Coaching de Vie d’Andro-AdoJeunoConseil® – 5

 

 

                                  Mener, le Jeune Homme, à faire Sens, à sa Mission de Vie !

 

 

C O A C H – C O N S E I L   /   C O A C H I N G   D E   V I E

A D O L E S C E N T S   /   J E U N E S   M A S C U L I N S

L Y C É E N S   /   É T U D I A N T S   /   A C T I F S

 

 

– Yves REMY, Dr

 

 

Coach de Vie AndroJeunoConseiller

Spécialiste AndroJeunesse-AndroÉducation

Consultant Institutionnel & Politique AdoJeunes

 

Docteur en Sciences Humaines et Sociales, Paris

(PsychoSociologie du Développement de l’AdoJuvénilité)

Certifié Acec / Coaching Personnel (Ados / Jeunes), Paris

 

 

Mentoring Andro15-24

 

Booster, la Confiance

Des Jeunes XY  !

 

 

Cabinet

 

Andro-AdoJeunologie®

 

PARIS 16 / Foch

 

 

Andro-AdoJeunoConseil15-24.Org

 

 

> L’Expertise de la Masculinité AdoJuvénile

Confiance en Soi / Motivation / Stress

Coaching de Vie Cognitif / Émotionnel / Comportemental

 

 

L’Andro-AdoJeunoConseil® permet, à tout jeune homme, de 1524 ans, de croire, en soi, se motiver, s’apaiser

Accompagnement spécifique, en réalisation, de soi, andro-adoJuvénile, pour se dépasser, devenir meilleur, s’épanouir.

En programme andro-adoJeunologique méthodique, adapté : écrit, directif, interactif, structuré.

Par études de cas, exercices, entraînements pratiques. En apprentissages, d’andro-adoJeunoCoaching de vie : formatifs, consultatifs, décisionnaires.

 

 

YR/c – 7 rue Marbeau, 75116 Paris, Foch, France, UE

 

SecteurPl. de l’Étoile – Av. Foch

Neuilly-sur-Seine – Av. de la Grande-Armée

 

T. 33 1 45 65 96 22 – M. 33 6 64 94 13 29

– Contact Internet –

 

 

>> Mémento d’AndroJeunoCoaching de Vie

 

 

Préambule   AndroJeunologue®   AndroJeunologie®   Expertise   Évaluation

Travaux   AndroJeune   AndroJeunoScience®   AndroJeunoConseil®-5   Cabinet

 

 

> Ados / Jeunes Difficiles Garçons, Coaching de Vie, Paris 16

 

Ados / jeunes difficiles masculins, sont soutenus, en coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®, par re/structuration positive, de leurs pensées, émotions, actes.

 

 

« Si belle, qu’ait été, une vie, il y a, toujours, un immense écart
Entre l’existence, qu’avait rêvée, l’adolescent
Et, celle, qu’a connue, l’homme »

 

A. Maurois

Écrivain, France, 1885-1967

 

Lettres à l’Inconnue

Œuvre littéraire, France, 1953, 1956

 

 

<   1   2   3   4   5   6   7   8   9   >

 

 

– ANDRO-ADOJEUNOCOACHING DE VIE –

EN BREF

 

 

Yves REMY est Docteur des Universités. (PsychoSociologie adoJuvénile). Certifié Acec / Coaching personnel. (Ados / jeunes). Consultant institutionnel Éducation-Jeunesse, coach / conseiller de vie, du junior, uniquement, garçon. Andro-adoJeunologue®, concepteur et, théoricien-praticien, de l’Andro-AdoJeunologie®. En trois décennies, il a acquis, une maîtrise, de formation et d’exercice, d’excellence. En une double approche, théorique et pratique.

 

Andro-AdoJeunoScience®, étude, compréhension globales, transversales, pluridisciplinaires, de l’andro-adoJuvénilité. Andro-AdoJeunoConseil®, coaching / conseil de vie holistique, innovant, des adolescents / jeunes. Spécialement, du genre masculin. Expertise d’intervention, plus spécifique, du manque, d’estime, de confiance, d’affirmation, de soi, des jeunes hommes.

 

Yves REMY, Dr a créé, à Paris, l’unique cabinet privé, en France, de coaching / conseil de vie andro-adoJeunologique, personnel, intégral et, performant. Des 15-24 ans XY, à titre exclusif, spécialiste, des seules particulières problématiques et, questions adoJuvéniles masculines. Coaching de vie cognitif, émotionnel, comportemental, en réalisation, de soi, du junior mâle.

 

 

– ANDRO-ADOJEUNOCOACHING DE VIE –

L’ESSENTIEL

 

 

>> Andro-adoJeunologue®

Un coach de vie masculin, pour renforcer, les seuls jeunes XY

 

>> Andro-AdoJeunologie®

Une approche, un protocole d’intervention inédits / décisifs

 

>> Expertise d’Andro-AdoJeunoCoaching

Des indications d’accompagnement idoines / adaptées

 

>> Évaluations de Suivis d’Andro-AdoJeunoPratique

Des situations et, résultats significatifs / optimisés

 

>> Travaux d’Andro-AdoJeunoConsulting

Un procédé méthodique d’excellence / rigoureux

 

>> Andro-AdoJeunoScience®

Une maîtrise solide / globale, des réalités (andro)adoJuvéniles

 

>> Andro-AdoJeunoConseil®

Un coaching de vie androJeunologique complet / sur-mesure

 

 

– Yves REMY, Dr

 

 

DOCTEUR DES UNIVERSITÉS

 

Consultant Institutionnel & Politique Éducation-Jeunesse

Coach / Conseiller de Vie des Jeunes Hommes

Expert Confiance en Soi Andro-AdoJuvénile

 

Depuis, Vingt-Cinq Ans

 

 

ANDRO-ADOJEUNOCONSEIL®

 

 

C’est Bien

Vous Êtes Un Homme

Pour Les Garçons !

 

Formulation, de nombreux praticiens, de santé et autres, à l’égard, de l’expert andro-adoJeunologue®, Yves REMY, Dr. Lui adressant, en coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®, des jeunes hommes.

 

 

___________ O

 

OBÉISSANCE-S / OBÉISSANT – Soumission, allégeance, docilité & consentement, à obtempérer / relevant, de l’obéissance.

OBÉSITÉ-S / OBÈSE-S – Surpoids adipeux & de graisse corporelle, excès, d’embonpoint, indice, de masse corporelle, excessif / relevant, atteint, de l’obésité.

OBJECTIF-S – Résultat, à atteindre : but, dessein, visée.

OBJECTIVATION-S / OBJECTIVANT / OBJECTIVÉ – Concrétisation : mise-s, en application & à exécution, inscription, dans les faits, choix, de l’impartialité / relevant, de l’objectivation.

OBJECTIVITÉ / OBJECTIF – Impartialité & neutralité, justesse, conformité, à la réalité, la vérité, l’exactitude / relevant, de l’objectivité.

OBJURGATION-S / OBJURGATOIRE – Exhortation, encouragement, recommandation / lié, à l’objurgation.

OBLATIVITÉ / OBLATIF – Altruisme, générosité, oubli & don, de soi / relevant, de l’oblativité.

OBLIGATION-S / OBLIGATOIRE – Devoir & engagement, contrainte, impératif / relevant, de l’obligation.

OBSCURANTISME-S / OBSCURANTISTE-S – Rejet, du progrès, des savoirs, des nouveautés / relevant, tenant, de l’obscurantisme.

OBSERVATION-S / OBSERVATEUR-S / OBSERVÉ – Contemplation, constatation, réflexion / relevant, de l’observation.

OBSESSION-S / OBSESSIONNEL / OBSÉDANT / OBSÉDÉ – Manie, idée fixe, hantise, des plus irrépressibles, compulsionnelles / relevant, de l’obsession.

OBSTACLE-S – Écueil, entrave, difficulté.

OBSTRUCTION-S / OBSTRUCTIONNEL / OBSTRUÉ – Entrave, empêchement, blocage / relevant, de l’obstruction.

OCCIDENT / OCCIDENTAL-AUX – Amérique, du Nord, Australie, Europe & Ouest, hémisphère Nord, du monde / relevant, ressortissant, de l’Occident.

OCCUPATION / OCCUPANT-S – Présence militaire, d’invasion allemande, en France, lors, du Second Conflit mondial, 20e s. / acteur, de l’Occupation.

OCCURRENCE-S / OCCURENTIEL – Circonstance, occasion, survenue temporelle & spatiale, d’un événement spécifique / relevant, de l’occurrence.

OCDE, Organisation de Coopération & de Développement Économiques – Organisme international consultatif, d’études économiques, de pays, dits, « développés, démocratiques, d’économie, de marché », France, monde.

OCÉAN – ŒUVRES POSTHUMESŒuvre littéraire, de poésie, France, 19e s. : rédaction, France, 19e/20e s. : publication.

ŒUVRES COMPLÈTES – Livre de psychologie, développement personnel, France, 20e s.

OFFENSIVE-S / OFFENSIF – Attaque, charge, assaut / relevant, de l’offensive.

OISIVETÉ-S / OISIF-S – Désœuvrement, inoccupation, inaction & inactivité / relevant, tenant, de l’oisiveté.

OLFACTION / OLFACTIF – Odorat, sens, de perception, des substances chimiques volatiles / relevant, de l’olfaction.

OLIGARCHIE-S / OLIGARCHIQUE – Pouvoir politique, du petit nombre, de la minorité / relevant, de l’oligarchie.

OLIGO-ÉLÉMENT-SÉléments chimiques, classe, de nutriments, éléments minéraux purs, indispensables, de l’organisme humain, en micro quantités.

OLLER, A.-C. – Sociologue, de l’éducation, France, 20e/21e s.

OLSEN LANEY, M. – Psychothérapeute, psychanalyste, États-Unis, 20e/21e s.

OMISSION-S / OMIS – Oubli, négligence, lacune / relevant, de l’omission.

ONDE-S ALPHARythme cérébral, oscillation électroencéphalographique, activité électrique, du cerveau, en éveil, détente, les yeux fermés.

ONDE-S BÊTARythme cérébral, oscillation électroencéphalographique, activité électrique, du cerveau, en activité intense, concentration, anxiété.

ONDE-S DELTARythme cérébral, oscillation électroencéphalographique, activité électrique, du cerveau, au cours, du sommeil profond.

ONDE-S GAMMARythme cérébral, oscillation électroencéphalographique, activité électrique, du cerveau, conscient actif, en concentration, attention cognitives.

ONDE-S THÊTARythme cérébral, oscillation électroencéphalographique, activité électrique, du cerveau, en somnolence, hypnose, mémorisation.

ONTOGÉNIE & ONTOGENÈSE & ONTOGÉNÉTIQUE / ONTOGÉNIQUE – Processus humain développemental, de la naissance, à l’âge adulte & la mort : physique, psychique, moral / relevant, de l’ontogénie.

ONTOLOGIE / ONTOLOGIQUE – Théorie, étude, réalités philosophiques, métaphysiques, de l’être, en tant, que tel / relevant, de l’ontologie.

OP ART / Art optique – Usages, théories artistiques, faisant appel, aux illusions, jeux visuels optiques, abstraits, monde, 20e s.

OPÉRATIONS FORMELLES / « Intelligence formelle » – Stade cognitif, acuité psychique, d’abstraction mentale, hypothético-déductive.

OPINION-S – Conviction, point de vue, avis.

OPINIONWAY – Sondage. – Étude sociologique d’opinion, France, 21e s.

OPIUMSuc de pavot, narcotique, drogue.

OPPORTUNITÉ-S / OPPORTUN – Occasion, débouché, utilité / relevant, de l’opportunité.

OPPOSITION-S / OPPOSITIONNEL / OPPOSANT-S / OPPOSÉ – Antagonisme, désaccord, divergence / relevant, tenant, de l’opposition.

OPPROBRE-S – Honte, déshonneur, condamnation.

OPTIMISATION-S DE-S POTENTIELS – Amélioration, accroissement, des « rendements » & du développement personnel, renforcement, des qualités, ressources, capacités propres.

OPTIMISATION-S / OPTIMISATEUR / OPTIMISÉ – Amélioration, accroissement, du rendement & du développement propre, renforcement / relevant, de l’optimisation.

OPTIMISATION-S PERSONNELLE-S – Amélioration, accroissement, des « rendements » & du développement propre, renforcement, des vertus humaines individuelles.

OPTIMISME CRÉATEUR, L’Ouvrage, de psychologie & développement personnel, France, 20e s.

OPTIMISME-S / OPTIMISTE-S – Positivité, confiance, enthousiasme / relevant, tenant, de l’optimisme.

OPTIMISTELivre de psychologie, France, 21e s.

OPTIMUM-S – Réalité satisfaisante, la plus favorable, la meilleure, la plus « productive ».

OPTION-S SCOLAIRE-S – Choix possible, entre plusieurs matières académiques, enseignées, pour l’élève, France.

ORADOUR-SUR-GLANECommune, théâtre, de faits, de guerre, criminels, de masse, contre l’humanité, sous l’Occupation allemande, France, 20e s.

ORAISON-SPrière liturgique, prière mentale, méditation affective & spirituelle.

ORAL – Expression verbale, par la parole, la voix.

ORALITÉ / ORAL – Parler, transmission, par la parole, le verbe, la voix / relevant, de l’oralité.

ORATORES / Ceux qui prient – Religieux, à fonction sacerdotale sacrée, souveraine, ordre, du clergé, France, Moyen Âge & ère moderne : Renaissance, Ancien Régime, 6e-18e s.

ORDALIE-S : probatoire-s : Jugement de Dieu/ ORDALIQUE – Mise à l’épreuve, jugement, probation / relevant, de l’ordalie.

ORDRE / ORDONNÉ – Sûreté, police, rigueur, individuelles & collectives, privées & publiques / relevant, de l’ordre.

ORGANISATION DU TEMPS – Aménagement, structuration, gestion, des durées journalières disponibles.

ORGANISATION DU TEMPS SCOLAIRE – Aménagement, structuration, gestion, des périodes, d’enseignements, disponibles.

ORGANISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE – Aménagement, structuration, gestion, des tâches éducatives, à effectuer.

ORGANISATION / ORGANISATIONNEL / ORGANISATEUR / ORGANISÉ – Système, agencement, disposition / relevant, acteur, de l’organisation.

ORGASME-S / ORGASMIQUE –  Jouissance physiologique sexuelle, maximale / relevant, de l’orgasme.

ORGUEIL-S / ORGUEILLEUX – Suffisance, fierté, prétention / relevant, de l’orgueil.

ORIENTATION SCOLAIRE, L’ – Bilan des résultats de l’école – Rapport public, de sciences de l’éducation & sociologie éducative, France, 21e s.

ORIENTATION-S : D’ÉTUDES / SCOLAIRE / UNIVERSITAIRE / PROFESSIONNELLE / DE MÉTIERS – Aiguillage, proposition, indication, de voies académiques & d’emploi, France.

ORIENTATION-S : DE VIE – Choix & options, préférences, décisions existentiels personnels.

ORIGINALITÉ / ORIGINAL – Singularité, unicité & rareté, particularité / relevant, de l’originalité.

ORLÉANISTE-S / ORLÉANISMEPartisans, de la maison, d’Orléans, pour l’héritage, de la Couronne / courant politique monarchiste, afférent, France, dep., le 19e s.

ORTHODOXIE / ORTHODOXE-S – L’une, des trois Églises majeures, du christianisme, avec le catholicisme, le protestantisme / fidèles, de cette religion, monde, dep., le 11e s.

OSÉE, PROPHÈTEProphète biblique, de l’Ancien Testament, saint chrétien, Moyen-Orient, 8e s. av. J.-C.

OSTÉOPOROSE / OSTÉOPOROTIQUE – Fragilité pathologique, du squelette, par diminution, de la masse osseuse, altération structurelle osseuse / relevant, de l’ostéoporose.

OÙ ? / Ubi ? – Interrogation concernant l’espace.

OUBLI DE SOI – Don de soi, altruisme, abnégation.

OUTIL-S / OUTILLÉ – Moyen, instrument, vecteur / muni, d’outil-s.

OUVERTURE : D’ESPRIT & MENTALE / OUVERT – « Largesse », curiosité & compréhension, tolérance, intellectuelles-cognitives, émotionnelles, comportementales, à l’égard, des différences / large, d’esprit.

OVE, Observatoire national de la Vie Étudiante – Organisme public, d’étude, de recherche scientifique, sur les conditions, de vie, les comportements, des étudiants, France.

OWENS, J.Athlète olympique, champion sportif, États-Unis, 20e s.

OXYGÉNATION-S / OXYGÉNANT / OXYGÉNÉ – Inhalation, respiration, d’air pur oxygéné / lié, à l’oxygénation.

OXYGÈNEGaz atmosphérique, composant, de l’air, élément chimique, indispensables, à la respiration pulmonaire humaine.

 

 

___________ P

 

PACIFICATION-S / PACIFICATEUR / PACIFIÉ – Apaisement, adoucissement, r/établissement, du calme / tenant, relevant, de la pacification, la paix.

PACIFISME / PACIFISTE-S / PACIFIQUE – Recherche, de la paix, la concorde, l’harmonie, rejet, de la violence, la dissension, l’acrimonie / partisan, du pacifisme / paisible.

PACTE RÉPUBLICAINAdhésion, des citoyens, de la nation, à des valeurs communes, de la « chose publique », la République : universalisme, droits, libertés…

PAF, Positivité, Assurance, Foi – Valeurs andro-adoJeunologiques constructives, de confiance, d’idéal & d’espérance.

PAGANISME-S / PAÏEN-S / PAGANISTE-S – Pour le christianisme, polythéisme païen & état, de peuples, non évangélisés / relevant, tenant, du paganisme.

PAGNOL, M.Écrivain littéraire, dramaturge, France, 19e/20e s.

PAIR-S – Congénères, semblables, égaux.

PAIX DE L’ÂME & PAIX INTÉRIEURE – Ataraxie, équanimité, sérénité.

PAIX FAMILIALE – Calme, quiétude, sérénité, entre membres, d’une même famille : parents & enfants, frères & sœurs, père & mère.

PAIX / PACIFIQUE / PAISIBLE / PACIFISTE-S – Calme, quiétude, sérénité / relevant, tenant, de la paix.

PALIMPSESTE-SParchemin manuscrit, à texte initial effacé, remplacé, par de nouvelles formulations écrites / métaphore.

PALLADIUMFigure protectrice, de la mythologie grecque antique / symbole, de sauvegarde, pérennité, protection.

PALO ALTO, École de – Courant, de pensée & recherche, en cybernétique, psychologie, psychosociologie, sciences, de l’information & la communication, États-Unis, 20e s.

PANIQUE-S / PANIQUANT / PANIQUEUR / PANIQUÉ – Affolement, sauve-qui-peut, effroi / relevant, de la panique.

PAPAUTÉ / PAPAL – Dignité, pouvoir, gouvernement, du Souverain pontife, chef, de l’Église catholique romaine, à la tête, du Saint-Siège / relevant, de la papauté, du pape.

PAPY KRACH / Crise de la société vieillissanteMarasme socioéconomique, sociétal, moral, actuel, de la prédominance, des seniors, aux dépens, des adojeunes, France, Europe, Occident, 21e s.

PAR QUELS MOYENS ? / Quomodo ? – Les outils.

PARABOLE-S / PARABOLIQUE – Allégorie, comparaison, symbole & mythe / lié, à la parabole.

PARADIGME-S / PARADIGMATIQUE – Conception, du monde, modèle, courant, de pensée / relevant, du paradigme.

PARAÎTRE – Apparence, artifice, superficialité.

PARALYSIE-S / PARALYSANT / PARALYSÉ-S – Blocage neurologique, physique, métabolique, de la motricité musculaire – immobilisation, marasme, léthargie / relevant, atteint, de paralysie.

PARANORMALPhénomènes hypothétiques, hors normes, scientifiquement, inexplicables, à ce jour / relevant, du paranormal.

PARAVERBAL – Aspect, de la communication non verbale, relatif, aux caractéristiques, de la voix humaine : ton, intonation, rythme.

PARDON-S / PARDONNEUR / PARDONNÉ – Indulgence, absolution & rémission, amnistie / relevant, du pardon.

PARENTALITÉ-S – Fonction, de parent-s, en toutes, ses implications.

PARENTOLOGIE / PARENTOLOGIQUE – Relation d’aide, aux parents, au sujet, de leurs enfants, en âge adojuvénile / relevant, de la parentologie.

PARENT-S / PARENTAL – Ascendants, biologiques & adoptifs : père & mère / relevant, des parents, de la parentalité.

PARESSE-S / PARESSEUX – Inertie & apathie, nonchalance, oisiveté & fainéantise / relevant, tenant, de la paresse.

PARI-S – Mise, confiance, foi.

PARIS ET LE DÉSERT FRANÇAIS Livre de géographie humaine, France, 20e s.

PARLEMENTARISME / PARLEMENTARISTE – Séparation & collaboration politiques, des pouvoirs, exécutif & législatif, avec responsabilité, du gouvernement, devant, le Parlement / relevant, du parlementarisme.

PARMÉNIDEPhilosophe, Grèce, 6e/5e s. av. J.-C.

PAROLE-S – Dire & langage, verbe & propos, expression orale humaine.

PAROLES D’ADOSLivre, de témoignages sociologiques, France, 21e s.

PAROUSIE / PAROUSIQUE – Notion biblique testamentaire, chrétienne : potentiel retour terrestre, du Christ / relevant, de la parousie.

PARTAGE-S / PARTAGEUR / PARTAGÉ – Métaphore morale : échange, ouverture, générosité / relevant, du partage.

PARTI POLITIQUE DE LA JEUNESSE – Hypothèse, d’un mouvement politique, réservé, aux adojeunes, s’adressant, à eux, proposant, des mesures, en leur faveur, France, 21e s.

PARTICIPATION-S / PARTICIPATIF / PARTICIPANT-S – Contribution, coopération, apport & adhésion / relevant, acteur, de la participation.

PARTICULARISME-S / PARTICULARISTE – Volonté catégorielle, communautaire, d’identité, d’un groupe, de maintenir, ses spécificités / relevant, du particularisme.

PARTICULARITÉ-S / PARTICULIER – Caractéristique, singularité & spécificité, originalité / relevant, de la particularité.

PASCAL, B.Scientifique, philosophe, théologien, France, 17e s.

PASSAGE-S – Étape, période, phase & stade.

PASSÉISME / PASSÉISTE – Excès nostalgique, d’attachement, aux valeurs passées / relevant, du passéisme.

PASSER À L’ACTION – Livre, de développement personnel, France, 21e s.

PASSÉ-S – Écoulements temporels, temps révolus, époques antérieures.

PASSION-S / PASSIONNEL / PASSIONNANT / PASSIONNÉ – Engouement, vocation, penchant / relevant, de la passion.

PASSIVITÉ-S / PASSIF – Inaction, apathie & inertie, atonie / relevant, de la passivité.

PATERNITÉ-S / PATERNEL – État de père, sentiment paternel, lien, de parenté, père & enfant / relevant, de la paternité.

PATHOLOGIE-S MENTALE-SPsychopathologies, signes, de maladies psychiques, comme, psychiatriques.

PATHOLOGIE-S / PATHOLOGIQUE – Étude, des maladies, réalités, implications, des troubles & ensemble, des signes, d’une maladie / relevant, de la pathologie.

PATIENCE / PATIENT – Persévérance, constance, sérénité / relevant, de la patience.

PÂTISSERIE-S / PÂTISSIER – Préparation sucrée, à pâte cuite, au four / lié, à la pâtisserie.

PATRIARCAT-S / PATRIARCAL – Système social, de prééminence sociétale, familiale, comme, éducative, masculine & paternelle / relevant, du patriarcat.

PATRIMOINE-S / PATRIMONIAL – Capital, héritage & succession, fortune / lié, au patrimoine.

PATRIMONIALITÉ DES OFFICES / Offices patrimoniauxVénalité & hérédité, des charges, offices publics, sous l’Ancien Régime : monnayables & transmissibles, France, 16e-18e s.

PATRIOTISME / PATRIOTIQUE / PATRIOTE – Nationalisme, chauvinisme, civisme / relevant, tenant, du patriotisme.

PAUL DE TARSE, SAINT PAULFigure majeure, du christianisme, apôtre, du Christ, Moyen-Orient, 1er s.

PAUPÉRISATION-S : socioéconomique-s / PAUPÉRISÉ – Appauvrissement, matériel & financier, accru, continu, durable / relevant, de la paupérisation, du paupérisme.

PAVAGEAU, W.Médecin sexologue, consultant, d’une émission, de libre-antenne, d’une radio jeunes, France, 20e/21e s.

PAYS ÉMERGENT-SPays, à niveau socioéconomique « intermédiaire », entre ceux, dits, développés & ceux, dits, en développement.

PAYSANNERIE / PAYSAN-S – Classe socioéconomique, des travailleurs, de la terre, du monde agricole, des milieux ruraux / relevant, membre, de la paysannerie.

PÉCHÉ ORIGINELDoctrine théologique chrétienne, de la déchéance morale, de l’Humanité, depuis, l’indignité, d’Adam & Ève, premiers êtres humains, de la création divine.

PÉDAGOGIE / PÉDAGOGIQUE / PÉDAGOGUE – Sciences, pratiques éducatives, méthodes, d’enseignement, capacités didactiques / relevant, de la pédagogie.

PÉDOPSYCHIATRE-S – Praticien, de santé mentale, spécialiste, des enfants & adolescents.

PÉDOPSYCHIATRIE / PÉDOPSYCHIATRIQUE – Spécialité médicale, de santé mentale, de l’enfant & l’adolescent / relevant, de la pédopsychiatrie.

PÉDOPSYCHOLOGUE-S – Praticien, de la santé psychique, de l’enfant.

PÉDOPSYCHOTHÉRAPIE-S / PÉDOPSYCHOTHÉRAPEUTIQUE – Thérapie, soin psychiques, de l’enfant / relevant, de la pédopsychothérapie.

PEINE-S DE MORTDécision judiciaire, condamnant, à la perte, de vie, par exécution, pour les crimes, les plus graves.

PÉNIS, TAILLE DU – Dimension, du sexe masculin.

PENSÉE OCCIDENTALEIntellect, raisonnement, réflexion, culturels, de civilisation, spirituels & philosophiques, propres, à l’Occident européen, nord-américain, australien.

PENSÉE UNIQUE – Conformisme supposé, des idées, estimées, dominantes.

PENSÉE-S ADAPTATIVE-S – Intellect, raisonnement, réflexion, se conformant, aux réalités, circonstances, à l’environnement, typologie psychologique.

PENSÉE-S DES APPRENTISSAGES – Intellect, raisonnement, réflexion, aptes, à la formation, l’expérience, l’instruction, typologie psychologique.

PENSÉE-S / ÉMOTION-S / COMPORTEMENT-S AUTOMATIQUES : NÉGATIFS – Raisonnement, affect, conduite réflexes, défavorables : non constructifs, défaitistes, pessimistes.

PENSÉE-S EXTERNE-S NÉGATIVE-S – Intellect, raisonnement, réflexion, attribuant, toute la responsabilité, de la faute, à autrui, typologie psychologique.

PENSÉE-S EXTERNE-S POSITIVE-S – Intellect, raisonnement, réflexion, attribuant, tout mérite, à autrui, typologie psychologique.

PENSÉE-S FORMELLE-S – Stade psychique, de maturité, du raisonnement intellectuel, juvénile humain, de type adulte.

PENSÉE-S HYPOTHÉTICO-DÉDUCTIVE-SStade psychique, de maturité, du raisonnement intellectuel, juvénile humain, de type adulte.

PENSÉE-S INTERNE-S NÉGATIVE-S – Intellect, raisonnement, réflexion, attribuant, toute la responsabilité, de la faute, à soi-même, typologie psychologique.

PENSÉE-S INTERNE-S POSITIVE-S – Intellect, raisonnement, réflexion, attribuant, tout mérite, à soi-même, typologie psychologique.

PENSÉE-S INTUITIVE-S – Intellect, raisonnement, réflexion, issus, de la prescience, l’instinct, le pressentiment, typologie psychologique.

PENSÉE-S LIMITANTE-S – Intellect, raisonnement, réflexion, restrictifs, pessimistes, défaitistes.

PENSÉE-S LOGIQUE-S & LOGICO-MATHÉMATIQUE-S – Intellect, raisonnement, réflexion, du raisonnement, de la déduction, l’abstraction & du calcul, typologie psychologique.

PENSÉE-S NÉGATIVE-S – Intellect, raisonnement, réflexion, défavorables : non constructifs, défaitistes, pessimistes.

PENSÉE-S OBSÉDANTE-S – Intellect, raisonnement, réflexion, très obsessionnels, répétitifs, incoercibles : de manie, ressassement, d’idée fixe irrationnels.

PENSÉE-S ORGANISATIONNELLE-S – Intellect, raisonnement, réflexion, de la structuration, la coordination, l’entreprise & l’élaboration, typologie psychologique.

PENSÉE-S / PENSANT / PENSIF – Intellect, raisonnement, réflexion / apte, à penser / pris, par ses pensées.

PENSÉE-S PERCEPTIVE-S – Intellect, raisonnement, réflexion, des connaissances humaines, sentiments, sensations & impressions, typologie psychologique.

PENSÉE-S POSITIVE-S – Intellect, raisonnement, réflexion, « favorables » : constructifs, optimistes, confiants.

PENSÉE-S PROSPECTIVE-S – Intellect, raisonnement, réflexion, fort tournés, vers l’avenir, anticipant, le futur, imaginant, des réalités & concepts, à venir, typologie psychologique.

PENSÉE-S RATIONNELLE-S – Intellect, raisonnement, réflexion, de la cohérence, du sens, de la méthode & la logique, typologie psychologique.

PENSÉE-S RELATIONNELLE-S / AFFECTIVE-S – Intellect, raisonnement, réflexion, du lien & de l’échange, de l’attachement & des sentiments, des émotions & de la sensibilité, typologie psychologique.

PENSÉE-S RELIGIEUSE-S – Intellect, raisonnement, réflexion, liés, à la spiritualité & au sacré, à la foi & la piété, aux choses confessionnelles.

PENSÉE-S SCIENTIFIQUE-S – Intellect, raisonnement, réflexion, liés, à la « méthode », dite, expérimentale, la rationalité & la rigueur, le savoir, typologie psychologique.

PENSÉESŒuvre, d’apologétique spirituelle, France, 17e s.

PENSUM-S / Corvée-s punitive-s – Sanction fastidieuse, tâche imposée, en sus, travail intellectuel pénible, notamment, scolaires.

PENTAGRAMME DE GINGERTypologie, de psychosociologie & philosophie, concernant, cinq grands champs, de la nature, la vie humaines, France, 20e s.

PÉNURIE-S / PÉNURIQUE – Carence, manque, rareté / relevant, de la pénurie.

PERCEPTION-S / PERCEPTIF / PERÇU – Sensation & impression, sentiment, connaissance / relevant, de la perception.

PERDANT-GAGNANT – Configuration, en laquelle, parmi, deux partenaires & protagonistes, le premier, est défavorisé, le second, avantagé.

PERDANT-PERDANT – Configuration, en laquelle, parmi, deux partenaires & protagonistes, le premier, est défavorisé, tout autant, que le second.

PERDITION-S / PERDU – Ruine, anéantissement, avilissement / en perdition.

PÈRE : TRINITÉDans la théologie chrétienne, l’une, des trois entités trinitaires, du Dieu unique, avec le Fils, le Saint-Esprit.

PÈRE-S DE L’ÉGLISEThéologien, dont les écrits, les actes, l’exemplarité morale, spirituelle, ont conduit, à fonder, défendre, promouvoir, la doctrine, de la foi chrétienne.

PÈRE-S / PATERNEL – Ascendant, géniteur, parent masculin / relevant, du père.

PÉRÉGRINATIONS – Voyages, trajets, déplacements fréquents, nombreux, aventureux.

PERFECTIBILITÉ / PERFECTIBLE – Fait, de pouvoir, être amélioré, perfectionné, optimisé / relevant, de la perfectibilité.

PERFECTIONNEMENT-S / PERFECTIONNÉ – Amélioration, progrès, avancée / optimisé.

PERFECTIONNISME / PERFECTIONNISTE-S – Préoccupation « sublimée », de perfectibilité, d’excellence, d’idéal / relevant, tenant, du perfectionnisme.

PERFORMANCE-S INDIVIDUELLE-S – Exploit, prouesse, record personnels

PERFORMANCE-S / PERFORMANT – Exploit, prouesse, record / relevant, de la performance.

PERFORMANCE-S SEXUELLE-S – Exploit, prouesse, record, en matière érotique.

PÉRIPÉTIE-S – Incident, avatar, contretemps.

PERMANENCE-S / PERMANENT – Continuité, constance, invariabilité / lié, à la permanence.

PERMIS DE CONDUIRE AUTOMOBILEExamen & habilitation, à faire circuler, un véhicule motorisé, France.

PERMISSION-S / PERMIS – Autorisation, accord, consentement / relevant, de la permission.

PERMISSIVITÉ-S / PERMISSIF – Tolérance, libertarisme, acceptation / lié, à la permissivité.

PERRAULT, C.Écrivain littéraire, France, 17e/18e s.

PERSÉCUTION, Syndrome de / PERSÉCUTIF / PERSÉCUTEUR / PERSÉCUTÉ – Paranoïa, psychose, délire, de victimisation / relevant, de la persécution & du syndrome, de persécution.

PERSÉVÉRANCE-S / PERSÉVÉRANT – Acharnement, constance, opiniâtreté / relevant, de la persévérance.

PERSONNALISATION-S / PERSONNALISÉ – Fait, d’individualiser, de rendre original, unique / relevant, de la personnalisation.

PERSONNALISME / PERSONNALISTE – Mise, au « premier plan », de la personne humaine, son respect, son épanouissement / relevant, du personnalisme.

PERSONNALITÉ COGNITIVE, du jeune – Tempérament, caractère, individualité psychique : mentaux, intellectuels, de la pensée.

PERSONNALITÉ COMPORTEMENTALE, du jeune – Tempérament, caractère, individualité psychique : des actes, abstentions, paroles.

PERSONNALITÉ ÉMOTIONNELLE, du jeune – Tempérament, caractère, individualité psychique : des sentiments, affects, sensations.

PERSONNALITÉ-STempérament, caractère, individualité psychique : cognitive, émotionnelle, comportementale, de façon, innée & acquise.

PERSONNE-S / PERSONNEL – Individu, être humain, homme / relevant, de la personne.

PERSPECTIVE-S – Point de vue, approche, conception.

PERSUASION-S / PERSUASIF / PERSUADÉ – Conviction, suggestion, certitude & croyance / relevant, de la persuasion.

PERTE-S AUDITIVE-S – Atteinte pathologique, de l’audition.

PERTE-S DE TEMPS – Gaspillage inutile, de la durée horaire disponible.

PERTE-S / PERDANT / PERDU – Disparition, privation, déficit & vide / sujet, à perte / disparu.

PERTURBATION-S / PERTURBATIF / PERTURBANT / PERTURBATEUR / PERTURBÉ – Trouble, bouleversement, ébranlement existentiels / relevant, de la perturbation.

PERVERTISSEMENT-S / PERVERTI – Débauche, dévoiement, dégénérescence / dévoyé.

PESSIMISME-S / PESSIMISTE-S – Défaitisme, négativité, alarmisme / relevant, tenant, du pessimisme.

PETIT CHOSE, LELivre, de littérature autobiographique, France, 19e s.

PETIT MANUEL D’AUTOCOACHINGLivre, de développement personnel, France, 21e s.

PETIT PRINCE, LEConte littéraire poétique & narration philosophique, États-Unis, France, 20e s.

PETITE PANOPLIE, POUR RÉUSSIR À L’ÉCOLE – Article, de psychosociologie éducative, de magazine, de presse écrite, d’information, France, 21e s.

PETIT-S EMPLOI-S – Travail ponctuel, occupation professionnelle, rémunérés & d’appoint, notamment, pour jeunes.

PETITS PRINCES, LESComédie cinématographique dramatique, France, 21e s.

PEUR-S / APEURÉ / PEUREUX – Crainte, inquiétude, effroi & frayeur / atteint, de peur / craintif.

PEUSOL, M.Jeune adolescente, victime, d’attentat terroriste, France, fin 18e s.

PEYREFITTE, A.Écrivain, diplomate, homme politique, France, 20e s.

PHALANSTÈRE-S / PHALANSTÉRIEN-S – Groupe humain, vivant, en collectivité, à activités & objectifs communs – Lieu, de vie, de ces adeptes / relevant, du phalanstère, métaphore.

PHÉNOMÉNOLOGIE / PHÉNOMÉNOLOGIQUE – Philosophie, œuvrant, à l’appréhension, de la nature, des choses, par la conscience, Allemagne, 20e s. / relevant, de la phénoménologie.

PHILIPPE Ier, des Francs – Souverain régnant, France, 11e/12e s.

PHILIPPE II, des Francs & de France / Auguste – Souverain régnant, France, 12e/13e s.

PHILIPPE IV, de France / le Bel – Souverain régnant, France, 13e/14e s.

PHILOSOPHIE DES LUMIÈRESDoctrine morale, principes existentiels, sagesse ontologique, de progrès & raison, liberté, renouveau, Europe, 18e s.

PHILOSOPHIE DU SENS – Doctrine morale, principes existentiels, sagesse ontologique, axés, sur la raison, d’être, la finalité, les valeurs.

PHILOSOPHIE MORALEDoctrine éthique, principes existentiels, sagesse ontologique, fondés, sur l’axiologie, la spiritualité, la métaphysique.

PHILOSOPHIE PRÉSOCRATIQUE / PRÉSOCRATISME – Doctrines morales, grands principes existentiels, sagesse ontologique, de l’Antiquité grecque, antérieurs, à Socrate, Grèce, 7e-5e s. av. J.-C.

PHILOSOPHIE-S DE – LA – VIE / EXISTENTIELLE-S – Principes fondamentaux existentiels, sagesse ontologique, du quotidien, axiologie, du vécu humain.

PHILOSOPHIE-S / PHILOSOPHIQUE / PHILOSOPHEScience, de la métaphysique & doctrine morale, principes fondamentaux existentiels, « sagesse ontologique » / relevant, tenant, de la philosophie.

PHOBIE-S / PHOBIQUE – Peurs irrationnelles, obsessionnelles, instinctives, troubles invasifs anxieux, psychopathologie / relevant, atteint, de la phobie.

PHOBIE-S SOCIALE-SAnxiété sociale, trouble anxieux : timidité cognitive, émotionnelle, comportementale, à forts évitements relationnels, mésestime, de soi.

PHOSPHORE, REVUEMagazine mensuel généraliste, pour lycéens, France.

PHOTO/GRAPHIE-S / PHOTOGRAPHIQUE / PHOTOGRAPHIÉ – Fixation, d’images, sur pellicule & numériques, par exposition, à la lumière & clichés obtenus, ainsi / relevant, de la photographie.

PHYSIQUE-S – Anatomie & morphologie, plastique, corps, des humains / corporel & charnel, physiologique & biologique, somatique & organique.

PHYTOTHÉRAPIE / PHYTOTHÉRAPEUTIQUE – Utilisation, des plantes médicinales, à usage sanitaire, préventif & thérapeutique / relevant, de la phytothérapie.

PIAGET, J.Psychologue, biologiste, Suisse, 19e/20e s.

PIB, Produit Intérieur Brut – Valeur annuelle, de la « production, de richesses », d’un pays.

PICOT de LIMOËLAN, J.Officier supérieur, chef militaire, France, 18e/19e s.

PIERCING-S / Perçage-s corporel-s – Trous, dans la peau, pour fixer, un bijou décoratif.

PIERROT (LUNAIRE) – Personnage de fiction, de la commedia dell’arte : candide, espiègle, de bon sens, à vêtement blanc, visage blafard, États italiens, 16e s. : métaphore.

PILORI, Clouer, au – Métaphore : désigner, à la vindicte, la réprobation, le désaveu publics : en condamnation générale méprisante.

PINDAREPoète, Grèce, 6e/5e s. av. J.-C.

PINET-FERNANDES, C. – Sociologue, France, 20e/21e s.

PING, A. C. – Auteur, en développement personnel, Australie, 20e/21e s.

PIRE-S – Ce qu’il y a, de plus mauvais, médiocre, déplorable.

PISA, Programme International, pour le Suivi, des Acquis des élèves – Études, de l’Ocde, l’Organisation, de Coopération & Développement Économique, d’évaluation, des performances, des principaux systèmes éducatifs, monde.

PITTE, J.-R.Universitaire, en géographie, France, 20e/21e s.

PLACEBO, EFFETRésultats bénéfiques, avec un produit, une thérapie, une réalité, sans « principe actif », mais, du seul fait, de la conviction optimiste, induite, autosuggérée.

PLACE-S – Condition & situation, position, poids & importance.

PLAIDEURS, LESPièce de théâtre, de comédie, France, 17e s.

PLAINTE-S / PLAINTIF / PLAIGNANT / PLAINT – Douleur, lamentation, récrimination / relevant, de la plainte.

PLAISIR-S – Satisfaction, bien-être, divertissements.

PLANÈTE-S / PLANÉTAIRE – Corps céleste : astre, monde, Terre / relevant, de la planète.

PLANIFICATION-S / PLANIFICATEUR / PLANIFIÉ – Programmation, organisation, prévision / relevant, de la planification.

PLANNING FAMILIALMoyens, de planification, contrôle, régulation, des naissances.

PLANNING-S / AGENDA-S : SCOLAIRE-S / DU TEMPS – Programme, organisation, calendrier, de travail, d’études, scolaires & universitaires / de la durée horaire, disponible.

PLAN-S D’ACTION – Programme, de conduite, à tenir.

PLAN-S DE COURS – Subdivisions, structurant, un enseignement, scolaire & universitaire.

PLAN-S DE TRAVAIL SCOLAIRE – Programme structurant, organisant, dans le temps, les tâches, d’un cursus, d’enseignement.

PLASTICITÉ CHRONOLOGIQUE / PLASTIQUE – Temps disponible libre, « souple », à usage personnel, selon, les convenances individuelles / relevant, de la plasticité.

PLATONPhilosophe, Grèce, 5e/4e s. av. J.-C.

PLATONISME / PLATONICIEN – Courant philosophique, Grèce, 4e s. av. J.-C. / relevant, du platonisme, des enseignements, du philosophe, Platon.

PLÉNITUDE-S / PLÉNIER – Épanouissement, ataraxie, équanimité / relevant, de la plénitude.

PLÉNITUDE-S PSYCHOSOMATIQUE-S – Épanouissement, ataraxie & équanimité, bonne santé, tant, physique, que psychique, sociale.

PLESSY v. FERGUSONArrêt, de la Cour suprême, des États-Unis d’Amérique, légalisant, la ségrégation raciale, doctrine afférente : « Séparés, mais, égaux », États-Unis, 19e s.

PLÉTHORE-S / PLÉTHORIQUE – Excès, surabondance, profusion / relevant, de la pléthore.

PLINE, LE JEUNEÉcrivain, avocat, homme politique, Empire romain, 1er/2e s.

« PLI-S NEURONAL-AUX » – Ancrage, habitude, impression cérébraux.

PLOUTOCRATIE-S / PLOUTOCRATIQUE / PLOUTOCRATE-S – Gouvernement, dominé, par l’argent, ses détenteurs, argyrocratie / relevant, tenant, de la ploutocratie.

PLURICULTURALISME / PLURICULTURALISTE – Coexistence, de plusieurs cultures & habitus, idéologies, civilisations / relevant, du pluriculturalisme.

PLURIDISCIPLINARITÉ / PLURIDISCIPLINAIRE – Croisement, de divers champs scientifiques disciplinaires, pour une meilleure approche / relevant, de la pluridisciplinarité.

PME, Petite & Moyenne Entreprise – Unité économique, de taille limitée & intermédiaire.

PNUD, Programme des Nations Unies, pour le Développement – Système, politiques, fonds d’aide, des Nations Unies, aux pays, en développement, États-Unis, monde.

PODCAST/ING-S / Diffusion, de fichiers Internet / PODCASTÉ – Téléchargement audiovisuel, de données informatiques, numériques, sur Internet / téléchargé.

POÉSIE-S / POÉTIQUE – Art, genre littéraires, versification, poème / relevant, de la poésie.

POIDS / PONDÉRAL – Mesure, de la masse corporelle, ce que pèse, un humain / lié, au poids.

POINT-S FAIBLE-S – Défaut, inconvénient, faille.

POINT-S FORT-S – Qualité, atout, vertu.

PÔLE SUDPoint géographique terrestre, antarctique, le plus méridional, à l’exact opposé, du pôle Nord géographique, arctique, son pendant, le plus septentrional.

POLÉMIQUE-S / POLÉMISTE-S – Controverse, dispute, querelle / relevant & tenant-s, de la polémique.

POLITIQUE-SOrganisation & exercice, du pouvoir, d’État, conceptions idéologiques, des affaires publiques, structure & fonctionnement, d’une société.

POLITIQUE-S & ACTION-S PUBLIQUE-S, DE / POUR LA JEUNESSE – Dispositifs, mesures, actions, des pouvoirs publics, en faveur, à destination, des jeunes, France.

POLITIQUE-S DES JEUNES & DES DROITS DE L’ADOLESCENT – Hypothèse, de mesures publiques globales, transversales, spécifiques, en faveur, de la jeunesse, France, 21e s.

POLLUTION-S / POLLUANT / POLLUEUR / POLLUÉ – Contamination, impureté, dégradation / relevant, de la pollution.

POMPÉIVille antique, détruite, par une éruption volcanique, Empire romain, 1er s.

POMPIDOU, G.Homme d’État, président de la République, France, 20e s.

PONDÉRATION / PONDÉRÉ – Sobriété, modération & mesure, prudence & sagesse / relevant, de la pondération.

POPULARITÉ / POPULAIRE – Estime & considération, réputation & renommée, faveur & vogue / relevant, de la popularité.

PORNOGRAPHIE / PORNOGRAPHIQUE – Représentations sexuelles artistiques, littéraires, de cinéma, l’Internet / relevant, de la pornographie.

POSITION-S CONJONCTIVE-S D’ACCEPTATION – Assentiment, approbation, agrément, des autres, en union, intégration, cohésion.

POSITION-S DISJONCTIVE-S D’EXCLUSION – Rejet, ostracisme, discrimination, d’autrui, en séparation, désunion, division.

POSITIVISME / POSITIVISTE – Doctrine philosophique, affirmant, le primat, de la connaissance, des faits, « validés, scientifiquement », pour décrire, les réalités humaines / relevant, tenant, du positivisme, France, 19e s.

POSITIVITÉ-S / POSITIF – Réalité, état d’esprit, disposition favorables, optimistes, confiants, de ce qui est constructif, productif & fécond, utile / relevant, de la positivité.

POSSESSIVITÉ-S / POSSESSIF – Abus, jalousie, domination / relevant, de la possessivité.

POSTENFANCE / POSTENFANT – Adolescence & jeunesse : entre enfance & adultisme / relevant, de la postenfance.

POSTMODERNITÉ / POSTMODERNE – État actuel désabusé, désemparé, pragmatique, réel & supposé, du monde occidental / relevant, de la postmodernité.

POSTURE-S / POSTURAL – Situation, attitude, position / relevant, de la posture.

POTASSIUMSubstance minérale, jouant, un rôle fondamental, dans l’activité électrique, des cellules humaines, notamment, musculaires.

POTENTIALITÉ-S / POTENTIEL – Possibilité, virtualité, éventualité / relevant, de la potentialité.

POTENTIEL-S – Ressource, force, capacité.

POTTER, H.Personnage, de fiction littéraire & cinématographique, Royaume-Uni, 20e/21e s.

POUCE ET LA SOURIS, LE – Enquête sur la culture numériquedes ados Ouvrage de sociologie, France, 21e s.

POUR NOS ADOS, SOYONS ADULTESLivre de psychologie, France, 21e s.

POUR RÉTABLIR UNE VÉRITÉLivre, de réflexion politique, France, 20e s.

POURQUOI ? & POUR QUOI ? / Cur ? – La raison, le sens, l’objet.

POUVOIR DE LA VOLONTÉ, LELivre, de psychologie & développement personnel, France, 20e s.

POUVOIR ILLIMITÉLivre, de développement personnel, États-Unis, 21e s.

POUVOIR-S – Faculté & capacité, autorité, puissance.

POUVOIR-S D’ACHAT – Capacités consuméristes, d’acquisitions, de biens matériels, services, par le revenu disponible, France.

POUVOIR-S EXÉCUTIF-SAutorités publiques, initiant, la politique, d’un État, faisant appliquer, les lois, votées, par le pouvoir législatif, les faisant respecter, via, le pouvoir judiciaire.

POUVOIR-S JUDICIAIRE-SAutorités publiques, d’État, avec, les pouvoirs exécutif & législatif, faisant respecter, les lois, votées, par le législatif, mises, en application, par l’exécutif.

POUVOIR-S LÉGISLATIF-SAutorités publiques, d’État, avec, les pouvoirs exécutif & judiciaire, les contrôlant, votant, les lois, mises, en application, par l’exécutif, protégées, par le judiciaire.

POUVOIRS PUBLICS – Autorités étatiques gouvernementales, administratives, conduisant, la politique nationale, d’un pays, avec le concours, du Parlement, de la Justice.

PRAGMATISME / PRAGMATIQUE – Réalisme pratique, empirisme, d’expérience, adaptation, par action concrète / relevant, du pragmatisme.

PRATIQUE-S – Réalisation & exercice, procédé & méthode, usage & application.

PRATIQUE-S D’INSTRUMENT-S DE MUSIQUE / MUSICALE-S – Usage, art, production sonores : mélodiques, harmoniques, rythmiques : instrumentaux & vocaux.

PRAXITÈLESculpteur, Grèce, 4e s. av. J.-C.

PRÉ CARRÉ – Métaphore : domaine réservé, espace protégé, zone, d’influence, exclusive.

PRÉADULTISME / PRÉADULTE – Postadolescence, phase, d’adultisation, stade, de maturation, de la jeunesse / relevant, du préadultisme.

PRÉBENDE-S / PRÉBENDIER-S – Bénéfice lucratif, profit, de sinécure, revenu avantageux, par faveur, fait, du prince : métaphore / titulaire, d’une prébende.

PRÉCARITÉ-S / PRÉCAIRE – Incertitude, instabilité, insécurité / relevant, de la précarité.

PRÉCEPTORAT DE VIE & RÉALISATION DE SOI – Relation, dite, d’ « aide », en matière, de développement personnel, d’accomplissement, de soi, de guidance existentielle.

PRÉCEPTORAT-S / PRÉCEPTORAL – Éducation particulière, à demeure, par enseignant privé individuel – accompagnement, guidance, mentorat éducatifs / relevant, du préceptorat.

PRÉCIPITATION-S / PRÉCIPITÉ – Impatience, hâte, panique / relevant, de la précipitation.

PRÉCISION-S / PRÉCIS – Rigueur & justesse, exactitude & détail, clarté & spécification / relevant, de la précision.

PRÉDATEUR-S – Métaphore : agresseur, assaillant, attaquant.

PRÉDESTINATION-S / PRÉDESTINÉ – Prédétermination & prédéterminisme, inéluctabilité, dessein, divins & humains / relevant, de la prédestination.

PRÉDICTION-S / PROPHÉTIE-S AUTORÉALISATRICE-S – Croyance proclamée, en la survenue, d’une occurrence, influant, sur les pensées, émotions, comportements, ce qui provoque, ce qui était annoncé.

PRÉFÉRENCE-S / PRÉFÉRENTIEL / PRÉFÉRÉ – Attirance, penchant, prédilection / relevant, de la préférence.

PRÉHISTOIRE / PRÉHISTORIQUE – Période chronologique humaine, débutant, selon certains critères, avec les premiers hommes, Homo, finissant, avec les débuts, de l’écriture, monde, 2,8 millions d’années, avant, le présent – v. 3 600 av. J.-C. / relevant, de la préhistoire.

PRÉJUGÉ-S – Conception préconçue, non fondée, erronée & excessive.

PRÉJUGÉ-S D’INCOMPÉTENCE – Conception préconçue, non fondée, erronée & excessive, quant à l’incapacité, l’inaptitude, l’impéritie, supposées, d’un individu.

PREMIER CYCLE UNIVERSITAIRE & d’études supérieures Cursus de Licence, bac +3, système éducatif européen, LMD, France.

PREMIER DEGRÉ, DU CURSUS SECONDAIREÉtudes académiques, de collège, France.

PREMIER-ÈRE CONFLIT / GUERRE MONDIAL-E / GRANDE GUERRE, 1914-1918 – Combats militaires internationaux, d’ampleur inédite, monde, 20e s.

PREMIÈRE RÉPUBLIQUE FRANÇAISERégime politique, issu, de la Révolution : Convention nationale, Directoire, Consulat, France, 18e/19e s.

PREMIER-S EMPLOI-S – Premier poste, de travail professionnel, occupé, par un jeune.

PREMIER-S MINISTRE-SChef, du gouvernement national, France.

PRÉMISSE-S – Hypothèse, démonstration, principe.

PRÉPARATION-S / PRÉPARATOIRE / PRÉPARÉ – Organisation, préliminaire, maturation / relevant, de la préparation.

PRÉSENT – Temps actuel, contemporain, en cours.

PRÉSERVATIF-S – Capote, condom, protection sanitaire, contraceptive, hygiénique, masculine & féminine.

PRÉSIDENT-S DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISEChef de l’État, du pouvoir exécutif national, France, dep., le 19e s.

PRESSE écrite – Journaux, magazines, publications, d’information, papier.

PRESSION-S / PRESSANT / PRESSÉ – Influences, d’intimidations & menaces coercitives, contraintes morales, vives incitations / relevant, de la pression.

PRÉVARICATION-S / PRÉVARICATEUR-S – Manquement, aux devoirs, d’une fonction donnée : concussion, malversation, forfaiture / relevant, tenant, de la prévarication.

PRÉVENTION / PRÉVENTIF – Mesures, précautions, dispositions, pour empêcher, limiter, la survenue, de risques, de dangers, de réalités négatives / relevant, de la prévention.

PRÉVENTION SANITAIRE – Prophylaxie, hygiène, de vie, précaution, de santé.

PRIÈRE-S – Culte, invocation, acte rituel & oraison.

PRINCIPAL – Essentiel & fondamental, majeur & primordial, capital & important.

PRINCIPE-S – Philosophie & fondement, règle & loi, précepte & norme.

PRINCIPE-S ÉDUCATIF-S – Règle, précepte, norme pédagogiques, didactiques, de savoir-vivre : d’apprentissage, de formation, d’enseignement.

PRINCIPES DE LA PHILOSOPHIE, LESŒuvre de philosophie, France, 17e s.

PRINCIPES ÉTHIQUES UNIVERSELSStade ultime, de typologie psychomorale : fixation, du bien, par la conscience souveraine, étayée, par des normes universelles, appropriées.

PRIORITÉ-S / PRIORITAIRE – Préférence, urgence, primauté / relevant, de la priorité.

PRISE DE LA BASTILLE, 14 juillet 1789 – Événement historique, fondateur, de la Révolution, France, 18e s.

PRISE-S DE NOTES – Fait, pour un élève & un étudiant, de transposer, un enseignement professoral, complet oral, en un résumé, écrit, de l’essentiel.

PRISE-S DE RISQUE-S – Mise, en danger, péril, menace, de soi-même.

PRISE-S EN COMPTE – Admission, considération, intégration & appréhension.

PRIVATION-S / PRIVATIF / PRIVÉ – Absence & perte, suppression & abstinence, manque & restriction / relevant, de la privation.

PRIVILÈGE-S / PRIVILÉGIÉ-S – Avantage, bénéfice, faveur / relevant, bénéficiant, du privilège.

PROACTION-S / PROACTIVITÉ-S / PROACTIF – Comportement, actif & interactif, synergique, en dynamique collective / relevant, de la proaction, la proactivité.

PROBITÉ-S / PROBE – Droiture & intégrité, honnêteté & loyauté, moralité & rectitude / relevant, de la probité.

PROBLÉMATIQUE-S – Différents aspects, implications, configurations, d’un sujet, d’une réalité, d’une donnée spécifiques.

PROBLÈME-S / PROBLÉMATIQUE – Difficulté & souci, ennui & trouble, interrogation / relevant, du problème.

PROCRASTINATION-S / PROCRASTINATOIRE / PROCRASTINATEUR-S – Report ultérieur, ajournement, atermoiement : tendance excessive, à la tergiversation / relevant, tenant, de la procrastination.

PRODIGALITÉ-S / PRODIGUE – Générosité excessive, gabegie, dilapidation / relevant, de la prodigalité.

PRODUCTION-S / PRODUCTIF / PRODUCTEUR / PRODUIT – Création, rendement, réalisation / relevant, de la production.

PRODUCTIVISME / PRODUCTIVISTE – Obsession économique, de la production, de biens, services / relevant, du productivisme.

PROFESSIONNALISATION : des études / PROFESSIONNALISANT / PROFESSIONNALISÉ – Instauration, de formations, d’enseignements, de cursus, secondaires & supérieurs, menant, directement, à l’emploi / lié, à la professionnalisation.

PROFESSION-S / PROFESSIONNEL-S – Métier, emploi, travail rémunérés / relevant, acteur, d’une profession.

PROGRAMME 3 M, « Mutation / Maîtrise / Maturité » – Objectif, planification, travail, de la relation d’aide andro-adoJeunologique, axés, sur le changement, l’assurance, la responsabilité.

PROGRAMME-S / PROGRAMMATIQUE / PROGRAMMÉ – Objectif, planification, projet / lié, à un programme / planifié, projeté, prévu.

PROGRÈS / PROGRESSISTE-S – Développement, avancée, essor / relevant, tenant, du progrès.

PROGRESSION-S / PROGRESSIF – Accroissement, expansion, progrès / lié, à la progression.

PROGRESSISME / PROGRESSISTE – Défense politique, de la justice sociale, des innovations technoscientifiques, améliorations morales humaines, de progrès / relevant, du progressisme.

PROJECTION-S MENTALE-S / PROJECTIF – Mécanisme, de défense, attribuant, à autrui, un sentiment personnel, mais, que l’on récuse / relevant, de la projection.

PROJECTION-S VISUELLE-S / PROJETÉ – Représentation personnelle, d’images, mentalement, projetées, aux fins, d’autosuggestion positive, en prédiction autoréalisatrice / lié, à la projection.

PROJET, DE RÉFORME UNIVERSITAIRE, DIT, DEVAQUETProjet, de loi, de réforme, des universités – sélection, concurrence, autonomie – retiré, France, 20e s.

PROJET-S DE VIE – Ambitions, objectifs, desseins personnels existentiels, d’avenir, que se propose, pour lui-même, un individu.

PROJET-S PROFESSIONNEL-S – Desseins, objectifs, intentions, en matière, d’emplois, de métiers, de travail & carrières.

PROJET-S / PROJETÉ – Dessein, objectif, intention / relevant, du projet.

PROMESSE-S / PROMETTEUR / PROMIS – Engagement, serment, parole d’honneur / relevant, de la promesse.

PROPOS – Parole, discours, verbe.

PROPOSITION-S / PROPOSITIONNEL / PROPOSÉ – Suggestion, initiative, offre / relevant, de la proposition.

PROPRIÉTÉ-S PRIVÉE-S / PROPRIÉTAIRE-S – Possession, en propre, inaliénable, d’un individu, groupe, d’une entité morale & droit, d’en jouir, librement / possesseur, détenteur, titulaire.

PROSPECTIVE / PROSPECTIF – Anticipations, du futur, élaborations, des évolutions, à venir, projection actuelle préparatoire, d’avenir / relevant, de prospective.

PROSPÉRITÉ-S / PROSPÈRE – Opulence & richesse, aisance & expansion, développement & abondance / relevant, de la prospérité.

PROSTITUTION-S / PROSTITUTIONNEL / PROSTITUÉ-S – Sexualité rémunérée / relevant, acteur, de la prostitution.

PROTAGONISTE-S / PROTAGONIQUE – Intervenant & acteur, participant, instigateur & meneur / relevant, des protagonistes & du protagonisme : interactions humaines, en société.

PROTECTION SOCIALE / PROTECTEUR / PROTÉGÉ – Mécanismes, de prévoyance collective, permettant, aux individus, ménages, de surmonter, financièrement, les effets, de risques sociaux / relevant, de la protection.

PROTÉINE-S / PROTÉINIQUE – Macromolécule biologique, d’acides aminés, animale, végétale, présente, dans les tissus, de l’organisme, régénérant, les cellules, par l’alimentation / relevant, des protéines.

PROTESTANTISME / PROTESTANT – Courants religieux chrétiens, réformés, monde, dep., le 16e s. / relevant, du protestantisme.

PROTESTANT-S – Chrétiens, issus, de la Réforme protestante, monde, dep., le 16e s.

PROTIDES / PROTIDIQUE – Protéines, acides aminés, éléments nutritionnels, d’origines animales, autant, que végétales / relevant, des protides.

PROTOHISTOIRE / PROTOHISTORIQUE – Période, entre Préhistoire & Histoire, de peuples, sans écriture, évoqués, par des écrits étrangers contemporains, Europe, Asie, 3e-1er millénaires av. J.-C. / relevant, de la protohistoire.

PROUST, M.Écrivain littéraire, France, 19e/20e s.

PROVENCE – Œuvre picturale artistique, États-Unis, Allemagne, 20e s.

PROVIDENCE / PROVIDENTIEL – Dieu & intervention divine, destin, sort / relevant, de la providence.

PROVINCIALES, LESŒuvre, de réflexion théologique, France, 17e s.

PROXIMITÉ-S / PROCHE – Fait, d’être près, dans le temps & l’espace : imminence & contiguïté / relevant, de la proximité.

PSY-S – Praticiens, de santé, soignant, les troubles & difficultés psychiques.

PSYCHANALYSE / PSYCHANALYTIQUE – Technique psychothérapeutique, d’investigation introspective freudienne, de l’inconscient existentiel psychique / relevant, de la psychanalyse.

PSYCHANALYSTE-SPraticien thérapeute, exerçant, la psychanalyse.

PSYCHÉEnsemble, des manifestations, conscientes & inconscientes, de l’esprit humain, selon, la psychologie analytique.

PSYCHÉDÉLISME / PSYCHÉDÉLIQUE – Perceptions sensorielles, états, dits, « modifiés », de conscience, rêves éveillés, induits, par stupéfiants hallucinogènes, psychotropes / relevant, du psychédélisme.

PSYCHIATRE-SPraticien thérapeute médical, exerçant, la psychiatrie : soin, des troubles psychiques, mentaux humains.

PSYCHIATRIE / PSYCHIATRIQUE – Science, traitement médicaux, des psychopathologies humaines, en matière cognitive, émotionnelle, comportementale / relevant, de la psychiatrie.

PSYCHIATRISATION-S / PSYCHIATRISÉ-S – Soumission abusive, à la psychiatrie, un traitement psychiatrique – appréhension, en terme, de pathologie mentale / relevant, de la psychiatrisation.

PSYCHISME-S / PSYCHIQUE – Ensemble, conscient & inconscient, intégral & partiel, des réalités, de l’esprit, l’intelligence, l’affectivité, constituant, la vie psychique / relevant, du psychisme.

PSYCHOAFFECTIVITÉ / PSYCHOAFFECTIF – Ensemble, relevant, de la sphère psychologique, des sentiments humains / lié, à la psychoaffectivité.

PSYCHOÉDUCATION-S / PSYCHOÉDUCATIF – Formation, guidance, accompagnement, en matière, de choses, de l’esprit, d’accomplissement personnel, de réalisation, de soi / relevant, de la psychoéducation.

PSYCHOLOGIE CLINIQUEAnalyse, observation, étude, en psychothérapie, recherche, de cas individuels, de groupes humains, du point de vue, des pensées, émotions, comportements, typologie psychologique.

PSYCHOLOGIE COGNITIVEÉtude scientifique, des réalités psychiques, intellectuelles, liées, aux connaissances & personnalité, de l’humain, comme, « sujet pensant, sachant », typologie psychologique.

PSYCHOLOGIE COMPORTEMENTALE – Étude scientifique, du psychisme inactif, réactif, actif, proactif & personnalité, de l’humain, comme, sujet, d’action, de parole, d’abstention, typologie psychologique.

PSYCHOLOGIE DE L’ADOLESCENCE & L’ADOLESCENT – Personnalité propre, spécificités cognitives, émotionnelles, comportementales, innées & acquises, des adolescents.

PSYCHOLOGIE DE L’ENFANT, LA / ET, DE L’ADOLESCENT – Livre de psychologie, France, 20e s.

PSYCHOLOGIE DÉVELOPPEMENTALEÉtude scientifique, des évolutions, du fonctionnement psychique humain : cognitif, émotionnel, comportemental, social…, de tous âges, typologie psychologique.

PSYCHOLOGIE DIFFÉRENTIELLEÉtude scientifique, des dissemblances psychologiques, entre individus & entre groupes – analyse, des « mutations », d’un même individu, typologie psychologique.

PSYCHOLOGIE ÉMOTIONNELLE – Étude scientifique, du psychisme, re/lié, aux sentiments, affects, perceptions & personnalité, de l’humain, tel, sujet, éprouvant, des émotions, typologie psychologique.

PSYCHOLOGIE HYPOTHÉTICO-DÉDUCTIVEApproche scientifique, de formulation, d’une hypothèse, pour en déduire, des effets futurs – prédiction – & passés – rétrodiction -, de façon, valide.

PSYCHOLOGIE SOCIALEÉtude scientifique, de l’interaction, entre la « présence » réelle, supposée, implicite, d’autrui & les pensées, sentiments, comportements humains, typologie psychologique.

PSYCHOLOGIE-S / PSYCHOLOGIQUE – Étude scientifique & état, des « réalités » mentales : cognitives, émotionnelles, comportementales & de la personnalité : tempérament, caractère & des spécificités psychiques : innées, acquises, des humains / relevant, de la psychologie.

PSYCHOLOGUE-SPraticien thérapeute, en psychologie humaine.

PSYCHOLOGUE-S SCOLAIRE-SPraticien thérapeute, en psychologie humaine, exerçant, en milieu, d’études, secondaires & supérieures, auprès, des jeunes scolarisés.

PSYCHOPATHOLOGIE-S / PSYCHOPATHOLOGIQUE – Étude scientifique, des troubles mentaux humains & ensemble, des signes, d’une maladie psychique / relevant, de la psychopathologie.

PSYCHOPÉDAGOGIE / PSYCHOPÉDAGOGIQUE – Approche scientifique, associant, sciences, de l’éducation & étude, de la personnalité, cognitive, émotionnelle, comportementale, du jeune / relevant, de la psychopédagogie.

PSYCHOSE-S / PSYCHOTIQUE-S – Délire, démence, schizophrénie / relevant, atteint, de la psychose.

PSYCHOSOCIOLOGIE ANDRO-ADOJEUNOLOGIQUE – Approche psychosociologique, de la relation d’aide andro-adoJeunologique.

PSYCHOSOCIOLOGIE DU DÉVELOPPEMENT – Étude scientifique, des « évolutions », du fonctionnement psychique & sociologique humain, de tous âges.

PSYCHOSOCIOLOGIE / PSYCHOSOCIOLOGIQUE – Science, des interactions mutuelles, entre les disciplines psychologique & sociologique / relevant, de la psychosociologie.

PSYCHOSOMATIQUE-SQui concerne, le corps & l’esprit – qui a trait, à un trouble physique, organique & fonctionnel, d’origine psychique.

PSYCHOTHÉRAPEUTE-S – Praticien, de santé, traitant, des troubles & difficultés psychiques.

PSYCHOTHÉRAPIE FAMILIALE / DE GROUPE / COUPLE – Approche, du soin psychologique, à dimension collective, concernant, plusieurs membres, d’une famille, d’un groupe, un couple.

PSYCHOTHÉRAPIE-S / THÉRAPIE-S PSY / PSYCHOTHÉRAPEUTIQUE – Relation d’aide », fondée, sur diverses approches, psychologiques curatives / relevant, de la psychothérapie.

PSYCHOTHÉRAPIES, LESLivre de psychologie, France, 21e s.

PUBERTÉ-S / PUBERTAIRE / PUBÈRE – Mutation physiologique, morphologique, psychique, de l’adolescence, phase, du développement, entre enfance & adultisme / relevant, de la puberté.

PUGNACITÉ-S / PUGNACE – Combativité, agressivité & mordant, ténacité / relevant, de la pugnacité.

PUISSANCE DE L’AUTOSUGGESTION, LALivre, de psychologie & développement personnel, France, 20e s.

PUISSANCE DE VOTRE SUBCONSCIENT, LAOuvrage, de psychologie & développement personnel, États-Unis / France, 20e s.

PUISSANCE-S / PUISSANT – Pouvoir & domination, autorité, force & vigueur / relevant, de la puissance.

PULSION-S / PULSIONNALITÉ / PULSIONNEL – Instinct, force irrépressible, mouvement inconscient / relevant, de la pulsion.

PURSUIT OF HAPPINESS / QUÊTE DU BONHEUR – Objectif, de réalisation, de soi, personnelle, inscrit, dans la Constitution, des États-Unis d’Amérique, 18e s.

PYTHAGOREPhilosophe présocratique, Grèce, 6e/5e s. av. J.-C.

 

 

___________ Q

 

QUALIFICATION-S / QUALIFIANT / QUALIFIÉ – Compétence, aptitude, savoir-faire personnels / relevant, de la qualification.

QUALITÉ DE LA VIE – Niveau, de plénitude humaine, par conjonction, de vecteurs physiques, psychiques, moraux, sociaux, matériels.

QUALITÉ-S / QUALITATIF – Vertu, mérite, faculté spécifiques / relevant, de la qualité.

QUAND ? / Quando ? – La datation temporelle.

QUANTIFICATION-S / QUANTIFICATIF – Mesure, évaluation, détermination quantitatives / relevant, de la quantification.

QUANTITÉ-S / QUANTITATIF – Nombre, masse, volume / relevant, de la quantité.

QUARANTE HONTEUSES & PITEUSES – Quatre dernières décennies, de crise internationale morale, socioéconomique, politique, monde, 20e/21e s.

QUATRE SAISONS, LESŒuvre culturelle musicale, États italiens, Pays-Bas, 18e s.

QU’AVONS-NOUS FAIT DE LEUR JEUNESSE – ET QU’EN FONT-ILS ?Livre de sociologie, France, 20e s.

QUERCÉTINE / Quercétol – Antioxydant, anti-inflammatoire, flavonoïde & polyphénol, présent, notamment, dans les plantes médicinales.

QUESTIONNEMENT-S / QUESTIONNÉ – Problématique, interrogation & interpellation, demande / interrogé.

QUESTION-S D’APPROFONDISSEMENT-S – Demande, de plus amples informations.

QUESTION-S D’ÉCLAIRCISSEMENT-S – Demande, de clarification.

QUESTION-S FERMÉE-S – Interrogation, n’appelant, qu’une réponse laconique, positive & négative, par oui & par non, parmi, un choix limité, préétabli.

QUESTION-S OUVERTE-S – Interrogation, permettant, une libre réponse, multiforme détaillée, sans cadre prédéfini.

QUESTIONS D’ADOLESCENTSLivre, de santé & psychologie, France, 20e s.

QUI ? / Quis ? – Les personnes.

QUIÉTUDE-S / QUIET – Sérénité, paix, ataraxie / relevant, de la quiétude.

QUINT, C.Souverain régnant, Espagne, Saint-Empire, 16e s.

QUOI ? / Quid ? – Les matières.

 

 

___________ R

 

RACINE, J.Dramaturge, poète, France, 17e s.

RADIOFRÉQUENCE-S / RADIOFRÉQUENTIEL – Émission, de fréquence radioélectrique, d’onde électromagnétique, d’onde radio / relevant, des radiofréquences.

RADIO-S JEUNES – Station radiophonique, émettant, des programmes médias, audiodiffusés spécifiques, pour la jeunesse.

RADIO-S / RADIOPHONIQUE – Radiophonie & radiodiffusion, programmes audiodiffusés, station radiophonique / relevant, de la radio.

RAISON / RAISONNABLE – Discernement, logique, sagesse / relevant, de la raison.

RAISONNEMENT-S / RAISONNEUR-S / RAISONNÉ – Argumentation & analyse, déduction & démonstration, conclusion & jugement / tenant, relevant, du raisonnement.

RAMPNOUX, R.Philosophe, France, 20e/21e s.

RANCŒUR-S – Ressentiment, amertume, dépit & rancune.

RANCUNE-S / RANCUNIER – Animosité, hostilité, aigreur / relevant, de la rancune.

RANGEMENT-S / RANGÉ – Ordre, classement, rationalisation & organisation / en ordre.

RAPHAËLPeintre, architecte, États italiens & pontificaux, 15e/16e s.

RAPPORT 2007, DE LA DÉFENSEURE DES ENFANTSDocument public, rendant compte, des difficultés, de la jeunesse mineure vulnérable, à protéger, France, 21e s.

RATAGE-S / RATÉ – Fiasco, échec & insuccès, faillite / relevant, du ratage.

RATIOCINATION-S / RATIOCINEUR / RATIOCINATEUR-S – Raisonnement excessif, abscons, trop subtil / relevant, tenant, de la ratiocination.

RATIONALISATION-S / RATIONALISATEUR / RATIONALISÉ – Autojustifications défensives favorables, a posteriori, de réalités, plus mitigées, sous couvert, de la raison logique / relevant, de la rationalisation.

RATIONALITÉ-S / RATIONNEL – Pensée axée, sur la logique & la raison, le bon sens, la méthode & la rigueur / relevant, de la rationalité.

RAVEL, M.Compositeur, France, 19e/20e s.

RAYONNEMENT-S / RAYONNANT – Éclat, prestige, influence / relevant, du rayonnement.

RÉACTION-S / RÉACTIONNEL – Réflexe & attitude, riposte & réplique, réponse & effet / lié, à la réaction.

RÉACTIVITÉ-S / RÉACTIF – Capacité, d’adaptation, à une réalité, difficulté, conjoncture / relevant, de la réactivité.

RÉALISATION DE SOI – Accomplissement, de soi, développement personnel, plénitude & épanouissement individuel.

RÉALISATION-S PERSONNELLE-S – Accomplissement, pratique, action individuels.

RÉALISATION-S / RÉALISATEUR-S / RÉALISÉ – Aboutissement & concrétisation, action & accomplissement, création & œuvre / relevant, de la réalisation.

RÉALISME-S / RÉALISTE – Pragmatisme, objectivité, empirisme / relevant, du réalisme.

RÉALITÉ-S OBJECTIVE-S – Fait, vérité, certitude impartiaux, authentiques, tangibles & concrets.

RÉALITÉ-S / RÉEL – Fait, vérité, certitude / relevant, de la réalité.

REBOUL, O.Philosophe, France, 20e s.

RÉCAPITULATION-S / RÉCAPITULATIF-S – Rappel, répétition, inventaire / qui récapitule.

RÉCEPTEUR-S – Interlocuteur auditeur, destinataire, qui reçoit, perçoit, décode, oralement & visuellement, les propos, signaux, messages, d’un locuteur émetteur.

RECETTE-S DE CUISINE – Formule, guide, procédé, de préparation, d’un mets, culinaire, gastronomique.

RECHERCHE-S – Travaux, d’études, d’expérimentations, d’investigations scientifiques, pour le progrès, des savoirs.

RÉCIPROCITÉ-S / RÉCIPROQUE – Mutualité & solidarité, correspondance & retour, échange / relevant, de la réciprocité.

RÉCOMPENSE-S / RÉCOMPENSANT / RÉCOMPENSEUR-S / RÉCOMPENSÉ – Gratification & avantage, reconnaissance & distinction, remerciement & dédommagement / lié, à la récompense.

RECOMPOSITION-S FAMILIALE-SReconstitution, reconstruction, refondation, d’une famille : couple, d’adultes & au moins, un enfant, né, d’une union précédente, de l’un, des conjoints.

RECOMPOSITION-S / RECOMPOSÉ – Reconstitution, restauration & rétablissement, refondation & reconstruction / relevant, de la recomposition.

RÉCONCILIATION-S / RÉCONCILIÉ – Rapprochement, raccommodement, réunion / réuni.

RECONFIGURATION-S / RECONFIGURATEUR-S / RECONFIGURÉ – Réorganisation, nouvelle conformation, nouvelle disposition / relevant, de la reconfiguration.

RÉCONFORT-S / RÉCONFORTANT / RÉCONFORTÉ – Consolation, soulagement, soutien & appui / relevant, du réconfort.

RECONNAISSANCE-S / RECONNAISSANT / RECONNU – Acceptation, respect, estime / relevant, de la reconnaissance.

RECONSTRUCTION / RECONSTRUCTIF / RECONSTRUCTEUR / RECONSTRUIT – Recomposition, reconfiguration, réorganisation / relevant, de la reconstruction.

RÉCRÉATION-S / RÉCRÉATIF – Divertissement, délassement & détente, distraction / relevant, de la récréation.

RECRUTEMENT-S / RECRUTEUR-S / RECRUTÉ-S – Engagement, embauche, intégration / relevant, du recrutement.

RECUL-S – Régression, retrait & repli, distance.

RÉDEMPTION-S / RÉDEMPTEUR – Libération, salut, délivrance / relevant, de la rédemption / métaphore.

REFASOJ, Règles Fondamentales, d’Accomplissement de Soi, du Junior masculin, Cent – Grands principes existentiels, de guidance de vie andro-adoJeunologique.

RÉFÉRENDUM, DE 1969, EN FRANCEConsultation populaire, sur la réforme du Sénat & la régionalisation, France, 20e s.

RÉFÉRENT-S – Ce, à quoi, ceux, à qui, l’on se réfère : l’on se rapporte, l’on recourt, s’en remet.

RÉFLEXION-S / RÉFLEXIF – Idée & pensée, spéculation, méditation & introspection / relevant, de la réflexion.

REFONTE-S / REFONDU – Modification, remodelage, remaniement / relevant, de la refonte.

RÉFORME CATHOLIQUE / CONTRE-RÉFORMEMouvement, de rénovation, renouveau, clarification, de l’Église catholique romaine, parallèlement, à la Réforme protestante, Europe, 16e s.

RÉFORME-S / RÉFORMATIF / RÉFORMATEUR / RÉFORMÉ – Changement, révision, modification / relevant, de la réforme.

REFORMULATION-S / REFORMULÉ – Approche assertive, de communication, de relation d’aide, consistant, à redire, la pensée, les propos, d’autrui, de façon, plus claire, concise, explicite / relevant, de la reformulation.

REFOULEMENT-S / REFOULÉ – Rejet, de ses propres désirs, envies, sentiments inconscients / relevant, du refoulement.

REFUS / REFUSÉ – Rejet, opposition, veto / relevant, du refus.

REFUZNIK-S / Dissident-s – Opposant, insoumis, rebelle.

RÉGÉNÉRESCENCE-S / RÉGÉNÉRESCENT – Renouvellement, revitalisation, renaissance : notamment, moraux / relevant, de la régénérescence.

RÉGIME-S : ALIMENTAIRE-S – Changement restrictif, des modes, de nutrition, habituels, à des fins, d’amaigrissement pondéral.

RÈGLEMENT intérieur scolaire / RÉGLEMENTAIRE / RÉGLEMENTÉ – Des établissements, d’enseignement secondaire, charte écrite, des droits & devoirs, de la communauté éducative, France / relevant, du règlement.

RÈGLE-S – Précepte, norme, principe & convention.

REGRET-S / REGRETTABLE / REGRETTÉ – Nostalgie, repentir, peine / relevant, du regret.

RÉGULARITÉ / RÉGULIER – Assiduité, ponctualité, constance & continuité / lié, à la régularité.

RÉHABILITATION-S / RÉHABILITÉ – Absolution & disculpation, revalorisation, réinsertion & réintégration / relevant, de la réhabilitation.

REJET-S / REJETÉ – Éviction, exclusion, refus / relevant, du rejet.

RELATION-S D’AIDE – Accompagnement, guidance, suivi.

RELATION-S / RELATIONNEL – Liens, rapports, fréquentations humains / lié, à la relation.

RELATIVISATION-S / RELATIVISÉ – Valorisation comparative, nuancement, perte, de caractère absolu, par contextualisation / relevant, de la relativisation.

RELATIVISATION-S SOCIALE-S – Valorisation comparative, nuancement, perte, de caractère absolu, par contextualisation, en société, collectivité, sociabilité.

RELATIVISME / RELATIVISTE – Doctrines, selon, lesquelles, le sens, la valeur, des adhésions, comportements humains, ne sont ni, absolus ni, transcendants / relevant, du relativisme.

RELATIVITÉ DES COULEURS – Théorie artistique picturale, États-Unis, 20e s.

RELATIVITÉ-S / RELATIF – Limitation, imperfection, caractère non absolu / lié, à la relativité.

RELAXATION MUSCULAIRE progressive, de Jacobson. – Détente, décontraction, contraction & relâchement, des muscles, selon, la méthode, dite, de Jacobson, États-Unis, 20e s.

RELAXATION-S / RELAXANT / RELAXÉ – Détente, décontraction, relâchement / relevant, de la relaxation.

RELIGION-S / RELIGIEUX – Foi spirituelle & théologique, culte transcendant & adhésion, au sacré, doctrine morale & philosophique révélée / relevant, tenant, de la religion.

REMANIEMENT-S COGNITIF-S – Changement, révision, remise, en question, psychiques : nouvelle configuration mentale, typologie psychologique.

REMANIEMENT-S COMPORTEMENTAL-AUX – Changement, révision, remise, en question, psychiques : nouvelle configuration, de conduites, typologie psychologique.

REMANIEMENT-S ÉMOTIONNEL-S – Changement, révision, remise, en question, psychiques : nouvelle configuration, d’affects, typologie psychologique.

REMANIEMENT-S / REMANIÉ – Changement, révision, remise, en question / révisé.

REMÈDE-S – Antidote, solution, issue.

RÉMOND, R.Historien, politologue, France, 20e/21e s.

REMY, Y.Andro-adoJeunologue®, consultant Éducation-Jeunesse, coach / conseil de vie, des adoJeunes masculins, France, 20e/21e s.

RENAISSANCEPériode historique, de renouveau, de l’ère moderne occidentale, revisitant, l’Antiquité classique européenne, gréco-romaine, Europe, 15e/16e s.

RENAUDArtiste chanteur, France, 20e/21e s.

RENCONTRE-S / RENCONTRÉ-S – Entrevue, rendez-vous, tête-à-tête / mis, en contact.

RENFORCEMENT-S NÉGATIF-S – Ancrage psychomental défavorable, pessimiste, défaitiste, de ce qui est, non constructif, improductif & stérile, inutile, typologie psychologique.

RENFORCEMENT-S NEUTRE-S – Ancrage psychomental, sans particularité, effet, implication : ni, positif ni, négatif, typologie psychologique.

RENFORCEMENT-S POSITIF-S – Ancrage psychomental favorable, optimiste, confiant, de ce qui est constructif, productif & fécond, utile, typologie psychologique.

RENFORCEMENT-S / RENFORÇANT / RENFORCÉ – Affermissement, consolidation, fortification psychiques, mentaux, moraux / relevant, du renforcement.

RENIEMENT-S / RENIÉ – Trahison & désaveu, rejet & rétractation, répudiation & désertion / relevant, du reniement.

RENONCEMENT-S – Abnégation, ascèse, élévation morales.

RENONCIATION-S – Abandon & résignation, capitulation, démission.

RENTABILISATION-S – Fait, de rendre bénéficiaire, profitable, avantageux.

RENTABILITÉ-S / RENTABLE / RENTABILISÉ – Caractère, de ce qui est bénéficiaire, profitable, avantageux / relevant, de la rentabilité.

RÉPARTITION : DES RICHESSES & DES TÂCHES – Transferts économiques, entre acteurs productifs, d’un pays / distribution, partage, attribution, de mission, rôle, besogne, à accomplir, entre différents acteurs.

REPAS DE FÊTE – Menu exceptionnel, soigné, servi, à l’occasion, de réjouissances collectives, particulières.

REPÈRE-S moral-aux – Référence, éclairage, balise, en matière axiologique, ontologique, de valeurs.

REPLI-S / REPLIÉ : SUR SOI – Retrait, r/enfermement, sur soi-même, isolement / isolé.

REPORT-S / REPORTÉ – Renvoi, ajournement, temporisation / relevant, du report.

REPOS / REPOSANT / REPOSÉ – Inactivité, relâche, détente / relevant, du repos.

REPRÉSENTATION-S / REPRÉSENTATIF / REPRÉSENTANT-S / REPRÉSENTÉ-S – Fait, d’avoir, ses propres délégués, défendant, ses droits, intérêts, choix, de participer, par soi-même, à la vie publique / tenant, relevant, de la représentation.

REPRÉSENTATION-S VISUELLE-S / ÉMOTIONNELLE-S / MENTALE-S POSITIVE-S – Figuration, symbolisation, conscience, par imagination, affects, psychologie, très favorables : constructifs, optimistes, confiants.

REPROCHE-S – Remontrance & blâme, réprimande & semonce, grief & réprobation.

REPRODUCTION / REPRODUCTIF / REPRODUCTEUR / REPRODUIT – Duplication, restitution & reconstitution, renouvellement & répétition / relevant, de la reproduction.

REPRODUCTION-S SOCIALE-SEntretien, de l’ « inégalité, des chances », répétition, des scénarios existentiels, duplication, des schémas sociétaux.

RE/PROGRAMMATION-S PSYCHOMENTALE-S / PHYSIQUE-S – Re/définition, ré/initialisation, re/configuration psychiques, intellectuelles, somatiques.

RÉPUBLICAIN-S / RÉPUBLICANISME – Partisan, de la république / attachement, au régime, de la république, doctrine républicaine, objectif & sens publics, du bien commun.

RÉPUBLIQUE ARISTOCRATIQUERégime politique, non héréditaire, oligarchique, élitiste, nobiliaire, typologie politique, France, 18e s.

RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUERégime politique, non héréditaire, à souveraineté populaire, typologie politique, France, 18e s.

RÉPUBLIQUE OU DE LA JUSTICE, LAŒuvre de philosophie, Grèce, 4e s. av. J.-C.

RÉPUBLIQUE-S / RÉPUBLICAIN – Régime politique, d’États, dont, le chef, n’est pas héréditaire, mais, généralement, élu / relevant, de la république.

RÉPULSION-S / RÉPULSIF – Dégoût, répugnance, aversion / relevant, de la répulsion.

RES PUBLICA / Chose publique – Bien commun, intérêt général, gouvernement & politique & État.

RÉSEAU-X – Ensemble, de personnes, en contacts mutuels : liens & rapports, attaches, relations réciproques interactives.

RÉSEAU-X SOCIAL-AUX, en ligne – Site Internet communautaire, de libres échanges interactifs, multimédias informatiques, de toutes natures.

RÉSEAUTAGE-S / RÉSEAUTÉ – Ensemble, de liens interactifs, entre humains, notamment, sur les réseaux sociaux Internet / relevant, du réseautage.

RÉSIGNATION-S / RÉSIGNÉ – Renonciation & abandon, fatalisme, défaitisme / relevant, de la résignation.

RÉSILIENCE-S / RÉSILIENT – Endurances, résistances, solidités psychiques, permettant, de surmonter, se reconstruire, se transcender, suite, à un traumatisme / relevant, de la résilience.

RÉSISTANT-S / RÉSISTANCECombattants clandestins, luttant, contre, l’occupant nazi & ses soutiens, France, 20e s. / combats politiques, militaires, afférents.

RÉSOLUTION-S / RÉSOLUTIF / RÉSOLU – Solution, détermination & ténacité, volonté & énergie / relevant, de la résolution.

RESPECT-S / RESPECTABLE / RESPECTUEUX / RESPECTÉ – Déférence, considération, égards / relevant, du respect.

RESPIRATION – Échange gazeux, absorption, d’oxygène, rejet, de gaz carbonique : inspiration & inhalation, expiration, souffle.

RESPIRATION ABDOMINALE – Technique, de respiration lente, par gonflement ventral, diaphragmatique.

RESPONSABILISATION-S / RESPONSABILISANT / RESPONSABILISÉ – Fait, de rendre, soi-même & autrui, responsable, capable, de répondre, de soi-même, de ses paroles, actes : en adultisme, maturité, autonomie / relevant, de la responsabilisation.

RESPONSABILITÉ-S PARENTALE-S – Devoir, obligations, conscience moraux, des parents, quant à leurs enfants, notamment, mineurs.

RESPONSABILITÉ-S / RESPONSABLE – Devoir, obligations, conscience moraux / relevant, de la responsabilité.

RESSASSEMENT-S / RESSASSÉ – Rabâchage, « rumination », remémoration & répétition obsessionnels / relevant, du ressassement.

RESSENTIMENT-S – Rancœur & hostilité, aigreur & colère, animosité & dépit.

RESSOURCEMENT-S / RESSOURCÉ – Retour, à ses racines, valeurs fondamentales, soi-même & ses raisons, d’être / relevant, du ressourcement.

RESSOURCE-S – Moyen & atout, ressort & volonté, subsistance.

RESSOURCE-S ENDOGÈNE-S – Moyen, atout, ressort internes, intérieurs, personnels & propres.

RESTAURATION RAPIDESandwicherie, bon marché, consommable, sur place & à emporter.

RESTOS DU CŒURŒuvre sociale caritative, d’urgence, d’aide, à la personne, en matière, d’insertion socioéconomique, anti-pauvreté, d’utilité publique, France, 20e/21e s.

RÉSULTAT-S – Aboutissement & issue, effet & conséquence, fruit & produit.

RÉSULTAT-S DÉCISIF-S – Aboutissement, issue, effet, des plus déterminants, irréfutables & incontestables, cruciaux.

RÉSULTAT-S SCOLAIRE-S – Notes, évaluations, réussite & échec académiques, des contrôles, examens, concours, France.

RÉSURRECTION-S / RESSUSCITÉ – Retour, à la vie spirituelle, céleste éternelle, après, la mort physique terrestre, à l’image, de la Renaissance, du Christ, dans la foi, la théologie, du christianisme / métaphore / relevant, de la résurrection.

RETARD DE PHASE, SYNDROME DEArticle, de santé, de publication médicale écrite, France, 21e s.

RÉTIAIRE-SType, de gladiateur antique, Empire romain, 1er-3e s.

RÉTINOLForme active, de la vitamine A, présente, en certains aliments, d’origine animale, à effet antioxydant, antivieillissement, favorable, au système cardiovasculaire.

RETRAITE-S / RETRAITÉ-S – Cessation, de vie active, non-activité professionnelle, retrait définitif, de l’emploi, d’un métier / relevant, de la retraite.

RETRAIT-S – Effacement, recul & repli, éloignement.

RÉUSSIR / RÉUSSITE, DANS LA VIE – Succès, prospérité, résultats favorables : matériels, économiques, sociaux.

RÉUSSIR / RÉUSSITE, SA & DE VIE – Accomplissement, de soi, plénitude, félicité moraux, ontologiques, spirituels.

RÉUSSITE-S FINANCIÈRE-S – Succès, prospérité, résultat favorable, en matière budgétaire & patrimoniale, pécuniaire & de capitaux, d’argent.

RÉUSSITE-S MATÉRIELLE-S – Succès, prospérité, résultat favorable, liés, à la matière & l’argent, aux objets & biens, conditions & niveau, de vie.

RÉUSSITE-S MORALE-S – Accomplissement, réalisation, « élévation, de soi », en matière axiologique, spirituelle, d’idéaux personnels existentiels.

RÉUSSITE-S / RÉUSSI – Succès, prospérité, résultat favorable & fait, d’être opulent, de parvenir, mener, à bien / relevant, de la réussite.

RÉUSSITE-S SCOLAIRE-S & UNIVERSITAIRE-S – Succès, brio, résultats favorables, en matière académique.

RÉVEILLEZ-VOUS !Ouvrage, de sociophilosophie politique, économique, morale, France, 21e s.

REVEL, J.-F.Philosophe, écrivain, journaliste, France, 20e/21e s.

RÉVÉLATION / RÉVÉLÉ – Acte, par lequel, Dieu, transmet, aux hommes, son œuvre, de salut, se fait connaître, d’eux, en foi & théologie monothéistes, notamment, chrétiennes / relevant, de la Révélation.

RÉVERSIBILITÉ OPÉRATOIREÉtat, des systèmes opératoires, selon, J. Piaget, psychologue suisse, en lequel, certaines mutations, peuvent être annulées, par une transformation inverse.

RÊVE-S / RÊVEUR-S / RÊVÉ – Songe & vision, désir & ambition, idéal & aspiration / relevant, du rêve.

RÉVISIONS : SCOLAIRES & UNIVERSITAIRES – Étude renouvelée, mise à jour, répétition, des tâches académiques.

RÉVOLTE-S LYCÉENNE-S / ÉTUDIANTESSédition, rébellion, protestation, de masse, de jeunes lycéens, de l’enseignement secondaire et, étudiants, de l’enseignement supérieur, France, dep., le 19e s.

RÉVOLTE-S / RÉVOLTANT / RÉVOLTÉ-S – Sédition, rébellion, protestation / relevant, tenant, de la révolte.

RÉVOLUTION ANGLAISE / PREMIÈRE & SECONDEMouvement politique, en deux temps, établissant, une monarchie parlementaire, le renforcement, du Parlement, Royaume d’Angleterre, 17e s.

RÉVOLUTION DE JUILLETMouvement politique, dit, des « Trois Glorieuses », opérant, un changement, de dynastie royale régnante, France, 19e s.

RÉVOLUTION D’OCTOBREMouvement politique, de remplacement, de la République, par un collectivisme communiste, après, la Révolution, de Février, abolissant, l’Empire, Russie, 20e s.

RÉVOLUTION FRANÇAISE / RÉVOLUTIONNAIRE-S – Mouvement politique, mettant fin, à l’Ancien Régime, instaurant, une monarchie constitutionnelle, puis, une république, France, 18e s. / relevant, tenant, de la révolution & la Révolution.

REYNIÉ, D.Universitaire, de sciences politiques, homme politique, France, 20e/21e s.

RHÉTORIQUE / RHÉTORICIEN – Art oratoire, de persuasion, d’éloquence, en Antiquité gréco-romaine classique, européenne / relevant, tenant, de la rhétorique.

RICARD, M.Religieux bouddhiste tibétain, France, Népal, 20e/21e s.

RICHAUD, A. – Chef d’établissement, d’enseignement secondaire, proviseur, France, 20e/21e s.

RICHESSE-S / RICHE-S – Opulence, fortune, prospérité / relevant, bénéficiant, de la richesse.

RICOU, A. – Journaliste, France, 20e/21e s.

RIGIDITÉ-S / RIGIDE – Dureté, intolérance, intransigeance & rigorisme / relevant, de la rigidité.

RIGORISME / RIGORISTE – Austérité, exigence, ascèse morales, spirituelles, de vie / relevant, du rigorisme.

RIGUEUR TEMPORELLE – Précision, soin & méticulosité, sérieux, en matière, de gestion, de l’emploi, du temps, imparti, disponible, optimisable.

RIGUEUR-S / RIGOUREUX – Précision, soin & méticulosité, sérieux / relevant, de la rigueur.

RIMBAUD, A.Poète, France, 19e s.

RIMBAUD, MON BEAU SALAUD !Essai, de réflexion morale personnelle, Canada, 20e s.

RIRE-S – Hilarité, rigolade, gaieté.

RISQUE-S / RISQUÉ – Danger, péril, aléa / relevant, du risque.

RITE-S DE PASSAGE / RITUEL – Rituel, marquant, la mutation, de statut social & sexuel, notamment, la puberté sociale, par cérémonies, épreuves / relevant, du rite.

RITUEL-S – Routine & habitude, tradition, protocole & règle.

RIVAIS, R. – Journaliste, France, 20e/21e s.

RIVALITÉ-S / RIVAL-AUX – Antagonisme, concurrence, compétition / relevant, de la rivalité.

ROBBINS, A.Coach, en développement personnel, États-Unis, 20e/21e s.

ROBOTISATION-S / ROBOTISÉ – Automatisation, par robots, de certaines tâches, notamment, industrielles / relevant, de la robotisation.

ROGERS, C.Psychologue, États-Unis, 20e s.

ROLLOT, O. – Journaliste, France, 20e/21e s.

ROMANPoème, France, 19e s.

ROMAN-S – Œuvre fictionnelle narrative, de récit littéraire imaginaire, en prose.

ROMAN-S POUR ADOS – Œuvre fictionnelle narrative, de récit littéraire imaginaire, en prose, destinée, à un public adolescent.

ROMANTISME / ROMANTIQUE – Mouvement global culturel, littéraire, intellectuel sentimental, d’imagination, de sensibilité, Europe, 19e s. / relevant, tenant, du romantisme.

ROME ANTIQUEVille, de Rome & État, de culture, civilisation latines, dont elle est, la capitale, monarchie, république, empire romains, Antiquité, 8e s. av. J.-C.-5e s.

RONDO-SŒuvre musicale instrumentale, alternant, refrain & couplets, constituant, le finale, de sonate, symphonie, concerto.

RONSARD (de), P.Poète, France, 16e s.

ROOSEVELT, F. D.Homme d’État, États-Unis, 19e/20e s.

ROSTOPCHINE, S.Comtesse de Ségur, écrivaine, Russie, France, 18e/19e s.

ROTA, M. – Médecin, psychothérapeute, France, 20e/21e s.

ROUDET, B. – Sociologue, France, 20e/21e s.

ROUSSEAU, J.-J.Philosophe, écrivain littéraire, Suisse, France, 18e s.

ROUTINE-S / ROUTINIER – Tradition, habitude, rituel / relevant, de la routine.

ROWLING, J. K.Écrivaine, Royaume-Uni, 20e/21e s.

ROYAUTÉ-S / ROYAL – Monarchie, souveraineté, régime & dignité, d’un roi & royaux / relevant, de la royauté.

RUFO, M.Médecin pédopsychiatre, France, 20e/21e s.

RUMSPRINGA / Émancipation & découverte, du monde – Rituel, de passage adulte, des adolescents anabaptistes amish, États-Unis.

RUPTURE-S / ROMPEUR-S / ROMPU – Cassure & séparation, révocation, antagonisme / relevant, de la rupture.

RUSSIE / RUSSE-S – Fédération de Russie, État fédéral transcontinental, plus vaste pays, du monde, entre Asie & Europe / relevant, ressortissant, de la Russie.

RYTHMES CHRONO-PSYCHOBIOLOGIQUESOrganisation temporelle circadienne, des êtres vivants, des mécanismes psychophysique, qui les régulent, de leurs troubles.

RYTHMES SCOLAIRES & UNIVERSITAIRESAlternance, des temps, d’enseignements, en cursus secondaires, supérieurs & de ceux, de détente, de pratiques extrascolaires, France.

 

 

___________ S

 

SACRIFICE-S / SACRIFICIEL / SACRIFIÉ – Renoncement, dévouement, abnégation / relevant, du sacrifice.

SAGAN, F.Écrivaine littéraire, France, 20e/21e s.

SAGESSE ANTIQUE – Idéal, d’ « élévation » morale, philosophique, spirituelle, de l’Antiquité classique, gréco-romaine, 6e s. av. J.-C.-4e s.

SAGESSE ET SPIRITUALITÉ – Livre, de développement personnel & spiritualité, Royaume-Uni, France, 21e s.

SAGESSE / SAGE-S – Idéal, d’ « élévation » morale, philosophique, spirituelle & discernement ontologique, éthique, axiologique & en circonspection, modération, conscience / relevant, tenant, de la sagesse.

SAINT-EXUPÉRY (de), A.Écrivain, poète, aviateur, France, 20e s.

SAINT GENET, COMÉDIEN ET MARTYREssai biographique, France, 20e s.

SAINT LAURENT, Y.Grand couturier, France, 20e/21e s.

SAINT-PIERRE DE ROME & DU VATICAN – Basilique, du Saint-Siège, dep., les 16e/17e s.

SAINT-SAËNS, C.Compositeur, France, 19e/20e s.

SAINTE TRINITÉ & TRINITÉ / TRINITAIRE – Selon, le christianisme, Dieu unique, en trois entités divines : Père, Fils, Saint-Esprit / relevant, de la Trinité, la Sainte Trinité.

SALUT / SALUTAIRE – Rédemption, félicité, sauvegarde / métaphore / relevant, du salut.

SAN GREGORIOEx-collège religieux, d’enseignement supérieur théologique, de Valladolid, Espagne, 15e-19e s.

SANCTION-S : négative-s / SANCTIONNATEUR / SANCTIONNÉ négativement – Peine & punition, condamnation & répression, effet néfaste / relevant, de la sanction négative.

SANCTION-S : positive-s / SANCTIONNATEUR / SANCTIONNÉ positivement – Récompense, reconnaissance & gratification, effet bénéfique / relevant, de la sanction positive.

SANGUIN-S – Personnalité impulsive & extravertie, imaginative & optimiste, excessive & sans scrupules, selon, l’ancienne théorie antique, des tempéraments.

SANT (van), G.Réalisateur, de cinéma, États-Unis, 20e/21e s.

SANTÉ AUDITIVE – Constitution & état, équilibre, hygiène physiques, de l’ouïe, du système, de perception, des sons, de l’audition & l’oreille humains.

SANTÉ DERMATOLOGIQUE – Constitution & état, équilibre, hygiène physiques, de la peau, des muqueuses, des phanères : ongles, poils, cheveux humains / sauvegarde vénérologique.

SANTÉ DES ADOLESCENTS, LALivre de santé, France, 20e s.

SANTÉ INTÉGRATIVE – Magazine de presse, d’information écrite, médicale : dossier spécial, Adolescence, France, 21e s.

SANTÉ PSYCHOSOMATIQUE / SOCIALE – Constitution & état, équilibre, hygiène, physiques, psychiques, sociaux.

SANTÉ-S / SANITAIRE – Constitution & état, équilibre, hygiène, physiques, psychiques, sociaux / relevant, de la santé.

SARAJEVO, ATTENTAT DE – 1914 – Attentat terroriste politique, déclencheur, de la Grande Guerre, Autriche-Hongrie, 20e s.

SARKOZY, L. – Jeune étudiant, fils, d’ancien chef d’État, France, 20e/21e s.

SARTRE, J.-P.Philosophe, écrivain, France, 20e s.

SATIRES, LESŒuvre poétique, Empire romain, 1er/2e s.

SATISFACTION-S / SATISFAISANT / SATISFAIT – Contentement, assouvissement, plénitude / relevant, de la satisfaction.

SAUVEGARDE-S VITALE-S – Préservation, protection, défense, des plus cruciales, capitales & primordiales, fondamentales.

SAVOIR COMMUNIQUER AVEC LES ADOLESCENTSLivre, de développement personnel, France, 21e s.

SAVOIR-ÊTRE – Qualités cognitives, émotionnelles, comportementales propres & aptitude, aux pensées, affects, actes adéquats, quant à soi, autrui, aux réalités, circonstances.

SAVOIR-FAIRE – Compétence technique spécifique, impliquant, expérience, adresse & talent, qualification, en un champ donné, pour sa complète maîtrise.

SAVOIR GÉRER SON TEMPSLivre de développement personnel, France, 21e s.

SAVOIR RÉUSSIR SES PROJETSOuvrage, de psychodéveloppement personnel, France, 20e s.

SAVOIR-S / SACHANT-S / SU – Acquis, connaissances, érudition / relevant, du savoir.

SCÉLÉRATESSE-S / SCÉLÉRAT-S – Perfidie, vilenie, infamie & malfaisance / relevant, de la scélératesse.

SCEPTICISME-S / SCEPTIQUE-S – Relativisme, doute & incrédulité, méfiance / relevant, tenant, du scepticisme.

SCHÉMA-S MENTAL-AUXConfiguration, représentation, image, psychiques, cognitives & de pensées, intellectuelles.

SCHIZOPHRÉNIE / SCHIZOPHRÈNE-S – Troubles neuropsychopathologiques psychotiques, anosognosie, perte mentale, de contact, avec la réalité / relevant, atteint, de la schizophrénie.

SCHWARTZ, S.Psychologue social, Israël, 20e/21e s.

SCIENCE-S DE L’ADOJEUNESSE / LA JEUNESSE – Étude, théorique & pratique, transversale, pluridisciplinaire, holistique, de l’adojeunesse, des questions afférentes.

SCIENCE-S / SCIENTIFIQUE-S – Instruction, savoir, étude – connaissance expérimentale, des plus « raisonnées », pratique objective, permettant, la compréhension, de données, champs, d’investigation, universels / relevant, tenant, des sciences.

SCIENCES DE L’ÉDUCATIONÉtude transversale, pluridisciplinaire, globale, de la sphère éducative & de l’enseignement : pédagogie, méthode, didactique.

SCIENCES DE L’ÉDUCATION, LES – Livre, de sciences éducatives, France, 21e s.

SCIENCES & TECHNOLOGIES – Connaissances expérimentales raisonnées / ensemble, des techniques & matériels, outils & machines, procédés & méthodes, scientifiques, pratiques.

SCLÉROSE-S / SCLÉROSANT / SCLÉROSÉ – Immobilisme, perte, des capacités d’adaptation, d’évolution, face, au changement, par apathie, vieillissement / métaphore / relevant, de la sclérose.

SCOLARISÉ-S – Jeune, suivant, des études, en établissement, d’enseignement, secondaire & supérieur, France.

SCOLARITÉ-S – Ensemble, du parcours, d’études, d’un élève, comme, d’un étudiant, en cursus, d’enseignements, secondaires & supérieurs, France.

SCOLASTIQUEEnseignements, théologiques & philosophiques, universitaires, médiévaux européens, foi chrétienne & pensée, de l’Antiquité grecque, morale afférente.

SCOLASTIQUE ANTIQUE – Pensée, de l’Antiquité grecque, morale afférente.

SCOLASTIQUE CHRÉTIENNE – Enseignements, théologiques & philosophiques, universitaires, médiévaux européens, foi chrétienne.

SCOLASTIQUE DU DIX-NEUVIÈME SIÈCLE – Enseignements, théologiques & philosophiques, universitaires, médiévaux européens, foi chrétienne & pensée, de l’Antiquité grecque, morale afférente, France, 19e s. : perpétuation, à l’époque contemporaine.

SCOLASTIQUE MÉDIÉVALE – Enseignements, théologiques & philosophiques, universitaires, médiévaux européens, foi chrétienne.

SCOLASTIQUE SOUS L’ANCIEN RÉGIME – Enseignements, théologiques & philosophiques, universitaires, médiévaux européens, foi chrétienne & pensée antique grecque, morale afférente, France, 16e-18e s. : perpétuation, à l’époque moderne.

SCOLASTIQUE SOUS LA TROISIÈME RÉPUBLIQUE – Enseignements, théologiques & philosophiques, universitaires, médiévaux européens, foi chrétienne & pensée, de l’Antiquité grecque, morale afférente, France, 19e/20e s. : perpétuation, jusqu’à l’Entre-deux-guerres.

SCOUTISMEMouvement éducatif mondial, de jeunesse, Royaume-Uni, monde, 20e/21e s.

SCOUT-S – Jeune, participant, à un mouvement éducatif mondial, de scoutisme / relevant, du scoutisme.

SECOND DEGRÉ, DU SECONDAIRE / Lycée – Classes, de seconde, première, terminale, des lycées généraux, professionnels, technologiques, France.

SECOND EMPIRE FRANÇAISRégime politique monarchique, constitutionnel, France, 19e s.

SECONDARITÉ / SECONDAIRE – Qualité, de ce qui est secondaire : fort accessoire & peu important, mineur & négligeable, subalterne / relevant, de la secondarité.

SECOND-E CONFLIT & GUERRE MONDIAL-E, 1939-1945 – Engagements militaires massifs, d’ampleur internationale, monde, 20e s.

SECONDE PROFESSIONNELLE, Classe de – Première année, d’études professionnalisées, du second degré, d’enseignement secondaire, de lycée professionnel, France.

SECRET DE LA LICORNE, LEAlbum, de bande dessinée, Belgique, 20e s.

SECRET STORY / Histoire secrète – Émission télévisuelle, dite, de téléréalité, France, 21e s.

SECRET-S – Ce qui n’est pas, à divulguer, ce que l’on désire, dissimuler, discrétion & silence, observés / relevant, du secret.

SECTARISME / SECTAIRE – Intolérance, fanatisme, fermeture / relevant, du sectarisme.

SECTE-S / SECTAIRE – Groupement idéologique communautaire, mené, par un chef moral, gourou / propre, aux sectes.

SECTEUR ÉCONOMIQUE PRIMAIRE : « agroalimentation » – Activités, d’exploitation, des ressources naturelles, produisant, des matières premières, non transformées : agriculture, forêt, pêche…, typologie économique, France.

SECTEUR ÉCONOMIQUE SECONDAIRE : « industries » – Activités, de transformation, des matières premières, du domaine primaire : industrie manufacturière, construction, typologie économique, France.

SECTEUR ÉCONOMIQUE TERTIAIRE : « services » – > Activités économiques, hors domaines primaire, secondaire : filière productrice, de prestations, services, typologie économique, France.

SECTION / CURSUS ÉCONOMIQUES & SOCIAUX – Études, à options socio-économiques dominantes, de second degré, de l’enseignement secondaire général, de lycée, France.

SECTION / CURSUS LITTÉRAIRES – Études, à options littéraires dominantes, de second degré, de l’enseignement secondaire général, de lycée, France.

SECTION / CURSUS SCIENTIFIQUES – Études, à options scientifiques dominantes, de second degré, de l’enseignement secondaire général, de lycée, France.

SÉCURITÉ / SÉCURE – Sûreté, fiabilité, quiétude & tranquillité / relevant, de la sécurité.

SEIJIN SHIKI / Cérémonie, de la majorité – Rituel, de passage adulte, des jeunes japonais majeurs, de vingt ans, des deux sexes, d’origine religieuse shintoïste.

SÉJOUR-S D’ÉTUDES – Villégiature, voyage, lieu & temps, de formations académiques, de jeunes français, à l’étranger & de jeunes étrangers, en France.

SÉJOUR-S LINGUISTIQUE-S – Villégiature, voyage, lieu & temps, d’apprentissage, de langues étrangères, par de jeunes français, à l’étranger & de jeunes étrangers, en France.

SÉMANTIQUELinguistique, sémiologie & sémiotique, signification, de la langue, du langage.

SE NOURRIR, CONTRE LE CANCER – Article, de santé, de magazine hebdomadaire, de presse écrite, d’information, France, 21e s.

SENS À SA VIE / EXISTENTIEL – Raison, d’être & finalité, portée, valeur, accordées, à un parcours humain.

SENS / SENSÉ – Sensations psychophysiques – signification – raison, d’être & finalité, portée, valeur / de bon sens.

SENSIBILITÉ-S / SENSIBLE – Acuité, émotivité, affectivité / relevant, de la sensibilité.

SENTIMENT-S / SENTIMENTAL – Affect, émotion, attachement / relevant, du sentiment.

SÉPARATION DES POUVOIRSTriple division politique, de l’autorité publique : législative, faisant la loi & exécutive, la rendant effective & judiciaire, la faisant respecter.

SEPT HABITUDES DES ADOS, BIEN DANS LEUR PEAU, LES – Ouvrage, de psychologie & développement personnel, États-Unis, 20e s.

SEPT PILIERS DE LA SAGESSE, LESRécit autobiographique, de sciences politiques & militaires, géopolitique, Royaume-Uni, 20e s.

SÉPULCRE-S / SÉPULCRAL – Sépulture, tombeau & caveau, mausolée / relevant, du sépulcre.

SEPÚLVEDA (de), J. G. – Homme d’Église, théologien, Espagne, 15e/16e s.

SÉRÉNITÉ-S / SEREIN – Ataraxie, paix, quiétude / relevant, de la sérénité.

SÉRIE-S TÉLÉVISÉE-SŒuvre, de fiction audiovisuelle, de télévision, comportant, une suite, de plusieurs épisodes successifs.

SERMONSŒuvre théologique & de philosophie religieuse, Afrique du Nord, 5e s.

SÉROTONINENeurotransmetteur, permettant, de diffuser, l’influx nerveux, entre les neurones.

SERVICE-SAide, assistance, coopération – secteur, de l’activité économique tertiaire, de prestations, aux personnes & entreprises.

SEXE-S / SEXUALITÉ-S / RAPPORT-S / RELATION-S SEXUELS / SEXUEL – Sexualité, pratiques sexuelles, activité sexuelle / genre sexué / relevant, du sexe, de la sexualité.

SHAKESPEARE, W.Poète, dramaturge, écrivain littéraire, Royaume d’Angleterre, 16e/17e s.

SIDA, Syndrome d’ImmunoDéficience Acquise / SIDÉEN-S – Symptômes, de la destruction, du système immunitaire, par le virus d’immunodéficience humaine, dernier stade, de l’infection / relevant, atteint, du Sida.

SIDÉRATION-S / SIDÉRANT / SIDÉRÉ – Anéantissement apathique, stupeur émotionnelle, catatonie / relevant, de la sidération.

SIÈCLE DE LOUIS XIVGrand Siècle, ère, de prospérité, prestige, puissance, France, 17e s.

SIGNIFICATION-S / SIGNIFICATIF – Acception, sens & portée, définition / relevant, de la signification.

SILENCE-S / SILENCIEUX – Calme, mutisme, tranquillité / relevant, du silence.

SILICON VALLEY / Vallée du silicium – Pôle, des industries, de pointe, de la baie, de San Francisco, en Californie, États-Unis.

SINGLY (de), F.Sociologue, France, 20e/21e s.

SISYPHEPersonnage, de fiction mythologique, grecque antique.

SITE-S WEB / INTERNETDocuments structurés : pages Web, stockés, sur un ordinateur : serveur, connecté, au réseau Internet, avec textes, images, sons, vidéos, liens extérieurs.

SITUATION-S / SITUATIONNEL / SITUÉ – Circonstance, contexte, conjoncture / relevant, de la situation.

SI VOUS ÉTIEZ AU POUVOIR, QUE FERIEZ-VOUS ?Livre, de sciences politiques, rapport, d’analyse sociologique, France, 21e s.

SKYPE / Messagerie, de communications audiovisuelles – Logiciel « interactif », de communications téléphoniques, audiovisuelles Internet, partage, d’écran, transfert, de fichiers, monde.

SMARTPHONE-S / Téléphone mobile intelligent – « Ordiphone », téléphone mobile tactile, évolué, ordinateur, de poche, logiciels & applications, par système, d’exploitation.

SMIC, Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance – Salaire horaire minimal, légal obligatoire, automatiquement, réévalué, France.

SMS, Short Message Service / Service de Messagerie Rapide – « Texto », mini message, service, de téléphonie mobile, de transmission, de courts messages textuels.

SNAPCHAT / Application informatique, de partage de photos, vidéos – Réseau social, de supports visuels éphémères, en ligne, à temps, de visualisation, limité.

SOCIABILITÉ-S / SOCIABILISÉ / SOCIABLE – Vécu, en société, socialisation collective & réseau social, de groupe, cohérent, aptitude, à cultiver, des liens harmonieux, à autrui & en société / relevant, de la sociabilité.

SOCIALISATION-S SCOLAIRE-S / UNIVERSITAIRE-S – Insertion sociale, apprentissage, de la vie collective, intériorisation, des habitus sociétaux & construction, d’une « identité propre », en cursus, d’études, secondaires & supérieures.

SOCIALISATION-S / SOCIALISÉ – Insertion, dans la société, apprentissage, de la vie collective, intériorisation, des habitus sociétaux & re/construction, de l’identité sociale / relevant, de la socialisation.

SOCIÉTÉ DE CHIENS, UNELivre, de sociophilosophie politique, France, 21e s.

SOCIÉTÉ DE CONFIANCE, LALivre d’histoire, France, 20e/21e s.

SOCIÉTÉ DE LA PEUR, LALivre, de sociophilosophie politique, France, 21e s.

SOCIÉTÉ-S BARBARE-S – Collectivités, civilisations, communautés, « arriérées », primitives, sauvages & inhumaines.

SOCIÉTÉ-S CIVILISÉE-S – Collectivités, civilisations, communautés, « évoluées », policées, humanistes.

SOCIÉTÉ-S DE DÉFIANCE – Collectivités, civilisations, communautés, de crainte, suspicion, soupçon & méfiance.

SOCIÉTÉ-S / SOCIÉTAL – Collectivité, civilisation, communauté : vie, en groupes organisés, en partages, interactions, coopérations / relevant, de la société.

SOCIOLOGIE DE LA JEUNESSELivre de sociologie, France, 20e/21e s.

SOCIOLOGIE DES GÉNÉRATIONSLivre de sociologie, France, 20e s.

SOCIOLOGIE / SOCIOLOGIQUE – Science & réalités, de l’être humain, en ses interactions, avec autrui, analyse, de l’effet, l’aspect sociaux, sur les sujets, leurs conduites… / relevant, de la sociologie.

SOCIOPATHOLOGIE / SOCIOPATHOLOGIQUE – Sciences & état, des sociétés, communautés pathologiques, dysfonctionnelles, anomiques / relevant, de la sociopathologie.

SOCRATE / SOCRATIQUE – Philosophe, Grèce, 5e s. av. J.-C. / propre, à Socrate, son œuvre.

SODIUMChlorure salin, sel marin, substance cristallisée, d’assaisonnement.

SŒUR ANNEPersonnage, de fiction littéraire, France, 17e s.

SŒUR-S / SORORAL – Fille, née, des mêmes parents, qu’une personne / lié, à la sœur.

SOFTWARE / Logiciel-s informatique-s – Programme interne, d’un ordinateur, à support informatique dématérialisé, rationnel.

SOI / SOI-MÊME – Ensemble, du conscient & de l’inconscient, de la personnalité humaine, cognitive, émotionnelle, comportementale / lien, du sujet, à lui-même.

SOIN-S / SOIGNANT / SOIGNÉ – Traitement, médication, secours sanitaires thérapeutiques, préventifs & curatifs : physiques, psychiques, sociaux / relevant, du soin.

SOLIDARITÉ-S / SOLIDAIRE – Lien sociomoral mutuel : entraide, fraternité, unité / relevant, de la solidarité.

SOLIPSISME / SOLIPSISTE – Idéal philosophique, selon, lequel, il n’existe, pour le « sujet pensant », qu’une seule réalité, la sienne / relevant, du solipsisme.

SOLITUDE-S / SOLITAIRE – Isolement, désengagement, éloignement / relevant, de la solitude.

SOLLICITUDE-S – Prévenance, attention, préoccupation.

SOLONHomme d’État, législateur, poète, Grèce, 7e/6e s. av. J.C.

SOLUTION-S / SOLUTIONNÉ – Réponse, clé, issue & dénouement / résolu.

SOMA / Cellules – Ensemble, de cellules, constituant, la masse, du corps humain, excepté, les cellules reproductrices.

SOMME THÉOLOGIQUETraité théologique & réflexion philosophique, États italiens, 13e s.

SOMMEIL-SFait, de dormir, repos, perte, de conscience.

SOMNIFÈRE-SBarbituriques, calmants, hypnotiques.

SONATE POUR PIANO, N° 29, en si-bémol majeur, op. 106 – Hammerklavier, œuvre musicale, Empire d’Autriche, 19e s.

SONNET-SPoème, à forme fixe, codifiée, à rimes.

SON-S / SONORE – Perceptions auditives, bruits, accessibles, à l’ouïe, vibrations & ondes acoustiques / relevant, du son.

SORTIE-S – Activité récréative, conviviale, de distraction & détente.

SORTIE-S & HORS DES SENTIERS BATTUS – Fait, d’un comportement original, atypique, non conformiste, ne suivant pas, les conventions, normes, préceptes, communément, préétablis.

SOUFFRANCE-S / SOUFFRANT – Affliction, tourment, douleur physiques, psychiques, moraux / affecté, de souffrance-s.

SOUHAIT-S / SOUHAITABLE / SOUHAITÉ – Envie & désir, aspiration & vœu, volonté / relevant, du souhait.

SOUMISSION-S / SOUMIS – Assujettissement & asservissement, allégeance & obéissance, docilité / relevant, de la soumission.

SOUPLESSE-S / SOUPLE – Plasticité & flexibilité, adaptabilité, habileté / lié, à la souplesse.

SOUTIEN-S : MORAL-AUX / SOUTENU – Appui & assistance, secours & aide, protection & réconfort mentaux, psychologiques, spirituels / relevant, du soutien.

SOUTIEN-S PROFESSIONNEL-S – Assistance & appui, accompagnement, suivi, en matière, de relation d’aide : conseil, de vie, coaching, psychothérapies.

SOUTIEN-S SCOLAIRE-SPréceptorat privé : accompagnement pédagogique, individuel personnalisé, pour élèves, en ayant besoin & par choix éducatif spécifique, France.

SOUVERAINETÉ-S NATIONALE-SIndépendance & autonomie, liberté & libre-arbitre, autorité & pouvoir, des États, des peuples, des pays.

SOUVERAINETÉ-S : PERSONNELLE-S / SOUVERAIN – Indépendance & autonomie, liberté & libre-arbitre, autorité & pouvoir, sur soi / relevant, de la souveraineté.

SPARTE / LacédémoneAncienne cité antique, de Grèce, notamment, à l’ère classique : 6e s. av. J.-C.-4e s.

SPÉCIALISATION-S / SPÉCIALISÉ – Fait, d’opter, pour une profession & un métier, une discipline & un domaine, une branche particuliers / relevant, de la spécialisation.

SPHÈRE PSY – Domaine, champ, matière, d’exercice, de la relation d’aide professionnelle, concernant, le soin psychothérapeutique : du psychisme humain.

SPIRITUALITÉ-S / SPIRITUEL – Foi, « mystique », esprit & champs théologique, axiologique, philosophique / relevant, de la spiritualité.

SPITZ, C.Médecin pédiatre & consultant, intervenant audiovisuel, France, 20e/21e s.

SPORT-ÉTUDEActuelles Sections sportives scolaires, structures spécialisées, associant, cursus classiques secondaires & sport, de haut niveau, en certains collèges, lycées.

SPORT-S / AMINCISSEMENT-S – Amaigrissement, par l’activité physique & sportive.

SPURLOCK, M.Réalisateur de cinéma, États-Unis, 20e/21e s.

STABILISATION-S AFFECTIVE-S – Équilibre, « consolidation », affermissement psychiques, cognitifs, émotionnels, comportementaux : sentimentaux, d’attachements, pulsionnels.

STABILISATION-S : PSYCHIQUE-S / STABILISATEUR / STABILISÉ – Équilibre, « consolidation », affermissement, cognitifs, émotionnels, comportementaux, des pensées, affects, conduites humains / relevant, de la stabilisation.

STABILITÉ-S / STABLE – Équilibre, constance, solidité / relevant, de la stabilité.

STADE-S D’AVANCÉES – Degrés, phases, niveaux, de progrès, progression, d’évolution.

STADE-S DE MATURATION MORALE – Degrés, phases, niveaux, de développement, de plénitude, d’évolution, de l’esprit, axiologiques & spirituels, en matière, de valeurs & d’idéaux.

STADE-S D’ÉVOLUTION – Degrés, phases, niveaux périodiques développementaux, de la croissance, la transformation progressifs humains : psychosomatiques, moraux.

STAGE-S DE LANGUES – Formation, « perfectionnement », activité, d’emploi, temporaires pratiques, de finalisation, en langues étrangères, en cours, de cursus, d’études.

STAGE-S professionnel-s étudiant-s – Formation, « perfectionnement », activité, d’emploi, temporaires pratiques, de finalisation, en cours, de cursus, d’études, France.

STAGIAIRE-S – Jeune étudiant & professionnel, en formations, perfectionnements, activités, d’emploi, temporaires pratiques, de finalisation, d’études, France.

STANCESŒuvre poétique, France, 16e s.

START-UPJeune pousse, nouvelle entreprise innovante, à haut potentiel économique & financier.

STATUT JURIDIQUE / LÉGAL, DU MINEUR / DE LA JEUNESSE – État & condition, situation & position, réglementation, de la minorité, des jeunes majeurs.

STATUT-S / STATUTAIRE – État & condition, situation & position, réglementation / relevant, du statut.

STEINBECK, J.Écrivain littéraire, États-Unis, 20e s.

STELLINGER, A. – Politologue, Suède, France, 20e/21e s.

STÉROÏDE-S / STÉROÏDIEN – Hormone sécrétée, par les glandes endocrines / relevant, des stéroïdes.

STIGMATE-S / STIGMATISANT / STIGMATISÉ – Flétrissure, trace, marque & empreinte / lié, au stigmate.

STIMULATION-S MULTISENSORIELLE-S – Excitation, sollicitation & aiguisement, « éveil », agissant, sur divers modes, de perception, des cinq sens.

STIMULATION-S / STIMULANT / STIMULÉ – Activation, incitation, motivation & encouragement / relevant, de la stimulation.

STOÏCIEN-S – Tenant, du stoïcisme : tempérance, détachement, relativisation, par la raison, aux fins, du bonheur personnel, Grèce, 4e s. av. J.-C., monde, jusqu’à nos jours.

STOÏCISME / STOÏCIEN – École philosophique antique, d’eudémonisme, de tempérance, de détachement, par la raison, Grèce, 4e s. av. J.-C., monde, jusqu’à nos jours / lié, au stoïcisme.

STRATÉGIE-S PROTECTRICE-S – Manœuvre & tactique, politique, coordination, d’assistance, de préservation & sauvegarde, défense & soutien.

STRATÉGIE-S / STRATÉGIQUE / STRATÈGE – Manœuvre & tactique, politique, coordination / relevant, tenant, de la stratégie.

STREAMING / Diffusion Internet, audio-vidéo, en continu – Technique, de diffusion, de flux informatiques, en direct.

STRESS POST-TRAUMATIQUE, TROUBLE DEÉtat psychosomatique réactionnel, de l’organisme humain, confronté, à une attaque brutale : tension, choc, perturbation graves, à atteintes psychiques.

STRESS SCOLAIRE – État psychosomatique réactionnel, de l’organisme humain, confronté, à une attaque brutale : tension, choc, perturbation, des jeunes, en études.

STRESS / STRESSEUR-S / STRESSANT / STRESSÉ – État psychosomatique réactionnel, de l’organisme humain, confronté, à une attaque brutale : tension, choc, perturbation / relevant, du stress.

STRETCHING / Étirements – Gymnastique, d’assouplissement : conditionnement physique, par contraction-tension & relâchement-détente musculaires, avant, extension.

STRUCTURATION-S DE COURS : d’études – Prise de notes, présentation, disposition écrites, d’un enseignement, scolaire & universitaire, de façon, claire, précise, rigoureuse.

STRUCTURATION-S / STRUCTURANT / STRUCTURÉ – Agencement, « ordonnancement », organisation / relevant, de la structuration.

STRUCTURE-S / STRUCTUREL – Agencement, organisation, « architecture » / relevant, de la structure.

STS, Sections de Techniciens Supérieurs – Cursus technique, d’enseignement supérieur court, menant, au Bts, Brevet de technicien supérieur, France.

STYLE-S / STYLÉ – Allure, élégance, genre & apparence vestimentaires & physiques / élégant.

STYXDans la mythologie antique grecque, fleuve, des Enfers.

SUBCONSCIENTÉtat psychique inconscient, mais, influant, sur les cognitions, émotions, comportements / relevant, du subconscient.

SUBÉDUCATION / SUBÉDUCATIF – Infraéducation, sous-éducation, hypoéducation : formation, apprentissage, enseignement inexistants, insuffisants & parcellaires, défaillants & médiocres / relevant, de la subéducation.

SUBJECTIVITÉ / SUBJECTIF – Spécificité, particularisme, individualité, de la pensée, de la conscience, la réalité humaines / relevant, de la subjectivité.

SUBLIMATION-S / SUBLIMATOIRE / SUBLIMÉ – Idéalisation, élévation, ennoblissement, de valeurs, moraux transcendants / relevant, de la sublimation.

SUBLIME PORTEFormulation diplomatique, désignant, l’Empire ottoman, en tant, qu’État, Turquie, 16e/20e s. / métaphore.

SUBORDINATION-S / SUBORDONNÉ – Dépendance, servitude, assujettissement / relevant, de la subordination.

SUBSISTANCE : physique, matérielle, financière – Moyens, de « survie », élémentaires humains : nutrition, entretien, ressources.

SUBSTANTIFIQUE MOELLE – Le meilleur, le plus fondamental, plus significatif, plus précieux, d’une réalité, métaphore littéraire.

SUBTERFUGE-S – Stratagème & artifice, ruse & faux-fuyant, esquive & prétexte.

SUBVERSION-S / SUBVERSIF / SUBVERTI – Contestation, remise, en cause, soulèvement : acte, de sape nihiliste, séditieux, négativiste, contre, les valeurs, principes établis / relevant, de la subversion.

SUCCÈS – Réussite, performance, prospérité.

SUCCÈS SELON JACK, LE – Ouvrage, de psychodéveloppement personnel, réalisation, de soi, États-Unis, 21e s.

SUFFISANCE / SUFFISANT – Orgueil & outrecuidance, morgue & prétention, fatuité & vanité / relevant, de la suffisance.

SUGGESTION-S / SUGGESTIF / SUGGESTIONNÉ / SUGGÉRÉ – Conseil, proposition, avis – hypnose, influence & persuasion, évocation & insinuation / relevant, de la suggestion.

SUICIDE-S / SUICIDAIRE / SUICIDANT-S / SUICIDÉ-S – Autolyse, mort volontaire, autodestruction mortelle / relevant, du suicide, en risque, de suicide / en tentative, de suicide / mort, de suicide.

SUIVI-S – Entretiens successifs réguliers, pendant, une durée étendue, d’une relation d’aide, notamment, andro-adoJeunologique.

SUIVISME-S / SUIVISTE-S – Opportunisme systématique, consistant, à « se calquer », sur la conjoncture & la tendance, l’autorité, autrui…, sans esprit critique / relevant, tenant, du suivisme.

SUPER SIZE ME / Malbouffe, à l’américaine – Documentaire audiovisuel autobiographique, États-Unis, 21e s.

SUPERFICIALITÉ-S / SUPERFICIEL – Légèreté, de surface, sans profondeur / relevant, de la superficialité.

SUPERSTRUCTURE-S / SUPERSTRUCTUREL – Ensemble, système, appareil / relevant, de la superstructure.

SUPERVISION-S / SUPERVISEUR / SUPERVISÉ – Contrôle, surveillance, inspection, vérificatifs, de révision, qualité / relevant, de la supervision.

SUPPLICE DU LACET DE SOIE CHINOIS – Exécution, par strangulation, avec un garrot / métaphore.

SUPPORT-S MOBILE-S TACTILE-S – Outils multimédias numériques, non fixes, sans touches ni, clavier mécaniques, à écrans : téléphonie, tablettes, ordinateurs, de poche…

SUPPUTATION-S / SUPPUTATIF – Supposition & spéculation, hypothèse & induction, estimation & évaluation / relevant, de la supputation.

SUR, J.Écrivain, formateur, France, 20e/21e s.

SURADOJEUNE-S ÉTUDIANT-S – Jeune majeur, préadulte & quasi adulte, engagé, dans les études supérieures.

SURCHARGE-S / EXCÈS PONDÉRAUX / SURPOIDS – Indice, de masse corporelle : rapport, taille & poids, trop élevé : poids divisé, par le carré, de la taille, exprimé, en kg/m2.

« SURDIPLÔMITE-S » / SURDIPLÔMÉ – Course, aux parchemins, empilement, des diplômes, survalorisation, des certifications académiques, pour elles-mêmes / relevant, de la surdiplômite.

SURDITÉ-S / SOURD-S – Pathologie, de l’audition, par perte, partielle & totale – cophose -, de la perception, des sons, de l’ouïe / relevant, atteint, de surdité.

SURDOUÉ-S – Jeune, à développement, haut potentiel, capacités, intellectuels exceptionnels, à quotient intellectuel, supérieur & égal, à 130-140.

SÛRETÉ / SÛR – Sécurité & garantie, certitude & justesse, assurance & habileté / relevant, de la sûreté.

SURGÉNÉRALISATION-S / SURGÉNÉRALISÉ – Élaborations mentales, de principes, d’une conclusion générale, négatifs, sur le fondement, d’une & de quelques réalités malheureuses, antérieures / relevant, de la surgénéralisation.

SURINFORMATION-S / SURINFORMÉ-S – Excès quantitatif, très dommageable, de données informatives reçues, surcharge informationnelle, infobésité / relevant, de la surinformation.

SURMENAGE-S / SURMENÉ – Asthénie : fatigue intense, épuisement, affairement excessif & insuffisant, morne, répétitif / relevant, du surmenage.

SURMOISystème psychomoral, de contrôle, censure, du Moi, en psychanalyse.

SURPASSEMENT-S / SURPASSEMENT-S, DE SOI – Fait, de devancer, surmonter & dominer, surclasser & vaincre, les difficultés, autrui, soi-même.

SUSPICION-S / SUSPICIEUX – Défiance & méfiance, soupçon, doute & réserve / relevant, de la suspicion.

SYLLOGISME CATÉGORICO-DÉDUCTIF – Raisonnement déductif, lié, à trois propositions, logiquement, impliquées, dont, les prémisses, étant vraies, les conclusions afférentes, le sont, aussi.

SYLLOGISME HYPOTHÉTICO-DÉDUCTIFRaisonnement déductif, lié, à trois propositions, logiquement, impliquées, dont, les prémisses, si elles sont vraies, font, que toute conclusion subséquente, l’est, aussi.

SYLLOGISME / SYLLOGIQUE – Raisonnement déductif, lié, à trois propositions, logiquement, impliquées, à antécédent, conjonction, de deux propositions-prémisses / relevant, du syllogisme.

SYMBOLE-S / SYMBOLIQUE – Allégories & figures, représentations & emblèmes, images & métaphores / relevant, du symbole.

SYMPATHIE-S / SYMPATHIQUE – Attraction, affinité, bienveillance / relevant, de la sympathie.

SYMPHONIE NUMÉRO 3, POUR ORGUE & ORCHESTREEn ut mineur, opus 78, composition musicale, France, 19e s.

SYMPHONIE PASTORALENuméro 6, en fa majeur, opus 68, composition musicale, Empire d’Autriche, 19e s.

SYNCHRONICITÉ-S / SYNCHRONE – Simultanéité, concordance, concomitance / relevant, de la synchronicité & du synchronisme.

SYNCRÉTISME-S / SYNCRÉTIQUE – Système philosophique, spirituel, culturel, pluridoctrinal, pluriel / relevant, du syncrétisme.

SYNDROME, DE RETARD DE PHASE, ET ADOLESCENCE – Article de santé, de publication écrite, d’information médicale, France, 21e s.

SYNERGIE-S / SYNERGIQUE – Conjonction, de vecteurs, se renforçant, pour atteindre, un effet optimal / relevant, de la synergie.

SYNOPSIS / SYNOPTIQUE – Résumé, intrigue, trame écrits, d’un scénario cinématographique / relevant, d’une vue générale, d’ensemble.

SYNTHÈSE-S / SYNTHÉTIQUE – Assemblement & structuration, résumé, abrégé / relevant, de la synthèse.

SYSTÈME CARDIOVASCULAIREEnsemble, cœur & vaisseaux sanguins, répartissant, le sang, dans l’organisme, apportant, oxygène, substances nutritives, éliminant, les déchets.

SYSTÈME ÉDUCATIF / SCOLAIRE français – Organisation, de l’enseignement, secondaire & supérieur, public & privé, par l’Éducation nationale, France, 21e s.

SYSTÈME NERVEUXCentre, de traitement, des informations, assurant, les fonctions vitales, de la locomotion, la sensorialité, cognitives, émotionnelles, comportementales.

 

 

___________ T

 

3 M : MUTATION / MAÎTRISE / MATURITÉ – Programme relationnel, d’aide adojeunologique, de changement, contrôle, de soi, cognitif & émotionnel & comportemental, plénitude morale.

TABAC / TABAGIQUE – Produit nicotinique, psychoactif herbacé, addictif / relevant, du tabac.

TABACOLOGIE / TABACOLOGIQUE – Discipline médicale, d’addictologie & de toxicologie, étudiant, le tabagisme, en sa prévention, ses effets, son sevrage / relevant, de la tabacologie.

TABAGIE / TABAGISMEConsommation tabagique / intoxication, par abus, de tabac.

TABLEAU DE BORD andro-adoJeunologique – Outil, d’organisation de vie, présentant, les réalités, résultats, du jeune homme, par indicateurs, de contrôle, d’atteinte, des objectifs fixés, pour agir, à temps.

TABLEAUX D’UNE EXPOSITIONComposition musicale, Russie, 19e s.

TABLETTE-S MULTIMÉDIA-S électronique-s – Ordinateur mobile audiovisuel, à écran plat, numérique tactile informatique, de loisir, de l’Internet, d’information & de communication.

TABOU-SInterdit, prohibition, censure & proscription.

TÂCHE-S / TRAVAUX DOMESTIQUE-S – Occupation, besogne, labeur ménagers, propres, au domicile, de gestion matérielle, du quotidien.

TACTION / TOUCHER / TACTILE – Sens proprioceptif, par contact tactile, palpation, approche directe cutanée / relevant, de la taction.

TAG, Troubles d’Anxiété Généralisée – Affection psychiatrique, à manifestations physiques aiguës, inquiétudes permanentes irrépressibles, de façon, conjoncturelle & structurelle.

TAILLE-S – Gabarit, stature, dimension, corporels humains, en longueur & hauteur.

TALENT-S / TALENTUEUX – Savoir-faire, capacité & aptitude, prédisposition / lié, au talent.

TALENTS, PARABOLE BIBLIQUE, DESRécit, d’ « exemplarité » évangélique, Moyen-Orient, Antiquité.

TALIBAN-SFondamentaliste religieux musulman, combattant armé militarisé, Afghanistan, Pakistan, 20e/21e s.

TALISMAN-S / TALISMANIQUE – Objet cabalistique magique, amulette occulte protectrice, fétiche rituel, jugés, bénéfiques : métaphore / relevant, du talisman.

TALLEYRAND-PÉRIGORD (de), C.-M.Homme d’État, diplomate, France, 18e/19e s.

TANGUY / TANGUY, SYNDROMEPersonnage, de fiction cinématographique & cohabitation familiale, intergénérationnelle tardive, voire, abusive, de certains jeunes adultes, résidant encore, au domicile parental, Occident, 21e s.

TANNENBERG, Bataille de – Combats militaires, de début, de la Grande Guerre, Allemagne, actuellement, Pologne, 20e s.

TANT QU’IL Y AURA DES ÉLÈVESLivre, de sociologie éducative, France, 21e s.

TANT QU’IL Y AURA DES PROFSLivre, de sociologie éducative, France, 20e s.

TAOÏSME / TAOÏSTE – « Enseignement, de la voie », philosophie, spiritualité, mystique, Chine, depuis, l’Antiquité / relevant, tenant, du taoïsme.

TARTAR GODDET, É. – Psychologue, psychosociologue, France, 20e/21e s.

TARTUFFERIE-S / TARTUFFEHypocrisie, pharisaïsme, fourberie & sournoiserie / relevant, tenant, de la tartufferie.

TATOUAGE-S / TATOUÉ – Marquage indélébile, décoratif & symbolique, cutané, par colorants injectés / relevant, du tatouage.

TAXINOMIE / TAXINOMIQUE – Sciences, de la classification, classements, représentations hiérarchiques, de concepts, sujets, domaines / relevant, de la taxinomie.

TCA, Troubles du Comportement Alimentaire – Dérèglement psychopathologique, de la nutrition.

TCHAGUINE (de), D. – Naturopathe, conseil, de vie, France, 20e/21e s.

TD / Travaux dirigés – Type, d’enseignement académique, permettant, d’appliquer, les savoirs appris, lors, des cours théoriques & d’étudier, des connaissances nouvelles.

TE DEUM / « Action de grâce » – Hymne latin, du christianisme, de louanges, de gratitude, rejouissance, en hommage, à Dieu, remerciement, de ses bienfaits.

TECHNO AMBIENT MUSIC / Musique techno d’ambiance planante – Courant musical électronique, issu, de la mouvance techno, Grande-Bretagne, années 1980.

TEEN LIFE COACHING / Coaching de vie, pour ados – Relation d’aide, accompagnement, guidance, en développement personnel, réalisation, de soi, gestion, du quotidien, pour juniors.

TEEN LIFE COUNSELLING & CONSULTING / Conseil de vie, pour adoJeune – Assistance, guidance, en accomplissement, de soi, gestion & optimisation, du quotidien, pour juniors.

TEL PÈRE, TEL FILS ! – Adage, exprimant, le fait que, les jeunes descendants, héritent, des qualités & défauts, de leurs ascendants, sont à leur image.

TÉLÉCHARGEMENT-S / TÉLÉCHARGÉ – Transfert informatique, sur l’Internet & l’Intranet, d’informations numériques, entre ordinateurs / relevant, du téléchargement.

TÉLÉPHONE-S / TÉLÉPHONIE MOBILES cellulaires / TÉLÉPHONIQUE – Système-s, de télécommunications, par dispositif électronique numérique, sans fil, radiofréquences & ondes électromagnétiques / relevant, du téléphone, de la téléphonie.

TÉLÉRÉALITÉ-S / TÉLÉRÉEL – Genre télévisuel fictionnel, de série, mettant, en scène, le quotidien, de participants volontaires, présélectionnés / relevant, de la téléréalité.

TÉLÉVISION-S / TÉLÉVISUEL – Télédiffusion, société, de programmes audiovisuels / relevant, de la télévision.

TEMPÉRANCE / TEMPÉRANT / TEMPÉRÉ – Réserve & mesure, sobriété, modération : l’une, des « vertus cardinales » antiques & du christianisme / relevant, de la tempérance.

TEMPÊTE-S / TEMPÉTUEUX – Perturbation, tumulte & agitation, tourmente & trouble / agité.

TEMPORALITÉ-S – Ce qui est propre, au déroulement irréversible, du temps.

TEMPORISATION-S / TEMPORISATEUR – Ajournement & report, attentisme & atermoiement, retardement & tergiversation / relevant, de la temporisation.

TEMPO-S – Mouvement, rythme, vitesse.

TEMPS LIBRECongés, loisirs, occupations « libres », du temps, en dehors, des obligations habituelles, notamment, scolaires, professionnelles.

TEMPS PLASTIQUE – Durée, période, moment, de la « plénitude » : personnel, libre, de la récréation.

TEMPS RIGOUREUX – Durée, période, moment, du devoir : social, contraint, du labeur.

TEMPS / TEMPOREL – Passé, présent, avenir : durée & délai, période & époque, conjoncture & moment / relevant, du temps.

TEMPUS IRREPARABILE FUGIT / Le temps s’échappe irrémédiablement – Aphorisme : le temps passe vite, sans, pouvoir être rattrapé, il est précieux, à user, à bon escient, sans, perte inutile, Rome, 1er s. av. J.-C.

TÉNACITÉ-S / TENACE – Opiniâtreté & persévérance, volonté & résolution, détermination & obstination / relevant, de la ténacité.

TENSION-S / TENDU – Crise & trouble, stress, discorde & friction / relevant, de la tension.

TENUE-S VESTIMENTAIRE-S – Habillement, accoutrement, mise & vêture.

TEPPERWEIN, K. – Auteur, en développement personnel, Allemagne, 20e/21e s.

TERRE PROMISETerre, d’Israël, promise, par Dieu, selon, la Bible, à Abraham, Isaac, Jacob, par analogie : Paradis, Éden, lieu, de béatitude.

TERRE / TERRESTRE – Sol, couche terrestre, part solide, du globe / métaphore : corps humain / relevant, de la terre.

TERREUR, LAPériode révolutionnaire, « totalitaire, arbitraire, répressive », d’exécutions, de masse, au début, de la Première République, France, 18e s.

TERRORISME-S / TERRORISTE-S – Usage, de violences, terreur, crimes, pour parvenir, à des fins idéologiques & de droit commun / relevant, tenant, du terrorisme.

TESTOSTÉRONE / TESTOSTÉRONIQUE – Principale, hormone sexuelle masculine / relevant, de la testostérone.

TEST-S DE GROSSESSE – Dispositif permettant, à une femme, de déterminer, si elle est enceinte.

THANATOSEntité, de fiction mythologique, grecque antique, symbolisant, la Mort.

THATCHER, M.Femme d’État, Royaume-Uni, 20e/21e s.

THAUMATURGIE / THAUMATURGE-S / THAUMATURGIQUE – Accomplissement, de miracles / faiseur, de miracles / relevant, de la thaumaturgie, du thaumaturge.

THÉÂTRE / THÉÂTRAL – Genre littéraire, mettant, en scène, une action, un jeu, de tragédie & comédie, en dialogues, entre les personnages, de la pièce concernée / relevant, du théâtre.

THÉOLOGIE SCOLASTIQUEEnseignements, théologiques & philosophiques, universitaires, médiévaux européens, foi chrétienne, reliés, à la pensée, de l’Antiquité grecque.

THÉOLOGIE / THÉOLOGIQUE – Sciences, du divin, étude religieuse, sacrée, dogmatique, exégèse spirituelle & métaphysique / relevant, de la théologie.

THÉOLOGISME / THÉOLOGISTE – Exagération, abus, extrapolation excessive, des règles, de théologie, de la science religieuse, des dogmes sacrés / relevant, du théologisme.

THÉORIE-S / THÉORIQUE – Hypothèse, doctrine, postulat / relevant, de la théorie.

THÉORISATION / THÉORICIEN / THÉORISÉ – Approche, par abstraction & hypothèse, postulat & spéculation, système & principe / relevant, de la théorisation.

THEORY OF HUMAN MOTIVATION, A / Une théorie de la motivation humaine Livre de psychologie, États-Unis, 20e s.

THÉRAPEUTE-S D’ADO-S – Praticien, de la relation d’aide, du soin, de l’accompagnement psychothérapeutiques, pour adolescents.

THÉRAPEUTE-S : PSY-S – Praticien, de la relation d’aide, du soin, de l’accompagnement psychothérapeutiques.

THÉRAPIE COGNITIVE ET LES TROUBLES ÉMOTIONNELS, LA Livre de psychologie, États-Unis, 21e s.

THÉRAPIE D’ACCEPTATION & D’ENGAGEMENT, LA – ACT – Livre de psychologie, France, 21e s.

THÉRAPIE-S / APPROCHE-S HUMANISTES – Relation d’aide, axée, sur une vision positive, de l’être humain, le renouvellement & développement, de soi, l’optimisation, de son potentiel.

THÉRAPIE-S COGNITIVE-S, ÉMOTIONNELLE-S, COMPORTEMENTALE-S, Tcec – Relation d’aide psychothérapeutique, axée, sur les pensées, affects, conduites.

THÉRAPIE-S DE SOUTIENRelation d’aide supportive, axée, sur l’assistance, le secours, le réconfort moraux, par renforcement mental, émotionnel, des conduites.

THÉRAPIE-S FAMILIALE-SRelation d’aide, psychothérapeutique systémique, axée, sur la famille, l’individu, comme, membre, d’une famille, les liens familiaux.

THÉRAPIE-S FAMILIALE-S COGNITIVE-S & COMPORTEMENTALE-S – Psychothérapie, de la famille, l’individu, membre, d’une famille, des liens familiaux, axée, sur les pensées, affects, conduites.

THÉRAPIE-S FAMILIALE-S PSYCHANALYTIQUE-S – Lien d’aide psychodynamique, axé, sur la famille, l’individu, comme, membre, d’une famille, les liens familiaux.

THÉRAPIE-S FAMILIALE-S PSYCHODYNAMIQUE-S – Lien d’aide, de thérapie psychanalytique, axé, sur la famille, l’individu, comme, membre, d’une famille, les liens familiaux.

THÉRAPIE-S FAMILIALE-S PSYCHOÉDUCATIVE-S – Relation d’aide, psychothérapeutique systémique, axée, sur la famille, le jeune, comme, membre, d’une famille, son éducation, les liens familiaux.

THÉRAPIE-S FAMILIALE-S SYSTÉMIQUE-SAide psychothérapeutique, axée, sur la famille, comme, ensemble, de sujets, à liens mutuels, l’individu, tel, membre, d’une famille, les affects familiaux.

THÉRAPIE-S (PSY) / (PSYCHO)THÉRAPEUTIQUE – « Relation d’aide », traitement, d’un trouble, notamment, psychique, suivi curatif, de type psychothérapeutique / relevant, de la thérapie.

THOMISME / THOMISTE – Courant « philo-théologique », selon, les enseignements moraux pragmatiques, de T. d’Aquin, monde, dep., le 13e s. / relevant, du thomisme.

THURIFÉRAIRE-S – Laudateur, louangeur, flatteur.

TIC, Technologies de l’Information & la Communication – Communications électroniques télématiques : informatique, audiovisuel, multimédias, néotélécommunications, Internet.

TIERS-ÉTATDéputés, de la bourgeoisie urbaine, aux derniers États généraux, de l’Ancien Régime, France, 18e s.

TIME MAGAZINE / Magazine Time – Publication nationale, de presse écrite, d’information, États-Unis.

TIMIDITÉ-S / TIMIDE – Embarras, indécision, crainte / relevant, atteint, de la timidité.

TINTINJeune héros, de bande dessinée, Belgique, 20e s.

TIROT, G. – Auteur, d’un livre de sociologie, France, 20e/21e s.

TOC, Trouble-s Obsessionnel-s Compulsif-s – Psychopathologie, à pensées, fortement, intrusives & comportements rituels, répétés.

TOCQUEVILLE (de), A.Philosophe, homme politique, historien, écrivain, France, 19e s.

TOLÉRANCE / TOLÉRANT / TOLÉRÉ – Respect, compréhension, ouverture, d’esprit / relevant, de la tolérance.

TOPAZEComédie théâtrale & personnage, de fiction littéraire, France, 20e s.

TORO-PISCINEJeu taurin ludique, d’adresse, d’esquive, de feinte.

TOTALITARISME-S / TOTALITAIRE – Monopole idéologique dictatorial : absolutiste, tyrannique, despotique / relevant, du totalitarisme.

TOTEM-S / TOTÉMIQUE – Emblème, représentation, symbole / relevant, du totem.

TOURMENT-S / TOURMENTEUR / TOURMENTÉ – Douleur & souffrance, affliction & affres, peine & tracas / relevant, du tourment.

« TOUT PSY » – Emprise excessive, de la psychologie, normativité psychologisante, abus, de l’approche & l’usage psychothérapeutiques.

TOUT VA TRÈS BIEN, MADAME LA MARQUISEChanson artistique, œuvre musicale, France, 20e s.

TOUTÂNKHAMONSouverain régnant, Égypte, 14e s. av. J.-C.

TOUTE PUISSANCE (INFANTILE)Illusion psychopathologique, naïve, immature, destructrice, d’un pouvoir personnel illimité, magique, totalitaire.

TP / Travaux pratiques – Enseignement axé, sur l’apprentissage concret, l’expérimentation, corroborant, élargissant, les savoirs, des transmissions théoriques.

TPE, Très Petite Entreprise – Unité économique, de taille, la plus modeste.

TRAC – Timidité sociale, de performance, face, au risque : peur, crainte, angoisse, des plus irraisonnées, irrationnelles, irrépressibles.

TRADITION-S / TRADITIONNEL – Usage & coutume, héritage & transmission, légende & mémoire / relevant, de la tradition.

TRAINING AUTOGÈNE, DE SCHULTZ / Entraînement autogène, de Schultz – Relaxation thérapeutique hypnotique, d’apaisement, du stress, de l’anxiété, par concentration passive.

TRAINING MENTAL, MÉTHODE, DE / Méthode, d’ « entraînement mental » – Formation intellectuelle pratique, de renforcement psychique, analytique, d’abstraction.

TRANSCENDANCE-S / TRANSCENDANT – Métaphysique, dépassement, élévation, spirituels, philosophiques, moraux / relevant, de la transcendance.

TRANSCULTURATION / TRANSCULTUREL – Influence mutuelle, de civilisations, interactions, entre différentes cultures, implication, de plusieurs cultures / relevant, de la transculturation.

TRANSFIGURATION-S / TRANSFIGURÉ – Métamorphose, changement, transformation, en un genre éclatant, extraordinaire, magnifique / métaphore / relevant, de la transfiguration.

TRANSFORMATION-S / TRANSFORMATEUR / TRANSFORMÉ – Modification, changement, métamorphose / relevant, de la transformation.

TRANSGRESSION-S / TRANSGRESSIF / TRANSGRESSEUR / TRANSGRESSÉ – Manquement, anticonformisme, violation / relevant, de la transgression.

TRANSITION-S / TRANSITIONNEL / TRANSITOIRE – Liaison graduelle, passage progressif, changement intermédiaire / relevant, de la transition.

TRANSMISSION-S : ÉDUCATIVE-S / MORALE-S – « Enseignements, de vie » : pédagogiques, axiologiques, spirituels…

TRANSPARENCE-S / TRANSPARENT – Limpidité, clarté, netteté – Vérité, authenticité, sincérité & dévoilement, de soi / relevant, de la transparence.

TRANSSUBSTANTIATION-SDans le christianisme, transmutation eucharistique, du pain & du vin, en Corps & Sang, du Christ – métaphore : changement, d’une réalité, en une autre.

TRANSVERSALITÉ / TRANSVERSAL – Interdisciplinarité, horizontalité & recouvrement, de plusieurs domaines, de connaissance, caractère multisectoriel / relevant, de la transversalité.

TRAPÈZECollection, de haute couture, France, 20e s.

TRAUMATISME-S PSYCHIQUE-STrouble, choc, ébranlement, cognitifs, émotionnels, moraux.

TRAUMATISME-S / TRAUMATIQUE / TRAUMATISANT / TRAUMATISÉ – Trouble, ébranlement, choc, physiques, psychiques, moraux / relevant, du traumatisme.

TRAVAIL, À L’ÉTRANGER – Exercice, d’un métier, d’un emploi, une profession, hors, de son pays, d’origine.

TRAVAIL D’ÉQUIPE-S – Réalisation, de travaux, scolaires & universitaires, impliquant, une coopération, de groupe, collective, commune, avec des condisciples.

TRAVAIL, DES MINEURSExercice, d’une activité professionnelle, salariée rémunérée, par un jeune, non encore majeur, France.

TRAVAIL : SCOLAIRE / UNIVERSITAIRE / PROFESSIONNEL – Tâches, activités, occupations, des cursus, d’études, secondaires & supérieures, de l’emploi, France.

TRAVAIL SUR SOI – Processus, d’analyse, de maîtrise, dépassement, de soi, psychiques, d’un point de vue, cognitif, émotionnel, comportemental.

TRAVAUX ET LES JOURS, LESPoème antique, Grèce, 8e s. av. J.-C.

TRENTE, CONCILE DESynode œcuménique, de la Réforme, de l’Église catholique, États pontificaux, Italie actuelle, Saint-Siège, 16e s.

TRENTE GLORIEUSESTrois décennies, de forte croissance économique, internationale, monde, 20e s.

TRÉSOR DE RACKHAM LE ROUGE, LEAlbum, de bande dessinée, Belgique, 20e s.

TRIBU-S – Clan, groupe, microcosme.

TRIERWEILLER, L. – Jeune étudiant, fils, d’une ex- « Première Dame », France, 20e/21e s.

TRISTESSE-S / TRISTE – Chagrin & mélancolie, affliction & désenchantement, accablement & amertume, en désespérance morale / relevant, de la tristesse.

TROGLODYTE-S / TROGLODYTISME / TROGLODYTIQUE – Personne, habitant, une grotte, une caverne, une demeure, creusée, à même la roche / mode, de vie, des troglodytes / relevant, des troglodytes & de leur type existentiel / métaphore.

TROIS GLORIEUSES, LES / Révolution de Juillet – Soulèvement populaire, aboutissant, à changement, de régime politique, de dynastie régnante, France, 19e s.

TROIS VILLES, LES – Lourdes / Rome / Paris – Œuvre littéraire, trois tomes, France, 19e s.

TROISIÈME CYCLE UNIVERSITAIRE / d’études supérieures – Mba, Doctorat, diplômes, de Grandes écoles, d’écoles supérieures…, bac +6 & plus, système éducatif européen, LMD, France.

TROISIÈME RÉPUBLIQUE FRANÇAISERégime politique parlementaire, France, 19e/20e s.

TROMPETTES DE JÉRICHOMétaphore, référence biblique, symbole, d’espérance, Moyen-Orient, Antiquité.

TROUBLE-S BIPOLAIRE-S / maniaco-dépressif-s – Psychopathologie alternative, de l’humeur.

TROUBLE-S PANIQUE-SPathologie anxieuse, par crises, d’affolement, régulières, aiguës, peur, des conséquences, inquiétudes, d’attaques réitérées, anticipatoires.

TROUBLE-S / TROUBLANT / TROUBLÉ – Émotion & ébranlement, désordre & crise, désarroi & perturbation / relevant, du trouble.

TRUFFAUT, F.Réalisateur, de cinéma, France, 20e s.

TSUNAMI-S / Raz, de marée – Vague océanique, de grande ampleur, suscitée, par un choc tellurique : séisme, éruption sous-marine, glissement.

TUTORAT SCOLAIRESuivi éducatif individualisé, des élèves, du secondaire, en difficulté, en sus, des cours, au sein, des établissements, d’enseignement, France.

TUTORAT-S / TUTORAL / TUTORÉ – Suivi individualisé, de jeunes, en difficulté / relevant, du tutorat.

TWITTER / Réseau social électronique – Messagerie interactive, de communications, en ligne, microblogs, d’échanges brefs instantanés, sur Internet & par Sms, dits, tweets, États-Unis, monde.

 

 

___________ U

 

ULTRAMONTAIN-S – Tenant, de l’ultramontanisme temporel, spirituel : universalisme ecclésial catholique, du Saint-Siège, France, 16e-19e s.

ULTRAMONTANISME / ULTRAMONTAIN – Primauté universaliste spirituelle, de la papauté, sur le pouvoir politique & l’Église nationale, face, au gallicanisme autonomiste, France, 16e-19e s. / relevant, de l’ultramontanisme.

UNICEF FRANCE / Fonds des Nations Unies, pour l’Enfance – l’Adolescence – Agence mondiale, de défense, des intérêts, des mineurs : étude sociologique, France, 21e s.

UNICITÉ : HUMAINE / UNIQUE – Singularité, prééminence, spécificité, des humains / relevant, de l’unicité.

UNILATÉRALISME / UNILATÉRALISTE / UNILATÉRAL – Arbitraire, partialité, positions léonines / relevant, de l’unilatéralisme, l’unilatéralité.

UNION EUROPÉENNEAlliance politico-économique, d’États européens, déférant, par traité, des attributs, à des entités communes.

UNITÉ-S / UNI – Solidarité, homogénéité, rassemblement / relevant, de l’unité.

UNIVERS / UNIVERSEL – Cosmos, monde & humanité, milieu spécifique / lié, à l’univers.

UNIVERS SOCIAL DES ADOLESCENTS, L’Livre de sociologie, Canada, 21e s.

UNIVERSALISME / UNIVERSALISTE – Vision, idéal, doctrine, à objectifs « consensuels », s’adressant, à tous, en l’intérêt général / relevant, de l’universalisme.

UNIVERSALITÉ-S / UNIVERSEL – Généralité, totalité, globalité : qui concerne, tous les humains, les sujets, les conceptions / relevant, de l’universalité.

UNIVERSAUXEn métaphysique, concepts globaux, communs, à l’ensemble, de l’humanité, aux choses, aux occurrences particulières.

UNIVERSIADECompétition internationale universitaire, multisports, de jeunesse, monde, dep., le 20e s.

UNIVERSITÉ DE PARISEx-établissement, d’enseignement supérieur universitaire, parisien, unifié, corporatif, puis, public, France, 12e-18e s., puis, 19e/20e s. Également, entité issue, de la fusion, de deux universités parisiennes, 21e s.

UNIVERSITÉ-S TECHNOLOGIQUE-SÉtablissements publics, d’enseignements supérieurs universitaires, de technologie, France.

UNIVERSITÉ-S / UNIVERSITAIRE – Établissements publics, comme, privés, d’enseignements supérieurs, de recherche, de publications & conservation scientifiques, notamment, France / relevant, de l’université.

URBI ET ORBI / À la Ville de Rome et, au Monde, proclamations – Adresses solennelles publiques, des Souverains pontifes, dites : À Rome et, à l’Univers entier, Vatican.

URGENCE-S CAPITALE-S – Ce qui présente, un caractère, fondamentalement, impérieux, pressé, pressant, typologie sociologique.

URGENCE-S IMPORTANTE-S – Ce qui présente, un caractère, essentiellement, impérieux, pressé, pressant, typologie sociologique.

URGENCE-S PRIORITAIRE-S – Ce qui présente, un caractère, de « primauté » impérieuse, pressée, pressante, typologie sociologique.

URGENCE-S SECONDAIRE-S – Ce qui présente, un caractère, accessoirement, impérieux, pressé, pressant, typologie sociologique.

URGENCE-S / URGENT – Ce qui présente, un caractère impérieux, pressé, pressant / relevant, de l’urgence.

UTILITARISME / UTILITARISTE – Matérialisme, survalorisation, de l’utile, optimisation, du bien-être, pour tous / relevant, de l’utilitarisme.

UTILITÉ-S : personnelles-s & sociale-s / UTILE – Avantages, services, « commodités », fonctionnels, répondant, à des besoins / relevant, de l’utilité.

UTOŒuvre, de littérature & personnage, de fiction littéraire, Italie, 20e s.

UTOPIE-S / UTOPIQUE – Illusion, chimère, rêve idéalisés, de plénitude, perfection, d’harmonie / relevant, de l’utopie.

UTOPISME / UTOPISTE – Évasions illusoires, chimériques, oniriques, de plénitude, perfection, d’harmonie idéalisées, par fantasmagories inaccessibles / relevant, tenant, de l’utopisme.

 

 

___________ V

 

VACANCES / VACANCIER-S – Temps, de congé, repos, d’interruption, d’activités / en vacances.

VACUITÉ : morale / VACUITAIRE – Vacance, inconsistance, néant, axiologiques, spirituels, de l’esprit & la conscience éthique / relevant, de la vacuité.

VAILLANCE / VAILLANT – Courage, audace & bravoure, force morale & stoïcisme / relevant, de la vaillance.

VALADE, C. – Journaliste, France, 20e/21e s.

VALÉRY, P.Écrivain littéraire, poète, philosophe, France, 19e/20e s.

VALEUR, MISE EN & VALORISATION / VALORISANT / VALORISÉ – Mise, en évidence & en exergue, en avantage & sous, un jour favorable, fait, de rendre, plus important & visible / lié, à la valorisation.

VALEUR-S AJOUTÉE-S – Avantages, originalité, progrès, différentiels spécifiques, apportés, par une personne, une entité, comparativement, à d’autres & à la créativité, d’autrui.

VALEUR-S ÉDUCATIVE-S – Idéaux, principes, objectifs, éthiques, pédagogiques, intellectuels, en matière, de formation, d’instruction, d’accomplissement, de soi, de la jeunesse.

VALEUR-S MORALE-SIdéaux, principes, objectifs, axiologiques, spirituels, de l’esprit & la conscience éthique.

VALEUR-S SPIRITUELLE-S – Idéaux, principes, objectifs, moraux, de l’esprit & immatériels, mystiques & religieux.

VALEUR-S / VALEUREUX / VALORISANT / VALORISÉ – Idéaux, principes, objectifs moraux, spirituels, culturels, motivant, les êtres humains, en éthique, guidance, ontologie, axiologiques existentielles / relevant, des valeurs.

VALEURS DE BASE, DE LA PERSONNE, LES – Article philosophique, de publication écrite, de sociologie, France, 21e s.

VALEURS DE L’ÉDUCATION, LESLivre, de philosophie éducative, France, 20e s.

VALLADOLID, CONTROVERSE DE (LA)Débat théologique doctrinal, au sujet, de la conquête, du Nouveau Monde, Espagne, 16e s. & Œuvre, de littérature historique, France, 20e s.

VALLÉE DES ROISSites archéologiques antiques, d’hypogées pharaoniques, Égypte, 16e- 11e s. av. J.-C.

VALOISDynastie royale capétienne, régnante, France, 14e-16e s.

VANITÉ-S / VANITEUX – Orgueil & suffisance, fatuité & prétention, vacuité morale & futilité / relevant, de la vanité.

VARIÉTÉ, I à VŒuvre, de réflexion morale & philosophique, France, 20e s.

VATICAN, État de la Cité du – Entité territoriale géographique, temporelle, du Saint-Siège & de l’Église catholique romaine, Europe.

VATICINATION-S / VATICINATEUR – Imagination, prédiction, prophétie & oracle / relevant, tenant, de la vaticination.

VÉGÈCEÉcrivain littéraire, Rome, 4e/5e s.

VÉGÉTARISME / VÉGÉTARIEN-S – Mode alimentaire, excluant, la nutrition carnée, le poisson / relevant, tenant, du végétarisme.

VELLÉITÉ-S / VELLÉITAIRE – Intention, désir & envie, volonté, de principe & souhait / relevant, de la velléité.

VENTURA, R.Compositeur, chef d’orchestre, France, 20e s.

VÊPRESOffice liturgique chrétien, de fin, de journée & du soir.

VERBAL – Expression, orale & parlée, vocale & sonore, concernant, la parole & le langage / relevant, du verbe.

VERBALISATION-S / VERBALISATEUR / VERBALISÉ – Expression orale, vocale, sonore, par mots, parole, langage / relevant, de la verbalisation.

VERBE / VERBAL – Expression, de la pensée, en mots : parole, langage, propos / relevant, du verbe.

VÉRITÉ RÉVÉLÉE & RÉVÉLATIONEn foi monothéiste, acte, par lequel, Dieu, transmet, aux humains, son dessein salutaire, se fait connaître, d’eux / compréhension divine.

VÉRITÉ-S / VRAI – Réalité, bien-fondé, authenticité / relevant, de la vérité.

VERNER, M. – Jeune homme politique, entrepreneur, France, 20e/21e s.

VERSATILITÉ / VERSATILE – Inconstance & irrésolution, indécision & incertitude, instabilité / relevant, de la versatilité.

VERTICALITÉ-S : d’autorité & sociale-s / VERTICAL – Conception sociétale, de management, relationnelle, hiérarchisée & rigide : de subordination, dépendance, conditionnement / relevant, de la verticalité.

VERTU-S / VERTUEUX – Mérite, qualité, moralité & sagesse / relevant, de la vertu.

VÉSUVE Volcan, à l’origine, de la destruction, de cités antiques, conservées, de nos jours, de ce fait, Empire romain, 1er s.

VÊTEMENT-S / VÊTU – Habit, tenue & mise, habillement / habillé.

VIAN, B.Écrivain littéraire, poète, musicien, France, 20e s.

VIATIQUE-S – Soutien & secours, provisions, extrême-onction / métaphore.

VICE-S / VICIEUX / VICIÉ – Corruption & défaillance, perversion & immoralité, faiblesse & déchéance / relevant, du vice.

VICTIME-S EXPIATOIRE-S – Personne, qui subit, un aléa, de l’adversité existentielle humaine, pour les autres, à leur place, en optique, d’exemplarité rédemptrice, transcendante, de salut.

VICTIMISATION-S / VICTIMISÉ / VICTIMISTE – Fait, de parer, une personne, du statut, de sujet, à plaindre, subissant, un sort & préjudice, défavorable, injuste, funeste / lié, à la victimisation.

VICTOIRE-DOTATION – Réussite, conquête, consécration – attribut, gratification, ressource.

VIDÉO-S – Enregistrement, transmission, diffusion audiovisuels, d’images animées, de sons.

VIE ACTIVE / PROFESSIONNELLE – Emploi, carrière, « parcours », de métier, de travail, de responsabilités rémunérées.

VIE EST BELLE, LAComédie dramatique cinématographique, Italie, 20e s.

VIE ÉTERNELLEDogme religieux monothéiste, notamment, chrétien, selon, lequel, l’être humain survit, post-mortem, le corps terrestre, disparaissant, l’âme spirituelle, subsistant.

VIE RÉUSSIE, POUR CHAQUE JEUNE, UNELivre de sociologie, France, 21e s.

VIE SOCIALE – Existence relationnelle collective, en société, communauté, groupe humain.

VIE-S / VIVANT-S / VITAL – Existence, « destin & destinée », condition, humains, terrestres, biologiques, de la naissance, au trépas / en vie / relevant, de la vie.

VILAIN PETIT CANARD, Syndrome, du – Phénomène, de rejet, d’exclusion, de discrimination & d’ostracisme, par préjugé, d’intolérance, à l’égard, des différences minoritaires, marginalisées.

VILLAGE GAULOISMétaphore : à l’instar, du « village, d’Astérix et Obélix », syndrome, de méfiance française, à l’égard, de l’étranger, repli, sur soi, défense, contre, les influences externes.

VINDICTE-S / VINDICATIF – Dénonciation & poursuite publiques, condamnation, punition, de forfaits criminels / relevant, de la vindicte.

VIOLENCE-S SCOLAIRE-SAgression, contrainte, brutalité, exercées, au cours, des études, dans les établissements d’enseignement, contre les biens, les personnes.

VIOLENCE-S / VIOLENT – Brutalité & agression, contrainte & force, brutalité & sévices / relevant, de la violence.

VIRGILEP. V. Maro, poète, Rome, 1er s. av. J.-C.

VIRILITÉ / VIRIL – Masculinité, énergie & fermeté, courage & puissance / relevant, de la virilité.

VIRTUALITÉ / VIRTUEL – Potentialité, théorie, abstraction / relevant, de la virtualité.

VISION – Sens, de la vue, perception oculaire, faculté, de voir, avec les yeux.

VISIONNAIRE-S – Personne inspirée & imaginative, clairvoyante & intuitive, de l’avenir, apte, à l’anticipation / relevant, de la clairvoyance, l’inspiration, la prospective.

VISUALISATION-S : MENTALE-S / MULTISENSORIELLE-S / VISUALISÉ – Représentation cérébrale conçue, mémorisée, imaginée, d’un objet, un concept & une idée, une réalité / lié, à la visualisation.

VITAMINE-S / VITAMINIQUE / VITAMINÉ – Substance organique azotée, fort nécessaire, à l’organisme humain / relevant, contenant, des vitamines.

VITESSE-S / VITE – Rapidité, vélocité, célérité & diligence / rapidement.

VIVALDI, A.Compositeur, États italiens, 17e/18e s.

VIVE LES 11-25Livre de sociologie, France, 21e s.

VIVRE / VÉCU – Être, existence, destinée / vie, parcours humain, ce qui a été expérimenté.

VOCATION-S / VOCATIONNEL – Inclination, penchant, goût & passion / relevant, de la vocation.

VOGT-ROBERTS, J.Réalisateur, de cinéma, États-Unis, 20e/21e s.

VOITURE-S – Automobile, véhicule motorisé, moyen, de transport, à quatre roues.

VOLITION-S / VOLITIF – Acte, détermination, manifestation, de volonté / relevant, de la volition, la volonté.

VOLONTARISME / VOLONTARISTE – Primat, de la volonté cognitive, émotionnelle, en actes, sur le cours, des événements, la raison, les contraintes / relevant, du volontarisme.

VOLONTÉ-S : individuelle-s & personnelle-s / VOLONTAIRE – Volition : détermination & résolution, obstination & ténacité, désir & dessein / relevant, de la volonté.

VOLTAIREF.-M. Arouet, philosophe, écrivain littéraire, France, 17e/18e s.

VOS ENFANTS NE M’INTÉRESSENT PLUSOuvrage, de sociologie de l’éducation, France, 20e s.

VOTRE ADOLivre de santé, France, 21e s.

VOULEZ-VOUS VRAIMENT DES ENFANTS IDIOTS ?Livre, de sociologie éducative, France, 20e s.

VOX POPULI, VOX DEI / La voix du peuple, est celle de Dieu – Adage : l’avis populaire est décisif, en la détermination, de la sainteté chrétienne, Europe, Moyen Âge.

VOYAGE-S SCOLAIRE-S – Déplacement, périple, trajet, à visée culturelle, pédagogique, d’échanges, au cours, des cursus, d’études académiques.

VOYAGE-S / VOYAGEUR-S – Déplacement, périple, trajet / en déplacement.

VUILLE, P. – Psychiatre, psychothérapeute, France, 20e/21e s.

VULNÉRABILITÉ / VULNÉRABLE – Fragilité & faiblesse, sensibilité, réceptivité & perméabilité, aux attaques / relevant, de la vulnérabilité.

 

 

___________ W

 

WATERLOO, BATAILLE DECombats militaires, Pays-Bas & actuelle Belgique, 19e s.

WEBJOURNAL-AUX / Journal-aux Internet / WEBJOURNALISME / WEBJOURNALISTIQUE – Médias, d’information classiques & seulement, numériques, diffusés, sur Internet / relevant, des webjournaux, du webjournalisme.

WEBRADIO-S / Radio-s Internet / WEBRADIOPHONIQUE – Média radiophonique, d’information, de divertissement, diffusés, sur Internet / relevant, des webradios.

WEBTÉLÉVISION-S / Télévision-s Internet / WEBTÉLÉVISUEL – Média télévisuel, d’information, comme, de divertissement, diffusé, sur Internet / relevant, des webtélévisions.

WIFI / Communications informatiques, sans fils – Relations, par ondes radio, de postes informatiques, en réseau, pour échanges, de données, entre eux.

WIKIPÉDIA / Encyclopédie universelle, en ligne – Site Internet encyclopédique, multilingue participatif, de libre rédaction, par tout internaute, États-Unis, monde.

WILDE, O.Écrivain littéraire, Irlande, 19e s.

WILL HUNTING, Good Will Hunting / Le Destin de W. Hunting – Drame cinématographique, États-Unis, 20e s.

WWW.COLLEGEDESBERNARDINS.FRSite Internet culturel, spirituel, France.

WWW.FACEBOOK.COM/LOVINFUN – Site Internet, de réseau social, en ligne, d’une émission radiophonique jeunesse, France.

WWW.FORUMDESADOS.NET / ADOASIS.NET – Site Internet jeune, d’expression, d’échanges, d’information adojuvéniles, France.

 

 

___________ Y

 

YIDDISHLangue germanique, des communautés juives ashkénazes, d’Europe / relatif, à cette langue.

YORKDynastie royale, régnante, opposée, à celle, de Lancastre, Royaume d’Angleterre, 14e/15e s.

YOUSAFZAI, M.Adolescente, prix Nobel de la Paix, militante, pour l’éducation, Pakistan, Royaume-Uni, 20e/21e s.

YOUTUBESite Internet, d’hébergement, de vidéos, d’envois, de visionnages & partages audiovisuels, États-Unis, monde.

YOUTUBEUR-S – Vidéaste Internet, sur la chaîne vidéo YouTube – Usager, de YouTube.

YPRES, Première Bataille, d’ – Combats militaires, de la première année, du Premier Conflit mondial, Belgique, 20e s.

 

 

___________ Z

 

ZAPPING-S / ZAPPÉ – Fait, de passer, sans cesse, d’une chose, à une autre / métaphore, tendance, de la jeune génération actuelle, dite, Z, à une certaine « inconstance » / relevant, du zapping.

ZAZZO, B.Psychologue, France, 20e/21e s.

ZENPhilosophie bouddhique japonaise, sérénité ataraxique, méditation, d’équanimité.

ZOLA, É.Écrivain littéraire, France, 19e/20e s.

ZYGOMATIQUE-S – Muscles & os, de la pommette, apophyse, muscles agissant, dans la fonction, du sourire & rire.

 

 

TABLE DES MATIÈRES

 

 

(ANDRO)ADOJEUNOLOGIE®

 

Relever, le défi Jeunes !

 

 

Tome II

 

ADOLOGIE, D’ « OPTIMISATION, DU POTENTIEL » JUNIOR MÂLE

 

Coaching de Vie, d’Andro-AdoJeunoConseil®

 

 

SOMMAIRE

Tome II – V. 1

 

 

PRÉAMBULE

 

 

Volume II-1

 

L’alternative andro-adoJeunologique

Face, aux « enjeux », du jeune homme

 

 

1

LES « BASES »

 

Public, nature, impact supportif, du coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®

 

 

Une résolutive relation d’aide, pour les seuls, adoJeunes masculins

 

Graduelle progression androJeunologique, des quinze – vingt-quatre ans

Autoconditionnement, autosuggestion « porteurs », du garçon junior

Fruits séquentiels, d’un bon coaching de vie, tutoral et d’inflexion, du jeune homme

 

 

La « stratégie andro-adoJeunologique » – Spécificité, méthode, effet

 

« Motivationnelle tactique », d’acceptation / engagement, pour l’ado mâle

Protocole, « feuille de route », très mobilisateurs, du coaching de vie d’andro-adologie

Re/structurante pédagogie – Mutation, maîtrise, maturité androJuvéniles

 

 

Un volontariste résultat intégratif, holistique, pour l’androJeunesse

 

Andro-AdoJeunologie®, d’optimisme salvateur, pour nouvelle génération masculine « décidée »

Parfaire, autodiscipline de vie, emploi du temps, scolarité, de l’androJunior

Profitables refontes, de l’andro-adoCoaching de vie – Études, affectivités, challenges

 

2

L’ « AVANCÉE »

 

Apports, de la médiation andro-adoJeunologique

 

 

L’idoine « percée » déterminante, de la jeunologie andro

 

« Élargir, adapter », le rôle, des thérapies psy, pour nombre, d’androJeunes

« Aménager », les coaching, orientation, soutien scolaires androJuvéniles

Andro-AdoJeunoConseil®, andro-adoJeunologue®, andro-adoJeunologué – « Clé libératrice »

 

 

Hardiment, créditer, « ré/enchanter », notre (andro)Jeunesse

 

Pour une (andro)Néogénération, de France, aussi vive, que celle, du monde

Provoquer, un sursaut français, en l’acceptation (andro)Jeunologique

Nouer, un « lien didactique pacifié », entre (andro)Jeunes / enseignants

 

 

La triple contribution intello-disciplinaire, de l’andro-adoCoaching de vie

 

Psychosociologie andro-adoJuvénile – « Recomposition » bénéfique

Sciences de l’éducation, des androJuniors – « Incisifs » apprentissages

Anthropophilosophie, culturalisme – « Combats », de l’andro-adologie

 

 

3

UNE « RÉPONSE »

 

Appréhender, réalités, besoins, attentes andro-néogénérationnels

 

 

Prendre, en considération, l’unicité, de l’adoJeunesse mâle

 

Libérer, la parole médiatique, de l'(andro)Junior – Conjoncture / structure

Satisfaire, les impératifs d’androJeunoCoaching de vie – Standards, de Fize, Maslow

Porter, les ambitions, de l’androJeune Y / Z, classe d’âge, à part entière

 

 

L’Andro-AdoJeunoConseil® – « Ranimer, l’énergie, doper, les aptitudes », apaiser

 

Gagner, densifier, son temps, pour l’ « excellence », à l’andro-adolescence

Améliorer, capacités, compétences, performances, des jeunes hommes

Profiter, des lois d’andro-adoCoaching de vie, de santé, prospérité, joie de vivre

 

 

Réaliser, « à tout prix », le dessein d’adultisme, par l’andro-adoJeunoCoaching de vie

 

Maturité, autonomie, responsabilité – Appuyer, la volonté androJuvénile

Étendre, les rôles, qualités, savoir-faire illimités, de la jeunesse masculine

Attiser, par l’Andro-AdoJeunologie®, rayonnement, altruisme, ouverture

 

 

4

LES « CATALYSEURS »

 

Mutatif coaching de vie psychoéducatif, des jeunes hommes

 

 

L’accompagnement androJeunologique, en développement personnel

 

Névralgique éclairage, d’andro-adoCoaching de vie – Éveiller, expliquer, empreindre

Outil, à l’unisson, de l’adolescent mâle – Comprendre, consolider, résoudre

Congruent regard, sur l’androJuvénilité – Encourager, soutenir, valoriser

 

 

Le préceptorat, de vie / réalisation, de soi, de l’Andro-AdoJeunoConseil®

 

Faire prendre conscience, des atouts androJuvéniles, en soi, par soi-même

Conduire, le garçon adoJunior, à cultiver, tous ses talents, donner, « le meilleur, de lui-même »

AndroJeunoCoacher, à « savoir triompher », de toute occurrence traversée

 

 

L’andro-adologique « guidance directionnelle », éducation-jeunesse

 

Apprendre, au jeunAdo masculin, à s’organiser, pour renforcer, ses études

Coacher, l’androJunior, à définir, son aiguillage académique, de métier

Éducative priorité andro-adoJeunologique, d’adultisation, de la nouvelle génération mâle

 

 

5

DES OUTILS, POUR « MIEUX VIVRE »

 

Appui, balisage, entraînement androJeunologiques

 

 

Coacher, le garçon adolescent, à « assumer », écueils, issues, applications

 

Identifier, les « dé/verrouillages », les plus cruciaux, de son androJeunesse

Définir, les solutions andro-adoJeunologiques, les mieux « ad hoc »

Asseoir, son « projet, de vie », ordonnancer, son existence, d’ado mâle

 

 

Une nouvelle génération masculine, appelée, à « s’autocontrôler »

 

« Instiller », quiétude, sentiment, de dignité, par l’andro-adoJeunoCoaching de vie

Entretenir, la vaillance, du jeune homme, en plein esprit antistress

Rester, en bonne « communion », communication, avec l’androJunior

 

 

L’andro-adologie – « Agir, à bon escient, faire, son possible », progresser

 

Affermir, les néogénérationnelles force mentale, maîtrise, de soi mâles

« Planifier, le changement », en andro-adoCoaching de vie – Rigueur, systématisation

Concrétiser, le passage, à l’action, jusqu’à, la victoire andro-adoJuvénile

 

 

Notes

 

Lexique

 

Table des matières

 

 

Yves REMY, Dr

 

Andro-AdoJeunologue®

Docteur des Universités

 

 

(ANDRO)ADOJEUNOLOGIE®

 

Relever, le défi Jeunes !

 

 

Ce livre est une introduction, inédite et novatrice, aux sciences et, au coaching de vie / conseil personnel, de l’(andro)adoJeunesse et, andro-adoJeunologiques.

En une large vision optimale : globale, transversale et, pluridisciplinaire.

 

L’ouvrage présente, l’essentiel, des particularités, de l'(andro)Juvénilité. Les outils, de pointe, d’appréhension et, de mentorat, des jeunes hommes.

L’(Andro)AdoJeunologie®, étude et, assistance maximale, des 15-24 ans. Spécialement, garçons. Balisage, tutorat, coaching / conseil de vie, en « réalisation, de soi », pour mener, le junior mâle, à « mieux diriger, son existence ».

 

Ce traité analyse, la néogénération, en ce qu’elle est. Il décrit, les meilleurs et, plus appropriés procédés, pour la soutenir, les issues, à ses aléas, attentes, réalités, besoins spécifiques.

 

En théorie abstraite réflexive : (Andro)AdoJeunoScience® et, pratique concrète, de terrain : Andro-AdoJeunoConseil®.

Protocoles in vitro et, in vivo, d’avant-garde. Plus particulièrement, concernant, l’adoJeunesse masculine.

 

 

En deux tomes doubles, soit, quatre volumes, d’Andro-AdoJeunologie®.

 

 

Tome I

Réflexion de Vie d'(Andro)AdoJeunoScience®

 

Données anthropologiques, d’ensemble, de recherche, sur la génération préadulte. Les adoJeunes, de 13-24 ans.

 

Tome II

Coaching de Vie d’Andro-AdoJeunoConseil®

 

Moyens, d’accomplissement, de soi, androJuvénile. Compréhension et, coaching / conseil de vie particuliers, du junior masculin.

 

 

Tome I / Volume I-1

« Essence » individuelle, du jeune

 

Santé, psychisme, affectivité, sociabilité, ethno-économie.

 

Tome I / Volume I-2

« Insertion » sociale, de la jeunesse

 

États philo-historiques, formation / emploi, récréativité, valeurs, droit-s.

 

 

Tome II / Volume II-1

« Solutions » andro-adoJeunologiques

 

Fondements, apport, réponse, nature, leviers, d’intervention.

 

Tome II / Volume II-2

« Effets », de l’Andro-AdoJeunoConseil®

 

Performance, adaptation, résultats, principes, plénitude, d’action.

 

 

Yves REMY, Dr est consultant institutionnel & politique, pour les questions d’Éducation et de Jeunesse.

Coach / conseiller de vie, en matière, de développement individuel, des garçons, de 15-24 ans. Expert, en Andro-AdoJeunologie® : problématiques et, thématiques adoJuvéniles masculines.

 

Docteur des Universités, en Sciences humaines et sociales. (PsychoSociologie adoJuvénile), Paris. Certifié Acec / Coaching personnel. (Adolescents / jeunes), Paris. Coach / conseiller de vie andro-adoJeunologue®.

Concepteur et, théoricien-praticien, de l’Andro-AdoJeunologie®, investigations et, relation d’aide holistiques, concernant, les juniors mâles.

 

Approche cognitive, émotionnelle, comportementale, des vécus et, difficultés sui generis, des garçons adoJeunes. Notamment, du déficit, de confiance, en soi.

Socialisation, gestion, du stress, motivation, affirmation, de soi, optimisation, de potentiels androJuvéniles…

 

Yves REMY, Dr a créé, à Paris, le premier et, unique cabinet privé, ad hoc, spécialisé, en France. De coaching / conseil de vie andro-adoJeunologique, personnel et intégral, des seuls 15-24 ans masculins, à titre exclusif. Comme, de consulting, institutionnel & politique, Éducation-Jeunesse.

 

 

Yves REMY, Dr

 

Andro-AdoJeunologue®

Docteur des Universités

 

 

(ANDRO)ADOJEUNOLOGIE®

 

Relever, le défi Jeunes !

 

 

Tome II

 

ADOLOGIE, D’ « OPTIMISATION, DU POTENTIEL » JUNIOR MÂLE

 

Coaching de Vie, d’Andro-AdoJeunoConseil®

 

 

Volume II-2

 

L’Andro-AdoJeunoConseil®

« Un junior masculin, qui va au bout, de lui-même »

 

 

Yves REMY, Dr © 2019 

Protection copyright SGDLDépôt légal BNF

 

 

SOMMAIRE

Tome II – V. 2

 

 

6

UNE PERFORMANTE APPROCHE, INNOVANTE

 

Aider, le garçon adolescent, à « se dépasser »

 

Le « double intérêt », de l’andro-adologie – Coaching de vie / science, de l’androJeunesse

Un dispositif, neuro-affectivo-béhavioriste, bienveillant, productif

Une « tonique procédure » – Écrite, directive, interactive, structurée

 

 

7

« S’ADAPTER », POUR RÉUSSIR

 

Andro-adologiques, équilibre, aplomb, activation

 

L’épanouissement adolescent masculin – Pensées, émotions, actes

L’assurance, du garçon junior – Estime, confiance, affirmation, de soi

La motivation androJeunologique – Buts, conviction, moyens, ténacité

 

 

8

LE « DÉNOUEMENT »

 

Témoignages / Cas concluants, de coachings de vie andro-adologiques

 

L’expression significative, d’androJeunoCoachés « revigorés »

La probante illustration, d’andro-adoJeunologués, « en progrès »

Les enseignements « parlants », d’andro-adoJeunologies® réussies

 

 

9

LES IDÉAUX

 

« Fondamentaux », d’Andro-AdoJeunologie®, acquis, par le junior masculin

 

Bâtir, ontologie, « philosophie, de vie », espérance, du jeune homme

L’ancrage, d’une « transcendance » andro-néogénérationnelle

Une appropriation, de « solides repères », en andro-adoJeunoCoaching de vie

 

 

10

UNE PLÉNITUDE INTÉRIEURE

 

« Décupler, les ressources androJuvéniles »

 

Préparer, la néogénération masculine, à la « compétition », de la vie

Accueillir, l’androJeunesse, en toutes, ses « capitales dimensions »

Un andro-adoJeunoCoaching de vie, d’ « affranchissement » favorable

 

 

TROIS CENTS MESURES D'(ANDRO)ADOJEUNOLOGIE®

 

Oser, le pari Juniors !

 

 

ÉPILOGUE

 

« JeunAdolescences revivifiées »

 

 

Remerciements

 

Postface

 

Sources / Bibliographie

 

Notes

 

Lexique

 

Table des matières

 

 

 II-2

 

L’ANDRO-ADOJEUNOCONSEIL®

UN JUNIOR MASCULIN

« QUI VA AU BOUT, DE LUI-MÊME »

 

 

La jeunesse, est le sourire, de l’avenir
Devant, un inconnu, qui est, lui-même

 

V. Hugo

Écrivain, France, 1802-1885

 

Les Misérables

Œuvre littéraire, sociophilosophique historique, France, 1862

 

 

Être jeune, c’est être spontané, rester proche, des sources, de la vie
Pouvoir, se dresser, secouer, les chaînes, d’une civilisation périmée
Oser, ce que d’autres, n’ont pas eu, le courage, d’entreprendre

 

T. Mann

Écrivain, Allemagne, 1875-1955

 

Le Docteur Faustus

Œuvre littéraire biographique, Allemagne, 1947

 

 

La finalité première, du coaching de vie androJeunologique, est d’aider, les juniors masculins, à « se dépasser ». Cela, consiste, aussi, à s’adapter, pour réussir, par l’équilibre, l’aplomb, l’activation. Les résultats, du travail andro-adoJeunologique, sont parfaitement, illustrés, par des exemples, de cas concrets, témoignages, délivrés, par de jeunes andro-adoJeunoCoachés, eux-mêmes. De façon, des plus « concluantes ». Les fondamentaux, de l’Andro-AdoJeunologie®, ne peuvent reposer, que sur des « idéaux intangibles », indiscutables. Une réelle plénitude intérieure, un net décuplement, des ressources juvéniles, sont gages, de félicité, rassurante et bienfaisante. Pour une adojeunesse inquiète, à juste titre, de lendemains, « de moins en moins, prometteurs, mais, de plus en plus, désenchantés »647.

 

__________________________________

Jeunes et, adultes, ont du mal, à se comprendre et, s’entendre, car ils « fonctionnent », de façon, fort dissemblable. Plus antagonique, antinomique, que complémentaire et, conciliable. Les garçons  juniors sollicitent, avant tout, leurs émotions et, le siège neuronal, correspondant, qui en est, le cerveau, dit, limbique, plus précisément, l’amygdale. Quand, les adultes font, surtout, appel, à la logique et, à la raison, donc, à la zone, du cerveau, concernée, soit, le néocortex préfrontal. D’où, les fort nombreux malentendus, conflits, entre aînés et, cadets. Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunologie® en fait, le très fréquent constat. Il y a souvent, entre parents et, adojeunes, interprétations, analyses et, conclusions, différentes, voire, opposées, d’un même fait.

 

D’où, conciliation, des points de vue, en médiation. La nouvelle génération devient, de plus en plus, « jeunesse virtuelle, numérisée ». Ce qui creuse, encore, un peu plus, le fossé culturel 2.0, avec, des « anciens », bien « dépassés » et, fort démunis. Les adultes dépendent, aussi, des juniors. Qu’ils n’oublient jamais, qu’ « On a souvent, besoin, d’un plus petit, que soi ». (J. de La Fontaine, poète, France, 1621-1695, Le Lion et le Rat, fable 11, livre II, premier recueil, œuvre littéraire, de morale allégorique, France, 1668). Quoi, qu’il en soit, les jeunes hommes sont lucides, conscients, de leur « étisie morale et, sociétale », qui les discrimine, fort. En « un monde, de paltoquets, de cuistres et, de tristes sires », qui ne les fait pas grandir !

 

__________________________________

 

 

6

 

UNE PERFORMANTE APPROCHE INNOVANTE

 

Aider, le garçon adolescent

à se dépasser

 

 

Il faut, redonner confiance, à la jeunesse !

 

V. Pécresse

Ministre, de l’Enseignement Supérieur, France, 2007-2011

 

Déclaration, de prise de fonction

Intervention publique, France, 2007

 

 

Jeunesse, ne vient pas, au monde
Elle est, constamment, de ce monde

 

P. Éluard

Poète, France, 1895-1952

 

 

Il y a, une double composante andro-adoJeunologique, idoine : coaching / conseil de vie et, « science de la jeunesse », notamment, masculine. L’Andro-AdoJeunoConseil® est de nature, neuro-affectivo-béhavioriste, bienveillante, productive. La procédure opératoire andro-adoJeunologique, est tonique : écrite, directive, interactive, structurée.

 

__________________________________

Sami, quatorze ans, issu, de l’immigration, orphelin, de père, vit, en une cité, fort modeste, de province. Sa mère doit partir, travailler, « en mer ». Sami doit, alors, quitter, son univers familier, ses amis, pour s’installer, à l’hôtel particulier, de sa tante maternelle, mariée, à un aristocrate divorcé. Lequel, a deux enfants adolescents, de son précédent mariage, cousins, par alliance, de Sami. Qui changera, de vie, demeurant, désormais, en la très chic ville, de Neuilly-sur-Seine. Il intègre, un collège privé, non moins, sélect. Son cousin, Charles, le traite, de haut, or, le reste, de la famille, l’apprécie. Il devient, le « bouc émissaire », de certains garçons, de sa classe, pour ses origines défavorisées. Il se fait attaquer, par les voyous, d’une cité voisine. À force, de charisme, d’ingéniosité, de volonté, qualités, il « retourne », la situation, à son profit. L’emporte, sur ses tourmenteurs, devient, fort populaire, sortira même, avec, la plus jolie fille, du collège ! Étonnante, adaptabilité adojuvénile, qui parvient, tant, à si bien, tirer profit, des pires adversités !

 

Plus encore, que l’adultisme, la jeunesse, a cette « spécificité remarquable », de ne jamais, s’avouer, vaincue. De toujours, « repartir, à l’abordage, jusqu’à, la victoire finale », ce qui arrive, très généralement. En néogénérationnelle quête, de dépassement, de soi. (Neuilly sa mère !, comédie de cinéma, du réalisateur français, G. Julien-Laferrière, France, 2009)648. Ainsi, tout petit, Jean-Philippe, est-il, avec sa mère, abandonné, par son père. Des décennies, plus tard, il écrira, au sujet, de son ascendant : « Il a fait, de moi, un déraciné. Une déchirure, qui me marquera, à vie ». Son père, étant mort, solitaire, dans le dénuement, il sera, la seule personne, à suivre, son corbillard, ce qui le bouleversera. Délaissé, par sa mère, il est élevé, par une tante et, rejeté, comme, « enfant, sans père ». Cela, ne l’empêchera, nullement, de devenir… J. Hallyday (1943-2017) ! Le plus célèbre, chanteur français. En 1960, à dix-sept ans, il est le premier, à populariser, la musique rock, en France. Il devient, « l’idole, des jeunes ». En 1963, à vingt ans, à Paris, place, de la Nation, il enflamme, la jeunesse, en un mémorable concert.

 

__________________________________

 

 

S’il manque, quelque chose, à votre vie
C’est, que vous n’avez pas, regardé, assez haut

 

R. Follereau

Écrivain, journaliste, philanthrope, France, 1903-1977

 

 

LE « DOUBLE INTÉRÊT », DE L’ANDRO-ADOLOGIE

COACHING DE VIE / SCIENCE DE L’ANDROJEUNESSE

 

 

L’Andro-AdoJeunologie® – parentologie est un coaching / conseil de vie, préventif et réparateur, pertinent, auprès, du junior masculin, des ascendants. Pour un « nouveau départ ». L’Andro-AdoJeunoConseil® veut aussi, amplifier, la connaissance scientifique globale, de la néogénération. Il tend, en outre, à maximiser, la créativité naturelle, inhérente, à tout jeunado. Telle est, la voie, à suivre, pour le dynamiser.

 

__________________________________

Le 21 mai 1924, à Chicago, N. Leopold, dix-neuf ans et, R. Loeb, dix-huit ans, enlèvent, assassinent, B. Franks, quatorze ans. Ces deux étudiants, très favorisés, voulaient, une rançon, de leur crime, ils récolteront, l’emprisonnement, à vie. Ils souhaitaient, surtout, « marquer, leur supériorité, de caste, réussir, un crime parfait ». Leur avocat plaidera, le déterminisme. Un quart de siècle, plus tard, A. Hitchcock, (Réalisateur britannique, 1899-1980), s’inspirera, de l’affaire, pour son film dramatique, La Corde. (Thriller policier, États-Unis, 1948)649. Deux étudiants, en droit, des plus privilégiés, de New York, étranglent, l’un, de leurs condisciples, avec une corde. Ils veulent, en cela, suivre, la « théorie », de l’un, de leurs enseignants, qui arroge, aux « êtres supérieurs », le droit, de tuer, les « êtres inférieurs ». Le soir même, de leur forfait, les assassins invitent, à dîner, la famille, de la victime, sa fiancée, le professeur, qui les a inspirés. Sur le lieu même, du crime, le cadavre, étant encore, sur place.

 

Devant, l’attitude, très étrange, des meurtriers, l’enseignant comprend, peu à peu, ce qui s’est passé, « découvre », dénonce, l’assassinat. La table, du dîner, étant, la malle, même, où était caché, le corps ! Quelles, « leçons », retenir, de tout cela ? Tout d’abord, la responsabilité, des enseignants, l’impact, de ce qu’ils délivrent, aux juniors. Par nature, influençables, fragiles, crédules, jusqu’au défi. Ensuite, la forte propension adojuvénile, à l’anticonformisme, la déviance, des normes, admises, comme, au « pari », à la provocation et, au risque. Jusqu’au pire, parfois, de l’étrange, du bizarre et, du morbide malsain, au macabre, le plus pervers. En particulier, chez les jeunes mâles. Puis, les comportements, des juniors, entre eux. Le désir, de domination, des « jeunes coqs », sur d’autres adojeunes, perçus, comme, plus faibles, différents ou, vulnérables. En barbare, « loi, du plus fort ». Aux adultes, à éduquer, leurs enfants, pour, qu’ils se comportent, de façon, « civilisée », sans laxisme, aucun !

 

__________________________________

 

 

Préventive, réparatrice androJeunologie®/parentologie – Nouveau départ

 

Dépasser, est un verbe, du douzième siècle. « Se dépasser » signifie : « faire effort, pour sortir, de soi-même, vers une transcendance ». (Dictionnaire, de la langue française, Robert, France, 2007)650.

 

De fait, l’Andro-AdoJeunologie® aide, le garçon  junior, à s’en tenir, aux « réalités intangibles fondamentales ». En conscience, pleine souveraineté, à l’égard, des faits, comme, des circonstances, extérieurs. Par essence, fort mouvants, révocables. En un objectif, d’efficacité, le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® est un travail, écrit et directif, interactif et structuré. Seul, l’écrit, tant, pour le praticien, que pour le jeune, suivi, permet, de garder, une trace tangible, retravailler, l’ensemble ou, une part, du « protocole ». Seul, lors, de son déroulement, comme, après, son achèvement. La directivité est indispensable, à un âge, où, l’on nécessite, une guidance, fort sûre. L’interactivité correspond, également, au besoin, des juniors, d’échanges réciproques, enrichissants. Les priorités juvéniles, sont passées, en revue, « disséquées », mises, en perspective, pour en déduire, des « leçons », aux fins, de remaniements correctifs, les plus adéquats, adaptés. Un « inventaire » est dressé, du parcours effectué, entre, deux entretiens. Pour souligner, progrès et, blocages.

 

Un « programme prospectif » s’établit, en vue, de la rencontre suivante. Le jeune homme, en coaching de vie, énonce, son « autobiographie », pour mieux, cerner, ses contextes, identité, aspirations. Son suivi prend la forme, de prises de notes, manuscrites. Illustrations, exemples, analyses, sont fournis, par le junior, lui-même, selon, sa propre « expérience, de vie ». Exercices pratiques, d’entraînements, simulations, application, se succèdent. Résolution, réactivité, rayonnement, l’emportent, sur les défaillances, déficiences ou, défectuosités. Le travail écrit sera conservé, par le junior et, son praticien-conseil. Naturellement, secret professionnel, comme, confidentialité, respect, de la personnalité, dignité, des libertés, de l’intimité, du junior, prévalent.

 

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunologie® traite, en préambule, anamnèse, hygiène, auto/discipline, de vie, androJuvéniles : alimentation, sommeil, activité physique, sportive, addictions, organisation, du quotidien. La gestion, de l’emploi, du temps. La méthode, de travail, d’études, l’orientation, des formations, professionnelle. Il agit, sur les cinq leviers, de réussite, de l’adolescent, en matière, d’équilibre, d’assurance et, de motivation. C’est-à-dire, ses réalités cognitives, émotionnelles et, comportementales, projets, savoir-faire, être, créativité, mutations. Les usuels outils andro-adoJeunologiques, d’intervention sont, notamment, l’écoute, le questionnement, le dialogue, le « diagnostic » et, un programme, de suivi. En esprit, d’empathie-compréhension, de compassion-partage, congruence-adéquation, d’harmonie, pleine et entière.

 

__________________________________

R. Schumann, compositeur allemand (1810-1856), produit, son Concerto, pour piano et, orchestre, en la mineur, opus 54, en 1845651. Il s’agit, d’une œuvre musicale romantique, par excellence, en trois mouvements. Le Vaisseau fantôme (1843), de R. Wagner, (Compositeur allemand, 1813-1883), en est, l’une, des sources, d’inspiration. Le profond lyrisme, qui s’en dégage, se rapproche fort, de celui, des concertos, de L. v. Beethoven. (Compositeur allemand, 1770-1827). L’infinie mélancolie lancinante, qui en découle, n’est pas, sans évoquer, les « tourments, de la construction adolescente »652.

 

Le courant, des Lumières, (Europe, 1715-1789), romantique, (Europe, 1770-1860), jusqu’à la Belle Époque, (France, 1880-1914), est soit, littéraire, musical ou, pictural. Il s’oppose, au classicisme, au rationalisme, européens, antérieurs. Notamment, par l’entremise, des arts, il exalte fort, les émotions, sentiments, affects personnels, vrais. Plutôt, qu’un certain académisme, froid et convenu, que la seule, raison p,ure. Il y a recherche, du fantasque, du rêve, du sublime, de la passion nostalgique, idéaliste. Tout cela, a traversé, des générations nouvelles, entières, du passé. Avant, que le Premier Conflit mondial (1914-1918), tout comme, les Années folles, (France, 1920-1929), n’engloutissent, à tout jamais, un certain « ordre ancien, immémorial ».

 

__________________________________

Toutefois, ce romantisme, n’est pas seulement, lié, à une conception, un courant culturels, révolus. Il est, aussi, en une certaine mesure, un trait, de la personnalité adojuvénile, de notre temps, comme, d’autres. C’est-à-dire, une aspiration morale supérieure, qui veut, résolument, dépasser, les viles contingences prosaïques, imposées, du quotidien. Au profit, du libre choix, d’idéaux propres, aux adojeunes. Ce qui consiste, en une quête, d’un certain, « au-delà », non, communément, admis, par la tradition, fort conventionnelle. Les aînés, « gardiens, du dogme intangible, de l’ordre établi ». Tout l’art, du coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®, consiste, alors, à inculquer, au junior masculin, un équilibre certain. Entre, certaines normes, de vie, « indépassables, indispensables, incontournables », car, des plus bénéfiques. Une latitude raisonnable, de souplesse, « fantaisie » libertaires adojuvéniles, non moins et, tout autant, profitables, comme, incontournables.

 

Une bonne relation, parents-adojeune, est capitale, pour l’épanouissement andro-adoJuvénile, la sérénité parentale, l’harmonie familiale. Pour cela, il est possible, bénéfique, souhaitable, non, de modifier, le junior, en coaching de vie, lui-même, mais, le lien, avec sa personne. Cela passe, par un climat, de tranquillité et, de confiance et, une meilleure relation, communication. Une hygiène et, discipline, de vie, de l’assurance, une coopération multilatérale. Un lien fort, constant. Une autonomisation, responsabilisation, vers l’adultisme. Ce, en éducation ferme, comme, souple, pour tout jeune. La guidance parentale autoritaire, est dirigiste, trop rigide. La parentalité laxiste est « démissionnaire » et, trop souple. L’approche familiale, équilibrée et adaptée, permet, une latitude idoine, d’options, au junior. Entre, libertés légitimes et, raisonnables et, justes contraintes restrictives. L’autoritarisme éducatif détruit, la confiance et, le respect mutuels, entre parents et, jeunes. Il brime, toute liberté, autonomie, responsabilité. Il empêche, les juniors, d’avoir, une réflexion personnelle.

 

La complaisance parentale attente, au respect, dû, au jeune, en coaching de vie, à la considération, qu’il se porte. Ce dernier pêche, alors, par arrogance, laisser-aller, a du mal, à grandir, à nouer, des liens, à autrui. Il est donc, déresponsabilisé, en difficulté, avec sa propre personne. La « démocratie familiale », (Fize, 1990)653, allie, symétriquement, les droits, devoirs juvéniles, par la déférence mutuelle et, la possibilité, de choisir, décider, comme, d’agir. Pour suivre, le Décalogue biblique, de révérence, envers, les parents, par les enfants, il convient, que les ascendants, donnent, le « bon exemple ». En respectant, leur progéniture. Pour aider, le garçon  junior, à décider, la coercition, l’abus, de directivité, contraintes, de même, que l’excès, de magnanimité, l’asservissement, à ses caprices, sont néfastes. La souplesse ferme et, la fermeté souple, en la pleine confiance, réciproque, conviennent, le mieux, à cet effet. La liberté sera accordée, mais, sous conditions, de responsabilité, comme, la responsabilité, exigée, garantie, en échange, de la liberté. Pour grandir, les adojeunes ont, aussi, l’impératif, de nouer, des liens, hors, de la famille. Cela, sera bénéfique, pour eux, se doit, d’être, toujours, favorisé, au mieux, au maximum, des possibles.

 

Les difficultés, ayant trait, à des questions juvéniles personnelles, sont, d’abord, surtout, du ressort, du junior, en coaching de vie, ainsi, que les solutions afférentes. Comme, en matière, de loisirs propres. Les problèmes relèvent, des parents, quand, le jeune, par exemple, notamment, a des attitudes répréhensibles, à leur encontre. Puis, le blocage peut concerner, tant, les ascendants, que les adojuniors, quand, il affecte, ces derniers. Or, il relève, tout autant, de l’autorité entière et, la responsabilité parentale. Comme, en matière, de déviances ou, d’addictions. Le jeune homme peut, mal agir, pour attirer, l’attention, avoir, du poids, se venger ou, par inaptitude. Chacun, de ces buts, peut être voulu, séparément ou, plusieurs, d’entre eux, concomitamment. Par surcroît, le junior veut, être pris, en compte, activement, être autonome, considéré, être capable. C’est cela, qui doit lui être accordé et, rendu possible. Avec, le respect, tout l’humour, l’amusement, comme, l’encouragement, l’affection, sont les meilleurs ingrédients, de liens familiaux « réussis ». La gaieté met du baume, dans le quotidien moderne, agité et difficile. Le soutien appuyé, motive, le jeune, à persévérer, en l’effort soutenu, à progresser, sans relâche, jusqu’à, la « victoire ».

 

Soulignant, tous ses qualités, mérites, plutôt, que ses travers et, échecs. Les manifestations, d’amour, confortent toujours, le junior masculin, en coaching de vie, en son unicité humaine, précieuse, digne, d’être appréciée et, valorisée, comme, telle. L’adojeunesse est l’âge, des idées, des valeurs, il importe, donc, que les parents continuent, à en transmettre. Qu’ils soient, bons modèles, d’exemplarité, pour leurs enfants, en actes, plus encore, qu’en paroles. Les jeunes pouvant, alors, s’abreuver, aux meilleures sources, pour mieux choisir, leur propre code moral, cognitif, émotionnel, comme, comportemental. Il est indispensable, aussi, d’encourager, le junior, afin, qu’il soit, en mesure, de posséder, une bonne estime, confiance, affirmation, de lui-même. Le décourager, mène, au sentiment, d’indignité, au défaut, d’assurance. Cela, passera, par le fait, de croire, en lui, le respect, l’amour, l’acceptation, inconditionnels, de tout adojeune, par ses parents, notamment. Tel, qu’il est, en ses travers et, vertus. En saluant, ses efforts, progrès, bons résultats, sans privilégier, les seuls, échecs, difficultés, défauts, mauvais procédés. Il s’agit, aussi, d’intégrer, le junior, en sa famille, pour qu’il s’y sente, bien, apprécié, aimé, de façon, inconditionnelle654.

 

Voit, comblé, ses besoins, de reconnaissance, d’appartenance. Tout, ce qui a du prix, aux yeux, du jeune, en coaching de vie, se devra, d’être pris, en compte, valorisé, par ses parents. En signe, de respect, d’intérêt, de considération. Tous les mérites et, qualités juvéniles, sont à saluer, comme, tels. Tout bon parent, démontrera, à son garçon  junior, qu’il croit, en lui, en ses aptitudes, de réussite, de prospérité, d’épanouissement. Le jeune ne peut croire, en lui et, ses compétences, que si ses aînés, ascendants, en tête, croient, en lui, ses capacités et, l’estiment. Comme, tout humain, parents, compris, le junior est imparfait. L’essentiel, est de l’aider, à progresser, par ses ratés, manques ou, encore, insuffisances. Toujours, en un climat, de totale confiance réciproque, en encouragements. Le jeune apprendra, aussi, le respect, des autres, la générosité, l’ouverture, le don, de soi, la tolérance, la politesse. Des objectifs réalistes, une bonne hygiène, discipline, de vie, la patience, la persévérance. En cas, de difficulté, problème, blocage, concernant, le junior, les parents peuvent procéder, en cinq stades. Il s’agit, d’abord, de bien cerner, saisir, le problème, en tous ses aspects, implications, tenants et, aboutissants.

 

Ensuite, de glaner, le plus, de bonnes solutions adojuvéniles, possibles, pour dénouer, la crise. Puis, chaque hypothèse, d’avancées, sera « soupesée », minutieusement. Il sera opté, pour la meilleure, la plus adaptée, appropriée. Ensuite, la solution adéquate retenue, sera mise, en application. Avec les jeunes hommes, en coaching de vie, les questions ouvertes, sont toujours, préférables, aux questions fermées, car, elles seules, permettent, le débat, la pleine liberté, d’expression, d’opinion. Même, quand, dialogue, parole, entente, sont difficiles ou, coupés, le respect courtois, reste toujours, de mise. Il s’agit, aussi, de ne rester, focalisé, que sur la difficulté, à surmonter. D’éviter, la crise aiguë. De choisir, l’instant favorable, pour s’exprimer. Il convient, de bien formuler, formaliser, l’accord, entre juniors et, parents, de « règlement, du problème », par écrit, voire, aussi, de le cosigner. Il sera aussi, utile et, bénéfique, de souligner, toutes les convergences, de vues, de personnalités, plutôt, que les seules, dissensions. Ce qui rapproche, est plus important, que ce qui divise. Le plus grand, « dénominateur commun », positif, est toujours, bien plus important, significatif, que le plus petit, négatif. Ce qui rassemble, doit l’emporter, sur ce qui sépare655 !

 

Se mettre, à la place, de l’autre, est un bon procédé diplomatique, pour résoudre, les « guerres familiales », comme, les blocages ou, problèmes. De petits « conseils, de famille », réunissant, les protagonistes, concernés, sont alors, très utiles, pour aplanir, bien des aléas. Régulièrement, concernant, des sujets, prédéfinis, avec, des durées afférentes, imparties. Chacun, s’exprimera, à tour de rôle. Ce qui sera décidé, sera noté, par écrit. Tous, s’exprimeront, notamment, les jeunes, en coaching de vie. Les griefs, attaques, seront proscrits. Les différentes tâches domestiques, familiales, seront équitablement, distribuées. Tous les accords, seront suivis. Le tout, en un climat, détendu et chaleureux, évoquant, aussi, les choses positives, prévoyant, des activités récréatives et, agréables. Cela vaut, pour tout type, de famille, comme, de configuration familiale. Classiques ou, recomposés, bi ou, monoparentaux, avec, un ou, plusieurs, juniors. En matière, d’éducation, de relation, parents-jeunes, la punition est moins productive, que la discipline. La punition est une coercition-rétorsion, ponctuelle ou, régulière, le plus souvent, toxique, pour tous. Qu’elle soit, verbale, physique, privative. Il vaut mieux, « prévenir, que guérir », en éducation androJuvénile, aussi.

 

L’autodiscipline est une conception éducative, de rigueur. Qui responsabilise, le junior masculin, en coaching de vie, lui permet, d’assumer, les effets, de ses pensées, émotions, décisions, comportements. Le jeune doit toujours, pouvoir, choisir, décider et, agir, de façon, libre, autonome, responsable. Dans les limites, du raisonnable, de ce qui est bon, pour lui. Il gère, son argent, offert ou, gagné, par lui. Ses études et, son métier. Ses loisirs récréatifs. Ses relations amicales et, affectives. Ses attitudes sociales. L’autonomie, en la matière, augmente, avec l’âge. Elle est limitée, au temps, du collège. Moyenne, à l’époque, du lycée. Quand, l’adojunior, est mineur. Importante, à défaut même, d’être toujours, totale, dans les études supérieures et, dans la vie active, pour ce qui est, des majeurs. Le jeune apprendra, d’autant plus et, mieux, qu’il expérimentera, les effets, de ses options, décisions, par l’action et, l’application concrètes. Les aboutissements, ont trait, aux actes juvéniles, non, à lui-même. Le junior n’est pas condamnable, mais, seulement, ses choix, agissements, inappropriés. Le jeune n’est pas, son comportement, et, réciproquement. Les attitudes inadéquates sont, toujours, à « amender », mais, jamais, le junior, lui-même656.

 

L’amour parental pour lui, est inconditionnel, quoi, qu’il fasse. C’est l’acceptation, de ses actes, qui n’ira, qu’à ceux, qui sont légitimes et, qui sera refusée, pour ceux, qui sont trop mal ou, non, fondés. Quand, l’adojeune, en coaching de vie, fait mal, il s’agit, de lui faire prendre, conscience, de l’effet néfaste, de ses attitudes. En cherchant, à savoir, comprendre, les ressorts, des cognitions, affects et, comportements inconsidérés. Pour que le garçon  junior choisisse, décide et, agisse, à bon escient, il est capital, de lui permettre, d’opter, entre plusieurs possibilités, idoines. Ensuite, le choix, de ce jeune, lui appartiendra, les parents, se devront, de le respecter. Pour aider, l’adojunior, à être responsable, de ses actes, les ascendants seront donc, fermes, calmes, maîtres, d’eux-mêmes, courtois.

 

Ils agiront plus, qu’ils ne s’exprimeront. S’il y a possibilité, d’options différentes, les parents l’indiqueront, clairement. S’il n’y a, qu’un seul parti, à prendre, ils le diront, tout aussi, nettement. Ainsi, le jeune homme, en coaching de vie, ne sera pas leurré et, choisira ou, agira, en toute connaissance, de cause. L’on ne se contentera jamais, de stigmatiser, les « déviances » adojuvéniles. Or, les ascendants prendront, aussi, la peine, de souligner, les actes, résultats positifs, des juniors. Les deux parents, unis ou, séparés, prendront garde, autant, que faire, ce peut, d’être, en accord, sur l’essentiel, des principes, exigences. Qu’ils soient alors, éducatifs, cognitifs, émotionnels, comme, comportementaux, à transmettre, à leur enfant. En sérénité. (Dinkmeyer, McKay, 1997)657.

 

__________________________________

Hubert, seize ans, n’aime pas, sa mère. Tout, chez elle, l’horrifie, l’exaspère. D’autant, qu’elle a, une fâcheuse propension, à vouloir, manipuler, culpabiliser, son fils. Pourtant, il ne veut pas, la rejeter, mais, que l’harmonie règne, entre eux, tout au regret, de son enfance paisible. Devant, l’incompréhension et, l’incommunicabilité, mutuelles, Hubert multiplie, les essais, de vie, audacieux, hasardeux. Ce qui signe, son « passage initiatique », à l’âge adulte. Ainsi, vont, les nouveaux liens adolescents, aux parents, en permanente recomposition. X. Dolan, (Réalisateur canadien contemporain), a écrit, le scénario, de ce film, J’ai tué ma mère, à seize ans. Il y joue, le rôle titre, le réalise, à vingt ans ! (Film cinématographique autobiographique, Canada, 2009)658. Nouvel exemple, illustrant, une fois encore, que « la valeur juvénile, n’attend, jamais, les années » ! Il est donc, particulièrement, vain, inique, absurde, de faire, de la juvénilité, une véritable, « figure, d’épouvante ». Alors, qu’elle a, tout au contraire, le visage, même, de la générosité, l’ouverture, la créativité, les plus extrêmes. Plus encore, qu’à tous autres âges, de l’existence !

 

__________________________________

 

 

Amplifier, la « connaissance scientifique, globale, de l’andro-adoJeunesse »

 

Tous les besoins, des adojeunes masculins, de quinze – vingt-quatre ans, en terme, de relation d’aide, ne relèvent pas, que de la psychothérapie. Soins, guérisons, des perturbations psychiques. Ni même, du coaching scolaire. Soutien, orientation, méthodologie, des études et, métiers. En France, il y a encore, un déficit, fort dommageable, en matière, de conseil, de vie, des juniors, développement personnel, réalisation, de soi, des adojeunes. Spécialisé, en cette seule, tranche d’âge. Cette génération en a, fort grande nécessité, en un monde, si difficile, mutant, perturbé.

 

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunologie® s’attache, à promouvoir, l’épanouissement, la motivation, la pleine confiance, en soi, de la nouvelle génération. Il s’agit, d’apprendre, à réussir, ses études, son travail, dans la vie, mais, aussi, sa vie. Selon, les priorités existentielles, choisies, de façon, la plus lucide, éclairée. Dans le dépassement, la maîtrise, de soi-même : stress, anxiétés, émotivité. Opter, pour l’affirmation, de soi, assertivité, non, l’inhibition, la manipulation ou, encore, l’agressivité. L’objectif adojuvénile, est de « devenir meilleur », d’optimiser, toutes ses potentialités, en tous domaines. De toujours, donner, l’optimum, de sa personne, pour soi-même, autrui, la vie659.

 

L’approche est cognitive, émotionnelle, comportementale. Face, à toute situation, développer, un mental solide, positif, serein, constructif. En pensées, sentiments, affects, émotions. Être capable, d’actions, d’attitudes adéquates, sur le terrain, pour « avancer », atteindre, tous ses desseins. De façon, favorable, décisive, bénéfique, pour tout jeune, en quête. C’est, pour cela, que le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®, aura été créé. Il s’agit, d’éclairer, de guider, transmettre, au garçon  junior, les règles, du « bien vivre », du quotidien, en tous domaines, spécifiques, aux jeunes. Si la thérapie, soigne, si le coaching, fait prendre conscience, l’Andro-AdoJeunologie®, conseille. Ce qui n’aurait pas, grand sens, pour des adultes, censés, être capables, en tant, que tels, de diriger, leur propre existence, en et, par, eux-mêmes. Or, cela, revêt, toute sa pertinence, pour des adolescents, des jeunes, en « apprentissage, de vie ». L’objectif premier, prioritaire, de l’Andro-AdoJeunoConseil®, est l’adultisme, des juniors : maturité, autonomie, comme, responsabilité, des plus accomplies.

 

Les jeunes hommes concernés vivent, en un pays, la France, qui connaît, une situation, conjoncturelle et structurelle, « délicate », en tous domaines. Sans doute, plus encore, qu’en certaines, nations occidentales, homologues. Nous sommes aussi, le peuple, d’Occident, qui réserve, l’un des plus mauvais sorts, à sa jeunesse. Cette dernière, en souffre, cruellement. Au point, cas unique, de se sentir, si souvent, tellement, agressée, maltraitée, discriminée, qu’elle se jette, sans cesse, dans les rues. En protestations, d’envergure, à la moindre, menace réelle ou, supposée, à son encontre. L’Andro-AdoJeunologie® est donc, « coaching / conseil de vie, des quinze – vingt-quatre ans mâles ». Or, elle est, aussi, science, de la jeunesse. À ce titre, elle se fixe, pour principale ambition, l’ « illustration, de la chose jeune », aussi, la « défense, de la cause, des adojuniors ». Contribuer, à mieux, faire connaître, comprendre, les spécificités, des jeunes : besoins, attentes, réalités, de façon, transversale, pluridisciplinaire. Inciter, la société française, les pouvoirs publics hexagonaux, à mieux traiter, accepter, intégrer, la néogénération, de ce pays. Souvent, le junior n’est pas, aussi épanoui, qu’il le devrait. À l’âge, de toutes les « passions » : envies, désirs et, plaisirs.

 

Il n’a pas confiance, en lui, en un temps, de conquêtes andro-adoJuvéniles, si indispensables, pour imposer, sa potentielle, marque adulte, en construction. Il n’est pas motivé, par son existence actuelle, ses occupations, études, son avenir, à une ère, de luttes, préparation, capitales, pour réussir, sa vie. Alors, ses atouts, aptitudes, ne sont pas, optimisés. Il y a, un profond fossé et, un déficit dommageables, entre, ses capacités avérées, élevées et, ses performances réelles, décevantes. Face, aux situations, plus ou, moins, complexes, difficiles, le jeune, en coaching de vie, est handicapé. Par ses pensées défavorables, émotions perturbatrices, actes et, comportements inadaptés, qui le desservent. Il manque, d’estime, d’acceptation, de soi, ne croit pas assez, en lui, autrui, sa vie, il ne s’affirme pas. L’adojunior est démobilisé, par manque, de tout projet, d’avenir ou, par la fixation, d’objectifs « inadéquats ». Il ne croit pas, en ses capacités, à les réaliser ni, que c’est possible. Il ne sait pas, s’en donner, les moyens et, les mettre, en œuvre, agir, ni, n’est capable, de persévérer, jusqu’au succès final. Avec, ténacité, effort. Négativité, pessimisme, défaitisme, effacement, mal-être, frustration, échec, détruisent, violemment, tout son allant660.

 

Le coaching / conseil de vie androJeunologique apprend, de façon, cognitive, émotionnelle, comportementale, au jeune masculin, à liquider, tous ses préjugés. De déséquilibre, défiance, désinvestissement, envers, lui- même, les autres, son existence. En l’aidant, à inverser, tous ses mécanismes, de croyances toxiques. Il s’agit, de mieux contrôler, maîtriser, sa façon, habituelle, défavorable, de penser, en la muant, en idées constructives. En devenant, capable, de faire, la différence, entre, sa réalité objective, plus riante et, son état d’esprit subjectif, si maussade, qui interprète tout, de manière, catastrophiste. Avec, une mentalité, plus sereine, confiante, forte, le junior devient, en mesure, d’agir. De cultiver, des attitudes efficaces, pertinentes, réalistes et, pragmatiques. C’est alors, que la réussite, la joie, de vivre et, le contentement, de soi, jusqu’ici, tant bloqués, deviennent possibles et, réalité. S’effacent, les sentiments pénibles, paralysants, d’insécurité, de peurs, d’inhibitions, de passivité, manque, de foi. D’introversion et, émotivité, excessives, de stress, d’anxiété… L’adojeune devient capable, d’être heureux, de s’aimer, se réconcilier, avec, lui-même, est plus assuré. Il sait, s’imposer, auprès, des autres, se motiver, « aller, de l’avant ».

 

« Tenir, toute sa place », en société, s’y intégrer. Ainsi, le garçon  junior, en coaching de vie, a acquis, une force mentale intérieure, solide, face, aux difficultés. Une action résolue, porteuse, déterminante, devant, les défis, à relever. Des résultats fructueux, décisifs, constants, au regard, des desseins, affichés. Par, une meilleure maîtrise, maturité, mutation, de sa personne, comme, de son quotidien usuel. Épanouissement, assurance, goût, de vivre, d’entreprendre, se substituent alors, au marasme, antérieur. Bonne hygiène et, discipline, de vie, emploi du temps, plus rationnel, méthode, de travail, rigoureuse, du jeune, sont aussi, revus, corrigés.

 

Équilibre, assurance, motivation, vont mener, à la plénitude, la positivité, l’optimisme, l’amour, de soi, la confiance, la réactivité, la proactivité, l’action et, le volontarisme. Ce qui permet, la sérénité, le contrôle, de soi, l’esprit, de sécurité, paix, dynamisme, tempérance, d’ouverture, sur le monde. Bien-être, puissance consciente, inconsciente, subconsciente, détermination, succès, sont l’aboutissement, du coaching de vie, « anti-fataliste », d’Andro-AdoJeunoConseil®. Il s’agit, de doper, les talents, les capacités, du junior. Il n’existe pas, à ce jour, en France, d’adoJeunologie, au sens, de sciences, de l’adoJeunesse661.

 

C’est-à-dire, une discipline nouvelle : globale, transversale, pluridisciplinaire. Constituant, un domaine adoJeunologique, de recherche scientifique, à part entière. Enseigné, en plein cursus complet, d’enseignement supérieur, en « Licence, Master, comme, Doctorat, d’adoJeunologie ». Formant, des professionnels experts, afférents, au métier, d’adoJeunologue. Comme, enseignant, chercheur ou, praticien, d’intervention, auprès, des juniors. Formations, sur les adojeunes, sur la nouvelle génération, ès qualité, et, les professions, de l’adoJeunesse, en tous domaines. De la médecine, de la santé, à la psychologie, psychothérapie, au conseil et, au coaching. De la sociologie, au droit. De l’économie, à l’histoire et, la prospective. De la littérature, à la culture, aux arts, comme, au cinéma. De l’ethnologie, à l’anthropologie et, la géographie humaine. De la théologie, à la philosophie. Des sciences, de l’éducation, aux sciences politiques, aux études internationales, au champ, des valeurs ou, loisirs… Il n’existe pas encore, de cursus complet, enseignant, l’adoJeunesse ni, surtout, la façon adéquate, de thérapiser, coacher et, conseiller, les juniors. Ni, de diplômes, liés. En adoJeunoThérapie, adoJeunoCoaching, adoJeunoConseil662.

 

Les sciences, de l’adoJeunesse, seraient, donc, l’étude générale, des juniors, de treize – vingt- cinq ans. De façon, holistique, en toutes disciplines scientifiques, tous registres, concernant, la nouvelle génération. Santé somatique, niveau, de vie, moyens, de subsistance, jeunes, de la planète, famille, amitié, amour, sexualité, vie sociale. Socialisation, sociabilité, personnalité, psychologie, jeunesse, du passé, comme, de l’avenir, la notion, d’adoJeunesse, la recherche adoJeunologique. La formation, des adoJeunes, l’emploi, des juniors, les loisirs juvéniles, les pratiques culturelles, les valeurs, les croyances et, idéaux. Le statut juridique, des mineurs et, jeunes majeurs, les politiques, de la Jeunesse… Les sciences, de l’adoJeunesse, couvriraient, ainsi, les cinq grands champs, de la personne et, de la vie humaines, selon, le Pentagramme, dit, de Ginger©. (France, 1981). Physique-matériel, le corps. Cognitif-mental, l’esprit. Psychique-affectivo-émotionnel, le cœur. Sociocomportemental-relationnel, autrui. Spirituel-des valeurs, l’âme. La sphère, physique & matérielle, concerne, le corps biophysique anatomique, comme, les conditions, niveau, de vie, matériels, socioéconomiques, financiers, du junior. Ce qui le fait « vivre ou, survivre ».

 

La sphère, cognitive & mentale, a trait, aux pensées, à l’intellect, au raisonnement cérébral, du jeune. La sphère, psychique & affectivo-émotionnelle, regroupe, la personnalité, psychologie, le caractère adojuvéniles. Les liens affectifs, amicaux, amoureux et, sexuels, les émotions et, sentiments, du junior. La sphère, sociocomportementale & relationnelle, se relie, aux réalités, circonstances, événements, de la vie sociale, sociétale, du jeune. Aux paroles, comportements, actes et, abstentions, qu’il peut être amené, à adopter ou, pas, aux liens, avec autrui, qu’il est susceptible, d’y développer. Cela, concerne, la personne, du junior, à l’égard, des autres, pairs ou, adultes, comme, acteur, en interactions sociales, dynamiques. Puis, la sphère, spirituelle & des valeurs, relève, des idéaux, principes moraux, de vie, inculqués, à l’adojeune. Également, acquis, cultivés, par lui-même. En tant, qu’être humain, ayant, désormais, maturité, aptitudes, à concevoir, sa propre philosophie, d’existence. Une représentation, conception, personnelles originales, de sa personne, d’autrui, de son dessein, comme, destin, d’ici-bas, ante mortem663.

 

__________________________________

Tanguy, vingt-huit ans, vit, encore et, toujours, chez ses parents. Pourtant, il est déjà, diplômé, de deux Grandes écoles, enseignant, même, au sein, d’une troisième. Il prépare, un doctorat, en Sinologie et, est multilingue. Il gagne sa vie et, pourrait prendre, son indépendance. Or, il préfère, demeurer, au foyer familial, adorant, ses parents, les couvrant, de louanges, marques, d’affection. Toutefois, il y vit, comme, à l’hôtel, en client, de prestataires, de services. Ce qui fait, que ses ascendants, ne le supportent plus. Tanguy annonce, en outre, que sa thèse sera retardée. Cela, en est trop, pour ses parents, qui décident, de le faire fuir, en lui rendant, la vie, impossible. Rien, n’y fait ! Le père se résigne, donc, à louer, au fils, un studio, alors, qu’il s’y refusait, avant.

 

Or, la solitude, de Tanguy, lui cause, des « crises, d’angoisse », qui le font vite, revenir. Avec, désormais, une discipline, de vie, imposée, draconienne. Les revenus, du garçon, devenant, indécents, ses parents l’expulsent. La Justice le fait réintégrer, or, il finira, par partir, de lui-même, la cohabitation, devenant « impossible ». Il fondera, une famille, en Chine. Le lien, parents- jeunes adultes, n’est pas, de tout repos, surtout, en cas, d’ « abus, de coexistence, prolongée » !

(Tanguy, comédie, de cinéma, du réalisateur français contemporain, É. Chatiliez, France, 2001 / P. Hofman, psychologue français contemporain, L’impossible séparation – Entre les jeunes adultes et leurs parents, essai, de psychosociologie, France, 2011)664.

 

__________________________________

 

 

                            Faire Fructifier, les Ressources, de l’AdoJeunesse Masculine !

 

 

C O A C H – C O N S E I L   /   C O A C H I N G   D E   V I E

A D O L E S C E N T S   /   J E U N E S   M A S C U L I N S

L Y C É E N S   /   É T U D I A N T S   /   A C T I F S

 

 

 – Yves REMY, Dr

 

 

Coach de Vie AndroJeunoConseiller

Spécialiste AndroJeunesse-AndroÉducation

Consultant Institutionnel & Politique AdoJeunes

 

Docteur en Sciences Humaines et Sociales, Paris

(PsychoSociologie du Développement de l’AdoJuvénilité)

Certifié Acec / Coaching Personnel (Ados / Jeunes), Paris

 

 

Mentoring Andro15-24

 

Booster, la Confiance

Des Jeunes XY  !

 

 

Cabinet

 

Andro-AdoJeunologie®

 

PARIS 16 / Foch

 

 

Andro-AdoJeunoConseil15-24.Org

 

 

> L’Expertise de la Masculinité AdoJuvénile

Confiance en Soi / Motivation / Stress

Coaching de Vie Cognitif / Émotionnel / Comportemental

 

 

L’Andro-AdoJeunoConseil® permet, à tout jeune homme, de 1524 ans, de croire, en soi, se motiver, s’apaiser

Accompagnement spécifique, en réalisation, de soi, andro-adoJuvénile, pour se dépasser, devenir meilleur, s’épanouir.

En programme andro-adoJeunologique méthodique, adapté : écrit, directif, interactif, structuré.

Par études de cas, exercices, entraînements pratiques. En apprentissages, d’andro-adoJeunoCoaching de vie : formatifs, consultatifs, décisionnaires.

 

 

YR/c – 7 rue Marbeau, 75116 Paris, Foch, France, UE

 

SecteurPl. de l’Étoile – Av. Foch

Neuilly-sur-Seine – Av. de la Grande-Armée

 

T. 33 1 45 65 96 22 – M. 33 6 64 94 13 29

– Contact Internet –

 

 

>> Mémento d’AndroJeunoCoaching de Vie

 

 

Préambule   AndroJeunologue®   AndroJeunologie®   Expertise   Évaluation

Travaux   AndroJeune   AndroJeunoScience®   AndroJeunoConseil®-5   Cabinet

 

 

> Ados / Jeunes Difficiles Garçons, Coaching de Vie, Paris 16

 

Ados / jeunes difficiles masculins, sont soutenus, en coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®, par re/structuration positive, de leurs pensées, émotions, actes.

 

 

– Haut de Page –

 

 

Maximiser, la « créativité naturelle », inhérente, à tout garçon adoJeune

 

La créativité, du junior, en coaching de vie, est corrélée, au processus psycho-intellectuel, qui conduit, à relier, des éléments, situations, occurrences. Ce qui génère, découvertes, idées, pensées, émotions, postures, comportements et, actes, uniques. Bénéfiques et, propices, en certaines conditions, réalités. Certains, évoquent, la notion, de flux ou, « état, de grâce », dû, à l’inventivité intense, ardente, productive, fructueuse. Qui transporte, fait avancer et, oublier, tout le reste.

 

Il s’agit, donc, d’user, d’aptitudes propres, pour susciter, des concepts, réalisations, novateurs, inédits, au service, de l’humain. L’adojeunesse est le temps, privilégié, de la créativité, qu’il convient, de favoriser, d’encourager, chez elle. Tout jeune homme, est capable, d’inventivité. Avec imagination, efficacité. Cela, implique, expérimentation, savoirs, connaissances, savoir-faire et, être, faire-savoir. De la disponibilité, en temps, efforts, patience, ténacité, persévérance. Enthousiasme, positivité, ouverture, d’esprit, en tolérance, pour soi-même, autrui. En liberté, indépendance, anticonformisme, audace, hardiesse, parti pris iconoclaste. La nature adojuvénile est le défi.

 

Sans autolimitations, peurs, du jeune, en coaching de vie. En acceptation, de l’irrationalité, d’une vision subversive. Réfutant, ce qui est habituellement, admis, reconnu, prédéfini, en la matière, concernée. En humilité, consistant, à s’ouvrir, à la « comparaison », de ses découvertes, avec d’autres, que les siennes. À la critique constructive, en saine concurrence et, compétition, pour le progrès, de tous. Ce qui permet, de dessiner, des types, d’approches différentes, pour un même postulat. Le tout, de façon, reproductible, à l’infini, dans le temps, l’espace. Quels, que soient, les choses, les gens, les circonstances, situations et, événements. L’aptitude, du junior, à inventer, créer, innover, relève, de l’expérimentation, des sens, aussi, psychomentale. Le savoir, relié, à une problématique, un défi et, un objectif, conduit, à des modes inédits, de cognitions, d’affects, d’attitudes, fructueux. Cette si « magique alchimie », est le fruit, de la recomposition, de réalités, préexistantes. Qui n’ont, de valeur « originale », que reliées, les unes, aux autres. En logique, de pur volontarisme, andro-adoJuvénile, volonté ardente, motivation aiguë, d’optimisme salvateur665.

 

De pensée favorable, du jeune masculin, en coaching de vie, de foi, en soi, ses capacités, compétences. En son projet, sa quête, sa recherche et, en l’avenir. La croyance positive, permet, la pleine confiance, en soi, donc, la volonté, puis, la motivation. En vérité, l’action inventive, créatrice, puis, en conclusion, le résultat. Il y faudra, de l’entraînement, une capitalisation, de potentialités, un lent processus, maturatif, évolutif. En ascèse personnelle. Ce qui impliquera, moyens et, vrai don, de soi. La créativité juvénile, est un travail, de remaniement mental, rendu possible, de trois façons. Qui consistent, à mettre, en valeur, amplifier, stimuler. La valorisation implique, toujours, qu’une idée valable, sera positive, non plus, négative, que ce qu’elle représente, sera très bénéfique. Un apport, un progrès, une avancée, un plus, de l’après, par rapport, au manque, au moins, de l’avant. L’amplification part, de la pensée positive, pour aboutir, à celle, créative. L’impact, d’une idée, est grossi, pour obtenir, des recoupements, inédits et fructueux. Seul ou, en groupe. La stimulation produit, des idées, du junior, en quantité maximale. Pour obtenir, plus de chances mathématiques, par la loi, des grands nombres, de parvenir, à la meilleure qualité finale666.

 

Le principe, est de se réserver, le plus grand choix cognitif, possible, pour ensuite, ne conserver, que le meilleur. L’inventivité, des jeunes, en coaching de vie, fait donc, passer, de la masse conceptuelle ordinaire, maximum, à un substrat élu, minimal, de résultats, d’excellence. En toute liberté, sans autre, limitation, que celle, de l’intelligence. L’inconscient, le conscient, le subconscient, le rationnel, l’irrationalité, jouent, un rôle majeur, dans l’inventivité adojuvénile. Les connexions neuronales, du garçon  junior, se créant, s’activant, à cette fin. La nature créative, d’un processus, s’évalue, à l’aune, de ses résultats. Quatre critères, ont été définis, à ce sujet. La fluidité, la flexibilité, l’originalité, la sophistication. La fluidité, reflète, la somme, d’idées, survenues, correspondant, à un champ, donné. La flexibilité, est l’aptitude, à cogiter, en ce qui concerne, des domaines, très différents. L’originalité, s’applique, à la rareté, l’exception, ce qui est spécifique, différent. La sophistication, correspond, à ce qui est évolué, abouti, complexe, d’excellence, de haute qualité technique, intellectuelle, de réalisation. Le cheminement créatif, du jeune, suit, quatre étapes majeures : préparatoire, incubatrice, de découverte, vérificative. Phases inventives idéales.

 

Il s’agit, d’un processus progressif, successif. La préparation inventive, de l’adojunior, en coaching de vie, est une réflexion, des recherches, très actives, pour lancer, le processus créatif. L’incubation, est une imprégnation mentale, consciente / inconsciente, de type résolutif. Le problème devient, peu à peu, solution, par recomposition, construction, déconstruction, reconstruction. La découverte ou, « état, de grâce, flux », fait résoudre, le problème, comme, par enchantement, en sorte, de « miracle salvateur », surgi, de nulle part. Une recomposition subconsciente juvénile, s’opère, qui donne, tout son sens, à ce qui était, jusqu’alors, à l’état, de latence, d’indétermination. La vérification, est la mise, à l’épreuve, de la réalité, l’expérimentation, du processus cognitif, ayant, conduit, à l’invention. La mentalisation, s’opère, par le fonctionnement, des deux hémisphères, du cerveau, par les communications électriques, entre eux. Le gauche, est celui, de la « pure » logique, des séquences, de l’analyse et, la rationalité. Le droit, est global, intuitif, réactif. Le cerveau, du jeune homme, est donc, triple. Le cerveau reptilien, celui, des pulsions primaires, œuvre, en situation, de stress, fort important, se focalise, surtout, sur les tâches, à réaliser et, l’action.

 

Le cerveau limbique androJuvénile, est celui, de la mémoire, de l’affectivité, des émotions et, des apprentissages. Le cerveau néocortical, est celui, de l’abstraction supérieure, de la pensée, du langage, de l’imagination. La créativité, use, des deux hémisphères, du cerveau et, de ses trois composantes. Quatre grands « profils, de créativité », peuvent être distingués. Celui, de la compréhension, de l’action, l’adoption et, aussi, de la projection. La créativité compréhensive, consiste, à vouloir, surtout, saisir, les choses, en modélisation, dite, hypothético-déductive, sur production, de preuves. L’emporte, la logique factuelle, structurée, analytique. L’essentiel, ici, est la préparation. La créativité active, de l’adojeune, en coaching de vie, se base, sur l’organisation planifiée, les réalités, de façon, structurée, rigoureuse, sûre et, formelle. Cela, repose, sur la vérification. La créativité adoptive, est liée, à l’affectivité. Priment, l’intuition, le ressenti émotionnel, les relations, à autrui, les interactions, l’écoute, en groupe. L’incubation domine. Échanges multipolaires et, qualités, du junior, dominent. Puis, la créativité projective, est celle, du concept, synthétique et, imaginative. Intuition et, intellect, s’imposeront, de concert, en élucubrations, très fécondes667.

 

La phase inventive, de découverte, est privilégiée. Les perceptions, du jeune masculin, en coaching de vie, sont sensorielles et, mentales, dépendent donc, des cinq sens et, des pensées, émotions et, comportements. L’attention rend sensible, aux gens et, aux choses. La perception fait ressentir, des stimuli et, données informatives primaires. Que l’on relie, à des vécus antérieurs. En les interprétant, en un sens donné, pour agir. La créativité inventive, l’inventivité créative, sont rendues possibles. En concevant, toute chose, en maximum, de perspectives inédites, diverses, complémentaires.

 

Ce qui permet, de varier, d’enrichir, l’analyse, la compréhension, la découverte juvéniles, de la façon, la plus originale, globale, complète, possible ! Percevoir, avec bien plus, d’acuité et, de finesse, implique, l’effort, de sortir, du ressenti et, de la pensée, conventionnels, convenus. Communément, admis, prédéfini. Pour s’obliger, à concevoir et, à raisonner, de façon, moins automatique, banale, plus aboutie et, audacieuse. Pour bien percevoir, il faut être attentif et, pour être attentif, il convient, d’éviter, les routines, répétitions, habitudes, réflexes automatiques préconditionnés. Par l’acuité vigilante, d’excellence. Qui permet, à l’adojunior, d’être clairvoyant.

 

En matière, de cognitions, d’affects, d’attitudes, d’actes juvéniles. Sinon, cela, fige, en « pilotage, à vue, mécanique ». Au lieu, de « naviguer, en plein océan, haute mer, le jeune, en coaching de vie, se contente, de faire, du cabotage, le long, des côtes terrestres ». Au lieu, de créer, de façon, fort innovante, il reproduit, à l’identique. Il est réactif, non, actif, proactif ou, interactif. Il vivote, végète, alors, misérablement, au lieu, de vivre, à plein, en plénitude. Tel, « le petit poisson rouge, habitué, à tourner, en rond, en son petit aquarium, qui, lâché, en grand bassin, continue, à se limiter, à son ancien périmètre, réduit ». Par réflexes, d’habitude. La routine rassure, or, elle prive, des bienfaits, de la nouveauté. Le changement inquiète, le garçon  junior, mais, est porteur, de ferments, fort bénéfiques. Il est donc, positif, de « quitter, ses rails », frileusement, tout tracés, pour cheminer, en liberté, hardiesse, vers l’audace créatrice. Chercher, trouver, une solution, à un problème, résulte, d’un blocage, une difficulté, une frustration, une gêne. Cela, conduit, à percevoir, cette réalité, comme, une anomalie, à résoudre, dépasser. Pour aboutir, à un résultat, une situation, meilleurs, plus satisfaisants. De nature, à faire progresser, le jeune, de façon, fort décisive668.

 

Établir, le constat, du problème, des inconvénients, afférents, subséquents, du junior, en coaching de vie, conduit, à trouver, des idées, de solutions. Des plans, d’actions, d’avancées, préventives, réparatrices ou, résolutives. Pour progresser. Pour être créatif, la première étape, consiste, à se mobiliser. Cela, signifie, réunir, un maximum, d’informations, possible. Réfléchir, seul, comme, en groupe, de brainstorming, stimulation, d’intelligences, d’émulation. Le lancement, de débats, propositions. Puis, seules, les idées, les plus fructueuses, prometteuses, adéquates, sont retenues. Cela, permet, alors, de faire émerger, de grands schémas, de pensée, fondamentaux. Les objectifs prioritaires, idoines, les meilleurs, du jeune homme, seront dégagés. Avec, les bons critères, suivants : simplicité, caractère évaluable, accessibilité, faisabilité, comme, limitation, dans le temps. Tout, démarre, en posant, une question, nette, exacte, valable, de façon, brève, limpide, objective, car, seulement, factuelle, pragmatique. Une telle, interrogation, appelle, forcément, une réponse, solution. La qualité, de la créativité adojuvénile, est re/liée, à celle, de l’expression, de la question initiale, d’investigation. Partir, de bons postulats, de base, fait aboutir, à des résultats décisifs optimaux.

 

Ce questionnement, du jeune, en coaching de vie, sera fondé, sur l’action volontariste, sur la solution possible, non, sur le problème. Il sera optimiste, positif, favorable, constructif, en esprit, de vaincre et, gagner. Il sera tenu, plein compte, de toutes les hypothèses, les issues, possibles. Toutes les implications, tous les protagonistes, en cause, toutes les réalités structurelles, conjoncturelles, en jeu, seront pris, en considération. Sans exclusions ni, exclusives. En pensée et, émotions, comportements, actes. Toute quête conduira, impérativement, à une solution androJuvénile, basée, sur l’action tangible, possible, à logistique accessible. Au lieu, de s’appesantir, de façon, stérile, négative, inopérante, car, impuissante, pessimiste, contre-productive. Car, la seule question, qui vaille, est : « Que, faire, comment, agir, pour bien, avancer » ? De façon, réactive, active, proactive, interactive, résolue, tonique et, volontaire. En s’exprimant, au présent et, pour une action, un changement, progrès, une solution, réussite, immédiats, du junior. Le conditionnel, le futur, impliquent, le doute, l’indétermination. Le passé ne sert, quant à lui, qu’à établir, des réalités factuelles, déjà, avérées, ce qui est déjà, totalement, révolu, caduc, obsolète, inerte669.

 

Les expressions négatives, interronégatives adojuvéniles, seront bannies. Les pensées et, formulations positives, privilégiées. Le positif prédisposera, au positif et, le négatif, au négatif, que l’on se le dise, en un pays, de France, à l’esprit, systématiquement, « chagrin ». Alors, il y a, sécrétion hormonale, euphorisante, de lulibérine, en l’hypothalamus, quand, le négatif, fait fabriquer, l’hormone, du stress, l’adrénaline. Le registre, des solutions potentielles, sera, le plus ouvert, possible, pour stimuler, l’émission, de « fructueuses trouvailles ». Les questions seront donc, ouvertes, plutôt, que fermées, au pluriel, jamais, au singulier ! La réflexion, de groupe, intégrant, sans exclusion, les juniors masculins intéressés, en coaching de vie, sera favorisée. Ne dit-on pas, que « plusieurs intelligences, valent mieux, qu’une seule » ? Pour créer, il est impératif, d’assembler, entre eux, des éléments disparates, indépendants, étrangers, les uns, aux autres. Lesquels, ne signifient rien, pris, isolément, séparément, or, qui, combinés, entre eux, finissent, par prendre, tout leur sens. Comme, des « pièces, de puzzle », disposées, fort adéquatement. Tout d’abord, chaque composante, d’une réalité, sera distinguée, à part, par le jeune, en focalisation, très concentrée.

 

Cela passe, par le concassage, opération, de transformations, d’un sujet ou, d’une réalité, par dissection, fragmentation, par le garçon  junior, en coaching de vie. En envisageant, des usages ou, remaniements, inédits, par mutation, métamorphose radicales, complètes. Le champ concerné, sera aussi, séquencé, découpé, pour, en isoler, les fonctions majeures, en tant, que « symboles, de valeur ». Cela, permet, d’en déterminer, les composants capitaux, à changer, pour en décupler, le plein intérêt. L’analyse dysfonctionnelle permettra, quant à elle, de mettre, en exergue, les imperfections, les mécontentements. Concernant, une chose, une fonction, une situation et, une réalité. Le jeune fera l’inventaire, de ce qui, à ses yeux, ne va pas, pour trouver, des solutions correctives et, d’amélioration. L’étude combinatoire opère, une énumération, de toutes les caractéristiques, du champ, en cause. Puis, l’ensemble, est classifié, ordonnancé, par thématiques, qui seront, autant, de grands domaines, d’action, de modifications. Avec, des ramifications hiérarchisées, comme, en généalogie. Les vecteurs, de chaque branche, seront combinés, les uns, aux autres. L’on pourra utiliser, nombre, d’assemblages juvéniles, fort différents670.

 

La bissociation se situe, entre le procédé analogique et, la pratique combinatoire. Elle tend, à lier, deux états, réalités, différents, pour mener, au processus créatif, de solutions. L’approche associative, relie, plusieurs thèmes ou, idées, par l’imagination, en relations, par « capillarité ». Un schéma mental, permet, de visualiser, des pensées. En une optique, d’associations d’idées, du jeune homme, en coaching de vie, venant, au prononcé, d’un terme, concept. Il s’agit, de choisir, un mot, thème principal et, focal. D’y adjoindre, en satellites, tout autour, tous les termes dérivés, qui ont un rapport, direct ou, indirect, avec lui. En les reliant, par des traits. Ce qui dope, l’esprit, de façon, suggestive, induite, par des associations cognitives juvéniles. User, de schémas mentaux, mène, à établir, des passerelles causales, d’effet, de proximité, entre un thème précis et, les bases aléatoires, de la pensée. En « ramifications » successives, pertinentes, du junior, en branches et, sous-branches, de type généalogique. Une variante, consiste, à fixer, un terme, une notion, idée clé, au centre. Par écrit, sur une feuille, de papier. En divisant, la page, en quatre, à partir, du thème central. Sur un quadruple axe fondamental, haut, bas, droite, gauche, en quatre points cardinaux.

 

Nord, sud, est, ouest. Chacun, d’entre eux, symbolise, les quatre caractéristiques majeures, de la « thématique centrale » androJuvénile. Sur ces quatre axes : nord-est / haut-droit et, sud-est / bas-droit, nord-ouest / haut-gauche et, sud-ouest / bas-gauche, figurent, alors, les qualificatifs, définissant, chacun, de ces quatre grands axes, fondamentaux. Puis, au-delà, par axe, toutes les réalités, implications et, correspondances ou, liens, associés, aux composants-marqueurs catégoriels, des axes. Ainsi, si l’on écrit, au centre même, d’une page, le mot, AndroAdoJeunesse, les quatre axes seront, au nord : Âge, de la vie. À l’est : Dépendance. Au sud : Représentation. À l’ouest : Dynamisme.

 

L’âge, de la vie, est caractérisé, par l’apprentissage, l’avant-gardisme, les jeunes. La dépendance, concerne, la subordination, le conditionnement, les limitations. La représentation, inclut, le consumérisme, l’hédonisme, l’immaturité. Le dynamisme, implique, la vitalité, l’évolutivité, l’adaptabilité. L’apprentissage, rassemble, la formation, le-s diplôme-s et, l’emploi. L’avant-gardisme : la créativité, l’originalité, l’audace. Les jeunes mâles : les apprenants / travailleurs, la famille / l’affectivité, les loisirs / valeurs. Voyons, la suite, de ce diagramme671.

 

La subordination junior, groupe, l’obéissance, la passivité, l’infériorisation. Le conditionnement : les addictions, le conformisme, la facilité. Les limitations : les efforts, astreintes, la probation. Le consumérisme, se définit, par le matérialisme, le gaspillage, la technophilie. L’hédonisme, par : le laisser-aller, la jouissance, le confort. L’immaturité, par : l’irresponsabilité, la puérilité, la faiblesse. La vitalité, concerne, santé, force, beauté. L’évolutivité : l’instabilité, le mouvement, la vitesse. L’adaptabilité : le changement, la réactivité, la plasticité, du jeune masculin. Un seul, mot clé central, donne, quatre axes « directionnels », de réflexion. Douze notions majeures. Trente-six qualificatifs, de base. Ainsi, de suite, à l’infini ou, presque, jusqu’à épuisement, du sujet. Soit, pour notre exemple présent : cinquante-trois mots-idées, pouvant, donner lieu, à encore plus, de principes, en ramifications exponentielles. Par recensement, des concepts et, associations d’idées, issus, d’une thématique générale, de base. Puis, assemblage synthétique, des notions, par familles, parentés, rapports, comme, liens. Ensuite, sont fixés, les quatre « axes cardinaux », pour répartir, fort logiquement, les quatre grandes, thématiques adojuvéniles, déjà, prédéfinies.

 

La technique, de brainstorming : « remue-méninges », consiste, à assembler, toutes les idées, de tous les adojeunes, en coaching de vie, concernés. Sous la supervision, d’un coordonnateur. Puis, le fruit, de la libre réflexion collective, est analysé, amélioré, par tous les participants, pour ne retenir, que les plus fructueuses, prometteuses, propositions. Cela peut aussi, être réalisé, en solitaire, par un seul, « chercheur-trouveur », d’idées lumineuses. Le principe repose, sur les associations, d’idées, successives, progressives. Tout s’opère, en liberté, sans rien exclure, a priori et, de façon franche, spontanée, sans limites. Sans, nulle, objection juvénile ou, rejet critique négatif. Chacun, est conduit, à participer, activement. Invité, à réagir, aux suggestions, d’autrui, comme, tremplin, pour en émettre, soi-même, d’autres encore, en ramifications exponentielles. Chaque proposition nouvelle, est alors, retenue, sans jugement, aucun, en stricte neutralité. Ce premier mouvement est réflexif, ouvert, prospectif. Ensuite, seulement, en deuxième étape, analytique, sélective et, décisionnelle, toutes les idées, du garçon  junior, émises, jusqu’alors, sont classifiées. Par ordre, d’importance décroissante, débutant, par les plus fécondes, finissant, par les moins672.

 

Elles sont perfectionnées, amendées, infléchies, pour ne qualifier, que celles, qui ont trait, le plus, à l’objectif premier, de la réflexion juvénile. De façon, positive, constructive, productive, favorable. Par reformulation, structuration évaluative. L’association d’idées, renforcée, permet, de relier, deux réalités, données, étrangères, l’une, à l’autre. L’analogie génère, des idées, en trouvant, des points convergents, entre plusieurs données ou, états, de fait. Il s’agit, d’entrevoir, d’autres facettes inédites, des choses communes habituelles et, d’apprivoiser, ce qui sort, de l’ordinaire.

 

L’analogie directe, du junior, en coaching de vie, fait comparer, remplacer, tout ou, partie, des propriétés, d’une chose, avec les éléments, d’une autre, proche. Il est aussi, possible, ainsi, de partir, d’un champ familier, pour aboutir, à des données similaires, en registres, plus inconnus. Recensant, les propriétés, de ce que l’on connaît et, maîtrise bien, l’on peut trouver, des traits communs, avec la problématique, que l’on se pose. Donc, la solution, afférente et subséquente, du jeune homme. Un lien évocateur substituera, tout ou, partie, des propriétés, traits, d’une donnée, ce, par des symboles, représentations. Qui les dépeignent, le mieux, en stylisent, l’apparence simplifiée.

 

Cela crée, un meilleur entendement, du junior, en coaching de vie, la découverte, d’avancées. Les métaphores, sont des comparatifs imaginatifs. De façon, analytique et intuitive. Cela, sert, à éclairer, ce qui est complexe, par évocation explicative imagée, quasi visualisée. Ce qui donne, une dimension renouvelée, clarifiée, simplifiée, à la problématique envisagée. Les symboles représentent, un sujet, de façon, emblématique, pour en synthétiser, le fondement intrinsèque. Le sens profond immatériel, de ses caractéristiques tangibles. Ce qui permet, au jeune, de délimiter, le champ, du problème, d’en trouver, les ferments, de solution, de le dépasser.

 

L’analogie fantaisiste relie, de façon, irrationnelle, des données, rationnellement, étrangères, les unes, aux autres. Pendant, le sommeil, l’adojunior rêve, son cerveau continue, à agir. Raison, pour laquelle, des solutions, n’ayant pas pu, être trouvées, de façon, consciente, pendant, son éveil, peuvent l’être, de façon, inconsciente, durant, le sommeil. Les préoccupations, de la journée, pouvant, se recombiner, la nuit, pour lui livrer, des indications utiles, au réveil. L’appréhension consciente, peut fort nuire, à l’inventivité androJuvénile. Les idées, les plus rationnelles, ne sont pas toujours, les meilleures673.

 

D’où, l’intérêt, des rêves, qui débarrasseront, l’imaginaire, du jeune masculin, en coaching de vie, des limites rationnelles, sociétales. Il suffit, ensuite, de savoir, interpréter, retenir, les enseignements, de ses rêves. De même, la relaxation, le rêve éveillé, les modifications, d’état, de conscience, permettent, d’obtenir, une prédisposition intermédiaire. Entre sommeil, notamment, profond et, éveil. En une forme, de méditation, somnolence. États, dits, seconds, hypnagogiques, semi-hypnotiques ou, encore, hypnotiques. Ce qui est souvent, source, d’images, très instructives. Apaiser, son esprit, permet, de produire, des idées fécondes, inédites.

 

La créativité juvénile, est œuvre individuelle, mais, aussi, collective. L’intérêt, de la réflexion, de groupe, est d’augmenter, le potentiel analytique, donc, les probabilités, de trouver, de bonnes idées. L’adage dit, que : « Plus, l’on est, de fous, plus, l’on rit ». De même, plus, l’on est nombreux, plus, l’on est inventif, grâce, à la créativité, d’autrui, outre, la sienne. Ce qui est typique, à la jeunesse, temps, d’apprentissages, de toutes sortes et, de natures, pluriformes. En laquelle, l’importance, des pairs, est cruciale, le travail, en commun, d’études ou, autres, des plus fréquents. Entre, juniors congénères, solidaires et, complices.

 

De même, que les loisirs, les engagements. En particulier, l’intelligence juvénile multiple, fait merveille, quand, le champ, des compétences, de chacun, concerne, un registre, vaste, varié. Différent, complémentaire, de celui, des autres. L’idéal, est d’associer, des « profils humains divers ». Notamment, des garçons  juniors, en coaching de vie, à dominante cérébrale, droite intuitive, gauche rationnelle, néocorticale abstraite, limbique émotionnelle et, réflexive. Les individus, à « cerveau intégral », sont rares. Le meilleur, arrive, du fait, de la « conjonction », des forces, de tous les participants. Alors, il y a, pour une cogitation, donnée, à la fois, projection, compréhension, action, comme, adoption, concernant, un thème, de recherche, fort créative.

 

Du concept même, à l’expérience. Concernant, la préparation et, la vérification, l’incubation et, l’état de grâce, de flux. Suite, à la découverte, de la meilleure approche, solution, du problème initial. Le mieux, est d’allier, des jeunes hommes, en coaching de vie, de différents, types cérébraux, pour un résultat optimal. Chaque type, pris isolément, ayant, ses « avantages et, inconvénients », étant, par essence, toujours, limité. Le nombre, de participants, sera réduit, dix, au maximum, avec des centres d’intérêt, d’entente, communs674. Notamment, pour l’objet, du brainstorming. Regrouper, une même génération, en l’occurrence, adojuvénile – quinze – vingt-quatre ans – est un atout, d’homogénéité, indéniable. L’animateur, junior ou, adulte, sera toujours, neutre, encourageant et, bienveillant. (Bouillerce, Carré, 2002)675.

 

__________________________________

Camille est bouleversée, par la mort brutale, de son jeune fils, lors, d’un accident, de la route. Elle ne parvient pas, à surmonter, son deuil, s’attache, à Franck, le meilleur ami, du disparu, à l’origine, du drame. Le garçon accepte, cette affection, mais, il comprend, progressivement, que ce lien, excessif et abusif, est néfaste, pour lui. Tel est, le synopsis, du film, Après lui. (Drame cinématographique français, du réalisateur, G. Morel, France, 2007). Hélas, la mort, de jeunes, n’est pas rare, par accident, suicide, maladie, meurtre. Face, à ce scandale, absolu, du trépas adojuvénile, qui n’est pas, dans l’ordre, des choses, les parents s’effondrent. Ils ne s’en remettent, jamais, gardent, en eux, leur vie, durant, la souffrance, de cette si indicible blessure. Un très beau, émouvant livre poignant, sur le sujet et, de témoignages, de parents touchés, anéantis, détruits, en « rend, fort bien compte ». Guilhem meurt, à vingt-et-un ans, d’accident. Denis, à treize ans et, demi, d’accident. Rémi, à douze ans, de maladie. Alexandre, à vingt-cinq ans, d’accident. Jérôme, à vingt-deux ans, d’accident. Matthieu, à treize ans, de maladie. Xavier, à quatorze ans et, demi, d’accident. Gilles, à quinze ans, de suicide.

 

« Pendant, des jours et, des jours, l’enfant absent, nous obsède, il est constamment, présent, en nos pensées. Une part, de notre être, sait, qu’il n’est plus là, que nous ne le reverrons, jamais, alors, qu’une autre, refuse, d’accepter, l’effroyable réalité. La vie est toujours, là, elle continue, sans lui, absurde, elle ne nous a pas quittés. Comment, allons-nous, poursuivre, sans, notre enfant, qui, malgré, son absence, est toujours, si bien présent ? […]. La première onde, de choc, passée, l’absence, s’amplifie. À chaque heure, du jour, comme, de la nuit, le manque est là, lancinant, paralysant, terrifiant. Certains parents, tentent, désespérément, de le combler, s’accrochant, à l’enfant, comme, s’ils pouvaient, encore, le faire vivre, en lui rendant la vie, qui lui a été volée » ! L’adojeunesse et, les jeunes, sont, tellement, par pure essence, le symbole même, de la vie, l’espérance, la joie de vivre ! Nul, ne peut donc, imaginer, tolérer, accepter, la mort, d’êtres, de douze, vingt ou, vingt-cinq ans !

(J. Gril, psychanalyste française contemporaine, Vivre après la mort de son enfant – Des parents témoignent, récits & témoignages, de nature autobiographique, France, 2007)676.

 

__________________________________

 

 

UN DISPOSITIF, NEURO-AFFECTIVO-BÉHAVIORISTE

BIENVEILLANT, PRODUCTIF

 

 

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunologie® est une « régénération », cognitive, émotionnelle, comportementale. Il est, aussi, une « respiration » humaniste et, de consolidation. L’Andro-AdoJeunoConseil® s’adjoint, en outre, le secours, de la démarche-promesse, la plus positive, constructive. Pour bien mobiliser.

 

__________________________________

Victoria, Les Jeunes Années d’une reine, est une œuvre cinématographique, qui « restitue », les débuts, de parcours, de la souveraine britannique. De son arrivée, au pouvoir, dès l’âge, de dix-huit ans, en 1837, à son mariage. Son très long règne, sera exceptionnel, à la mesure, de sa remarquable personnalité. Elle saura, s’imposer, par sa grande force, de caractère, dès, son couronnement. Victoria, du Royaume-Uni (1819-1901), est couronnée, en 1838 et, devient, alors, le premier monarque, à s’installer, au palais de Buckingham. Elle épouse, son cousin, le prince, A. de Saxe-Cobourg-Gotha (1819-1861), en 1840. Il sera même, son plus proche, conseiller politique. Victoria, fait alors, partir, sa mère, sans ménagement, du palais royal. Les débuts, de son règne, voient, déjà, sa popularité, grandir. L’année, de son mariage, un jeune garçon, de dix-huit ans, tente, de l’assassiner. Son premier enfant naît. Elle rencontre, le roi, des Français, Louis-Philippe Ier (1773-1850), en France, le reçoit, en Grande-Bretagne.

 

Victoria, est le tout premier souverain, de son pays, à voir, un monarque français, depuis, le camp du Drap d’Or, en 1520, plus, de trois siècles, plus tôt. Sommet, entre Henri VIII, (Souverain anglais, 1491-1547) et, François Ier. (Monarque français, 1494-1547). Louis-Philippe, sera le premier, chef d’État français, en visite officielle, au Royaume-Uni. Le règne victorien, est l’un, des plus longs, de l’Histoire mondiale. Il voit, la « consécration », de la monarchie constitutionnelle et, de la démocratie parlementaire. Nombre, de souverains, d’Europe, seront issus, de la famille, de Victoria. Les premières années, du règne, sont décisives. Fort jeune, très peu expérimentée, elle devra, saura, s’imposer, auprès, de sa famille, comme, d’un personnel politique rétif. Elle parviendra, peu à peu, à gagner, le cœur, de ses peuples. Exemple, fort éclatant, d’une jeunesse, s’affirmant, par ses vertus propres ! Lesquelles, trouveront, à s’exprimer, dès, les débuts, sans avoir, à attendre, la maturité, du règne.

(Victoria, Les Jeunes Années d’une reine, drame historique britannique, de cinéma, du réalisateur canadien contemporain, J.-M. Vallée, Royaume-Uni, 2009) 677.

 

__________________________________

 

 

Andro-adologique régénération cognitive, émotionnelle, comportementale

 

Remanier, est un verbe, de 1250. Il signifie, « modifier – un ouvrage, de l’esprit – par un nouveau travail, en utilisant, les matériaux ou, une partie, des matériaux primitifs ». (Dictionnaire, de la langue française, Robert, France, 2007)678.

 

L’Andro-AdoJeunologie® mobilise, toutes les qualités et, énergies ou, aptitudes, du junior masculin. Elle en use, au mieux, dans sa progression. Faisant appel, aux meilleures, d’entre elles. En suscitant, également, de nouvelles. Réorientant, optimisant, celles, qui seraient moins pertinentes. Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® est cognitif, émotionnel et, comportemental. Il ne méconnaît pas, pour autant, les « bons apports », d’autres pratiques supportives. Systémique, intégrative, transpersonnelle, psychodynamique. Le cognitivisme, l’émotivisme, le comportementalisme, consistent à influer, positivement, sur les pensées, émotions, des adojeunes. Pour « bonifier » leurs réactions, attitudes, modes de vie, actes, mentalités, comportements. Ce qui est groupé, sous le vocable, d’éthologie ou, biopsychologie, de l’humain. En l’intérêt même, de ces juniors. Le cognitivo-émotivisme, réoriente, les autosuggestions négatives, par rééquilibrages positifs, confiants et, sereins.

 

Il fait valoir, au garçon junior, en coaching de vie, la différence, très notable, entre, la réalité objective et, son interprétation subjective, inappropriée. Ainsi, l’adolescent, qui manque, de confiance, en lui, s’imagine-t-il que, si son groupe, de pairs, s’esclaffe, à son arrivée, c’est, qu’il se moque, de lui. En réalité, l’objet, de l’hilarité générale, concerne, une plaisanterie innocente, parfaitement, étrangère, de l’un, des protagonistes. Tout ceci, n’est donc, nullement, de la dérision, à l’encontre, du nouveau venu ! Le comportementalisme, éradique les habitudes et, pratiques adojuvéniles indésirables. Il les remplace, par des stratégies, bien plus bénéfiques, pour réussir. Vision existentielle apaisée, pertinence, foi, en soi, son destin, sur un mode, plus constructif, favorable, comme, positif, pour s’épanouir, réussir. Il s’agit, de changer, sa façon mentale, de voir, les choses, pour ensuite, être en mesure, de modifier, ses affects, attitudes, actes inadéquats. Appliquer, sa nouvelle donne psychique, plus acceptable, sur le terrain. Par exemple, un ado, utilisant, des écouteurs audio, pour s’endormir, en musique continue et, à décibels excessifs, risquera, à terme, une surdité.

 

Du fait, d’un usage nocturne, répété, dans le temps, jusqu’au réveil diurne. Il sera, mis en garde, arrêtera, sa « manie » nocive. Il en est, de même, pour son camarade qui, quant à lui, ne trouve rien, de mieux, à faire, que de garder, son téléphone mobile, allumé. Toutes les nuits, sous son oreiller, à proximité immédiate, de son crâne ! L’on sait, la dangerosité, des ondes, ainsi, émises, pour le cerveau, en développement, d’un jeune homme adolescent, en phase intense, de puberté et, croissance ! Lui aussi, sera invité, à changer679. L’approche, du coaching de vie andro-adoJeunologique, est cognitive et, émotionnelle, car elle part, des schémas mentaux : pensées, intellect, raisonnement, comme, aussi, des affects. Pour aider, l’adojeune, à maintenir et, renforcer, les cognitions, émotions positives. Améliorer, rectifier, celles, qui sont mitigées. Contenir, désamorcer, annihiler, idées et affects négatifs. L’Andro-AdoJeunologie® est comportementale, car elle agit aussi, sur les attitudes choisies et, les actions réalisées. Les paroles, mutismes, inactions, omissions, adaptations, résiliences, évitements et, abstentions. Pour « doper », les actions idoines, réussies.

 

Corriger, celles, qui laissent encore, à désirer ! Combattre, éradiquer, celles, qui sont ratées, voire, toxiques. Il s’agit, que des façons andro-adoJuvéniles, de penser et, ressentir, plus adaptées, bénéfiques, conduisent, à des comportements, du même ordre. En bonne logique, continuité. Des pensées constructives, mènent, à des émotions, plus équilibrées, donc, à des agissements appropriés et, des attitudes favorables. Ce qui donne, des résultats, bien plus fructueux et, en réalité, une vie, plus heureuse. L’adojeune est et, a, paraît, agit, parle ou, omet, selon, ce qu’il pense, éprouve. D’où, l’intérêt, de cogiter, ressentir, sainement, productivement, pour parvenir, à des actes, bien dirigés. Donc, à des effets, satisfaisants et, prometteurs, pour lui. Selon, ses objectifs. Cette optimisation maximale, des potentialités, est le dessein, cognitif, émotionnel, comme comportemental, du coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®. Le cognitivo-émotivo-comportementalisme est scientifique, car conçu, éprouvé, comme, tel. Il repose, sur une base philosophique, car il est axé, sur des valeurs, croyances, que le junior, lui-même, développe. Sur sa personne, autrui, l’univers. Cela, l’encourage, à acquérir, étendre, faire fructifier, idéaux, affects, actes favorables adéquats.

 

Aptes, à lui permettre, de rebondir, s’intégrer, s’autonomiser, s’épanouir, grandir, se motiver, avoir confiance, réussir, selon, ses buts existentiels… Il s’agit, de tenir compte, des autres et, du milieu, contexte, de vie. En apprenant, à influer, positivement, sur eux, si cela, est possible et, souhaitable. D’autant, que les facteurs exogènes, ont un impact, sur la personne endogène, du jeune masculin. Surtout, en sachant, infléchir, pensées, émotions, comme, comportements, pour mieux vivre. Ce qui change, favorablement, la façon, dont l’adojunior, se perçoit, ainsi, que les autres humains et, tout son environnement.

 

L’approche, de coaching de vie androJeunologique, cognitive, émotionnelle et, comportementale, insiste donc, sur les attitudes mentales, affects et, l’action, pour progresser, sur la voie, de la vie, en sagesse. La pratique est volontariste, car elle s’attache, aux solutions, buts, à atteindre, plus, qu’aux difficultés et, souffrances. Au présent et, à l’avenir, plus, qu’au passé. Le but est l’accomplissement, de son dessein, via, les cognitions, les affects et, actions, sur la base, des réalités émotionnelles, d’attitudes. Pensées, croyances, émotions juvéniles, sont issues, du rapport, de cause, à effet, entre, les circonstances, occurrences, cogitations, comportements.

 

Les sentiments, le sens ou, l’interprétation subjectifs, que le garçon  junior, en coaching de vie, accorde, à un événement objectif, suscitent, des réactions émotionnelles, comportementales. A priori, les occurrences positives réjouissent, quand, les négatives abattent. Or, la perception, l’évaluation, de ce qui est négatif, peuvent être excessives, exagérées, voire, faussées. Ce qui perturbe, de façon, très déraisonnable, par une appréhension, bien trop pessimiste et, noire, même. Quand, il y a, perturbation émotionnelle, il s’agit, d’isoler, les cognitions, émotions, certitudes, interprétations, induites. Une analyse juvénile, un sens donné, plus distanciés, équilibrés, précis, bénéfiques, quant à, des faits négatifs… Cela, permet, des réactions émotionnelles, comportementales, plus positives, modérées, rassurantes. Plus, de lucidité, de réalisme, comme, moins, de fantasmes, de réécriture personnelle, alarmiste, catastrophiste. Élucubrations et, perceptions, créent des attitudes afférentes, subséquentes. Ainsi, tristesse, peur, stress, anxiété, émotivité excessive, peuvent fortement, conditionner, des addictions, assuétudes, autodestructrices. Des épisodes solitaires et, de déprime, du jeune. Des syndromes, d’évitement, en manque, d’assertivité680.

 

Il convient, de prendre, pleine conscience, du vecteur originel perturbateur. Des représentations mentales existentielles et, du sens, que le junior, en coaching de vie, accorde, à toute réalité vécue, tant, d’un point de vue interne, qu’externe. Puis, des effets générés, en matière physique, psychique. Comme, spirituelle, comportementale, d’action, de pensées, sentiments, d’émotions et, d’intellect… En résumé, les faits, sa perception, les conséquences, pour le jeune homme. Penser positivement, le rend plus objectif, optimiste et, donc, plus heureux. S’il est malheureux, cela, vient souvent, de sa mauvaise façon, de cogiter et, d’appréhender, la vie, autrui, lui-même, de façon, fort négative, subjective et, défaitiste. Ce qui fausse, son jugement, son vécu. Ce qui l’égare, lui livre, des enseignements abusifs, erronés et, distordus. Le tout, de façon, dramatisée. Le syndrome, de la stratégie mentale, émotionnelle, comportementale, du pire ou, catastrophisme, convainc, d’un « grand malheur ». Du simple fait, d’un fait négatif limité. Par pessimisme et, manque, de confiance, en soi, juvéniles. Il s’agit, de savoir, raison garder. Relativiser, se distancier, remettre les choses, à leur juste place. Prendre du recul, en ménageant un filtre, entre soi et, les choses.

 

D’analyser les faits, de façon, bien plus rationnelle, moins inquiète. De passer en revue, les éléments avérés, non, fantasmés, corroborant ou, non, ses raisons, d’alarme. De se focaliser, sur les solutions, les aides possibles, pour faire face, au mieux, plutôt, que sur la problématique, elle-même. « Le pire n’est jamais, sûr », tout junior masculin, en coaching de vie, est apte, à surmonter, les revers, obstacles, même, importants. Bien plus, que susceptible, de s’effondrer, au moindre aléa. Évitant, aussi, le manichéisme, qui ne fait entrevoir, que les extrêmes. Sur le mode bipolaire, déséquilibré et, euphorique ou, dépressif, du « verre débordant ou, vide, mais, jamais, à moitié plein ». Parfois, « à moitié vide », ce qui n’est guère, mieux. Que le jeune soit, donc, plus indulgent et, lucide, sur les vraies réalités et, leur plus juste perception. Plus raisonnable et, nuancé. Être faillible et, perfectible, comme, valeureux, inestimable, est le lot, du genre humain. Cela, n’autorise ni, à s’accabler, pour tout et, rien ni, à se porter, aux nues, au moindre prétexte. Les prédictions négatives sont délétères, nocives, car, synonymes, de prophéties autoréalisatrices. Imaginant toujours, le mal, si convaincu, du pire, cela, perturbe profondément, le junior, le désespère681.

 

Risque souvent, de se produire, car les croyances influent fort, sur la réalisation, des choses. Positivement, quand, elles sont optimistes, mais, hélas, autant, négativement, quand, elles sont pessimistes. Le jeune, en coaching de vie, dirige ainsi, son subconscient, qui s’empresse alors, d’exécuter, tous les ordres, qu’il adresse, consciemment ou, inconsciemment, à son cerveau. D’où, l’importance, de penser positivement, de croire, au meilleur, non, au pire. Le pire, n’étant jamais, assuré, il est donc, de son intérêt, d’espérer, plutôt, que de craindre. Ne pas croire, en tous les possibles positifs, en juvénile espérance, prive, de bien, des réussites, joies, faute, même, de tenter, sa chance, par pur défaitisme. Renoncer, par avance et, sans même, prendre la peine, d’essayer ! Alors, pour en avoir, le cœur net, que le garçon  junior vérifie, la réalité existentielle, en agissant, selon, ses buts légitimes, l’objet fondé, de ses vrais désirs. « Sans peur et, sans reproche » ni, honte ou, culpabilité. Accepte, de prendre, des risques raisonnables, calculés, quand, cela, en vaut, la peine. Les avantages escomptés, en cas, de réussite absolue, sont généralement, plus grands, que les inconvénients, de l’échec relatif. Le pire, est de ne rien, tenter, par peur, d’échouer682.

 

Les mauvais tours passés, n’impliquent jamais, que les tentatives ultérieures juvéniles, seront, du même « acabit ». Il n’y a pas, de fatalité. « La roue tourne » ! Il faut, s’acharner, jusqu’à, la victoire finale. Effort, patience, ténacité, persévérance, « payent, à la longue ». Tout, évolue. Les conditions même, qui ont, jadis, mené, à l’ « impasse », peuvent, fort bien, en toutes autres circonstances, conduire, à la victoire. Comme, le démontre, si bien, l’histoire, de l’humanité et, des grands hommes. De l’ombre, à la lumière et, réciproquement, de la grandeur, à la servitude et, à l’inverse. Ne jamais, davantage, trop, se fier, à ce que l’on croit, que les autres pensent, négativement, de soi. Ou, quant à leurs mauvais procédés potentiels, supposés. Avant, de se convaincre, hâtivement, à tort, que le jeune homme, en coaching de vie, vérifie, ses appréhensions inquiètes. La plupart, du temps, elles s’avèrent, non fondées. D’autres causes, que ce qu’il pense, peuvent exister. Il peut se tromper. Si besoin, le junior cherchera, à se renseigner, plus précisément. Ne confondant pas, la réalité, des autres et, ses propres peurs, doutes, comme, fantasmes. Conscient, de ses pensées négatives, les éprouvant, chacune, à l’aune, des seuls, faits avérés, les plus concrets.

 

Sachant, qu’en meilleur état d’esprit, son point de vue serait, bien plus serein, objectif. Sans preuve, de ce qu’il pense, rien, n’est fondé. Souvent, son pessimisme, n’est que l’effet, de ses émotions négatives, non, des faits. Alors, que l’adojeune, en coaching de vie, fasse, en sorte, de retrouver, sa paix intérieure et, de temporiser. Ses émotions ne sont pas, les réalités. Ces dernières doivent plus, compter, que les états d’âme. Trop souvent, son interprétation irrationnelle, subjective, fausse et alarmiste, l’emporte, sur les états objectifs. Ce qui distord, pollue, parasite : et, sa sérénité et, les réalités, telles, qu’il les conçoit, si mal, par son filtre déformant. Le junior surgénéralise. Il retire, de faux enseignements globaux, factices, illusoires, à partir, d’un seul ou, de quelques éléments spécifiques, particuliers, réels et, vrais. Le plus souvent, la nuance, la relativisation, correspondent plus, aux réalités tangibles, que l’exagération, la systématisation, absolutistes. D’où, l’intérêt, de tout remettre, à sa juste place, proportion, quant au vrai contexte, conjoncturel et structurel. De ne jamais, porter, de sentences andro-adoJuvéniles, de valeur, arbitraires, définitives, désobligeantes, contre-productives, car, négatives. Ni juger, de façon, péremptoire, tranchante.

 

D’être objectif, juste, rigoureux, pour éviter, les anathèmes abusifs, du junior masculin, en coaching de vie. De même, que les « encensements » excessifs, à l’égard, de soi et, d’autrui. Le fait de toujours, tout et, tous, y compris, soi-même, stigmatiser, évaluer, négativement, est un autre travers, très courant, à proscrire. Tolérance et, indulgence, sont de mise, dans la fermeté, le réalisme et, le refus, de tout abus. Voyant, les nuances et, les gradations, ainsi, que les richesses, si pluriformes, des humains et, de l’univers. Sachant, distinguer, entre les mauvais actes, si condamnables et, les personnes, dont, soi-même, qui sont toujours, « plus grandes, que leurs fautes », même, les pires. Cela, évite, d’enfermer l’autre, soi, en ses travers. Or, de lui laisser, la chance, d’évoluer, positivement et, de s’amender. La pensée juvénile impérative et, d’obligation est nocive, car rigide, comminatoire. Le mieux, est la souplesse, du jeune, avec soi, autrui et, le monde, sans lois, cadres et, obligations excessifs. Le facultatif et, la préférence, l’emportent, sur le principe absolu, qui voudrait, s’imposer. Ne jamais, se préoccuper, d’avoir, une « bonne image », auprès, d’autrui ni, à chercher, à plaire, faire plaisir, se plier, inconditionnellement, à ses volontés683.

 

Il s’agit, d’admettre, que les autres aient, leur propre ligne, de conduite, différente, non, celle, du garçon  junior, en coaching de vie. Ce qui conduit, à accepter, toutes les différences mutuelles, aplanir, les divergences. Chacun, conserve et, cultive, ses critères, renonce, à prétendre, régir, ceux, des autres et, de l’univers. Cela, rend, bien plus serein. Car, sinon, si le jeune veut, tout réglementer, à sa façon et, face, aux aléas, qui différeraient, de ses points de vue, il serait alors, souvent, fort dépité, malheureux. Qu’il abandonne, ses « œillères et, filtrages mentaux », qui ne lui font entrevoir, que ce qui va, dans le sens, de ses convictions. Occultant, totalement, ce qui va, à l’encontre. À ses pires dépens, car, il a alors, tendance, à ne retenir, que le négatif, réel ou, supposé, chez lui-même ou, autrui. « Oublier », délibérément, le positif adojuvénile. Même, de transformer, à ses yeux, du positif ou, du mitigé, en du neutre ou, du négatif. Souvent, par manque, d’estime, de lui-même, il déifie, les autres, se diabolise, lui-même. Qu’il voie, les arguments solides, qui militent, en faveur ou, en défaveur, de sa façon biaisée, de voir. Le positif, qu’il masque, existe pourtant, bien réellement ! Le junior a le choix, de privilégier, les « lunettes noires ou, roses » !

 

Le jeune homme, en coaching de vie, minore fort, aussi, le positif, majore, le neutre ou, le négatif, en parti pris négatif et, subjectif dommageable. Qu’il sache, s’aimer, en agréant, les gratifications, reconnaissant, ses vertus. Il peut aussi, améliorer, sa résistance, au stress, aux déceptions, déboires, frustrations. Il pense, que cela, est intolérable, ce qui le blesse et, fragilise, à tort. Généralement, cela, est certes, dur, à admettre, mais, très surmontable. Alors, qu’il accepte, la déconvenue, ce qui en atténuera, l’effet pénible, le renforcera, sur-le-champ et, pour les « épreuves », à venir. Cela, évitera, atermoiements, procrastinations et, anxiétés, excessifs. Pour mieux, s’accoutumer, à supporter, les frustrations, il s’agit, de mieux, s’en accommoder. Pour cela, l’adojunior peut, se contraindre, à faire, « de suite, vite, bien », ce qui lui paraît, habituellement, relever, des pires « corvées assommantes ». Se convaincre que, même, ce qui lui semblera, le plus rebutant, détestable, peut être supportable, supporté, « sans, mort d’homme ». Pour cela, il peut alors, abaisser, le caractère inquiétant, rébarbatif et, répulsif, de ce qui l’incommode, en son esprit. Ce ne sont pas, les réalités, mais, leur appréhension, par le jeune, qui marque, ce dernier684.

 

Augmenter, en lui, sa capacité, d’adaptation, de rebond : coping, résilience. Au lieu, de faire, l’inverse, ce qui aggrave, les choses. Le junior, en coaching de vie, souffre, de trop, s’autocentrer, personnalisant, à outrance. Ramenant tout, à lui, cela, fausse, son jugement, le heurte, culpabilise, excessivement, à tort. L’adojeune n’est pas, responsable, de tous les maux, de la planète et, des autres. Il y a, d’autres motifs, raisons, causes, à effets, parfaitement, étrangers, à lui-même. Qu’il voie, tous les tenants, aboutissants, exogènes, qui lui échappent et, non seulement, endogènes, qui le concernent, directement. Nous avons déjà, vu, que la lutte, contre les pensées, du jeune, dites, « automatiques réflexes négatives », est le but premier, de l’approche cognitive, émotionnelle, comportementale. Il s’agit, au préalable, pour cela, de noter, pour chaque mauvaise cognition, le fait, qui l’a provoquée. Les pensées, affects, certitudes, désagréables, qui s’ensuivent. Les effets, interprétations et, actes ou, attitudes pervers, générés. Il s’agit, de bien comprendre, identifier, le rapport, entre la pensée négative, entretenue et, le fort sentiment pénible, que cela, induit. Ce qui corrobore, une fois, de plus, le lien, entre pensées, affects et, actes andro-adoJuvéniles.

 

Pour s’inciter, à cogiter, plus positivement. Alors, le junior masculin, en coaching de vie, sera, en mesure, de faire, la différence, entre élucubrations subjectives et, hypothétiques négatives. Réalités factuelles, objectives et, avérées. La négativité amène, des pensées, émotions, comportements et, actes négatifs. La positivité, l’inverse ! D’où, le haut intérêt, à être positif ! Le recensement, de ses états négatifs, effectué, il s’agit, d’établir, des contre-propositions, cette fois, positives. Pour annihiler, tout ce qui est, défavorable, contre-productif, pessimiste. Analysant, vérifiant, la crédibilité, la validité, la pertinence ou, non, de chaque pensée juvénile négative. Puis, établissant, des alternatives positives, pour chaque pensée, émotion, croyance, comportement, acte négatifs. Attribuant, une notation, de zéro à cent, quant à, l’efficacité, de ses remèdes, de remplacement, sur son état d’esprit. Puis, établissant, une « stratégie, de bataille », pour progresser, « vaincre, ses démons ». En un aguerrissement permanent. Il est bon, de toujours, bien vérifier, éprouver, l’authenticité, de ses certitudes, de tester, l’intérêt constructif, de ses attitudes et, actions. Par l’entremise, des expérimentations, du jeune, qui sont toujours, des plus instructives, utiles685.

 

Le pire est, généralement, évité, le garçon  junior, en coaching de vie, est capable, de faire face, aux aléas difficiles. Par, l’introspection authentique et, sans complaisance, sur lui-même, il s’assure, que ses peurs et, anxiétés, ne reposent, sur rien, de tangible. Quelle, que soit, son intervention ou, inaction. Face, à une difficulté, il s’agit, de ne pas s’en tenir, à une seule hypothèse explicative, négative. Qui l’affecte, car, elle lui est défavorable, le culpabilise, dévalorise. Il convient, d’en trouver, bien d’autres, pour ne retenir, que la plus plausible, réaliste, probable. Celle, qui correspondra, le mieux, à la réalité objective, avérée, positive. Non, à ses états d’âme, pessimistes, négatifs, autodévalorisants. Les causes, des faits, auxquelles, le jeune croit, ne sont pas, forcément, les bonnes. Qu’il cherche, les preuves, de ce qu’il avance. Il verra que, souvent, il se trompe, par excès, de négativité, de négativisme, de désamour, de lui-même, ainsi, que de diabolisation, d’autrui, du monde. L’idéal, est de se décentrer, de soi et, de ses pensées et, émotions, pour ne se focaliser, que sur, ce que l’on a, à faire, sur son milieu habituel. Sur l’exogène juvénile, le plus constructif, utile et, non, l’endogène, fort défavorable et, donc, toujours, si improductif.

 

Sur l’action, non, les peurs, doutes, ce qui contribue alors, à se sentir, plus fort, assuré et, moins inquiet et, vulnérable. Que le jeune homme, en coaching de vie, commence, par les situations, les plus rassurantes, pour finir, par les plus délicates, pour lui. Savoir, bien écouter, autrui, en se concentrant, sur lui, ce qu’il dit, non, sur lui-même, ses réactions, sensations propres, est un bon exercice. De se décentrer, de soi et, se focaliser, sur les autres. De même, quand, l’on parle, il s’agit, de se concentrer, concomitamment et, alternativement, sur ce que l’on exprime, oralement, par le verbe. Soi-même et, ceux, qui écoutent, leur perception et, la sienne propre, le milieu naturel. Quand, l’on est, en environnement juvénile, quel, qu’il soit, il est important, de bien, se pénétrer, de tout, ce qui y figure. Tout, ce qui s’y passe et, de tous, les perceptions, pensées, émotions, comportements, que cela suscite, chez soi. En l’objectif, de bien, se concentrer. L’anxiété, le stress, l’émotivité, le manque, de confiance, sentiment, d’insécurité, de vulnérabilité, faiblesse. Autant, de troubles profonds, qui font, alors, se centrer négativement, le junior, sur lui-même. Autocentration, qui ne fait, que décupler, le malaise ressenti, sans apporter, nulle solution686.

 

S’appauvrir, de l’essentiel. Prive, des enrichissements, de l’extérieur. Au lieu, de se focaliser, positivement, sur les autres, l’environnement, le contexte, concernés. Il est donc, important, pour être à l’aise, avec soi, autrui, de s’intéresser, aux autres, à ce qui se passe, s’oublier, soi. La pratique, de la décentration androJuvénile, de soi, de concentration, sur l’action, permet, d’affronter, des situations, de plus en plus, stressantes. Tout en étant, de plus en plus, à l’aise, pour bien, les vivre, en tirer, le meilleur ! En oubliant, ses peurs, pour ne se fixer, que sur le plaisir, tout, l’intérêt, de bien vivre, tout, ce qui se présente, à soi.

 

Non plus, passivement, en subissant, or, bien activement, provoquant, le meilleur. La pleine perception, lucidité, du junior, en coaching de vie, permettent, de profiter, de l’immédiat, sans s’encombrer, d’états d’âme, d’appréciations intempestives, sur ce que l’on est, en train, de vivre. Il s’agit donc, alors, de simplement, être conscient, de la réalité présente, sans, pour autant, porter, d’appréciation, dessus. De ne jamais, s’appesantir, sur les pensées anxieuses, négatives, mais, de les laisser, s’estomper, sans, s’y arrêter. Bien relier, pensées négatives, émotions nocives et, comportements inappropriés, qui en découlent, est capital. Cela, permet, au jeune, une prise, de conscience, rapide, efficace, une neutralisation687.

 

Du fait, de les percevoir, comme, considérations, subjectives toxiques, internes, non, réalités, objectives avérées, externes. Le junior masculin, en coaching de vie, peut, alors, maîtriser, le mal. En constatant, que ce qui se passe, en réalité, dans les faits, conjoncturels et, structurels, est plus inoffensif, que ce que disent, ses cogitations négatives ! Que le jeune, prête donc, la plus extrême attention, à ce qui fait, son quotidien, y compris, au travers, des tâches, les plus modestes, anodines, humbles. Les émotions négatives sont saines ou, malsaines. Selon, le contexte, les protagonistes, en cause, l’intensité, les effets, les fondements, la façon, de ressentir, de concevoir et, gérer, les difficultés… Citons, le ressentiment, la peur, la honte et, la déception, le malaise, l’envie et, la culpabilité, la jalousie, les blessures et, la tristesse… Tout l’intérêt, est d’être conscient, du fait, que telle, émotion juvénile négative, est saine ou, malsaine, selon, les circonstances. Pour bien éliminer, celles, qui sont toxiques, contenir, les autres. Lesquelles, pourraient devenir, à leur tour, nocives, si on les laissait, déborder, prendre, des proportions excessives, donc, délétères.

 

Pour un même type, de sentiments et, de ressentis négatifs, il y a, les pensées, émotions, comportements, afférents, de l’adojeune, en coaching de vie. Si ces derniers sont, pour lui, accablants, blessants, culpabilisants, ce qu’il éprouve, sera malsain. Si son appréhension, des choses, est dure, or, relative et, surmontable, le touche, mais, sans l’abattre, le responsabilise, sans, le stigmatiser, la réactivité, du jeune, est saine. La rigidité mentale, d’exigence, d’impératif, conditionne, les émotions négatives malsaines. Quand, la souplesse psychique, de latitude et, de préférence, induit, les émotions adojuvéniles positives ou, négatives saines. Dans le premier cas, il y aura « rage », en cas, de désappointements. Dans le second, simple contrariété. Ce qui est déjà, moins lourd, mutilant, à gérer et, vivre. L’émotion négative saine, est liée, à un comportement favorable, raisonnable. Donc, bénéfique. L’émotion malsaine, à une attitude contre-productive, excessive. Donc, mauvaise. Ni l’indifférence ni, l’accablement, ne conviennent, mais, la « juste responsabilité, de bon aloi ». Le même raisonnement, peut être tenu, quant aux émotions, du garçon  junior, positives, saines, équilibrées, bénéfiques. Outre, celles, négatives, malsaines, polluantes.

 

Par exemple, la joie juvénile simple, équilibrée, résultant, de l’annonce positive, d’une bonne nouvelle, est saine, car, fondée, normale, modérée. Or, l’euphorie maniaque, suscitée, par un état second, de type, bipolaire, est malsaine, car, artificielle, irrationnelle, hors, de proportion. Différence, entre le « pathologique » et, ce qui relève, de la bonne santé psychique. Pour s’en sortir, il s’agit, d’affronter, ce qui trouble fort, au lieu, de l’éviter. Plus, l’on combat, moins, l’on a peur. Plus, l’on évite, ce qui perturbe, plus, l’on est tourmenté. Annihiler, les mauvaises émotions, du junior, en coaching de vie, consiste, à lutter, contre, les certitudes délétères, les remplacer, par des adhésions, croyances, bénéfiques. Outre, l’évitement, les addictions, dépendances, les dissimulations, la procrastination, constituent, aussi, les pires façons, de ne pas résoudre, ses difficultés. Le mal-être, ne saurait être prétexte, à isolement, inactivité. Ni à volonté abusive, de maîtrise, de tout et, de tous, y compris, soi-même. Ce qui ne fait, qu’aggraver, le malaise. L’acceptation, le renoncement, le lâcher-prise, sont plus efficaces. Il convient, d’accepter, l’idée, d’incertitude, de doute, risque. Car, cela, fait, tout autant, partie, de la vie, du jeune homme, que sa sécurité, même688.

 

Sous peine, d’être fort angoissé, malheureux. Car, l’on ne peut aller, à l’encontre, d’une réalité humaine, par essence, si insécure, imprévisible, aléatoire. En laquelle, tout, est provisoire et, révocable, telle, la vie, elle-même. Seule, la mort, ayant, un caractère, d’absolu éternel, assuré. Que le junior, en coaching de vie, renonce donc, à être rassuré et, à tout vérifier, à l’excès, aux rituels inutiles, au refus, des risques, à influer, sur autrui. L’anxiété lui fait exagérer, l’hypothèse et, l’importance, d’un danger et, minorer, son aptitude, à y faire face. Ce qui augmente, l’angoisse. Qui plus est, pour des choses qui, le plus souvent, ne se produiront, jamais ou, seront, bien moins graves, qu’escompté. Qu’il surmontera, bien mieux, qu’il le pensait. En outre, les mesures androJuvéniles protectrices, qu’il prend, pour se préserver, contre les causes, de ses peurs excessives, sont irrationnelles, irraisonnées. Elles se révèlent, même, fort généralement, causes, de troubles, quasi, aussi gênants, que ceux, contre lesquels, le jeune, veut, se garantir. Un remède, pire, que le mal ! La solution, est de s’exposer, progressivement, à ce qui inquiète, pour rendre, la source, de malaise, inoffensive. Par habituation, acceptation, déminage, de la peur, même, la plus extrême.

 

Au lieu, de multiplier, les esquives adojuvéniles masculines, inutiles, mutilantes, qui loin, de résoudre, le problème, ne font, que le masquer, nier, donc, l’aggraver. Nul, besoin, de béquilles, prothèses illusoires, pour bien vivre. L’inquiétude ne protège pas, mais, gâche, encore plus, l’existence. Il s’agit, de bien faire, non, d’être « perfectionniste ». « Le mieux, étant, l’ennemi, du bien ». (T. d’Aquin, théologien, États italiens, 1224-1274, Somme théologique, traité moral, États italiens, 1266-1273). Que ce soit, en pensée, émotions, action. Car, le trop bien, devient, alors, le mauvais. Vouloir, trop, réussir, mène, le junior, en coaching de vie, à échouer. Vouloir, trop, éviter, une chose, conduit, souvent, à obtenir, l’inverse, de ce que l’on veut.

 

Alors, que le jeune, en coaching de vie, pratique, le « lâcher-prise », qui n’est pas, le laisser-aller. Plutôt, que de s’obséder, si négativement, de ses problèmes, ce qui ne fait, que les aggraver, qu’il pense, ressente, agisse, plutôt, positivement. En vue, de se focaliser, sur ce qui va bien. Sur ce qui est, en son pouvoir, pour bien et, mieux encore, vivre et, pour le meilleur. Non ou, moins, contre, ce qui va mal, de façon, réelle ou, supposée. Pour cela, qu’il commence, par se fixer, des objectifs et, les bons ! Liés, aux difficultés, à surmonter. Ces buts, du garçon  junior, seront fort précis, favorables, vérifiables, raisonnables, fixés, dans le temps. Ambitieux, volontaristes689.

 

Partant, des réalités juvéniles, en cause, des pensées, émotions, comportements, des effets générés. Trouvant, des affects alternatifs, plus bénéfiques, pour soi. Idem, pour les cognitions, attitudes, actes. Se motiver, pour agir, aide, or, souvent, c’est l’action, qui motive, sans compter, ses résultats positifs, plus, que la motivation, n’incite, à agir. Il n’y a pas, de motivation, du junior, en coaching de vie, possible, sans, croyance positive, préalable, car, le cognitif détermine plus, le comportemental, que l’inverse. Il importe, pour se dynamiser, de s’inspirer, de réalités, personnes, d’exemplarité. Ainsi, que de représentations, sources, positives, de renforcement. Qui permettront, alors, de s’y référer, pour avoir, l’envie et, la force, de changer, d’agir. Que le jeune homme, se pénètre, aussi, de tout l’intérêt, pour lui, à agir, changer, positivement. Avec, toutes les avancées, bénéfiques, que cela, implique, pour lui. Fasse, la balance, entre les avantages et, les inconvénients, pour lui, de changer. En matière, de pensées, d’émotions, de comportements, d’action, de solution. À court, moyen et, long termes. Pour lui-même et, autrui. Le plus souvent, les avantages, du mouvement résolu, l’emportent, sur les inconvénients, de l’immobilisme, le plus attentiste690.

 

Les inconvénients, de bouger, sont bien moindres, que les avantages, du statu quo, de la paralysie. Convaincu, de l’intérêt bénéfique, du changement, pour soi, l’adojunior, en coaching de vie, est, d’autant plus, motivé, à agir, en ce sens. Des inconforts provisoires, à court terme, sont fort acceptables, pour en bénéficier, à long terme, en matière, de résultats favorables, durables. Notant, au fur et, à mesure, les avancées, perçues. Précisant, les difficultés rencontrées, quantifiant, ce que cela, implique, en pensées, émotions et, comportements. Ajoutant, ce que cela, génère, pour soi, en matière, d’action, de buts androJuvéniles. Voyant, ce qui sépare encore, de la réalisation, de son dessein. Pour lutter, contre les anxiétés, peurs, contre-productives, l’on peut se persuader, de façon, pragmatique. Se convaincre, que ce qui inquiète, en théorie, a bien peu, de chances pratiques, de se réaliser. La pensée négative, mène, à l’anxiété, donc, à la certitude, que le pire, dont, l’on est convaincu, arrivera. Ce qui n’est jamais, avéré, à l’avance. Toutefois, cru, à tort, par pessimisme, dramatisation catastrophiste. D’où, l’intérêt, de savoir, « raison garder ». Pour être, plus paisible, détaché. Ce qui permet, au jeune, d’être plus positif, d’un point de vue cognitif.

 

Plus serein, émotionnellement. Plus efficace, de façon, comportementale. Alors, qu’en étant, négativement survolté, l’adojunior masculin, en coaching de vie, ne récolte, que l’inverse. Pensées, d’affolement. Émotions massacrantes. Actes désordonnés, d’échec. Le tout, ne faisant, qu’attiser, les angoisses, les plus démesurées. Pour surmonter, les affres, de l’anxiété, bien, y faire face, il s’agit, d’en bien identifier, accepter, les symptômes psychosomatiques. Cela, aide fort, à déjà, se sentir mieux. Affronter, ses peurs, plutôt, que les fuir, est la solution, la meilleure. Cela, passe, par l’exposition, l’habituation et, la « désensibilisation », du jeune, quant à ce qui l’inquiète, de façon, cognitive, émotionnelle, comportementale. Sur le mode ni, trop élevé ni, trop bas, mais, de la manière suffisante, pour efficacité. Inutile, de se sécuriser, à outrance, en fuyant, ce qui fait peur, cela, ne fait, qu’augmenter, l’anxiété, d’autant, aggraver, le problème. Le manque, d’estime, de soi, est une dévalorisation, de soi. L’estime, de soi-même, est, au contraire, une « valorisation », de soi. Pour renforcer, l’estime adojuvénile, de soi, défaillante, l’on peut, s’autovaloriser, plus et, mieux. Réévaluer, positivement, ce que l’on pense, de soi. Or, cela, reste, aléatoire, fluctuant691.

 

Le mieux, est alors, de s’accepter, pleinement, de façon, inconditionnelle, tel, que l’on est. Cela, permet, d’éviter, de toujours, se juger, soi-même, s’obséder, de l’image, que l’on donne, ainsi, que de l’opinion, d’autrui, sur soi. En tant, qu’humain, unique, à part entière, sa valeur est inhérente, à son humanité, ce que l’adojeune, en coaching de vie, est. Jamais, à ce qu’il fait, a, ou, paraît, ses résultats ou, positions, en société. Sa confiance authentique repose, donc, sur des facteurs endogènes et, non, exogènes. S’il s’accepte, ès qualité, sa confiance est consolidée, car elle ne relève plus, du bon vouloir, des autres ou, d’aléas externes. Or, de sa propre souveraineté, « for interne » adojuvéniles. En cas, de coup dur, il continue, à s’aimer, car, il n’associe plus, l’épreuve, à son indignité, or, au fait, de sa nature humaine, imparfaite. Dont, la valeur, n’est pas altérée, pour autant. Tel aspect, de lui, peut bien, lui paraître, fort insuffisant, ne pas, lui convenir. Or, aucun autojugement ni, fixation, de valeur, par autrui, holistiques généraux, ne sont possibles, quant à sa personne. Par ses sophistication, unicité, imperfection, richesse et, évolutivité constante. Le garçon junior représente, une telle importance, que sa valeur, est inestimable.

 

Que l’adojeune, en coaching de vie, ne confonde pas, sa valeur endogène et, sa valeur exogène. La première, est celle, qu’il s’attribue, à lui-même. La seconde, est celle, dont, lui font crédit ou, débit, les autres humains. La tragique erreur, est de mélanger, les deux et, de ne porter attention, qu’à ce que les autres, pensent, de soi. Croire, que sa valeur androJuvénile interne, ne dépend, que de celle, qui est externe. Que du jugement, d’autrui. Or, seul, compte, le verdict, que l’on émet, à l’égard, de soi-même. Celui, des autres, est « nul et, non avenu », du simple fait, qu’il ne vient pas, de soi- même, mais, de l’extérieur. Alors, qu’il prétend juger, en valeur, ce dont, il ignore, pourtant, tout. Un peu, comme, un étranger, nouveau venu, se permettant, de tout, remettre, en question, loin, de chez lui, en territoire inconnu. La valeur, du junior, ne dépend, exclusivement, que de lui et, son regard, sur lui-même, jamais, des autres, de leur opinion, sur lui. Un point, c’est tout. Il ne doit jamais, laisser autrui, juger, sa personne. Tout juste, ses actes, en la limite, de la légitimité, fondée. Que les autres, se jugent, eux-mêmes, comme, bon, leur semble, c’est, leur affaire !

 

Or, il s’agit de, toujours, leur dénier, le droit, de juger, le jeune homme, en coaching de vie, s’interdisant, lui-même, de leur infliger, indûment, la pareille. Un proverbe arabe, ne dit-il pas, en substance, que : « Quand, l’on possède, une toiture, de verre, l’on ne s’amuse pas, à caillasser, le toit, de tôle, du voisin » ? De même, les Écritures, mettent aussi, en garde, contre, tout jugement arbitraire. « Ne jugez pas et, vous ne serez pas jugés, ne condamnez pas et, vous ne serez pas condamnés, remettez et, il vous sera remis ». (Luc, évangéliste, Moyen-Orient, Ier s., Évangile, VI-37, Nouveau Testament, La Bible, Moyen-Orient, Ier s.). L’on est « personne, valable et légitime », non, car, d’autres humains, l’ont possiblement, décrété, mais, parce que, l’on en est, convaincu. En son âme et, conscience juvéniles.

 

Tout le reste, n’a nulle, importance, nul, fondement ni, valeur, en soi. De même, même, si autrui, a décidé, que l’on était « indigne », l’on est, malgré tout, à ses yeux, « valeureux », si on l’a décidé, ainsi ! Alors, le junior masculin, en coaching de vie, « se suffit », toujours, à lui-même, sans, nul, besoin, de l’aval ou, du rejet, des autres, pour avoir foi ou, non, en lui-même. Qu’autrui, le valorise ou, dévalorise, il se doit, de, toujours, en faire fi, s’apprécier, valoriser, en bonnes, inconditionnelles, estime, acceptation, de lui-même. Indépendamment, des autres, de leurs appréciations, des événements extérieurs, des circonstances, du temps ou, de l’espace et, des choses692.

 

Cela, permet, d’avoir, une bonne confiance juvénile, en soi, autrui, la vie, son destin. Une bonne affirmation, de soi. En plénitude, équilibre, bonheur. En outre, le jeune, en coaching de vie, peut toujours, rectifier, ce qui ne va pas, améliorer, encore plus, ce qui est positif, en lui. S’accepter, tel quel, tout en progressant, pour devenir meilleur. Optimiser, ses capacités, tirer, tous les enseignements, du passé, des événements, des échecs et, succès, de lui-même et, des autres. Ses travers, spécifiques, circonscrits, ne font pas, de lui, un « complet déchu ». Pas plus, que ses qualités particulières, un « parfait génie absolu ». Qu’il ne généralise pas, ses défauts, manquements, pour s’accabler, globalement. Qu’il sépare, là encore, ses actes et, sa personne. L’Homme est toujours, « plus grand, que lui-même ». Qui a fauté, un jour, n’est pas, pour autant, un fauteur invétéré, en tout et, pour tout, à vie. Le garçon  junior évolue, il peut changer, ne peut s’enfermer ou, être enfermé, en un seul aspect, de lui-même et, de son existence. Rejetant fort, alors, toute catégorisation, pour lui-même et, pour autrui. « Être, en devenir et, déjà, devenu, il est un vrai mutant ». Le jeune n’est jamais, réductible, à un seul trait personnel ou, à certains, d’entre eux.

 

Or, à tous ceux, qui le caractérisent, en un ensemble global. Bien, au-delà, en tant, qu’entité biophysique, psychocognitive et, sociomorale. Le junior, en coaching de vie, est donc, non évaluable, inqualifiable. En tant, qu’ensemble, bloc, indéfinissables, non, agglomérat, de caractéristiques individuelles spécifiques. L’on mute, en permanence, ce qui rend, encore plus, absurde, le fait, d’être évalué. Car, alors, tout jugement, est rapidement, caduc, périmé, obsolète, donc, faux. Aucune valeur, n’est donc, jamais, quantifiable, de la naissance, à la mort. Même, mort, certaines, des fonctions biologiques, perdurent, un temps ! Le jeune homme est plus heureux, en acceptant, son imperfection humaine, celle, d’autrui, du monde. Tout en faisant, de son mieux, pour « mieux être, faire ». Pour soi, les autres, l’univers. N’oubliant pas, que sa valeur intrinsèque est, d’abord, liée, à son unicité originale, si particulière. Donc, à sa similitude, avec tous, puisque, chacun, est unique. Cela, relativise, ses défauts, qualités, en humilité et, fierté, mêlées. D’où, l’importance, d’être, ce que l’on est, en tant, que tel, ni plus ni, moins. Sans arrogance, prétention, fatuité juvéniles égocentriques ni, autodépréciation, autoapitoiement, ressassements, des plus mutilants693.

 

En acceptant, les gloires, les ombres, chez soi, comme, chez autrui. Sans, majorer, ni minorer, ni les hauts, ni les bas. S’accepter, épanouit, quand, se rejeter, autodétruit. En cas, de difficulté ou, de non-succès passager, du jeune, en coaching de vie, il convient, non, de s’accabler, mais, de relativiser, tirer, tous les enseignements. Pour « corriger le tir », s’améliorer, progresser et, bien réussir, à la prochaine tentative. Le plus souvent, l’échec n’est pas définitif, irrémédiable, mais, provisoire et, corrigible. Il s’agit juste, d’une étape, d’un résultat temporaire, que l’on n’attendait pas, qui ne convient pas. C’est, de croire, à son caractère, si absolu, intangible, à l’infini, qui abat. De même, que d’associer, l’insuccès, à une indignité, une déchéance androJuvénile, de l’ensemble, de sa personne. Non seulement, au mauvais aboutissement, d’une action ou, à une simple péripétie transitoire, comme, c’est le cas. Alors, que sa propre valeur humaine, n’en est pas altérée, pour autant. Cela, est subjectivement, affreux, à ses propres yeux, bien moins, à ceux, d’autrui et, plus objectivement. Que le junior, ne confonde pas, un accroc conjoncturel, avec un malheur structurel. Généralement, il s’agit, bel et bien, du premier genre. Le plus passager, éphémère, réversible.

 

S’accepter, n’est pas, se résigner, au pire, or, faire effort, pour changer, s’améliorer, comme, progresser. Supportant, la frustration juvénile, par tolérance, de la difficulté, du labeur, présents, pour être fort récompensé, ultérieurement. Ne pas s’accepter, implique, de ne pas admettre, la frustration, en peinant, maintenant, pour atteindre l’objectif, tous ses avantages, plus tard. S’accepter, soi, n’implique pas, d’accepter, ses travers, petits et grands. Cela, indique, que l’on accepte, son caractère faillible, car, humain. Avec force, nécessité morale, auto impartie, de se corriger, bonifier, en effort, persévérance, courage, espérance, du junior masculin, en coaching de vie. Il s’agit, de reconnaître sa part, en ses dévoiements, sans s’accabler ni, s’anéantir, avilir, pour autant. Car, sinon, cela signifierait, que cela, est irrémédiable, car si consubstantiel, à sa nature profonde. Humaine et adojuvénile ! Alors, qu’il s’agit, de causalités extrinsèques, dont, l’on est responsable et, donc, corrigible. Le jeune peut isoler, ses comportements négatifs, inappropriés, pour les modifier, positivement, de façon, idoine. Il s’agit, de ne pas « cataloguer », soi-même ni, autrui. Or, de tout et, tous « jauger », de façon, exacte, juste, objective, sage, comme, circonstanciée694.

 

Y compris, soi-même. Pour éviter, les jugements hâtifs, non fondés, mutilants, pour soi, autrui. Que le garçon  junior, en coaching de vie, soit aussi, franc, honnête, en ses appréciations, pour éviter, les faux-semblants, nocifs, délétères. Apprenne, à se réconcilier, avec sa personne, en n’évaluant, que ses actes, mais, jamais, lui-même. Sache, composer, avec ses travers. Soit indulgent, avec lui-même, relie, ses actes, à ses difficultés, réalités humaines, donc, faillibles et, perfectibles. Le jeune vaut toujours, plus et mieux, que ses attitudes et, actes. Ce qui ne le dispense, en rien, de se corriger et, de faire effort juvénile, pour évoluer, mieux faire et, progresser. Sans besoins, de culpabiliser, car sa valeur est égale, à celle, des autres humains et, réciproquement. Qu’il lutte, contre, ses colères abusives. La colère saine, est un légitime agacement, de défense, fondée. La colère malsaine, est une rage nocive, détestation morbide, de pure agression excessive, disproportionnée. Tout est alors, affaire, de tolérance, respect mutuels, des différences. Car, le junior vit, légitimement, selon, ses propres normes et, jamais, celles, d’autrui. Souplesse et, préférence, aident, à la sérénité, par libération, de soi, non, l’exigence et, l’attente crispées695.

 

En considérant, que chacun, est faillible, en s’acceptant, soi-même et, autrui, mutuellement, tel, que l’on est. En individualité juvénile et, multitude. Tout en recherchant, à être et, faire, au mieux. Apprenant, à supporter, les frustrations, ce qui aide, à se contenir, être plus épanoui. Entre asservissements, aux dévoiements, d’autrui, explosions, fort rageuses, il y a, la fermeté. Laquelle, permet, de se protéger, des abus, faire face, adéquatement, à ce que l’on n’accepte pas, sans subir ni, dangereusement, inutilement, enrager. Par simple affirmation efficace, de soi, pour mieux arriver, sainement, légitimement, à ses fins. Sans inhibition ni, agressivité ou, manipulation, du jeune homme, en coaching de vie. Même, face, aux pires remontrances, qu’elles soient fondées ou, non. Souvent, le junior vit mal, son présent, appréhende mal, l’avenir. Car, son passé, notamment, l’enfance, l’adolescence, la jeunesse, aura été, pour lui, douloureux. Il développe, alors, des croyances négatives, à l’égard, de lui-même, d’autrui, de l’univers. Qui génèrent, des attitudes néfastes. Ces adhésions et, certitudes illusoires, reposent, sur des idées fausses, du junior, causent, des convictions nocives et, délétères. Qui s’égare, par ses aveuglements, se leurre !

 

Car, alors, tout est terni, à l’aune, du fort pessimisme, de la négativité. Il s’agit, de bien isoler, toutes les croyances négatives, malsaines, du jeune masculin, en coaching de vie, liées, au passé, pour bien les annihiler. Puis, les remplacer, par des pensées alternatives et, plus positives et saines. De façon, moins extrémiste, plus exacte, pragmatique, lucide, quant à soi, autrui, l’univers, les événements, en cause. L’on peut ainsi, réinterpréter et revisiter, son passé, de façon, plus positive. À la lumière, de son évolution présente, bien plus, aboutie, réfléchie, distanciée, sereine, en relativisation. Puis, le junior intégrera, ces nouveaux schémas mentaux, bien plus, constructifs, favorables, productifs, à sa nouvelle façon, de concevoir, son passé. En remplacement, total et définitif, des anciens, périmés, comme, toxiques. En tant, que réalité, dont il est, désormais, pleinement, convaincu. L’objectif est de fixer, des croyances, à consolider. Puis, de faire en sorte, de les considérer, comme, des adhésions acquises, même si, ce n’est pas encore, le cas. En pensées, émotions, comportements et, actions. En agissant, selon, les nouvelles croyances positives, même, sans y croire encore, totalement, le jeune les appuie. Il finit, par y adhérer, pleinement.

 

Il s’agit, d’éliminer, toutes les croyances négatives, malsaines. Celles, qui sont erronées, non conformes, aux données, de fait. Celles, qui sont limitatives, excessives, incohérentes, nocives. Il convient, de trouver, des « preuves », allant, à l’encontre, des croyances négatives malsaines, pour mieux, les combattre. De même, le garçon  junior, en coaching de vie, réunira, toutes celles, consolidant, les certitudes alternatives positives, saines. Ces dernières sont authentiques, fidèles, à la vérité. Elles sont souples et, adaptatives, modérées, équilibrées, pertinentes et, rationnelle, bénéfique. Restant vigilant, pour persévérer, à cultiver, de saines pensées juvéniles, s’entraînant, à le faire, chaque jour. En mettant, sans cesse, à l’épreuve, ses certitudes positives saines, alternatives. En les occurrences, sources, des modes, de pensée, de comportements, périmés, nocifs. En étant attentif, à ne pas s’égarer, de nouveau, en rectifiant, autant, que nécessaire, ce qui doit l’être. Si l’on venait, d’aventure, à retomber, en ses coupables errements, travers. Que le jeune se nourrisse, de tout, ce qui vient, désormais, corroborer, renforcer, ses croyances saines, en les faits vécus. Qu’il « fasse feu, de tout bois », cognitif, émotionnel, comportemental, positif696.

 

Ne laisse pas, les émotions négatives paralysantes, détruire sa personne juvénile, sa vie, son lien, aux autres, au monde, son épanouissement. Telles, la honte, culpabilité, fierté excessives. Sache, se faire aider, autant, que de besoin. Soit indulgent, avec lui-même, sans, pour autant, être complaisant. N’oublie pas, l’optimisme, l’atteinte, de ses objectifs, les plus prioritaires. En la ténacité, l’effort, l’espérance. Lutte, contre, les pensées bloquantes, qui le dissuadent, d’agir, de façon, la plus idoine, bénéfique, pour lui. Que le jeune homme, en coaching de vie, accepte, le changement, la frustration, l’action, pour avancer. Reste, persévérant, vigilant, pour, sans cesse, entretenir, susciter, les bons réflexes et, mécanismes cognitifs, émotionnels, comportementaux, positifs, sains. Pour prévenir, lutter, contre ceux, qui sont négatifs, malsains. Puisque les premiers, sont bienfaisants, pour soi, quand, les seconds, sont autant, maléfiques. Que le junior remplace, sans cesse, les pensées, affects, attitudes et, actions mauvais, par de bons. Ne se laisse jamais, submerger, par les émotions, les sentiments ou, affects, qu’ils soient négatifs, neutres ou, même, positifs. Ego, image, de soi, opinion, d’autrui, sur soi, ne sont, qu’autant, de mortels poisons, à liquider.

 

Il s’agit, ni de se laisser abattre, par ce qui affecte ni, de se laisser aller, à l’euphorie, de ce qui est agréable. L’égalité d’humeur s’impose. En responsabilité, de ses pensées, émotions, actes, sans culpabilité mutilante ni, désengagement délétère. Ce qui permet, au jeune, en coaching de vie, de faire face et, dépasser, les difficultés. Il s’agit, aussi, d’être souple, adaptatif, en acceptant, ce qui est, tout en se battant, pour l’améliorer. Affirmant, son unicité et, originalité, pour s’épanouir, en respect, des autres, des différences. S’affirmant, de façon, équilibrée, sans, pour autant, prétendre, s’imposer, en force. « Tolérant », l’incertitude, comme, les dysfonctionnements, qui gouvernent, le monde, car, « c’est, ainsi » ! Cela, garantira, au junior, plus, de sérénité, tout en étant, de bonne volonté, pour contribuer, au progrès personnel, général. Il est, aussi, capital, d’être indifférent, à son image, l’opinion, d’autrui, à son égard. Qu’importe, que sa réputation, soit bonne ou, mauvaise, puisque, les autres, ont le droit, d’apprécier, le jeune ou, de le rejeter, mésestimer. C’est, leur affaire, non, la sienne. Vouloir, plaire, à tous, rend, mal à l’aise, anxieux. Y être insensible, renforce, rend épanoui, libre, autonome, en toute souveraineté androJuvénile697.

 

Du fait, de ne pas dépendre, d’éléments extérieurs, de l’aval, d’autrui. Or, de son for interne, uniquement. La valeur, du junior masculin, en coaching de vie, dépend, de lui, jamais, de celle, que les autres, veulent bien, lui attribuer ou, non. Cela, est gage, d’assurance, de confiance, en soi. Avoir, un partenaire affectif, n’est pas, un impératif, au bonheur. Sinon, gare, aux dépendances toxiques. N’oublions jamais, que le vrai amour oblatif, consiste, à avoir besoin, de l’autre, car, on l’aime. Quand, le faux amour captatif, consiste, à aimer, autrui, seulement, car l’on a besoin, de lui. Oblare, en latin, signifie, « donner », alors, que captare, implique, seulement, de « prendre ». Que le jeune souffre, aussi, de connaître, des duretés, maintenant, pour bénéficier, de bons résultats, plus tard. La peine actuelle, est le préalable, à la récompense ultérieure. En résumé : « Sacrifice et, gain » ! Il s’agit, aussi, de ne pas être « bon », pour l’être, mais, d’être authentique, en pensant, d’abord, à soi, ses intérêts, épanouissement. Tout en traitant bien, autrui et, en donnant, aussi, aux autres. Mieux, servir autrui, que soi-même, est une erreur, qui ne peut, que nuire, à sa personne, sans pour autant, avantager, les autres. Le junior ne peut jamais, les honorer, en se niant, lui-même !

 

L’équilibre juvénile consiste, à se gratifier, d’abord, soi-même, pour s’épanouir. Pour seulement, ensuite, être en mesure, d’apporter, « le meilleur, de soi », à autrui. Sans rejet, des autres ni, à leurs dépens. N’oubliant pas, davantage, ce qui motive, intéresse, a un sens fort, pour soi, avançant, toujours, en conformité, avec ses idéaux, valeurs. Acceptant, que tout ou, presque, ici-bas, soit aléatoire, provisoire, réversible, imprévisible. Il est aussi, capital, d’avoir une bonne estime, de soi. Ce qui permet, alors, de connaître, une bonne confiance, en soi et, une bonne affirmation, de soi. En assurance, pleine et entière ! Pour cela, il convient fort, de s’abstenir, de stigmatiser autrui. Il s’agit, de s’apprécier, soi-même, non, de dévaluer, autrui. De se renforcer soi, non, de démolir, les autres. Tout jeune, en coaching de vie, est unique, mais, jamais, à part. Qu’il accepte, d’être un « terrien ordinaire », avec sa valeur originale, comme, « tout un chacun ». Qu’il ne cherche jamais, à être apprécié, de tous ou, de quiconque. Il suffit, d’ « être soi », car chaque garçon  junior, se suffit, à lui-même. L’on peut s’aimer, même, en étant ignoré ou, détesté, « de la Terre entière ». L’essentiel, est de se bien respecter, soi-même, de se faire respecter, par tous, toujours698.

 

Refuser, toute critique négative, même, fondée, est aussi, une erreur, du jeune homme, en coaching de vie, puisque celles, qui sont constructives, aident, à progresser. Elles sont, en sa faveur, non, une pure agression, malveillante. Seules, les critiques malignes, hostiles, mal intentionnées et, illégitimes, car ne reposant, sur rien, d’avéré, sont à rejeter, avec calme, fermeté. Comme, tous, l’adojunior est faillible et, imparfait, donc, fort susceptible, de blâmes. Le reconnaître, l’accepter est, alors, positif, pour lui, autrui. Affrontant, ce qui l’inquiète, lui paraît difficile, plutôt, que de fuir. Cela, le renforce, alors, que l’évitement juvénile, ne fait, qu’aggraver peurs, malaises. Qu’il apprivoise, positivement, ses émotions, pour bien les vivre, au lieu, de prétendre, les annihiler, ce qui les grandit, négativement, au centuple. Inutile, de vouloir, avoir, de l’ascendant, de l’influence, de la maîtrise, sur autrui, en toute manipulation. Cela, n’est ni bénéfique, pour personne ni, légitime. Or, voué, à l’échec, car, cela, aboutit, à « nier », les autres, comme, soi-même. De fait, nuire, à la liberté, d’autrui, est détruire, la sienne propre. Contribuant, permettant, celle, des autres, le jeune consolide, la sienne, en interdépendance. Bonheur et, malheur, de soi, d’autrui, sont liés.

 

Inutile, de vouloir, trop, se faire respecter, car, cela, aboutit, à ne pas l’être, par autrui. Une bonne confiance androJuvénile, en soi, suffit, pour bien, se protéger, des abus extérieurs. Tonitruer, au moindre manquement, est contre-productif et, signe, de mésestime, de soi. Attention, au complexe, de supériorité, pendant naturel, du complexe, d’infériorité. Le lien humain sain, ne peut qu’être fondé, sur la parité, entre les êtres, car chacun, possède, ses failles, comme, ses vertus. Il suffit, d’être soi, s’acceptant, ainsi, qu’autrui, tels quels, en humilité, sans s’avilir et, en assurance, sans écraser autrui. Ainsi, l’on ne nie, ni soi ni, autrui, l’on ne déifie personne, non plus, ni soi ni, les autres. Que l’adojeune, en coaching de vie, ne rejette jamais, la cause, du « pire », réel ou, supposé, entièrement, sur l’extérieur, les autres, la malchance, l’éducation ou, la génétique… Pas plus, que sur lui-même, exclusivement. Cela, permet, de relativiser, n’excuser ni, n’accuser, rien ni, personne. De se battre, pour faire face, progresser, dépasser les blocages, souffrances. N’hésitant jamais, à changer, innover, varier, pour s’enrichir, fuir, la morne monotonie, de ses sclérosantes routines. Halte, aux hontes, culpabilités, non fondées, du junior, si toxiques699 !

 

Que le jeune masculin, en coaching de vie, ne se prenne jamais, excessivement, au sérieux. Sache, avoir, de l’humour, rire de tout, de lui-même. Ne se choque jamais, de rien, car il n’est « ni, victime ni, martyr », or, comptable, de sa souveraineté propre, en courage, sérénité. Qu’il ne prête attention, qu’aux abus, les plus flagrants. Le reste, ne mérite, qu’indifférence, relativisation. Profite, des justes critiques, pour s’améliorer. Apprenne, à se mouvoir, de façon, détendue, parmi, autrui. Avec centration, sur les autres, non, soi-même. Naturel et, sans pures béquilles psychologiques, de réassurance et, protection illusoires, inutiles, comme, contre-productives. Que le junior se manifeste et, s’affirme, ait, le plein contrôle, de lui-même, apprécie, ce qu’il vit, seul et, avec autrui. Soit, inventif, original, iconoclaste. Oui, qu’il ose, être, ce qu’il est, veut, être ou, faire. Toujours, au bénéfice, de soi, des autres, mais, jamais, au détriment. (Branch, Willson, 2006)700.

 

__________________________________

Jonathan, jeune étudiant insouciant, optimiste, est fort heureux, de vivre. Par contraste, son grand frère, Paul, est plus sombre, tourmenté et, traverse, une période difficile. Il vient, de se séparer, de sa compagne et, retourne, alors, pour un moment, chez son père, pour surmonter, l’épreuve. Il déprime, son jeune frère, Jonathan, fait tout son possible, pour l’aider, à « retrouver, le sourire ». Toute la cellule familiale désunie, se ressoude, alors, à cette noble fin, le temps, de « redonner vie », à l’aîné, qui en a besoin. Ainsi, va le film, Dans Paris, en une sorte, d’errance salvatrice, tant morale, que géographique, en la Capitale. L’intérêt principal, de cette œuvre, réside, en ceci, que, les aînés, ne sont pas, les seuls, à soutenir, les cadets, à leur apporter, toute leur richesse humaine. Ici, c’est le jeune frère, étudiant, qui se bat, pour « sauver », son grand frère, adulte, dans la vie active.

 

Non, l’inverse, comme, très souvent ! En dépit, de ses propres incertitudes adojuvéniles, Jonathan « vole, au secours », de Paul. De toute la fougue, de sa jeunesse, il l’aide, à « se hisser, au-dessus, de lui-même », à comprendre, que l’homme est plus grand, que ses faiblesses. À l’instar, d’autres peuples, en l’intérêt, de leur pays et, du leur, les Français doivent promouvoir, leur néogénération. Il faut reconnaître, son « obsolescence » et, savoir, « passer la main » ! Les adojuniors peuvent beaucoup, pour leurs prédécesseurs ! (Dans Paris, comédie dramatique cinématographique, française, du réalisateur contemporain, C. Honoré, France, 2006)701. À cet égard, l’élection, en mai 2017, d’un chef d’État, trentenaire, en la personne, d’E. Macron, ne peut être, que fort positive, pour la France. Comme, les citoyens hexagonaux, l’ont très bien, compris et, voulu ! En dépit, des limites, du quinquennat concerné. (France, 2017-2022).

 

__________________________________

 

 

« Respiration », d’andro-adoJeunoCoaching de vie, humaniste et de consolidation

 

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunologie® est basé, sur l’approche humaniste, c’est-à-dire, centré, sur la personne même, du jeune garçon coaché. Cela, permet, de le comprendre, de l’appréhender, au cœur, de ses attentes, besoins, réalités, personnalité et, essence intrinsèque, unique. Il s’agit, d’une véritable « anti-démoralisation »702. La conception humaniste, de la relation d’aide, du conseil, à autrui, a été « théorisée », pratiquée, par A. Maslow. (Psychologue américain, 1908-1970). C. Rogers. (Psychologue américain, 1902-1987).

 

L’humanisme est thérapeutique ou, d’accompagnement, de coaching ou, conseil de vie. Il repose, surtout, sur les comportements, façons d’être, du professionnel intervenant. Avant même, plus, que son bagage, théorique et pratique. Comptent, avant tout, les attitudes, qu’il adopte, non, les outils d’approche et, techniques, utilisés. L’appréhension, par l’aidé, de ce que, l’aidant est, pour lui, met en œuvre, en sa faveur, est fort capitale. En particulier, pour un junior, qui est toujours, ès qualité, très sensible, à la façon, dont, il est traité, par autrui. Notamment, par les adultes, plus encore, ceux, qui ont une responsabilité, sur lui. Respect, lui est dû !

 

Tout particulièrement, ses éducateurs, coachs, soignants, conseillers. Le tout, en un climat, de bienveillance, de compréhension, de confiance, d’empathie, de compassion, comme, de congruence. D’abord, naturellement, de la part, du praticien. Également, de celle, du jeune homme, en coaching de vie, en synergie, interactivité, respect, acceptation, coopération, mutuels. En mise, en condition, ambiance, positives, constructives, productives, favorables, réciproques. L’apport, d’un lien, d’aide, est d’autant, meilleur et, fructueux, que les conditions humaines, qui y président, sont chaleureuses, rassurantes, encourageantes. En affectivité, considération, reconnaissance et, acceptation inconditionnelles, du junior. Sans, jamais, le juger, en valeur, ni négativement ni, positivement. Une relation d’aide est toujours, porteuse, quand, le professionnel est, lui-même, authentique, qu’il ne joue pas, un rôle. De même, quand, ce dernier, est bienveillant, favorable, attentif, perméable, à ce qu’est, l’aidé. En estime, constructive et productive, illimitée. Il s’agit, aussi, de comprendre, d’aimer, empathiquement, le jeune. En congruence, compassion, aussi. Qu’il le ressente, ainsi. Cela, l’emporte, alors, sur les compétences, purement techniques, du spécialiste.

 

L’adojunior, en coaching de vie, apprécié et, respecté, par l’écoutant, sans conditions, finit donc, par s’apprivoiser, lui-même, positivement, progresser. D’autant, qu’il se perçoit, alors, lui-même, comme, étant digne, d’intérêt, d’attachement. Il l’accepte et, se reconnaît, à lui-même, cette vertu, ainsi, qu’aux autres. Le jeune s’estime, de plus en plus, favorablement, se conçoit, de moins en moins, comme, « enfant maudit ». En meilleurs, perception, appréciation, acceptation et, amour, de soi, et, d’autrui. Il s’est souvent, convaincu, d’être « mauvais, insuffisant, indigne, déchu ». Par, lui-même et, du fait, d’autrui. Son suivi humaniste, centré, sur lui-même, lui fait, reprendre courage, espérance, motivation, confiance, comme, plénitude. En lui faisant, prendre conscience, qu’il est, naturellement, bon, sociable, comme, la plupart, des humains. Que ce sont, simplement, des circonstances, événements, réalités, lui-même ou, autrui, qui lui ont fait, adopter, une vision androJuvénile pessimiste. Négative, défavorable, défaitiste, contre-productive. De lui, des autres, de la vie, des choses, aléas, de son existence, son passé, présent et, avenir.

 

Il s’agit, alors, d’aider, le junior masculin, en coaching de vie, à oser, opérer, des choix propres, devenir, autonome. De façon, positive, pour changer, progresser, « aller mieux et, devenir, meilleur ». De façon, holistique, globale. En épanouissement et, par autodétermination. Les dérives, si mauvaises, n’étant que l’aboutissement, du désespoir, du mal-être, de façon exogène. Non, d’un mal incarné, en soi, par nature, « consubstantielle », endogène. En un mot, se réconcilier, avec soi-même, oser, « être soi » ! La relation d’aide, du coaching de vie andro-adoJeunologique humaniste, a pour vital fondement, le fort questionnement essentiel, propre, à chaque jeune.

 

« Qui, suis-je, d’où, viens-je, où, vais-je, quel est, mon dessein et, ma mission existentiels, à quoi, à qui, consacrer, ma vie et, qu’en faire ? Comment et, pourquoi, qu’est-ce, que réussir, mon parcours terrestre, quelle, utilité, avoir, de mon vivant ? Quelle, trace, laisser, après, mon trépas, pour mes descendants, mes proches, contemporains, les générations futures ? Interrogations morales, spirituelles, axiologiques, par excellence. Qui ne laissent indifférent, aucun junior, en préoccupations, voire, en inquiétudes éthiques, comme, ontologiques. La jeunesse est encore, même, dans les années 2020, l’âge métaphysique, par définition703.

 

Il y a plus, d’un demi-siècle, des étudiants indiens, chinois, japonais, américains, canadiens, norvégiens, sont interrogés, sur leur choix prioritaire, de vie. Viennent, en tête, la responsabilité morale, de l’empire, sur soi, la « jouissance » et, la préservation, du « patrimoine commun », de l’humanité. Puis, la plénitude, à agir, pour dominer, les difficultés, en pleine confiance, dans le changement. Pour résorber, des préoccupations individuelles, comme, collectives, relever, des défis. Ensuite, l’introspection, la conscience intérieure, une ascèse, toute personnelle, une considération endogène élevée, de soi, des autres. Plutôt, qu’une volonté, de pure domination, matérielle et humaine, exogène. L’ouverture, la sensibilité, l’attention, à l’Homme, comme, à la matière. Puis, l’hédonisme, sensuel et matériel, profiter, des bonnes choses, de l’existence, en plein contentement. Contre, les déplaisirs, du manque et, de la frustration. Une jeunesse, de 1960, plus morale, que matérialiste, donc. La nouvelle génération 2020, semble, aux antipodes, bien plus, hédoniste, que spiritualiste. Or, en réalité, nos juniors contemporains, sont bien plus sensibles, aspirent, bien plus encore, à l’accomplissement axiologique, de soi, qu’il n’y paraît.

 

Valeurs et, idéaux, les interpellent, leur parlent, toujours, en notre siècle. Tant, ils savent, en avoir, le plus grand besoin, pour se réaliser, être heureux, donner, un sens, à leur vie. Faire, en sorte, qu’elle n’ait pas, été vaine, mais, moralement, dépassée. Au-delà, surtout, l’essentiel capital demeure, aujourd’hui, comme, hier et, demain, pour tout garçon adojeune, en coaching de vie, d’ « être soi » ! Cela, consiste, pour lui, à oser, s’affirmer, tel, qu’il est, réellement, avec ses vertus, comme, ses failles. À s’assumer, se revendiquer, tel, quel, sans fard, positivement, comme, défavorablement, en lucidité, tranquille, apaisée. Il s’agit, aussi, de se libérer, d’impératifs, plus ou, moins, légitimes, venus, de soi ou, d’autrui, artificiels, superficiels. Pour ne relever, que de sa conscience, son for interne, libre arbitre, en toute souveraineté néogénérationnelle. Se voir, être, tel, que l’on est, non, tel, que l’on aimerait, voudrait, être. Il convient, aussi, de se soustraire, complètement, définitivement, des pressions, attentes, obligations. Que prétendent, imposer, autrui, le corps social, sur l’individu, notamment, juvénile. Le junior, devenant, « adulte accompli », est celui, qui ne se conforme, exclusivement, qu’à, ce qu’il attend, de lui-même. De lui seul704 !

 

Jamais, à ce qui est attendu, de lui, par d’autres personnes. En dehors, de toutes normes, tous conformismes et, toutes conventions, imposés, de l’extérieur. Seule, compte, la totale volonté intérieure, propre, à l’individu. En plein respect, d’autrui, de la communauté. Le jeune homme, en coaching de vie, épanoui, est celui, qui se garde, de la compulsion, à plaire, aux tiers, qui sert, ses intérêts, avant, ceux, des autres. Ce qui est légitime, en toute plénitude. N’implique pas, pour autant, l’égoïsme, la négligence, d’autrui, la nuisance, aux droits, intérêts, de son prochain. L’être humain, digne, de ce nom, se réfère, à lui-même, en libres dignité, autonomie et, pleine autodétermination. Chaque junior, s’impartit, les objectifs, la destinée, qu’il s’est, lui-même, fixés. Chacun, dirige, son existence, ses pensées, émotions, attitudes, décisions, choix et, ses actions. En pleine acceptation inconditionnelle, de soi, d’abord, puis, d’autrui. L’apaisement relationnel, avec ses congénères, passant, prioritairement, par la réconciliation préalable, avec soi-même. Donc, par l’estime, la confiance, comme, l’affirmation, de soi, créées ou, restaurées. Le « processus », du mieux-être adojuvénile, le plus profond, authentique, trouve, d’abord, sa source, en soi-même.

 

La plénitude existentielle, du junior masculin, en coaching de vie, est un processus dynamique, évolutif, non, un état figé et, stagnant. Elle est aussi, une direction mobile, indiquée, non, une destination finale, fixe. Il s’agit donc, d’un processus, en marche, vers, un horizon donné. Décidé, par le jeune, en toute souveraineté, liberté, de mouvement, où, il le souhaite. En expérimentation positive, confiante, sereine. En pleine phase, avec le moment présent, plutôt, qu’avec le passé ou, l’avenir. Le passé est mort, définitivement, périmé et, révolu. L’on ne peut donc, plus, le modifier, mais, le dépasser et, l’intégrer, en sérénité. Il est fort inutile, d’en garder, nostalgie positive ou, regrets négatifs. Le futur n’existe pas encore, il est donc, vain, de le craindre ou, d’en attendre, trop, de gratifications. Seul, son présent, permet donc, d’agir, de réussir et, d’être heureux, car il est, à sa portée immédiate, permet, de réaliser et, se réaliser. Le junior dépend plus, de lui, que de son antériorité ou, même, de sa potentielle projection, à venir. Pour tous adojeunes, il n’existe nulle, prédétermination fataliste. Seuls, la liberté, le libre arbitre, l’autoconduite, gouvernent, l’Homme vivant, debout, résolu. Voilà, ce qui guide, le plus sûrement, les pas, de la jeunesse705.

 

Au-delà, de tout déterminisme, préétabli. En productivité, créativité, inventivité, adaptabilité, audace, originalité… Faisons crédit, aux jeunes, en coaching de vie, pour qu’ils aient confiance, en eux, en leurs aptitudes, en nous-mêmes, adultes, car ils méritent, la foi, en eux, notre adhésion. Un junior confiant, qui a, de l’assurance, fait confiance, est épanoui, serein et, paisible, compétent et, respectueux, de lui-même et, d’autrui. Il vit, alors, bien mieux ! La relation d’aide, d’approche humaniste, est donc, centrée, sur le jeune, qui est suivi, en entretiens. Cela, implique fort, que l’acceptation inconditionnelle, du junior, par le professionnel, induit, l’autoacceptation, du jeune, lui-même.

 

Quand, le praticien, le considère, tel, un véritable « sujet-personne », non, tel, « objet- matériau », le cadet s’identifie, lui-même, comme, tel. En suivi, il prendra conscience, de lui-même, de son unicité, originalité, de sa pleine valeur, intrinsèques et, consubstantielles, à sa seule personne, même. Cela, participe, de l’expérimentation, de l’action adojuvéniles, propres. L’humanisme andro-adoJeunologique, centré, sur le garçon  junior, aboutit, chez ce dernier, à des prises, de conscience et, évolutions positives. En vraie « prescience, prémonition, clairvoyance », de ce qui doit être.

 

Le jeune homme suivi, en coaching de vie, se perçoit, de façon, inédite, autrement, plus favorablement. Il s’accepte et, agrée plus, mieux, ses pensées, émotions, actes, comportements. Épanouissement, motivation, confiance, pro/actions et, autonomie, grandissent. Le mauvais stress, l’anxiété et, l’émotivité excessive, le sentiment, de vulnérabilité, d’insécurité, de faiblesse, d’indignité, de déchéance, l’inertie, fléchissent. Le « junior réel » et, son modèle ou, double idéal, attendu et, espéré, se rapprochent plus. L’adojeune parvient, à être plus « plastique », moins intransigeant, en ses conceptions, comme, appréhensions existentielles. Plus indulgent, compréhensif, distancié, relativisant, par rapport, à lui-même, autrui et, l’existence, car, plus apaisé, serein. Il devient plus lucide, « raisonnable » et, réaliste, notamment, en ses objectifs personnels, de vie.

 

Tout en restant, légitimement, ambitieux et, à juste titre, exigeant. Il cogite, éprouve, se comporte, de façon, plus réfléchie, mature. Il renonce, à ses attitudes, actions inappropriées, inadéquates, nocives. Il accepte, bien plus, mieux, autrui, en juvéniles tolérance, ouverture, authenticité, harmonie, empathie, compassion. Il est plus perméable, aux réalités, les plus objectives et, avérées706. Même, les plus dérangeantes et, négatives, pour lui-même, relatives, à sa personne. Quant aux données endogènes, comme, exogènes. L’adojunior, en coaching de vie, évolue, plus positivement, en ce qu’il est, viscéralement, de façon, favorable, constructive, productive, optimiste, déterminée. En un mot, le jeune suivi va mieux, il devient meilleur, optimise, ses potentiels. Il quitte, l’incertitude infanto-adolescente, pour l’adultisme androJuvénile, bien plus solide et, accompli… (Rogers, 1961)707.

 

__________________________________

Alex est un adolescent, qui subit, les crises, de sa mère, la désaffection, de ses copains. Il se replie alors, sur son monde intérieur et, s’évade, en sa passion, du skateboard. Agrippé, par jeu, à l’extérieur, d’un train, en marche, il tue, accidentellement, un gardien, ne se dénonce pas. Alex se confesse, par écrit, mais, brûlera ensuite, ses aveux. Telle est, l’intrigue, du film, de G. van Sant, Paranoid Park. Du nom, du skatepark, de la ville américaine, lieu, d’entraînement, des adeptes, de planches à roulettes, que fréquente, Alex. À Portland, dans l’Oregon. Le film s’inspire, du roman éponyme, de l’écrivain américain contemporain, B. Nelson. (États-Unis, 2006). Le jeune personnage veut occulter, ce qu’il a fait, il évolue, de façon, à se défaire, de ce qui l’obsède, si durement, l’étouffe, l’enferme. Pour enfin, grandir. Le mal lancinant est, ici, une rédemption, transcendance, vers le meilleur. En rituel initiatique et, de passage. La famille, d’Alex, est désunie, lui-même, écartelé, entre la corvée, des études et, la passion sportive.

 

Déçu, par une petite copine, qui le harcèle trop et, un meilleur ami qui, lui, le délaisse et, le fuit. Le skate est donc, un salvateur exutoire, tout trouvé. Qui deviendra, même, « l’arme, du crime », et, qui le délivrera, de l’agent, de surveillance, à ses trousses. Les skateurs constituent alors, son foyer. Alex a peur, de « sauter, le pas » de l’adultisme, veut, se rassurer. Or, son forfait l’oblige, aussi, à agir ! Il se débarrasse, de sa copine, si envahissante, de ses mauvais amis. Il se distancie, de fait, de ses parents, de son crime et, de sa culpabilité. Toutefois, la conscience ne peut, que demeurer. Ce qui est fait, est fait et, bel et bien, consommé, quoi, qu’il en soit. Au-delà, des sentiments, jugements. En réalité, Alex se sent perdu.

 

Nonobstant, il prendra conscience, que des métavaleurs, dépassent, les conjonctures. Ainsi, l’adolescent, devient-il, sage ! Il comprend, que « l’homme est toujours, plus noble, que ses failles » et, dépasse, sa seule, personne mortelle. (Paranoid Park, drame cinématographique, du réalisateur contemporain américain, G. van Sant, France, États-Unis, 2007)708. Quoi, qu’il en soit, tout jeune, se doit, d’être, un vrai « spectateur engagé ». Jamais, un faux acteur démobilisé, attentiste, passif. L’ « idéal », étant d’être, le plus possible, des plus réactifs, actifs, proactifs, plutôt, que défaillant.

(R. Aron, philosophe français, 1905-1983, Le Spectateur engagé, ouvrage, d’entretiens intellectuels, France, 1981).

 

__________________________________

 

 

AndroJeunologique « promesse, coûte que coûte », positive, constructive

 

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® s’axe, sur la psychologie positive. Il promeut, bonheur, épanouissement personnel. Force mentale et, spirituelle. Droiture morale, du junior masculin709. La psychologie positive est la pratique, qui contribue, à optimiser, l’existence. Elle use, pour cela, d’apprentissages, de schémas mentaux, d’outils, cognitifs, émotionnels, comportementaux, positifs, en vue, d’une vie meilleure710. Il s’agit, donc, non pas, d’une approche curative, pour aider, ceux, qui vont mal, mais, d’une vision préventive, dynamique.

 

Pour maintenir, favoriser, accroître, ce qui va, déjà bien, chez le jeune. Comme, la médecine chinoise, met l’accent, sur la prévention, chez le bien-portant, pour rester, en bonne santé. Contrairement, à la médecine occidentale, qui est plutôt, axée, sur le soin, la guérison, de la maladie, déjà, bien déclarée. La science a démontré, qu’un psychisme serein, positif, permet, d’être en bonne santé physique, de mieux, combattre, les réalités émotionnelles douloureuses. Émotions, cognitions juvéniles, influent, sur le corps, les attitudes, la durée, de vie. La maladie est d’origine physique, autant, que mentale. Beaucoup, d’affections, sont d’origine psychologique. La majorité, même !

 

L’apaisement mental, moral, permet, d’être mieux protégé, des maladies cardiovasculaires, neurodégénératives, cancéreuses. À l’inverse, l’état dépressif, colérique, du jeune, en coaching de vie, peut les favoriser, grandement. Relativiser, positiver, prendre du recul, permet, aussi, d’éviter, des troubles majeurs. Comme, les accidents, les suicides, les désordres psychiques et, les addictions, de toutes sortes. L’épanouissement permet, de nouer, de nombreux liens, très enrichissants, avec autrui. Ce qui permet, au garçon  junior, d’être, en meilleure santé, physique, psychique. D’autant, que le calme, la paix intérieure, permettent, de préserver, sa santé, contrairement, au stress ou, à la colère. Alors, ce sont les bonnes hormones, qui se diffusent, plutôt, que les mauvaises. Ce qui permet, d’améliorer, sa santé, d’éviter, ses dysfonctionnements. Plus, l’on est positif, en sa jeunesse, plus, l’on a de chances, de vivre, fort vieux, en bonne santé, physique et, psychique.

 

Le bon moral adojuvénile, consolide, le système immunitaire, comme, le mauvais, l’affaiblit. La résilience, capacité, à surmonter, les épreuves, est un facteur, de meilleure défense, contre, les maladies, infections. De bons réflexes s’imposent, pour éviter, ce qui perturbe. La colère, la peur, la passivité, les dépendances et, tout, ce qui nuit, à la santé, physique, psychique. Il s’agit, de remplacer, ceci, par l’inverse. Améliorer, sa vie, ses liens, favorise, l’épanouissement. Surtout, si le junior, en coaching de vie, a le contrôle, la maîtrise, des dimensions afférentes, à son existence. La négativité mène, à la passivité, au fait, de subir, sa vie, au lieu, même, d’agir, quand, l’action, au contraire, épanouit. Les liens collectifs humains, l’insertion sociale, renforcent, encore plus, le sentiment, d’équilibre. Le pouvoir, d’agir, pour bien changer, « améliorer », les choses. En l’optimisme, la combativité, la confiance. Cela, commence, par le temps, des études, durant, lequel, il s’agit, de soutenir, d’encourager, de dynamiser. Comme, motiver, les jeunes hommes, à donner, le meilleur, d’eux-mêmes et, à croire, en leurs aptitudes et, talents. Il en va, de même, dans le monde, du travail. Celui-ci, est capital, pour que le junior soit fier, de lui, comme, de son utilité sociale.

 

Le jeune travailleur, en coaching de vie, est productif, heureux, en son entreprise, si son milieu professionnel, est agréable. S’il y est reconnu, pour, ce qu’il fait, avec considération, participation. Ce qui est, de l’intérêt, de tous : travailleurs, employeurs, entreprises. La vie est heureuse, si la perception, que l’on a, des événements, si son appréhension, des choses, si sa mémoire afférente, sont positives. Si elles sont négatives, son existence sera, moins riante. Sa vie importe moins, que la façon, dont, on l’interprète. À force, de n’en voir, n’en retenir, que le négatif, réel ou, supposé, l’on en oublie, le positif, n’en jouit donc, pas. Ce qui accroît et, entretient, le pessimisme et, le mal-être androJuvéniles, donc, la négativité, en un cercle vicieux, sans fin. Le pessimiste ne voit, que le mal et, l’optimiste, le bien. Le « positiviste » se détache fort, de ses difficultés, alors, que le « négativiste », ne fait, que les ruminer, inutilement, de façon, stérile, sans fin. Ce n’est pas, parce que, le pire existe, qu’il ne faut jamais, voir, le meilleur, qui arrive, tout aussi, sûrement. Se focaliser, sur ce qui est favorable, rend plus heureux, que de ne s’obséder, que de ce qui n’est pas, constructif. Ce qui fait, que le junior, croit, que sa vie, ne vaut pas, la peine, d’être vécue711.

 

Ce qui ne marche pas, ne fait pas avancer, les choses, le monde. L’être juvénile masculin, en coaching de vie, n’est pas objectif, mais, subjectif, puisqu’il ne juge, toute chose, qu’en fonction, de son seul, état d’esprit, épanoui ou, en marasme. La pensée négative provient, d’analyses erronées, ce qui fausse, le raisonnement. Faux jugements, manichéisme, généralisation, exagération catastrophiste, oubli, de la positivité et, prédiction négative, de l’avenir… Tout cela, conduit, à l’échec, au mal-être. Le bonheur, du junior, rend plus objectif, optimiste. Moins envieux, jaloux et, en rivalité. Plus adaptable, en fonction, des circonstances. Qui est heureux, de vivre, profite pleinement, de ce qu’il est, de ce qu’il a, de ce qu’il fait, paraît, pour s’en satisfaire. Quand, ceux, qui ont, des états d’âme, ne font, que se « chagriner », de ce qu’ils estiment, à tort ou, à raison, manquer. Sans, même, remarquer ni, apprécier, ce qui est existant, à leur disposition. Un tempérament positif, majore, les bonnes choses, minore, les autres. L’esprit négatif fait, exactement, l’inverse. Que le jeune sache donc, savourer, au mieux, les gratifications petites, moyennes, grandes, de l’existence. Le passé conditionne, le présent, lequel, influe fort, sur son avenir.

 

Le passé transmet, des connaissances, informations. Ainsi, que des expérimentations, qui nourrissent, tout un faisceau, de croyances. Les représentations, que le garçon  junior, en coaching de vie, se donne, de soi, d’autrui, de l’univers. Ce qui élabore, ses pensées, émotions, comportements et, actions. En bref, tout, ce qui a abouti, à forger, son entité propre, ses liens, ses désirs. Si le passé a été, globalement, plutôt, positif, le jeune en retient, un souvenir satisfaisant. Ce qui l’aide, à bien vivre, aujourd’hui, à envisager, l’avenir, de façon, très confiante, favorable. Si son passé, lui paraît, au contraire, majoritairement, mauvais, cela, l’affecte, trouble fort, son présent, lui fait craindre, le futur. Il n’est jamais, possible, d’être heureux, au présent, dans le ressentiment, le regret, la colère, la tristesse, le mal-être, concernant, le passé. À défaut, de pouvoir, oublier, il est toujours, loisible, de pardonner, sinon, les actes, bel et bien, aux personnes. Ce qui libère, le junior, l’apaise. Peut s’imposer, le pardon, à l’égard, de soi-même. La rancœur, le reproche, la culpabilité, les agressions subies, nuisent. Pour ne pas, se détruire, soi-même, il convient, de retenir, tous les enseignements bénéfiques, du passé. Les plus féconds, positifs, sains712.

 

Pour mieux rebondir, au présent, s’assurer, un avenir juvénile, bien meilleur. Cela, vaut, mieux, que de ressasser, péniblement et indéfiniment, ses épreuves antérieures, de façon, stérile et inutile. Pour pardonner, à soi-même, comme, aux autres, il s’agit, d’admettre, que la perfection humaine, n’est pas, de ce monde, pour personne ! Il est aussi, possible, de faire un pas, vers l’autre, pour exprimer, ses regrets, si l’on est, à l’origine, de dommages, à son détriment. De lui exprimer, son préjudice subi, si l’on est victime, de « mauvais procédés », de sa part. Le junior, en coaching de vie, peut aussi, pardonner, à des personnes disparues ou, encore, inaccessibles, par écrit. Puis, détruisant, symboliquement, le message, ce qui implique, l’anéantissement, de ses rancœurs. Les regrets, demandes, d’absolution, d’autrui, seront accueillis, favorablement. Il est important, que les épreuves passées, puissent être surmontées, donnent lieu, à enseignements positifs, renforcement moral personnel. Plutôt, qu’à amertume, abattements, aigreur. L’idéal, du jeune homme, est de ne pas juger ni, condamner, a priori, autrui, avec sévérité, acrimonie, stigmatisation ou, réprobation ni, définitivement.

 

Si nécessaire, il est toujours, possible, de se faire assister, des autres, professionnels ou, non. Réfléchissant bien, prudemment, avant, de jeter l’opprobre, sur le prochain, si cela, n’est pas, absolument, constructif ni, productif. Se pénétrant, du fait que, renoncer, à ses récriminations, permettrait, de s’alléger et, de mieux vivre. Ensuite, que le junior, en coaching de vie, dépasse, ses querelles et, blocages, si négatifs, pour se concentrer, sur le meilleur, de son existence. Plus, que jamais, le pardon authentique demeure donc, une vertu cardinale, des plus bienfaisantes, pour tous. La reconnaissance, le remerciement, la gratitude, sont des émotions positives, très bénéfiques, pour la santé, physique et psychique.

 

Rendre grâce, rend heureux, quand, la malédiction, la vindicte, perturbent, grandement. Les émotions négatives, non toxiques, du jeune, telles, celles, suscitées, par une perte, seront distinguées, des émotions négatives nocives. Les premières, sont des réactions émotionnelles, factuelles et surmontables. Les secondes, ne sont, que des réactions pulsionnelles, comme, la colère, excessives, comparativement, à la réalité, en cause. Des plus ravageurs, pour les protagonistes, concernés. Il est très important, de remercier, les autres. Cela, peut être oral, mais, aussi, écrit. Gratitude, admiration, élèvent, l’être androJuvénile713.

 

Pour appuyer, plus encore, sa reconnaissance. Pour être épanoui, que le jeune masculin, en coaching de vie, sache, aussi, accorder, plus, d’importance, à ce dont, il bénéficie, déjà, en sa vie, plutôt, qu’à ce qui pourrait, lui manquer, encore. Goûter, pleinement, les gratifications simples, du quotidien, augmente, la propension, au bonheur. Tout en continuant, à se battre, pour améliorer, son ordinaire, celui, de son entourage. C’est, qu’il y a, en sa vie, généralement, plus, d’occasions et, de motifs, de gratitudes, pour les bonnes choses. Que de frustrations juvéniles, pour les mauvaises. D’où, l’intérêt, de noter, chaque jour, ce qui est arrivé, de positif, de bénéfique, afin, que l’on puisse, pleinement, y goûter et, s’en réjouir. Pour être plus épanoui, encore ! Voir, le positif, en toute chose, contribue, à régénérer, l’existence. S’adapter, pour grandir, améliore la vie, à tous points de vue. Chacun, est « comptable », de tout, son propre parcours terrestre. En appliquant, les fructueux préceptes antiques, de la « connaissance, de soi, du devenir », de ce que l’on est, déjà. Le destin, du junior, est, encore et toujours, avant tout, entre ses mains. Alors, pour le bâtir, pleinement, résolument, qu’il décide, de ce qu’il souhaite, pour lui-même, comme, sa vie, à venir.

 

Adopte, les meilleurs procédés, pour façonner, sa destinée juvénile. Qu’il agisse, au mieux, pour atteindre, tous, ses objectifs ! Le secret, de la vie sereine, consiste, à ne pas dépendre, des réalités extérieures, mais, avant tout, de sa richesse et, de sa force mentale intérieure. Ce qui fait, que le garçon  junior, en coaching de vie, est heureux, de vivre, quoi, qu’il arrive, quelles, que soient, les circonstances. Puisqu’il relève, avant tout, de son propre, état d’esprit interne, très indépendant, des choses exogènes. Qu’il fera, avant tout, reposer, l’essentiel, sur sa paix intérieure structurelle, non, la conjoncture. Sauvegarde, entre soi et, le monde externe, si agité.

 

Le jeune homme, en coaching de vie, puisera, ses forces bénéfiques, en lui-même, au lieu, de s’affaiblir, s’épuiser, des flux toxiques extérieurs. Pour cela, il convient, de s’ancrer, en le temps présent, prioritairement, plus, que dans le passé, ou, l’avenir, sans, pour autant, « négliger », ces derniers. Afin, de tirer, meilleur profit, de ce qui est actuel, pour s’en pénétrer et, enrichir, au maximum. Ainsi, W. Hayes, étudiant, de vingt-trois ans, est-il emprisonné, en Turquie, pour possession, de Cannabis, en 1970. Il saura alors, trouver, sa « rédemption », en l’épreuve. Le célèbre film de cinéma, américano-britannique, Midnight Express, le démontre, avec brio.

(Drame cinématographique, du réalisateur britannique contemporain, A. Parker, États-Unis, Royaume-Uni, 1978)714.

 

Il s’agit, d’optimiser, de réorganiser, de façon, adéquate, tout, ce qui a trait, à sa personne, à sa vie. Ce qui est, à la connaissance, à la conscience, de soi-même et, des autres. Ce qui n’est ni, connu ni, à la conscience, du junior, en coaching de vie, des autres. Ce dont, il est lucide, sur lui-même, mais, dont, tous les autres, ignorent tout. Puis, ce qu’il ne sait pas, de lui, or, que les autres connaissent. Tout jeune aura, alors, la responsabilité, de passer, en revue, ces quatre types, de configuration. Afin, de les améliorer, d’en tirer, le mieux possible, parti. En son intérêt propre et, même, celui, de son entourage. L’essentiel, est de toujours, faire prévaloir, sa force mentale intérieure et, sa pensée positive. Sur les événements, les choses et, les gens, en particulier, pour ce qui est, le plus négatif, pour soi. Cela, consiste, à bien, se pénétrer, de sa conscience intérieure. Notamment, par la méditation androJuvénile. À l’image, de l’Orient, surtout, bouddhiste, il est fort bénéfique, de bien se concentrer, sur quelque chose, un certain temps. S’imprégnant, pleinement, de tout, ce qui se passe, autour, de soi, chaque jour, chaque instant. Prêtant fort, attention, à sa respiration, inspirant, expirant, au mieux, de façon, régulière, calme, totalement.

 

Ainsi, qu’à sa façon, de marcher. Sachant, bien écouter, bien comprendre, ce qu’expriment, ses interlocuteurs. Appréciant, ce que l’on ingère. Que le jeune masculin, en coaching de vie, ait, chaque jour, sous les yeux, un objet, positivement, symbolique, pour lui. Fasse, de ses repas, un instant, de paix, privilégié. En rentrant, de cours ou, du travail, qu’il change, symboliquement, de tenue, adopte, un état d’esprit, plus détendu. Écoute, de la musique bienfaisante, pour se délasser. Retienne, à la fin, de chaque jour, l’essentiel, de ce qui a été positif, pour lui, au quotidien, qu’il s’en réjouisse. Pratique, des exercices bienfaisants, de relaxation juvénile, prise de conscience, de son corps. Sachant, bien gérer, toute situation, quelle, qu’elle soit, au travers, de ses trois dimensions. Les faits objectifs concrets, l’importance précise, qu’on leur donne. L’analyse, l’appréhension, les enseignements, qui en découlent, pour soi. Puis, le souvenir, que le junior, en conservera, ultérieurement. D’où, l’importance, de relativiser, bien interpréter, les pensées, sentiments et, comportements, actes, événements, conséquences physiques, sur soi. Prenant garde, à ne pas se tromper, de compréhension, s’illusionner, sur des élucubrations, vaines et nocives715.

 

Pour positiver, tout, ce qui paraît, de façon, réelle ou, supposée, fort négatif. Pour neutraliser, les mauvaises choses, actes, comportements juvéniles, du passé, il s’agit, de détruire, les pensées, émotions négatives, afférentes et, subséquentes, qui nuisent. Pour cela, il convient, d’établir, la réalité, des faits, en cause, dans le sens, du pour et, contre. Comprendre, ce qui se passe, en ne négligeant, aucune piste explicative. Se distancier, des seules, occurrences, en évitant, de voir, le pire, partout. Pour optimiser, le présent, comme, « bonifier », l’avenir, du garçon  junior, en coaching de vie, il est préalablement, indispensable, de « désamorcer », les influences négatives, du passé. Pour être psychiquement, de façon, optimale, épanoui, il s’agit, alors, d’être complètement, concentré, passionné, par, ce que l’on fait. En particulier, de façon, très créative et, inventive. Immense source, de contentement, qui ne peut venir, que de soi-même, sous sa maîtrise. Cela, arrive, en l’optique, de buts précis, observés, à la lettre. Toute l’énergie, du jeune, est mobilisée, sans faille, de façon, volontariste, pour réaliser, ce dessein. Sa perception, du temps, est différente, avec sensation, d’accélération, de suspension, ralentissement. En état modifié, de conscience.

 

Alors, l’adojunior, en coaching de vie, densifie ainsi, une forme supérieure, de « transcendance », de réalisation, d’accomplissement, de soi. Par laquelle, il vit, le meilleur, en laquelle, tout, ce qui est, de plus piètre intensité, n’existe plus, pour lui, à ses yeux. Il est plus fort, surmonte, les difficultés et, maîtrise pleinement, sa destinée. S’il craint, l’avenir et, est persuadé, que le pire, l’attend, son présent sera gâché et, son futur, raté. À l’inverse, s’il espère, de l’avenir, y croit, est convaincu, que le meilleur, lui revient, il sera alors, plus heureux. Le pire, n’est jamais, sûr, le pessimisme systématique, du jeune homme, ne peut, que le détruire. Mieux, présumer, le meilleur, de l’existence, augmente, considérablement, ses chances, de l’obtenir. Alors, qu’être assuré, du pire, promet, là encore, de le vivre, de façon, plus certaine, que si le jeune, était optimiste. De fait, sa vie est « le reflet, de ses croyances », négatives, comme, positives. S’il doit, se méfier, de sa négativité et, préférer toujours, le positif, il convient, autant, de se défier, d’un entourage négatif. Qui le tirera, vers le bas, plutôt, que vers le haut ! Si le milieu, de vie, juvénile, n’est pas motivant ou, encourageant, qu’il soit, au minimum, neutre. S’il est hostile, il s’agit, de le fuir, au plus vite716.

 

Que le jeune, en coaching de vie, préfère alors, toujours, autant, que possible, fréquenter, des gens très positifs, enthousiastes, optimistes. Qui transcenderont, favorablement, sa vie, au lieu, de lui nuire, de le desservir. Souvent, les situations sont anodines. Ce sont, ses pensées, ses émotions, ses comportements négatifs, qui les transforment, à ses yeux, en catastrophes. Si, ce qu’il ressent et, fait, est positif, alors, toute réalité, le sera ainsi, ipso facto, de même, tout autant. Ce sont les principes androJuvéniles négatifs, limitatifs, notamment, éducatifs, qui sont hautement, toxiques. À soi, de les détruire, sans pitié, pour vaincre et, bien vivre. Ce qui permettra, d’optimiser, au maximum, ses potentiels, compétences, aptitudes, performances. De façon, très constructive, favorable, productive. La « pensée positive », est d’autant plus, efficace, pour réussir et, être heureux, qu’elle se double, de l’effort, la persévérance, la ténacité. La motivation, en courage, sans relâche, jusqu’à, la victoire finale. Il s’agit, de s’acharner encore, sans cesse et, toujours, autant, que nécessaire, jusqu’à, l’atteinte, de l’objectif, fixé, par le junior. Ne jamais, renoncer, se décourager, quelles, que soient, les difficultés. L’essentiel, est de toujours, espérer, sans limites.

 

La pensée positive juvénile masculine, est source, d’optimisme, de plénitude, d’espérance, de confiance et, de santé physique, psychique, comme, spirituelle. Cela, consiste, à ne voir, que la solution, jamais, le problème. Quand, le pessimiste absolu, sera défaitiste et, catastrophiste. Il ne fera donc, rien, pour avancer, convaincu, par avance, que tout, est perdu. Le pessimiste relatif sera, tout autant, convaincu, au préalable, de l’échec, mais, il ira, nonobstant, se battre, « pour se donner, bonne conscience ». L’optimiste béat, s’exagère, la positivité, des choses, peut, alors, se heurter fort, à ses dépens, à des difficultés. Qu’il avait, sous-évaluées et, auxquelles, il ne s’était donc, pas préparé. Le junior, en coaching de vie, optimiste réaliste est, tout à la fois, positif, lucide. Il croit, en l’espérance, ayant confiance, quant au meilleur, de l’existence. Prenant, les dispositions nécessaires, pour mettre, toutes les chances, de son côté, s’assurer, la plus grande réussite. L’optimiste considère, les bonnes choses, comme, durables, les mauvaises, telles, provisoires, ce qui le rend heureux, en réussite. Le jeune pessimiste, quant à lui, appréhende, les réalités positives, comme, des plus provisoires et, celles, négatives, comme, toujours, fort durables717.

 

Ce qui suscite, augmente, entretient, sa désespérance, son échec. Pour le garçon  junior, en coaching de vie, optimiste, le positif est la règle et, le négatif, l’exception. Cela, est l’inverse, pour le pessimiste. Celui-ci exagère, systématise, le négatif, conteste ou, minore, le positif. L’optimiste est en une logique, exactement, contraire. Il maximalise, ce qui est favorable, relativise fort, ce qui ne va pas. Les pensées, émotions positives, conduisent, à agir, oser, tenter, créer, innover, inventer, s’ouvrir, aux richesses, de la vie. Quand, les cognitions, les sentiments négatifs, enferment, abattent, paralysent, détruisent, « à petit feu ». Les idées positives, de l’adojeune, conduisent donc, aux affects, aux comportements et, aux actes positifs. À l’inverse, les pensées négatives, mènent, aux émotions, attitudes, actes, tout autant, négatifs. Après, être passé, de la pensée négative, à la pensée positive, il s’agit, d’ « agir, positivement ». Se demandant, au préalable, comment, bien dominer, ce qui inquiétait. De quelle façon. Avec ou, sans aides extérieures et, comment. Comment faire, pour organiser et, optimiser, ce qui dépend, de sa seule, maîtrise juvénile, de soi-même. De façon, adéquate, efficace, opportune, pour totalement, triompher, des pires aléas.

 

Pour bien remplir, réussir, chaque journée, de l’adojeune, en coaching de vie, il convient, d’aller, à l’essentiel, de s’organiser. Prévoyant, tout, ce qui est prioritaire, à réaliser, aujourd’hui. Pour agir, sans rien, oublier. Il ne s’agit pas-là, de ce qui est désiré, mais, impératif. Ce qui n’est pas important, doit passer, bien après. Ce qui est insignifiant, inutile, superflu, voire, toxique, sera alors, éliminé, sans pitié. L’essentiel, est que son existence, ait un sens, soit utile, pour le junior, comme, pour autrui. Laisse, une marque, au passé et, au présent, comme, à l’avenir. Que chacun, apporte donc, sa pierre, car elle est indispensable, à tous. Chaque jeune homme « compte », pour lui-même, comme, pour l’humanité, entière. Le bonheur repose, sur un schéma existentiel, tourné, vers, les autres, non seulement, sur soi. Qui donne, tout sens, toute valeur, à chaque vie. Il y a, plus, de dix fois plus, d’humains, qui ont déjà, quitté, cette terre, que d’êtres, actuellement, en vie, sur la planète. Tous, ont, peu ou, prou, contribué, à la « marche, de l’humanité », en ses ombres et, lumières. C’est, cela, qui doit rendre, tout junior vivant, plus positif, que négatif ! Car, la vie, en elle-même, est plus positivité, que négativité, quoi, qu’il arrive718.

 

En dépit, des drames passés, présents, à venir. Le positif androJuvénile, est seul, à retenir, car il l’emporte, sur le reste. La vision positive identifie, trois « vecteurs, de plénitude ». Le plaisir, qui consiste, à pouvoir, jouir, des émotions positives. L’engagement, qui fait user, de ses capacités et, atouts, en un sens favorable. Puis, la valeur et, le sens, impartis, à toute l’existence, soit, la certitude, d’appartenir, à un tout, cohérent. Le plaisir authentique, n’est pas lié, à l’accumulation matérielle. Au contraire, il est inversement, proportionnel, à cela. Plus, il y a, matérialismes, contentement matériel, plus, le plaisir, s’estompe. De fait, le junior, en coaching de vie, ne jouit plus, de ce qu’il a, mais, est frustré, de ce qu’il ne possède pas. Ce qui devient, une frustration, une obsession mauvaises, jusqu’à, la satisfaction addictive, en attendant, de s’inventer, d’autres besoins, si inutiles. Ainsi, de suite, en un « cercle vicieux », nocif, sans fin. Que l’adojeune sache, alors, découvrir, des sources, de plaisirs, plus véritables, authentiques. Ledit « plaisir », n’est pas, le bonheur, mais, le simple contentement, de besoins primaires, plus ou, moins, indispensables, légitimes, bénéfiques. Il s’agit, de ne point confondre, désir, envie, contentement et, plénitude.

 

Or, il n’en reste, pas moins, nécessaire, pour l’épanouissement, du genre juvénile masculin. Dans les limites, saines et normales, du raisonnable. Le jeune occidental contemporain, est saturé, de biens, n’en jouit donc, même plus. Le bonheur est toujours, en l’être, jamais, dans l’avoir, le faire et, le paraître. Le plaisir personnel réel, consiste plus, à procurer, du plaisir, à autrui, qu’à « s’en fabriquer », soi-même, pour soi. À en obtenir, par le biais, des autres. L’idéal est donc, de, toujours, prêter attention, chaque jour, à tout, ce qui est positif, plaisant, plutôt, qu’au reste. C’est, un devoir, de salubrité, personnelle et collective, pour tous. Le junior, en coaching de vie, aura tendance, à se focaliser, retenir, accorder, de l’importance, à ce qui va mal, plutôt, qu’à ce qui va bien. Il s’agit, d’inverser, fort résolument, la tendance, en son intérêt et, l’optique, d’une bien meilleure, santé mentale. Qu’il soit donc, conscient et, apprécie, ce dont, il bénéficie, chaque jour, comme, des gratifications, précieuses, appréciables. Ne fasse jamais, fi, des avantages réels, dont il jouit. Il s’agit, aussi, d’utiliser, son argent, au mieux, à bon escient, pour soi-même, comme, pour les autres. Que le jeune, sache, gratifier, autrui, en la meilleure part, pas seulement, lui-même719.

 

Non seulement, de façon matérielle, mais, surtout, humainement, par toute sa présence, son attention, son temps, ses qualités, de cœur, propres. Apprécier, les bonnes choses, de la vie, est important, pour le garçon  junior, en coaching de vie. Sachant, admirer, être satisfait, remercier. Se rappelant, tous les bons souvenirs. Il s’agit, ensuite, de s’engager, par l’action, en s’appuyant, sur l’ensemble, de ses atouts et, ses capacités ou, points forts. À tort, le système scolaire, notamment, français, stigmatise toujours, prioritairement, les points faibles, oublie, le positif. Au lieu, de permettre, aux jeunes, de développer, leurs qualités, compétences. Les réussites étant, systématiquement, minorées et, les échecs, retards, comme, difficultés, mis, en exergue. Exagération, du négatif, minoration, du positif, démotivent, découragent, au lieu, de faire, l’inverse. Il en va, de même, dans le monde, du travail. Il est donc, bien plus important, productif, de mieux développer et, renforcer, ses aptitudes, capacités, que de s’appesantir, sur ses insuffisances. D’où, l’intérêt, de bien déterminer, au préalable, quelles sont, ses meilleures qualités. Performances, talent, vocation, adhésion, idéaux, dynamisme… Nul, junior, ne peut, s’accomplir, sans atouts, vertus.

 

Ceci, constitue, le soubassement, de la « force, de frappe » juvénile personnelle. Il convient, aussi, de cerner, ses faiblesses. Pour les combattre, les annihiler. En particulier, toutes celles, qui empêchent, de réaliser, un but, prédéterminé, une ambition. Alors, le jeune homme, en coaching de vie, précisera bien, le champ défaillant, concerné, les aptitudes nécessaires, pour transformer, son incompétence, en excellent, savoir-faire. Il s’agit, aussi, de bien voir, ses insuffisances, limitations, d’user, de tout moyen, de « renforcement », pour s’améliorer. Optimiser, les vertus, du junior, s’impose, en matière, de noblesse, dignité, savoir : inventivité, discernement, largesse, d’esprit, comme, ouverture intellectuelle et, élévation morale. De courage : audace, ténacité, droiture, joie, de vivre, dynamisme. D’humanisme : compétences relationnelles, altruisme, aptitudes sociales. De justice : sens, du bien commun, désintéressement, charisme. Modération : magnanimité, simplicité, modestie, circonspection, maîtrise, comme, aussi, empire, sur soi. De spiritualité, d’accomplissement, de soi : sensibilité, à la beauté, la noblesse, la dignité, reconnaissance et, admiration. Positivité, distanciation, axiologie, ataraxie, équanimité, du jeune, pour s’élever720.

 

L’important, est de progresser, en tous ces domaines, traits, de personnalité. Également, en s’inspirant, des qualités, des autres, qui peuvent faire grandir, le junior masculin, en coaching de vie, dont il peut, lui aussi, bénéficier, en exemplarité et, admiration. De fait, c’est en prenant modèle, sur ceux, qui sont encore, « meilleurs », que lui, qu’il peut progresser, le plus. S’accomplir, consiste, également, à donner, un plein sens, à son existence, en s’élevant, le plus possible. Toujours, en une optique, d’ambition, d’exigence, d’excellence. Pour atteindre, des objectifs donnés, agir, en un certain nombre, de domaines, pour certaines choses, précises. Cela, commence, pour le jeune, dès, maintenant, de façon, fort concrète, active.

 

En la dimension, de ses convictions, ses valeurs, idéaux, de façon, honnête, digne et, noble. Etre généreux, donner, non seulement, recevoir, rend, le junior, en coaching de vie, heureux. L’altruisme est positif, pour l’épanouissement, la santé, du fait, qu’il consolide, l’estime, de soi, l’immunité biologique. L’autogratification est moins plaisante, que le don, de soi, à autrui. Le caritatif éclaire l’existence, lui donne, toute sa densité androJuvénile, dope, même, le psychisme. La capacité, à bien faire face, aux stress, épreuves, adversité, est la résilience. Qui est cognitive, émotionnelle, comportementale. Avec les pensées, affects, attitudes, actes.

 

Le jeune, en coaching de vie, maîtrise, de fait, bien mieux, les aléas, de la vie, par la pensée positive, favorable, constructive. Des émotions optimistes, d’espérance et, apaisantes. Puis, des comportements, agissements, résolus, pertinents et, efficaces. La pensée influe, sur l’émotion et, l’attitude. La mauvaise pensée négative sera, résolument, combattue, par l’estime, de soi, la confiance, en soi, l’affirmation, de soi, ainsi, que l’autonomie. Le fait, de croire, en ses compétences juvéniles, aide, à réussir, quand, l’inverse, fait échouer. D’où, l’importance, d’avoir, une image, de soi, très solide, rayonnante, pour relever, tous les défis, plutôt, que l’inverse. Il s’agit, de croire, en soi, autrui, le monde, son destin car, sinon, toute volonté, reste paralysée. Modifier, sa façon, de penser négative, en sentiments, plus positifs. Bien cultiver, l’optimisme, en traquant, le positif, avant tout. Que le garçon  junior change, ses manières, d’entrevoir, de régler, les problèmes, par une certaine distanciation. Qu’il fasse, l’inventaire, de tous ses points forts, pour mieux, en prendre conscience et, les mettre, en œuvre. La maîtrise émotionnelle est, également, capitale721.

 

Les émotions sont bénéfiques, pour tout jeune homme, en coaching de vie, elles enrichissent sa vie. Or, à la condition, qu’elles ne soient ni, refoulées ni, ne le submergent. Elles sont, à accueillir, à leur juste place, ni trop ni, trop peu. Pour cela, il s’agit, de bien, se connaître. « Saisir », ses modes, de réflexion, perception, comportement, face, aux réalités vécues. L’intelligence émotionnelle consiste, à bien prendre conscience, de ses pensées, sentiments, émotions, ainsi, que de ceux, d’autrui. En en évaluant bien, tous les impacts, notamment, comportementaux. Savoir, bien jouir, de ses émotions, seul, comme, en communion, avec les autres. Puis, l’intensité, du lien, du junior, avec ses semblables, importe beaucoup, ce qui exige, affectivité, respect mutuels. En logique, de réciprocité et, solidarité inconditionnelles, notamment, dans les difficultés. Il s’agit, pour mieux « avancer », dans la vie, de mieux agir, d’améliorer, ses attitudes. Ne jamais, négliger, la santé physique, psychique, sociale, spirituelle. S’assurer, de bonnes relations, d’entraide mutuelle, en cas, de nécessité. Cultiver, la bonne estime, acceptation, confiance, affirmation, de soi, ce qui garantit, de bien meilleurs épanouissement, réussite adojuvéniles, toute sa vie, durant722.

 

Être toujours, capable, de dépasser, ses difficultés, aussi dures, soient-elles, pour s’en sortir. S’élever, au-dessus, de soi-même, laisser, la meilleure trace possible, en l’histoire : la sienne, celle, d’autrui. L’adojunior, en coaching de vie, peut se renforcer, en améliorant, sa façon, de penser. Cela, passe, par la foi, en soi. L’ouverture, sur d’autres façons, de considérer, les choses, sur les différences, autrui, en tolérance. L’aptitude, à mobiliser, talents, compétences, pour vaincre, les blocages. La culture, d’idéaux, d’adhésions, de certitudes, des plus positifs. La fixation, d’une signification existentielle. Une perception, de la vie et, des occurrences, favorable, constructive, optimiste. Des engagements androJuvéniles bienfaisants, pour la communauté. Les émotions et, sentiments seront orientés, en un sens rayonnant, serein. Par des rapports, denses et riches, avec autrui. Un contrôle émotionnel, dans l’apaisement, quoi, qu’il arrive. De la patience et, de la ténacité, en acceptant, de devoir, généralement, patienter, entre l’effort et, le résultat. Apprendre, à bien, s’aimer, ni trop ni, trop peu. Tenir compte, d’autrui, de ses attentes et, besoins, de jeune, par l’empathie, en proximité, la compassion, en compréhension et, la congruence, en harmonie.

 

Toujours, agir, pour progresser, s’en sortir. Se prémunir, des excès, risques, négligences, pour préserver, sa santé juvénile masculine. Cultiver, la confiance, de façon, raisonnable, mais, appuyée. Ne jamais, hésiter, à requérir, l’aide, de son prochain, autant, que nécessaire. Favoriser, les liens amicaux, sur la durée, quoi, qu’il en coûte ou, quoi, qu’il arrive. Bâtir, des liens professionnels, solides et fructueux. Être inventif, plutôt, que de subir, stagner et, régresser, passivement. Se donner, des buts concrets, se battre, pour les réaliser. Prendre conscience, de l’impact, des actions, du junior, en coaching de vie, les assumer, les rectifier, dans le sens, du bien. L’humour, la relativisation, la distanciation, la légèreté, l’amusement, la détente, sont nécessaires, à l’épanouissement, du jeune. Compatibles, avec le sérieux, la réussite. Les émotions positives galvanisent, quand, celles, qui sont négatives, inhibent. Joie, bonheur, plaisir, sont donc, préférables, à l’angoisse, la colère ou, la peur. L’essentiel, est de trouver, en chaque jour, l’occasion, de rire, se divertir, s’épanouir. Suscitant, profitant, des occasions, de réjouissances, d’allégresse, d’ « actions, de grâce », pour le simple privilège, de vivre, du junior. Bien, mieux, exister, pour le « meilleur » !

 

L’humour authentique, qui allège, apaise, non, sarcastique, qui attaque, heurte, autrui, est excellent, pour la santé et, le lien humains ! Or, aussi, pour stigmatiser, tout ce qui n’est pas acceptable, sur cette Terre. Que le jeune, en coaching de vie, sache, aussi, développer, une bonne estime, confiance, affirmation, de lui-même, de façon, lucide, mais, positive, pour bien, s’épanouir. Accepter, ses faiblesses, les corriger, admettre, tous ses atouts, qualités et, se battre, pour les développer, encore et, toujours. Une cognition, positive et constructive, favorable et productive, trouve, les solutions, à tout problème, en toute sérénité. Pour cela, le garçon junior peut voir, les choses, sous un autre aspect, inédit, optimiste. Les choses positives se provoquent, en influant, positivement, sur son subconscient, par ses pensées, sentiments, émotions, comportements, comme, actes positifs. Quand, le négatif, est ourdi, par un mental, de même acabit. D’où, l’intérêt capital, de cultiver, des idéaux, certitudes, adhésions positifs, dès, l’enfance et, au-delà. À défaut, le pire peut advenir, car son existence, est le « produit, de ses croyances ». En ce cas, il convient, de rectifier, ses juvéniles convictions mitigées, passées, en un sens positif, bien plus favorable723.

 

Pour que ses assurances, d’aujourd’hui, soient plus positives, donc, bénéfiques, pour soi, sa vie, au lieu, d’être si malfaisantes, sur tous les plans. Nous redisons, à quel point, admirer, remercier, savoir gré, pour le positif, est bon, pour l’épanouissement, comme, celui, d’autrui. De même que, pardonner, faire taire, rancunes, rancœurs, ressentiments, rejets, haines, comme, brouilles, concernant, le négatif. Souvent, l’adojeune, en coaching de vie, ne voit pas, que le bon, l’emporte, sur le mauvais. Quand, il faut relativiser, prendre, du recul, en magnanimité. Entretenant, espérance, positivité, joie de vivre, reconnaissance, ouverture, d’esprit, amour, générosité et, bonté, fierté et, respect, de soi et, d’autrui, sans arrogance. Appréciant, sa vie, soi-même, les autres. La destinée, du junior, dépend, avant tout, de lui-même, car, il n’y a nulle, prédestination, avérée, préalablement, arrêtée. En dépit, de certains déterminismes, de toutes sortes, tous domaines, réversibles. Dans le plein respect, de ses valeurs, adhésions, comme, convictions. La pensée positive aide, aussi, à être et, demeurer, en bonne santé physique, psychique, morale. Ainsi, l’on évite, la négativité, le négativisme. Le jeune homme se dope, se galvanise, se renforce, se meut.

 

Ce qui autorise, sérénité, adaptation, dépassement androJuvéniles, des difficultés. Les addictions, de toutes sortes, sont, aussi, rejetées. La bonne norme pondérale est respectée. Le sommeil et, l’activité physique et, sportive, sont suffisants, bénéfiques. Les maladies, les plus graves, sont évitées. Pour changer, positivement, son mauvais mode, de vie, pour aller mieux, quatre stades, sont à franchir. Inconscience et incapacité. Conscience et incapacité. Conscience et capacité. Capacité et réflexe. Tout d’abord, le junior, en coaching de vie, est ignorant, de son problème et, quant à la nécessité, de changer, il n’est pas, en mesure, de le faire. Puis, il devient lucide, sur la chose, mais, ne sait ni, ne peut, toujours pas, agir, pour appliquer, la solution idoine. Ensuite, il devient capable, de bien comprendre, cerner, la difficulté, ainsi, que d’y remédier, par des pratiques adéquates. Or, sur le mode appliqué, contraint et, aussi, réfléchi. Puis, le jeune devient, fort capable, de faire, ce qu’il faut, de façon, automatique, préprogrammée, proactive, non plus, réactive. Sans avoir, à se poser, la question, au préalable. Cela, devient, une seconde nature, habitude récurrente, de son existence. « Se mettre, en position, de bataille, pour vaincre »724.

 

Pour améliorer, sa vie, de junior masculin, il convient, de faire, un bilan évaluatif, régulier, domaine, par domaine, de ce qui, à ses yeux, va bien, en son quotidien. De ce qui va, moyennement. De ce qui ne va pas, du tout. Il s’agit, alors, de conserver, comme, de poursuivre, ce qui est, pleinement, satisfaisant. D’améliorer, ce qui est moyen. De rectifier, ce qui est négatif, inopérant. Il s’agit, aussi, de combattre, le stress excessif, chronique, qui nuit toujours, très gravement, à la santé psychosomatique. À la guérison, du corps et, de l’esprit. Le bon stress stimule, car l’on peut, y faire face, adéquatement, avec ressort. Le mauvais abat, car il submerge, par impuissance, épuisement. Le stress, du jeune, en coaching de vie, est une réaction, du corps, aux pressions, trop fortes. S’ensuit, une crispation psychique, qui sature le sang, d’hormones. L’organisme fait automatiquement, face, par un état, de lutte, de paralysie ou, de fuite. Sur la durée, le stressé s’étiole, s’effondre. Cela, induit, la dépendance, aux addictions, les excès, troubles fonctionnels, des syndromes physiques, cognitifs, émotionnels, comportementaux. Palpitations, oppressions, étouffements, nausées, fatigues, douleurs, problèmes digestifs. Troubles psychosomatiques adojuvéniles.

 

Également, pondéraux, digestifs, cutanés, immunitaires. Peurs, variations d’humeur, tensions, abattement, colère, culpabilité, incapacité, manque, de confiance, autodévalorisation, irréalité. Accidents, addictions, improductivité, troubles alimentaires, du sommeil, sexuels, temporels, d’expression, solitude, laisser-aller, irritabilité. Pour contrer, le stress, le jeune, en coaching de vie, sera réaliste, sur son état. Se faire aider. Mieux, s’occuper, de soi-même. Bien, se détendre, se reposer, autant, que de besoin. S’activer, physiquement. Communiquer, entretenir, des liens, avec autrui. User, de ses relations, utiles et, de réconfort. Renforcer, estime, confiance, affirmation, de soi. Ne pas négliger, un repos adojuvénile, suffisant. Être maître, de soi et, son destin, tout en gérant bien, ses liens, à autrui. Savoir, bien rebondir, quoi, qu’il arrive. Développer, une pensée, des sentiments, émotions, comportements et, des actes positifs, pour une existence fructueuse et, heureuse. Car les états négatifs, ne peuvent mener, qu’à une vie stérile, tourmentée. Il s’agit, aussi, de toujours, renoncer, aux impératifs excessifs, inaccessibles, donc, contre-productifs. Au perfectionnisme, du garçon  junior, à son encontre, qui détruit, frustre, faute, de contentement725.

 

À l’excès juvénile, de devoir, bonté, à l’égard, d’autrui, qui rend faible, rigide, jusqu’à la fixité. Aux attentes, à l’égard, des autres, ce qui aboutit, aux pires abus, de pouvoir. Aux exigences, à l’égard, de la vie, de l’univers, ce qui assure, négativité et, abattements. Rétablir, l’équilibre, fuir, les excès, permet, d’éviter, le manichéisme, la généralisation. La sélectivité abusive, qui ne fait entrevoir, que le négatif, minoritaire, non, le positif, majoritaire. La minoration, du positif, la majoration, du négatif, les jugements arbitraires, l’hyperpessimisme ou, la systématisation émotionnelle, du pire. La confusion, entre sa personne ou, celle, d’autrui et, ses actes ou, les siens, ce, sur le mode négatif. L’autoaccusation, du junior, en coaching de vie, à tort, de méfaits, qui sont, pourtant, étrangers, à lui-même, ce qui vaut, culpabilisation, si abusive. Il est important, de toujours, bien prendre soin, de soi, sa santé sociale, psychosomatique, affective et, spirituelle. Il est capital, d’entretenir, de bonnes relations satisfaisantes, avec les autres. Cela passe, par la découverte mutuelle, l’attribution, à autrui, de bons sentiments, au « bénéfice, du doute ». La considération inconditionnelle, la réciprocité, l’évolutivité, la souplesse interrelationnelle, de tout jeune homme.

 

Le junior, en coaching de vie, évitera, de prendre, son cas personnel, pour une généralité universelle, de verser, dans le perfectionnisme, généralisé et, « absolu ». La dissemblance est une richesse, non, la similitude. L’on ne peut réduire, l’autre, à soi, mais, respecter « la différence », pour que tous, y gagnent, non, les uns ou, les autres, exclusivement. Compromis n’est pas, compromission ! L’exigence, de « perfection », pour soi et / ou, autrui, est folle, car irréaliste, l’homme étant, par essence, perfectible. Cela, doit conduire, à l’indulgence, la tolérance, pour soi, autrui. Il s’agit, pour le jeune, non, de se combattre, pour l’emporter, aux dépens, de soi ou, d’autrui, or, de joindre, à l’unisson, des talents réciproques. En l’intérêt, de chacun et, commun. Pour réussir, ses relations, à autrui, l’intelligence émotionnelle et, du cœur, fait appel, à certaines qualités. La sagacité intuitive, le contrôle émotionnel, la tempérance, la maîtrise, de soi. L’empathie, la compassion, la congruence, l’authenticité et, le doigté communicationnel. La connaissance, de soi, mène, à celle, des autres. Bien jauger, ses émotions androJuvéniles, permet, de bien évaluer et, comprendre, celles, des autres. Pour de meilleures relations universelles, de tous ordres726.

 

Amoureuses, amicales, sociales, professionnelles, familiales, du jeune masculin, en coaching de vie. Cela, passe, aussi, par l’écoute sincère, pleine, authentique, des interlocuteurs. Bien interpréter, les indications non verbales a, aussi, toute son importance. Le tonus verbal : intonation, sonorité, débit, type, de vocabulaire… De même, les expressions corporelles, ont une signification, fort considérable : posture physique, expressions, de visage, regard, gestuelle… Rappelons, les vertus juvéniles, d’empathie, de congruence, comme, de respect. L’expression orale n’est jamais, anodine. Les questions peuvent être fermées, car restrictives ou, ouvertes, donc, larges. Une très bonne relation, à soi, autrui, implique, de ne négliger ni, privilégier, ni la dimension personnelle, du soi, de l’ego ni, celle, de l’autre. Ni celle, de l’ensemble, des protagonistes. Qu’ils soient deux ou, plus. Quoi, qu’il en soit, tout lien personnel fort : affectif et, amical ou, social, se cultive et, s’entretient, de façon active, régulière et, sur la durée. Que le junior, ne les laisse pas mourir, faute, d’initiatives, de sa part, alors, qu’il agisse, en son intérêt, comme, celui, des autres, de tous. Qu’il ait, en conscience, la clairvoyance, de ses devoirs. (Leimon, McMahon, Millêtre, 2010)727.

 

__________________________________

Jacques et, Enzo sont amis, d’enfance, passionnés, de mer et d’océans. Ces champions, de plongée, en apnée, sont aussi, rivaux. Ils se retrouvent, à une compétition mondiale, en Sicile. Ils iront alors, tous les deux, au bout, de leurs limites, donnant, chacun, « le meilleur », de lui-même. Tel est, le scénario, du Grand Bleu. Ce long métrage, de 1988, connaît, un succès phénoménal, auprès, des adolescents, de l’époque, qui ne se lasseront pas, de le voir et, même, revoir. Pourquoi, un tel engouement, de masse ? Le jeune d’alors, commence, à entrevoir, les duretés, désillusions, du temps. Qui le frappent, tout particulièrement. Or, ce film, si « psychédélique et, initiatique », réunit, tous les vecteurs, propres, à servir, de catharsis, d’exutoire oniriques, à une génération désemparée, qui y aspire. La nature, d’un « paradis perdu », les grands fonds océaniques, le bleu, du ciel, de la mer, les défis extrêmes. Le dépassement, la mise, en danger, la remise, en cause, de soi. L’amitié, l’amour, la quête, d’absolu, la liberté, l’infini, sans limites. En enchanteresses, envoûtantes, images, musiques planantes. Un « rêve adojuvénile », par excellence, donc !

(Le Grand Bleu, drame d’évasion cinématographique, du réalisateur français contemporain, L. Besson, France, 1988)728.

 

__________________________________

 

 

UNE « TONIQUE PROCÉDURE »

ÉCRITE, DIRECTIVE, INTERACTIVE, STRUCTURÉE

 

 

Un mode opératoire dynamique, du coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®, permet, de garantir, une « forte trace », un encadrement, des échanges et, jalons efficaces. Pour le garçon junior, comme, pour son conseil. Il s’agit, aussi, de pourvoir, plus et mieux, aux nécessités, des jeunes, dits, « difficiles ». Puis, il convient, de pousser, la nouvelle génération, à s’/accepter, bien « métaboliser », son passé.

 

__________________________________

À l’occasion, des fêtes, de Noël, le jeune Simon, rend visite, à ses parents. C’est, alors, qu’un appel téléphonique, inopiné, bouleverse la famille, révélant, un très lourd secret, enfoui, depuis, deux décennies. Au gré, de ses rencontres, attirances ou, répulsions, Simon s’interroge. En quête, d’identité adojuvénile. Telle est, la thématique centrale, cruciale, du film, Le Dernier Jour : le délicat, « qui suis-je adolescent ». La recherche, la définition, l’adaptation, la fixation, l’acceptation, de son identité, permettent, de passer, de l’adojeunesse, à l’adultisme. Cela, a trait, à l’identité, psychoaffective, sexuelle. La fin, des valeurs, d’enfance, puis, d’adolescence. Le détachement, de sa famille verticale. L’individuation, de soi-même. Pour grandir, le jeune a donc, besoin, de re/trouver, qui et, ce qu’il est. Qualifier, son essence propre. S’y conformer, la plier, au monde extérieur, tout comme, l’imposer, aussi, à ce dernier, en pleine assertivité.

 

Stabiliser, sa personnalité, de façon, aboutie et, pérenne. Intégrer, ce qu’il est, a, paraît, fait ou, pas, veut et, ne veut pas. En pleine et, totale adhésion, à sa personne. Avec, les satisfactions, frustrations, regrets, afférents et, subséquents. En engagements et, renonciations. De façon, cognitive, émotionnelle, comportementale. Le junior, en coaching de vie, a, à « définir », qui, il aime et, n’aime pas, s’accommoder, de ses attirances et, indifférences ou, répulsions. En matière, familiale, amicale, amoureuse, sexuelle et, sociale. Il doit abandonner, la pensée, comme, le syncrétisme magique, de toute-puissance, de l’enfance, puis, de son adolescence. Pour, un certain « relativisme », d’adulte. Devenir, adojeune, puis, adulte, impliquera, de quitter, physiquement, sa sphère familiale, d’origine et, s’en distancier, affectivement. Pour parvenir, à investir, des figures, d’attachement, autonomes, choisies, par soi-même. Puis, le jeune adulte, deviendra totalement, capable, d’ « exister » par, en, pour, lui-même.

(Le Dernier Jour, drame cinématographique, du réalisateur français contemporain, R. Marconi, France, 2004)729.

 

__________________________________

 

 

« Trace, étayage, échanges, jalons » forts, d’androJeunoCoaching de vie

 

Directif-ive, est un adjectif, datant, de 1282, issu, du latin savant, directus, direct. Cela, signifie, « qui dirige, imprime, une direction et, une orientation, mais, sans l’imposer. Qui est conduit, de façon, prédéterminée ». (Dictionnaire, de la langue française, Robert, France, 2007)730. Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunologie® s’adapte, des plus souplement, respecte, chaque junior mâle, naturellement, pleinement libre, de sa conscience, de ses choix, de vie. Tout en l’éclairant, de façon, la plus dynamique, possible. En cadre, de travail personnel, rigoureux, organisé, cohérent, tonique.

 

__________________________________

A. Canova (1757-1822), sculpteur et peintre italien, des débuts, de l’ère contemporaine, livre, son Napoléon en Mars, désarmé et pacificateur, en 1806731. Il s’agit, d’un nu héroïque, en marbre blanc, à l’antique et, de taille surdimensionnée. Napoléon Ier, (Homme d’État, France, 1769-1821), apparaît donc, en dieu, de la guerre, pacifique. L’Empereur Auguste, (Rome, 63 av. J.-C.-14), a fort inspiré, l’artiste. Cette œuvre est originale, intéressante, car elle représente, une figure, habituellement, de nature belliqueuse, mais, ici, idéalisée, en ardent symbole, de paix. Napoléon refusa, pourtant, la statue, encore, bien trop martiale, à ses yeux. De fait, à la fin, de l’Empire, (France, 1804-1815), il souhaitait, cultiver, une image, d’homme d’État législateur, plutôt, que de guerrier conquérant732. Il y a, donc-là, un grand contraste antinomique, entre une symbolisation, tout à la fois, militaire et paisible.

 

Cette sculpture est faite, pour « plaire », aux jeunes hommes, de notre pays. Qui disent, apprécier, son armée, en tant, que telle, protectrice, de paix, non, ses opérations guerrières actives, de terrain. La sculpture illustre, fort bien, aussi, tous les contradictions, paradoxes, oppositions, de la jeunesse. Laquelle, aspire, à tout et, son contraire, tant, il lui est difficile, de faire des choix. De fait, choisir, implique, d’arrêter, une décision, qui engage, de, peut-être, aussi, se tromper. Surtout, de devoir donc, fort renoncer, à toutes les autres options, possibles. Or, l’adojunior, ne veut jamais, rien, exclure, d’emblée, car, cela, signifie, se priver. Il aimerait, cumuler, tous les avantages, possibles, tout en étant, préservé, de tous, les inconvénients. La « société marchande », médiatique, hédoniste, matérialiste, consumériste et, numérique, narcissique, dupe, le jeune. Lui fait miroiter, gloire, réussite, plaisir, faciles, factices, fallacieux. À ses pires dépens.

 

__________________________________

Nous avons fait, le choix, quant aux coachings de vie androJeunologiques, cités, ci-dessous, de ne retenir, que des cas, de défaut, de confiance, en soi. De fait, problématique traitée, la plus récurrente, significative, aiguë, principale spécialisation, du cabinet d’Andro-AdoJeunoConseil®.

 

__________________________________

Avoir, « le beurre, l’argent, du beurre, le sourire, de la crémière », est un net idéal andro-adoJuvénile, fréquent. Certes, fort illusoire, mais, très ancré, en notre nouvelle génération actuelle. Seule, la maturité, permet, de s’affranchir, de ce leurre délétère. À l’âge, d’une quête, de tous les désirs, plaisirs, envies, il est si tentant, de concentrer, le maximum, de gratifications narcissiques, de contentement. D’accepter, le minimum, de contraintes, d’obligations et, d’impératifs, de type « ascétique ». Cela, est le fantasme, syndrome, enfantins persistants, des « dix doigts, de la main. Plongés, chacun, avec délice, extase, en dix pots, de confiture, différents » !

 

C’est alors, que le coaching de vie d’Andro-AdoJeunologie® intervient, pour concilier, raison modératrice et, passion débridée. Les entretiens andro-adoJeunologiques sont, toujours, hebdomadaires et, durent, soixante minutes. Ils occupent, en moyenne, une année ou, un peu plus, selon, les besoins. Les entrevues initiales, sont consacrées, au bilan, de la vie et, des réalités familiales, scolaires ou, professionnelles. Relationnelles, culturelles, récréatives, de valeurs, des jeunes. Un point est aussi, établi, sur l’hygiène, l’auto/discipline, de vie, l’organisation, de l’emploi du temps, la méthode, de travail scolaire.

 

Le suivi, de coaching de vie andro-adoJeunologique, est écrit, interactif, directif, structuré. Selon, un plan, un programme, préétablis et, précis. Ce qui permet, au junior masculin, d’avoir, un outil, de travail, auquel, se référer, pendant et, après, son suivi. De pouvoir, retravailler, s’entraîner, refaire, des exercices. Cela, fait, aussi, que le praticien conserve, de son côté, sa propre version écrite, des travaux suivis, avec les données verbales exprimées, par chaque jeune. Le principe est, que tout point ou, aspect, du programme traité, fait l’objet, d’un exemple illustratif, fourni, par le jeune, lui-même. Récent, comme, ancien, général ou, particulier.

 

Suivi, par sa propre analyse, pour bien comprendre, les tenants et, les aboutissants, de sa problématique. Ce qui permet, ensuite, de mener, à bien, des exercices, entraînements, cognitifs, émotionnels, comportementaux, fort concrets. À partir, de situations réelles, du junior. Pour mettre, en scène, des solutions tangibles, permettant, de résoudre, les difficultés, afférentes. D’optimiser, les atouts, les capacités, potentiels, du jeune. En début, de chaque entretien, le point est établi, sur les avancées, de la semaine écoulée. Autant, que de besoin, en fin, de rencontre, progrès, actions, à mener, sont fixés, pour la semaine suivante733.

(Tous les prénoms, de jeunes suivis, en coaching de vie d’Andro-AdoJeunologie®, dont, les cas suivent, sont fictifs et, ont été modifiés).

 

Certains travaux et, exercices, de coaching de vie, sont à accomplir, chez soi, entre deux sessions. Le garçon adojunior s’exprime, tout autant, le consultant, qui délivre, un véritable enseignement, méthodologique, des avis, conseils, éclairages, appropriés. Évoquons, quelques thématiques et, cas généraux, d’entretiens, réalisés, dans le passé, hors, travaux écrits, détaillés, chapitre 8. Baptiste, vingt-et-un ans, a été arrêté, pour trafic, de cannabis, va passer, en Justice. Il est issu, d’un milieu très favorisé, mais, il a interrompu, ses études, après, l’obtention, du bac. Il doit se soumettre, à un travail, de soutien, dans le contexte, de son amendement et, suivi judiciaires. Ce qu’il accepte. Baptiste est rêveur, idéaliste. Il rejette, les normes, de la société, qu’il juge, coercitives. Son idéal, est de cultiver, la terre, à la campagne, de travailler, de ses mains. Il s’est toujours, senti, « différent », des autres, parfois, incompris, rejeté, maltraité. À partir, de l’âge, de seize ans, il fume beaucoup, de cannabis, en vend, même, pour se procurer, ses doses. Il veut faire, des expériences et, aller, au bout, de ses envies, désirs, plaisirs. Il a essayé, presque, toutes les drogues dures, hors, injections. Ses diverses tentatives, d’études supérieures, n’ont pas abouti.

 

Baptiste rêve, d’une société, plus juste, plus libre, il souhaite, préserver, son idéal. Tout en comprenant que, pour survivre, il se doit, de transiger, avec un minimum, de normes sociales. Faire, la part, des choses, en se servant, intelligemment, des moyens, offerts, par la société, même, corrompue, à ses yeux. Pour réussir, sa vie, à sa façon. Baptiste se plaint, en coaching de vie, que son contrôle judiciaire, bouleverse, sa vie, limite, sa pleine liberté passée. Il souhaite, retrouver, du travail, car il a perdu, son précédent poste, d’employé. Il veut, va arrêter, les drogues dures et, son trafic. Il souhaite, aussi, réduire, ses prises, de cannabis, pour qu’elles deviennent, plus ponctuelles, non plus, régulières. Il dit, avoir été, « très bien éduqué », par ses parents. Il en conserve, une foi spirituelle chrétienne, d’autant plus, précieuse, selon lui, qu’elle va, à l’encontre, de la dominante, de la société française contemporaine. Baptiste stigmatise, les conformismes, de la jeunesse. Lui, se veut, « hors normes, codes ». Il aime, la drogue, pour les convivialités, qu’elle lui procure. Il veut donner, un sens, à sa vie, dépasser, le matérialisme ambiant, pour atteindre, une spiritualité vraie, profonde. Même, au prix, de la marginalité et, la solitude734.

 

Baptiste apparaît, à cette séance, de coaching de vie, perturbé, abattu, triste. Il se balance, d’avant, en arrière, comme, pour se calmer, se rassurer, comme, peut le faire, sa drogue. Il est anxieux, manque, de confiance, en lui. Il s’angoisse, pour ses démêlés judiciaires. Il a retrouvé, du travail. Il craint, que la Police, ne le harcèle, pour qu’il soit condamné. Il redoute, la prison, or, reconnaît, que bénéfiquement, son affaire a, en leçon, contribué, à l’éloigner, de la drogue. Il se raccroche, à l’affection, de sa partenaire sentimentale, souffre, physiquement, psychiquement, quand, elle n’est pas, avec lui. Il dort, se nourrit, peu et, bien mal. Il a mal, au dos. Il est très grand et, fort mince, il a besoin, de se muscler, s’étoffer. La drogue l’a amaigri. Il ne fait, aucun sport. Il lui est conseillé, de faire, de la natation, pour se muscler et, se détendre. Baptiste est toujours, angoissé, par sa situation judiciaire, s’en veut, de ce qui s’est passé, s’en accable. Il rejette, une société, qu’il juge, si mercantile, égoïste, emplie, d’indifférence généralisée, en laquelle, selon, ses propos, chacun, ne comprend et, n’écoute, que soi, seul. Tout cela, le révolte. Il est très pessimiste, sur son sort, celui, de sa jeunesse, comme, de l’ensemble, de sa génération.

 

Notamment, du fait, de devoir, « payer », pour ses déviances judiciaires. Il affirme, en coaching de vie, s’être drogué, pour fuir, la société, ses réalités, médiocres et, mauvaises. Il lui est fait, prendre conscience, que la dépendance, en l’occurrence, par produits toxiques et, addictifs, n’est, qu’un esclavage absolu. Absolument, contraire, à son plein idéal, de liberté. Par contrainte, intégrale. Or, qu’il l’a laissé, échapper, à l’encontre, même, de sa pleine souveraineté. Qu’il est toujours, possible, de s’amender, de réaliser, son dessein positif, quel, qu’il soit. Le passé étant, définitif et, clos, l’essentiel, est de bonifier, le présent, pour s’assurer, un avenir meilleur. Baptiste reconnaît, être passé, de l’insouciance extrême, aux pires tourments. L’arrestation brutale et, la claire menace, de sanction judiciaire, ont été, pour lui, un grand choc, un déclenchement, de crise profonde. Cela, se traduit, par une perte, de confiance, en lui, du stress, de la démotivation, à avancer, résolument.

 

Un grand mal-être, s’ensuit, des perturbations, qui provoquent, d’inhabituelles maladresses, des actes manqués. « Oublis », erreurs, qui ne feront, que l’assombrir, un peu plus. Baptiste prend, peu à peu, conscience, en coaching de vie, que ce qui lui arrive, ne constitue pas, motif, à désespérance735. Or, source, d’espoir et, de lutte, pour en tirer, les enseignements, positifs, instructifs, changer, s’en sortir. Les épreuves, de la vie, ne sont pas faites, « pour abattre, mais, pour se battre », renforcer, sa rage, à les surmonter. En dépassement, victoire, sur soi. Ce qui sera fait et, bien fait. En réalité, Baptiste ne sera pas condamné, en Justice, car il fera la preuve, de son fort et, complet amendement. Se faisant, aider, progressant. Reprenant, des études, qui réussiront, en un domaine, lié, à ses goûts. Arrêtant, à jamais, drogue, trafic. S’insérant, en la société, des hommes. Il aura, pleinement, su, grandir, tirer, les leçons, de sa vie antérieure, passer, à l’âge adulte. Avec, tous les efforts, de responsabilité, dignité, réalisation, de soi, que cela, implique.

 

Maël, seize ans, vit, en un climat familial, exécrable et, très tendu. Il est parcouru, en coaching de vie, de tics, mouvements ou, gestes, de nervosité, incessants. Il est triste et, angoissé, ne croit plus, en lui, s’isole, se replie, sur lui-même, n’a plus goût, à rien et, s’autodévalorise. Il dit, « qu’il n’est plus, le même, qu’il ne se reconnaît plus. Il se sent, perdu et, ne sait plus, où, il en est ». Il regrette fort, le passé, un certain « âge d’or », où, cela, allait mieux, pour lui. Il éprouve, le douloureux sentiment, d’être incompris, par tous, notamment, de ses parents. Il doute, de tout, de lui-même, est très incertain, de son avenir, notamment, d’études et, de métier. Rien, ne le motive plus. Il y a crainte, de « dépersonnalisation, déréalisation », le sentiment, de « ne plus avoir prise, sur rien, que son destin, lui échappe ».

 

Il ne comprend pas, ce qui lui arrive. Ses résultats scolaires, sont en « chute libre ». Maël souffre, de très lourds conflits familiaux, notamment, avec son père, sauf, concernant, son frère. Tout allait bien, tant, qu’il se conformait, à son rôle, de « petite garçon modèle, bien sage et, obéissant ». Selon, les attentes, de ses parents. En grandissant, l’adolescent se rebelle, « rien, ne va, donc, plus », avec le père. Perçu, comme, étouffant, abusif et, désirant, « ne rien ignorer, des faits et, gestes », de son fils. Aux dépens, du légitime, indispensable, « jardin secret », de tout adojeune. Maël a fort souffert, du comportement, fort inamical, de son meilleur ami, à son égard, ce qu’il perçoit, donc, comme, une haute trahison, un reniement, terribles. Il ne parvient pas, à comprendre, ce qui ne va pas, en sa vie. Il reconnaît, en coaching de vie, qu’il ne fait, que fort ressasser, ses malheurs, trop cogiter736.

 

Ce qui ne fait, que l’enfermer, encore, un peu plus, plutôt, que d’avancer, pour s’en sortir. Il analyse tout, à l’excès, réfléchit trop. Il souffre, d’un déséquilibre, entre le corps, trop négligé et, l’esprit, trop survalorisé. Malgré, la pratique, d’un sport et, d’un instrument, de musique. Sa solitude, le ronge, or, le contact, avec autrui, encore, plus. Dilemme, sans fin. Il ne sait pas, comment, se comporter, avec les autres, a le sentiment, de rater, toutes, ses relations sociales. Ses amis perçoivent, son malaise et, lui ont conseillé, de se faire aider, en coaching de vie. Maël a « perdu, le mode d’emploi, de sa propre vie ». Il s’égare, au gré, des vents, se heurte, à tout obstacle et, cela, l’angoisse. Il a l’impression, de « bien, se comporter », or, que cela, ne satisfait, jamais, personne. Les autres, qui ne cessent, alors, de lui faire, griefs sur griefs, bien non fondés, selon, lui. Maël ne sait pas bien, communiquer ni, se faire comprendre, bien mener, ses relations amicales, affectives et, familiales. De façon, harmonieuse et, équilibrée. Il ne sait, comment, bien, se positionner, face, à autrui, ne trouvant, jamais, le ton juste, étant, toujours, un « niveau, trop haut ou, trop bas ». Sa conception sociale est, bien trop, « antagonique, manichéenne ».

 

Lui, d’un côté, dans la peau, de la victime maltraitée, tous les autres, de l’autre, perçus, comme, agresseurs. En « syndrome, de l’assiégé », qui doit, se défendre, contre-attaquer. Maël se sent, bien vulnérable et, inadapté, très désarmé et, impuissant, à faire face. Longtemps, il a cultivé, de bons liens, d’amitié. Puis, tout, s’est déréglé. Il a fini, par « se fâcher », avec, tout le monde et, par se retrouver seul. Il souffre, tout autant, de la solitude, que du lien social. Il se culpabilise, se reproche, sa mise à l’écart, par autrui. Pensant, que tout, se retourne, contre lui, quoi, qu’il fasse, il n’ose plus rien, tenter, notamment, à l’égard, des autres, car la peur, le paralyse. Il a conscience, d’être trop compliqué, donc, confus. Il affirme, alors, en coaching de vie, avoir besoin, de se débarrasser, des « scories parasites » invasives, qui lui encombrent, inutilement et, fort nocivement, l’esprit. Il y a, donc, un travail, de « tri, de simplification ou, d’élagage ». Pour supprimer, le superflu, ne conserver, que l’indispensable, pour y voir, plus clair, mieux vivre. Une réorganisation, une « remise à plat », générales, drastiques, s’imposent, alors. Maël a, tout particulièrement, de nettes difficultés relationnelles, avec, les personnes, de son sexe737.

 

Garçons et, hommes, jeunes et, adultes. Rivalités, envies et, jalousies, incompréhensions, comme, malentendus, s’enchaînent. Le père veut trop « conformer, son fils, à son image », l’assujettir, à ses volontés et, en faire, « ce que bon, lui semble ». Il ne veut pas, que son fils soit, lui-même ni, grandisse, lui échappe. Ce qui noue, un impitoyable « conflit, de tranchées », épuisant, vain et, sans fin, qui s’enlise. Maël souffre, de vouloir trop, tout, contrôler, maîtriser. Alors, tout, se détraque, se bloque et, il s’affole. Il doit apprendre, à lâcher prise. Il se pose, bien trop, de questions stériles et, « s’empoisonne, lui-même, autant, qu’il s’emprisonne ». Il s’agit, donc, de poser, en coaching de vie, des fondations, plus saines et, sereines. Maël a grandi, s’est muré, en son monde intérieur imaginaire, ses rêves et, sa propre logique. Il s’est isolé, des autres, qui n’ont pas compris ni, admis, sa démarche. Il se sent trahi, renié, par tous. En cercle vicieux. Plus, il va mal, plus, il s’isole, plus, on le rejette. Plus, son malaise s’accroît, d’autant. Le père n’accepte pas, de vieillir, laisser, son fils, s’émanciper. Le fils hurle, à la coercition, l’injustice, le père, à l’outrage, l’ingratitude. En double malentendu, absolu, rivalités mutuelles, totales.

 

Maël est découragé, démotivé, sans objectifs précis. Il « navigue, à vue ». Il ne croit pas, en lui ni, en ses atouts. Alors, il ne peut agir et, n’a pas, l’état d’esprit, propre, à se donner, les moyens, d’atteindre, un but existentiel. De fixer, maintenir, un cap cohérent, fécond, d’où, dépit permanent. Maël « flotte », entre deux extrêmes, l’espoir et, l’abattement. Des pratiques, de relaxation, devraient l’aider, en coaching de vie, à bien mieux, réguler, ses humeurs, les stabiliser et, se détendre. Pour relativiser et, se distancier, des gens, comme, des choses, en sérénité. Plutôt, que tout, « encaisser », au premier degré, en chocs successifs traumatiques, sans recul. L’entourage, de Maël, pense, que ses perturbations, ne viennent, que de lui-même, ce qui brouillerait, ses communications et, relations, à autrui. Il est jugé « hautain », ce qui l’isole, le fait rejeter. Il martèle, comme, une antienne, son désir, de « revenir, au temps ou, comme, au temps où, tout, lui semblait, si bien sourire et, aller », au collège. En mélancoliques nostalgie et, regrets. Il peut fort changer, aller bien, mieux et, devenir, meilleur. Or, comme, il ne peut, encore, y parvenir, dès, maintenant, le suivi n’étant, qu’à ses débuts, Il est invité, à « faire semblant »738.

 

Comme si, c’était, déjà, possible et, acquis. Il s’agit, en coaching de vie, d’entraînement et, d’autopersuasion. À force, de croire, l’on est convaincu. Un bon acteur, à force, de jouer, un rôle, ne joue plus, il est devenu, le personnage joué, lui-même, devant, lequel, l’acteur s’efface. Il s’agit, donc, de profiter, de la nouvelle rentrée scolaire et, du changement, de classe, d’enseignants, de camarades, pour donner, tout de suite, une bonne impression, aux autres. De s’affirmer, positivement, de même, qu’un professeur, se doit, de le faire, dès, les premiers cours. S’il veut être respecté, de ses élèves, tout le restant, de l’année. Maël va, donc, devoir, dès, les tout premiers jours, de classe, impressionner, le plus favorablement, ses nouveaux camarades, d’études. Qui ne le connaissent pas, encore, n’ont, donc, aucun préjugé négatif ou, positif, sur lui et, sont, alors, neutres. En faisant « semblant », d’être heureux, à l’aise, avenant et, ouvert. Il va, donc, jouer, son rôle : celui, d’un « fort chic et, chouette garçon » épanoui, qui sort, de grandes vacances réussies. Qui est content, d’être là, d’aller, vers les autres. De se faire, de nouveaux amis. De s’intéresser, à autrui. En allocentrisme, ouverture, dépassement, de soi, délaissement, de l’ego.

 

Il convient, alors, résolument, de se montrer, « sous, son meilleur jour », sans trop, en faire ni, excès, d’artifice. Sans, pour autant, être arrogant ni, écraser, autrui, de sa superbe. Maël est étonné et, rassuré, cela, lui plaît et, lui paraît, fort réalisable. Il se promet, donc, d’appliquer, le principe, dès, le « jour J ». Il revient, en coaching de vie, satisfait, rassuré, de sa rentrée. Tout en restant, sur ses gardes, au lycée, par réflexe, bien ancré, de grandes méfiance, prudence, d’inquiétude, anxieuse, attentiste. Des blessures relationnelles, d’enfance, ont entraîné, une « cassure, de l’estime, de soi ». D’où, une « fâcherie », avec soi-même, l’échec, des liens, à autrui. Confiance, en soi, sérénité antistress, maîtrise émotionnelle antianxiété, entraîneront, de bien meilleures relations, avec, soi-même. Donc, subséquemment, ensuite, avec autrui. Maël n’a, toujours pas, « digéré » ni, admis, sa rupture, avec, sa petite copine. La fille était impatiente, bien peu sûre, d’elle et, lui-même, sans confiance, attentiste. La jeune s’est lassée et, a renoncé, il y a, deux ans. Lui, garde, un amer souvenir, de cette expérience, ressentie, comme, un échec, de plus, d’autant plus, cuisant, douloureux, que c’était, la « toute première compagne », en sa vie739.

 

Depuis, il rumine, fort douloureusement, cette énième, « perfide félonie ». Il lui est suggéré, en coaching de vie, qu’il ne pourra, retrouver, de partenaire ni, même, se faire, de simples amis, que s’il se décide, enfin, à solder, cette malheureuse histoire. Une fois, pour toutes. Au lieu, de la raviver, s’en empoisonner, sans cesse, en pensée. Le ressentiment l’étouffe, le brise, l’empêche, de nouer, de liens réussis. Seuls, le pardon, l’oubli, l’acceptation et, le passage, à « autre chose », le libéreront. « Par chance », la fille est, toujours, au même lycée, que lui. Ils s’y croisent, de loin, de temps, à autre, sans communiquer. Maël a, donc, mission, d’aller, lui parler. Non, pour lui faire, des reproches ni, s’en faire, une amie ou, petite amie, sauf si, d’improbable aventure, cela, « allait, de soi ». Or, pour « liquider », définitivement, l’affaire, y mettre, un « point final, positif ». « Tourner, la page », dominer, cette réalité, ne plus, jamais, la subir. Il va, donc, se visualiser, mentalement, allant, parler, à la lycéenne, de façon, très décontractée, souriante, pour l’inviter, à prendre, un verre, se voir, accepter, son offre. Puis, il le fera, en réalité, non, pour évoquer, négativement, le passé, or, très positivement, présent et, avenir, respectifs, de chacun-e.

 

Maël est, en coaching de vie, dubitatif, défaitiste, persuadé, à l’avance, du refus, de la jeune fille. Par pessimisme, manque, de foi, en lui, la vie et, peur. Or, il ne lui est guère, « laissé, le choix », il se voit, contraint, de s’exécuter, relever, le défi, en son intérêt. Il prend conscience, que tout, est possible ou, presque, dans la vie, dès lors, que l’on y croit, aveuglément et, que l’on se bat, à cet effet. Avec l’énergie, du désespoir, et / ou, la « foi, du charbonnier ou, du néoconverti ». Il comprend même, que, peut-être, aussi, son « ex » n’attend, que cela ou, sera, agréablement, favorablement, surprise… Il est avisé que, dans la vie, c’est à, soi-même, de faire, le premier pas, si l’on veut, avoir une chance, d’obtenir, ce que l’on souhaite. Il ne s’agit pas, d’attendre, un hypothétique geste, d’autrui, qui, ainsi, a toutes les « latitudes », de ne, jamais, venir, faute, de le provoquer ou, l’encourager. Maël se décide, alors, car il apprécie fort, l’idée, de « défi », de bluffer, l’autre, d’oser et, pas lui, d’être, ainsi, le plus « fort ». Surtout, de remporter, une belle victoire, sur lui-même, sur tous ses démons et, peurs. Pour s’en sortir et, ne plus souffrir, au présent, d’une très vieille blessure, du passé, pourtant, d’ores et, déjà, des plus révolues740.

 

Il reconnaît, en coaching de vie, qu’il a voulu, par déni, facilité confortable, « faire porter, tout le chapeau », à son ex-copine, Marie. Alors, que cette dernière, lui a fort laissé entendre, que leur histoire, pouvait très bien marcher. Or, que c’est, bel et bien, lui, Maël, qui n’a pas voulu, pu ou, su, saisir, la main tendue. Décourageant, la jeune fille. Il ne sait, pourquoi, encore, à ce jour. Si la foi, en soi, autrui, la vie, sauve, le doute, le « mauvais esprit », le scepticisme, tuent ! Il doit, donc, s’interroger, en conscience ! Faute, de pleine sérénité, le travail, les résultats scolaires, sont mauvais, il y a manque, de motivation, d’efforts, de concentration, d’organisation. Alors, que le bac, est au bout, de l’année. Il s’agit, de s’apaiser, de se mettre, au labeur, sans états d’âme. Ni pensées et, émotions réflexes négatives, intrusives et, contre-productives. Pour obtenir, de meilleurs comportements, actes et, résultats. Maël s’imagine, toujours, « le pire » et, s’auto-empoisonne, négativement. Moins, d’orgueil, plus, de lâcher-prise, d’humilité, seraient, donc, bienvenus. Il veut tout, contrôler et, prétend, tout, maîtriser, ce qui est impossible et, absurde. Plus, il le fait, moins, il a de prise, sur les gens et, les choses. Alors, « échec et, mat » !

 

Plus, il renoncera, en coaching de vie, à cette volonté infantile, de « toute puissance », plus, il réussira, sera épanoui, atteindra, ses buts. Comme, le disent, les Écritures : « Celui, qui veut, sauver, sa vie, la perdra, mais, celui, qui perdra, sa vie […], la sauvera. Quel, avantage, un homme, aura-t-il, à gagner, le monde entier, si c’est, en se perdant, lui-même, en le payant, alors, de sa propre existence » ? (Luc, évangéliste, Moyen-Orient, Ier s., Évangile, IX, 22-25, Nouveau Testament, La Bible, Moyen-Orient, Ier s.)741. Le plus souvent, l’on ne sait rien, l’on ne contrôle rien et, l’essentiel, de la vie, « nous échappe ». Vouloir, le retenir, est aussi, vain, que de prétendre, capter, conserver, emprisonner, le vent, à mains nues.

 

Il faut l’accepter, sous peine, de dépérir, d’être malheureux et, en échec. Maël s’est enfermé, en une folle logique erronée, malsaine, perverse et, sans issue, qui le « tue, à petit feu ». Alors, il est, de son fait, en impasse, blocage, complets. Ce qui l’encolère, contre, lui-même, les autres, la terre entière, contre, lesquels, il est « parti, en guerre » et, s’enferre, fort stérilement, de plus en plus. Il doit, en coaching de vie, s’accepter et, « agréer », les autres, tel, qu’il est et, comme, ils existent. Non, tel, qu’il voudrait, qu’il paraisse et, comme, il aimerait, qu’ils figurent. Ainsi, s’ouvre, le tout commencement, de la sagesse et, de l’humilité, en mental fort !

 

Dépassionner, relativiser, se distancier, prendre recul, être plus tolérant, indulgent, pour lui-même et, autrui. Moins, absolutiste, jusqu’au-boutiste… Tels sont, en coaching de vie, l’enjeu fondamental et, le devoir sacré, le si vital défi ! Maël a eu le pouvoir, de « se condamner », lui-même, lui seul et, détient, donc, celui, de « se sauver, en rédemptrice transcendance ». Il « porte masque », en permanence et, n’ose pas dire, ce qu’il pense ni, être, lui-même, en toute congruence. Par peur panique, de décevoir, déplaire, d’être rejeté, de ne pas être, à la hauteur. Par obsession, de son image, de l’opinion, des autres, sur sa personne, sa valeur, ses actes. Sa conception, de la vie, ne repose, que sur l’obligation, supposée et, auto impartie, de la performance et, la perfection. Des normes, de, toujours, devoir « faire, ses preuves », de la réponse, aux attentes, réelles ou, supposées, des autres. Ce qui l’emprisonne, le torture. Tel est, le redoutable fruit, du mutuel désamour, de soi, donc… d’autrui ! « Aimes-tu » ? Telle est, la seule question, qui vaille, ici-bas ! D’où, délétère inhibition. La vie n’est pas, contrôle, examen, concours, permanents. Maël dépend, bien trop, psychiquement, fort moralement, des autres, de son entourage.

 

Se détachant, de l’opinion, avérée ou, fantasmée, des autres, n’ « attendant pas trop, d’eux », cela, ira mieux. Se recentrant, en coaching de vie, sur l’essentiel, se laissant, « vivre », un peu plus, cessant, de se torturer, par des chimères, illusoires et mortelles. Alors, il trouvera, plus, de force, de paix, pour affronter, la vie. Gare, à la malsaine complaisance, en un « malheur », devenu, factice, à force, de dépit, de résignation, de facilité et, de défi, de mauvais aloi. Maël est passé, « de Charybde, en Scylla », d’un extrême, à l’autre, tous, aussi, malfaisants, pour lui-même, son entourage. Enfant, il lui était reproché, son excès, de gentillesse, de bons sentiments.

 

On lui avait fait endosser, le rôle, de « Bécassine ». (Figure naïve, de bande dessinée, créée, graphiquement, en 1905, par J. P. Pinchon, illustrateur, France, 1871-1953. Dans la publication française, pour enfants filles, La Semaine de Suzette, 1905-1960)742. Il s’y était conformé, croyant, y être tenu. Pour, toujours plus, complaire, à ses proches, si « manipulateurs », père, en tête. Avec, son corollaire « bonasse », apparent. Se rendant compte, que cela, le desservait, il optera, pour un autre registre, tout aussi, néfaste, excessif. Le jeu, de la « Grande-Duchesse de Gérolstein », avec, toute la superbe, afférente.

(Personnage, de l’opéra bouffe, éponyme, France, 1867, de J. Offenbach, compositeur français, 1819-1880)743.

 

Cela, ne plut, naturellement, pas davantage, lassa fort. Alors, Maël « prit ombrage » et, s’enferma, en son splendide isolement, drapé, en sa dignité outragée. Déprime, impatience, désespoir, à la clé. « Après moi, le déluge » ou, la politique, du pire, du plein chaos, dépité. La seule solution, de coaching de vie, tenable, est la position médiane, équilibrée : l’amour propre, sans suffisance et, l’humilité, sans abaissement. Être, soi-même, au naturel, authentiquement, sans artifices ni, superficialités. Aimer, s’aimer, tout en se protégeant. User, d’un « filtre », qui laisse passer, les bonnes choses, rejette, les mauvaises.

 

Non, qui « autorise, tout », comme, auparavant ou, rien, comme, désormais. « Sortir, de soi-même », la main tendue, vers autrui, en toute simplicité, tout en étant, clairvoyant, sur ses fréquentations. Regagner, estime, confiance, affection, des autres, de soi-même, s’affirmer. Présentant, un visage, plus avenant, non plus, triste figure, émettant, des ondes positives attirantes, non, négatives répulsives. Changer, son état d’esprit, permet, de gagner, la sympathie, l’empathie, même, des autres. Tour d’ivoire, altier confinement, rendent, apathique, voire, antipathique, incitent, à se détourner. Il est fort possible, d’ « être, de et, en, ce monde », tout en se gardant, des possibles abus, d’autrui.

 

S’opposer, à tout, tous, soi-même, la vie, conduit, au désastre mortifère. Au grand détraquement, de soi. Changer, s’impose, donc. Maël commence, alors, en coaching de vie, à prendre conscience, « bouger ». Lucidement, il reconnaît que, par purs orgueil et, dépit et, faute, de pouvoir, « être tout », il a décidé, de « n’être rien » ! De façon, dichotomique, manichéenne. De tout, saborder, selon, la détestable logique, du « tout ou, rien ». Il admet, la nécessité, de l’humilité, car son orgueil l’a fort éloigné et, coupé, des autres, ce dont, il souffre. Ce qui lui « gâche, la vie ». L’équilibre s’impose, pour que le meilleur soit, de nouveau, possible. Les pensées seront plus positives, sereines, les émotions, plus égales, mesurées, les comportements et, actes, plus réfléchis et, appropriés. Il s’agit, donc, de vivre, pleinement, non, de « vivoter », se torturant, l’esprit, de délirants présupposés. Des progrès s’observeront, en famille et, dans les études. Maël a compris, le conflit intérieur, de type névrotique, qui le déchire, le mène, à l’échec, l’impasse. Or, il reste, de gros progrès, à accomplir, pour sortir, d’un système nihiliste, de confusion. À force, de cogiter, stérilement, à tort et, à travers, il s’imagine, des choses, des plus fausses744.

 

Qui le perturbent, parasitent. Par orgueil, pour ne pas avoir, à faire, le premier pas, Maël n’a, toujours pas, été « parler », à Marie, son ex-petite copine. Il s’agit, donc, de « frapper, un grand coup », pour vaincre, une fois, pour toutes. Il se voit, intimer, injonction, d’aller, séance tenante, lui parler, comme, convenu. Cette semaine, même ! D’aller, enfin, prendre, un verre, avec elle. Il lui est rappelé, en coaching de vie, qu’en faisant, un geste, vers Marie, c’est lui, qui « mène, le jeu », en osant, pas elle, qui ne tente rien ! Tergiversations, inertie, comme, états d’âme, sont révolus. Réactions, actions, proactions, interactions immédiates et, résultats tangibles sont, désormais, requis, sans barguigner. « Demi-tour, en avant, marche » ! Il n’y a plus, faux-semblants, nulles, échappatoires, possibles. Sus, donc, aux pensées, émotions, actes, automatiques négatifs, qui le phagocytent, de façon, inutile, néfaste, confuse. Lui « embrument », le cerveau. Il s’agit, de démolir, tout un système dangereux, de résistance, d’autodéfense, pour le libérer, de sa « prison intérieure ». Il joue, de son maillage, faussement, autoprotecteur, le maîtrise, encore. Or, à force, de pure pusillanimité, il peut, en perdre, le contrôle et, tomber, en son propre piège.

 

Lequel, se refermera, à tout jamais, sur lui-même. S’enfermant, pour ne plus pouvoir, en sortir, même, avec, des aides externes. Maël est aux anges car, sur insistance, en coaching de vie, de son conseiller, il a, enfin, osé, aller, aborder, Marie. Comme, escompté, elle l’a, alors, positivement, accueilli, a volontiers, accepté, son invitation, à boire, un verre, pour le lendemain, même ! Elle a demandé, à Maël, pourquoi, il reprenait contact, avec elle. Il a répondu, qu’il trouvait, fort dommage, de se croiser, en s’ignorant, qu’il voulait, exprimer, ses regrets, pour le passé. Ils ont parlé, des études, du bac, de leurs projets, respectifs. Tout, s’est fort bien, passé. Maël a la « preuve », s’est prouvé, que l’action, l’audace, l’humilité, paient. Les deux jeunes gens, n’ont pas renoué, depuis, l’histoire, s’est arrêtée-là, sans suites.

 

Trop, de temps, ayant, déjà, passé, depuis, leur rupture. Or, tel, n’était pas, l’objet, de la rencontre. Il s’agissait, pour Maël, de ne pas rester, sur le regret, l’échec antérieur, mais, de revoir, au moins, une fois, Marie, pour, définitivement, « faire le deuil », d’un passé douloureux. Ce qui fut fait et, bien fait. Désormais, il est libéré, du poids, de cette antérieure relation, « avortée », qui aurait pu, réussir, or, qui ne l’a pas pu745. Il n’en fut plus, question, « affaire classée » ! Maël achèvera, son suivi, de coaching de vie, avec succès. Il rencontrera, une compagne, lui « convenant ». Il décrochera, son bac et, poursuivra, de très bonnes études supérieures, l’intéressant. Le conflit familial s’apaisera. Il sera, bien plus serein et, positif. Ses estime, confiance, affirmation, de lui-même, seront renforcées. Son lien, à lui-même, autrui, en sera pacifié. S’acceptant, tel, qu’il est, il vivra mieux, en et, avec, lui-même.

 

Hugo, vingt-et-un ans, est étudiant. Il est en conflit, permanent, avec, sa mère, cela, ne va guère mieux, avec son père. Ses parents se sont séparés, depuis, son enfance. Il est en révolte, contre, la société favorisée, bien-pensante et, coercitive. Lui-même, de milieu, plutôt, bourgeois, préfère, fréquenter, des jeunes, d’origine, populaire, ce qui enrage, sa mère. Il est sensible, aux injustices et, aux plus défavorisés. Ce qui pourrait, l’orienter, vers l’humanitaire. Par ses fréquentations, il a connu, des déboires, s’est beaucoup, drogué. Il vit seul. Hugo a souffert, de la séparation, de ses parents, leur en veut, d’avoir démoli, leur cellule familiale. Cela, l’a très perturbé, depuis, son enfance, encore, même, aujourd’hui. Ce qui retentit, fort négativement, sur sa propre vie sentimentale, qu’il qualifie, lui-même, de « chaotique ». Son couple actuel, n’est pas satisfaisant. Il le maintient, uniquement, pour éviter, la solitude, ayant souffert, de lourdes carences affectives. Il espère trouver, par son coaching de vie, la stabilité amoureuse, avec « quelqu’un, de bien ».

 

Par son passé, il manque, d’assurance, doute, de lui-même, de tout et, tous. Hugo a, toujours, connu, des difficultés scolaires. Il ne « supporte » pas, l’autorité et, se met à dos, tous les enseignants, le système scolaire. Par son « âme, de rebelle ». Il peut connaître, des accès, de violence et, de rage, dus, à son mal-être. À l’école, indiscipline et, impertinences, perturbent, toute sa scolarité. Le manque, de considération, de reconnaissance ou, d’amour, a généré, un défaut, de confiance, des troubles exacerbés, une quête éperdue, d’amour. En particulier, son père, n’a cessé, de l’agresser, le rabaisser, lui faisant, « débit, de tout, crédit, de rien ». Il a fait des fugues et, est kleptomane. Hugo développe, un très fort syndrome, de paranoïa, persécution. Son obsession est de, toujours, s’épargner, humiliations, avanies. Ce qu’il croit, bien être, son « chemin, de Canossa ». Il est convaincu, en coaching de vie, que l’on ne l’aime pas, qu’on lui en veut, le maltraite et, crie, sans cesse, à l’injustice, au scandale et, à l’outrage, en victime, toute désignée. Voire, sacrificielle746.

 

À l’attentat, contre sa personne. Il en veut, à son père, de son hostilité récurrente, se sent rejeté et, incompris. Y compris, par les jeunes, de son âge, qui refusent, sa « différence ». Raison, pour laquelle, il préfère, fréquenter, des « libertaires », qu’il apprécie, car, ils ne le jugent pas et, l’acceptent, « tel, qu’il est ». En dehors, de tout « conformisme social », qu’il déteste. Les problèmes relationnels, d’agressivité, le poursuivent. Il préfère, la compagnie, des « révoltés », car il aime, à cultiver, des « valeurs, plus hors-normes », non conventionnelles, que « communément admises ». Hugo est plein, de bonne volonté. Or, il se heurte, toujours, aux autres, qui ont du mal, à le comprendre et, à l’accepter, de façon, inconditionnelle, « tel, qu’il est ». En cercle vicieux, par manque, de confiance, en lui, il se radicalise, cela, contribue, à dresser, les autres, contre lui. Alors, il se raidit, encore plus, les autres, aussi, ce qui génère, une escalade, sans fin. Dont il est, nolens volens, la toute première victime, « quasi consentante », depuis, longtemps. Seule, la confiance universelle, fera, par son coaching de vie, qu’il se sentira, suffisamment, fort.

 

Pour ne plus, alors, avoir besoin, de recourir, à ses « volcaniques éruptions, d’humeur ». Ses relations iront, donc, par son coaching de vie, en s’améliorant. Les attitudes hostiles, dépréciatrices, des autres, ont déstabilisé Hugo, sapé, sa confiance, en lui. Il a souffert, d’être rejeté, par tous. Les jeunes « nantis » lui en voulaient, d’être : « subversif » et, de trahir, par conséquent, le « camp, des gratifiés ». Les « déshérités » lui reprochaient fort, d’ « empiéter, sur leur territoire rebelle, chasse gardée, des vrais séditieux ». En se comportant, tout comme… eux, non, comme, le « garçon, de bonne famille », qu’il était. Il s’est, alors, rapproché, de juniors, « encore plus, en marge », comme, lui, qui l’ont reconnu, comme, « des leurs ».

 

L’ont accepté, se sont montrés bienveillants, avec lui. Alors, que les jeunes, de son milieu, le « snobaient », du fait, de son fort anticonformisme, de sa « trahison, son reniement, de classe ». Hugo dit son malaise, en coaching de vie, car il est, en porte-à-faux, permanent. Avec, les juniors, des deux sexes. Avec, son milieu social, d’origine, qu’il rejette, qui le rejette, pour son côté « infréquentable ». En réalité, avec, son « milieu, d’exclus et, interlope, d’élection », qui n’est pas, le sien, qui l’a, aussi, fort maltraité, à l’occasion. Doutant, de lui-même, il se sent, toujours, incompris et, malmené, quoi, qu’il fasse. Il est, alors, sur la défensive et, le qui-vive continus747.

 

Agressif, en permanence, en vertu, de l’adage trompeur, selon, lequel, « la meilleure défense, est l’attaque ». Cela, contribue, à l’isoler, encore, un peu plus, lui causera, le plus grand tort. La meilleure gestion, de son stress, émotivité, l’accroissement, de sa confiance, en lui, vont l’aider, en coaching de vie, à se sortir, de sa réalité bloquée. En particulier, Hugo a, sans cesse, de forts ennuis, dans ses études, du fait, de son émotivité, à fleur de peau, de la susceptibilité, qui s’ensuit, du refus même, de toute autorité. Il lui est conseillé, un effort, sur soi, pour plus, de modération. Les relations, avec la mère, s’améliorent. Il est bien plus serein, fume moins, de cannabis. Hugo s’en sortira, très bien. Ayant, meilleure confiance, en lui, il sera bien plus, en paix, moins stressé, émotif et, agressif. Ses liens, aux autres, seront apaisés. Il ne se sentira plus, tout le temps, « molesté ». Il prendra, du recul, relativisera. Il trouvera, la « bonne » partenaire affective, terminera, ses études et, obtiendra, son diplôme, d’enseignement supérieur. Il entamera, une bonne carrière professionnelle, selon, ses vœux. Tout étant bien, qui finit bien !

 

Damien, quinze ans et, demi, est collégien. Il souffre, d’inadaptations, de phobies scolaires. Ses résultats d’études, sont piètres. Il est anxieux, stressé, psychiquement et, physiquement, nerveux. Ses parents se sont séparés. Il vit, chez son père. Il a très peur, de l’école, depuis, la séparation, d’avec, sa mère, à l’enfance. Il manque, d’assurance, s’autodévalorise, ne croit pas, en lui ni, en ses capacités. Comme, pour la plupart, des « cas », de coaching de vie, évoqués, en cet ouvrage, Damien a déjà, été suivi, par plusieurs praticiens, sans effet, aucun. Faute, de réponses, à ses interrogations, d’éclairages, de conseils, lignes directrices, de conduite, programme concret, pragmatique, efficace, d’avancées réelles.

 

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunologie®, qui débute, est donc, la « solution, de la dernière chance ». L’adolescent perçoit bien, que ni, sa personne ni, ses difficultés, n’ont réellement, été prises, en compte, jusqu’alors. Depuis, le primaire, surtout, au collège, il ne se plaît pas, à l’école, en a peur. Il ne peut rien, avaler, le matin, par terreur, de devoir, affronter, une nouvelle journée, de travail. Il se rend, alors, au collège, véritable « lieu, du supplice », la peur, le mal, au ventre. En revanche, le petit déjeuner est pris, sans nul, problème, en fins, de semaines, vacances, car l’angoisse, des temps scolaires, disparaît alors, faute, de cours748.

 

Ce qui est significatif. Damien se plaint fort, en coaching de vie, des locaux éducatifs sinistres, pourtant, ceux, d’un grand collège-lycée parisien, connu et, réputé. De la dure discipline, de l’ambiance, négative et, rébarbative, de relations exécrables, avec les enseignants, l’administration scolaire. Il est rebuté, par toutes les matières scientifiques, notamment, les mathématiques. Il aime, les cours d’histoire et, de musique. Il a une nette prédisposition, pour l’écriture et, le dessin. Il dessine beaucoup, de façon, abstraite non figurative, écrit, de courtes fictions, qui mettent en scène, son univers quotidien. Il fait montre, d’une très grande richesse, de son imaginaire et, de son monde intérieur. Il apprécie, la solitude, malgré, sa bande, de copains. Il est très proche, de sa maman. Le blocage scolaire date donc, de la séparation brutale, d’avec sa mère, à l’époque, de l’école primaire. Ce qui aura été, pour lui, un traumatisme profond, joint, à un sentiment, de culpabilité. Damien n’éprouve pas, de difficultés, de lien, à son égard, mais, par rapport, aux autres et, certains, en particulier. Il s’entend bien, avec les autres jeunes. Les liens, avec son père et, son frère aîné étudiant, sont distants et, il aimerait bien, se rapprocher, de ce dernier.

 

Or, le grand frère, y est rétif, car il a jugé, son cadet, trop jeune, pour échanger plus, avec lui. Damien se plaint, en coaching de vie, du manque total, de psychologie, de pédagogie, de tact et, de respect, des enseignants, à l’égard, des adojeunes. Qui manient plutôt, contre eux, force sarcasme, ironie, mépris, selon, ce que ressent, le garçon. La dureté inique, des conseillers d’éducation, est aussi, déplorée. Pourtant, tous, ont bien été avisés, des difficultés psychiques, de Damien, or, n’en tiennent, nul compte. Ils sont avertis, que les troubles psychiques, du jeune, causent, ses pires difficultés scolaires. Or, ils persistent, à penser, qu’à l’inverse, ce sont, les mauvais résultats éducatifs, qui suscitent, le tourment, du jeune. Par ignorance, facilité, ils inversent, la logique, de la réalité. Nombre, d’enseignants français, n’aiment pas, les juniors, ne croient pas, en eux. En ont peur, s’en défient, les traitent, par le dédain, la morgue et, l’arrogance. Ce qui suscite, en retour, la juste colère et, la violence, des jeunes, leur rejet, de l’école, de ses personnels. Un junior traité, avec déférence, respecte, l’adulte, en réciprocité. Si les profs prétendent, être considérés, par les jeunes, qu’ils commencent, en réels adultes, par estimer, leurs élèves749.

 

Alors, et seulement, alors, ils seront « ménagés ». En outre, ces enseignants, n’ont pas été formés, à la psychopédagogie adojuvénile. Ils commettent donc, pires erreurs, maladresses, injustices, à l’encontre, des juniors, par « incompétence psychologique ». Nous ne cessons, à longueur, de consultations, de coaching de vie, d’entendre, de la bouche, de ces jeunes maltraités, combien, leurs pédagogues, sont suffisants, caustiques, à leur égard. Tant, de témoignages, allant tous, dans le même sens, si désastreux, pitoyable, interpellent et, prennent, un accent, de vérité. À force, d’être, sans cesse, répétés, depuis, des années, par autant, de juniors, si différents, du collège, aux études supérieures, incluses ! Que nombre, d’ « enseignants », cessent, leurs injustes, abusives, violences, à l’égard, des adojeunes. Ils ne subiront plus, en retour, les déviances, de certains juniors ! Baser, la pédagogie, sur l’humiliation, d’un ado, à sa merci, est d’une lâcheté et, d’une « crapuleuse scélératesse », sans nom ! Cela, en dit long, sur une certaine mentalité nationale, totalitaire. Le sociologue, enseignant universitaire français, Pierre Merle, évoque, un « élève humilié » et, se demande, même, si l’école, n’est pas, un « espace, de non-droit »750 !

 

Les enseignants, de Damien, ne le connaissent, reconnaissent pas, en ignorent, tout. Alors, les maladresses psychologiques, se multiplient et, le jeune se bloque, d’autant. Il est souvent, humilié et, rabaissé, publiquement, devant, ses camarades, en souffre. Comme, nombre, de ses semblables. Le système scolaire, universitaire, français, est sclérosé, car il nie, purement et simplement, « le fait et, les réalités adojuvéniles ». Cela, interroge fort, aussi, sur l’équilibre psychique, de certains enseignants ! Car, un humain adulte épanoui, bien, dans sa peau, ne se laisse jamais, aller, à maltraiter, un jeune, dont, il a, la responsabilité éducative ! Damien va apprendre, en coaching de vie, à mieux respirer, se relaxer, se détendre, soigner, son hygiène, de vie : sommeil, alimentation, activité physique. Mieux gérer, son emploi, du temps, bien affiner, sa méthode, de travail. Positiver, réguler, ses cognitions, sentiments, comportements, pour « apprivoiser, la chose scolaire ». Afin, que la pensée rationnelle, logique ou, de raison, discipline, les affects passionnels, excessifs. Les autoconditionnements réactifs, d’attitudes primaires, irraisonnés, de peur. La crainte viscérale, du cerveau primitif reptilien, perturbe, les émotions, du cerveau limbique.

 

Lesquelles, deviennent alors, pessimistes, défaitistes, négatives. Parasitent, court-circuitent, les capacités cognitives, du néocortex préfrontal cérébral. Puis, cela influe, défavorablement, sur le comportement, les actes, de Damien, qui devient inhibé, abattu, au lieu, d’être affirmé, déterminé. Il « sait », ses leçons, à la maison, mais, les « oublie », à l’école, car il y perd, ses moyens, par un contexte scolaire, hostile, qui le paralyse, l’effraie. Il en retire, un douloureux sentiment, d’injustice et, de désolation. Car ses résultats, qui devraient être corrects, par ses grands efforts, sa bonne volonté, pour apprendre, retenir, comprendre et, travailler sont, pour autant, médiocres. Il est privé, des bénéfices, de son labeur, les enseignants estiment, alors, qu’il ne travaille pas, assez, ce qui n’est pas, le cas. Damien doit apprendre, en coaching de vie, à croire, en lui, ses compétences, s’accepter, s’aimer, tel, qu’il est, pour avoir confiance, en lui, s’affirmer. Il est timide, redoute, l’inconnu, craint, le pire, le danger, la menace. Il a peur, d’être jugé, mal perçu, évalué et, considéré, a la hantise, de l’injustice et, d’être déprécié, sous-estimé, à tort, ce qu’il ressent, souvent. Il se replie alors, profondément, en lui-même, son monde intérieur.

 

Ce qui le rassure, car il s’y sent, bien protégé, inexpugnable. Il développe, un fort sentiment, d’impuissance et, d’incapacité. Alors, il renonce et, ne tente pas, pour éviter, les échecs, par panique, d’échouer. Il réfléchit beaucoup, par stress, de mal faire, de nuire, aux autres, d’être, mal jugé. Il craint, de décevoir, notamment, sa maman, qu’il aime, par-dessus tout. Il s’exprime peu, avec ses amis, par grand effroi, de blesser, d’être maladroit, que ses propos, soient mal interprétés et, compris. Il a peur, de déranger et, préfère, subir, que demander. Il a besoin, de solitude, de calme, quiétude et, silence. Pour se sentir libre, ne pas gêner ni, être jugé. Cela, lui permet, de donner, libre cours, à son imaginaire. Il souhaite, passer, inaperçu, pour se sentir, en confiance et, tranquillité. Il ne souhaite pas, ressembler, aux autres, mais, s’en démarquer, pour assurer, sa spécificité, sa pleine mesure intérieure. Peu à peu, Damien commence, en coaching de vie, à moins craindre, l’école, moins somatiser, ses « terreurs ». Il est bien plus confiant, en lui, plus serein. Seuls, les cours, les plus difficiles, pour lui, le tourmentent, encore, par inquiétude, d’être interrogé, sans savoir. Il vise, résolument, une seconde générale, un baccalauréat littéraire751.

 

Il aimerait bien, écrire, des scénarios, pour le cinéma. Il est heureux, d’être accepté, en seconde générale, en lycée privé, à petits effectifs. Où, il se sentira, bien plus, à l’aise, qu’en son grand collège public. Il a mieux géré, son stress, son anxiété, à l’examen, du brevet, des collèges. Damien s’est bien adapté, à la classe, de seconde et, à son nouveau lycée. Il s’y sentira, plus apaisé, qu’au collège. Il s’est fait, de nouveaux amis. Même, en mathématiques, sa matière, la plus faible, donc, anxiogène, il n’a plus peur, va, au tableau, sans trembler. Il prend, peu à peu, confiance, en lui. Il est ravi, de sa nouvelle vie lycéenne, en est, métamorphosé. Il est plus épanoui, en sa vie, a de bonnes notes, la moyenne, en toutes, les disciplines. Presque, en mathématiques, pourtant, sa matière, la plus difficile. Il se défend mieux, quand, son frère aîné, s’en prend, à lui. Il se sent mieux, dans sa peau, est plus heureux, avec les autres, lui-même, il ose plus et, mieux, défendre, sa personne, ses actes et, intérêts. Damien se plaint encore, toutefois, en coaching de vie, de la mauvaise humeur, permanente, de son père, son ironie, à son égard. De son refus, de laisser grandir son fils, de sa volonté, de toujours, persister, à le traiter, « en enfant ».

 

De le maintenir « petit », en son pouvoir, malgré, ses seize ans. Typique problématique, entre pères et, fils. Les pères percevant, les fils grandissant, en rivaux, menaçant, leur suprématie, souhaitant, les « maintenir, en tutelle », de façon, pathétique. Il espère, partir, en prochaines vacances, d’été, sans, ses parents. Après, le bac, habiter, seul, sans, son père. Damien change, mûrit, veut plus, d’autonomie. Son suivi, de coaching de vie, s’achève et, constitue, un plein succès, pour lui, par ses efforts, sa persévérance, à progresser et, sa foi, en la possibilité, de « s’en sortir », en se faisant, aider. Le climat familial, avec son père et, son frère aîné, s’est finalement, apaisé. Le test effectué, en début, de parcours adojeunologique, pour évaluer, son niveau, de confiance, en lui, était, de douze points, en dessous, de la moyenne. Il est, désormais, de neuf, au-dessus. Il en est, légitimement, heureux, fier ! S’estimant et, s’acceptant, mieux, il a plus, confiance, en lui, autrui, l’existence, sa vie et, son devenir. Il s’affirme donc, de meilleure, façon. Tous, ses gestes, de nervosité, de stress, ont totalement, disparu. Il n’a plus besoin, d’anxiolytiques. Sa puissante phobie scolaire, les somatisations, afférentes et subséquentes, sont résorbées752.

 

Il continuera, à retravailler, son coaching de vie andro-adoJeunologique, écrit. Refaire, exercices, entraînements, simulations. Sur le modèle, de ce qui a déjà, été réalisé, en entretiens, avec d’autres exemples situationnels, concrets. Il saura « bonifier », ses pensées, émotions, comportements, actes. Il évitera, le si redoutable piège, des néfastes croyances, irréalistes. Des délétères distorsions, cognitives et émotionnelles. Des négatifs pensées, comportements et, actions automatiques. Damien a compris, que la foi positive, en soi, en le meilleur, de la vie, transcende, l’essentiel, pousse, à se dépasser, donner, le meilleur, de soi. Être, en paix, avec, soi-même, autrui, son destin, pour réaliser, son plein dessein terrestre. Ainsi, le jeune homme ne va, désormais, pas seulement, « bien » et, « mieux ». Il est, surtout, devenu, bien « meilleur », s’est littéralement, « transfiguré », de l’intérieur. À son plus grand bénéfice, fort contentement et… étonnement ! Tant, en début, de suivi, il était persuadé, avec force fatalisme, résignation, d’être, « comme, il était ». En une sorte, de « seconde nature », définitive et, à vie. Que ni, lui ni, quiconque, n’y pouvaient, grand-chose ! Ayant compris, la réversibilité humaine, sa vie en sera, profondément et positivement, transformée !

 

__________________________________

Richard, jeune américain, va, en Thaïlande, pour ressentir, des émotions exotiques, loin, des sentiers battus. Il est mis, sur la piste, d’une île, des plus sauvages, aussi superbe, secrète, qu’inviolée. Il fait, la connaissance, d’un jeune couple français, lequel, fera partie, du voyage. Ils découvrent, alors, un vrai havre, de paix et, beauté terrestres, occupé, par une communauté, de jeunes, fort accueillante, qui les accepte. Or, le mauvais, naturel humain et, les vilains penchants, ne tardent pas, à déchirer, le groupe. En vraies guerres intestines, autant, qu’assassines. Alors, le rêve initial, si doux, se mue, vite, en pire, cauchemar. Cette histoire est tirée, du roman, de l’auteur britannique, A. Garland, La Plage. (Royaume-Uni, 1996).

 

Adapté, au cinéma, en 2000, sous un titre éponyme. L’on peut, y voir-là, une « métaphore » allégorique, des aspirations andro-adoJuvéniles, très profondes. Une quête, d’absolu et, de réalisation, de soi. Le bonheur, de penser, les avoir trouvés. La cruelle désillusion douloureuse, de se rendre compte, que l’on s’est trompé et, que le paradis, escompté, n’est qu’un vil mirage. Qui plus est, des plus néfastes et, malfaisants. Ainsi, va la vie, de tout jeune : entre espoir et, crainte, contentement et, déception. Éternelle tétralogie, de plénitude-néant, si juvénile et, humaine !

(The Beach, La Plage, drame cinématographique, du réalisateur britannique contemporain, D. Boyle, Royaume-Uni, États-Unis, 2000)753.

 

__________________________________

 

 

Pourvoir, également, aux nécessités, des jeunes hommes, dits « difficiles »

 

L’adojeune masculin, en coaching de vie, réputé « difficile », utilise, six tactiques, pour parvenir, à ses fins. Il ressasse, répète, sans fin, martèle. Il hurle, insulte, explose. Il est totalement, mutique. Il manipule, dupe, cajole, culpabilise. Il est violent. Il menace, use, de chantage. Cela, marchait, enfant, alors, le junior persiste, encore. Il s’agit, donc, de ne jamais, céder, sinon, même, si cela, ne se produit, qu’une seule fois, le jeune s’engouffrera, dans la faille. Il redoublera, d’exigences indues, quand, il se verra, refuser, ce qui lui aura, déjà, été accordé, en d’autres circonstances passées.

 

Contrairement, à ce que l’on croit, céder, entretient, aggrave, crescendo, la « guérilla » adojuvénile, jusqu’au pire. Alors, qu’être inflexible, finit, par littéralement, la « tuer, dans l’œuf ». Le jeune impudent, ne peut, qu’être « maté », quand, les adultes font, inexpugnablement, front uni. Tout adulte éducateur, parent, enseignant, autre, se doit, au préalable, de s’interroger, sur six aspects fondamentaux, en son lien, à un junior difficile. La satisfaction, de son rôle éducatif. La nature, l’acuité, de la difficulté. L’effet mauvais, ressenti, par le blocage.

 

L’état général, du jeune, en coaching de vie, concerné. La réalité actuelle, du lien, avec lui. L’état, des rapports, qui unissent, l’adulte parent, son conjoint, tout adulte éducateur, avec ses collègues. Si l’adulte est, lui-même, en difficulté, quant à un ou, certains, aspects majeurs, de sa propre vie, il ne sera pas, en mesure, de bien gérer, les problèmes, générés, par le jeune « difficile ». Qui est aussi, ipso facto, en cela, en difficulté, car, en détresse, tourment. Ce junior manifeste, son mal-être, par ses réactions, cognitives, émotionnelles, comme, comportementales, éruptives, tournées, agressivement, contre, autrui. D’autres juniors, useront plutôt, en pareil cas, de manifestations, d’affects, tournées, contre, eux-mêmes. Les garçons sont plutôt, représentatifs, du premier type, avec, par exemple, des déviances. Les filles, du second, avec, notamment, des replis, sur soi, déprimes. Pour pouvoir, bien aider, un adojeune, à s’en sortir, l’adulte concerné, lui-même, en difficulté, se devra, au préalable, de régler, ses propres problèmes. Notamment, en se faisant aider, lui-même. Il s’agit, ensuite, de savoir, si la difficulté, est cruciale, pour l’avenir, du jeune754.

 

Ou, si elle n’est problématique, que pour l’adulte, lui-même. Généralement, les deux cas, ne vont pas de pair, parfois, oui, or, ce qui compte, avant tout, est ce qui est inquiétant, pour le junior, en coaching de vie, sa plénitude. Bien plus, que ce qui peut, concerner, le confort, des adultes. Les choses varient aussi, selon, l’âge, du jeune. Un même problème, n’est pas, de même nature ou, n’en est plus un, à quatorze, dix-neuf ou, encore, vingt-quatre ans. Les difficultés pourront être, peu ou, très cruciales, peu ou, très problématiques, urgentes ou, non. Il s’agit, alors, de se concentrer, surtout, sur ce qui est névralgique ou, très problématique, également, urgent. Ce qui est peu crucial, peu problématique et, non urgent, est secondaire. Les bonnes ou, mauvaises pensées, créent, les émotions, donc, les comportements similaires. De même, les sentiments suscités, par les adojuniors, chez les adultes, ne proviennent jamais, des attitudes, des jeunes hommes. Or, de l’interprétation, du ressenti et, de l’opinion cognitive, afférents et subséquents, extrapolés, par l’adulte. Face, à un junior, l’adulte, qui pense, perçoit, négativement, aura, tout intérêt, à annihiler, ses pensées créatrices, d’émotions négatives. À les remplacer, par des cognitions positives.

 

Il s’agit, de temporiser, relativiser, se distancier, par le raisonnement, plutôt, que se laisser, submerger, par l’irrationalité émotionnelle. Si l’état général, du jeune masculin, en coaching de vie, en tous les domaines, aspects, de sa vie, est satisfaisant, tout, va bien. Si un ou, certains, registres, sont défaillants, il convient, de l’aider ou, le faire assister, pour résorber, le ou, les points déficients. Il s’agit, aussi, de s’assurer, de la bonne relation, entre l’entourage adulte et, le junior. Si certains aspects, sont insatisfaisants, les amender, permettra, de mieux traiter, les difficultés, spécifiques, au jeune, lui-même. Il est capital, que les deux parents, soient toujours, en bonne entente, accord, quant à l’éducation, du junior, la conduite idoine, à tenir, à son égard. De même, concernant, l’équipe enseignante ou, plus généralement, les adultes, qui s’occupent, de jeunes. Il est, donc, de la plus haute importance, que ces adultes, harmonisent, coordonnent, leur approche, générale, éducative. À l’égard, des juniors, avec qui, ils sont, en lien, de responsabilité. En leurs rapports, d’adultes, avec eux, que les aînés, n’oublient pas, de mieux, distinguer, les pensées, affects, attitudes ou, actes. Chez eux-mêmes, comme, chez les jeunes. Tout, faisant, sens, valeur755.

 

Tout ceci, est très subjectif, relatif, selon, les protagonistes, les moments, les humeurs, les circonstances, lieux, actes. Nous l’avons vu, tout, est affaire, de perception, d’interprétation, de conception. Pour bien comprendre, le « fonctionnement », du garçon  junior, en coaching de vie, il s’agit, de savoir, bien l’écouter, attentivement, comme, exclusivement. Le comprendre, parfaitement, avant, de réagir et, s’exprimer, à son tour. L’autorité adulte « authentique », est toujours, saine. Les décisions sont compréhensibles, pertinentes, cohérentes et, légitimes. Des exigences sont émises, ce qui est attendu, du jeune, sera, irrévocablement, maintenu, imposé. Il est bénéfique, que le junior, acquière, plus, d’autonomie, d’initiative, d’indépendance. Or, tout aussi, indispensable, que les adultes, conservent, maintiennent, un minimum, d’autorité, de contrôle, de directivité, à l’égard, de l’adojeunesse. Afin, que le jeune, soit, en mesure, de devenir, à son tour, un adulte accompli. Sans, pour autant, abuser, d’autoritarisme, ce qui empêcherait, tout autant, le junior, de « grandir, mûrir ». Ce dernier, a besoin, d’un cadre structurel, solide et, ferme, ni rigide ni, laxiste, pour être guidé, vers l’adultisme accompli.

 

Les adultes, responsables, de lui, se doivent donc, de le lui fournir. En famille, dans les études, l’emploi, la société et, les loisirs… Les adultes concernés, se concerteront, au préalable, pour offrir, à tout jeune homme, en coaching de vie, des règles éducatives, cohérentes. En matière éducationnelle, si les aînés pédagogues tirent, chacun, de leur côté, « à hue et, à dia », le désastre didactique, est certain. Quoi, qu’il arrive, les adultes exigeront, le respect, des juniors, se feront, respecter, par eux, en étant, fermes et justes. Les mêmes adultes sauront, aussi, respecter, les jeunes, pour être autant, considérés, par eux. Si le junior s’est, par ses débordements, comportements, attiré, une admonestation, il s’agit, de blâmer, sa façon, de penser, ses excès émotionnels, attitudes. Or, jamais, sa personne. La façon, d’être, de faire, appropriée, lui sera, alors, inculquée. Les affects sains, ressentis, par le jeune, ne seront pas, remis en cause. Quand, il y a, conflit ouvert, crise, avec, l’un, d’eux, il est important, de savoir, adéquatement, négocier, pour en sortir, « par le haut ». Il s’agit, tout d’abord, de définir, le problème, les réalités, qui en sont, à l’origine et, en constituent, la trame. Puis, de fixer, la meilleure solution, de résorption idoine, possible756.

 

Puis, celle-ci, sera appliquée, il sera vérifié, si elle est opérante, efficace ou, non, pourquoi et, comment. S’il y a blocage, la solution sera amendée ou, il en sera trouvé, une autre. L’adulte prendra bien soin, d’analyser, sans juger ni, extrapoler. Il écoutera, attentivement. Développera, un ascendant moral, juste et légitime. Avec ordre, méthode, rigueur et, exigence équilibrés. Il tranchera, en accord, avec les autres adultes, concernés. Il sera respectueux, du junior masculin, en coaching de vie, s’en fera respecter. Il évaluera, objectivement, l’adojeune, tant, d’un point de vue, défavorable, que positif. Il s’en occupera, raisonnablement, sans abandon ni, omnipotence.

 

Il n’oubliera jamais, d’encourager, de congratuler, motiver, « consoler », autant, que de besoin. Il saura toujours, bien argumenter, comme, convaincre, négocier, plutôt, que de laisser, tout faire ou, imposer, unilatéralement, brutalement. Pour convaincre, tout garçon adojunior, en coaching de vie, de rectifier, bénéfiquement, un comportement inapproprié, il est important, de lui démontrer, les avantages, de changer. Pour une attitude, plus adéquate. Les inconvénients, de persister, dans les mauvaises habitudes. Il s’agit, de faire, la balance comparative, entre les gains et, les pertes, en ne changeant pas, et, les gains et, pertes, en modifiant, les choses. Généralement, muter, vaut mieux, que stagner.

 

Alors, l’adojeune, en coaching de vie, prendra conscience, qu’il a tout intérêt, à bouger. Le bénéfice, de la mutation, l’emportant, sur les désagréments, afférents. La gêne, à ne pas modifier, ses habitudes, étant supérieure, à la « plus-value », de ne pas, les infléchir. Il convient, moins, de démontrer, tous les avantages, du changement, que les inconvénients, de l’immobilisme, pour tous juniors. Il sera prouvé, que les avantages, du « statu quo », ne font jamais, le poids, face, aux inconvénients, du changement, aux yeux, du jeune homme. Ce dernier, sera fortement, incité, poussé, à adopter, des bonnes habitudes, aux dépens, des mauvaises. En responsabilité, autonomie. Ce, avec, des listes écrites, d’actions impératives, à entreprendre, chaque jour, de façon, la plus complète, excellente. En cochant, chaque tâche, au fur et, à mesure, de son accomplissement.

 

Si cela, ne suffit pas, pour chaque, bon comportement ou, bonne action, observés, réalisés, le junior masculin, en coaching de vie, sera récompensé, de façon, graduée. À la mesure, de la tâche accomplie, de sa difficulté, de l’importance, l’efficacité, du jeune, à en venir, à bout. En effort, ténacité, abnégation, force757. Selon, les résultats, obtenus, le degré, de qualité et, de diligence, atteint, pour un objectif, bien donné. Chaque action, peut même, rapporter, tant, de points, lesquels, équivalent, à telle ou, telle, récompense. Le gain, des bonnes actions, sera donc, toujours, augmenté, graduellement, par gratifications, encouragements. De même, la perte, des mauvaises entreprises, sera alors, démultipliée, non moins, proportionnellement, par sanctions et, dissuasions. L’adulte doit, aux juniors, la justice : gratifier, le bien, punir, le mal. (Compernolle, van Eerden, Lootens, Moggré, 2004)758.

 

__________________________________

Colette, jeune femme, se voit demander, d’aller, récupérer, un jeune garçon, pour le compte, de la mère, de ce dernier. Or, cet « enfant », Billy, se révèle être, un adolescent. Lequel, perd, sa maman, devient orphelin, ce qui fait, que la pauvre Colette, se perd, en conjectures, ne sait plus, qu’en faire. Ce qui se révèlera, d’autant plus, difficile, compliqué, que le jeune homme, s’attache fort, à elle. Elle cherchera, à tout prix, à s’en débarrasser, y parviendra. Au grand dam, de l’infortuné garçon. Ainsi, débute, l’action, du film, Mon Ange. Comme, le symbole, parfait, de la déréliction, la déshérence, dont, sont frappés et, souffrent, les adolescents, jeunes, de notre temps. En apparence, ils n’ont jamais, été, autant, désirés, aimés, choyés, littéralement, noyés et, étouffés, de pléthore, affective et, matérielle. Or, en réalité, ceci, n’est qu’un sinistre, simulacre. L’abandonnisme, moral et psychique, à l’égard, de la nouvelle génération, de la part, des adultes et, de la société, entière, est abyssal. Le film précité, le démontre, plus, l’adojeune, s’accroche, à sa « mère / compagne, de substitution », plus, celle-ci, le repousse.

 

Plus, elle le fuit, plus, il se rapproche. « Quadrature, du cercle, syndrome », typiquement, adolescents. Par facilité, ignorance, égoïsme, autogratification narcissique, captative, non, vrai don, oblatif, les adultes se contentent, du « service minimum ». Auprès, de jeunes, qui en dépérissent. La solidarité et, le réconfort, des congénères adojuvéniles, ne peuvent, suffire ! La société française, ne considère pas, sa jeunesse, comme, une chance. Un fort gratifiant, vecteur, de réelles valeurs, positifs idéaux et, qualités, des plus enrichissants. Or, en encombrant fardeau, dommageable, dont, l’on ne sait, que faire, qui indispose, au lieu, d’enchanter. Raison, du marasme juvénile et, national français ! (Mon Ange, comédie dramatique, de cinéma, du réalisateur français contemporain, S. Frydman, France, Belgique, 2004)759. Non, les jeunes filles, ne sont pas toutes, péronnelles, pimbêches. Pas, davantage, les jeunes hommes, fats ou, forbans. À moins, que les aînés adultes, ne soient, tous, de nature, cauteleuse et pateline. Ce qui n’est, pas plus, vraisemblable. Nous l’avons dit, les juniors, ont bien moins, de préjugés, sur leurs devanciers, que l’inverse. En France, la juvénilité souffre fort, de ce discrédit sociétal, général, à lever, de façon salutaire.

 

__________________________________

 

 

Pousser, l’androJunior, à s’/accepter, « métaboliser », son passé

 

Dès, sa naissance, tout enfant masculin, possède, en lui, tous ferments nécessaires, suffisants, aptes, à le rendre, heureux. Or, le plus souvent, l’épanouissement, fait défaut. Puisque, le milieu, de vie, de cet enfant, puis, de l’adojeune, son entourage, détruisent, ce fragile équilibre, incertain, à peine, éclôt, potentiel. Par leurs violences, excès, abus, hostilités, incompréhensions, rejets, dysfonctionnements. Ces maltraitances, des adultes, parents, enseignants…, proviennent, du fait que, ces adultes, à l’enfance, l’adojeunesse, ont, eux-mêmes, été démolis, par leurs aînés. Lesquels, l’avaient, eux, aussi, été, en leur jeune temps…

 

Il y a donc, de fortes probabilités, que les adojuniors, en coaching de vie, d’aujourd’hui, ayant été atteints, par cet infernal syndrome, ne le reproduisent, à leur tour. Aux dépens, de leurs propres, descendants ! Ainsi, de suite, jusqu’à « la fin, des temps ». La psychogénéalogie démontre, à l’envi, la répétition intergénérationnelle, de ces si désastreux, « jeux théâtraux », sans fin, d’ascendants, à descendants. Qui ne peuvent, cesser, que si, à un « maillon, de la chaîne », l’on arrête, définitivement, le processus, pour qu’il ne se manifeste plus. Souvent, l’insidieux travail destructeur, de sape, du junior, vient, du parent, de même sexe.

 

Le fils souffre, des très mauvais procédés, du père, à son égard, la fille, de sa mère, à son encontre. Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunologie® tend, alors, à aider, le jeune garçon, à faire, le deuil, d’un lien idéal, idéalisé, avec, son parent défaillant. À surmonter, la souffrance, de la relation blessée, se restaurer, reconstruire, de l’intérieur. Se prémunir, contre les risques, de reproduction toxique, aux dépens, de ses enfants futurs, notamment, de même sexe. Les traumatismes peuvent, aussi, venir, des semblables : enfants, adolescents et, juniors, qui peuvent, tout autant, que les adultes, s’en prendre, à d’autres adojeunes. L’on connaît, les ravages, du harcèlement, syndrome, « tête de turc ou, bouc émissaire » adojuvéniles et, même, enfantins. Le drame est que, les juniors, déjà, maltraités, par les adultes, rendus, vulnérables, de ce fait, le sont alors, aussi, souvent, par leurs pairs. En terribles mécanismes, de renforcement, d’aggravation. Ce qui ne fait, que décupler, le fort et, pénible sentiment, d’injustice, d’impuissance, de fatalité et, désespoir760.

 

D’indignité, de faiblesse, déchéance, d’angoisse et, même, de culpabilité. De rejet, par autrui et, de soi-même, de solitude, d’abandon. Quand, le mal-être et, les perturbations, sont, à leur comble, dépression, voire, volonté, de mort, ou, suicide, s’ensuivent. Nous le savons, le jeune homme, en coaching de vie, peut être, le « meilleur ami, allié, de son alter ego, comme, aussi, hélas, son pire bourreau ». Comme, tant, de tragiques, faits divers, médiatisés, le rappellent, régulièrement. De même, qu’en une basse-cour, malheur, à une poule blessée. Ses congénères, loin, de lui venir, en aide, pour la soigner, la réconforter, vont, tout au contraire, toutes, se jeter, sur elle, pour l’achever ! Agressions, fragilisations, ont plusieurs sources. L’expression verbale, explicite ou, implicite, peut blesser, profondément, durablement. Au point, que le junior, finit, par l’assimiler, la faire sienne, en croyances néfastes, de façon, consciente ou, inconsciente. Sous forme, de principes. De violences : humiliations, culpabilisations, menaces, peurs suscitées, ironie. De missions, à accomplir. Chantages. Communications contradictoires. Mensonges, duperies, manipulations morales, leurres, illusions, mauvais procédés, amoralités anti-jeune forcenés.

 

Peuvent, fort perturber, des scènes vues ou, entendues. Des comportements, sous formes, d’abstentions et, de privations dommageables, de signaux implicites, d’attentats physiques et, sexuels. Il y a aussi, les conjonctures socioéconomiques altérées, les perturbations familiales, les mésententes et, les anxiétés parentales. Les juniors masculins, en coaching de vie, eux-mêmes, de plus en plus, se font maltraitants, à l’égard, même, des adultes, parents, enseignants, responsables professionnels et, autres. En un monde, notamment, français, en pleins marasmes, mal-être, perturbations généralisés. Le jeune agressé est soit, inhibé, soit, agressif ou, manipulateur, or, jamais, en « amour, de lui-même », confiant, affirmé, équilibré, épanoui. Trop souvent, encore, l’autorité adulte, sur les juniors ou, de certains jeunes, sur d’autres, se confond fort, avec la violence, la coercition, l’abus, de toutes sortes. L’harmonie fabrique, de l’épanouissement et, inversement, aussi, sûrement, que le mauvais traitement, suscite, le pire, mal-être et, réciproquement. Les maltraitants, ayant été agressés, chercheraient, par la reproduction, aux dépens, d’autrui, de ce qu’ils ont subi, à entrer, en concordance, avec leur choc antérieur. Ce qui est dramatique761.

 

Le trauma initial, est tellement, insupportable, que le junior, en coaching de vie, impliqué, s’en protège, alors, par le mécanisme, du déni, qui le soulage, or, le fait souffrir, tout autant. Alors, pour sortir, de cette diabolique, « quadrature, du cercle », le sujet atteint, chercherait donc, à se soulager, de façon, inconsciente. Par la répétition, de ce qu’il a subi, en cherchant, à se l’infliger, de nouveau ou, le faisant vivre, à d’autres. Une fille abusée, fréquentera, adulte, des hommes, ayant le « profil », d’abuseurs, qui la violenteront fort, de nouveau. Le garçon frappé sera, devenu parent, à son tour, violent, avec ses enfants. La reproduction, des blessures passées, du jeune, pourrait, aussi, provenir, d’un système, de croyances, spécifique. Le traumatisme donne alors, par exemple, à la victime, une mauvaise image, d’elle-même. Elle entretient, cette conviction, quelles, que soient, les preuves contraires. Cherche donc, toujours, fort inconsciemment, le renouvellement, des « coups, du sort », subis ou, infligés. Pour confirmer, ses juvéniles croyances, négatives, autodévalorisantes et, ainsi, s’autorenforcer, de façon, très illusoire. Pour « s’autopunir », par culpabilité ressentie. Pour se sentir, exister, par le renouvellement, de ce qui s’est passé.

 

Si l’abus, a été nié, il est inconscient, l’inconscient peut inciter, tout junior, en coaching de vie, abusé, à reproduire, l’abus. Nombre, de jeunes hommes, blessés, de la vie, auront tendance, à vivre, de façon, autodestructrice. Ils seront hostiles, exigeants, revendicatifs. Opteront, pour des relations toxiques. Souffriront, de dépersonnalisations, comme, de stress intenses. Fuiront, attachements, intimités. Seront, solitaires, isolés, indépendants, par volonté, d’autoprotection, contre autrui, réputé, néfaste. Ils refuseront, la réussite, ne l’admettront pas. Adopteront, des états juvéniles, colériques et, explosifs. Aimeront, s’occuper, d’autrui, se rendre, indispensables. Seront, trop exigeants et, étouffants, en amour, rejetés. Ils chercheront, accidents, troubles psychosomatiques, pour être victimes, à plaindre, réconforter. Connaîtront, aussi, déréalisations, dénis, d’autopréservation. Certaines formes, de masochismes, à pures visées, anti-anxieuses. Ils auront, des troubles, du comportement alimentaire. Souffriront, d’angoisses, d’anxiété, de déprimes. Ils deviendront, parfois, eux-mêmes, agresseurs, après, avoir été agressés. Le junior peut être, en fort déficit, d’identité. Il ignore, ses émotions, besoins et, attentes. Il peut être agressif762.

 

Narcissique, avec besoins excessifs, de marques, de gratifications. Il manque, de confiance. Transpose, en actes, des besoins fondamentaux, insatisfaits, des chocs déniés, à l’enfance. L’adojeune, en coaching de vie, peut se maltraiter, de la même façon, que ce qu’il a subi, antérieurement, en auto-châtiment. S’infliger, une émotion négative, destinée, à un tiers. Également, s’autoflageller, en accidents, inconsciemment, provoqués. Il peut avoir, une pensée magique, infantile, de toute puissance illimitée, à influer, sur tout, tous. « Mettre, sa ville, en bouteille », ne l’inquiète pas, particulièrement. Il y aura parfois, aussi, de graves perturbations androJuvéniles, relationnelles. Entre angoisses abandonniques, attachements excessifs toxiques, phobies, de « dévoration », par autrui, solitude absolue, désirée et, entretenue. Existent, aussi, l’excès, de maîtrise, de soi, et, celui, des pires, laisser-aller, selon, l’éducation reçue. Il peut advenir, addictions, compulsions. Les distorsions cognitives, consistent, à raisonner, de façon, infantile. Puis, le junior peut être amorphe ou, dépressif. Si sa vie est fort douloureuse, il pourra aussi, se couper, des réalités exogènes. Pour se murer, en son monde endogène, rassurant, protecteur, en salvatrice bulle.

 

Pour qu’un jeune masculin, en coaching de vie, surmonte, un passé difficile, traumatique, il s’agit, qu’il soit, en mesure, de se relever, là, où, il est jadis, tombé. Afin, que ce qui a « collapsé », soit redressé, en une sorte, de correction, psycho-orthopédique. Le dysfonctionnement passé sera, consciemment, identifié, inventorié, reconnu, comme, tel, par le junior, concerné. Qui se fera, aider, par un professionnel. Avec des objectifs, précis et adéquats, à atteindre. Le jeune sera, alors, délivré, des blocages émotionnels antérieurs, structurels et conjoncturels, qui le fixent, à sa difficulté et, l’entravent. En revisitant, ce qui l’a fait, souffrir et, en en faisant, son deuil, par renonciation, irréversible. Il suffit, pour cela, de s’ouvrir, à son subconscient, pour aller, aux fondements, même, des conflits intérieurs. En décoder, tous les rouages, s’en défaire, malgré, les résistances et, les craintes. Cognitions, émotions, actes, corps physique, seront purgés, de leurs « toxines psychiques ». Les litiges, non résorbés, seront, également, positivement, réglés. Le tout, sous la conduite, du propre subconscient adojuvénile. Puis, le jeune puisera, en ses forces actuelles, les moyens, le rendant capable de, définitivement, « solder, tous les comptes », du passé, par lui-même763.

 

Il s’agit, de se renforcer, se « reconfigurer », régénérer, pour remplacer, le mal, qui aura été expulsé, par un bien, tout nouveau. D’optimiser, de façon, positive, les facultés, qui viennent, de se faire jour. Souvent, le présent, pourtant, vierge, neutre, du garçon  junior, en coaching de vie, n’est pas serein. Car, il est encore, parasité, par des scories négatives, persistantes, du passé, non encore, éliminées. Le présent offre, des moyens, outils, pour assainir, le passé et, même, le façonner. Par des res/sources actuelles, n’existant pas encore, antérieurement. De même, pour bien apaiser, les inquiétudes, dues, aux incertitudes, de l’avenir. Le passé, décontaminé, la sérénité, acquise, il devient, possible, d’avancer, de rebondir, vers un avenir, du jeune, plus prometteur, que jadis. Pour dépasser, son passé, il convient, non, de lutter, contre, ses émotions négatives, or, de les accueillir, accompagner, jusqu’à, leur optimum paroxystique. Ce qui leur permettra, de se résorber, peu à peu, à force, de familiarisation, donc, d’apaisement, subséquent. Pour annihiler, tous les affects négatifs, destructeurs, il s’agit, de les contrer, remplacer, par des sentiments, les plus positifs, régénérateurs. Nul, bonheur juvénile, n’est possible, en étant, neutre ou, négatif !

 

Notamment, en offrant, à l’enfant, que le jeune homme, en coaching de vie, a été, tout, ce qui a pu, lui manquer, à l’époque, pour qu’il s’épanouisse, pleinement. En amour, paix, confiance, plénitude, reconnaissance, bienveillance. Bienfaits, bons traitements et, encouragements. Soutien, sécurité, empathie et, compassion… Afin, de réparer, ce qui a été abîmé, apaiser et, guérir. Repartir, sur des bases assainies, le mauvais passé infantile, de l’adojeune, ne revenant plus, désormais, hanter, son présent. Ainsi, allégé, par « exorcisme » salvateur, des pires anciens « démons ». L’adojunior, encombré, affecté, par un passé, très difficile, peut l’avoir, occulté, inconsciemment, pour s’en protéger. Son subconscient actuel, peut seul, l’aider, à lui restituer, ce passé, afin, que le junior devienne, enfin, capable, d’en « prendre conscience ». De mieux, lui faire face, de l’assimiler, positivement, pour le dépasser, s’épanouir, enfin, pleinement, jouir, favorablement, du présent, puis, de l’avenir. L’adojeune expérimente, de nouveau, toutes les situations, occultées, les fait remonter, à sa conscience. Alors, les effets, qui en étaient issus, s’évanouissent, sur-le-champ. En « transcendante catharsis », assurant, un salutaire dépassement, de soi. (Bernardin, 1998)764.

 

__________________________________

Emmanuelle, dix-sept ans, vit, en banlieue triste, avec, un centre commercial, pour tout horizon. Elle se sent perdue, marginalisée, depuis, la mort, de son père. Sa propre mère, se fait lointaine, sa fille la fuit, le lycée lui pèse. Sa vie lui devient « insupportable ». Elle ne se remet pas, du décès, de son père, alors, que sa mère, est déjà, dans l’après, veut refaire, sa vie. Il ne reste rien, à l’adolescente, si ce n’est, un consumérisme, matérialiste et hédoniste, qui ne parvient pas, à la combler. Ni davantage, à calmer, ses frustrations, souffrances, angoisses. Un univers, maudit, des dieux, sans espoir, morne, hésitant fort, entre drame et, burlesque. Or, déjà, elle pressent, de grands changements. Annonciateurs, d’incertitudes, menaçantes ou, inquiétantes. Toutefois, surtout, emplis, de potentielles, positives, espérances ! À l’aune, d’une adojeunesse, tout ambivalente, en laquelle, les larmes, ne sont jamais, si proches, des rires. Les envolées, les plus allègres, des abattements, les plus tragiques.

 

Ainsi, va, la néogénération, qui doit, sans cesse, composer, avec, « ce qu’elle a ». Bien plus, qu’avec, ce dont, elle « rêve », tant ! Avec des adultes, souvent, plus encore, instables, imprévisibles, chagrins, qu’elle- même. Une société, si rétive, pourvoyeuse, d’illusions, de vaines promesses, bien plus, que de parole, tenue. Des pairs, alter ego, fréquemment, plus perfides persifleurs, que gracieux compagnons. L’héroïne, du film, vit, tout cela, avec, pour principal entourage, non, les humains, mais, les publicités, les galeries marchandes et, le béton lépreux. Que les aînés, s’interrogent, en salutaires et, saines introspections. Que, veulent-ils, transmettre ? L’être, l’avoir, le faire, paraître ? Heureusement, la jeunesse, n’est pas dupe. Elle aime, certes, consommer, jouir. Nonobstant, elle aspire, surtout, à s’accomplir, par l’humain et, l’amour. Cela, est toute sa sagesse, son honneur, sa remarquable dignité ! Ne nous y trompons pas, la néogénération est capable, de grandeur, sagesse, d’abnégation, pleines et, entières !

(L’Année suivante, drame cinématographique, de la réalisatrice française contemporaine, I. Czajka, France, 2007)765.

 

__________________________________

 

 

Je sais, que je ne suis pas, vraiment, une adulte. […]
Je ne suis pas, véritablement, non plus, une enfant. […]
Je n’ai pas, de problèmes, d’adulte, je suis plus grande, qu’un enfant !

 

Edita, quatorze ans766

 

 

7

 

« S’ADAPTER », POUR RÉUSSIR

 

Andro-adologiques

équilibre, aplomb, activation

 

 

Que serait, le monde, des adultes, sans, la jeunesse ?

 

Anonyme

 

 

L’ivresse, de la jeunesse, est plus forte
Que l’ivresse, du vin

 

Proverbe persan

 

 

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® vise, l’épanouissement adolescent mâle, quant aux pensées, aux émotions, comportements, actes. L’assurance, de la néogénération : estime, confiance, affirmation, de soi. La motivation andro-adoJuvénile : objectifs, conviction, moyens, action et, ténacité, des juniors.

 

__________________________________

Mathieu sort major, de l’École Polytechnique (France). Il noue, un lien sentimental, avec une jeune fille. Laquelle, se révèlera être, la propre fille, du président, de la République française. Mathieu se voit, dès lors, illico, conférer, des responsabilités professionnelles, à la présidence. Après, maintes péripéties, le jeune homme gagne, la confiance, du président, devient, ainsi, son « conseiller spécial ». De fait, le garçon a voulu, intervenir, de sa propre initiative, en certaines affaires, sensibles et éthiques. Dans le plein sens, de sa conscience « progressiste », de la déontologie et, d’une morale, de justice, de vérité et, d’humanisme, qui lui était propre. Or, en réalité, la « raison d’État », l’emportera, sur la bonne volonté et, les principes idéalistes, du jeune Mathieu. Le constatant, il préférera sacrifier, sa carrière prometteuse, fuir, avec sa dulcinée. Restant, en accord, avec sa conscience, ses idéaux et, ses valeurs, jusqu’au bout, quoi, qu’il puisse, lui en coûter. Tel est, le film, de cinéma, Président, dont l’intérêt, est de démontrer, que la jeunesse, sait préférer, ses principes éthiques, à ses intérêts prosaïques.

 

Souvent, plus, que des aînés, des plus corrompus. La nouvelle génération sait, les turpitudes, du monde adulte. À ce dernier, d’être autrement, exemplaire ! Il revient, à l’adulte, de « donner l’exemple, au jeune, car il vient toujours, d’en haut », jamais, l’inverse. (Président, fiction politique cinématographique, du réalisateur français contemporain, L. Delplanque, France, 2006)767. La juvénilité masculine est toujours, en première ligne, des conflits, entre les nations, sait donner, sa vie, pour sa patrie. Ce qui est réalisé, à l’aube, de l’existence, marque, à jamais. Un vieil homme, se confie, à l’auteur, avec émotion. Aux débuts, des années 1980. Des décennies, plus tôt, il combat, à la bataille de Verdun (France, 1916). Jeune militaire français, il fait face, avec ses camarades, à la Ve armée allemande, du Kronprinz, Guillaume de Prusse. (Prince héritier impérial, allemand, 1882-1951). Il saura, en tirer, tous les enseignements. Les sacrifices, de sa jeunesse, seront, ses plus sûrs guides, jusqu’à, la fin.

 

__________________________________

 

 

Les deux instants, les plus importants, de votre vie
Sont, le jour, où, vous êtes né
Et, celui, où, vous avez compris, pourquoi

 

M. Twain

Écrivain, États-Unis, 1835-1910

 

 

L’ÉPANOUISSEMENT ADOLESCENT MASCULIN

PENSÉES, ÉMOTIONS, ACTES

 

 

L’épanouissement juvénile, des garçons, consiste, à générer, d’heureuses métacognitions. Occasionner, d’olympiens sentiments, affects. Objectiver, les opportuns agissements. Tous ces éléments d’équilibre, sont induits, par le coaching de vie andro-adoJeunologique, même. Lequel, y pourvoit, sans faille.

 

__________________________________

Jim, dix-sept ans, déménage, intègre, un nouveau lycée. Il s’y affronte, à un caïd, Buzz. Jim se lie, à un camarade, de quinze ans, John. Il se mesure, en un défi automobile, en lequel, Buzz, meurt. Jim et, John s’allient, contre les amis, de Buzz, « ivres, de vengeance ». S’ensuivent, des violences. La Police intervient, finit, par abattre, John. Le faible père, de Jim, s’engage, alors, à mieux jouer, son rôle paternel, auprès, de son garçon. Tel est, le célèbre film, de cinéma, La Fureur de vivre. Le titre américain, Rebel Without a Cause, est significatif, d’une jeunesse, de toujours : Révolté, sans objet, sans raison, pour rien. Une néogénération, « d’écorchés vifs », qui se bat, d’abord, par principe, non, pour ou, contre, une cause donnée. Cette œuvre capitale, traite, de thèmes cruciaux, récurrents, de l’essence andro-adoJuvénile. Les frictions familiales, entre jeunes et, adultes, le marasme domestique. La famille est désunie et, les adultes, en faillite, coupables, d’incurie, à l’égard, des juniors.

 

Qui en souffrent, s’en trouvent, blessés, en déroute, à leur tour. Comme, désormais, le père-homme-conjoint, est très éclipsé, par la mère-femme-épouse. Ce qui fait, des garçons perdus, immatures. Les parents, du film, sont tous, défaillants. Alors, les jeunes ont du mal, à renoncer, à l’enfance, ils y restent, en régression et, craignent, l’avenir. L’adultisme les inquiète, plus, qu’il ne les attire. Au lieu, de vouloir, grandir, rester, « petit », les rassure ! Ils veulent, compenser, en liens forts, « entre eux », ce qui leur manque, tant, de la part, des aînés. Les garçons cherchent, d’autant, à affirmer, leur virilité, face, à des « pères absents ». La jeunesse mondiale, s’est fort retrouvée, en cette œuvre universelle, intemporelle, de la « cause adojuvénile ». Éternelle querelle, des Anciens et, des Modernes, de l’Ancien et, du Nouveau monde. J. Dean, (Acteur américain, 1931-1955), « Jim », meurt, à vingt-quatre ans, avant même, la sortie, du film, héros jeune, à tout jamais. La plupart, des jeunes acteurs, du long métrage, mourront, aussi, prématurément.

(Rebel Without a Cause, La Fureur de vivre, drame cinématographique, du réalisateur américain, N. Ray, 1911-1979, États-Unis, 1955)768.

 

__________________________________

 

 

Générer, d’ « heureuses » méta/cognitions andro-adoJuvéniles

 

Adaptation, est un terme féminin, de 1501. Le terme est issu, du latin médiéval, adaptatio. En psychologie, la faculté, d’adaptation, sera l’ « aptitude, d’un individu, à modifier, sa structure ou, son comportement, pour répondre, harmonieusement, à des situations nouvelles ». (Dictionnaire, de la langue française, Robert, France, 2007)769.

 

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®, cognitif, émotionnel et, comportemental, aide, tout junior mâle, à « corriger », sa façon, de penser, d’agir, inadéquate. Pour lui permettre, de mieux faire face, à ses réalités, de vie, notamment, inédites. L’adolescence, la jeunesse, sont des passages, à l’adultisme. Il s’agit donc, de faciliter, avec succès, cette « métamorphose », ce bouleversement délicats. L’Andro-AdoJeunologie® vise l’épanouissement, l’assurance, la motivation andro-adoJuvéniles. L’équilibre est le bonheur, l’accomplissement, la réalisation, de soi. L’utilité, de sa personne, pour soi, autrui, le partage et, l’amour. Le sens profond, donné, à sa vie. En un mot, le dépassement, de soi, évoqué, plus haut, qui fait, l’ « humain juvénile, debout, stoïque, ardent, sous la mitraille ».

 

__________________________________

J.-P. Rameau (1683-1764), compositeur français, crée, ses Indes Galantes, en 1735. (Opéra-ballet, suites, pour orchestre, France)770. L’œuvre comporte, un prologue, aussi, quatre entrées. Insouciance, légèreté, comme, plaisirs, telles sont, les thématiques principales, développées. En préambule, Hébé, déesse de la jeunesse, (Mythologie grecque antique), pousse, les jeunes, aux joies, de l’amour. Or, Bellone, déesse de la Guerre, (Mythologie romaine antique), les engage, aux honneurs, des combats. La première entrée, représente, les retrouvailles, de deux jeunes amants, réduits, en esclavage, leur libération. Les trois autres ont, également, pour intrigue, le sentiment amoureux, toujours et, plus ou, moins, comblé, harmonieux et, possible. Or, aussi et, tout autant, malaisé, contrarié et, déçu771. Cette œuvre lyrique, des plus foisonnantes, riches, dépeint bien, l’ambivalence, de notre jeunesse. Toujours, prompte, aux bonheurs absolus, comme, aux tourments, les plus aigus. Les jeunes hommes sont, souvent, dans les extrêmes, de façon, presque « cyclothymique », entre « quasi-euphorie » et, « presque déprime ». Sur le mode, « bipolaire, hyperbolique / elliptique ».

 

__________________________________

Ils ont alors, du mal, à trouver, leur équilibre, leur point d’ancrage mesuré, solide, stable. En amour, comme, en d’autres domaines, c’est la maturité, qui donne, la juste mesure, de toute chose. Ce sont l’expérience, les épreuves, de la vie, l’ascèse, qui permettent, la relativisation, le recul, les renoncements nécessaires. Pour dépasser, les aléas, revers, de l’existence. Le junior masculin, en coaching de vie, croit, que l’adversité, est immuable, irrémédiable, en éprouve, amertume, abattement. L’adulte accompli sait, quant à lui, qu’il n’en est rien, que tout change, tout le temps. Que tout est possible, même, l’impossible apparent.

 

Que savoir, attendre, foi, espérance, limitation, des besoins, désirs et, peurs, c’est-à-dire, l’ataraxie, l’équanimité, viennent « à bout, de tout ou, presque ». Tant, alors : « Patience et, longueur, de temps, font plus, que force ni, que rage ». (J. de La Fontaine, poète français, 1621-1695, Le Lion et le Rat, Ier recueil, Livre II, fable 11, fable morale, France, 1668)772. Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® sait enseigner, aux jeunes garçons, cet art délicat, de l’espérance, en toute chose. Également, du réalisme tempéré, en regard, du possible, du probable, comme, du nécessaire profitable. Du non souhaitable ni, faisable ou, nocif. Le bonheur juvénile, est un état positif, de bien-être physique, psychique, cognitif, émotionnel, comportemental, moral, social.

 

L’aptitude, à être heureux, épanoui, est innée, intemporelle, universelle. La joie est positive et, sociale. Elle est la condition, la genèse, de tout épanouissement, toute réussite, du junior mâle, en coaching de vie. Elle transcende, toutes choses. Les peuples scandinaves, seraient, parmi, les plus heureux, du fait, d’une « philosophie, de vie », des plus tempérées. Des études entreprises, démontrent, que l’optimum, de plénitude, de pensée positive, se situerait, entre les quarante-cinq et, soixante- quinze ans. Ce qui correspond, à la pleine maturité humaine, dans l’existence. Ainsi, les plus âgés, comme, les plus jeunes, connaîtraient, plus, d’émotions négatives, avant, trente ans et, après, quatre-vingts. L’adojeunesse n’est donc, pas, l’âge, le plus heureux, qui soit, avant, vingt-cinq ans. Peut-être, que les juniors, sont-ils, trop peu, « installés, en la vie », pour être, les plus épanouis, des Terriens. Réussites, bonnes expériences, des aînés, donnent toujours, plus, de satisfaction. Ils ont moins, d’attente, car, ayant déjà, vécu, ils sont plus réalistes, philosophes, fatalistes, raisonnables. Ils savent, bien mieux, accepter, l’existence, telle, qu’elle se présente. Vieillir, doit procurer, normalement, sagesse, bien plus, qu’amertume.

 

Par l’expérience, la connaissance, de la longévité. Il semble aussi, que l’amour partagé, la vie de couple, accroissent, le sentiment, d’être heureux. L’ouverture d’esprit, l’instruction, le savoir, la connaissance, les apprentissages, renforcent, l’épanouissement, le bonheur, du jeune homme, en coaching de vie. Par l’enrichissement intellectuel, moral, social et, matériel, induit. Rappelons, les cinq stades, des besoins humains successifs, élaborés, par A. Maslow. (Psychologue américain, 1908-1970, publication psychosociologique, États-Unis, 1943). Chacun, permet, d’être heureux, contribue, au bonheur.

 

En étant, en mesure, de bien pourvoir, à ses besoins biophysiques. Sa sécurité personnelle « globale ». Sa gratification affective. Son estime, de soi. Puis, l’accomplissement personnel et, la réalisation, de soi, des juniors. La pensée, les émotions, les comportements positifs, épanouissent, aussi, physiquement, psychiquement et, spirituellement. Par ouverture d’esprit, approfondissement mental. Ce qui favorise, l’inventivité, la productivité, la créativité, en tout domaine. Curiosité, passion, enthousiasme, en sont les corollaires. Alors, les processus cognitifs épanouis, les ressentis favorables, attitudes et, actes constructifs, font secréter, au cerveau, des endorphines. Qui apaisent, le stress adojuvénile773.

 

Lesquelles, sont des substances chimiques, capables, de lutter, contre les douleurs, physiques et psychiques. Cela, est induit, par l’activité physique, créative, méditative, de dépassement, de soi. Spirituelle, d’émulation, tous les liens affectifs, du junior, en coaching de vie, l’élévation, à la beauté, à la sublimation. L’humour, le rire, la légèreté, sont aussi, de puissants remèdes, pour résoudre, des problèmes, mieux vivre. Le bonheur permet, de faire, de l’activité physique, par confiance, en soi. L’exercice corporel autorise, en retour, d’être, plus heureux, par une meilleure santé, physique, psychique androJuvénile. Les générations, nées, après, le milieu, du siècle dernier, vivent, plus longtemps, en meilleure santé. Car, elles sont plus actives, épanouies, que celles, des temps antérieurs. La félicité d’esprit, accroît, le capital intellectuel, facilitant, les apprentissages neuronaux. Le « jeune heureux », développe, bonifie, ses liens sociaux, car il attire, les autres, contrairement, aux juniors tourmentés. Il est favorablement, gratifié, par autrui, à la mesure, de tous les bienfaits, positifs, qu’il répand, alors, autour, de lui. Le positif, préserve, du négatif. Le bonheur, l’optimisme, la pensée positive, la joie, l’humour, la paix, la sérénité, à toute épreuve.

 

Tout ceci, préserve, du marasme, du pessimisme, de la négativité, de la tristesse, de la peur, de la colère, de la culpabilité, du ressentiment, de l’acidité… Les émotions juvéniles masculines positives, peuvent annihiler, les pires, des ressentis négatifs. Elles sont bénéfiques, pour le psychisme, comme, pour la santé physique. Elles entraînent, une très nette diminution, de la tension, des fréquences, d’affections cardiovasculaires. Un tempérament positif combat, de fait, le stress. Il s’agit, aussi, d’être lucide, conscient, des réalités, de ce que le jeune, en coaching de vie, perçoit et, ressent. Le tout, au présent, non, au passé ou, au futur. Qu’il apprécie, également, tous ses bonheurs et, sache, les vivre, pleinement, tout en étant, convaincu, de leur légitimité, de son mérite, à les connaître. Huit critères fondamentaux, contribuent, au sentiment, d’être épanoui, heureux. La félicité humaine repose, sur la sécurité, la satiété, la satisfaction, la distanciation, comme, la paix intérieure, le plaisir et, la reconnaissance ou, la plénitude. La vulnérabilité, la faiblesse, provoquent, de la peur, du doute, de la défensive. Seul, l’inverse, procure, toute la sérénité, nécessaire, au bien-être, du junior. Être comblé, consiste, à se sentir, empli, de l’intérieur, de soi.

 

La meilleure façon, d’atteindre, cet objectif, est de se « contenter », de ce que l’on possède, déjà, plutôt, que d’atteindre, tous ses désirs. À défaut, cela, est, le plus sûr moyen, de toujours, être, un « éternel insatisfait ». Avec, les douloureuses frustrations, sans fin ni, solution, que cela, implique. À chaque jeune, en coaching de vie, de définir, lui-même, ses priorités, parmi, les plus essentielles. Afin, de se prémunir, contre, de redoutables déconvenues. Si le contentement, est lié, à la possession, en nombre, la satisfaction, implique, la réalisation, de soi, les joies, facilités, qui en découlent.

 

Le garçon  junior peut connaître, l’un et, l’autre, l’un ou, l’autre ou, ni l’un ni, l’autre. Les deux, ne sont pas liés. Être heureux, consiste, à relativiser, sa propre existence. À prendre, de la distance, par rapport, à elle. Une vision globale, s’impose, alors, car agir, ne suffit pas. Il convient, aussi, de bien « prendre, conscience », des conséquences, de ses actes, pour soi. Favorables, cela, rend heureux, sinon, bien moins. Il est également, évident, que la sérénité, l’équilibre intérieurs, rendent, plus heureux, que l’inverse. La méditation adojuvénile, y contribue. Cela, consiste, à se vider, des passions, tourments extérieurs, pour s’emplir, de paix, joies internes, sans fin774.

 

De même, qu’un environnement, empli, de calme, silence. Le plaisir existentiel est corrélé, à ce que l’on est et, l’on fait, ce que l’on a et, paraît. Si les choses conviennent, pleinement, au junior, en coaching de vie, lui donnent, du plaisir, il lui sera, bien plus facile, alors, d’être heureux. La gratitude et, l’enthousiasme, pour les bienfaits, que l’existence, s’ingénie, à lui offrir, « chaque jour, que le Ciel fait », sont une bénédiction, qui ne peut, que l’épanouir. Il ne peut, être heureux, s’il estime, que « tout, lui est dû », mais, seulement, s’il perçoit, que « tout, peut être grâce ». La bonne santé physique, psychique, sociale, affective, spirituelle, rend aussi, plus facilement, heureux, que le marasme juvénile personnel. Or, le lien, « de cause, à effet », n’est pas systématique, loin, s’en faut. De fait, le bonheur est plus, un état d’esprit, intérieur, volontairement, cultivé, que le fruit, de profits, bénéfices, extérieurs. L’on peut être, malade heureux et, bien portant malheureux. L’argent n’est pas, en soi, un facteur, de bonheur, mais, juste, de confort, d’indépendance, de soutien et, subsistance. Il ne s’agit, donc-là, que d’aide, matérielle et morale. La lutte, pour le pouvoir, c’est-à-dire, pour totalement, dominer, autrui, ne rend pas, davantage, le jeune homme, heureux.

 

Pas plus, que la réussite, qui ne met jamais, à l’abri, de la dépression, des traumatismes. Ni l’excitation, qui est illusoire euphorie, or, jamais, épanouissement. L’accroissement, des biens, des revenus, n’augmente pas, le sentiment, de vrai bonheur. De fait, l’adojunior masculin, en coaching de vie, s’habitue, à progresser et, très vite, ne l’apprécie plus, d’autant, qu’il en veut, « toujours, plus ». En outre, il a toujours, tendance, à se comparer, à ceux, qui sont, plus prospères, que lui, non, pas, moins ou, au même niveau, que lui. D’où, son insatisfaction permanente. Puis, au fur et, à mesure, que les jeunes, progressent, en l’échelle sociale, ils deviennent aussi, de plus en plus, exigeants. Concernant, ce qu’ils estiment, leur être, nécessaire, pour bien vivre. Ce qui est un jeu, frustrant, sans fin, qui entraîne, envies, jalousies, rivalités, cupidités, rancœurs, c’est-à-dire, mal-être. Les émotions négatives sont toxiques, physiquement, psychiquement et, spirituellement. En revanche, les émotions positives, sont toujours, bénéfiques, tels, l’épanouissement, le bonheur. Ces derniers, sont mieux garantis, quand, le junior, est en adéquation et, harmonie, avec son milieu environnemental, habituel. En toutes cohérence, concordance775.

 

Tant, physique, géographique, matériel, que, social, professionnel. Moral, humain, culturel, intellectuel, de loisirs, affectif et, familial. Avec, ses activités et, passions andro-adoJuvéniles. Il s’agit, aussi, pour être heureux, d’être motivé, de se comporter, d’agir, pour des raisons adéquates, valables, constructives, favorables. Être satisfait, de ses comportements et, de l’orientation, que cela, induit, pour son existence. Le changement, en lui-même, n’est pas gage, de bienfaits et, de bonheur. Or, uniquement, si sa nature bénéfique, même, l’implique. L’optimisme aide, à être heureux. À mieux, réussir, ses études, car, quand, le junior, en coaching de vie, croit, au succès, il se bat, plus et, mieux. Il s’assigne, des buts, plus affinés, précis, exigeants. L’optimisme est lié, à une plus grande, confiance, en soi, en ses aptitudes, comme, à la faculté, à surmonter, les difficultés. L’optimiste est tenace et, a le sens, de l’effort et, de la motivation. Il agit, pour le bonheur, au lieu, d’attendre, qu’il arrive. À chaque échec, il remonte, en selle, au lieu, d’accepter, la fatalité, du marasme et, tente, ainsi, de corriger, son infortune. Le jeune optimiste est plutôt, extraverti, fuit, la solitude, il cherche plutôt, le contact fructueux, tous azimuts, avec, tous, ses semblables.

 

Ce qui est source, d’enrichissement. Il fait plus appel, à l’aide extérieure. Le garçon junior, en coaching de vie, optimiste, reconnaît, pleinement, sa part, de responsabilité, dans ses déboires, il ne s’en défausse pas, sur les autres. Ce qui l’amène, à se battre, pour avancer, plutôt, que d’attendre, des solutions, extérieures, à lui-même. L’optimiste est moins fataliste, que le pessimiste, il se comporte donc, de façon, plus prudente, en tout domaine. Il est aussi, moins sensible, au stress, mieux armé, pour y faire face, car il se bat fort, au lieu, de subir, d’angoisser. L’adojeune optimiste, a une approche préventive, concernant, sa santé, non, pas, « attentiste », car il fait, ce qu’il faut, pour rester, en forme. S’il souffre, de douleurs chroniques, il est moins handicapé, qu’un autre, car il sait, faire fi, de son mal. L’optimisme protège, de la dépression, du suicide. Car l’espoir, du mieux, l’emporte, sur la certitude, angoissante, qu’il n’y a pas, d’issues favorables. L’optimisme renforce, le système immunitaire, car le corps et, l’esprit, sont indissolublement, unis, « pour le meilleur et, le pire ». En revanche, l’optimisme excessif, conduit plus, aux addictions, que le pessimisme adojuvénile. Ainsi, qu’aux accidents, par nette, sous-évaluation, des risques776.

 

L’optimisme, du jeune homme, en coaching de vie, mène plus, au bonheur, à la réussite existentielle, harmonieuse, que le pessimisme. Globalement, donc. La certitude, de l’échec conduit, à… l’échec. Cela, ne fait, que renforcer, le pessimisme initial. Si le jeune croit, que tout va bien, cela, ira bien, s’il pense, le contraire, cela, arrivera, aussi. Cela, signifie, fort clairement, que l’optimisme permet, aux choses, d’aller mieux, que le pessimisme. Ce dernier accroît fort, le stress, donc, le risque, d’affection cardiovasculaire. Quand, au contraire, l’optimisme mène, lui, à la sérénité et, donc, à la bonne santé, notamment, du cœur.

 

L’optimisme juvénile combat, la difficulté. Il motive, à aider, autrui. Il soutient, en l’épreuve. Il supplée, la solitude. Il annihile, la tristesse, tout comme, la détresse. De même, que le manque, de considération, pour soi-même. Il procure, du courage, de l’énergie. Il rend, l’adojunior, appréciable, aux yeux, d’autrui. Le pessimiste peut détruire, son pessimisme, par des pensées, émotions et, attitudes optimistes. Le jeune peut, favorablement, écarter, de son esprit, un passé souffrant et, un avenir inquiet, par un présent, bien plus riant, serein. À chaque avancée optimiste, il s’agira, de s’en récompenser, pour s’encourager, à persévérer.

 

Par une récompense plaisante. En un mot, positiver, fréquenter, des optimistes, se battre, pour avoir, une vision androJuvénile, favorable et constructive. Il est plus facile, de changer, d’abord, son comportement, puis, son état d’esprit, plutôt, que l’inverse. De fait, l’action est euphorisante, peut, donc, conduire, à avoir, un mental, plus optimiste. D’autant que, quand, l’on agit, l’on a plus, de résultats et, de résultats, très positifs, que quand, l’on ne fait rien. De même, l’activité physique et, sportive, ne peut qu’être, à ce sujet, à tous points de vue, excellente. Ce que l’on peut qualifier, d’ « endurance psychique », est un puissant moteur, d’épanouissement, du jeune, en coaching de vie. Trois éléments indispensables, la caractérisent. Le contrôle, la maîtrise, de son existence, par l’action et, l’appui, sur ce qui dépend, de soi : les facteurs endogènes, comme, non exogènes. L’engagement, pour des idéaux supérieurs et, pour autrui, par pleine adhésion, convaincue, non, par défaut. L’appréhension, de « l’essentiel », tels, autant, de défis, à relever, non, comme, autant, de fatalités, négatives, à subir. Ainsi, le stress, du junior, est-il, bien plus, maîtrisé. Avec assurance, conscience, des difficultés, incertitudes, mais, foi, en soi, ses talents, pour réussir777.

 

L’endurance psychique, du jeune masculin, en coaching de vie, est d’autant plus, « surpuissante », qu’elle sera doublée, par de l’activité physique et, sportive, suffisante et, régulière. Il arrive aussi, qu’un événement, en apparence, négatif, pour soi, soit, en réalité, formidable occasion, à saisir, à son avantage. À soi, de savoir faire, d’un problème, une possibilité, de solutions ! Intégrité, droiture morales, mènent également, tout droit, à l’équilibre, comme, à l’épanouissement. En revanche, sont très perturbantes, la colère, les tensions physiques, psychiques, les excuses excessives et, trop fréquentes. Le découragement, la frustration, le mécontentement, l’évitement, des autres et, l’occultation, des réalités, vérités. Quand, elles dérangent, les secrets honteux, inavouables. À l’inverse, confiance, loyauté, noblesse, dignité et, élévation, d’âme, renforcent, le sentiment, de plénitude. Il importe, de souscrire, à des engagements, qui ont du prix, aux yeux, du junior, « font sens », en son existence. Cela, rend utile, suscite, des émotions bénéfiques, fait aimer, l’existence. Ce qui contribue, à son bonheur. Il s’agit, pour l’adojeune, de définir, ses priorités, métaphysiques, existentielles, en termes, d’importance et, d’objectifs.

 

Puis, de se demander, si ces desseins, sont réalistes, réalisables. L’éthique sert, également, son épanouissement. Elle définit, pour le junior, en coaching de vie, les comportements bénéfiques, pour l’existence, conformes, aux règles, fixées et, attendues, en particulier, en société. Quand, la morale, quant à elle, précise et, différencie, le bien et, le mal. Cohérence, pertinence, sûreté, en découlent et, rendent, plus heureux, en une sorte, de « paix intérieure ». Pour cela, il s’agit, pour le jeune, de se plier, à un solide « code, de l’honneur ». En adéquation, avec les principes supérieurs, admis, par sa société, d’appartenance. Se positionner, à la place, d’autrui, en vertu, du verset : « Ce que vous voulez, que les hommes fassent, pour vous, faites-le, de même, pour eux ». (Luc, évangéliste, Moyen-Orient, Ier s., Évangile, VI-31, Nouveau Testament, La Bible, Moyen-Orient, Ier s.). Être toujours, en logique androJuvénile, de franchise, sincérité, cohérence, vérité. Avec, soi-même et, autrui, pour être, en vraie « résonance ». (Gentry, Thalmann, 2012)778.

 

__________________________________

La jeunesse, de France, vit, en pays, qui est passé, du stade, de déclin, à celui, de « faillite totale, en tous domaines ». Économique, financier, social, culturel, moral, psychique et, spirituel… La situation actuelle, est comparable, à celle, de 1940 ou, 1958. La génération 68 a failli. Seul, un sursaut drastique, s’impose, pour le salut, de tous, nos juniors ! (F. de Closets, auteur français contemporain, Maintenant ou jamais, ouvrage sociopolitique, France, 2013). D’aucuns, parlent, même, de « décadence et, de déchéance » !

 

__________________________________

 

 

Occasionner, d’ « olympiens » sentiments, affects, du jeune mâle

 

Le meilleur, de son existence, contribue, à se rendre heureux. Il s’agit, de pratiques désirées, non, pas, subies. Qui occupent, exclusivement, tout son esprit. Sont motivantes, inventives. Gratifient, le jeune, en coaching de vie, sur-le-champ. Consistent, à entreprendre et, user, de tous ses aptitudes, vocations et, talents. Interviennent, en tout temps, tout lieu. En l’oubli, de soi-même et, de ses difficultés. Il est donc, important, de bien connaître, ses passions, pour pouvoir, les pratiquer, être épanoui. Alors, que le garçon  junior sache, ce qui le meut, fait son originalité, le comble, le plus, donne, tout son sens, à son existence.

 

Le bonheur se cultive, « à bras le corps » et, tout de suite. Il se fabrique, par soi-même, à coups, d’initiatives personnelles, d’actions. Il n’est pas, la récompense ultérieure, d’efforts, mais, une gratification, un dû immédiats, que l’on s’octroie, à soi-même, maintenant. « S’enfermer, en la routine », ne permet jamais, d’être heureux. Or, la plénitude provient, de sans cesse inventorier, pratiquer, de nouvelles pistes enrichissantes, innovantes et, gratifiantes. Que le jeune ose, l’inédit, l’audace, la subversion, pour avancer, de façon déterminée et, persévérante.

 

Remette en cause, ses fausses évidences juvéniles. S’interroge, sur les choses, de sa vie. Voie et, saisisse, les possibilités, que l’existence, lui suggère. Vive pleinement, ses émotions. Ait foi, en ses pensées, sentiments, actes. Ait, l’optimisme, l’espoir, chevillés au corps et, au cœur. Aspire, aux différences et, aux diversités, pour mieux saisir, l’unicité, de chacun. Sache, cultiver, la curiosité, l’audace, les investigations nouvelles. Libère et, affirme, haut et fort, ses passions. Ose, abdiquer, ses facilités, habitudes et, conforts, au profit, de la nouveauté, de la difficulté, de l’inconnu et, de l’imprévu. Pour être heureux, il s’agit, pour le jeune homme, en coaching de vie, de connaître, l’ « état de grâce ». Ce dernier, provient, de l’usage, d’aptitudes et, de savoir-faire, en un état d’esprit, de stimulation. Ce qui permet, d’exprimer, passions, talents. Il s’agit, donc, de trouver, préciser, ses points forts. D’oser, s’y adonner pleinement, en « franchissant le Rubicon ». De dégager, du temps libre, à cet effet, cela, est possible ! Quand, le junior est « passionné », il ne mesure pas son énergie, ses efforts, sacrifices, le temps consacré779.

 

Car il ne compte plus, du fait, que la passion l’emporte, sur lui. Puis, l’objectif, du jeune, en coaching de vie, est de pratiquer, le plus souvent, possible, l’ « état de grâce » idoine, afin, d’être, le plus fréquemment, heureux. Être heureux consiste, également, à « bien vivre », les épreuves, de sa vie, afin, de mieux, les dépasser, surmonter. En un mot, être épanoui, malgré tout. Pour « faire face » et, relativiser, l’on peut se rappeler, comment, l’on a, déjà, bien su gérer, des crises comparables, passées. Se remémorer, comment, d’autres, ont réagi, face, à des réalités similaires. Évitant, de dramatiser, à l’excès, afin, de ne pas « s’enfoncer », davantage. Tout junior, est capable, de faire face, à l’adversité, d’en triompher. Cela, requiert, force énergie, tant, physique, que, psychique et, spirituelle. Pour cela, il convient donc, de délaisser, le passé douloureux, au profit, du seul, avenir, vers lequel, tous les efforts, seront tendus. Il s’agit, aussi, de se focaliser, exclusivement, sur ce qui est, en son pouvoir. L’on peut être inventif, efficace, en toutes ses entreprises, par l’action, plutôt, que par la lamentation et, la résignation, stériles et vaines. En cas d’épreuve, les relations, avec les autres, peuvent compter double, triple, quadruple, en réconfort androJuvénile.

 

Que le junior masculin, en coaching de vie, accueille alors, favorablement, le soutien, de son entourage. Sache, également, lui rendre, la pareille. Lui explique, très clairement, sans geindre, tout ce qui lui arrive. Parte, à la découverte, la rencontre, de nouvelles têtes. Soit humain, reconnaissant, compatissant et, attentif, à tous ceux, qui lui apportent, leur concours, professionnel ou, non, en toutes épreuves, qu’il traverse. Mieux lutter, contre les travers, de l’existence, qui l’affectent, peut s’accomplir, par le biais, d’un certain processus. Cela passe, par une mentalisation juvénile, très positive, qui tend, vers l’espérance, l’optimisme, l’inventivité. La fixation, de buts stratégiques personnels. La définition, de la motivation, à réaliser, ses projets. L’assurance, de vouloir, ce que l’on veut, s’y donner, pleinement. Une confiance, en soi, suffisante, pour changer. L’inventaire, de ce qu’il y a, à entreprendre, pour réussir, le but, imparti. La prise de conscience, des obstacles possibles, sur les chemins, du progrès. La capacité, à surmonter, les revers. La fixation, des meilleures solutions, pour vaincre, ces aléas. La décision, du jeune, d’agir, le passage concret, à l’acte. Ce qui implique, de faire, les bons choix, ne pas se tromper, de cibles ni, de combats adéquats780.

 

Des autorécompenses régulières, pour toutes les avancées successives, par soi, accomplies. Une vie juvénile heureuse, comporte, un minimum, de cohérence, c’est-à-dire, d’organisation, de moyens, de dynamisme. Cela, donne, de la confiance, en son existence. Percevant, ce qui la constitue, comme, pertinent, clair, maîtrisable, signifiant. Il s’agit, d’avoir, plusieurs domaines diversifiés, de cohérence, de les adapter, à chaque circonstance, de la vie. Pour ne pas être démuni, quels, que soient, les aléas, circonstances. La multiplication et, la régularité, de ces occupations existentielles, augmentent, le ressenti, de cohérence, donc, l’épanouissement. L’adolescence constitue, l’ère d’élaboration, de l’identité individuelle originale, propre, exclusive. Celle, aussi, de la quête, de liberté, d’indépendance, d’autonomie. La jeunesse veut, quant à elle, se forger, un « accomplissement » social, professionnel, économique. Le tout, de façon, inédite et novatrice. Le garçon adojunior, en coaching de vie, va bien, quand, sa vie est intelligible, structurée, a du prix, à ses propres yeux. Quand, il en retire, plus, de satisfaction, que d’amertume. L’adulte trouve, sa cohérence, en lui-même. En ses ressources intérieures, propres, morales et ontologiques.

 

Les adolescents, les jeunes hommes, en coaching de vie, plutôt, auprès, de leurs congénères, du même âge. Tout cela, évolue, au cours, des différentes phases, de l’existence humaine, de la naissance, au trépas. Des études scientifiques ont démontré, que le fait, de méditer et, de croire, en une foi morale, spirituelle, religieuse, était source, de force intérieure, psychique, de meilleur épanouissement. Ainsi, que de plus fortes aptitudes, à mieux, faire face, à l’adversité, aux revers, aux aléas, de l’existence. Également, gage, de meilleure santé physique. Contrairement, à l’animal, le junior est un être pensant, qui s’interroge, suppute, réfléchit, en quête, de sens, d’interprétation. Il veut, des certitudes, des réponses, or, cela, n’est pas toujours, possible. Surtout, quand, la vie est difficile. En ce cas, plutôt, que de se torturer, l’esprit, si inutilement, il vaut mieux, « oublier », ce qui semble, insoluble, pour le moment. Qui trouvera, peut-être, réponse, ultérieurement et, en d’autres circonstances. Notamment, en cas d’épreuves, il importe, de bien débuter, achever, chaque jour, de façon, similaire et régulière. Tout en se remémorant, tout ce qui est positif et, bénéfique, pour soi, en sa vie, tout ce qui emplit, de joie, gaîté, d’envie juvénile, de vivre781.

 

Pour se donner, courage, bien mieux apprécier, son existence ! Habité, par les bienfaits, du présent, bien plus, que tourmenté, par les difficultés, du passé. Au junior, en coaching de vie, de saisir, les bonnes choses, plutôt, que de se contenter, de les attendre. À soi, de trouver, ce qu’il y a, à faire, chaque jour, pour provoquer, les ferments, de son épanouissement. La cohérence, l’épanouissement existentiels, sont conditionnés, par la rigueur, le lien, aux autres, le « sens » : signification et, direction. Seul, l’ordre, structure, la vie, lui fournit, toute sa logique, épanouit, donc. Cela, donne, une indication, fort précieuse, sur le cheminement andro-adoJuvénile. La règle, au quotidien, est alors, indispensable, à toute vie, pertinente et réussie. L’improvisation et, la « navigation à vue », la gestion, « à la petite semaine », sont très nocives et, à proscrire. La fréquentation, des autres humains, rend aussi, plus heureux, que la solitude totale. Car, cela, procure, un contentement, d’adhésion, de reconnaissance mutuelle, d’inclusion, d’inscription collective. Ce qui favorise, le bien-être, la plénitude, car, l’on se sent, ainsi, exister, et, pour soi et, autrui. L’adojeune est heureux, par ses objectifs existentiels, liés, au travail, qui permet, de se réaliser, socialement.

 

À l’affectivité, au dépassement, de soi, des aléas, de la vie, au service, d’autrui. En accord, avec son « moi juvénile masculin profond », en émulation, exemplarité, à l’image, des meilleurs, d’entre eux… L’on est également, plus heureux, de penser, à ses acquis positifs, plutôt, que de tant, se tourmenter, pour ce qui « manque », à ses yeux, par défaut. Le contentement, est bien plus agréable, que la frustration et, la gratitude, que le ressentiment ! L’optimisme rend heureux, il passe, par le positif, de chaque jour, en pensées, émotions, comportements, actes. Jamais, par les choses négatives. Des idées positives, génèrent, des actions positives. En retenant, chaque soir, le positif, de la journée, l’adojeune, en coaching de vie, se sent, bien mieux, que s’il n’a entrevu, que le négatif. La bonne nouvelle, pour chacun, est que « son verre, est toujours, au minimum, à moitié plein, non, à moitié vide » ! Que c’est, grande chance, d’avoir, un verre et, qu’il y ait, quelque chose, dedans. Il pourrait, être complètement, vide ou, totalement, inexistant. L’on peut, certes, rêver, d’un « verre, intégralement, même, continûment, empli ». Or, cela, n’est pas possible ni, souhaitable, en une vie. Être, trop gratifié, par l’existence, ne rend pas, le junior, heureux782.

 

Or, au contraire, insatisfait permanent, par la folle loi, du « toujours, plus ». Les pensées et, émotions ou, actions positives, quotidiennes, régulières, rendent, également, le jeune, en coaching de vie, heureux. Car, elles sont, le ferment, le catalyseur, de la pleine joie, de vivre. Ce sont elles, qui portent, l’enthousiasme, la motivation, l’encouragement, l’euphorie, la consolation, de chacun. En un mot, ce qui panse, les plaies, cicatrise, les blessures, donne envie, de vivre et, d’espérer. De s’épanouir, en élévation d’âme et, gratitude. Agir et, bien agir, positivement, rend le garçon adojunior, heureux. Cela, permet, par et, en l’action, d’oublier, ses préoccupations négatives. D’obtenir, des résultats et, d’atteindre, ses objectifs. D’être utile, à soi et, autrui. De faire favorablement, avancer, les choses. D’avoir, l’heureux sentiment, du « plein devoir, accompli ». D’avoir, bonne conscience et, la conscience, en paix… Coucher, sur le papier, exprimer, oralement, toute sa satisfaction, sa gratitude, tout, ce qui va bien, peut, aussi, s’aider, à être heureux. Il s’agit, de ne pas se focaliser, uniquement, sur le reste, moins positif. Il est aussi, important, de manifester, sa joie, sa surprise et, son enthousiasme adojuvéniles, par le sourire et, le rire, les plus francs.

 

Ce qui doit, l’emporter, sur l’expression, de la colère, du dégoût, de la peur, de la tristesse. D’autant, que les manifestations, de bonheur, du junior, en coaching de vie, sont contagieuses, retentissent, des uns, aux autres et, réciproquement. Il en va, de même, des signaux négatifs. Alors, autant, s’en abstenir et, les éviter. Seul, compte, s’impose, le sourire vrai et, charismatique. Plus visible, dans les yeux, que sur les lèvres. Que le jeune homme évite, ignore, le sourire mensonger, colérique, dissimulateur ou, méprisant. Des pensées saines et, positives, donc, bénéfiques, donneront, des sourires, de même nature, de bon aloi. L’inverse, tout autant. Le sourire rend heureux : soi-même, comme, les autres. Il attire, quand, le renfrognement, fait fuir, dispense, mal-être, à tous : soi et, autrui. Pour être authentiquement, heureux, il s’agit, de bien connaître, les raisons profondes, de son bonheur propre. Cela, aide, à encore mieux, ancrer, en soi, les fondements, de sa félicité. De s’en convaincre, pour progresser, encore plus, sur cette voie, si positive et, bénéfique, pour soi. Pour être heureux, que chaque adojunior, ait, des pensées positives, qui mèneront, à des émotions, actes, de même nature. « Qui, sème, la joie, récolte, la béatitude »783.

 

De même, agir positivement, génère, des émotions, des pensées androJuvéniles heureuses. De même, que les difficultés importantes, perturbent, il en va ainsi, pour l’accumulation, des petits aléas négatifs, de son quotidien. À la longue, les deux types, de revers et, d’adversités, sont aussi toxiques, pour la santé physique, psychique, spirituelle et, pour le bonheur. Surtout, si ces petites contrariétés, sont régulières et, répétées. S’il n’est pas possible, de supprimer, ce qui cause, le stress, par contrariété, l’on peut, au minimum, en neutraliser, les effets physiques, psychiques néfastes, à ses dépens. Là encore, il s’agit, pour cela, de se concentrer, sur ce qui va bien et, satisfait, pleinement. Pour bien détendre, le corps, du junior, en coaching de vie, il existe, d’excellentes méthodes, de relaxation. L’apaisement, des tensions musculaires, permet, aussi, de se détendre, psychiquement. L’on prend conscience, de sa respiration, pour la calmer, l’amener, au niveau, du ventre. Par respiration profonde ou, abdominale, puis, par expiration complète. À plusieurs reprises. Il s’agit, de relativiser, ce qui chagrine, pour dédramatiser, par l’optimisme, du jeune, le fait, de positiver. Ce qui signifie donc, « voir la partie pleine, du verre ».

 

Chaque journée, chaque semaine, chaque mois, chaque année, chaque décennie, toute vie, comporte, pour chacun, tout à la fois, des ennuis et, des satisfactions. Le bonheur, du junior masculin, en coaching de vie, réside, en l’équilibre positif, entre les deux situations. Au profit, le plus possible, des réalités heureuses. Puisque, nul, ne peut s’affranchir, de tous les revers, l’essentiel, est de vivre, le plus, d’événements heureux, possibles, pour être épanoui. Cela, consiste, à s’octroyer, soi-même, de petites joies quotidiennes, qui agréent, le jeune. De façon, fort active et, volontariste. Sans jamais, être passif ni, attentiste. Car, cela, ne dépend, que de soi seul, nullement, d’autrui. L’on a plus, de chances, d’être heureux, si l’on sait, quel est, le sens, de son existence. Qui, l’on est, où, l’on va et, quels sont, les objectifs, fondamentaux et prioritaires, de sa vie, son rôle, utilité, pour soi-même et, autrui… De fait, l’adojunior ne peut être « serein », s’il ignore, quelle est, sa destination. Ni, d’où, il vient, ni quel chemin, sera parcouru, par quel moyen, ni en combien, de temps, en quelles conditions. À la fin, des études académiques, il s’agit, de se lancer, en de toutes nouvelles activités. Ce qui peut, fort inquiéter, le jeune ou, à l’inverse, l’exalter, autant784.

 

D’acquérir, son autonomie juvénile, de se suffire, à soi-même, en tout et, pour tout. En un esprit, de responsabilité, se fixant, des échéances, précises, raisonnables, dans le temps. Avec, des objectifs concrets, dynamisants. Le bonheur se nourrit, à la fois, de libertés et, d’organisation rigoureuse. D’où, l’importance, de toujours, bien structurer, systématiquement, chaque journée. Avec, des activités, rituels, récurrents, systématiques. Pour autant, il est tout aussi, important, outre, la planification, de savoir laisser, une part, à l’imprévu. De fait, les bonnes surprises, ce qui est spontané, fortuit, contribuent aussi, puissamment, au bonheur, du jeune, en coaching de vie. Se ménager, des plages, d’inactivité, de détente est, aussi, un facteur positif, de bien-être. Il s’agit, aussi, d’être capable, de bien faire, la différence, entre, ce qui est important et, ce qui est secondaire. Les activités quotidiennes incontournables, sont essentielles, pour bien gérer, sa vie et, bien s’en sortir. Or, cela, ne suffit pas, les pratiques, non indispensables, contribuent, quant à elles, à se rendre, plus heureux. Car, le garçon  junior, les accomplit, non, pas, par obligation, or, par goût et, cela, agrémente et, embellit, sa vie, la liberté l’emportant, de loin, sur l’impératif785.

 

Une, des règles d’or, du bonheur, consiste, à observer, durant, toute sa vie, un bon équilibre, entre le travail et, le loisir. Si le jeune homme, en coaching de vie, privilégie trop, l’un, au détriment, de l’autre, son existence sera déséquilibrée et, son épanouissement, d’autant, altéré. En particulier, l’excès, de travail, d’ambition sociale, professionnelle, matérielle, nuit, à la qualité, de la vie juvénile. Avec, tous les dangers, que cela, implique, pour la santé physique, psychique. À l’inverse, pour nombre, de juniors, trop favoriser, l’amusement, se fait, au détriment, de l’effort, de la réussite, présente et future, d’un avenir favorable, serein. En psychologie, l’on distingue, trois types principaux. Le type A, extraverti, a tendance, au stress explosif, contre, les autres et, à la suractivité, au surmenage et, au volontarisme forcené. Le type C, introverti, connaît, quant à lui, un stress implosif, plutôt, dirigé, contre, lui-même, sera plus, spectateur passif, qu’acteur véritable, de sa propre vie. Entre les deux, le type B est plus équilibré, détendu, donc, bien plus heureux, efficace, à tous points de vue, en son existence. L’idéal juvénile, est le type B. Le type A est perfectionniste, rigide, quant à ses exigences, d’excellence, trop excessives et, absolutistes.

 

Il est sur-occupé, débordé, veut tout, contrôler, maîtriser et, faire, à la fois. Il croit plus, à son travail acharné, qu’à sa compétence. Il privilégie, la compétition, la rivalité, au détriment, de la coopération. Il ne veut rien, déléguer et, tout, faire, par lui-même, seul. Il apprécie fort, ses semblables, de même type, pour se battre, toujours et, encore, en vitesse, urgence. Le junior, en coaching de vie, de type B, est bien plus indulgent et, compréhensif, avec lui-même et, les autres, tout en étant productif, en son travail. Il privilégie le bien, plutôt, que le mieux. Il ne fait, qu’une seule chose, à la fois, sait hiérarchiser, ce qu’il y a, à faire, en fonction, de l’importance ou, non, de chaque chose. Il est convaincu, que la réussite dépend, tout autant, de son effort, que de son aptitude andro-adoJuvénile. Il a le sens, du collectif, sait collaborer, en émulation. Il sait très bien, répartir les tâches, en partages équitables. Il apprécie, ses congénères, de type similaire, en bon équilibre, entre la quantité et, qualité, de travail, à accomplir. L’idéal, est d’observer, une bonne balance, entre le travail satisfaisant, d’une part, le loisir, les sorties, le sport, la détente, la culture, l’art, de l’autre. Outre, la sphère familiale, amicale, affective, sociale, soit, humaine, relationnelle, du jeune.

 

L’objectif est, également, la curiosité, comme, l’ouverture d’esprit, pour une largesse d’horizon, maximale. Ne jamais, se contenter, de se limiter, à son domaine, d’activité habituelle ni, à ses centres d’intérêt, usuels. Or, volontiers, découvrir, tout ce qui est susceptible, d’enrichissement juvénile masculin. Il y a-là, une dimension sociale. Il s’agit, aussi, de cesser, de vouloir, tout évaluer et, quantifier, en permanence. De ne jamais, être obsédé, par le temps, qui passe. De se nourrir lentement, avec calme, tranquillité, sans nulles, autres activités, en même temps. Il convient, aussi, de fuir, le narcissisme, l’autocentration, sur sa seule personne. La marche quotidienne est également, une bonne chose, pour flâner ou, aller, à ses activités. Car, cela, détend. Que le jeune, en coaching de vie, évite, également, de s’encombrer, de données, quantifiées, chiffrées. Il est nécessaire, d’équilibrer, sa vie, entre le travail, d’une part, les loisirs, de l’autre. Également, de répartir, les trois types, de loisirs : solitaires, partagés, coopératifs. Le loisir solitaire, consiste, à se détendre, seul, notamment, par le biais, de ses « passe-temps » favoris. Par exemple, la lecture. Le loisir partagé, du junior, consiste, à « prendre, du bon temps », de façon, conviviale, interactive786.

 

En des activités, qui conviennent, de concert, avec autrui. Il y a-là, une dimension sociale. Citons, par exemple, un cours, de danse. Puis, le loisir coopératif, consiste, à interagir, avec les autres, en une pratique plaisante, à but collectif. Comme, lors, d’un sport d’équipe. Le jeune, en coaching de vie, est un être, social et sociable, qui s’épanouit, au contact, avec ses semblables. Quand, le lien adojuvénile, est harmonieux, solide, fort, réciproque et, indispensable. D’où, l’importance, de cultiver, les meilleures relations sociales, satisfaisantes. Il s’agit, aussi, de se créer, d’entretenir, de développer, un bon réseau social.

 

C’est-à-dire, des rapports juvéniles, en nombre suffisant, susceptibles, de pouvoir, apporter, des choses, fort positives. Or, malgré, la multiplication, des moyens, de communication, modernes, les liens, réseaux sociaux, ne cessent, de se réduire, en Occident. Il est donc, important de, toujours, être réceptif, aux contacts, avec les autres, de leur rendre, la pareille. Le soutien humain peut-être, émotionnel, communicationnel, concret ou, personnel. Il s’agit, de réconfort, affectif et moral. D’éclairages, notamment, professionnels, pour avancer. Tout ce qui peut contribuer, à soutenir, motiver, encourager, un garçon  junior, est capital et, décisif.

 

D’aides matérielles, en tous genres. Puis, de réconfort juvénile, d’avis désintéressé, sincère et, authentique, en rapport, avec sa personne. À son grand bénéfice propre. Fréquenter, ses semblables terrestres, est bon, pour la santé psychosomatique, facilite l’existence et, la rend plus gaie. De fait, il est important, de pouvoir, se confier, à autrui, pour se sentir bien et, mieux. Il convient, donc, de « fréquenter, du monde », pour tisser, des liens sociaux. Un bon équilibre existentiel, repose, sur trois pôles, de vie, principaux : d’études / professionnel, affectif et, des loisirs. Trois registres capitaux, du junior, en coaching de vie, nécessitant, la présence humaine, des autres, pour leur plein accomplissement satisfaisant, réussite. Si le lien humain réussi, est si bienfaisant, pour tous, il en va, de même, de la solitude modérée, non totale et, excessive. Être seul, n’est pas un problème, en soi, car, cela, ne consiste, qu’à être, sans présence humaine, immédiate, à proximité. Se sentir seul, est en revanche, maléfique, car, cela, implique, d’être démuni, de tout rapport interpersonnel affectif, avec un entourage. La solitude, du jeune homme, consistant, à se donner, du temps, pour soi-même, est positive, car, elle est alors, constructive, favorable, bénéfique787.

 

Dès lors, qu’il existe, également, un lien, avec l’altérité proche. La solitude individuelle relie, le corps physique et, l’esprit moral, en unité, cohérence et, plénitude. Ce que ne permet pas, le maelström déchaîné, des passions collectives, du junior masculin, en coaching de vie. La solitude est aussi, gage, de repos, tranquillité, pour le cerveau, car, elle seule, met, à l’abri, des excès, de stimuli permanents, que l’on supporte, chaque jour. Elle implique, calme, détente physiques, psychiques. Elle protège, du harassement, de la perte, d’énergie, dus, au travail. La solitude développe l’inventivité, par une possibilité, capacité, de concentration, accrues. Elle permet, de se révéler, à soi-même : identité, unicité, objectif existentiel, plénitude.

 

Elle conduit même, à trouver, des réponses, aux questionnements fondamentaux, de l’adojeune, en coaching de vie et, sur soi-même. Puis, la solitude garantit, une certaine « distanciation », donc, une approche plus générale, de son existence Elle est alors, vectrice, d’équanimité, d’ataraxie, ce qui fait partie, de son bonheur. Pour être heureux, il est possible, de concilier, la « préoccupation, de soi » et, l’intérêt porté, aux autres. Les Écritures, ne commandent-elles pas, d’ « aimer, son prochain, comme, soi-même », non, pas, mieux, que soi ou, moins ? (Matthieu, apôtre, Moyen-Orient, Ier s., Évangile, XXII-39, Nouveau Testament, La Bible, Moyen-Orient, Ier s.)788. Tout est question, d’équilibre, d’équité, de justice androJuvéniles, entre soi et, autrui.

 

Prendre soin, de soi, est un droit, du jeune garçon, en coaching de vie, or, aussi, un devoir, pour subsister. Car, qui tombe malade ou, trépasse, par négligence, de soi, ne peut alors, être altruiste. Il s’agit, donc, ni de trop servir, sa propre personne ni, de se sacrifier, excessivement, au profit, d’autrui. Pas plus, que de se négliger ni, d’ignorer totalement, les besoins, intérêts et, droits, des autres. L’idéal, consiste, à tenir compte, de ses propres nécessités juvéniles, tout en étant, capable, de souscrire, à celles, d’autrui. Il convient, aussi, de ne pas oublier, de consacrer, chaque jour, « du temps, à soi-même », non, seulement, aux autres ! À autrui et, non, seulement, à soi ! Ce qui revient bien, à dire, que l’estime, de soi, ne saurait être, ni insuffisante ni, excessive. De même, pour la considération, que l’on prête, aux autres. Que ce soit, à l’égard, de soi ou, d’autrui, la générosité authentique, ne peut être, que juste, c’est-à-dire, ni pléthorique ni, indigente.

 

Il est dommageable, de laisser, trop, de place, à soi ou, autrui ou, pas assez. Que le jeune homme, en coaching de vie, équilibre ! Le bonheur est de donner, aux autres, par altruisme, des plus oblatifs. Il n’y a, de vrai don, que désintéressé ! Non, pas, par devoir ou, pour servir, ses propres intérêts. Par seule préoccupation, de réciprocité ou, par espoir, d’un « retour, sur investissement », c’est-à-dire, par purs intérêt, calcul. La vraie générosité juvénile n’existe, que par sincère désir, de rendre l’autre, heureux, ce qui contribue, à ses propres bonheurs. De façon, totalement gratuite, désintéressée. Sinon, cela serait, de l’abus, de pouvoir, de la manipulation. L’altruisme authentique, consiste, en une « libéralité », totalement, consentie, voulue. Sans nulle, volonté, de contrôle, du junior, ni même, d’influence, sur l’ « heureux bénéficiaire ». « Servir, l’autre, sans se servir, soi » ! (Gentry, Thalmann, 2012)789.

 

__________________________________

Christine et, Léa, sont deux jeunes sœurs, dont la vie, a été chaotique, perturbée. Elles sont toutes deux, domestiques, en une maison, fort bourgeoise. Leur patronne, Madame Lancelin, est exigeante, mais, Christine voit, en elle, une « mère, de substitution », parfaite. La mère, des deux jeunes filles, est de mauvaise influence, le climat ambiant se détériore. Elles finissent alors, par assassiner, leur employeuse et, sa fille, effroyablement. Telle est, la sinistre histoire, du film, de cinéma, Les Blessures assassines, tirée, d’un événement authentique, l’abominable crime, des sœurs Papin. Christine (1905-1937) et, Léa (1911-2001) ont vingt-huit et, vingt-deux ans, au moment, des faits, le 2 février 1933, au Mans (France). J. Genet, (Écrivain français, 1910-1986), s’inspirera, de l’affaire, en 1947, avec, une pièce, de théâtre, intitulée, Les Bonnes (France). Les sœurs avouent, leur meurtre, sans motifs ni, préméditation.

 

Reconnaissant même, avoir été, fort bien traitées, nourries, comme, logées. Enfants et, adolescentes, leur mère les avait délaissées et, placées. Quatre ans, avant, leur crime, elles rompent, avec celle-ci, sans aucune raison, précise. Elles sont déclarées, saines d’esprit, responsables, de leurs actes. L’aînée est donc, condamnée, à mort, puis, aux travaux forcés, à perpétuité. Elle mourra jeune, à l’asile, d’aliénés. La cadette écopera, de dix ans, de travaux forcés. Haines, de classe, paranoïa, folie… Les hypothèses « explicatives » continuent, à ce jour. Par nature, la jeunesse est passionnée, emportée, éruptive et, ambivalente. Les jeunes filles, du Mans, semblaient heureuses, de vivre, satisfaites, de leur sort, au cours, de leurs six ans, de service, chez leurs futures victimes. Il aura suffi, d’une « anodine altercation », pour déclencher, le pire ! La juvénilité est « à fleur, de peau, écorchée vive », fragilisée, par sa construction, en cours.

(Les Blessures assassines, drame cinématographique, du réalisateur français contemporain, J.-P. Denis, France, 2000)790.

 

__________________________________

 

 

Objectiver, par l’andro-adoJeunoCoaching de vie, d’ « opportuns » agissements

 

La réussite, l’épanouissement androJuvéniles, en études ou, emploi, sont très largement liés, à la forte tonalité positive, du cadre scolaire ou, professionnel. De la même façon, que l’échec, le malaise, en un tel contexte, sont la conséquence, d’une ambiance, de travail, négative. Si les émotions positives l’emportent, sur les émotions négatives, le jeune scolarisé ou, travailleur, en coaching de vie, sera heureux, en son activité, d’apprentissage ou, de métier. Si, c’est l’inverse, il y aura alors, marasme, souffrance, blocages.

 

Il en va aussi, de même, en matière, d’échanges, positifs et, négatifs, avec l’entourage académique ou, dans l’emploi. Cela va, beaucoup mieux, quand, la bonne communication l’emporte, sur la mauvaise et, bien moins, bien, si, c’est le cas, inverse. Il convient, que les émotions, les verbalisations positives, soient, au minimum, trois fois, plus nombreuses, que les équivalents négatifs. Pour un effet optimal et, bénéfique ou, bien plus. Si c’est l’inverse, le résultat subséquent, sera défavorable. L’objectif, du junior, est de développer, au maximum, le nombre, de ressentis, d’interactions, les plus positifs.

 

Tout autant, que de limiter, le plus possible, les sentiments, locutions négatifs. Avoir vraiment, choisi, ses études et, son métier, par goût, amour et, vocation, permet, au jeune masculin, en coaching de vie, de s’y sentir heureux. À l’inverse, s’il ne s’agit, que d’une option obligée, subie, par défaut, le collégien, le lycéen, l’étudiant ou, le jeune actif, ne pourra pas, s’épanouir. En ses études ou, son emploi. Si le junior n’aime pas, son travail scolaire, professionnel, des possibilités, de positiver, sa vision, des choses, existent. Il peut, non, pas, envisager, sa tâche, comme, un tout indissociable, or, en distinguer, les divers vecteurs. Il ne lui reste, alors, qu’à se focaliser, sur ce qui convient, intéresse, pour y réserver, le maximum, de temps, d’énergie. Il s’agit aussi, de considérer, les avantages, des études, de l’emploi, concernés, en soi et, comparativement, à d’autres modes existentiels. Les inconvénients afférents, subséquents, si l’activité, d’études, professionnelle, en cours, n’existait pas. Si l’on se demande, quelle occupation adojuvénile alternative, pourrait être choisie, existe-t-elle, est-elle possible, ne serait-elle pas, d’aventure, « pire », encore791 ?

 

S’il est trouvé, au travail, un objectif supérieur motivant, comme, valorisant, cela, aide, le garçon  junior, en coaching de vie. Commencer, par ce qui est, le plus rebutant, répulsif, permet, ensuite, de mieux apprécier, le reste, de ce qu’il y a, à accomplir. Qui est, le plus attractif. Nous avons vu, tout l’avantage, à développer, la positivité, du cadre, de l’ambiance, du travail scolaire ou, professionnel. L’on peut aussi, faire mine, d’apprécier, ce qui est entrepris, par la bonne humeur, l’entrain, la joie de vivre. En outre, la positivité, le contentement et, l’état d’esprit constructif et, favorable, de condisciples ou, de collègues, peuvent inciter, à plus, de motivation juvénile. D’enthousiasme et, à un meilleur, état d’esprit. Au pire, il n’est pas impossible, de changer, de voie, d’études, d’emploi, voire, de métier, en certains cas. Pour être heureux, en ses études, son travail, le jeune se doit, d’atteindre, un compromis. Entre les limites, contraintes, obligations, inhérentes, à sa tâche et, l’autonomie, l’indépendance, les libertés, initiatives, la créativité, auxquelles, il aspire. Il s’agit, tout à la fois, en équité, de se ménager, suffisamment, de latitudes légitimes, raisonnables, bénéfiques. Autant, pour sa propre jeune personne, que pour autrui.

 

Tout en veillant, toujours, à ne jamais, abuser, d’autrui ni, dépasser, les limites irréfragables. Il est nécessaire, de fuir, les camarades, d’études, les partenaires, de travail, abusifs, négatifs, malfaisants. Il s’agit, de celles, ceux, qui suscitent, du stress juvénile, au lieu, de l’apaisement. Ce qui est perturbant, communicatif. Il convient donc, de rechercher, plutôt, la compagnie, la fréquentation, comme, la collaboration, de partenaires calmes, agréables. Qui favorisent, une ambiance, un travail, harmonieux, fructueux. Si cette cohabitation nocive, est incontournable, le jeune homme, en coaching de vie, peut s’en protéger, en prenant conscience, de façon, volontaire, qu’elle ne l’affectera pas, puisqu’il refuse et, par avance, sa charge toxique. Un autre type, de condisciples ou, de collègues, malveillants et malfaisants, est l’opposant systématique. Celui, qui n’est jamais, pour rien et, toujours, contre tout ! À éviter, de toute urgence ou, sinon, à bien neutraliser, par des arguments positifs et, constructifs. Le monde, des études, de l’entreprise, implique, forcément, des tensions, conflits. Lesquels, peuvent se régler, par la compétition dynamique et, le juste compromis. Ou, la franche coopération et, l’accommodation, du junior, la plus raisonnable792.

 

L’idéal, du jeune, en coaching de vie, étant de, toujours, faire appel, à ces quatre types, de stratégies, tout à la fois. La lutte compétitionnelle, pour le pouvoir, implique, un perdant, comme, un gagnant, puisque, le plus fort, l’emporte, sur le plus faible. L’accord compromissionnel exige, que tout protagoniste, gagne, certaines avancées, en sa faveur. Perde, certaines renonciations, à ses dépens. De façon, fort librement, consentie. Personne, n’est totalement, contenté ou, pleinement, frustré, car personne, n’a tout gagné ni, tout perdu. Le mode coopératif, consiste, à mettre, en commun, à l’unisson, en un même élan, pour un objectif commun, toutes les forces, en présence. Pour réussir, en l’intérêt général. Cela, favorise, l’inventivité, du junior, la prise, en compte, de tous et, de l’apport, de chacun, la contribution maximale et, universelle. Pour annihiler, la difficulté, trouver, la solution. Il s’agit, d’œuvrer, avec et, pour autrui, non, sans, ni contre, en l’intérêt, de la tâche commune, de tous. Ce qui suscite plus, l’envie, d’avancer, que de bloquer. La tactique accommodatrice, peut sembler, être la pire, des « capitulations, pures et simples », alors, qu’elle peut contribuer, à apaiser, les désaccords. Mettre de l’huile, dans les rouages androJuvéniles, grippés.

 

Elle peut mener, à la pleine concorde, par refus, de l’affrontement, même si, cela, passe, par la renonciation, à l’emporter, à tout prix. À ne rechercher, que la sauvegarde, de ses intérêts ! La colère violente, destructrice, du junior masculin, en coaching de vie, est à proscrire. La colère contenue et, constructive, peut être admissible, en certaines formes, cas. La première, est contre-productive, quand, la seconde, peut être « opérante ». La « bonne colère », est celle, dont, l’on est certain, que l’on se sentira mieux, après, qu’avant. En cas, de doute, mieux vaut, s’abstenir. La colère ravageuse, perverse, malsaine, obéit, à trois objectifs juvéniles. Dominer, l’autre ou, renforcer, son propre prestige. Se venger et, porter préjudice. Exploser, de rancœur, de ressentiment, du fait, d’une saturation, de frustration, mécontentement. La bonne colère, serait l’expression simple, d’une juste réprobation réparatrice, quand, la mauvaise, serait celle, d’une illégitime rétorsion punitive. Il s’agit, d’être colérique, à l’égard, d’un dysfonctionnement, jamais, de la personne, qui en est l’auteur. Les agressions personnelles, sont destructrices, la stigmatisation, du seul problème, est constructive. La Loi, du jeune, est de ne jamais, s’en prendre, aux gens, mais, aux faits793.

 

Il est important, de bien comprendre, ce qui sous-tend, la colère juvénile. C’est-à-dire, ce qui la déclenche, en soi-même, qui était si important, pour soi, pour la susciter. L’empathie est la capacité, à se mettre, à la place, d’autrui, mentalement et, émotionnellement. Elle permet, de limiter, la colère et, de la rendre, plus productive. Le dialogue, l’échange, l’ouverture d’esprit, limitent, également, la mauvaise colère. Il convient de, toujours, se maîtriser, cognitivement, émotionnellement, verbalement, d’un point de vue, physique, corporel, comportemental. Pour que l’adojeune, en coaching de vie, soit heureux, en son travail scolaire ou, professionnel, il est fort important, d’y consacrer, tout le temps, nécessaire, imparti. Il s’agit, alors, d’arriver, de repartir, à l’heure. De ne pas perdre, de temps, traîner, si inutilement. De réaliser, toutes les tâches, nécessaires, pleinement, de façon, qualitative, jusqu’à, complet achèvement. Quoi, qu’il en coûte et, quels, que soient, les efforts, le temps, nécessaires, à cette fin. Chaque garçon  junior, veillera, à gratifier, ses compagnons d’études ou, de travail, ses enseignants ou, supérieurs, de vraies marques, de respect. De bonne éducation et, de qualités, de cœur. S’il prétend, lui aussi, au même sort.

 

Ce qui aura, pour avantage, très notable, de bien faciliter, les relations, de tous. De s’attirer, généralement, pour le jeune homme, en coaching de vie, la réciprocité, en bons procédés partagés. Outre, que de faciliter, une bonne ambiance, de travail, donc, une efficacité scolaire ou, professionnelle accrue. Dans l’intérêt général et, de soi-même. Le « sens, du collectif », est capital. L’effort, de chacun, n’est optimal, que s’il est aussi, celui, de tous. La performance individuelle, de l’adojunior, et, collective, passe donc, par la collaboration, de chacun, et, de tous. La complémentarité, des aptitudes, compétences. Par des buts personnels : cohérents et, compatibles, avec ceux, des autres et, réciproquement. Une vision partagée, concernant, la meilleure façon, d’agir, pour réaliser, les objectifs communs. L’acceptation, de ses responsabilités, celles, des autres, pour une efficacité optimale, de tous. Dans le contexte, de ses études, de l’emploi. L’idéal juvénile consiste, à se refuser, la facilité, de la critique gratuite, non constructive, si improductive. À l’encontre, des condisciples, collègues, de travail, enseignants, supérieurs et, de son école ou, entreprise. Si l’on ne peut, ne doit ou, veut, en dire, du positif, le mieux, est alors, de totalement, se taire794.

 

Ou, d’être neutre, or, jamais, négatif. Refuser, de contribuer, à répandre, les rumeurs, ragots, médisances est, aussi, une règle d’or, à toujours, bien observer. Si les propos, du junior, en coaching de vie, ne sont, ni authentiques, ni nécessaires, ni favorables, autant, s’en abstenir ! Nous avons, donc, entrevu, les ferments, du bonheur scolaire ou, professionnel, d’un jeune. Voyons, maintenant, ce qui concerne, les facteurs, de son épanouissement, en cadre familial. La famille heureuse, est celle, qui dépasse, collectivement, l’individualité, de chacun, de ses membres. Celle, aussi, dont, le bonheur commun, n’est pas altéré, par celui, de chacun, de ses ressortissants androJuvéniles et, réciproquement. La famille, en « bon état, de marche », se donnera, des objectifs prioritaires. Des valeurs intangibles. Une appartenance, d’identité spécifique. Des principes fondamentaux hiérarchisés. Une structuration planifiée, à court, moyen, long termes. Une permanence, qui reposera, sur la pérennité, de l’essentiel. Nous avons déjà, évoqué, dans le premier tome, de cet ouvrage, les différents, modes éducatifs parentaux, qui conditionnent, le devenir, de chaque adojeune. Nous pouvons, pour mémoire et, rappel informatif, en distinguer, quatre principaux.

 

L’autoritarisme insiste, surtout, sur le plein respect, des principes, leur sanction, en cas, de manquement juvénile masculin. L’essentiel, de la vie, du jeune, en coaching de vie, est régi, par ses seuls, parents. Le mode, de gouvernance, est vertical et, vient, d’en haut. Cela, ne prédispose pas, à l’épanouissement, des juniors, qui développent, alors, force ressentiment et, craintes. Les parents ne sont donc, pas appréciés, or, appréhendés, comme, répulsifs. La participation consiste, pour les parents, à être, très engagés, au quotidien, auprès, du jeune, avec, un contrôle modéré, sur l’essentiel. Un accompagnement compréhensif, mais, fort exigeant, ce qui favorise, la responsabilité, la liberté. Il est « tenu compte », des attentes, de l’adolescent, tout en sachant, limiter, les abus, punir, les déviances. De façon, juste, équilibrée. Les parents sont appréciés, tels, bienveillants, y compris, quand, ils exercent, leur pouvoir, d’ascendance. Ce type, de direction parentale, est le meilleur compromis, entre l’objectif normatif, de toute éducation et, sa variable affective, non, moins, nécessaire. La permissivité, peut sembler, des plus populaires, chez le junior, car il est alors, laissé, totalement, libre, de tous ses mouvements. En libertarisme, qui est une licence795.

 

Les parents se focalisent, surtout, sur l’aspect affectif, de leurs tâches éducatives. Exigences et, limites, sont rares. Les libertés, maximales. La volonté, des jeunes, en coaching de vie, l’emporte, sur celle, des parents. Ces derniers, sont alors, fort appréciés, de leur progéniture. En revanche, ces garçons  juniors auront du mal, à se structurer, ce qui en fera, des adultes, souvent, incomplets, immatures, voire, caractériels. Même si, du fait, de leur précoce indépendance, leur personnalité a pu, s’épanouir, sans entraves. Puis, le désengagement parental, impliquera, un investissement éducatif, fort minimal. Pour ce qui est, de l’essentiel, « indispensable », pour le jeune. Besoins matériels, sécurité personnelle, études, consumérisme. Alors, le junior, ainsi gouverné, aura tendance, à s’isoler, se désocialiser, aura du mal, à faire face, aux difficultés, exigences, de la vie. Il vivra souvent, « sous le joug », de la colère, pour rejeter, autrui, perçu, avant tout, comme, un danger, pour lui. Il ne sera jamais, heureux, n’éprouvera rien, à l’égard, de ses parents. Puisque, ces derniers, auront toujours, été invisibles, transparents, pour lui. Le parent autoritariste exige, de sa descendance juvénile, qu’elle le consulte toujours, « en tout et, pour tout », sans contredit.

 

C’est lui, en tant, qu’adulte tutélaire, qui prendra, la plupart, des décisions, quant à la vie, du junior, en coaching de vie. Le parent participatif, prendra l’avis, de ses enfants, or, décidera, lui-même, la plupart, du temps, de l’essentiel. Le parent permissif, se verra, demander, son avis, par le jeune homme et, le laissera, le plus souvent, décider, de tout, ce qui concerne, sa vie, d’adojunior. Puis, le parent désengagé, écoutera, l’avis, du jeune, qui décidera ensuite, lui-même, de ce qui lui convient ou, pas. En agissant, alors, selon, son « seul et, bon vouloir ». La punition coercitive, de sanction négative, pour corriger, les travers adojuvéniles, est souvent, inopérante, car, le renforcement positif, est bien plus efficace. De fait, ce dernier concernera, ce que le junior, doit faire. Alors, que la punition affirme, uniquement, ce qu’il ne doit pas, faire. Le renforcement positif est donc, préférable, pour mener, le jeune, à accomplir, ce que l’adulte, envisage. Encourager, motiver, féliciter, est bien plus efficace, pour inciter, à se réformer, par l’estime vraie, de soi. Plutôt, que le châtiment, qui ne fait souvent, qu’aboutir, à l’effet, contre-productif, inverse. Si la punition, est indispensable, elle se doit, de bien répondre, à certains critères précis, pour être didactique796.

 

Pour pleinement, porter ses fruits andro-adoJuvéniles. Intervenir, en un climat, de paix, de sérénité, pour être crédible. Vite, advenir, suite, aux réalités, en cause. Respecter, une proportionnalité, avec le comportement répréhensible. De manière, juste, sans nulles, violences, ni verbales ni, physiques. De façon, manifeste, compréhensible, déterminée et, irrévocable. Il s’agit, d’un « acte, de justice », pour aider, le jeune, à bien, s’amender, non, d’une vengeance explosive, de rétorsion. La jeunesse, en coaching de vie, a besoin, d’apprendre, à réguler, sa vie, en équilibre, entre l’autonomie nécessaire et, l’interdépendance, qui s’impose. Il s’agit, pour les parents, de ménager, à leurs enfants, des marges, d’autonomie, de liberté, progressives, en fonction, de leur âge croissant. La famille épanouie, est celle, où, chacun, a sa part, en responsabilités personnelles, à exercer. Chacun, de ses membres, participera, donc, à la vie familiale, à sa bonne marche, cela, en fonction, de l’âge, du junior, de ses possibilités. Les conflits familiaux, ne sont pas nocifs, en eux-mêmes, s’ils sont constructifs, non, destructeurs. En ce cas, les membres, de la famille, se battent toujours, en faveur positive, de quelque chose, or, jamais, négative, à l’encontre797.

 

Les parents font observer, au jeune masculin, en coaching de vie, l’ordre, la rigueur, sans, pour autant, user, de coercition, comme, de violences. Les querelles sont régulées, sans rivalités ni, jalousies, envies ni, luttes intestines délétères. L’on préférera, le compromis, l’accommodation, la coopération, comme, entrevu, plus haut. Il s’agira, de proscrire, et, la guerre et, l’évitement, des désaccords, ce qui ne ferait, qu’exaspérer, tous les ressortissants, de la famille. Le mépris sera banni. Le respect, la courtoisie, des uns, des autres, prévaudra, pour ne heurter personne, en un cadre familial, avant tout, basé, sur l’entente, l’affectivité, des juniors. Chacun, fera en sorte, de se maîtriser, pleinement, d’un point de vue, cognitif, émotionnel, comportemental. Afin, de se ménager, les uns, les autres, ainsi, que l’harmonie, de toute la famille. Les dissensions, les confrontations familiales, sont normales. Or, l’essentiel, est que les liens positifs, l’emportent, très nettement, sur les rapports négatifs, toxiques. Pour l’épanouissement, de tous. Puis, le repas, en famille, est capital. Un minimum, de fois, au cours, de chaque semaine. Il s’agit, d’un temps adojuvénile privilégié, qui a tout, le bienfait, de bien « cimenter », la relation sociale familiale, fondamentale et décisive.

 

Il contribue, au bonheur, du garçon adojunior, en coaching de vie, en sa famille, car il est l’occasion, par excellence, pour chacun, de ses participants, de comprendre. D’aider, de donner, de la cohésion, aux autres et, réciproquement. Manifester, ainsi, que l’institution familiale, est « bien plus », que chacun, de ses membres, pris, séparément, que la somme, de ces derniers. En matière amoureuse, comme, amicale, des partenaires épanouis préservent, chacun, leur propre identité, tout en bâtissant, ensemble, en cultivant, des buts, en commun. Il s’agit, tout autant, de faire évoluer, les intérêts, besoins, façons, de vivre juvéniles, des protagonistes. De façon, équilibrée et, au profit, de tous, comme, de chacun, au détriment, de personne, justement, sans léser, quiconque ni, privilégier, aucun. Il convient, donc, de bien faire, la balance, entre, les activités, qui concernent, le couple, d’amants, ou, le groupe, d’amis. Et, celles, qui ont trait, à chaque individu, en particulier, au sein, de ces entités. Seul, le très juste équilibre, entre le collectif et, l’individuel, est « gage », d’épanouissement, du jeune, amoureux et, amical. Une relation, d’amitié ou, affective réussie, implique, un minimum, d’attachement commun, d’adhésions mutuelles fortes.

 

D’implication, de tous, en fonction, des vrais, centres d’intérêt juvéniles, partagés. De proximité interpersonnelle forte. S’il y a, passions et, proximités, mais, pas, d’engagements ni, de centres d’intérêt, l’on parlera, de romantisme. S’il y a, proximités et, centres d’intérêt communs, mais, pas, de passion, ce sera alors, un lien, de compagnonnage. Si la relation mêle, passion et, aussi, centres d’intérêt commun, mais, pas, de proximité, l’attachement sera superficiel. En matière amoureuse, comme, amicale, il est, des attitudes, comportements nocifs. Les dénigrements dédaigneux, l’arrogance hautaine, la défiance suspicieuse et, le désengagement égoïste. À l’inverse, les forts facteurs, d’épanouissement, affectif, amical, du jeune homme, en coaching de vie, sont la bienveillance indulgente. L’empathie compréhensive, la confiance inconditionnelle, l’implication généreuse. L’acceptation, de l’autre, tel, qu’il est, sera gage, d’harmonie amoureuse, amicale. C’est-à-dire, être capable, de comprendre, son point de vue, sa situation propre. Ses pensées, émotions, comportements, essence profonde. Ce qui incite, à la concorde, la tolérance, l’absolution, des offenses, la magnanimité. Quand, le junior, a été capable, de se mettre, à la place, de l’autre798.

 

De bien, le connaître, d’être fort proche, de lui. L’entraide et, le soutien mutuels renforcent, également, les liens, du jeune, en coaching de vie. Redisons, à ce sujet, toute l’importance, de la compassion, de l’empathie et, de la congruence. De la proximité, psychologique et, physique. De la sollicitude. De l’optimisme, de l’espérance. De l’attention portée, aux besoins, des autres. Les relations amicales, amoureuses, ne sont pas, un but, en soi, mais, un parcours commun. Il s’agit, donc, de les nourrir et, entretenir, au fur et, à mesure, sans relâche, avec grand soin. Puis, que le junior n’oublie jamais, d’être responsable, de ses attitudes, en amitié, comme, en amour. Ainsi, qu’il fasse bien ou, mal, qu’il l’assume, sans autoglorification ni, défaussement. Un adojeune heureux, devient, un adulte heureux. De même, un junior malheureux, aura toutes les chances, de le rester, ultérieurement. L’adojeune heureux, a appris, à l’être. Le junior malheureux s’est, quant à lui, vu inculquer, son malheur. Il s’agit, d’écouter, l’adolescent, de se faire comprendre, de lui, en se mettant bien, « à sa portée ». La compréhension est, de fait, toujours, vectrice, d’apprentissage. L’enrichissement, la sauvegarde émotionnels andro-adoJuvéniles, sont capitaux.

 

Il s’agit, donc, de contribuer, à l’épanouissement, du junior masculin, en coaching de vie, ce qui passe, avant, même, l’idée, l’objectif, de réussite, en l’existence. De fait, être heureux, permet, de réussir, or, la réussite, en elle-même, n’est jamais, gage, de bonheur. Le tout, en une configuration, très dynamique, volontariste et, réaliste. En pleine logique, d’initiative, auprès, des jeunes, pour les stimuler, leur donner, envie, de sortir, d’eux-mêmes. En s’enrichissant, humainement, de façon, optimale. Les besoins juvéniles sont, fort limités, alors, que leurs désirs, sont, sans bornes. Il convient, d’apprendre, à la jeunesse, comment, assouvir, ses « vrais, besoins essentiels », au mieux, de façon, légitime. De bien, lui faire prendre, pleine conscience, que la volonté, de satisfaction systématique, de tous les désirs, ne mène pas, au bonheur. Or, à l’aliénation, la frustration. Il s’agit, donc, de savoir faire, « le tri », entre les désirs, les plus gratifiants et, ceux, qui ne sont, qu’illusions superflues. Seuls, les premiers, pourront, alors, être retenus, au détriment, de tous les autres. Le jeune se verra, aussi, inciter, à la générosité, à l’égard, d’autrui, des « nobles causes ». Il pourra ainsi, quelque peu, donner, de son argent, de son temps, son énergie799.

 

De sa disponibilité, de ses talents et, de son « cœur ». Les adultes montreront, au préalable, en coaching de vie, l’exemple, seront, eux-mêmes, généreux, à l’égard, de la jeunesse. Cette dernière, se verra, féliciter, par ses aînés, pour son altruisme. Le jeune verra, ainsi, que le vrai don, de soi, et, la générosité, conduisent, aussi, au bonheur. Les garçons  juniors ont besoin, d’apprendre, à faire fructifier, leurs aptitudes, compétences et, savoir-faire. C’est, cela, qui les rendra, encore plus, heureux. Cela, passe, par de fort bonnes et, saines lectures. La mise, par écrit, de ses idées, pensées, émotions, actes, en sorte, de catharsis libératrice, enrichissante. La coopération, avec autrui : du même âge ou, non, dans le respect mutuel, des différences et, les similitudes. La prise en compte, des réalités, attentes, besoins, préférences, des pairs générationnels. L’apprentissage, d’activités culturelles, artistiques, de toutes sortes, pour parfaire, toute sa créativité, son plein épanouissement et, sa réalisation, de soi. Une bonne méthode, de travail scolaire, pour réussir, être heureux, en ses études. Révéler, son optimum académique, y être encouragé, quel, que soit, le niveau juvénile atteint. La considération, de tous, de soi, des limites, de la bienséance.

 

Cela, passe, d’abord, par l’exemplarité adulte, le respect, du junior, en coaching de vie, par ses aînés : parents, enseignants, supérieurs et, autres. Une bonne activité physique, comme, sportive, suffisante, régulière. L’inculcation, du total sens, des responsabilités, du charisme et, de la libre initiative personnelle. La saine émulation, dans le contexte, des compétitions, de la vie, quelles, qu’elles soient, mais, de façon, fort raisonnable, respectueuse, d’autrui. En réalité, il s’agit, d’aider, le jeune homme, à discerner, ce qu’il aime, ce qu’il sait, bien faire, puis, de lui permettre, d’accroître, ses atouts. S’enrichir, par de nouvelles approches, découvertes. Améliorer, tous ses points forts, comme, résorber, ses retards. Le junior sera, ainsi, heureux, de pratiquer, ce qui lui plaît, le motive véritablement, en l’existence. L’objectif, de toute bonne éducation, n’est pas, d’apprendre, aux jeunes, qu’il faut, toujours, gagner, à tout prix, quoi, qu’il arrive, par n’importe quel, moyen. Cela, mène, aux pires catastrophes. Il s’agit, tout au contraire, que le junior sache, qu’il peut, aussi, lui arriver, de perdre, qu’il faut alors, savoir, le faire, avec « panache » et, acceptation. D’autant, que toute défaite, n’est jamais, que relative, provisoire, réversible et, instructive800.

 

Comme, toute victoire aussi, en vérité. L’estime, de soi, est indépendante, du gain, ou, de la perte. Elle est inhérente, à l’adojeune masculin, en coaching de vie, lui-même, jamais, à ses acquis ou, réalisations ni, à leur absence. Le jeu contribue fort, au bonheur, des jeunes, car il est, aussi, le fondement, de leur évolution sociale. Il peut être solitaire, partagé, coopératif ou, de compétition. Avec ou, sans règles. Tout cela, est donc, à encourager. Le junior sera, également, averti, que le culte absolu, de la perfection, est illusoire, en ce bas monde. Qu’il s’agit, donc, d’accepter, ses failles, sous peine, d’être malheureux, à vie. Cela, n’empêche, naturellement, nullement, de se battre, pour s’améliorer, sans cesse. Or, en les limites, du raisonnable, du réalisme, le plus pragmatique. Là encore, l’adulte commencera, par donner, lui-même, l’exemple, cessant, de se faire passer, pour un « génie infaillible ». Le culte systématique, de la performance, toujours, accrue, mène, à l’échec, au malheur, de bien, des jeunes. L’amour parental, ne sera jamais, lié, aux résultats juvéniles. Ni au fait, qu’ils se soient toujours, conformés, « en tout et, pour tout », aux attentes parentales, souvent, si déraisonnables. La bonne éducation est, toujours, des plus exigeantes et, fermes.

 

Elle se doit, de demander, le meilleur, or, pas, l’impossible. Ni trop ni, trop peu, pour ne pas décourager ni, endormir, les bonnes volontés, dispositions, du jeune, en coaching de vie. En outre, l’engagement, l’implication, l’effort, la persévérance, la ténacité adojuvéniles, sont à encourager, encore et, toujours. Pour agir, non, subir. En un esprit, de curiosité, découverte et, quête permanentes. Sans découragement, renonciation ni, abandon. Avec la plénitude, la fierté, le sentiment, du « devoir accompli », d’avoir été capable, d’aller, jusqu’au bout, de la réalisation, de soi, et, des objectifs fixés. Sous les encouragements, des adultes. Lesquels, adultes, se devront, également, d’être heureux et, de montrer, à tous, leur bonheur et, leur enthousiasme, afin, que les garçons  juniors soient, tout autant, en félicité. Bien trop, de Français, sont maussades, renfrognés, font, triste figure. Ce qui fait, que les jeunes, de France, sont, alors, parmi, les juniors, d’Occident, les plus chagrins ! Sourions et, sourions, aux jeunes, pour qu’ils sourient. Ils « sont, ce que sont, » les adultes, en bonheur, comme, en malheur. La jeunesse prend toujours, modèle, en mimétisme, sur ses aînés. D’où, l’influence capitale, permanente, déterminante, des adultes, sur elle801.

 

La nécessité immense, de l’exemplarité, de ces derniers. Les fruits, du malheur, de ceux, qui empêchent, tout bonheur, sont fort nombreux. Cela, commence, par une représentation, de soi, adojuvénile, imaginaire, erronée. L’on ne peut pas, être heureux, si l’on se surévalue ou, sous-évalue. L’excès, de confiance, en soi, mène, à l’insatisfaction, du fait, d’exigences, sans cesse, plus élevées, donc, inaccessibles. Le manque, de foi, en soi, enferme, en la tristesse, par un sentiment, d’infériorité, d’indignité, de déchéance personnelles. Que le jeune homme, en coaching de vie, cesse, aussi, de s’obséder, de ses droits, réels ou, supposés, tout en « oubliant », toujours, ses si authentiques devoirs. Trop attendre et, exiger, rend malheureux, contrairement, aux désirs raisonnables, au fait, de « rendre grâce ». Il s’agit, donc, de bien mériter, non, d’exiger, de se battre, non, d’attendre. Toute retombée positive, est une gratification et, non, un dû. L’abus colérique, est aussi, nocif. Le junior peut alors, apprendre, à se manifester, avec mesure. Dominer, son stress. Renoncer, aux rancœurs, du passé. Exorciser, ses rages, par un acte, de volonté, symbolique. S’affirmer, sans excès, mais, puissamment, éviter, également, d’être effacé, « transparent », inhibé.

 

Le ressentiment, est une colère ancienne, non, encore, résolue, qui contribue, à rendre, fort malheureux, actuellement. Il s’agit, donc, d’y renoncer, une fois, pour toutes, car, tout ceci, est caduc, obsolète, périmé et, n’a donc, plus lieu, d’être, n’étant plus, « d’actualité ». La rancune consiste, à vouloir, nuire, par vengeance, rétorsion, à ceux, qui ont offensé, le jeune, en coaching de vie, de façon, réelle ou, supposée. Cela, est illusoire, toxique, ne résout rien, car, l’on s’enferme, ainsi, dans le mal-être, alors, que seul, le pardon authentique, libère et, apaise. L’agressivité, de réussite, peut rendre heureux, mais, non, l’agressivité, de combat. De fait, la première, est positive, par la plénitude, qu’elle engendre, par sentiment, de contentement, dépassement, réalisation, de soi, des juniors. Suite, à la tâche, accomplie, avec succès. La seconde, est négative, car, elle vise, à réduire, l’autre, considéré, tel, un adversaire, à abattre. La lutte se fait, alors, contre, autrui, au lieu, d’intervenir, pour, quelque chose, comme, dans le premier cas. L’avidité ne rend pas, heureux, car, elle suscite, l’envie, la jalousie, la rivalité, en une incessante guerre, insatiable. Aux dépens, des autres, à son seul, profit andro-adoJuvénile, ce qui nuit, fortement, à soi-même802.

 

Seule, la coopération, de l’adojunior masculin, en coaching de vie, avec les autres, non, contre eux, contribue, au bonheur. L’avidité est un abus et, un excès nocifs, à combattre. La solitude est mauvaise, pour le jeune, quand, elle est trop, absolue, correspond, ainsi, à un manque, de liens émotionnels, avec les autres, l’univers. Quand, l’on se sent seul, en toutes circonstances, au lieu, d’être simplement, seul. Le bonheur est une certitude, d’inclusion sociale, mais, jamais, une prospérité matérielle, de plaisirs et, de pouvoirs ou, de réussite. Il s’agit, d’avoir, une vie sociale, des relations, aux autres, satisfaisantes, régulières. La dépression juvénile, est une affection psychique grave, qui consiste, à ne plus être, en mesure, d’affronter, les difficultés, de la vie, ni, d’en apprécier, les avantages. Il s’agit, de se faire « aider », par des traitements, spécialistes, idoines. Nulle, addiction ne peut, véritablement, rendre heureux. Il ne s’agit, que d’un leurre, fort tragique, qui n’existe, que pour fuir, les réalités, de la vie, de façon, temporaire, incomplète, insatisfaisante. Le jeune ne peut, être heureux, en s’enfermant, en la déréalisation. Il s’agit, tout au contraire, d’affronter, ce qui est et, d’être, ainsi, plus épanoui, en livrant bataille, de façon implacable et, déterminée.

 

Il est important, aussi, de débuter, toute nouvelle journée, de façon, très favorable, positive. Cela, conditionne, le bon déroulement, de l’ensemble, du jour. Passe, par certains petits rituels juvéniles, symboliques, rassurants, encourageants, donc, bénéfiques. Des idées optimistes, sereines, pour tout, le quotidien, en cours. Rappelons, l’impératif, d’une alimentation saine et, équilibrée, si indispensable, pour la santé, physique et psychique. À base, de fruits, légumes, de céréales complètes, de laitages, de poissons, d’évitement, d’excès, de viandes rouges. De nutriments caloriques, trop sucrés, salés, gras. Bien « soigner », le petit déjeuner, du jeune, en coaching de vie, premier repas, du jour, le plus important. Il doit être, consistant et, suivi, également, d’un vrai repas, du midi et, du soir. Les quantités ingérées, seront limitées, en fonction, de la faim réelle, de façon, raisonnable. Les « grignotages », entre les repas, seront proscrits. La caféine, les excitants, alcools, restreints. Les calories quotidiennes iront, de 1200, au minimum, à 2000, au maximum. Il s’agit, de boire, assez d’eau, pour bien, s’hydrater. Inutile, de redire, à quel point, l’exercice physique, quotidien et, sportif hebdomadaire, constant, est vital, pour tout garçon junior803.

 

Pour la bonne santé, du corps, de l’esprit, du cœur, de l’âme. Cela, assoit, l’épanouissement, du jeune homme, en coaching de vie, car bouger, est euphorisant. Pour se motiver, pour un bénéfice optimal, sera choisi, un sport, qui fait « envie, plaisir ». Le minimum idéal est, d’au moins, une demi-heure », à une heure, par jour, d’activité physique, telle, la marche rapide. De deux séances hebdomadaires, distinctes, de sport, par semaine, d’une heure, chacune. De même, un sommeil, suffisamment, long et, de qualité, par jour, est indispensable, à la bonne santé, physique et psychique, à la plénitude. Les adolescents ont besoin, de huit, à neuf heures, de sommeil, nocturne quotidien. Il s’agit, d’observer, régularité, sérénité, literie, de qualité, calme, boycott, de produits excitants. Des stimulations, physiques et, intellectuelles, avant, le sommeil. La méditation peut, aussi, contribuer, au bonheur. Il s’agit, d’une authentique, détente spirituelle, qui apaise. Cela, accroît, la paix, éprouvée. Le taux, de dopamine, dans le cerveau, un neurotransmetteur fondamental, du plaisir. Cela, consiste, à être, confortablement, assis, au calme, les yeux fermés, concentré, en inspirant, expirant, pleinement. En état intérieur, provoqué, de paix adojuvénile, ataraxique.

 

Ce qui doit générer, un ressenti, très positif, automatique, non, provoqué. L’entretien, d’une spiritualité, peut aussi, aider, le junior, en coaching de vie, à s’épanouir. Il a été démontré, scientifiquement, que cela, peut limiter, le danger, des affections cardiovasculaires. Se sentir, protégé, aidé, encouragé, compris, par une entité morale, supérieure, qui transcende, peut rassurer, pousser, de l’avant. Conduire, à se dépasser, s’élever, de façon, métaphysique. Nous l’avons vu, reconnaissance, gratitude rendent, également, heureux. Par contentement androJuvénile, de tout, ce qui est positif, dans la vie et, pour soi-même. Des bonnes choses, de l’existence et, non, des pires ! Ce qui incite, à « remercier, le sort », plutôt, qu’à le maudire, solliciter, des bienfaits, se plaindre ou, regretter. Nous avons, également, dit, à quel point, la compassion humaine, à l’égard, de ses semblables, était, la certitude, d’un bonheur terrestre, sans limites, sans failles. De même, que le don, de soi, l’aide, aux autres, sont le devoir, de tous, la garantie, de la félicité universelle. Offrir, gratuitement, à son prochain, rend, le jeune, plus « heureux » encore, que de recevoir. En un monde, qui encourage fort, à s’autonantir et, autant, à déposséder, l’autre, au maximum804.

 

N’oublions pas, aussi, que le rire, l’humour, la légèreté, sont des conditions, de détente juvénile masculine, indispensables, pour « voir la vie, du bon côté ». Refusant, de s’appesantir, sur le passé, se réjouissant fort, de l’avenir, au lieu, de s’en inquiéter. Le passé est mort, alors, que l’avenir, est susceptible, de réserver, « le meilleur », en l’espérance. Ainsi, le junior, en coaching de vie, profitera, bien mieux, du présent, le fera mieux, « fructifier », pour son futur. N’hésitant pas, non plus, à manifester, ses regrets, à ceux, qu’il a maltraités, pour les mauvais procédés, qu’il a eus. Cela, libère, le jeune, lui permet, de mieux avancer, sur le chemin, qui vient. Il est, également, important, de savoir, s’autolimiter, quand, l’on estime, que l’on a atteint, les limites raisonnables, à ne pas dépasser, pour éviter, les abus. Il n’est pas toujours, possible, de bien surmonter, toutes ses « épreuves ». L’essentiel, est alors, de composer avec, de façon, à ne pas se rendre, inutilement, malheureux, quelles, que soient, les difficultés. Il faut aussi, accepter, que tout, en l’existence, ne puisse pas, toujours, être juste, car les injustices font, aussi, partie, de sa vie adojuvénile, c’est ainsi ! La vie est « faite, pour être difficile, comme, inique, car, la nature profonde, du junior, est ainsi » !

 

Alors, que ce jeune, en coaching de vie, se batte, pour « améliorer », ce qui peut l’être. Choisisse, ce qui marche, plutôt, que ce qui ne marche pas, pour être heureux. Dans les difficultés ou, l’incertitude, qu’il agisse, plutôt, que d’attendre, que le pire, se produise, en le provoquant, par sa passivité, son manque, de foi, en l’avenir. Qu’il ne complique pas, les choses, plus, qu’elles ne le sont, déjà. La vie est souvent, plus simple, qu’il ne le croit, le salut est toujours, en la simplicité. Non, en les élucubrations, présupposés, interprétations, erronés, contre-productifs. Que le garçon  junior sache, aussi, « se contenter », de l’essentiel. Ses besoins sont limités, ce sont, ses désirs, qui sont innombrables, comme, excessifs, donc, si souvent, frustrants. Le bonheur réside, en la seule, tempérance, la frugalité. Non, en l’excès ni, la pléthore, très inutile. Tout jeune, mérite, d’être heureux, au long, de sa vie. Cela, n’est pas, un « dû », mais, il revient, à chacun, de susciter, en lui-même, son propre bonheur. Plutôt, que d’attendre, en vain, toute son existence, durant, qu’il arrive, enfin, comme, par enchantement. Or, cette « recette, de la béatitude juvénile », s’est perdue, dès, le premier adojunior. Alors, aux suivants, à la réinventer ! (Gentry, Thalmann, 2012)805.

 

 

> Andro-AdoJeunoConseil®-6 / ou

Menu d’AndroJeunoCoaching de Vie

 

 

« Une vie réussie, est un rêve, d’adolescent
Réalisé, dans l’âge mûr »

 

A. de Vigny

Écrivain, France, 1797-1863

 

Cinq-Mars

Œuvre littéraire, France, 1826

 

 

<   1   2   3   4   5   6   7   8   9   >

 

 

– ANDRO-ADOJEUNOCOACHING DE VIE –

EN BREF

 

 

Yves REMY est Docteur des Universités. (PsychoSociologie adoJuvénile). Certifié Acec / Coaching personnel. (Ados / jeunes). Consultant institutionnel Éducation-Jeunesse, coach / conseiller de vie, du junior, uniquement, garçon. Andro-adoJeunologue®, concepteur et, théoricien-praticien, de l’Andro-AdoJeunologie®. En trois décennies, il a acquis, une maîtrise, de formation et d’exercice, d’excellence. En une double approche, théorique et pratique.

 

Andro-AdoJeunoScience®, étude, compréhension globales, transversales, pluridisciplinaires, de l’andro-adoJuvénilité. Andro-AdoJeunoConseil®, coaching / conseil de vie holistique, innovant, des adolescents / jeunes. Spécialement, du genre masculin. Expertise d’intervention, plus spécifique, du manque, d’estime, de confiance, d’affirmation, de soi, des jeunes hommes.

 

Yves REMY, Dr a créé, à Paris, l’unique cabinet privé, en France, de coaching / conseil de vie andro-adoJeunologique, personnel, intégral et, performant. Des 15-24 ans XY, à titre exclusif, spécialiste, des seules particulières problématiques et, questions adoJuvéniles masculines. Coaching de vie cognitif, émotionnel, comportemental, en réalisation, de soi, du junior mâle.

 

 

– ANDRO-ADOJEUNOCOACHING DE VIE –

L’ESSENTIEL

 

 

>> Andro-adoJeunologue®

Un coach de vie masculin, pour renforcer, les seuls jeunes XY

 

>> Andro-AdoJeunologie®

Une approche, un protocole d’intervention inédits / décisifs

 

>> Expertise d’Andro-AdoJeunoCoaching

Des indications d’accompagnement idoines / adaptées

 

>> Évaluations de Suivis d’Andro-AdoJeunoPratique

Des situations et, résultats significatifs / optimisés

 

>> Travaux d’Andro-AdoJeunoConsulting

Un procédé méthodique d’excellence / rigoureux

 

>> Andro-AdoJeunoScience®

Une maîtrise solide / globale, des réalités (andro)adoJuvéniles

 

>> Andro-AdoJeunoConseil®

Un coaching de vie androJeunologique complet / sur-mesure

 

 

– ANDRO-ADOJEUNOCOACHING DE VIE –

À PROPOS

 

 

15-24.ans, Accomplissement.de.soi, AdoJeune-s, AdoJeunesse-s, AdoJuvénilité-sAdolescence-s, Adolescent-s, Adulescent-s, Adultisation, Adultisme, Affectivité.

 

Affirmation.de.soi, Amitié, Amour, Andro-AdoJeunoConseil®, Andro-AdoJeunologie®, Andro-adoJeunologue®, Andro-AdoJeunoScience®, Andro-adolescence, Andro-adolescent-s.

 

AndroJeune-s, AndroJeunesse-s, AndroJuvénilité, Anthropologie, Aspiration-s, AssertivitéAssurance, Autodiscipline.de.vie, Auto-efficacité, Axiologie, Changement-s.

 

Chômage, Civisme, Coach.personnel, Coaching.de.vie, Cognition-s, Cognitivisme, Cohorte-s.d’âge, Collège-s, Collégien-s, Comportementalisme, Comportement-s, Confiance.en.soi.

 

Conseil.de.vie, Conseiller, Consommation-s, Consultant, Consulting, Consumérisme-s, Crise, Croyance-s, Culturalisme, Culture-s, Délinquance-s, DémographieDépassement.de.soi.

 

Développement.personnel, Docteur, Droit-s, École-sÉconomie, Éducation, Éducation.civique, Efficacité.personnelle, Élève-s, Émotion-s, ÉmotivismeEmploi, Emploi.du.temps.

 

Engagement-sEnseignement-sÉpanouissement, Estime.de.soi, Études, Études.secondaires, Études.supérieures, Étudiant-s, Expert, Expertise.andro-adoJeunologique, Famille-s, Filiation.

 

Intelligence.émotionnelle, Jeune-s, Jeune-s.homme-s, Jeunesse.internationale, Jeunesse-s, Juvénilité.masculine, Juvénilité-sLiberté-s, Loisir-s, Lycéen-s, Lycée-s, Maîtrise.de.destin.

 

Maltraitance-s, Marasme-sMasculinité, Maturité, Mentorat, Mère-s, Méthode-s.de.travail, MéthodologieMétier-s, Mondialisation, Motivation, Niveau.de.vie, Nouvelle-s.génération-s.

 

Objectif-s, Ontogénie, Ontologie, Optimisation.de.potentielsOptimisation.morale, Organisation.de.vie, Orientation, Parentologie, Parent-s, Pauvreté, Père-s, Personnalité.

 

Philosophie, Physiologie, Plénitude, Politique-sPolitique-s.de.la.Jeunesse, Psychologie, PsychoSociologie, Puberté, Qualité.de.vie, Quinze-vingt-quatre.ans, Réalisation.de.soi.

 

Relation.d’aide, RésilienceRéussite-s, Santé, Sciences.de.l’éducation, Sciences.de.la.jeunesse, Sciences.humaines.et.sociales, Sciences.politiques, SélectionSens.existentiel, Sérénité.

 

Sexualité-s, Sociabilité, Socialisation, Sociologie, Spiritualité-s, Stratégie-s.de.vie, Stress, TranscendanceTravail, Université-s, Valeurs, Vie.relationnelle, Volonté, Yves.Remy.Dr.

 

 

C’est Bien

Vous Êtes Un Homme

Pour Les Garçons !

 

Formulation, de nombreux praticiens, de santé et autres, à l’égard, de l’expert andro-adoJeunologue®, Yves REMY, Dr. Lui adressant, en coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®, des jeunes hommes.

 

 

CABINET YR/c

 

PARIS

 

 

ANDRO-ADOJEUNOCONSEIL®

 

COACHING / CONSEIL DE VIE ANDROJEUNES

CONSULTING INSTITUTIONNEL & POLITIQUE JUNIORS

 

 

Yves REMY, Dr consultant

 

– Yves REMY, Dr –

 

Coach / Conseiller de Vie Andro-adoJeunologue®

Docteur des Universités, Paris

 

Intervenant Public Éducation-Jeunesse

Conseil de vie, des Jeunes hommes

Expert Confiance en Soi AndroJuvénile

 

Andro-AdoJeunoCoaching

Coaching / Conseil de vie, en réalisation de soi, du Junior mâle

 

Depuis, Vingt-Cinq Ans

 

 

YR/c – 7, rue Marbeau, 75116 Paris, Foch

Île-de-France – FranceUnion Européenne

 

Ligne cabinet – 33 1 45 65 96 22

Ligne mobile – 33 6 64 94 13 29

 

– Contact Internet –

 

Consulting 15-24XY

Andro-AdoJeunoConseil15-24.org

 

 

Andro-AdoJeunoConseil® AndroAdoJeunesse

 

L’Accompagnement des Garçons de 15-24 Ans

L’Expertise de la Confiance en Soi AndroJuvénile

 

 

                                Aider, le Garçon Junior, à Transcender, sa Pleine Juvénilité !

 

 

C O A C H – C O N S E I L   /   C O A C H I N G   D E   V I E

A D O L E S C E N T S   /   J E U N E S   M A S C U L I N S

L Y C É E N S   /   É T U D I A N T S   /   A C T I F S

 

 

– Yves REMY, Dr

 

 

Coach de Vie AndroJeunoConseiller

Spécialiste AndroJeunesse-AndroÉducation

Consultant Institutionnel & Politique AdoJeunes

 

Docteur en Sciences Humaines et Sociales, Paris

(PsychoSociologie du Développement de l’AdoJuvénilité)

Certifié Acec / Coaching Personnel (Ados / Jeunes), Paris

 

 

Mentoring Andro15-24

 

Booster, la Confiance

Des Jeunes XY  !

 

 

Cabinet

 

Andro-AdoJeunologie®

 

PARIS 16 / Foch

 

 

Andro-AdoJeunoConseil15-24.Org

 

 

> L’Expertise de la Masculinité AdoJuvénile

Confiance en Soi / Motivation / Stress

Coaching de Vie Cognitif / Émotionnel / Comportemental

 

 

L’Andro-AdoJeunoConseil® permet, à tout jeune homme, de 1524 ans, de croire, en soi, se motiver, s’apaiser

Accompagnement spécifique, en réalisation, de soi, andro-adoJuvénile, pour se dépasser, devenir meilleur, s’épanouir.

En programme andro-adoJeunologique méthodique, adapté : écrit, directif, interactif, structuré.

Par études de cas, exercices, entraînements pratiques. En apprentissages, d’andro-adoJeunoCoaching de vie : formatifs, consultatifs, décisionnaires.

 

 

YR/c – 7 rue Marbeau, 75116 Paris, Foch, France, UE

 

SecteurPl. de l’Étoile – Av. Foch

Neuilly-sur-Seine – Av. de la Grande-Armée

 

T. 33 1 45 65 96 22 – M. 33 6 64 94 13 29

– Contact Internet –

 

 

>> Mémento d’AndroJeunoCoaching de Vie

 

 

Préambule   AndroJeunologue®   AndroJeunologie®   Expertise   Évaluation

Travaux   AndroJeune   AndroJeunoScience®   AndroJeunoConseil®-5   Cabinet

 

 

> Ados / Jeunes Difficiles Garçons, Coaching de Vie, Paris 16

 

Ados / jeunes difficiles masculins, sont soutenus, en coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®, par re/structuration positive, de leurs pensées, émotions, actes.

 

 

– Haut de Page –

 

 

Andro-AdoJeunoConseil®Consulting ÉducationJeunesse  Coaching de vie 15-24 ans XY
© Yves REMY, Dr, andro-adoJeunoCoach – 2003-2020 – ConfidentialitéMentions légales
Le site, Andro-AdoJeunoConseil15-24.org, Paris, est sous protection copyright ©, Sgdl-Cléo
A-A15-24.org est sous sauvegarde, d’un dépôt légal ©, à la Bibliothèque Nationale de France