité symbolique, de la peau-enveloppe, par marquages, scarifications, perçages, implants. Les extrémités, contre autrui, manifestent, une rage-catharsis, révélatrice, d’une haine, d’impuissance et, de malaise, contre, soi-même. Les fugues sont irrépressibles, quand, le jeune a le sentiment, d’être « acculé », à s’exiler, à jamais, tant, le climat environnant, l’étouffe et, le ligote, sans issue. Les conduites ou, états suicidaires : suicides, tentatives et, idées suicidaires, sont une volonté, d’en finir, par une « ascèse irréversible ». L’adoJeune meurt, à son « calvaire-passion », tout en espérant « revivre », en un ailleurs meilleur, autrement.

 

 

« Transcendance » du jeune

 

Notre devoir, d’adultes, est d’inculquer, à nos descendants, une authentique philosophie, de la vie. Un « meilleur regard, sur le monde ». Nous nous devons, de lutter, contre, la société dépressive, qui borne, l’horizon et, l’avenir, de nos adoJeunes et, les désespère, tant. La « culture », de vie, d’idéal et, d’espérance, doit remplacer, le culte suicidaire, de la mort-fascination. Cela, ne capte, déjà, que trop, un junior, ô combien, incertain, de lui-même ! Il reprendra confiance, en lui, autrui, la vie, s’il est aidé, à renforcer, son estime, de soi, pour mieux, s’affirmer. Il s’agit, de le motiver, le remotiver, l’encourager et, le soutenir, en permanence, tant, il doute, de tout et, de lui-même. Il sera guidé, à mieux gérer et, hiérarchiser, positivement, ses pensées et, émotions, à dépasser ses peurs, pour agir, plus, mieux, plus vite.

 

> Un accompagnement sûr aide, à lutter, contre, l’inertie : incapacité, à faire des projets et, agir. Contre, le marasme : négativité, pessimisme, défaitisme. Contre, l’asocialité : abolition, de toute organisation, loi, valeur. Une bonne hygiène, discipline, de vie : sommeil, activité physique, nutrition, lutte, contre, les toxicomanies, s’impose. Il s’agit, d’apprendre, au jeune, à bien gérer et, structurer, son temps : rigueur, sens, de l’effort, du mérite et, de la récompense, des vertus, labeurs et, bons résultats. Il peut être assisté, en l’organisation, de ses études : motivation, action, concentration, méthodologie.

 

Sept grands principes existentiels, peuvent éclairer, les adoJeunes : la confiance, en soi, l’optimisme, la pensée positive, l’action immédiate, faire, aux autres, ce que j’aime, que l’on me fasse, équilibrer, temps, du travail et, temps, des loisirs, cultiver, l’enthousiasme. Les parents, l’entourage adulte, doivent pratiquer, écoute, dialogue, conseils, communication, confiance. En aucun cas, le contact doit être rompu. Or, une prise de distance s’impose. L’adulte doit accepter, un « nouveau départ, une remise à plat, de se remettre, en question ».

 

La bonne éducation n’est, ni laxisme indifférent, complaisant, ni autoritarisme coercitif et, vexatoire. Il s’agit, d’observer, la bonne distance. Trop près, le jeune étouffe et, déserte. Trop loin, il souffre, de se penser mal-aimé et, abandonné. Il ne faut, jamais, hésiter, à lui dire, qu’on l’aime, qu’on l’accepte, tel, qu’il est, ce qui ne veut pas dire, que l’on renonce, à l’éduquer. Il n’y a pas, d’amour, il n’y a, que des preuves, d’amour, surtout, à l’adoJeunesse. Un junior, qui se sent aimé, compris, qui sait, pouvoir compter, sur l’adulte et, compter, pour l’adulte, de façon inconditionnelle, ne connaît pas, de souffrance psychique. Il devient, un adulte accompli, autonome et, épanoui, « armé », pour la vie. Ainsi, un jeune, dont, l’on s’occupe, dont, l’on tient, le plus grand compte, des réalités, besoins et, attentes, avance, « plus, mieux et, plus vite ».

 

 

DÉRÉLICTION, DE LA NOUVELLE GÉNÉRATION

 

 

Les juniors sont-ils, une espèce, en voie, de marginalisation ? Va-t-on, vers l’enfermement, de plus en plus, hermétique et prolongé, de notre jeunesse, en un vaste ghetto monogénérationnel ? Verra-t-on, la création, de « réserves naturelles adoJuvéniles », à l’image, de celles, dans lesquelles, se sont vues confinées, des cohortes successives entières, d’Amérindiens, aux États-Unis ? La question peut être, fort légitimement, posée, face, au rejet et, aux difficultés croissants, que subissent, les quinze – vingt-quatre ans, en ce pays. Les jeunes français sont frappés, d’un sextuple syndrome, qui ne fait, que s’aggraver, avec, l’avancée, du temps. Leur mal de vivre existentiel, est d’ordre représentatif, moral, sanitaire, social, intégratif, politique. La nouvelle génération peine, à devenir adulte. Car, la logique, qui lui est imposée, est faite, de conditionnements, de dépendances, d’assujettissements. Bien plus, que d’authentique accomplissement libérateur. Vers la pleine maturité, des plus abouties.

 

 

> Le contexte, national et international, est défavorable, pour la jeunesse. En période, de crise, elle n’est plus prioritaire, seuls, les adultes actifs, l’étant, désormais. Elle devient, alors, simple « variable d’ajustement », modeste supplétive, d’aînés dominants, ayant « préséance ». Uniquement, s’il subsiste, « une part congrue, à lui octroyer ». Les jeunes sont, donc, les « derniers servis et, premiers exclus ».

 

> Il convient, alors, d’agir, en faveur, des juniors. Leur insertion politique, économique, sociale, est une priorité nationale. Tout comme, leur formation. Leur santé, physique, psychique et, morale. Leur plénitude spirituelle, axiologique, familiale, relationnelle, récréative… Pour les aider, à mieux parvenir.

 

> Il s’agit, de mieux « accompagner », la nouvelle génération. La « vertu, d’exemplarité, de modèle et, de soutien adultes », est à réinventer, restaurer, remettre, en vigueur, au profit, des jeunes. Ils ne peuvent, « se forger » seuls, ex nihilo. Seuls, une guidance, des éclairages adultes, peuvent, y pourvoir.

 

 

Un contexte adoJuvénile défavorable

 

Nos cadets souffrent, d’une image de marque, globalement, négative, tant, de la part, des médias, que de la société entière. Considérés, de façon suspicieuse, dépréciatrice, hostile même, les jeunes ne sont « débités, que du pire. Non, crédités, du meilleur ». Cela, nuit, à leur bonne insertion sociale. L’accent est mis, sur les travers, réels ou, supposés, de la minorité dévoyée, marginale. Sans représentativité aucune, de l’immense majorité méritante, l’image juvénile est ternie et, brouillée.

 

> L’appréhension morale, à l’égard, de la jeunesse, est nocive et, erronée. Elle consiste, à ne la considérer, que comme, valeur virtuelle, hypothétique future, non, comme, richesse actuelle, en soi. L’adoJeune n’est pas reconnu, comme, un potentiel, à part entière, mais, comme, un adulte, en devenir. Sa légitimité existentielle n’est pas intrinsèque, acquise, or, conditionnelle. Seul, l’adultisme est censé, pleinement, « valider », le temps, de jeunesse, lors, de son achèvement.

 

La santé, des adoJeunes, n’est pas, aussi satisfaisante, que l’on pourrait, le croire. Non attendus, entendus, en leur société, ils souffrent fort, en leur psychisme et, donc, en leur corps. Se multiplient, addictions toxiques, de toutes sortes, automédications, notamment, somnifères et anxiolytiques, accidents, surtout, routiers. Conduites, à risques, suicides, tentatives, de suicide, idées suicidaires, stress, dépressions, mal-être, fatigues, douleurs et, insomnies. La première cause, de mortalité, chez les quinze – vingt-quatre ans, est les accidents, dont, un cinquième, serait, du « suicide déguisé ». La seconde cause mortifère juvénile, est le suicide. La France est, dans les pays, de tête, en Europe, avec cinq cents morts, par an et, cent vingt mille tentatives.

 

L’insertion sociale, sociologique, sociétale, des jeunes, est problématique, puisque, les grands pôles traditionnels, de cette socialisation, ne fonctionnent plus ou, mal. La famille se replie, sur le confort et, la facilité, de son seul rôle affectif, au détriment, de son devoir éducatif. L’école n’est plus un vecteur, d’ascension sociale. L’acquis s’efface, devant l’inné. Elle est agent, de sélection, plus, que d’éducation. Ses moyens sont inadaptés, elle manque, d’ouverture. Elle conforme, plus, qu’elle ne forme. Les élèves souffrent, de mauvaise orientation, de violences et, d’échecs scolaires. Cent mille jeunes sortent, chaque année, du système éducatif secondaire, sans qualification aucune. Autant, de l’université. D’autres, avec, une certification insuffisante ou, inadaptée. L’emploi juvénile n’est plus, passage valable, vers l’adultisme, puisqu’il est, largement, instable, précaire et, déqualifié. De plus en plus, reporté, dans le temps ou, inaccessible. La stabilisation professionnelle n’intervient, qu’à la trentaine accomplie.

 

Le loisir juvénile est plus, sujet, à ennui, frustrations, violences, qu’à un authentique épanouissement. Il est médiocre et, mercantile. La délinquance, des jeunes, explose, depuis, 1945. Elle est, de plus en plus, généralisée, précoce, lourde et, récidiviste. Les engagements, de la nouvelle génération, sont freinés, par son inertie naturelle, surtout, par le découragement induit, par l’indifférence, l’opposition soupçonneuse, des adultes.

 

Les juniors souffrent, de l’absence, en France, d’une véritable, politique nationale générale, de la Jeunesse. De ce fait, programmes, structures, budgets adéquats, font défaut. Il n’y a pas, de réelle volonté politique, d’agir, ni de claire prise, de conscience, des vrais besoins et, attentes, réalités et, problématiques juvéniles. La logique, qui prévaut, à l’égard, des jeunes, est, donc, celle, du déni et, de la non-reconnaissance. Il n’existe pas, de nette représentation, de ce qu’est, cette classe d’âge. L’on élude, la question, de savoir, quel projet, cette société, se donne, pour ses juniors. Aucun idéal moral valable, ne leur est proposé.

 

 

Agir, pour le junior !

 

Que faire ? Il n’est tenu compte, que des seuls, besoins matériels, de la jeunesse ou, de ce que l’on croit tels. Ses attentes immatérielles profondes, sont trop, systématiquement, ignorées. Ainsi, l’idéal moral, spirituel, d’échange, d’engagement, psychoaffectif, des adoJeunes, ne trouve pas, à s’exprimer ou, très imparfaitement. Il existe, une aide, pour les « cas sociaux », les plus lourds, des structures, pour le loisir ou, l’orientation administrative, scolaire ou, professionnelle. S’ajoutent, les médiations « psy », en tous genres. Or, l’immense majorité, des jeunes, ceux, des classes moyennes, ne sont, nullement, en difficulté socioéconomique particulière. Ni, ne requièrent, de thérapie psychiatrique, psychologique ou, psychanalytique. Ils ont, simplement, fort besoin, d’écoute, de conseil, de dialogue, d’accompagnement, d’empathie, de compassion, d’encouragement et, de consolation. D’éclairage, sur tel ou, tel questionnement personnel, qui leur tient fort, « à cœur ». Trop souvent, ils ne trouvent pas, d’interlocuteurs qualifiés, pour cela.

 

> D’où, l’intérêt, de l’instauration, d’un nouveau métier, au service, de tous les jeunes : celui, de conseil existentiel, aux adoJeunes. Le monde moderne est, de plus en plus, complexe, sophistiqué. De moins en moins, d’adultes, sont disponibles et, compétents, pour guider, les plus jeunes, en plein respect, de leur liberté, dignité, intimité. De leur spécificité et, de leurs attentes. L’idée est, donc, de créer, des « consultations, de conseil, aux juniors », gratuites, pour tous ceux, qui le souhaitent. Il s’agit-là, d’une « mission, d’intérêt général », qui devrait, être prise en charge, par les collectivités territoriales, telles, les villes ou, par l’État. Cela, aiderait, n’en doutons pas, de nombreux jeunes, à mieux réussir, leur difficile parcours, vers une maturité adulte, plus accomplie et, aisée, responsable et, épanouie, surtout…

 

Il est possible, d’acquérir, une bonne estime, de soi, par une meilleure image, de soi-même, une meilleure appréciation, de sa valeur personnelle. Une confiance, en soi, de l’adoJeune, en « influx » d’assurance, par solide foi, en ses compétences, capacités, performances. Une affirmation, de soi, satisfaisante, auprès, d’autrui : aisance relationnelle sereine. Une adéquate motivation, du jeune, à progresser, vers l’adultisme, implique, plusieurs prérequis. L’optimisation, de ses potentiels, avec efficacité maximale. L’identification, des facteurs, de démotivation, par leur mise, en perspective.

 

Le « repérage », des éléments, de re/motivation, par ancrage, d’un « Moi combatif ». La réduction, des passivités, par volontarisme : projet, efforts, persévérance. L’équilibre, l’épanouissement, du junior, doivent répondre, de même, à certaines exigences. Parvenir, à « se transcender », par l’appréciation, des richesses, de la vie. La domination, des émotions excessives, du stress nocif, le distress et, de l’anxiété, par détachement. La solidité mentale, la fixation, de finalités adéquates. La croyance, en ses capacités, son destin, sa légitimité. La mobilisation, de moyens idoines. La catalyse, des ferments, d’accomplissement, de soi. La plénitude, le don, de soi, généreux, le dépassement, de soi.

 

 

« Accompagner », le jeune homme, en coaching de vie

 

Ni thérapie « psy », ni soutien scolaire, le coaching de vie, d’Andro-AdoJeunoConseil®, délivre, aux jeunes masculins, sens, repères, enseignements. « Défis existentiels », espérance, valeurs, utilité et, don, de soi… Le préadulte passe, du « cercle vicieux », du non-épanouissement, au « cercle vertueux », de l’équilibre. Optimisme, réactivité, sérénité, contrôle, de soi, transcendance, succès. L’Andro-AdoJeunologie® inculque, le surpassement, de soi. La liberté, la maîtrise lucide, du milieu de vie, une « métamorphose » adoJuvénile propre, l’aisance, avec soi-même, autrui, la sociabilité, la plus accomplie.

 

> L’Andro-AdoJeunoConseil® porte, à lutter, contre, le stress, l’anxiété, l’émotivité paralysante, forgeant, acceptation, amour inconditionnels, de soi, réconciliation, avec soi-même. Positivité, constructivité, paix intérieure, permettent, au jeune homme, de se sentir, en sécurité, concorde favorable, harmonie, avec soi, autrui et, la vie, en foi absolue. Le coaching / conseil de vie d’Andro-AdoJeunologie® assoit, l’aptitude, à combattre, les doutes et, replis, sur soi, les plus paralysants. Pour s’intégrer, tenir, sa juste place néogénérationnelle, s’imposer, s’affirmer, auprès des autres, en pleine assertivité.

 

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® re-motive, fixe des objectifs et, projets adéquats, fait croire, en ses capacités, aux possibilités, en procure, tous les moyens, « maintient le cap » ! Le jeune homme apprend le sens, de l’effort, la ténacité, persévérance, patience, le sacrifice. Il se persuade, que tout se mérite, s’obtient, par labeur acharné systématique. L’Andro-AdoJeunologie® professe, une stricte méthodologie, de travail académique, pour bien réussir, « bouger ». Elle s’attache, aussi, à l’orientation, des études et, métiers, du préadulte. L’Andro-AdoJeunoConseil® favorise, la maturité, l’autonomie, comme, la responsabilité familiales, scolaires, relationnelles, professionnelles, culturelles, sociales, des valeurs. Aptitudes, à s’assumer, mènent, le junior masculin, à se distancier, des adultes. Être souverain, en ses choix, décisions. Penser, sainement, par lui-même. Le coaching / conseil de vie d’Andro-AdoJeunologie® répond, à l’aspiration androJuvénile, d’expérimentation, d’encouragement, comme, de gratification, de considération et, de réconfort. « Grandir », évoluer, se réaliser.

 

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® identifie, tous les facteurs, de problèmes. En repère, les éléments, de pleine résorption. Conduit, à surmonter, les difficultés, échecs, s’améliorer. Il est proposé, à tout garçon junior suivi, écoute, questionnement, dialogue, diagnostic et, suivi « sur mesure ». Avec, empathie, compassion, authenticité, adéquation : comprendre, éclairer, comme soutenir. L’Andro-AdoJeunologie® met en œuvre, pour tout jeune accompagné, cinq « grands leviers », de performance. Les comportements, projets, savoir-faire / être, créativité, remise en cause, pour l’action résolue. Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® consolide, l’originalité, la positivité mentales. Par un raisonnement cohérent, individualisé, apte, à « dynamiser », le capital humain androJuvénile, inné et, acquis.

 

Régulation, tempérance émotionnelles, du junior, incitent, à la limitation, des états d’âme négatifs, à l’audace, comme, au « bonheur, de vivre ». Quels, que soient, les aléas subis. Le coaching / conseil de vie d’Andro-AdoJeunologie® appuie l’indépendance et, l’ingéniosité, de l’agir. Être plein acteur, de son destin, « terrasse » l’adversité adoJuvénile, avec courage : vaincre, ne pas se laisser abattre ! Incapacités, incertitudes, mal-être, difficultés, perte, de repères, de sens, de ressort et, passivité, sont annihilés. Assurance, motivation, plénitude, mutation, orientation, performance, objectif et, réussite, sont suscités. En levée, des blocages, stimulation, de tous les potentiels, ténacité, soutien, guidance et, entraînements, des jeunes hommes accompagnés.

 

 

« PARIER »

SUR LES JUNIORS

 

 

Un pays, une nation, qui ne font pas, le pari, de leur jeunesse, rejettent, par là même, la vie, le progrès et, se mettent, en position, d’échouer. Exprimons, combien, nous, adultes aînés, croyons fort, en nos descendants et, en leurs talents, si précieux, pour notre pays. Beaucoup, reste, encore, à faire, pour améliorer, leur quotidien. En un monde, en crise, leur vie, de jeune, n’est pas facile. De très nombreux obstacles se dressent, sur leur chemin et, ils peinent, à se faire accepter et, occuper, toute la place, qui devrait, tout naturellement, leur revenir. Même, s’ils ont la chance, de vivre, en un grand pays, fort privilégié, avec, toutes les prérogatives et, les sujétions, que cela, implique.

 

Il s’agit, de faire le point, sur ce qui, est essentiel, pour assurer, aux juniors, un « destin meilleur ». Quatre grandes valeurs symboliques, indépassables, leur tiennent, particulièrement, à cœur. Elles résument, tout l’enjeu, de leur accomplissement : Liberté, Dignité, Confiance, Plénitude. La liberté est leur droit, à être servis, au mieux, par la collectivité publique. La dignité est leur droit, à être admis, à participer, à l’essentiel, à être pris en compte et, à être, équitablement, considérés, traités, par leur société. La confiance est leur droit, à bénéficier, des meilleurs moyens, de socialisation, qui les font progresser, en l’existence. La plénitude est leur droit, à l’épanouissement affectif, psychique, moral, physique et, social.

 

 

> La liberté est une valeur, particulièrement, prisée, des jeunes et, à promouvoir et, sauvegarder, pour eux. Cela, implique, une latitude, d’expression, de mouvement, de choisir, son propre destin et, d’agir ou, de s’abstenir, à sa guise. En respect, de soi et, d’autrui. Individuellement et, collectivement.

 

> La dignité est une vertu cardinale, à laquelle, a droit, la jeunesse. Elle exige, un respect absolu, de chaque junior, en sa personne, comme, de sa génération, ès qualité, ainsi, que de leurs droits et, intérêts. En strictes observation, prise en compte humanistes, de leurs réalités, besoins et, attentes.

 

> La confiance est capitale, pour la réalisation, de soi, adoJuvénile. Il s’agit, que le jeune ait foi, en lui, en estime, assurance, affirmation, de lui-même. Comme, en autrui, la vie, son destin. Il convient, tout autant, que la société adulte ait, aussi, confiance, en lui, comme, en sa génération. Condition, sine qua non, de leurs complets épanouissement et, réussite.

 

> La plénitude est la composante, la plus fondamentale, de l’accomplissement, de soi, des juniors. Elle est eudémonisme, ataraxie et, équanimité. Ce qui permet, la sérénité nécessaire. Pour faire sens, à sa vie, réaliser, sa mission terrestre, marquer, son empreinte, ici-bas. Ayant servi, son destin, tout comme, son prochain.

 

 

LIBERTÉ, DE LA JEUNESSE

 

 

Les jeunes ont droit, à une prise en compte et, à une représentation spécifiques. Ils ont droit, à la défense, de leurs intérêts particuliers, à l’information, l’association, à la vie, de leur société, nation, pays.

 

 

> L’imagination, le progrès, doivent être les moteurs, de toute intervention nationale publique, en faveur, de la jeunesse, d’une contrée.

 

> La créativité, l’inventivité, l’ingéniosité, les plus pertinentes, audacieuses, s’imposent, en mesures collectives idoines. Pour « façonner », chaque génération nouvelle. En son intérêt, comme, en celui, des communautés humaines concernées, dans le temps et, l’espace.

 

> L’action commune, la plus appropriée, tonique et, exemplaire, s’impose, pour que la jeunesse soit gratifiée, comme « richesse partagée ». En lieu et, place, de coupables inertie, incurie, impéritie, qui lui nuisent, la déconsidérant, tel, « fardeau, individuel et collectif ».

 

 

Imagination et, progrès, pour l’adoJuvénilité

 

Inventons, ensemble, une vraie politique globale, de la Jeunesse.

 

> Il serait conçu, mené, une authentique action générale, pour la nouvelle génération, s’adressant, à tous les juniors, quels, qu’ils soient. Cette politique aurait, pour objectif premier, de mieux évaluer, les spécificités, besoins, attentes adoJuvéniles, pour y répondre, de la façon, la plus efficace. Cette réorientation, des dispositifs, les concernant, relierait et élargirait, ceux qui, antérieurement, étaient dispersés, peu opérants, et surtout, réservés, aux seuls jeunes, parmi les plus démunis.

 

 

Mesures décisives, pour le junior

 

Mettons en œuvre, pour les jeunes, des moyens ambitieux, d’avancées.

 

> Afin, d’appréhender et, de servir, de la façon, la plus pertinente, leurs intérêts, notre pays se doterait, pour la première fois, d’un véritable ensemble cohérent, d’intervention. À leur disposition. Celui-ci serait, alors, de triple nature : budgétaire, structurel et, programmatique. Des moyens financiers, d’organisation et, de mesures importants, seraient mobilisés. Ce nouveau pôle global pallierait, le déficit néfaste, d’action, prévalant, en la matière.

 

 

Action, en faveur, du jeune

 

Bâtissons, avec et pour, nos juniors, une structure, d’action Jeunesse, efficace.

 

> Il serait créé, de façon inédite, un « grand ministère, des Jeunes et, des Droits, de la Jeunesse ». Cette administration serait chargée, de coordonner, d’unifier et, d’optimiser, l’action Formation-Insertion-Jeunesse, de tous les organes publics, d’intervention, concernés. À l’écoute, des juniors, cette « médiation générale » serait, leur principal interlocuteur, dans la défense, de leurs droits et, intérêts. Elle harmoniserait, une gestion parcellaire et, éclatée.

 

 

DIGNITÉ NÉOGÉNÉRATIONNELLE

 

 

Les jeunes ont droit, à la différence, à la considération, à l’expression et, au respect, de leurs valeurs. Ils ont un droit, à la non-diffamation et, à l’image.

 

 

> La jeunesse a droit, à la reconnaissance, de ce qu’elle est, en tant que telle, en pleine souveraineté, de destin. Sans avoir, à se conformer, à des schémas extérieurs, préétablis et, arbitrairement, imposés.

 

> Les jeunes ont droit, à la considération, de la part, de tous, notamment, des adultes. Leur valeur humaine n’est pas liée, à leur âge, mais, à leur être. Ils ont, à s’imposer et, se faire respecter, par principe, intangible et absolu.

 

> Les juniors ont droit, à l’ouverture d’esprit maximale, à leur égard. De façon tolérante, bienveillante, positive. L’exigence ferme, toujours, naturellement, requise, ne dispense, jamais, de la compréhension, l’indulgence, le droit, à l’erreur, qu’exige, leur jeune âge.

 

 

Reconnaissance de l’adoJuvénilité

 

Réservons, toute la place, qui appartient, à la jeunesse, en sa société.

 

> Une meilleure part sociale, doit lui revenir, de droit. Cela, passe, par une revalorisation, de son état et, d’être reconnue, pour elle-même, en tant, que précieux capital propre, actuel. Ses valeurs doivent être, pleinement, admises et, respectées. Au-delà, de son rôle, de consommatrice, elle est, une richesse, bien présente et, non pas, virtuelle future. La collectivité s’engagera, pour encourager, ses idéaux, les plus forts.

 

 

Considération du junior

 

Croyons, en nos jeunes et, en leur parole, pour les comprendre.

 

> Les échanges, entre eux et, leurs aînés, devront être favorisés, développés. Seule, l’écoute réciproque, sert l’enrichissement, de tous. Une société responsable se doit, de leur faire crédit, en esprit, de tolérance. Cela, est, de son intérêt, pour avancer, vers l’avenir. Une communauté, qui les entendra mieux, saura plus, les accepter. Notre devoir est d’attacher, le plus grand prix, à leur crédibilité, afin, de construire, tous ensemble.

 

 

Ouverture, pour le jeune

 

Ayons, sur les adoJeunes, un regard plus objectif, positif, juste.

 

> Une compréhension et, appréciation, plus favorables, de ce qu’ils sont, représentent, s’imposent, en la société, la presse, afin, d’améliorer, leur réputation. Les médias seront motivés, à leur donner la parole, pour les faire connaître. Il s’agit, d’encourager, la majorité juvénile, qui se bat, pour réussir, plutôt, que la minorité déviante. L’audience médiatique, des juniors, doit combattre les préventions, qui leur nuisent.

 

 

CONFIANCE, EN / DE L’ADOJUNIOR

 

 

Les jeunes ont droit, à plus, d’égards et, de satisfactions, dans l’éducation et, la formation, l’emploi et, le temps libre.

 

 

> La maturité adoJuvénile est capitale, pour devenir, un adulte accompli. Cela, impose, de grandir, moralement, psychiquement, intellectuellement. De développer, un sens patent, des responsabilités, à l’égard, de soi-même, comme, d’autrui. Autonomie, indépendance, souveraineté, en matière, de vie et, de destinée personnelles, complètent, ces attributs universels, de l’adultisme authentique.

 

> La réussite, du jeune, est le but, de sa vie, avec, la plénitude. Elle est socioéconomique, mais, surtout, immatérielle : spirituelle, morale, intellectuelle, axiologique, idéaliste. « Les choses, de l’esprit, faisant plus sens, que celles, de la matière ».

 

> Tout junior, a besoin, d’expérimentation. Cela, implique, le droit, à oser, innover, inventer, investiguer, créer, entreprendre, agir, à sa guise. Cela, comporte, aussi, le droit, de se tromper, d’échouer, de commettre des erreurs, changer d’avis, de voie. Voire, même, de… ne rien faire !

 

> La jeunesse a besoin, de rêve, d’idéal, d’absolu, qui la « transportent », au-delà, d’elle-même et, la mènent, à se dépasser, transcender. En fantasmagories, imaginaire, cheminements intérieurs. Cela, est nécessaire, à la pleine densification, de sa personnalité.

 

 

Maturité adoJuvénile

 

Préservons, la pleine autonomie, de la juvénilité, dans la famille.

 

> De celle-ci, les jeunes attendent, soutien affectif, éducatif, socioéconomique. Ils doivent, y être aimés, pour eux-mêmes. Leurs parents doivent réinvestir, leurs devoirs, d’éducateurs. L’État les aidera, comme, premiers agents, d’insertion socioéconomique, à leur égard. Il s’agit, pour leur famille, d’être en mesure, de remplir, pleinement, son impératif éducatif. Cela, n’est pas, du ressort, de l’école. L’affectif ne peut se suffire, à lui-même et, y pallier.

 

 

Réussite du junior

 

Appuyons, le parcours adoJuvénile, d’études, jusqu’au « succès final ».

 

> L’école doit, aux jeunes, la préparation, aux savoirs, à l’emploi, à l’humanisme : acquérir, savoir-faire et, faire-savoir, s’adapter, aux métiers, les plus actuels, leur donner les clés, de leur avenir, pour être acteurs forts, de leur vie et, non, sujets victimes, qui subissent. La collectivité, l’école, doivent relever quatre défis majeurs : former, plus, que sélectionner et, assurer, aux diplômés, des débouchés d’emploi, optimiser, les moyens idoines, s’adapter, à eux et, au monde. Du mieux possible !

 

 

Expérimentation du jeune

 

Favorisons, la pleine insertion, des jeunes actifs, dans l’emploi.

 

> Un « vrai travail » est, pour eux : un passage adulte : autonomie, moyen, de subsister et, « utilité sociale ». Un épanouissement, libre et personnel. Une expérience réelle et, de vraies perspectives, de carrière. L’État les y aidera, par la formation, l’insertion. Agissons, pour que l’accès juvénile, à l’emploi, soit plus facile, précoce, stable, décent. Pour l’intégration sociale, de la jeunesse. Pour mieux ajuster, ses formations, ses aspirations, son travail professionnel.

 

 

« Rêves adoJuvéniles »

 

Contribuons, à l’enrichissement, du temps libre, des juniors.

 

> Ils souhaitent, des loisirs récréatifs, pour se détendre, culturels, pour se construire et, moraux, pour s’enrichir. Avec, des engagements, tel, le Service civique volontaire. La société doit, leur en donner, les moyens, pour s’épanouir, se réaliser. Un effort particulier, devra être consenti, pour combler, le fossé, entre leurs attentes, de loisirs et, le peu, de satisfaction retirée. Quant à un consumérisme, de masse, uniforme et pauvre, donc, décevant et frustrant, pour la jeune génération.

 

 

PLÉNITUDE DE L’ADOJEUNESSE

 

 

> Chaque jeune, a droit, à l’équilibre psychoaffectif. Ce qui signifie, aimer et, être aimé, de façon authentique et, désintéressée, soit, oblative et, non, captative. De façon, à être, pleinement, épanoui.

 

> Le junior a droit, à la sauvegarde, de son capital santé. Cela, implique, un bon état physique et, psychique, moral et, social. Lequel, est rendu possible, par la prévention sanitaire et, une excellente hygiène et, discipline, de vie.

 

> La jeunesse a droit, à la culture, d’idéaux propres. Cela, consiste, en des engagements, adhésions, croyances, valeurs personnels, librement, choisis, en solides convictions. Pour faire sens, transcender, sa personne et, son existence, au-delà, des contingences prosaïques.

 

 

Amours du junior

 

Renforçons, tous les moyens, du bonheur affectif, des jeunes.

 

> Un apprentissage psychoaffectif, leur est nécessaire : apprendre, à s’aimer et, s’accepter, tels, qu’ils sont, pour progresser, en maturité. Apprendre, à tolérer et, aimer autrui, en sa différence. Le but, est de parfaire, leurs qualités, corriger, leurs travers. L’harmonie inter relationnelle dépasse, le champ affectivo-sexuel. L’objectif, à atteindre, est de combattre, les ignorances, incompréhensions, préjugés, entre les sexes, resserrer les liens, avec les aînés.

 

 

Prévention sanitaire du jeune

 

Sensibilisons, à l’éducation, pour la santé psychosomatique, comme sociale.

 

> La spécificité adoJuvénile requiert, une meilleure formation sanitaire et, une prévention, pour une meilleure intégrité, du corps et, de l’esprit. Les juniors doivent, être mieux alertés, quant aux pratiques, à risques, bénéficier, d’un égal accès, aux soins, de tous et, de remboursements médicaux corrects. Une bonne information santé rigoureuse, s’impose. Leurs atteintes physiques sont, souvent, d’origine psychique. La priorité est, donc, de traiter, leurs « bleus à l’âme ».

 

Développons, pour la néogénération, une véritable « médecine adoJuvénile et, adoJeunologique ». Il s’agit, de multiplier, pour les juniors, les unités Santé Jeunesse, d’écoute, de soins, d’information, notamment, à l’hôpital. Il s’agit, d’instaurer, une authentique médecine, de l’adolescent et, du jeune et, former, des praticiens « jeunologues » compétents. Cela, doit remédier, au fort déficit, de structures spécialisées, d’accueil, adéquates. Surtout, à l’état, de plénitude psychosomatique, de nos cadets, qui laisse, encore trop, « à désirer », en notre pays.

 

 

Idéaux adoJuvéniles

 

La juvénilité est en recherche, d’un message, de vie et, d’espérance ! D’un idéal introuvable, qui la transcende. Sa société ne l’attend ni, ne l’entend, assez ! Alors, que réussir, son existence, est, parfaitement, accessible. Notre devoir est, de lui en donner, la clef. Les pseudo valeurs, de la société, de consommation, ne lui conviennent pas, par ses impasses. Aucun vrai projet, de vie, ne lui est, à tort, véritablement, proposé.

 

> Notre nation se doit, de conclure, avec, l’adoJeunesse, un authentique « pacte moral, de réussite et, de reconnaissance mutuelle ». Qu’elle ait foi, en elle-même, en ses idéaux et, projets, d’avenir ! Les juniors sont des acteurs majeurs, de leur propre vie, avec, le soutien indispensable, de notre société ! Ils souhaitent, avec force, entendent, résolument, contribuer, à bâtir, un monde plus beau, plus grand, plus fort, avec eux, pour eux, pour tous, comme, ils le veulent, si ardemment. Portons, leur regard, leurs aspirations, leurs rêves, tous, ensemble. Le privilège, de notre pays, est d’être, en mesure, de le faire, dans un monde, de misère, de chaos et, d’incertitude. Relevons, ensemble, le défi, de l’audace, pour assurer, à la jeunesse, un présent et, un avenir meilleurs !

 

 

« SERVIR »

LES ADOJEUNES

 

 

L’Andro-AdoJeunologie® est réflexion de vie, d’Andro-AdoJeunoScience®, comme coaching de vie, d’Andro-AdoJeunoConseil®. Elle n’est pas, seulement, une pleine « connaissance, de la chose andro-adoJuvénile » et, un accompagnement, des adoJeunes masculins.

 

 

> Elle est, aussi, tout autant, une reconnaissance, du devoir, des « aînés adultes », à l’égard, des « cadets adoJuvéniles ». En exemplarité, droiture, guidance, pour les aider, à grandir.

 

> L’Andro-AdoJeunologie® émet, des propositions, en faveur, des juniors. Faisant le point, l’analyse, des réalités, de l’adoJeunesse française. Suggérant, donc, sans relâche, des éléments et, idées, d’avancées, au profit, de la nouvelle génération, de France.

 

> Elle se veut, une défense, de la « cause adoJuvénile ». En la préservation absolue, des droits et, intérêts, des jeunes et, de la jeunesse. Mineurs, comme, majeurs. Garçons et, filles. En formation ou, actifs. De façon inconditionnelle, irréfragable, intangible.

 

> La « sauvegarde morale », des préadultes, doit être, le combat majeur, de nos sociétés actuelles. Depuis, trois décennies, l’intégrité éthique, des jeunes, se dégrade, de plus en plus. Elle atteint, un niveau, de « confusion axiologique », désastreux. Ferment, des plus ravageurs, pour l’avenir.

 

> Constatons, hélas, que l’adoJeunesse française est, plus, que jamais, en déréliction, déshérence. Elle n’est pas ou, plus, la priorité nationale, aux dépens, non seulement, des jeunes, eux-mêmes, mais, du pays, tout entier.

 

 

DEVOIR, À L’ÉGARD, DE LA JUVÉNILITÉ

 

 

L’impératif moral, de la collectivité, est de mieux reconnaître, sa jeunesse. Aujourd’hui, celle-ci est confrontée, au fort recul, de son influence. Son droit, à défendre, ses intérêts, est nié. Il n’y a pas, de volonté politique, d’élargir, des dispositifs, très épars, réservés, aux plus démunis. Pas, de moyens, unifiés et globaux, d’intervention publique pertinente, pour tous les jeunes. Pas, d’action coordonnée, concertée, pour répondre, à leurs nécessités, urgences et, vécus. Il y a, net refus, de son « droit, à la différence ». Non, à l’indifférence. Pas, de représentation juste, de la majorité, cela, accroît fort, les préjugés anti-jeunes. Pas, de dialogue, d’acceptation, de prise en compte, de crédit, de la part, des aînés. Pas, de place, autre, que consumériste, pas, de reconnaissance, de leurs valeurs.

 

> Il y a, report, du droit juvénile, à la socialisation. Pas, d’autonomie ni, de considération personnelle propre, au sein, de la famille. Pas, d’études épanouissantes, aptes, à « grandir », les juniors et, à les intégrer, en adultes. Pas, d’insertion professionnelle, en responsabilité, accomplissement et, liberté. Pas, d’enrichissement réel, dans un temps libre, qui les déçoit, par superficialité. Il y a, oubli, de leur droit, à la plénitude. Pas, d’apprentissage, à l’équilibre psychoaffectif, or, ignorances, entre les sexes. Pas, de sensibilisation, suffisante et, adéquate, à la santé psychosomatique et, aux prises, de risques. Pas, de thérapeutique et, assez, de structures spécialisées, or, défaillances, de la santé, des jeunes.

 

 

PROPOSITIONS ADOJEUNOLOGIQUES

 

 

Une « nouvelle place », pour les jeunes, s’impose ! En ouverture, accrue et confiante, il s’agit, de, pleinement, reconnaître l’adoJuvénilité. Il convient, de mener, une politique générale authentique, pour tous les adoJeunes, pour mieux, les servir. De créer, des leviers cohérents, d’ « action Jeunesse » : budgets, structures, programmes. Un vrai ministère, des Jeunes et, des Droits, de la Jeunesse, pour défendre, les intérêts, de la nouvelle génération.

 

> Le plein respect, des juniors, consiste, à les accepter, tels, qu’ils sont. Avec, un regard plus objectif, sur leur image, plus, de compréhension, de place, d’écoute. Une tolérance, de leur originalité, mieux les associer, à la marche, de l’essentiel. Un soutien, une revalorisation, de leur état, de leurs idéaux, les apprécier, ès qualité.

 

Pour leur parfaite insertion, il convient, d’accueillir, les adoJeunes, à part entière. Un appui familial affectif, éducatif, socioéconomique renforcé, leur permet, de mieux mûrir. Une formation adéquate, de qualité, aux savoirs, aux métiers, à l’humanisme, leur fait réussir, leur avenir. Un emploi, stable et, enrichissant, les rend autonomes, utiles, les fait s’épanouir, acquérir, expérience et, carrière. Un temps libre récréatif, culturel, moral, des plus exigeants, leur assure, de se détendre, construire, s’enrichir. Une plénitude existentielle assure, un épanouissement juvénile, en liberté. Une affectivité, maîtrisée et éduquée, conduit, à aimer et, être aimé, dans le respect, des différences. Une bonne santé, de nos cadets, est assurée, par l’éducation, la prévention, l’information, l’accès, aux soins. Une médecine, des praticiens, des unités santé spécialisés, sont un atout, pour « se sentir mieux ».

 

 

DÉFENDRE, LA JEUNESSE

 

 

L’Andro-AdoJeunologie® n’est pas, seulement, la défense, des intérêts individuels, des garçons  juniors suivis, en entretiens personnels, de coaching / conseil de vie, en cabinet. Elle est, tout autant, un combat déterminé, pour la sauvegarde collective, de la néogénération, en tant, que cohorte d’âge. Pour « inventer, la société, de demain, avec, les jeunes, d’aujourd’hui ». Ces derniers ont toute légitimité, pour être membres, à part entière, de leur collectivité. Il convient, alors, au préalable, que les adultes s’interrogent et, qu’ils questionnent, surtout, les juniors, eux-mêmes, en tant, que principaux intéressés. Quant à ce qui convient, le mieux, à la juvénilité, selon, sa propre opinion, en vertu, de ses priorités, préférences. Reflet, de ses réalités, besoins, comme, attentes. En les principaux champs existentiels, la concernant.

 

 

Abordons, ces sujets, d’intervention d’urgence :

 

 

> Les politiques publiques, de la Jeunesse sont, en France, le « parent pauvre », de l’action gouvernementale. Les mesures, mises en œuvre, sont inadaptées, limitées, parcellaires, dispersées. Sans cohérence, pertinence, unité, efficacité.

 

> L’image de marque, des jeunes, telle, qu’elle est répandue, dans les médias et, la société, est négative. Elle est marquée, par les pires préjugés, à leur encontre. Ce qui contribue, à leur marasme, stigmatisation, désocialisation.

 

> L’insertion sociale adoJuvénile est défaillante, car, ses vecteurs traditionnels sont dysfonctionnels. La famille n’éduque plus. L’école ne forme plus. L’emploi n’intègre plus. Les loisirs ne contentent plus. Les liens interindividuels n’épanouissent plus. Les valeurs ne transcendent plus… Ou, fort mal !

 

> La socialisation familiale, des juniors, est déficiente, car, elle se centre, surtout, désormais, sur la sphère affective et, matérielle. Aux dépens, de celle, éducative et, d’insertion. Sans compter, son atomisation, par désunion.

 

> La formation, de la jeunesse, est inadéquate, insuffisante et, fort médiocre, pour la majorité. Elle sélectionne, plus, qu’elle ne forme, rejette, plus, qu’elle n’intègre, favorise, les meilleurs, aux dépens, des autres. Elle peine, à bien instruire, oublie, son humanisme originel, prépare mal, aux métiers.

 

> L’emploi, de la nouvelle génération, est incertain, en France. Pour beaucoup, il est inaccessible, instable, déqualifié. Il n’est plus, outil, de progression sociale, mais, de déclassement, d’exclusion, de précarité, marginalisation, marasme, pour trop, de jeunes.

 

> Les loisirs, culture, récréativité, de l’adoJuvénilité, sont décevants, car, de piètre qualité, pour la plupart. La pléthore l’emporte, aux dépens, de la richesse, de fond. Ils ne servent plus, à s’accomplir, mais, à s’étourdir, pour combler, de façon illusoire, une vacuité, existentielle et morale, abyssale.

 

> Les valeurs, engagements et, adhésions néogénérationnels, se font rares, incertains, fugaces et, mouvants. En temps, de doute, de malaise et, d’instabilité, les fortes convictions sont une gageure. Alors, que les mensonges égarent les esprits, manipulent, faute, de certitudes solides, paradigmes et, vision, du monde, deviennent introuvables.

 

> L’affectivité, de l’adoJeunesse, se trouble, se brouille, s’altère, car, il ne s’agit plus, de « se donner », mais, de « dérober, à autrui, le maximum ». En cela, les relations humaines liées, ne sont, qu’égocentrées, égoïstes, égotistes. Non, empathiques, compassionnelles, congruentes. Faussées, elles ne sont plus, que toxiques, pernicieux leurres.

 

> La santé, des adoJeunes, est moins bonne, qu’elle le pourrait et, devrait, à un âge, de pleine vitalité. En mal-être, les troubles psychosomatiques s’aggravent, progressent. Cela, conduit, à plus, malmener, négliger, son état général, qu’à, en prendre soin.

 

> Les droits, des adoJuniors, mineurs et, majeurs, sont trop limités et, insuffisamment, protégés et, garantis, de manière effective. La matière juridique ne fait, que suivre, en cela, les conceptions et, pratiques sociales, sociologiques, sociétales. À jeunesse dépréciée, droits afférents minorés.

 

> La protection anti-violences, de la juvénilité, est problématique et, insatisfaisante. Il s’agit, de la classe d’âge, la plus touchée, par les déviances, la plus vulnérable, moins bien protégée, en l’espèce. Quant aux atteintes, d’autres jeunes, d’adultes, contre les biens, personnes.

 

> L’environnement, que nous réservons, aux populations juvéniles, est, de plus en plus, dégradé. D’un point de vue climatique et, écologique. Le pire étant, à venir, les adultes transmettront, à leurs descendants, une planète où, il fera, de moins en moins, « bon vivre ».

 

> L’éthique scientifique, capitale, pour l’avenir, des néogénérations, actuelle et, futures, peut être porteuse, du pire, si elle est dévoyée. Au service, non, de l’humain, mais, de fort mauvaises causes. Manipulations génétiques, biologiques, transhumanisme, comme, abus, d’intelligence artificielle, peuvent générer, maintes dérives, bien délétères.

 

> La mondialisation et, globalisation ont un impact majeur, sur nos descendants. Poussées, à l’excès, elles accroîtront, déshumanisation, dérégulations nocives, ruine, des plus vulnérables, désordres et, déstabilisations… Donc, replis, nationalismes, populismes, violences, guerres… Tuant, alors, leurs bénéfices, les meilleurs.

 

 

Politiques publiques, pour le junior

 

La « cause adoJuvénile » a trait, tout d’abord, à des politiques publiques particulières, pour une jeunesse spécifique. Avec, des moyens d’action, de la communauté nationale, au bénéfice, de tous les juniors. Il convient, pour ces derniers, d’être des interlocuteurs, à part entière, pour les pouvoirs publics. Avec, un certain nombre et, certains types, de dispositifs spécifiques, à mettre en œuvre, pour satisfaire les nécessités, les plus cruciales, des jeunes. Avec, la possibilité, pour eux, de s’organiser, pour gérer, eux-mêmes, leurs propres intérêts.

 

> Des structures, d’intervention Jeunesse, idoines, sont souhaitables et, nécessaires. Ce qui exige, une unité centrale, « d’action Jeunesse », la plus adaptée possible. Un certain type, d’entités locales décentralisées, pour mieux servir, notre descendance. Une prise en compte, des espérances juvéniles, par la collectivité.

 

Des programmes et, dispositifs nouveaux, plus performants, conviennent, à l’intention, des jeunes. Pour une politique publique globale, cohérente et, unifiée, de la Jeunesse. S’adressant, à tous les juniors, sans exception, outre, aux « cas », les plus difficiles, d’abord et, seulement. Avec, un certain nombre, de priorités et, d’urgences, d’une « vraie politique néogénérationnelle », à définir, par les intéressés adoJuvéniles, eux-mêmes.

 

 

Image de marque du jeune

 

L’image, sociale et médiatique, des juniors, est, bénéfiquement, à réévaluer et, reconsidérer. Avec, une meilleure considération, du jeune, par l’adulte. Cela, consiste, de la meilleure façon adéquate, à fort combattre, le jugement, trop souvent, négatif, que la société a, de sa propre progéniture. À cet égard, la minorité adoJuvénile « déviante », « à problèmes », ne doit plus, faire « oublier », les autres juniors, très majoritaires. Améliorer, l’ « image », du jeune, aiderait, grandement, celui-ci, à « mieux vivre », en sa société.

 

> De meilleures, plus positives, « visibilité et, audience médiatiques, de la jeunesse, doivent prévaloir. Cette dernière « écoute » les médias, mais, la réciprocité demeure, bien trop peu, vérifiée. L’image médiatique juvénile est, généralement, injuste, caricaturée, extrême. Les émissions spécifiques, avec, sur, par et, pour, les jeunes, leur donnant, authentiquement, la parole, sont insuffisantes. En nombre et, surtout, qualité.

 

Un plus grand crédit et, une appréhension morale, plus favorable, des juniors, par le corps social, sont de mise. En France, « la valeur attend, encore et, toujours, bien trop, le nombre, d’années ». Aux dépens, des « Modernes », au profit, des « Anciens ». La parole adoJuvénile n’est, généralement, pas créditée, de tout le poids, qu’elle mérite. Les aînés installés, n’acceptent, de reconnaître, que la valeur virtuelle, d’adulte futur, du jeune, non, sa richesse actuelle, qui peine, alors, à s’affirmer.

 

 

Insertions adoJuvéniles

 

Une plus importante part, des jeunes, à la marche, de leur société, s’impose. Cela, passe, par leur « reconnaissance », en tant, que tels et, de leurs valeurs propres. Il s’agit, alors, de les aider et, leur permettre, de dépasser, leur rôle étroit, de consommateurs, d’études et, de loisirs. D’occuper, toute la place, qui leur revient, de droit, en société. De, pleinement, admettre, les adhésions, idéaux, principes axiologiques, ontologiques, éthiques, propres, à la juvénilité.

 

> Une refondation, du dialogue et, de l’entente, entre toutes les générations, est impérative. Cela, légitime, une plus authentique, disponible et, profonde, prise en compte, comme écoute, des cadets, par leurs devanciers. Nombre, d’études, démontrent, que préjugés et, intolérances sont, souvent, plus, le fait, des adultes, quant aux jeunes, que l’inverse. Il convient, alors, de promouvoir le « droit, à la différence », de tous, dans le respect mutuel, de chacun.

 

Une annihilation, de la « marginalisation-ghettoïsation », de la jeune génération, est d’actualité. Rendre, plus précoce, une insertion sociale adulte, de la jeunesse, devenue, de plus en plus, tardive. Combattre, par l’intégration, le sentiment adoJuvénile justifié, d’être une classe d’âge, « mise de côté, rejetée, mal aimée et, défavorisée, voire, sacrifiée ». Optimiser, les conditions, de l’ « épanouissement social » néogénérationnel, trop peu, réunies, aujourd’hui. Telles sont, les mesures, à prendre.

 

Une plus forte inclusion sociétale, de l’adoJeunesse, d’abord, familiale, consiste, tout à la fois, à « vivre ensemble et, rester, soi-même ». Or, la cellule domestique, conjugale, comme « lignagère », contemporaine et, occidentale est, tout à la fois, faite, de permanences et, de ruptures. La place accordée, à la dimension affective, de l’entité familiale, est à recadrer. Le rôle éducatif, de la famille, est, trop souvent, désormais, supplanté, par le confort, purement affectif. Le soutien socioéconomique familial matériel, aux juniors, devient crucial, en temps, de crise. Il ne saurait, pour autant, tenir lieu, de seuls, « viatique et quitus, absolutoires », des parents. Au détriment, d’autres impératifs, tout aussi capitaux, pour tout jeune.

 

 

Socialisation familiale du junior

 

De plus effectives transmissions intergénérationnelles et, l’autonomie, des jeunes, sont capitales. En famille, ces derniers ne sont pas, toujours, aimés, pour eux-mêmes, mais, plutôt, en tant, que rejetons. Or, l’amour parental, se doit, par définition, esprit, de justice, d’être inconditionnel, intuitu personæ. L’éducation familiale est, à renforcer, car, elle n’est plus, assez, propre, à « préparer, la jeunesse, à la vie adulte ». L’aide socioéconomique, des familles, aux adoJuniors, ne peut être, pur « assistanat matériel », de complaisance, irrévocable, quoi, qu’il arrive. Or, plutôt, un accompagnement révocable, sous conditions, selon, l’âge, la situation, les besoins, efforts, mérites effectifs, de chaque jeune concerné.

 

> Mieux, « se situer » et, s’épanouir, en famille, compte beaucoup. Cette dernière est, encore, pour trop, de juniors, plus, un cadre rigide incompréhensif ou, trop complaisant, qu’un réel « refuge », de plénitude. Il convient, en fermeté, exigence, d’encourager, le jeune, à progresser, plutôt, qu’à l’abattre ou, l’amollir, par excès, de coercitions ou, d’indulgence. Faiblesses, laxismes coupables, de nombre, de parents, sont, tout autant, fort toxiques, que l’abus, d’intolérance et, à rejeter. L’excellence, d’une éducation parentale, des juniors, se vérifiera, en son aptitude, à être transmise, aux enfants, des actuels descendants. Le premier « agent, de socialisation », du jeune, n’est plus, la famille, mais, les pairs néogénérationnels. Or, le rôle parental, en l’espèce, demeure fondamental et, ne peut être négligé, mais, revalorisé.

 

 

Formation du jeune

 

La formation académique est, à réévaluer, car, devenue, quasi « mission impossible », pour notre système éducatif. Les impératifs et, enjeux, de l’éducation scolaire, « se brouillent », de plus en plus. Aux dépens, de la jeunesse scolarisée et, étudiante. Un redressement drastique s’impose, donc. L’école ne sait plus, assez, ni comment, transmettre, les savoirs, savoir-faire et, faire savoir, à ses publics adoJuvéniles. Elle peine, encore trop, à bien préparer, à l’emploi, tenir compte, des débouchés professionnels disponibles. Le monde, du travail et, des métiers, se plaint, à juste titre, de ne pas, assez, trouver, de jeunes, suffisamment, bien formés. Aptes et, directement opérationnels, pour intégrer, la vie active. Paradoxe inacceptable, en temps, de chômage, de masse. En outre, l’école réussit, fort insuffisamment, sa mission, d’inculquer, aux adoJuniors, humanisme et, responsabilité.

 

> « Mieux et, plus », d’instruction, pour tous les jeunes, tel est, l’enjeu, en ratés et, espoirs, de l’école, de demain. Formation et, sélection, se doivent, d’être plus, en complémentarité, qu’en contradiction. La mobilité, l’ascension sociales, par l’éducation, sont « en panne ». Les moyens, de l’enseignement, sont, de moins en moins, adaptés, aux élèves et, au monde. Plus, d’ « efficacité socioéducative », des études, s’impose.

 

La participation et, les droits, des « auditeurs, d’enseignement », sont, à renforcer. La pédagogie scolaire française, n’est pas assez participative et, encore, bien trop, « unilatéraliste ». Le rôle et, les droits, de l’étudiant, ne sont plus adéquats, mais, dépassés. La formation académique est, certes, la meilleure garantie, d’insertion juvénile, sur le marché, du travail. Or, à la condition d’être d’excellence, poussée et, professionnalisée. Trop, de jeunes, n’y ont, encore, pas accès ou, y échouent, en France.

 

 

Emploi adoJuvénile

 

L’emploi, « gageure et, défi », pour les jeunes, est, trop souvent, « introuvable ». Permettre, à tous, d’atteindre, toute leur « mesure socioéconomique », par le travail professionnel, est un enjeu, fort crucial. Le premier emploi n’est plus assez, le passage juvénile, vers l’adultisme, par excellence. Le travail, des juniors, n’est plus, suffisamment, pour eux, gage, de satisfactions personnelles. L’emploi n’offre plus, assez, d’expérience et, de perspectives, de carrière, de métier, de profession, pour la nouvelle génération. Un plein épanouissement personnel, du junior, passant plus, par le travail. L’accès, à l’emploi, des plus jeunes, est devenu trop difficile, il s’agit, de le faciliter.

 

> L’entrée, en la vie active, est, de plus en plus, tardive. Les inconvénients, de ce report, sans cesse, prolongé, commencent, à l’emporter, sur les avantages. Or, instabilité, déqualification, du travail, des juniors, ne sont pas, une fatalité. Plus, de place, dans l’emploi, l’entreprise, pour les jeunes actifs français, est nécessaire, comme, possible. L’inadéquation, formation-travail, est un vrai problème, à résoudre. Il convient, de concilier, au mieux, aspirations individuelles et, exercice professionnel, métier. L’entreprise et, les juniors actifs, sont des partenaires, faits, pour s’entendre, mais, ne le sont pas, suffisamment, en la réalité, des faits.

 

 

Loisirs et culture du junior

 

Un temps libre permettant plus, au désir adoJuvénile, de « se sublimer », est à, totalement, « ré/inventer ».

 

> La « civilisation, des loisirs », s’inscrit, pour bien trop, de jeunes, entre attentes excessives et, déceptions accrues. Les sorties récréatives ne répondent pas, assez, aux besoins néogénérationnels, de détente-convivialité. Sports et, bien-être : mobilité physique, émulation et, santé, ne vont pas, suffisamment, de pair. Le « culte, du corps », ne saurait, se suffire, à lui-même. Le loisir, des juniors, est, trop souvent, plus, source, d’ennui consumériste, que de réel enrichissement personnel. Est, à privilégier, une culture, du jeune, plus, à part entière, qu’à part. La culture, des juniors, est différente. Elle est, pour eux, tant, un vecteur, d’adhésion, pour la leur, que de rejet, pour celle, des adultes. La société permet, trop peu, à la jeunesse, les moyens, de ses ambitions culturelles.

 

 

Valeurs et engagements du jeune

 

Idéaux et, adhésions néogénérationnels s’inscrivent, entre reflux et, vitalité.

 

> Il y a, un hiatus, entre la soif, de valeurs et, l’engagement réel, de la juvénilité, partagée, entre passivité et, découragement. Pourtant, la jeunesse peut apporter, au monde, une grande, forte, belle ambition morale, spécifique. S’il y a, fin, des attachements institutionnels, des jeunes, nombre, d’entre eux, se sentent appelés, à une « nouvelle mystique, d’élévation spirituelle ».

 

 

Affectivité adoJuvénile

 

La personnalité adoJuvénile s’attache fort, à la sphère affective, en « quête, d’absolu ». Les jeunes attachent grand prix, à l’amitié. Ils croient, encore, en l’amitié indéfectible, comme, la plus purement, désintéressée. L’amitié intranéogénérationnelle les aide, à progresser, en maturité. Les amitiés, de jeunesse, sont de nature, tout à la fois, autre et, similaire, à celles, de l’adulte. Aussi belles et, plus fortes, encore.

 

> Il s’agit, de « gérer », le sentiment amoureux, pour se construire, à deux. Le véritable amour n’est pas conditionnel et, captatif, mais, inconditionnel et, oblatif. L’on n’aime pas, par besoin, de l’autre, mais, l’on a besoin, d’autrui, par amour. Il est plus facile et, plus malaisé, d’aimer, à vingt ans. Cela, est plus fort, exaltant et, plus douloureux, décevant.

 

Désirs, plaisirs, envies, ne permettent pas, toujours, de bien vivre, ses penchants affectifs. Sensualité physique et, sentiment entretiennent, à l’adoJeunesse, des rapports complexes. Trop laisser, libre cours, à ses pulsions, ne permet pas, d’en assurer, la pleine maîtrise. La sexualité en devient invasive, tyrannique, frustrante, car, pervertie, ce qui génère, les pires dérives, abus, manipulations.

 

 

Santé du junior

 

En santé psychosomatique, corps physique, personnalité, psychique et morale, interactions sociales, comportements individuels et, collectifs, ont des incidences, sur chaque jeune. Lesquels, ne sont pas, tous et, toujours, en aussi bonne santé, que l’on pourrait, le croire. Toxiques, IST et, Sida, risques et, accidents, sont souvent, plus, les effets, de l’inconscience, des négligences et, abus, que du pur et, simple fatalisme. D’où, l’impératif, d’apprendre, aux juniors, à « mieux gérer », leur corps, leur esprit, leurs liens sociaux et, leur « capital santé ».

 

> En plénitude psychomentale, la « part, du soi, et, de l’autre » est capitale et, déterminante. Il y a, depuis, ces dernières décennies, aggravation, du mal-être, psychique et moral, des jeunes. Constats, causes, remèdes, sont connus, documentés. Suicides, tentatives, pensées suicidaires, dépressions, abus médicamenteux psychotropes et, désordres alimentaires, ne sont pas rares, à l’adoJeunesse. Il semble, qu’il soit plus difficile, aux juniors, d’être « bien, en leur peau », aujourd’hui.

 

Le système, de santé, est fort mal adapté, aux besoins psychosomatiques adoJuvéniles. Les jeunes bénéficient, d’un accès, aux soins, encore, trop peu satisfaisant. Il est, donc, souhaitable, d’instaurer, une authentique médecine adoJuvénile. Les unités, de soins, d’information, de prévention, d’écoute, réservées, aux juniors, ne sont pas, en nombre suffisant et, adaptées, à leurs besoins.

 

 

Droit-s du jeune

 

Droit-s, libertés et, protection, des jeunes, mineurs et, majeurs, comme citoyens, à part entière, sont primordiaux et, à garantir. La participation et, la représentation, des juniors, en la vie publique, sont capitales. Leur place et, prise en compte, en la communauté nationale, la politique, ne sont pas justes. L’importance, la spécificité juvéniles, exigent, des institutions représentatives particulières. Des mesures sont, donc, à prendre, pour réajuster, le poids, des jeunes, en l’organisation démocratique collective française.

 

> La vraie parité, entre les sexes adoJuvéniles, n’est pas ou, plus, une utopie. L’égalité, entre filles et, garçons, est un « combat », plus, que jamais, d’actualité. Le « vrai pouvoir » demeure trop, encore, un monopole, de fait, strictement, masculin, comme, de la maturité adulte. Équilibrer, de façon juste, la part, des sexes, est possible. Seule, une puissante volonté politique, peut, y pourvoir et, y parvenir.

 

Les droits, des minorités juvéniles, ne sont pas, une lutte, « perdue, d’avance ». Jeunes étrangers, handicapés, malades, homosexuels, différents…, ont encore, « fort à faire », pour se voir, pleinement, respectés, comme, les autres. Ni plus ni, moins. Égalité, des droits, droit, « à la différence et, à l’indifférence », tolérance, pour tous, sans exception, s’imposent, sans exclusions ni, failles. Il est, toujours, possible, d’accepter autrui, en sa dissemblance, en restant, parfaitement, soi-même. Cela, n’appauvrit pas, mais, enrichit. Reconnaître autrui, en son unicité, sa particularité, n’implique, jamais, de se nier, renier, soi-même, pour autant. Or, l’on en est, tout au contraire, sublimé, transcendé, bien plus, que « diminué ».

 

L’État-Nation centralisé, omnipotent, actuel, n’est plus adapté, à notre société. Nos institutions publiques, de la Cinquième République française, ont « très mal vieilli ». Il s’agit, de les réformer et, de la meilleure façon. « Revivifier », notre « démocratie, mal en point », surtout, pour la jeunesse, en déshérence, s’impose. Le local, plus adapté et, proche, des citoyens et, de leurs besoins, est l’avenir, du national, lointain, vertical et, sclérosé.

 

Une Justice rénovée, du mineur, doit être appelée, de nos vœux. Manque, de moyens, lenteurs et, inadaptations, rendent obsolète, le système judiciaire, de la Jeunesse. S’impose, un traitement légal particulier, pour les jeunes justiciables majeurs et, non seulement, pour les mineurs. Eu égard, aux particularismes, des moins, de vingt-cinq ans. La Justice n’est pas, toujours, juste, avec la néogénération, entre laxisme et, sévérité, parfois, tout aussi, excessifs.

 

 

Protection adoJuvénile anti-violences

 

Les jeunes sont, tout autant, victimes, qu’auteurs, d’insécurité, de violences et, de délinquances. Le sentiment, d’insécurité, n’est pas, seulement, subjectif, paranoïaque, il est, aussi, basé, sur la réalité, du quotidien. La société est responsable, de cette vulnérabilité, de l’insécurité, d’une jeunesse, qui en est, bien plus, atteinte, que ses aînés adultes. Il s’agit, alors, de mieux, faire face, à ce syndrome accru, des plus préoccupants. En ses causes, individuelles et collectives, la société est « fataliste, défaitiste, démissionnaire ». Laissant, nombre, de juniors, seuls, démunis, face, aux déviances, qui les frappent. De la part, de pairs ou, également, d’adultes.

 

> La délinquance adoJuvénile n’a cessé, de croître, de façon exponentielle, depuis, 1945. Elle présente des spécificités et, des risques et, dangers multiformes, aggravés. Précocité, aggravations, récidives, s’observent, en paroxysmes néogénérationnels. Pourquoi, tant, de « haines », si et, de plus en plus, jeune ? Notre société adulte est coupable, de laisser-aller, d’incurie, de rejet, d’abandon, des juniors. Mieux écouter, accueillir, insérer, notre jeunesse, est l’une, des clés, de ce grave problème sociétal.

 

Les violences exigent prévention, dissuasion, autres voies, répression et, réhabilitation. La déviance est, tout autant, imputable, à l’individu, qu’à son milieu, de vie. L’infernal cycle, prévention-répression n’est pas, la seule solution, aux délinquances. Les atteintes subies, par les jeunes, sont particulières et, plus fréquentes, récurrentes, lourdes, que pour les adultes. Cela, appelle, des mesures spécifiques, adaptées et, drastiques.

 

La sauvegarde, des jeunes, les plus fragiles, vulnérables, subissant, exclusions, injustices sociales, est prioritaire. Les réalités déviantes ne sont pas, une fatalité, mais, un vrai « scandale social ». Imposant, des remèdes idoines. L’exclu social n’est pas responsable, mais, victime, de son infortune. L’atteinte sociale, ainsi, constituée, n’est pas, un avatar incompressible, de notre système capitaliste occidental, postmoderne. Avancées économiques et, progrès social, ne sont pas incompatibles et, peuvent être conciliés.

 

 

Environnement du junior

 

Les aînés n’ont pas su, sensibiliser, la jeunesse, aux impératifs, de survie humaine : écologiques, environnementaux, du développement durable. Entre inertie, craintes, espoirs. Écosystème, économies d’énergie, agriculture biologique, solidaire et responsable, alimentation plus saine et, sûre, demeurent, les « parents pauvres », de notre temps. Quand, il s’agit, de respecter, les milieux naturels, tout en en bénéficiant, en optimum respectueux, de l’avenir et, des nouvelles générations, actuelles et futures. Les énergies nouvelles, substitutives et, viables, pour demain, sont, encore, trop négligées.

 

> Au profit, d’énergies fossiles, pourtant, des plus polluantes et, périssables. Notre sécurité alimentaire est fort atteinte, par une agriculture intensive et, des élevages industriels. Lesquels, épuisent la planète, le vivant, nuisent, à la santé, des êtres humains. Avec, une « destruction climatique », une désertification, des terres et, une disparition, des espèces animales, végétales et, minérales, accélérées et, des plus ravageuses, pour l’homme, lui-même. L’ensemble, en un inquiétant contexte mondial, d’explosion démographique exponentielle, sans précédent et, défavorable. Actuel et, surtout, à venir. Avec, des migrations politiques, économiques et, climatiques futures, croissantes et, humainement, désastreuses.

 

Urbanisme anarchique, aménagements, du territoire, défaillants, transports déficients, éprouvent les populations. Explosions urbaines et, des banlieues, habitat inhumain, ne trouvent réponse, aux maux, qu’ils engendrent. Pourtant, il est, encore, possible, d’organiser, de développer, faire prospérer, nos espaces géographiques, à pleine échelle humaine. Les épuisants trajets, du quotidien, collectifs ou, individuels, des travailleurs, ne sont pas, davantage, une fatalité, pour tous ou, presque.

 

Notre planète peut-être, à terme, menacée, de disparition, pure et simple. De même, que l’humanité, qui y survit, plus, qu’elle n’y vit, pour une bonne part. Tant, l’homme épuise, maltraite, dilapide, sa terre nourricière. L’ « idéal écologique » est, donc, vital, pour la perpétuation, de notre espèce. Les atteintes, à l’environnement, au climat, ne sont pas surestimées, mais, minimisées. Pour des raisons, purement, économiques, consuméristes, matérialistes. Bientôt, il ne sera, déjà, plus temps, de sauvegarder, le patrimoine commun, de l’humanité, ni sa subsistance, la plus élémentaire et, vitale. Il sera trop tard !

 

 

Éthique scientifique, en faveur du jeune

 

Les sciences et, technologies, notamment, bioéthiques, les plus avancées, se mesurent, à l’aune, de la conscience humaine. Avancées techniques, matérielles, scientifiques, ne vont pas, toujours, de pair, fort loin, s’en faut, avec, de vrais progrès, avantageux, pour l’homme. Il peut, tout au contraire, s’agir, de réelles régressions, de civilisation. La progression technologique n’est pas, ipso facto, en et par, elle-même, toujours, gage, d’indéniables gains, pour l’humain. La pure « modernité matérielle » interroge, en ses finalités, destinataires et, bénéficiaires. À, plus ou, moins, bon escient. L’idéal humain ne peut être, prioritairement, lié, qu’à la seule matière, mais, au moins, autant, à l’esprit.

 

> Aujourd’hui, comme, hier et, demain. Car, « Science, sans conscience, n’est que ruine, de l’âme ». (F. Rabelais, écrivain français, 1483 ou, 1494-1553, Pantagruel, œuvre littéraire, France, 1532). Médecine, santé et, éthique, doivent se conjuguer, pour respecter, irréfragablement, la dignité, de l’homme. Bioéthique et, génétique ne sauraient éluder, le fait, que l’on ne peut, générer, la vie, à n’importe, quel prix, par, procréations artificielles. Pas plus, que la mort, pour les incurables, en fin, de vie, par l’euthanasie sauvage. L’on a trop, « oublié l’humain », dans la technicité croissante, de la médecine. Le corps, de l’homme, n’est, jamais, une « marchandise, comme, une autre ».

 

Gare, aux automatisations croissantes, mal maîtrisées, pouvant, un jour, impliquer, un « dépassement, de l’homme, par la machine ». Intelligence artificielle, robotique, informatique, numérique, voire, même, « transhumanisme »… L’homme va-t-il jouer, les « apprentis sorciers » ? Est-il prisonnier, de ses outils ? Le machinisme n’est pas, une fin, en soi, car, il est, au service, de son initiateur. L’objet ne peut être obstacle, mais, lien, entre les hommes.

 

 

Mondialisation et, globalisation, pour l’adoJuvénilité

 

Les nouvelles relations internationales sont multipolaires et, interdépendantes. Entre France, Europe, Occident, pays, en développement, émergents, monde et, globalisation, des enjeux inédits se dessinent. Il devient difficile, aux pays, de se positionner. Le rôle, pour l’État-Nation, face, à l’émergence, d’entités, bien plus vastes, se fait, des plus incertains. La construction européenne n’est plus, pour la jeunesse, espoir, mais, préventions. La mondialisation, de tous les échanges planétaires, interpelle, constitue, une chance, de développement, de prospérité, mais, aussi, des risques, d’amoindrissements. La fin, du bipolarisme Est-Ouest, le désengagement américain, exigent, une nouvelle défense nationale et, européenne. Avec, de nouveaux enjeux, finalités. Nationalismes, terrorismes, conflits, font, aussi, envisager, de nouvelles menaces. La paix générale, du globe, semble, toujours, hélas, aussi incompatible, avec, la belliqueuse nature humaine.

 

> La dichotomie, entre pays riches et, nations, à développer, prévaut, plus, que jamais. Les relations Nord-Sud s’enlisent, entre assistanat, néocolonialismes, coopération authentique. Les pays favorisés sont, aussi, responsables, de la dérive, des pays pauvres. L’on ne sait, toujours, que faire, pour que le sous-développement, ne soit plus, une fatalité. Les pays favorisés ne peuvent plus, « ignorer », le reste, du monde, sans nuire, à eux-mêmes. La calamiteuse appréhension mondiale, des migrations internationales, est un exemple navrant, d’une mauvaise gouvernance, des affaires, de la planète. D’autant plus, donc, qu’après, les « transhumances » économiques et, politiques, viendront, vite, celles, de nature climatique, plus massives, encore. Du fait, des cataclysmes écologiques, comme, démographiques, annoncés. L’homme pourra-t-il investir, une autre ou, d’autres planètes viables, pour son espèce et, pour assurer, sa survie ? Rien, n’est, encore, assuré, en la matière ni, exclu, en ces tout débuts, de Troisième millénaire.

 

 

« SAUVEGARDE MORALE » DU JUNIOR

 

 

La préservation éthique, de « l’intégrité morale », de la jeunesse, est capitale. En un temps, en lequel, les atteintes, à la dignité humaine, se multiplient, s’aggravent. La dégradation croissante, des valeurs, les plus fondamentales, atemporelles et, universelles, s’observe, en Occident. Depuis, notre Antiquité classique, gréco-romaine, comme, celle, d’autres cultures, la naissance, du christianisme, la philosophie des Lumières. Les déviances, de toutes sortes, contre, les personnes, deviennent, de plus en plus, banalisées et, fréquentes. Les jeunes en sont, particulièrement auteurs et, victimes. De la part, d’adultes et, surtout, de pairs adoJuvéniles. Des plus dévoyés, avilis et, dépravés.

 

> Les moins, de vingt-cinq ans, sont les plus atteints et, confrontés, aux violences, physiques et, morales. Illustrons, ce collapsus sociétal abyssal, par l’exemple, particulièrement, révélateur, des émissions radiophoniques, dites, de libre-antenne. Les radios, de pur divertissement, dites, libres, privées et, commerciales, sont autorisées, en France, depuis, les débuts, des années 1980. Certaines, sont, spécifiquement, dévolues, à un public jeune. Lequel, prise, tout particulièrement, les émissions, de libre intervention téléphonique juvénile, consacrées, principalement, aux questions affectives et, sexuelles. « Grand sujet, de préoccupation typique », de la nouvelle génération.

 

En trois décennies, nous observons, une évolution caractéristique, plutôt, « défavorable », de ce genre, d’émissions. Corollaire symétrique, de celle, des mentalités et, pratiques toxiques, qui se généralisent, dans l’ensemble, de la société. Nous avons établi, un comparatif, entre les enregistrements audio, de deux émissions radiophoniques emblématiques, de libre-antenne, destinées, à un public adoJuvénile. Consacrées, aux questions affectivo-sexuelles. De deux chaînes jeunes privées, concurrentes. En 1989, pour la première, 2019, pour la seconde. Les évolutions et, différences négatives sont spectaculaires.

 

Elles illustrent, magistralement, les dérives axiologiques, des plus préoccupantes, dommageables et, désastreuses, qui s’aggravent. En notre société, française et occidentale, depuis, trente ans. Lesquelles, frappent, tout particulièrement, la jeune génération. En une période, relativement brève, de notre histoire collective. De façon, de plus en plus, accélérée, nocive. Nous résumons, ici, les faits et, enseignements principaux, les plus frappants, saillants et, néfastes, tels, qu’ils nous sont apparus, très clairement. Aujourd’hui, en 2019, comparativement, à trois décennies, plus tôt, en 1989.

 

 

Douze caractéristiques majeures, nous semblent fort, émerger :

 

 

> Le matérialisme, de la jeunesse, est poussé, encouragé et, favorisé, jusqu’au paroxysme. Les choses, de l’être : esprit, intellect, axiologiques, disparaissent, au profit, de celles, de l’avoir, du faire, du paraître : objets, activisme, superficialité, artificialité. Aux dépens, de l’humain, des jeunes, qui en souffrent, à leur insu, même et, sont illusionnés, par le primat mercantile, hédoniste, consumériste.

 

> Une « hypersexualité », du junior, « intoxiqué », par une invasion pornographique, obsessionnelle, maladive, toxique. Le culte, de la performance, de l’acte, pour lui-même, détaché, de tout sentiment, de la personne humaine, l’emporte. Sur le sens profond, du lien et, du don, de soi, à autrui.

 

> Une sexualité déshumanisée, du jeune, car, l’objectif n’est plus, de rencontrer, d’aimer, de désirer, mais, de « consommer », autrui. Comme, un « produit courant, du commerce ». Il s’agit, donc, d’une simple activité physique, comme, une autre, au même titre, que le jogging. Alors, les pratiques, les plus dégradantes, malsaines, deviennent, presque, une norme habituelle. Avec, tous les dommages, liés.

 

> De la morosité adoJuvénile, car, en un contexte socioéconomique et, moral, exogène altéré, un malaise intérieur ne peut, que croître et, prospérer. Les temps ne sont plus, aux espérances, d’époques antérieures, plus allègres, mais, aux doutes, inquiétudes, désenchantements. La jeunesse en paie, le plus lourd tribut, car, elle a un avenir, à assurer et, elle le sait menacé.

 

> Plus, de « déviances », des adoJeunes, car, « tout », les y encourage. Leurs vecteurs audiovisuels et, Internet véhiculent, à longueur d’années, violences, perversions et, malsanités, de tous genres. La société, la vie sociale, sont, de plus en plus, dures, conflictuelles. Les pratiques et, liens, entre jeunes, en sont, d’autant plus, altérés.

 

> Plus, de marginalité néogénérationnelle, car, une société, en profond marasme moral, social et, matériel, génère, des exclusions, difficultés et, déchéances. Dont, les jeunes, plus vulnérables, sont les toutes premières victimes. En outre, la médiatisation, à outrance, favorise, la mise en avant, de cas extrêmes, spectaculaires et, minoritaires, « hors normes ». Des plus « excentriques, fantasques et, burlesques ».

 

> Plus, de marasme, de la juvénilité, car, nul épanouissement, n’est loisible, en une société, qui « exile, sa jeunesse, aux confins, de son empire ». Contrainte, de « se contenter, du minimum, de survie », nécessaire, insérée, en la vie adulte, de plus en plus tard, mal, elle ne peut, que s’étioler, davantage.

 

> Moins, d’exemplarité adulte, pour nos descendants, car, les aînés ont fort « oublié », leur devoir, d’exemplarité, à l’égard, des cadets. Se laissant aller, toujours plus, aux pires turpitudes, dont les jeunes pâtissent, tout particulièrement, en leur vulnérabilité.

 

> Moins, d’éthique, pour la néogénération, car, faute, de transmissions morales, des adultes, elle n’a plus ni, repères ni, sens axiologique. Elle n’a, donc, plus, de limites, cognitives, émotionnelles et, comportementales. Elle sombre, alors, dans la permissivité, la plus toxique, à ses pires dépens.

 

> Un avenir incertain, pour l’adoJeunesse. Traditionnellement, sa vocation était, de se projeter, en son futur. Quand, ce dernier, se fait, toujours plus, aléatoire, introuvable, même, elle ne peut, que se replier, piteusement, sur son morne quotidien, immédiat. Quitte, à dépérir, d’ennui et, de désespoir.

 

> De la frustration, pour l’adoJuvénilité, car, face, à ses capacités accrues, aux possibilités démultipliées, du monde moderne, ses latitudes s’effondrent. Sauf, pour une minorité, fort favorisée. Pour la majorité, de plus en plus, d’efforts, mènent à, de moins en moins, de gratifications. D’où, dépit et, amertume.

 

> Une addiction technologique, de la génération, la plus récente, notamment, en matière, d’information et, de communication informatiques. Ce qui n’est, qu’un facteur, de déshumanisation et, repli, sur soi, sous couvert, de modes relationnels, faussés et illusoires. Générant, plus, de travers, que d’avantages.

 

 

Une plus grande « priorité », du jeune, pour les choses matérielles

 

Une bien moins grande attention, pour la personne humaine et, le domaine, de l’esprit, se fait jour, aujourd’hui. En hédonisme, consumérisme, matérialisme accrus, y compris, concernant, les humains, eux-mêmes, de plus en plus, « réifiés », instrumentalisés. Les médias jeunes et, émissions jeunesse, eux-mêmes, y encouragent, fort grandement et, mettent, surtout, l’accent, sur les seules gratifications matérielles. Aux dépens, de l’humain. Avec démultiplication, de messages publicitaires commerciaux, qui fractionnent les émissions. De façon, de plus en plus, fréquente, récurrente, prolongée, lancinante. Avec, en outre, des plages musicales, généralement, plus agressives et, syncopées, que mélodieuses et, harmonieuses. À un point tel, que l’on ne parle, même plus, de musique diffusée, mais, de « sons ». Il s’agit, alors, moins, de musicalité, que de pure bruit.

 

> Tout, étant, donc, fait, pour « survolter », plutôt, que pour apaiser. Les radios concernées fidélisent, leur jeune public, « à coup », de cadeaux, notamment, publicitaires, pour un effet marketing démultiplié. Avec, même, des séjours offerts, tous frais payés. Tout, est fait, pour flatter et, encourager, le plein consumérisme adoJuvénile, réel ou, supposé. Les adoJeunes intervenant, à l’antenne, évoquent, eux-mêmes, souvent, des réalités, purement, matérielles, affirment, pour certains, que cela, est un élément relationnel déterminant. L’attrait, pour les données morales, spirituelles, intellectuelles, culturelles, va, toujours plus, s’amenuisant. L’autre, comme, personne humaine, ne compte plus, en tant, que tel, or, seulement, s’il est « pourvoyeur », d’un intérêt, une gratification, purement, matériels et, non moraux.

 

 

Plus, de place, pour la sexualité adoJuvénile, moins, pour la sentimentalité

 

Ces émissions sont censées concerner, autant, l’amour, que le sexe. Pourtant, les sentiments sont, le plus souvent, inexistants, réduits, au minimum ou, passés, sous silence. L’autre, n’est, qu’un pur faire-valoir physique, pas, un partenaire affectif. Seul, compte, soi-même et, son seul, pur, plaisir physique personnel, pas, l’autre ni, le lien humain et, sentimental. Le plaisir est recherché, comme, tel, de façon instinctive, pour lui-même. Le plus souvent, la rencontre est « à usage unique » ou, épisodique, sans lendemain ni, durée. Les relations sentimentales, durables et, fidèles, se font rares. Intoxiqués, par la société, de consommation, ces jeunes consomment, l’autre, comme, un bien matériel, « liquidé, sitôt, usage ». Ils se préparent, ainsi, non, à la profondeur et, à la pérennité, du lien amoureux, mais, à la multiplicité et, au « nomadisme » relationnels, de la nouvelle vie adulte.

 

> Futurs, séparés, divorcés, solitaires, frustrés, malheureux, à l’image, de leurs parents, qui vivent, déjà, pour beaucoup, cette tragique déchéance. Or, de façon aggravée, dans les temps prochains. Ainsi, se fabriquent, préparent, d’ultérieurs malheurs, démultipliés, alourdis. S’enseignent, de futurs « handicapés, du cœur et, de l’esprit ». Le consumérisme physique, du corps, de l’autre, a remplacé, pour ces juniors, le partage moral et, affectif, du cœur, d’autrui. En une « sinistre, funeste et, funèbre symphonie », d’une misère sentimentale croissante et, même, d’une frustration sexuelle, vive et accrue. Car, à force, de dissocier, corps, cœur et, esprit, alors, désirs, envies, plaisirs, même, finissent, par mourir. En un blasement écœuré, jusqu’au « vomissement psychomoral », tant, l’overdose, physique et, matérielle, a tué, la plénitude, axiologique et, spirituelle. En une grinçante, infecte et, misérable mascarade, de tristes protagonistes dupés.

 

 

Une sexualité, du junior, plus « mécanique », recherchée, pour elle-même

 

La sexualité adoJuvénile contemporaine appelle, des pratiques, plus techniques, « spectaculaires et, extrêmes ». Les jeunes actuels, surtout, masculins, étant « gavés », de pornographie, à tout va, la sexualité, qu’ils visionnent et, prisent, n’est pas naturelle ni, saine. Elle repose, sur le rapport, de force, la domination mâle, la performance, à tout prix, les usages, les plus « aberrants », violents, pervers, malsains, déviants. Cela, peut confiner, aux sévices, mauvais traitements, coups et, blessures, mises, en danger, d’autrui, de façon nuisible, pour soi et, autrui. Les méfaits et, traumatismes causés, peuvent être lourds et, durables. Ces pratiques et, cette conception, de la sexualité, sont toxiques. Car, il ne s’agit plus, de partages, d’épanouissement mutuel, mais, de défoulement sauvage, voire, « bestial ». Généralement, non pas, même, à égalité, or, aux pleins dépens, de l’autre et, à l’exclusif profit, de soi seul.

 

> Il n’y a plus, ni attachement, ni communion, mais, « captation » égotiste, de l’autre, pour son profit exclusif. Cette désolante comédie navrante, en laquelle, il n’y a, que des perdants, n’est, qu’une pauvre parodie ou, pantomime, qui n’est, qu’un tragique leurre. La « pornographie généralisée » a tué, la sexualité, au profit, d’un pathétique simulacre. Les juniors en sont, les toutes premières victimes, consentantes. Ne faisant, que reproduire, de vénéneuses images, qui les égarent et, les enferment, en de pitoyables schémas addictifs, des plus amers. Lesquels, ne leur enseignent, qu’à dérober autrui, non, le don, de soi, le plus authentique, partagé et, d’accomplissement, de sa personne entière. La captativité pornocratique a remplacé, toute oblativité sentimentale. En pires perversions, violences et, malsanités. De nature, « ordurière, scélérate, crapuleuse, des plus abjectes, amorales, immorales et, obscènes ». Sans noblesse ni, dignité, aucunes !

 

 

Un état d’esprit, du jeune, moins « bon enfant, heureux de vivre »

 

Il y a, trente ans, les émissions radiophoniques, donnant la parole, aux jeunes, reflètent, une ambiance sympathique et, « de bon aloi ». Avec, une véritable « chaleur, du cœur », simple et, authentique. En respect mutuel, sérénité et, même, une certaine allégresse. Aujourd’hui, toute urbanité, tout entrain, toute ataraxie, semblent avoir disparu ou, presque. Avec, moins, de gentillesse, de bonhomie, plus, d’agressivité, de mal-être. Le climat est plus, au stress, au ressentiment, aux conflits, règlements, de compte, vengeances. Les liens sont plus durs, impitoyables, malfaisants, malveillants, néfastes. Tout, est prétexte, à colères, rages, explosions, frustrations, mécontentements, plaintes et, regrets. Nombre, d’appels, concernent, des échecs, difficultés, contrariétés. En 1989, une certaine légèreté existentielle semble, encore, habiter, la jeunesse, de l’époque. L’on rit, s’amuse, prend plaisir, des moindres petites choses, de la vie. La nouvelle génération est… jeune, insouciante, presque emplie, d’entrain, d’allant, de gaieté naturelle.

 

> Comme, il sied, encore, aux débuts, de l’existence. En 2019, elle est, prématurément, vieillie, blasée, déçue, lasse, découragée, dépitée, sombre, sans espérance ni, vraie joie. L’installation interminable, de la crise politique, économique, sociale, morale, spirituelle, sans cesse, aggravée, l’a, particulièrement, frappée, désabusée et, anéantie. Vidée, de toute substance vitale et, exsangue, elle n’est plus, que l’ombre, d’elle-même. « Tout », est plus complexe, sophistiqué, compliqué, inhumain, déshumanisé, rude et, malaisé, décevant, déroutant, instable, précaire, comme, incertain. Les jeunes appelants, actuels, sont, donc, « orphelins », d’espoir, tristes, perdants, vaincus, abattus, amers, frustrés, d’une « ère désenchantée ». Quand, ceux, du bicentenaire, de la « Grande Révolution et, de Tian’anmen, comme, de la chute, du Mur », pouvaient, encore, « se payer, le luxe », de croire, d’espérer, d’aimer, de rire, de jouir, de leur vie. Alors, aujourd’hui, ressentiments, frustrations, aigreurs, amertumes, jalousies, envies, rivalités, vengeances, « coups bas » et, trahisons, éclatent. Comme, autant, de pathétiques, dérisoires et, illusoires, pâles « compensations », aux pires faillites morales, personnelles et collectives.

 

 

Plus, de « mauvais procédés » interadoJuvéniles

 

Par rapport, au passé, est saisissante, la nature, des relations, entre jeunes actuels. Il y a, trente ans, la plupart, des liens, entre juniors, sont confiants, paisibles, respectueux, fructueux et, bénéfiques. En écoutant, leurs successeurs, il apparaît, qu’il y a, bien moins, de « bons comportements », bien plus, des rapports humains altérés, entre eux. En 1989, les jeunes semblent prendre plaisir, à vivre ensemble, à s’enrichir, se donner, mutuellement. La plupart, des liens évoqués, par eux, sont positifs. L’objectif est de partager et, coexister, favorablement, en l’intérêt, de tous et, de chacun. En 2019, ce qu’ils disent, de leurs relations, entre pairs, est ahurissant, affligeant, désastreux. Nombre, d’entre eux, appellent, pour « narrer, les sales coups », qu’ils infligent, à leurs semblables. Surtout, pour se plaindre, amèrement, des atteintes, qui leur sont assénées, par d’autres juniors. En une sorte, de « pervertissement relationnel adoJuvénile, quasi généralisé ».

 

> Ainsi, « à longueur, d’ondes et, d’émission », se révèlent, tromperies, trahisons, agressions morales, physiques, sexuelles, chantages, rétorsions. Menaces, contraintes, rackets, harcèlements, traquenards, abus, violences, déviances, délinquances… Atteintes, de toutes sortes. De façon réelle, dans le monde physique, comme, sur le mode virtuel, via Internet, les réseaux sociaux. La radio va même, jusqu’à « piéger », certains jeunes, pour faire apparaître, au grand jour, leur forfait. Ainsi, c’est, de moins en moins, le « bon ressort », de l’âme humaine, qui transparaît, mais, ses travers, les pires et, les plus répulsifs, scabreux, vils, laids, sordides et, ignominieux. En une sorte, de « démoniaque jouissance » collective, à exhiber, autant, de perfidies et, d’immondices. Le mal de vivre, juvénile et, sociétal, est devenu, tel, que les juniors, en viennent, à « s’entre-dévorer », de façon monstrueuse. Au lieu, de « s’aimer, s’entraider et, se soutenir », les uns, les autres. Les solidarités intra-néogénérationnelles, d’antan, ont laissé place, aux pires hostilités, malveillances, malfaisances, bassesses, infamies. Tant, les esprits, insanes et désaxés, sont égarés, faute, de droiture, repères, d’espérance.

 

 

Plus, de « cas, de juniors hors-normes, marginaux, difficiles »

 

Pour « faire, du chiffre » et, de l’audience, il y a, volonté croissante, des radios jeunes, de faire, du sensationnalisme, à tout prix. Outre, le fait, que les temps sont plus difficiles, troublés, tourmentés. Il y a, encore, trente ans, la majorité, des appelants, étaient, des « juniors ordinaires, narrant, des réalités ordinaires, d’une jeunesse ordinaire ». Aujourd’hui, de plus en plus, de jeunes, à l’antenne, sont des « marginaux », présentant, des situations inextricables, atypiques et, minoritaires. Non représentatifs, de ce qu’est, la jeunesse française contemporaine, en son ensemble. Les réalités, les plus atroces, répugnantes, scabreuses et, déviantes, révoltantes, méprisables et, odieuses, sont, complaisamment, étalées, en place publique. Comme si, cela, était, la « norme habituelle, la plus commune, normale et, la plus acceptable, par tous ».

 

> Ainsi, les juniors n’apparaissent plus, de façon authentique, comme, pour, par, eux-mêmes, mais, de manière déformée, au travers, de situations dramatiques ou, avilissantes. Déshonneurs, outrages, indignités, déchéances, sont banalisés, reconnus, admis, au même titre, que ce qui est tolérable. Ce qui fausse, le jugement, l’image, l’essence et, la réalité même, de la plupart, des jeunes, de ce temps. Alors, réduits, à une vision artificielle, superficielle, erronée. Celle, d’une « génération, tout entière, pervertie », qui s’égare, s’abîme, en situations, conduites et, conceptions aberrantes, nocives et, vaines. Ce qui est, le plein révélateur, de graves dysfonctionnements, cognitifs, émotionnels, comportementaux. Générés, par un effondrement moral, sociétal, des plus désastreux, écœurants, infamants.

 

 

Un climat, une réalité, de vie, des jeunes, bien plus dégradés

 

Entre 1989 et, 2019, en trois décennies, la situation globale, de la France et, des Français, n’a cessé, de se détériorer, à tous points de vue. « En tout et, pour tout ». Les reculs l’emportant fort, de façon écrasante, sur les avancées. Cela, a un retentissement négatif indéniable, sur les jeunes, de ce pays, premières victimes, actuelles et futures, de cette « gigantesque faillite collective ». Terrible et, terrifiant fiasco, dont, la « dure révolte, des Gilets Jaunes », en 2018 et, 2019, n’est, que le tout dernier, pathétique et effroyable, avatar. Avec son cortège, de blocages et, violences émeutières, insurrectionnelles, inédites et, les plus graves, depuis, Mai-1968. Soit, très exactement, un demi-siècle, après. Avec, également, concomitamment, un énième mouvement lycéen et, étudiant protestataire, de notre « jeunesse, transie, marrie, sinistrée ». Tout cela, se manifeste, par des jeunes, témoignant, sur les ondes, de situations, de précarité, détresse, de privation, d’emploi, de logement, de ressources.

 

> Faisant état, pour certains, de leur infini désespoir. Ce qui n’était, jamais, entendu, sur les antennes, en 1989. Traînant, de petits emplois, sans issue, en études, sans débouchés réels, pour la grande majorité, les juniors s’enfoncent, en un mal de vivre, profond et, sans fin. Voyant, leurs propres parents, pour certains, eux-mêmes, en difficulté. Outre, le marasme, socioéconomique et moral, affiché, nombre, de jeunes, se préoccupent, donc, fort, des cruciales questions, matérielle et, financière. Ce qui mène, de plus en plus, aux pires moyens, de « faire, à tout prix, argent, de tout » : prostitution, trafics et, combines, de toutes sortes… Depuis, longtemps, la nouvelle génération, « privée, de grives, se contente, de merles ». Bientôt, elle sera « au pain sec, sans eau » ! Triste ambiance, de « fin, d’un monde », qui n’en finit plus, d’agoniser et, de désespérer, tout une jeunesse ! Sans, que n’arrive, jamais, depuis, quarante ans, la rédemption, tant espérée. Sans cesse, annoncée et, jamais, effective. Au pire dam, d’une « génération épuisée, en perdition, qui se meurt, de langueur et, de consomption ».

 

 

Des comportements adultes « dévoyés », à l’encontre, de l’adoJuvénilité

 

Il est frappant, de constater, que, jamais, en 1989, les juniors n’évoquent ni, ne stigmatisent, des abus et, déviances, d’adultes, à leur encontre. En 2019, cela, est « monnaie courante ». Les juniors ne cessent, à longueur, d’émissions, de s’en fort plaindre, à juste titre. Traditionnellement, les aînés sont censés, avoir une vertu, d’exemplarité « irréprochable », à l’égard, de nos plus jeunes, à éduquer, par mimétisme. Ce sont, donc, les adultes, qui formulent, des griefs, contre, leurs descendants, et non, l’inverse. Or, aujourd’hui, les juniors font, d’amers reproches, aux « vieux » car, ces derniers ont perdu, toute droiture, dignité et, tout honneur, à l’égard, de leurs cadets. Non seulement, ils ne sont plus, ni exemples, ni modèles, ni repères, mais, ils multiplient, les impairs, écarts, fautes, erreurs, mensonges, manipulations. Les plus ahurissants et, incompréhensibles !

 

> Voire, les perversions, attentats et, pires comportements malsains, à l’égard de leurs successeurs, ignominie suprême. Enseignants, parents, employeurs, responsables, religieux, même… Cela, nous est, aussi, rapporté, en consultations. Avantages professionnels, matériels ou, autres, contre, faveurs sexuelles indues, alors, plus ou, moins, « consenties ». Pressions, exploitations et, duperies diverses, éhontées et, sans vergogne. Avances sordides, à l’égard, de jeunes mineurs ou, majeurs, de la part, d’adultes, en âge, d’être leurs parents, hommes, comme, femmes, tout autant… Toute cette scélératesse et, dépravation, aussi navrantes et, écœurantes, amorales et, immorales, que scandaleuses, ne font, que démoraliser, encore, un peu plus, notre jeunesse. Pourtant, déjà, « bien atteinte ». Empêchée, ainsi, de grandir, mûrir et, s’épanouir, en droiture. Privée, de toute balise, elle ne peut, alors, à son tour, que se perdre, dans les bas-fonds, des pires défauts axiologiques, les plus dommageables. Puisque, les soi-disant adultes, les contaminent, de leurs propres turpitudes ! En déchéances morales, des plus indignes et, abjectes.

 

 

Une « détérioration, morale et éthique », généralisée, quant aux juniors

 

Comparativement, à, il y a, seulement, trente ans, l’on observe, une détérioration, du « sens moral ». Avec, des réalités et, mentalités malsaines, perverties et, dévoyées. En lourdes déviances cognitives, émotionnelles et, comportementales. La doxa générale est que, « tout vaut, parce que rien, ne vaut et, que rien, ne vaut, parce que, tout vaut ». « Bien et Mal » deviennent indistincts, car, « le Bien devient, le Mal et, le Mal, le Bien ». En 1989, les jeunes évoquent, à la radio, leurs rencontres et, expériences, de vie. En 2019, ils ne cessent, de relater, à satiété, les dérives, qu’ils subissent, de la part, d’autres juniors. En 2049, gageons, qu’ils en viendront, « toute honte bue », à se vanter, de duper, trahir, berner, nuire, « des pires façons », à leurs congénères adoJuvéniles. Avec, fierté, cynisme, méchanceté et, ricanements, des plus sardoniques. Aujourd’hui, déjà, les tromperies, au sein, des couples ou, soi-disant, tels, se multiplient, autant, du fait, des deux sexes.

 

> Notamment, avec, des très proches, du jeune trompé. Comme, le ou, la meilleur-e ami-e. En double trahison, des plus sordides. « La fin justifiant, toujours, désormais, les moyens », servir, à tout prix, ses intérêts, prime, sur ses scrupules, les plus forts. Qu’importent, les dommages, aussi ravageurs, soient-ils, imposés, à autrui, pourvu, que l’on obtienne, gain de cause. Les principes éthiques ont été remplacés, par les gratifications désirées, plus, que tout. L’important n’est plus, la droiture morale, mais, le contentement, de soi, qui est, tellement, prioritaire et, obsessionnel, que tout, est bon, pour y parvenir. Même, au prix, « du pire ». Tricher, leurrer, affecter, nuire, déposséder, soutirer, extorquer et, détruire, n’ont, alors, plus, de sens ni, d’importance. Puisque, jouir, de tout, tous, en permanence, en tout et, pour tout, au maximum, est le seul essentiel, qui compte. En ces conditions, il n’y a plus, que « victimes et, bourreaux », tour à tour, en ces sinistres rôles. Triste jeunesse, perdue et, avilie, à l’image, des pathétiques, indignes aînés, aussi déchus et, plus, encore, en leur amorale geôle ontologique.

 

 

Moins, de perspectives, de « projection, d’avenir », pour les jeunes

 

À tort ou, à raison, les juniors, de 1989, pouvaient espérer, en la dernière décennie, de leur siècle. Comme, des débuts, mythifiés, du suivant. Avec, le très attendu « An 2000 » ! Ceux, de 2019, jettent, un regard, fort morne et, craintif, sur l’ère, des années 2020. Le nouveau millénaire, ayant trahi, tous les rêves, mis, en lui. Débutant, par les pires attentats, terroristes et criminels, jamais commis, contre l’humanité, ceux, de 2001, à New York. Faute, de réelle espérance possible, désabusements, désenchantements, comme, dépits, s’accroissent. Alors, le repli global néogénérationnel, sur les « petites autogratifications narcissiques, du quotidien » devient, la norme, générale et, absolue.

 

> Face, au futur, qui se fait introuvable et, insaisissable, de plus en plus, lointain et, improbable, l’horizon, « du grand large », est bouché. Alors, il se résume, aux plus petits contentements, toujours, « bons, à saisir ». Ce qui pousse, à la pitié compassionnelle, pour tout une génération, si « déshéritée et, réduite, à la dimension, la plus congrue ». Quand, « la navigation, au long cours, est hors de portée, de la plupart, l’on se contente, de cabotage côtier. De plus en plus, même, en sont réduits, à rester, à quai ». Les études, l’emploi, l’amour, même, étant dévalués, inaccessibles ou, sans lendemains.

 

Il ne subsiste, alors, plus, que le loisir, le consumérisme paupérisé et, l’addiction. Lesquels, se suffisent, à eux-mêmes. Dérisoires plaisirs, désirs et, envies, « du pauvre », vidés, de toute essence, toute saveur, même. Tout, ce qui reste, à une jeunesse, délaissée, trahie, « vendue, achetée » et, livrée, à son triste sort. Le « ressac, des grandes marées, s’est mué, en clapotis, de mare, fétide et croupie ». Ternes étreintes, alcool, drogues et, tabac, jeux vidéos, Internet, réseaux sociaux, « overdoses », d’images et, de sons. Pâles dépendances obsessionnelles, des écrans et, téléphones mobiles… Tous ces fades supports compensatoires servent, tant bien, que mal, vaille, que vaille, à masquer, éluder, le très lourd marasme ontogénique, de tout une génération sinistrée. De façon illusoire, vaine et, tragique. Oui, l’allant, des jeunes, de « 89 », a bien été remplacé, par la désespérance, de ceux, de « 19 » ! En des temps actuels, d’une médiocrité infinie, affreuse et, des plus navrantes.

 

 

Moins, d’aptitudes adoJuvéniles, à « profiter, des petits riens, de la vie »

 

Notre époque est celle, du « toujours, plus », en complications, sophistications, exigences, de toutes sortes, des plus inutiles, vaines. Tant, ce « perfectionnisme, de pacotille », est constitué, d’inaccessibilité, pour le plus grand nombre. Ce qui condamne, de plus en plus, de jeunes, à l’impuissance, au désespoir ou, à la déviance. Cela, ne fait, que générer, plus, d’impératifs, de frustrations et, d’insatisfactions. En 1989, la vie est, encore, relativement, « simple » et, les rapports humains, d’autant, plus sains, naturels et, abordables, donc, plus épanouissants. En 2019, bien plus, que jadis, l’humain laisse place, aux technologies, à l’objet.

 

> Lesquels, se suffisent, à eux-mêmes, en attendant, l’intelligence, dite, artificielle, qui ne sera, qu’un gadget déshumanisant, de plus. Le junior « n’apprécie plus rien et, est frustré, de tout », puisqu’il est gavé, du superflu et, de la pléthore, jusqu’à l’écœurement. Ainsi, en 1989, il prise fort, le passage, d’un épisode nouveau, de sa série télévisée favorite, une fois, par semaine ou, par jour, sur petit écran télévisé. En 2019, il peut regarder, de façon blasée, distraite, ennuyée, l’ensemble, des séquences, sur Internet, via, son smartphone. Sans interruption, à la chaîne, des journées entières, « si cela, lui chante ». La rareté suscitait, jadis, plaisir et, joie. La saturation ne génère, aujourd’hui, qu’indifférence et, dégoût. En malédiction, sans fin ni répit.

 

Notre société dupe, le jeune, en lui faisant croire, que tout, lui est possible et, accessible, alors, que c’est, de moins en moins, vrai. Le junior, du passé, aime, ce qu’il a, à raison, car, il sait, à juste titre, qu’il ne peut, avoir, tout, ce qu’il aimerait. Celui, de notre temps, n’aime pas, à tort, ce qu’il a, car, il croit, de façon illusoire, qu’il peut avoir, tout, ce qu’il aimerait. Très vite, il finit, par se rendre compte, de son erreur. Rendu, à la raison, cela, l’abat, le décourage et, il se replie, alors, passivement et, de façon défaitiste, sur lui-même. Il peut, aussi, dévier, pour posséder, par force, l’objet, de ses désirs, ce qui le mène, tout autant, à l’impasse, la plus pernicieuse. Le bonheur adoJuvénile passé consistait, à jouir, du « peu » disponible, mais, essentiel et, à sa portée. Le malheur néogénérationnel actuel, est de faire fi, du surplus, inutile et, galvaudé. Le contentement, de vivre, s’est mué, en marasme existentiel. La joie de vivre venait, de la rareté, donnant, tout son prix, aux gens, choses, situations, événements, en priorité, de l’être. L’ « entropie morale » actuelle est issue, de l’excès matériel, privilégiant, l’avoir, le faire et, paraître, frustrant, le jeune.

 

 

L’invasion, omniprésente et universelle, des technologies, chez les juniors

 

En 1989, « heureux temps, heureux jeunes », il n’existe, ni téléphonie mobile, ni tablettes, ordinateurs personnels, en masse, ni Internet, réseaux sociaux… La technologie n’a pas envahi, tout le quotidien. Notamment, informatique, numérique, de l’information et, la communication. Avec, effets plus néfastes, que bénéfiques. Ce qui est rare ou, inexistant, pour le plus grand bien, des juniors, d’alors. En 2019, le jeune « n’existe », que par écrans et, écouteurs, interposés, jour et nuit et, partout, où, il se trouve. Il est bombardé, de données multiples, en permanence et, sur-communique. Le virtuel l’emporte, sur le réel. Tout, se brouille, alors, devient confus, contradictoire, obscur, sans repères, sens, ni hiérarchisation, de valeurs. La pléthore quantitative a tué, la qualité, d’information, comme, de communication. Le junior ne sait pas plus et, mieux mais, moins et, moins bien, il ne communique pas plus et, mieux, mais, moins et, moins bien.

 

> En outre, cette folie obsessionnelle, d’écrans et, d’informatique, génère, de nombreux effets néfastes. Inexistants, en 1989, mais, bien réels, en 2019. Comme, les jeunes, le rapportent, sur les ondes. Ainsi, la téléphonie mobile, Internet, les réseaux sociaux, révèlent-ils, bien des trahisons. Ils sont, les véhicules, de harcèlements, pressions, délations, campagnes, de haine, menant, certains juniors, plus fragiles, au suicide. Ces supports peuvent inciter, à commettre, le pire, plus, que le meilleur, souvent, hélas. Ils véhiculent, des images volées, dégradantes, d’autres jeunes, à leur insu, sans consentement. Servent, les pires chantages, agressions, menaces, pressions, calomnies, diffamations, attaques, atteintes, à l’honneur, la réputation, extorsions. Les mobiles filment, photographient, les pires forfaits, servent, de mouchards, pour espionner.

 

Idem, pour les caméras, d’ordinateurs. De véritables addictions nocives, aux écrans, existent, aux travers, des jeux vidéo, de la pornographie, des réseaux sociaux et, autres sites Web. Qui isolent, enferment et, intoxiquent, excitent nerveusement et, abrutissent, corps et esprits. En surexcitations multisensorielles continues. Un usage sain et, modéré, de ces techniques, est positif. Hélas, nombre, de juniors, en abusent, en temps et, énergie et, s’avilissent, par certains contenus ou, pratiques. Délaissant, alors, de façon dommageable, des activités, plus enrichissantes, « dans la vraie vie réelle ». En lien direct, physique et humain, avec autrui.

 

 

UNE NÉOGÉNÉRATION, EN DÉSHÉRENCE

 

 

Comparativement, à la jeunesse, des années 1950 ou, encore, 1980, celle, des décennies 2010 et, 2020, est bien plus, en difficulté, marasme, perdition. Tel, est le constat, qui se fait jour, notamment, à l’écoute, des émissions radiophoniques, de « libre-antenne », pour un public adoJuvénile.

 

 

Cinq traits majeurs, hautement défavorables, semblent, la caractériser et, la défavoriser, discriminer, à nos yeux :

 

 

> La jeunesse contemporaine est « désenchantée ». Élevée, en la foi absolue, en elle-même et, son destin, annoncé radieux, depuis, l’enfance, elle se désillusionne, à l’adolescence. L’avenir n’a, en rien, tenu promesse, dure, est la chute. Car, le « paradis » prédit, se révèle, des plus périlleux, les espoirs déçus, au grand dam, de jeunes, fort aigris, acides et, amers, en leur « infernal Styx ».

 

> La nouvelle génération, actuelle, est « désemparée », elle « ressasse son malheur », car, elle se voit dupée, par ses aînés. Lesquels, l’ont abandonnée, en haute mer, sans héritage ni, débouchés ni, outils, de navigation, par voie d’eau. Menacée, de naufrage, elle ne pense plus, qu’à « sauver sa peau ».

 

> L’adoJuvénilité, d’aujourd’hui, est « déstabilisée », par des décennies, de crise protéiforme, d’incurie, d’impéritie et, de faillite morale, des adultes. Héritière, d’une planète ruinée, « à feu et, à sang », au climat détruit, elle ne peut, que ruminer, sa rancœur et, maudire, ses indignes prédécesseurs. Manifestant, notamment, sans cesse, en vain, de par le monde, pour la sauvegarde, d’un environnement, déjà, moribond.

 

> Les jeunes, de notre temps, sont « peu épanouis », en déroute morale. Leurs conditions, de vie, se dégradent, de plus en plus, à tous points de vue, à l’image, de celles, des adultes, dont, ils sont tributaires. L’époque est aux pires sinistroses, leur quotidien empreint, de morosité, d’où, leur dramatique atonie.

 

> Les juniors, de notre époque, sont « pervertis », par « une amoralité, quasi érigée, en dogme, vertu et, exemplarité ». Ce qui est, d’une toxicité extrême, pour une jeunesse, en perdition, sans balises ni, sens ni, repères. Ce qui participe, de sa démoralisation, son mal-être, en un monde, de chaos. Alors, qu’elle requiert, par essence, la plus sûre structuration axiologique, pour mieux s’accomplir.

 

 

Des jeunes « désenchantés »

 

Les juniors contemporains sont désappointés, car, ils sont déçus, leurrés, trahis, par le monde, qui est le leur, en cette décennie 2020. Enfants, génération choyée, comme, jamais, en l’Histoire, ils ont eu, tous les droits, sans, les devoirs, afférents et subséquents. Avec, des parents, dévoués et complaisants, tout entiers, à leur service exclusif. En fratries réduites, donc, encore, plus « gâtées ». Il leur a été fait miroiter, « monts et, merveilles, comme, autant, de châteaux, en Espagne ». Convaincus, d’être les « nouveaux rois, de la Terre », notamment, les garçons, ils ont multiplié, caprices, facéties et, abus, désordres et, exigences croissantes. Sans cesse, satisfaits, par des ascendants et, des adultes, « aux ordres ». Trop heureux, de combler, de façon narcissique, leurs « Chers Petits ». Vivant, aux travers, d’eux, leurs rêves déçus, d’enfants, jadis, moins nantis et, gratifiés. Terrifiés, pétrifiés, par la terreur, de perdre, l’amour, de leur progéniture, trop affectivement, surinvestie. En cas, de simple fermeté éducative, de leur part !

 

> Alors, ces « petits princes » ont accru, mauvais comportements et, déviances, dès, l’école maternelle, comme, cela, a, de plus en plus, été observé. L’adolescence, puis, la jeunesse adulte débutante, venues, dépit, déceptions, déconfitures, « débâcles », n’ont, alors, pu, qu’arriver. Faute, de préparation et, d’éducation, d’efforts préalables et, préparatoires, antérieurs. Dureté, de la vie réelle et, « principe, de réalité », se sont imposés. Rêves, illusions et, magie, se sont dissipés, comme, autant, de mirages factices, illusoires et, délétères. Les « roitelets, de la maison, inamovibles et, insupportables Tanguy, sont devenus, manants et, gueux », parmi, tant et, tant, d’autres. Dans les dures études secondaires puis, surtout, supérieures. « Adieu, veau, vache, cochon, couvée »…

(J. de La Fontaine, poète, France, 1621-1695, La Laitière et le Pot au lait, Fables de La Fontaine, fable, dixième fable, livre VII, second recueil, France, 1678).

 

Pire, encore, en la vie active, quand, il a fallu, gagner sa vie « à la sueur, de son front », comme, l’enseignent, les Écritures. Devant quitter, à jamais, le doux confort familial et, fort réduire, son train de vie. Sous la férule, des chefs et, collègues, bien plus âgés et, bien moins « complaisants, compréhensifs », que les parents, enseignants ou, bons amis, du passé. Notre jeunesse est perdue, faute, de préparation adéquate, à la vie. Ni les parents ni, les études, n’y ayant pourvu. De surcroît, en des temps, fort âpres, en marasmes généralisés. Ni attendue, ni entendue, ni prisée ou, privilégiée, la juvénilité se trouve, alors, en désillusion totale et, « fort dépourvue ». Tout comme, la célèbre cigale, de la fable, l’hiver venu. La douceur n’est plus, qu’un lointain et, cruel souvenir, quand, les pires frimas, s’installent et, que l’impréparation est totale. Ayant « chanté et, dansé », toute l’enfance, durant, la jeunesse, désormais, sort, très durement, de ses doux rêves. Les jeunes antérieurs étaient « élevés, à la dure » mais, armés, pour l’avenir. Ceux, d’aujourd’hui, « ont dévoré, leur pain blanc » et, « meurent, de faim », aujourd’hui. Le « pain noir », même, se faisant, des plus rares.

 

La faute honteuse, en incombe, à leurs seuls indignes aînés, adultes, qui les ont mystifiés, les envoyant, au combat, sans armes ni, munitions. Faute, d’avoir voulu, prendre la peine, de les y préparer, comme eux, l’avaient mieux été, ainsi, surtout, que leurs propres parents et, grands-parents. Eux seuls, auront, donc, à en rendre compte et, le paieront, à l’aune, de leur incurie. Quand, leurs descendants, ne pourront et, ne voudront plus, assurer, leur retraite, en juste rétorsion ! Une nouvelle guerre, civile ou, étrangère, serait un désastre absolu, pour notre pays, bien pis, encore, que celles, de 1870-1871 ou, de mai-juin 1940, pourtant, effroyables. Tant, notre jeunesse, est en un état, de délabrement moral, catastrophique, sans précédent, en notre Histoire. Prenons garde, à ce que cette « terrible, démoralisation adoJuvénile nationale », ne devienne, « funeste présage », faute, de drastique ressaisissement ! Privée, d’éducation, digne, de ce nom, par impéritie adulte, la nouvelle génération se fait, des plus capricieuses, immatures, inconséquentes, déresponsabilisées. En drame sociétal, humain, généralisé.

 

 

Une adoJuvénilité « désemparée »

 

Notre jeunesse est perdue, car, sans repères, sens, espoir. Quelles sont, les sûres balises, éclairant et guidant, les juniors, d’aujourd’hui ? Toutes les certitudes rassurantes, du passé, ont failli et, disparu, les unes, après, les autres. Ne laissant, qu’un plein « champ, de ruines, fumantes et poussiéreuses ». La stabilité, la continuité et, la sécurité, ne sont plus, que lointains souvenirs. Tout, change et, rien, ne demeure. Tout, est, de plus en plus, rapide, fugace, factice, mouvant. Raison, pour laquelle, notamment, les transmissions et, guidances, se sont réduites, car, à quoi bon, inculquer, aujourd’hui, ce qui était, à peine, « valable », seulement, hier et, ne le sera, déjà, plus, demain ? Alors, l’idée s’est imposée, selon, laquelle, le moment, venu, le jeune « se ferait, sa propre religion », comme, il l’entendrait, du mieux, qu’il le pourrait. Ce qui est l’illusion, barbare et folle, la plus fallacieuse et, pernicieuse, concevable.

 

> Le junior étant, naturellement, incapable et, bien en peine, de s’éclairer, lui-même, faute, d’inculcations idoines, adéquates, appropriées, des adultes aînés. Lesquels, sont les seuls, en tant, que tels, à être, en mesure, d’instruire, les « débutants, de vie », par essence et, ès qualité, « incultes et ignorants, des choses, de l’existence ». Les jeunes ne peuvent être assurés, quand, les adultes sont, eux-mêmes, désemparés. Que la décennie 2020, soit celle, d’un « ressaisissement adulte drastique » ! Le temps, des doutes, atermoiements, laisser-aller, abandons, renonciations, est révolu. Le junior n’est pas, en mesure, de « se faire, lui-même ». Il a, viscéral besoin, pour cela, du solide, indéfectible et, décisif, concours actif, des adultes. À défaut, il ne peut grandir, devenir, à son tour, adulte accompli : responsable, autonome, mature. Encore moins, transmettre, à ses propres descendants futurs. Les adultes actuels, ayant « disparu », les jeunes sont, en « perdition », à tous points de vue.

 

 

Des juniors « déstabilisés »

 

Les jeunes actuels sont « en crise », car, en langueur, paralysie, cachexie morales, difficulté, paupérisation. Tout, ce qui faisait, la « stabilité », du monde, des adultes, comme, des juniors et, de leur vie, s’est écroulé, tel, un « château de cartes maléfiques ». De façon progressive et, successive. Depuis, quatre décennies. Les familles se sont désunies. Les études, pour la plupart, ne garantissent plus, l’avenir. L’emploi s’est raréfié, est devenu déqualifié et, instable. Le logement est devenu inaccessible, rare et, cher. Les loisirs, eux-mêmes, ont perdu, en qualité, attractivité et, contentement. L’amitié, pourtant, grande source éternelle, d’épanouissement adoJuvénile, s’est brouillée. Les liens humains, y compris, amicaux, s’étant distendus et, durcis. L’amour a suivi, le mauvais exemple adulte, en devenant, toujours plus, instable, éphémère et, plus détaché, comme, « terni ». La ressource, des valeurs morales, spirituelles, s’est épuisée.

 

> Face, à cette abyssale vacuité existentielle, sans précédent, si abominable, pour eux, les jeunes s’étiolent et, survivent, comme, ils peuvent. Se réfugiant, dans les addictions et, dépendances, de toutes sortes, aux personnes, aux produits, aux conduites. Prospèrent, alors, relations toxiques, drogues, alcoolisme et, captativité, des écrans audiovisuels et, informatiques. En « terrain, toujours plus, mouvant, incertain et, peu sûr », la vie se fait, toujours plus, difficile, surtout, pour les plus faibles et, fragiles, des humains. Notamment, les juniors. De moins en moins, bien protégés, par les adultes, eux-mêmes, déjà, de plus en plus, fort démunis. La jeunesse, en elle-même, est instabilité, vulnérabilité et, incertitude, en tant, que telle, « par essence ». Alors, quand, elle est confrontée, à un monde, lui-même, si chaotique, la « déflagration » en est détonante et, terriblement, dévastatrice. Les jeunes en sont, donc, derechef et, par excellence, les premières victimes, toutes désignées. « Derniers servis et, premiers exclus » !

 

 

Des jeunes « peu épanouis »

 

Les juniors, de ce temps, sont fort perturbés, car, privés, des ferments, d’équilibre, d’harmonie et, de félicité, les plus élémentaires et, indispensables. En une société, qui ne privilégie, désormais plus, que les choses matérielles, aux dépens, de l’être humain et, des valeurs humaines immatérielles. En outre, les relations, entre individus, jeunes et, adultes et, même, entre juniors, eux-mêmes, ne cessent, de se dégrader. Des enquêtes d’opinion révèlent, que les jeunes, ont moins d’amis, proches et authentiques, que dans le passé. Les solitudes adoJuvéniles croissent. Il y a, de moins en moins, de vrais échanges humains. De plus en plus, les êtres se replient, sur eux-mêmes et, leurs écrans. Les communications informatiques, à distance, remplacent, peu à peu, les vrais liens et, ce n’est, qu’un début. L’intelligence, dite artificielle, à venir, aggravera, cette tendance déshumanisante. Les mal-être, déprimes, dépressions juvéniles, s’aggravent. De même, les troubles psychosomatiques, les plus divers et ravageurs.

 

> Le nombre, de suicides, de juniors, reste trop élevé, préoccupant. Sans compter, les idées suicidaires et, les tentatives, d’autolyse. Ce marasme néogénérationnel ne fait, que rejoindre, celui, des adultes et, de l’ensemble, des sociétés contemporaines. Quand, l’essentiel, est devenu matériel et, n’est plus humain, moral, spirituel, nul, vrai bonheur, nulle réussite, de vie, ne sont plus loisibles. Eudémonisme, ataraxie, équanimité, sont remplacés, par le tourment, le trouble et, le désordre, l’entropie, des esprits et, des cœurs. Le seul corps, l’objet, ne pouvant servir, la plénitude humaine, en transcendance, personnelle et existentielle.

 

Seul, l’accomplissement, de soi, humain, humaniste, métaphysique, en a le plein pouvoir. Il est, donc, urgent, en ce début, de nouveau siècle, de faire retour, à de vraies saines valeurs, plus spirituelles. Pour le salut même, de notre jeunesse et, notre humanité. Il n’est, que temps, avant, que « le pire », ne survienne, en ce centenaire, de fin, d’un Premier Conflit mondial, des plus meurtriers et, destructeurs, pour le genre humain. En lequel, tant et, tant, de jeunes hommes, furent sacrifiés, de façon irresponsable et, criminelle, sans nulle vergogne et, en pure désastreuse perte !

 

 

Une adoJuvénilité « pervertie »

 

La nouvelle génération est « dévoyée », par une société adulte, qui la trahit, en cultivant, de fausses valeurs toxiques, qui lui nuisent, la détruisent, moralement. Que dire, ainsi, de ces publicités nocives, en faveur, de produits alimentaires toxiques, obligées, légalement, de mettre en garde, pour la santé ? Précisant, pour en limiter, les méfaits, qu’il faut bouger et, consommer, outre, les produits empoisonnés, qu’ils promeuvent, assez, de fruits et, légumes frais, par jour ! Ce qui atteint, le comble, de l’absurdité, de notre époque. Notre société n’offre, pour tout « projet, de vie », à sa jeunesse, que matérialismes, hédonismes et, consumérismes exacerbés. Des plus mortels et, mortifères !

 

> Ce qui, en sus, détruit, notre climat, notre planète et, à terme, si cela, continue, l’espèce humaine, elle-même. Comme, cette fulminante dénaturation supprime, déjà, à tout jamais, de plus en plus, d’espèces animales, végétales et, minérales. Il est enseigné, à la nouvelle génération, tout, ce qu’il ne faudrait pas, être, avoir, faire ou, paraître et, rien, de ce qu’il conviendrait, d’être, d’avoir, de faire ou, paraître. La société adulte jouant, alors, « le mauvais rôle, du pire apprenti sorcier », en l’espèce, à l’égard et, aux dépens, de sa jeunesse. Ce qui est fort calamiteux, pour elle, comme, pour l’avenir, de toute l’humanité. Alors, les jeunes, trompés, manipulés, trahis, maltraités, livrés, à eux-mêmes, se fourvoient, en dramatiques impasses.

 

Il leur est inculqué, d’annihiler, l’autre, pour parvenir, que « la fin justifie, les moyens », que seuls, comptent, envies, plaisirs, désirs, pouvoir, argent. Que seule, leur propre personne existe, prédomine, que confort, facilité, priment. Est oublié, déprécié, rejeté, « l’essentiel humain ». Effort, persévérance, résolution, ascèse, dépassement, de soi, renoncement moral, don de soi, altruisme, abnégation, sens, du sacrifice et, d’autrui… En un monde, une société, entrés, en « déclin », à la fin, des Trente Glorieuses, en 1975, après, trois décennies ascensionnelles. Parvenus, en « décadence », en 2000, au tournant, du siècle, en « terroriste ère barbare ». Frappés, de « déchéance », à l’horizon 2025, en une « nouvelle pseudo civilisation désabusée ». Soit, en un demi-siècle, deux générations, à peine !

 

Le tout, caractérisé, par un « triste contexte, en 3 D, triple dimension » : de désordre, discordedrame. À force, de négligences, laisser-aller, d’indifférence nationaux, le pire finit, en France, par advenir. Comme, le ravageur et, très évitable incendie, de la cathédrale, Notre-Dame, de Paris, l’a, si tragiquement, illustré, en avril 2019, en émoi mondial ! Tout cela, aux plus terribles dépens, de nos jeunes hexagonaux. Changer, de paradigme et, de vision, de l’Homme et, de l’Univers, s’impose. Pour replacer, au cœur et, au centre ontologiques, le sens et, la mission de vie, les plus « nobles et, désintéressés ».

 

Les juniors y sont, spécifiquement, sensibles. Ils savent, mieux, que tous autres, cultiver, ces axiomes-universaux suprêmes, immanents et, transcendants, du Cœur, de l’Esprit, de l’Amour, la Vérité, la Paix et, la Justice, en conscience ! En un espace, un temps, de la décennie 2010, particulièrement, désolés et désolants, dépressifs, sinistres, même, d’une médiocrité et, bassesse infinies. En lesquels, artificialité et, superficialité règnent, en « maîtres absolus ». Par rapport, à il y a, seulement, quelques décennies ! D’autant plus, que, déjà, l’état axiologique, du monde occidental, des années 1980, était fort dégradé. Comparativement, à celui, de la décennie 1950. La dernière, avant, les funestes dérives matérialistes et, déshumanisantes ultérieures.

 

 

> Expertise / ou

Menu d’AndroJeunoCoaching de Vie

 

 

« Une vie réussie, est un rêve, d’adolescent
Réalisé, dans l’âge mûr »

 

A. de Vigny

Écrivain, France, 1797-1863

 

Cinq-Mars

Œuvre littéraire, France, 1826

                                

 

– ANDRO-ADOJEUNOCOACHING DE VIE –

EN BREF

 

 

Yves REMY est Docteur des Universités. (PsychoSociologie adoJuvénile). Certifié Acec / Coaching personnel. (Ados / jeunes). Consultant institutionnel Éducation-Jeunesse, coach / conseiller de vie, du junior, uniquement, garçon. Andro-adoJeunologue®, concepteur et, théoricien-praticien, de l’Andro-AdoJeunologie®. En trois décennies, il a acquis, une maîtrise, de formation et d’exercice, d’excellence. En une double approche, théorique et pratique.

 

Andro-AdoJeunoScience®, étude, compréhension globales, transversales, pluridisciplinaires, de l’andro-adoJuvénilité. Andro-AdoJeunoConseil®, coaching / conseil de vie holistique, innovant, des adolescents / jeunes. Spécialement, du genre masculin. Expertise d’intervention, plus spécifique, du manque, d’estime, de confiance, d’affirmation, de soi, des jeunes hommes.

 

Yves REMY, Dr a créé, à Paris, l’unique cabinet privé, en France, de coaching / conseil de vie andro-adoJeunologique, personnel, intégral et, performant. Des 15-24 ans XY, à titre exclusif, spécialiste, des seules particulières problématiques et, questions adoJuvéniles masculines. Coaching de vie cognitif, émotionnel, comportemental, en réalisation, de soi, du junior mâle.

 

 

– ANDRO-ADOJEUNOCOACHING DE VIE –

L’ESSENTIEL

 

 

>> Andro-adoJeunologue®

Un coach de vie masculin, pour renforcer, les seuls jeunes XY

 

>> Andro-AdoJeunologie®

Une approche, un protocole d’intervention inédits / décisifs

 

>> Expertise d’Andro-AdoJeunoCoaching

Des indications d’accompagnement idoines / adaptées

 

>> Évaluations de Suivis d’Andro-AdoJeunoPratique

Des situations et, résultats significatifs / optimisés

 

>> Travaux d’Andro-AdoJeunoConsulting

Un procédé méthodique d’excellence / rigoureux

 

>> Andro-AdoJeunoScience®

Une maîtrise solide / globale, des réalités (andro)adoJuvéniles

 

>> Andro-AdoJeunoConseil®

Un coaching de vie androJeunologique complet / sur-mesure

 

 

– ANDRO-ADOJEUNOCOACHING DE VIE –

À PROPOS

 

 

15-24.ans, Accomplissement.de.soi, AdoJeune-s, AdoJeunesse-s, AdoJuvénilité-sAdolescence-s, Adolescent-s, Adulescent-s, Adultisation, Adultisme, Affectivité.

 

Affirmation.de.soi, Amitié, Amour, Andro-AdoJeunoConseil®, Andro-AdoJeunologie®, Andro-adoJeunologue®, Andro-AdoJeunoScience®, Andro-adolescence, Andro-adolescent-s.

 

AndroJeune-s, AndroJeunesse-s, AndroJuvénilité, Anthropologie, Aspiration-s, AssertivitéAssurance, Autodiscipline.de.vie, Auto-efficacité, Axiologie, Changement-s.

 

Chômage, Civisme, Coach.personnel, Coaching.de.vie, Cognition-s, Cognitivisme, Cohorte-s.d’âge, Collège-s, Collégien-s, Comportementalisme, Comportement-s, Confiance.en.soi.

 

Conseil.de.vie, Conseiller, Consommation-s, Consultant, Consulting, Consumérisme-s, Crise, Croyance-s, Culturalisme, Culture-s, Délinquance-s, DémographieDépassement.de.soi.

 

Développement.personnel, Docteur, Droit-s, École-sÉconomie, Éducation, Éducation.civique, Efficacité.personnelle, Élève-s, Émotion-s, ÉmotivismeEmploi, Emploi.du.temps.

 

Engagement-sEnseignement-sÉpanouissement, Estime.de.soi, Études, Études.secondaires, Études.supérieures, Étudiant-s, Expert, Expertise.andro-adoJeunologique, Famille-s, Filiation.

 

Intelligence.émotionnelle, Jeune-s, Jeune-s.homme-s, Jeunesse.internationale, Jeunesse-s, Juvénilité.masculine, Juvénilité-sLiberté-s, Loisir-s, Lycéen-s, Lycée-s, Maîtrise.de.destin.

 

Maltraitance-s, Marasme-sMasculinité, Maturité, Mentorat, Mère-s, Méthode-s.de.travail, MéthodologieMétier-s, Mondialisation, Motivation, Niveau.de.vie, Nouvelle-s.génération-s.

 

Objectif-s, Ontogénie, Ontologie, Optimisation.de.potentielsOptimisation.morale, Organisation.de.vie, Orientation, Parentologie, Parent-s, Pauvreté, Père-s, Personnalité.

 

Philosophie, Physiologie, Plénitude, Politique-sPolitique-s.de.la.Jeunesse, Psychologie, PsychoSociologie, Puberté, Qualité.de.vie, Quinze-vingt-quatre.ans, Réalisation.de.soi.

 

Relation.d’aide, RésilienceRéussite-s, Santé, Sciences.de.l’éducation, Sciences.de.la.jeunesse, Sciences.humaines.et.sociales, Sciences.politiques, SélectionSens.existentiel, Sérénité.

 

Sexualité-s, Sociabilité, Socialisation, Sociologie, Spiritualité-s, Stratégie-s.de.vie, Stress, TranscendanceTravail, Université-s, Valeurs, Vie.relationnelle, Volonté, Yves.Remy.Dr.

 

 

C’est Bien

Vous Êtes Un Homme

Pour Les Garçons !

 

Formulation, de nombreux praticiens, de santé et autres, à l’égard, de l’expert andro-adoJeunologue®, Yves REMY, Dr. Lui adressant, en coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®, des jeunes hommes.

 

 

CABINET YR/c

 

PARIS

 

 

ANDRO-ADOJEUNOCONSEIL®

 

COACHING / CONSEIL DE VIE ANDROJEUNES

CONSULTING INSTITUTIONNEL & POLITIQUE JUNIORS

 

 

Yves REMY, Dr consultant

 

– Yves REMY, Dr –

 

Coach / Conseiller de Vie Andro-adoJeunologue®

Docteur des Universités, Paris

 

Intervenant Public Éducation-Jeunesse

Conseil de vie, des Jeunes hommes

Expert Confiance en Soi AndroJuvénile

 

Andro-AdoJeunoCoaching

Coaching / Conseil de vie, en réalisation de soi, du Junior mâle

 

Depuis, Vingt-Cinq Ans

 

 

YR/c – 7, rue Marbeau, 75116 Paris, Foch

Île-de-France – FranceUnion Européenne

 

Ligne cabinet – 33 1 45 65 96 22

Ligne mobile – 33 6 64 94 13 29

 

– Contact Internet –

 

Consulting 15-24XY

Andro-AdoJeunoConseil15-24.org

 

 

Andro-AdoJeunoConseil® AndroAdoJeunesse

 

L’Accompagnement des Garçons de 15-24 Ans

L’Expertise de la Confiance en Soi AndroJuvénile

 

 

                                Aider, le Garçon Junior, à Transcender, sa Pleine Juvénilité !

 

 

C O A C H – C O N S E I L   /   C O A C H I N G   D E   V I E

A D O L E S C E N T S   /   J E U N E S   M A S C U L I N S

L Y C É E N S   /   É T U D I A N T S   /   A C T I F S

 

 

– Yves REMY, Dr

 

 

Coach de Vie AndroJeunoConseiller

Spécialiste AndroJeunesse-AndroÉducation

Consultant Institutionnel & Politique AdoJeunes

 

Docteur en Sciences Humaines et Sociales, Paris

(PsychoSociologie du Développement de l’AdoJuvénilité)

Certifié Acec / Coaching Personnel (Ados / Jeunes), Paris

 

 

Mentoring Andro15-24

 

Booster, la Confiance

Des Jeunes XY  !

 

 

Cabinet

 

Andro-AdoJeunologie®

 

PARIS 16 / Foch

 

 

Andro-AdoJeunoConseil15-24.Org

 

 

> L’Expertise de la Masculinité AdoJuvénile

Confiance en Soi / Motivation / Stress

Coaching de Vie Cognitif / Émotionnel / Comportemental

 

 

L’Andro-AdoJeunoConseil® permet, à tout jeune homme, de 1524 ans, de croire, en soi, se motiver, s’apaiser

Accompagnement spécifique, en réalisation, de soi, andro-adoJuvénile, pour se dépasser, devenir meilleur, s’épanouir.

En programme andro-adoJeunologique méthodique, adapté : écrit, directif, interactif, structuré.

Par études de cas, exercices, entraînements pratiques. En apprentissages, d’andro-adoJeunoCoaching de vie : formatifs, consultatifs, décisionnaires.

 

 

YR/c – 7 rue Marbeau, 75116 Paris, Foch, France, UE

 

SecteurPl. de l’Étoile – Av. Foch

Neuilly-sur-Seine – Av. de la Grande-Armée

 

T. 33 1 45 65 96 22 – M. 33 6 64 94 13 29

– Contact Internet –

 

 

>> Mémento d’AndroJeunoCoaching de Vie

 

 

Préambule   AndroJeunologue®   AndroJeunologie®   Expertise   Évaluation

Travaux   AndroJeune   AndroJeunoScience®   AndroJeunoConseil®   Cabinet

 

 

> Suivi, d’Adolescents / de Jeunes Masculins, Coaching de Vie, Paris 16

 

Le suivi, d’adolescents, de jeunes garçons, en coaching de vie, d’Andro-AdoJeunologie®, cognitif, émotionnel, comportemental, assiste, tout junior XY.

 

 

– Haut de Page –

 

 

AndroAdoJeunoConseil® – Consulting ÉducationJeunesse – Coaching de vie 1524 ans XY 
© Yves REMY, Dr, andro-adoJeunoCoach – 2003-2020 – ConfidentialitéMentions légales
Le site, Andro-AdoJeunoConseil15-24.org, Paris, est sous protection copyright ©, Sgdl-Cléo
A-A15-24.org est sous sauvegarde, d’un dépôt légal ©, à la Bibliothèque Nationale de France