Coaching de Vie d’Andro-AdoJeunoConseil® – 3

 

 

                                  Mener, le Jeune Homme, à faire Sens, à sa Mission de Vie !

 

 

C O A C H – C O N S E I L   /   C O A C H I N G   D E   V I E

A D O L E S C E N T S   /   J E U N E S   M A S C U L I N S

L Y C É E N S   /   É T U D I A N T S   /   A C T I F S

 

 

– Yves REMY, Dr

 

 

Coach de Vie AndroJeunoConseiller

Spécialiste AndroJeunesse-AndroÉducation

Consultant Institutionnel & Politique AdoJeunes

 

Docteur en Sciences Humaines et Sociales, Paris

(PsychoSociologie du Développement de l’AdoJuvénilité)

Certifié Acec / Coaching Personnel (Ados / Jeunes), Paris

 

 

Mentoring Andro15-24

 

Booster, la Confiance

Des Jeunes XY  !

 

 

Cabinet

 

Andro-AdoJeunologie®

 

PARIS 16 / Foch

 

 

Andro-AdoJeunoConseil15-24.Org

 

 

> L’Expertise de la Masculinité AdoJuvénile

Confiance en Soi / Motivation / Stress

Coaching de Vie Cognitif / Émotionnel / Comportemental

 

 

L’Andro-AdoJeunoConseil® permet, à tout jeune homme, de 1524 ans, de croire, en soi, se motiver, s’apaiser

Accompagnement spécifique, en réalisation, de soi, andro-adoJuvénile, pour se dépasser, devenir meilleur, s’épanouir.

En programme andro-adoJeunologique méthodique, adapté : écrit, directif, interactif, structuré.

Par études de cas, exercices, entraînements pratiques. En apprentissages, d’andro-adoJeunoCoaching de vie : formatifs, consultatifs, décisionnaires.

 

 

YR/c – 7 rue Marbeau, 75116 Paris, Foch, France, UE

 

SecteurPl. de l’Étoile – Av. Foch

Neuilly-sur-Seine – Av. de la Grande-Armée

 

T. 33 1 45 65 96 22 – M. 33 6 64 94 13 29

– Contact Internet –

 

 

>> Mémento d’AndroJeunoCoaching de Vie

 

 

Préambule   AndroJeunologue®   AndroJeunologie®   Expertise   Évaluation

Travaux   AndroJeune   AndroJeunoScience®   AndroJeunoConseil®-3   Cabinet

 

 

> Stress, des Adolescents / Jeunes Garçons, Coaching de Vie, Paris 16

 

Le stress, des adolescents / jeunes masculins, la résilience, l’orientation & le projet personnels…, sont pris en charge, en coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®.

 

 

« Si belle, qu’ait été, une vie, il y a, toujours, un immense écart
Entre l’existence, qu’avait rêvée, l’adolescent
Et, celle, qu’a connue, l’homme »

 

A. Maurois

Écrivain, France, 1885-1967

 

Lettres à l’Inconnue

Œuvre littéraire, France, 1953, 1956

 

 

<   1   2   3   4   5   6   7   8   9   >

 

 

– ANDRO-ADOJEUNOCOACHING DE VIE –

EN BREF

 

 

Yves REMY est Docteur des Universités. (PsychoSociologie adoJuvénile). Certifié Acec / Coaching personnel. (Ados / jeunes). Consultant institutionnel Éducation-Jeunesse, coach / conseiller de vie, du junior, uniquement, garçon. Andro-adoJeunologue®, concepteur et, théoricien-praticien, de l’Andro-AdoJeunologie®. En trois décennies, il a acquis, une maîtrise, de formation et d’exercice, d’excellence. En une double approche, théorique et pratique.

 

Andro-AdoJeunoScience®, étude, compréhension globales, transversales, pluridisciplinaires, de l’andro-adoJuvénilité. Andro-AdoJeunoConseil®, coaching / conseil de vie holistique, innovant, des adolescents / jeunes. Spécialement, du genre masculin. Expertise d’intervention, plus spécifique, du manque, d’estime, de confiance, d’affirmation, de soi, des jeunes hommes.

 

Yves REMY, Dr a créé, à Paris, l’unique cabinet privé, en France, de coaching / conseil de vie andro-adoJeunologique, personnel, intégral et, performant. Des 15-24 ans XY, à titre exclusif, spécialiste, des seules particulières problématiques et, questions adoJuvéniles masculines. Coaching de vie cognitif, émotionnel, comportemental, en réalisation, de soi, du junior mâle.

 

 

– ANDRO-ADOJEUNOCOACHING DE VIE –

L’ESSENTIEL

 

 

>> Andro-adoJeunologue®

Un coach de vie masculin, pour renforcer, les seuls jeunes XY

 

>> Andro-AdoJeunologie®

Une approche, un protocole d’intervention inédits / décisifs

 

>> Expertise d’Andro-AdoJeunoCoaching

Des indications d’accompagnement idoines / adaptées

 

>> Évaluations de Suivis d’Andro-AdoJeunoPratique

Des situations et, résultats significatifs / optimisés

 

>> Travaux d’Andro-AdoJeunoConsulting

Un procédé méthodique d’excellence / rigoureux

 

>> Andro-AdoJeunoScience®

Une maîtrise solide / globale, des réalités (andro)adoJuvéniles

 

>> Andro-AdoJeunoConseil®

Un coaching de vie androJeunologique complet / sur-mesure

 

 

– Yves REMY, Dr

 

 

DOCTEUR DES UNIVERSITÉS

 

Consultant Institutionnel & Politique Éducation-Jeunesse

Coach / Conseiller de Vie des Jeunes Hommes

Expert Confiance en Soi Andro-AdoJuvénile

 

Depuis, Vingt-Cinq Ans

 

 

ANDRO-ADOJEUNOCONSEIL®

 

 

C’est Bien

Vous Êtes Un Homme

Pour Les Garçons !

 

Formulation, de nombreux praticiens, de santé et autres, à l’égard, de l’expert andro-adoJeunologue®, Yves REMY, Dr. Lui adressant, en coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®, des jeunes hommes.

 

 

RÉALISER, « À TOUT PRIX », LE DESSEIN D’ADULTISME

PAR L’ANDRO-ADOJEUNOCOACHING DE VIE

 

 

Le but premier, du coaching de vie d’Andro-AdoJeunologie®, est de faire passer, le jeune masculin, de sa jeunesse, à l’adultisme. En favorisant, le mûrissement, l’autonomie, la responsabilité abouties, du junior. Par l’appui, de la volonté juvénile. À cet effet, les rôles, qualités, savoir-faire « illimités », de la jeunesse, sont étendus. Le rayonnement, l’altruisme, l’ouverture généreux, des jeunes, en seront, également, les vecteurs attisés, les plus privilégiés. Que chacun, s’élève donc, au-dessus, de lui-même388 !

 

__________________________________

Les juniors, de France, n’ont pas – trop – à « rougir », de leur Histoire nationale. Or, pour autant, ils ne sauraient, reprendre, à leur compte, une certaine « arrogance, hexagonale, trop donneuse, de leçons universelles », de leurs aînés. Qui exaspère fort, à raison, le reste, du monde. Ainsi, en 1989, lors, du bicentenaire, de la Révolution française, M. Thatcher (1925-2013), Premier ministre, du Royaume-Uni, rappelle-t-elle, certaines vérités. À juste titre. La France n’a inventé ni, les Droits de l’Homme ni, la démocratie parlementaire.

 

En 1642-1651, (« Grande Rébellion ») et, 1688-1689, (« Glorieuse Révolution »), un siècle et demi et, un siècle, avant, la Prise de la Bastille (1789), la double Révolution anglaise, en est l’initiatrice. Par, le Bill of Rights, la Déclaration des Droits, de 1689, sauvegarde, des libertés individuelles et, collectives. Avec, aussi, le renforcement, du parlementarisme moderne. Dès 1679, l’Habeas Corpus garantit, formellement, contre l’arbitraire, la sûreté personnelle, de tous, en germe, depuis, l’ère médiévale, au Royaume d’Angleterre (927-1649 / 1660-1707). Futur Royaume de Grande-Bretagne (1707-1801). Puis, Royaume-Uni, de Grande-Bretagne et d’Irlande  (1801-1922) et, Royaume-Uni, de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord (1922-).

 

Que la jeunesse se batte, sans relâche, pour ses droits, intérêts, en plein respect, de ses devoirs. Aussi immanquablement, que le clergé régulier, célèbre, Matines, Laudes, Vêpres, comme, Complies, en ses monastères. Le premier enjeu adojuvénile, est éducatif. En France, 43 pour cent, d’une classe d’âge, seulement, sont diplômés, du supérieur. L’État souhaite, 50. Le taux moyen, des « pays, de tête », est de 60 pour cent ! Au lieu, de nos 2,7 millions, d’étudiants, il en faudrait, au moins, quatre, pour être, bien plus dynamiques. Le problème, des études, en France, est surtout, celui, de l’orientation. Les jeunes prisent, les filières, sans nuls, débouchés ni, besoins économiques. Ils « boudent », les secteurs, à très forts potentiels, de recrutement ! En outre, le ratio, entre le nombre, de scolarisés ou, d’étudiants et, celui, de diplômés, est des plus exécrables, chez nous. L’Université française, tout entière, est à rebâtir, de fond en comble ! Le monopole étatique universitaire, est obsolète et, contre-productif. Il s’agit, qu’en France, comme, en la plupart, des pays occidentaux, des universités privées, de plein exercice, d’excellence, existent.

 

__________________________________

 

 

Maturité, autonomie, responsabilité – Appuyer, la volonté androJuvénile

 

Maturité, est un terme féminin, de 1485, issu, du latin, maturitas. « État, de ce qui a atteint, son plein développement. (1685), état, de développement complet – de l’organisme humain – ; âge mûr, celui, qui suit immédiatement, la jeunesse, confère, à l’être humain, la plénitude, de ses moyens, physiques et intellectuels. Sûreté, de jugement, qui s’acquiert, d’ordinaire, avec l’âge, l’expérience ». (Dictionnaire, de la langue française, Robert, France, 2007)389. Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® aide, le garçon junior, à passer, du stade inachevé, de la jeunesse, à celui, plus abouti, de l’adultisme, plein et entier. Avec, tous les droits et, devoirs, que cela, implique. Tant, en terme, de gains, que de sacrifices. Car, chaque vie, est menée, en ses luttes.

 

__________________________________

J. Albers, peintre, graphiste américain, d’origine allemande (1888-1976), met une touche finale, à sa toile, Hommage au carré / Parfum vert, en 1963. Issu, du Bauhaus, il sera, l’un, des chefs de file, de l’art optique, cinétique ou, Op Art390. L’idée centrale, d’Albers, est que, chaque couleur, seule et isolée, n’a aucune « valeur », en elle-même. Or, uniquement, si elle est, en toute interaction, avec d’autres, en regard, de ces dernières. C’est la théorie, dite, de la relativité, des couleurs, car, la perception, de chaque nuance, est éminemment, « subjective ». La peinture, qui nous intéresse, ici, représente, un petit carré, vert foncé, figurant, en un carré, de taille moyenne, en vert médian.

 

Lui-même, enchâssé, en un grand carré, vert clair391. Ainsi, l’adojeunesse : le premier carré, cœur du tableau, serait, le noyau vital originel, de l’espèce humaine, mais, fort minoritaire, sans nul, pouvoir. Elle serait « confrontée », à la majorité adulte, aux affaires : le deuxième carré, zone intermédiaire. Cette dernière, alors, elle-même, sous le regard prééminent, de la « sagesse », des anciens. En marge, désormais, fort retirés : le troisième et, ultime carré. Certes, le premier carré adojuvénile, est le plus petit, mais, c’est le plus central, celui, qui a, le plus, de vitalité, étant, le plus foncé. Le deuxième, est plus clair, moins tonique. Le dernier, est plus pâle, évanescent et, affaibli, encore. L’on part, de l’éclat, le plus intense, à la fadeur, la plus terne. En decrescendo.

 

__________________________________

Le cheveu humain se dévitalise, perd, de sa force, densité, en vieillissant, peut même, tomber, devient, de plus en plus, clair, dépigmenté. De même, l’adojeunesse est plus dynamique, que l’adultisme et, ce dernier, bien plus, encore, que l’âge mûr, vieillissant. Également, comme, en peinture, chaque génération, vaut moins, en et, par, elle-même, que « confrontée », aux autres. Avec elles, en pleine richesse, d’existence interactive commune. Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunologie® se veut, le « revitalisant », de jeunes hommes, atteints, par des réalités innées et, acquises, endogènes et, exogènes, débilitantes, incapacitantes. L’objectif, de tout adojunior, « digne, de ce nom », est l’adultisme accompli. Cela, passe, par la maturité, l’autonomie, la responsabilité. Pour cela et, pour agir, en conséquence, il convient, de développer, une pensée, très positive, une croyance ou, foi optimiste. Une forte confiance, en soi. Une volonté, très forte. Une motivation, des plus solides. Une action, adéquate et résolue. Pour bien réussir, dans la vie, ainsi, que sa vie, en équilibre et, épanouissement, cognitifs, émotionnels, comportementaux. Tous ces aspects supérieurs, incontournables, fondamentaux, pour le jeune, sont évoqués, ailleurs, en ce second tome.

 

Sauf, le sujet, de la volonté, que nous traitons donc, ici. De fait, nul junior, en coaching de vie, ne peut acquérir, les pleins attributs, de l’adultisme, que sont, la maturité, l’autonomie, comme, la responsabilité, sans le vouloir, au préalable. D’où, l’importance capitale, l’impact décisif, d’un processus, de pure volonté, de sa part. Outre, naturellement, les facteurs éducatifs, économiques, socioculturels, psychoaffectifs, génétiques. De formation académique, d’emploi, de valeurs personnelles, de santé, relationnels ou, juridiques… Tous vecteurs, également, pleinement, envisagés, en notre étude, notamment, en son premier tome. Pour devenir des hommes, les adojeunes masculins ont besoin, de cultiver, une puissante force propre, de caractère. Une estime, confiance, assurance, affirmation, d’eux-mêmes, caractérisées, quoi, qu’il arrive. Une volonté, inébranlable, déterminée, résolue, à toute épreuve. Une grande maîtrise, de soi, un empire, sur toute sa personne. Une aptitude, à se diriger, gouverner, en toute souveraineté juvénile. La capacité, d’influencer les pensées, émotions, comportements, d’autrui, de façon, positive, bénéfique, bienveillante, légitime, idoine. Ce qui permet, d’agir, optimalement392.

 

La force mentale, les habiletés, aptes, à vaincre, les obstacles, revers, de la vie, par efforts, persévérance, ténacité. Toutes ces aptitudes, sont moins innées, qu’acquises et, acquérables. Chaque jeune garçon, en coaching de vie, est conditionné, de façon, prédéterminée, par son tempérament et, caractère, propres, spécifiques, uniques. De façon, héréditaire et, acquise. En interaction étroite, corps- esprit. Tout junior pense, ressent et, se comporte donc, en rapport, de façon, préfixée. Or, il conserve toujours, sa conscience ou, for interne, sa souveraineté. Ce qui lui permet, toujours, de cogiter, choisir, décider, d’agir, par lui-même, sans automatismes, selon, les circonstances. Cela, peut se travailler, s’affiner, s’éduquer, seul et, par les enseignements, l’exemplarité, de modèles adultes sûrs. Sans négliger aussi, l’impact, l’influence, des pairs néogénérationnels, si importants, entre treize et, vingt-cinq ans. Au lieu, de se laisser aller, à ses penchants naturels ou, à sa réaction première, le junior peut toujours, se contrôler, par la force mentale, l’éducation ou, l’autoéducation. En effort, la pensée aboutit, à l’action. Le jeune peut alors, y parvenir, par la visualisation mentale, méditative, par concentration. Voir, est croire et, croire, est faire !

 

À défaut, il est bon, d’écrire, les changements, actions, à entreprendre, pour bonifier sa vie, sa personne. Ainsi, que les effets positifs, afférents et, subséquents. En objectifs, échéances précis, clairs et, quantifiés. À cet égard, des formulations cognitives, optimistes, favorables, sous forme, d’autosuggestions répétées, de façon, convaincue, sont, des plus constructives. Efficaces et, productives. Après, bonne intégration, mémorisation mentales, point, par point, il s’agit, de bien comprendre, ce dont, il retourne. De se figurer, en imagination, l’état ressenti, si le junior, en coaching de vie, obtient, ce qu’il veut, ce que cela, impliquerait, concrètement, bénéfiquement, pour lui. En immobilité physique, pour se calmer ou, en mouvement, du corps, en marche, pour activer la pensée. Un effort minimal, de raisonnement, s’impose, pour mettre, en branle, sa volonté. Pour tout jeune homme, se proposer, d’être adulte, devient, un aboutissement réalisé, en y associant, la force mentale, de la volonté. Cela, étant rendu possible, par la croyance positive, qu’il le veut, qu’il est capable, d’y parvenir. Alors, il devient loisible, de se fixer, ce but, d’y croire, de s’en donner, les moyens performants, aboutis. Par, la mise en œuvre, d’une logistique juvénile, idoine393.

 

De s’y tenir, sur la durée, sans fléchir, jusqu’à atteinte, réalisation progressives, du dessein imparti. En efforts, ténacité, abnégation. Pour cela, il convient, que la conscience, du junior, en coaching de vie, l’emporte, sur ses impulsions automatiques… La conscience est le raisonnement, la pensée réflexive, le jugement. La pulsion est le réflexe, irraisonné et mécanique. La décision androJuvénile part, de là. Le combat est gagné, quand, la pleine conscience, de l’action positive, l’emporte, sur l’automatisme, de l’inertie, du laisser-aller. Il s’agit, de rester réservé, non exubérant, de se dispenser, des dépenses, d’énergie, inutiles, comme, contre-productives. En pensées, émotions, paroles, actes. L’objectif, est de se réserver et, concentrer, non, de se disperser et, dépenser, en pure perte. Ne pas chercher, à être approuvé, soutenu, compris, encouragé. Cela, est vain. L’adojeune fort, « se suffit », à lui-même, par sa propre force mentale. De même, il se contrôle, en toutes circonstances, ne succombe pas, à la tentation, des débordements et, colères. La maîtrise, de ses cinq sens, est aussi, capitale, pour grandir. Qu’il sache fort, résister, de façon, impavide, ferme, aux simples impressions. Aussi puissantes, insistantes, puissent-elles être.

 

Positives, comme, négatives, suscitées, par sa vision, son audition, olfaction, sa gustation, taction. L’effort tenace, comme, continu, donne, de l’énergie, surtout, fait agir, de façon, très énergique ou, comme si, le junior masculin, en coaching de vie, l’était. Il lui permet, de réprimer, ses mauvais penchants et, impulsions. L’essentiel, est d’agir, en se faisant violence, pour s’obliger, à « bouger ». Car, nul résultat bénéfique, n’est à attendre, de l’immobilisme, mais, bien, uniquement, de l’action idoine. L’idéal et, l’envie supérieurs, de vaincre, constituent, un fervent, efficace, aiguillon. Pour être, en bonne santé psychique et, volontaire, une bonne santé physique, du jeune, est impérative. Avec, une hygiène, discipline, de vie, irréprochables, en matière, d’alimentation, de sommeil, d’activité physique, sportive. De bonne relaxation, détente, physiques et mentales, générales et, pleine respiration nasale, abdominale. Ce qui garantit, notamment, une bonne oxygénation et, circulation sanguines. Il s’agit, de supprimer, tout nutriment nocif, de se nourrir, ni trop ni, trop peu, mais, selon, ce que l’organisme, requiert. Selon, l’âge, l’activité journalière, le sexe, le climat saisonnier. L’alimentation juvénile sera légère, équilibrée, jamais, lourde, excessive394.

 

Une aération suffisante, régulière, des pièces, à vivre, du garçon  junior, en coaching de vie, s’impose. Concentration, calme et, méditation, renforcent le pouvoir, de la volonté, pour grandir, se grandir. Il est capital, de ne jamais, se laisser distraire, de sa tâche importante, en cours, par des pulsions, d’envies futiles, dommageables. Le cap initial fixé, sera maintenu, jusqu’à, atteinte finale, de l’objectif imparti, coûte, que coûte, quoi, qu’il arrive. Pour cela, se ménager, des temps réguliers, mais, limités, de détente, loisirs gratifiants, sains, de récompenses, des efforts, aide, à maintenir, l’effort. En cas, de coup dur, ne pas s’effondrer ni, se décourager. Or, puiser, au plus profond, de soi, les ferments, de ressourcement, permettant, de rebondir, renouer, tout le fil, du combat, à mener, victorieusement, jusqu’à terme. Tout jeune, a tendance, à se créer, de faux besoins, inutiles, de mauvaises habitudes, nocives et automatiques. Qui ne sont irrésistibles, que parce qu’il le veut bien. La volonté, comme, la force mentale, permettent, de supprimer, les addictions, par la persuasion, qu’il est parfaitement, capable, de s’en débarrasser. Il s’agit, aussi, de se représenter, à l’avance, les avantages, de ne plus être esclave, de ses pires dépendances et, entraves adojuvéniles !

 

Pour s’encourager, à s’en défaire, vite et bien. Les bonnes habitudes, du junior, en coaching de vie, sont aisées, à adopter, les mauvaises, si difficiles, à annihiler. La prévention étant, en l’espèce, comme, en d’autres, toujours, meilleure, plus facile, que la guérison, l’idéal est donc, de ne jamais, laisser s’installer, les mauvaises habitudes. Tant, elles sont, ensuite, dures, à déloger. Il vaut mieux, n’en choisir, que de bonnes. L’agacement, la gesticulation, le survoltage, détruisent fort l’équilibre, physique et psychique, du jeune homme, l’abattent. Quand, la tranquillité, la sérénité, comme, la paix intérieure, le transcendent, en plénitude, accomplissement, de soi, du corps et, de l’esprit, du cœur et, de l’âme. Le junior équilibré résiste, au pire, quand, celui, qui est tourmenté, tenaillé, par la peur, le stress, l’anxiété, s’effondre. Le but est de ne jamais, se laisser atteindre, par les aléas et, revers, de la vie. Par la « force mentale », restée intacte. La respiration approfondie, complète, permet, également, de régénérer l’organisme, l’oxygénant, le purifiant, de ses toxines viciées. Cela, calme, rassure. La pensée se réalise. Se répéter, des affirmations positives et, optimistes, bénéfiques et, favorables, est toujours, bénéfique, pour la nouvelle génération395.

 

Car, cela, est constructif, productif, l’aide, à sortir, de ses blocages. En résultats, féconds et fructueux. À force, de lutter, contre, les mauvais penchants, les pensées limitatives, négatives, les peurs et, faiblesses, le jeune, en coaching de vie, renforce, sa volonté. Sa puissance mentale positive. Ce qui permet alors, de s’élever, vers l’adultisme, en maturité, autonomie, responsabilité. L’aisance et, l’assurance peuvent, se forger et perdurer, en toute confiance. Là encore, la force mentale le permet. Pas d’évolution possible, vers l’adultisme, sans pleine affirmation, de soi. Cela, passe, d’abord, par un regard ferme, direct, assuré. Ce qui permet, au junior, d’être à l’aise, avec tous, de dominer, toute situation. Voix, paroles énergiques et, bien posées, en timbre et, sonorité, permettent, de faire, la meilleure impression et, de s’imposer, en société. Ni trop aiguë ni, trop grave, mais, médiane, en bonne articulation. Il importe, de savoir, fort adéquatement, dire, sa pensée. En parlant, lentement, en accentuant, les consonnes, de façon, la plus posée, calme, réfléchie. De même, les émotions seront tempérées, dominées. Attitudes et, comportements, comme, gestuelles andro-adoJuvéniles, seront maîtrisés, calmes, d’ampleur limitée et, sobre.

 

Toute expression, de soi, du jeune masculin, en coaching de vie, vaut toujours, moins, qu’une impassibilité indéchiffrable, de marbre, en toute circonstance. Convaincre, autrui, sans manipuler, importe, pour progresser. En incitant, l’autre, à l’acceptation, à l’influence, de ses propositions. Par la séduction et, non, la répulsion, l’agressivité. En écoute, calme, patiente, de l’interlocuteur, sans nulle, opposition frontale. Sans même, jamais, dévoiler, ses batteries ni, ses buts réels, terminaux. Tout en feignant, l’indifférence totale, à l’issue, de la confrontation. En réitérant, tout son message principal, avec ténacité et, régularité, sans excès. En technique, du disque rayé. Face, à toute circonstance ou, personne, il convient, pour le junior, de ne jamais, se laisser démonter. Il s’agit, de résister, à la facilité, de plier et, de rester, plutôt, fermement, « campé, sur ses légitimes positions ». La persévérance paye, le plus souvent. En focalisation, sur la volonté et, le dessein exclusifs, de parvenir, l’emporter. En tout et, pour tout, audace, aplomb, aisance, assurance, s’imposent, pour s’affirmer, s’épanouir, réussir. La volonté est servie, par un médiateur, des plus efficaces et, redoutables. L’effort juvénile, inflexible, soutenu, déterminé, sans faille et, sans relâche396.

 

Alpha et, Omega, de l’avancée, sur le chemin adulte, de la maturité, l’autonomie, comme, de l’adultisme. Cela, commence, par un drastique, complet travail, sur soi. Une autre condition, est une santé psychosomatique, satisfaisante et suffisante. À chaque jeune, en coaching de vie, de la susciter et, l’entretenir, de la meilleure, des façons, possibles. Tout garçon  junior, peut « aller, très loin », s’il suit, scrupuleusement, méthodiquement et, de façon, résolue, continue, systématique, un dessein rigoureux. Selon, une visée prédéterminée. Pour orienter, sa destinée, à sa guise, l’unir, à ses idéaux, les plus chers. « Tout soldat, a son bâton, de maréchal, en sa giberne, tout clerc, sa barrette, de cardinal, en sa sacristie ». Le médiocre, qui s’échine, réussit mieux, que le génie, qui n’use nullement, de ses dons. Il ne sera alors, envisagé, ni la difficulté, de l’entreprise souhaitée ni, la possibilité, de l’échec. Nulles citadelles, n’étant imprenables, il ne sera songé, qu’à sa rage, de vaincre, réussir, en rejetant, toutes idées, de défaite et, d’infortune. Il s’agit, non pas, de se disperser, mais, de se concentrer, en jetant, toutes ses forces, dans la bataille. Tendues, en un seul et unique, méta-objectif juvénile : « l’ardente, l’immanente, la sainte victoire sacrée » !

 

Avec, une énergie, du junior, en coaching de vie, canalisée, orientée, utilisée, à bon escient : ni trop fougueuse ni, insuffisamment, puissante. Le dessein fixé, il ne reste alors, qu’à « se mettre, au travail », avec, acharnement et, méthode, pour le réaliser, pleinement. En ne tablant, que sur soi-même, ses propres ressources. En améliorant, sans relâche, ses compétences, sa force, en volonté, sans faille et, sans états d’âme, sans se préoccuper, des aléas extérieurs. Une seule chose, compte : sa force mentale et, morale intérieure, pour vaincre et, l’emporter. Geindre, ne sert, jamais, à rien, que le jeune homme, agisse ! Oublie, les problèmes, mais, ne voie, que les solutions ! Si la porte, lui est fermée, il y a, les fenêtres, sinon, les cheminées, soupiraux, toute ouverture, possible, imaginable. Voire, passer, en creusant, sous terre ou, en descellant, des pierres, de murailles… Qui veut, parvenir, parvient ! Il y a, toujours, moyen, de s’accomplir. Chacun, étant comptable, de son destin, en acteur dynamique, non, en sujet passif, qui subit, la chance n’est jamais, un facteur sérieux, à prendre, en considération ! Face, aux revers et, autres duretés, de la vie, un seul, mot d’ordre, du junior : ni défaitiste abattement ni, colère vengeresse, cela, tue l’espoir397.

 

Or, maîtrise, de soi, volonté andro-adoJuvéniles résolues, de faire face, pour inverser, la tendance malheureuse. Car, il n’y a nulle, fatalité, nul, déterminisme, mais, la possibilité, de tous, de lutter, pour vaincre, les pires adversités. En l’espèce, volontarisme et, espérance, abnégation, lutte, méditation, détermination et, courage, sont gages, d’apaisement. De renversement favorable, des situations difficiles. Loin, de la désastreuse résignation, passive. Si les desseins se doivent, d’être idéalistes, leur réalisation ne peut qu’être, fort pragmatique, pour aboutir. Le général de Gaulle, (Homme d’État, France, 1890-1970), recommandait, d’ « aller, au plus haut », les sommets, étant moins embouteillés, que les vallées. L’air, bien plus pur ! En son projet, de vie, tout jeune, en coaching de vie, « digne, de ce nom », se doit, de viser, au plus loin ! À condition, de tenir, le plus grand compte, des obstacles, efforts, labeurs, capacités et, sacrifices, à consentir, pour cela. Loin, de tout rêve illusoire, naïf, irréaliste, qui n’aboutit, qu’à se complaire, en l’inaction, l’utopie, des mirages, les plus délétères. Au junior, à se former, positionner, adéquatement, pour réussir, selon, ses vues, ambitions élevées, mais, accessibles. Un idéal, hors de portée, ne se réalise, jamais, nourrit, les germes, de sa vacuité.

 

Ne fait, qu’entretenir, amertumes, aigreurs, marasmes, à vie. « Le regard, dans les nuées, les pieds, au sol ». Seule, la persévérance juvénile, prolongée, donne l’excellence, du savoir-faire / être supérieurs. Ce qui donne, paix intérieure, positivité. Outre, l’estime sociale générale, la sécurité ou, le confort matériels, accrus. Force psychique, comme, personnalité développée, s’imposent, pour compléter, avantageusement, ce tableau idéal. La valeur personnelle, aussi éminente, soit-elle, ne suffit pas. Il convient, en outre, au junior masculin, en coaching de vie, pour s’imposer et, prospérer, sortir du lot et, se faire valoir et, remarquer, de se donner, tous moyens concrets, réalistes ou, réalisables. Pour « percer », à tous points de vue, en son domaine, de compétences, d’idéaux, d’ambitions. Différents moyens, permettent, de développer, sa force mentale, pour devenir, plus autonome, mature, responsable, adulte, en sa jeunesse. L’isolement, psychique et physique, régulier, permet, de se ressourcer, pour se renforcer, repartir, plus fort, encore. Pour se couper, du stress, de la foule, des tracas, du quotidien, du travail, de la vie domestique. Notamment, en la nature, à la campagne, mer ou, montagne, pour se revitaliser, de la plus sûre façon398.

 

Relaxation, détente psychosomatiques, du jeune, en coaching de vie, contribuent, à la régénération, du corps, de l’esprit. De même, que les pratiques méditatives. L’objectivation permet, à la volonté, de suivre, la réflexion raisonnée. Cela, évite, de succomber, à des tentations impulsives, satisfaisantes, à court terme, mais, dommageables, à moyen, long termes. La procédure consiste alors, à faire prendre conscience, des inconvénients majeurs, des faiblesses, des avantages, bien supérieurs, de ne pas, y succomber. De même, avant, tout effort, et, pour s’y encourager, il s’agit, pour le garçon  junior, de se pénétrer, des avantages, à les pratiquer et, des inconvénients, à… s’en abstenir. Face, à tous projet, entreprise, objectiver, permet, d’atteindre, le but impliqué. En concrétisant, en esprit, ce qu’implique, un dessein théorique, sourdent, ses types, de réalisations pratiques, idoines. En concentration, il importe, de ne se focaliser et, faire, qu’une seule action, à la fois, en pleine intériorisation, exclusive. La quiétude morale intérieure, ne sera pas affectée, par les réalités extérieures. Pour ne pas perdre, sa sérénité et, ne pas dévier, de son cap supérieur. L’autosuggestion juvénile, est la réitération mentale, d’une certitude, un commandement forts.

 

Pour s’en imprégner, afin, que cela, s’impose, au jeune homme, en coaching de vie, en l’emportant alors, sur ses convictions opposées. La force, de la suggestion, est telle, sur l’individu, qu’en hypnose, un sujet se sent brûlé, en aura, une marque physique. Si on le lui suggère, en lui appliquant, sur la peau, un simple crayon et, en lui faisant croire, qu’il s’agit, d’une cigarette allumée ! La puissance, de la croyance, imprimée, sur le subconscient, est foudroyante ! Une seule pensée ou, idée fixe, a un impact majeur, chez tout junior, qui s’en persuade et, finit, donc, par la réaliser, de façon tangible. À l’inverse, s’il n’y croit pas, il n’y aura, nulle matérialisation. En cas, de conflit, entre une volonté certaine et, une croyance sceptique, la croyance l’emportera, toujours. Pour faire obstacle, à l’accomplissement, de ce qui est pourtant, souhaité. D’où, l’importance, décisive et fondamentale, de ce, à quoi, le jeune croit, pour que sa volonté, puisse être renforcée, suivie, d’effets. Mieux, que la répétition régulière, de pensées, formulations, la visualisation mentale d’images, fixes ou, animées, permet, d’obtenir, concrètement, une réalité. D’atteindre, un but, fort précis, fixé. Comme, sur un vaste écran, de cinéma, hémisphérique, en couleurs et, relief399.

 

Il s’agit, de préciser, ce que le junior masculin, en coaching de vie, ambitionne, les avantages, attendus. De se convaincre, que c’est déjà, acquis, d’imaginer, ses comportements subséquents. Le « film », qu’il se projette, le représente, jouissant déjà, pleinement, de ce qu’il veut, ardemment ! Le plus efficace, est de s’autosuggestionner, juste, avant, le sommeil. En dormant, le cerveau s’en imprègne fort, s’en convainc, cela, programme, toute la réalisation escomptée. Par exemple, si le jeune veut, se réveiller, lever, à telle heure, il constate que, souvent, il s’éveille, effectivement, à ce moment-là. Sans besoin, de sonnerie, du réveil matin, car, il sort, du sommeil, juste, avant, qu’elle ne se déclenche ! Il est programmé, par ses pensées, ses croyances, certitudes ! L’on sait, qu’un malade, qui veut, à tout prix, guérir, y croit, fermement, se bat, pour cela, s’en sortira, plus vite, mieux et, plus durablement, sans rechute. Qu’un malade, de même pathologie, état de santé, vigueur, sexe et, âge, conditions, de vie, qui ne croit pas, à sa guérison, souhaite, mourir. Ne combat pas, la maladie, accepte l’idée, qu’il est condamné, se laisse dépérir. La réalité importe moins, que la conception, que le junior, s’en fait, les conclusions, comme, la volonté, qu’il en tire.

 

Alors, que pour ces deux patients, soins, traitements, conditions, de prise en charge, sont similaires. La volonté mentale, de s’en sortir, compte toujours, au moins, autant, que le protocole thérapeutique, suivi. Toute pensée, imprimée, au plus profond, de l’inconscient, par suggestion ou, autosuggestion, influe, sur l’ensemble, du système nerveux androJuvénile. Le mental régit, le corps physique et, réciproquement. Corps et esprit, sont en très étroite, interaction mutuelle, constante. De même, que le cœur, l’âme, en quadruple dimension, fort mêlée. Somatique et, psychique, affective et, spirituelle. Le jeune, en coaching de vie, y parviendra, s’il croit, en lui-même, ses qualités, en sa réussite, son bonheur, sa prospérité, s’en donne, l’objectif, les moyens. S’il persévère, en son combat afférent, sur la durée, jusqu’à réalisation terminale et, au-delà, durablement. S’il ne croit pas, en lui, ne table, que sur son échec, son malheur, son indigence, alors, il en sera, ainsi. Tant, il ne récolte, que ce qu’il sème, comme, tout bon agriculteur, le sait. La force mentale, psychique, positive, optimiste, comme, favorable, suscite, le bien. Aussi, sûrement, que la pensée négative, pessimiste, défavorable, du junior, attire, des effets néfastes, non constructifs, désastreux400.

 

La soustraction, la division morales, funestes, malsaines, vicient, le corps et l’esprit, de façon, dommageable. Comme, l’addition et, la multiplication mentales, bénéfiques, les régénèrent, les dopent, constructivement. Tout jeune garçon, en coaching de vie, peut influer, sur sa destinée, pour devenir, adulte accompli, en maturité, autonomie, responsabilité. Il peut, à cet effet, amender, favorablement, par lui-même, ses propres conditions, de vie, à tous points de vue. Comme, user, d’efforts adéquats, en ténacité, pour réaliser, ses objectifs, ambitions, idéaux existentiels, s’élever et, s’épanouir. Il peut, également, agir, par sa pensée positive, sa force mentale intérieure, comme, sa volonté, résolue et inflexible. Sur tous les facteurs extérieurs, déterminant, l’adojunior et, son parcours terrestre. Humains, événements, circonstances, réalités, choses. En temps et, espace. Volonté et, efforts, ténacité et, force, de caractère, sont les valeurs cardinales, de ce façonnement, vers l’adultisme. Hasard, improvisation, n’en font pas partie, mais, la planification juvénile, la plus stricte. De façon, décidée, active, rigoureuse. À vision, privilégiant, les résultats, à moyen, long termes et, non, court. Il s’agit, de « vouloir, ce que l’on peut, de pouvoir, ce que l’on veut » !

 

Tout, en se battant, pour progresser, l’adojeune, en coaching de vie, se doit, d’apprendre, à « aimer, ce qu’il a, s’il ne peut avoir, ce qu’il aime ». Cela, lui évite, bien, des frustrations, souffrances, désespérances, amertumes, aigreurs, inutiles et dommageables. Excellence et poursuite, de son plan, de vie, guident, de la façon, la plus sûre, les juniors, vers leur accomplissement adulte. Chaque jeune homme peut, beaucoup plus et, mieux, qu’il ne le croit et, que ce que les autres, adultes et pairs, lui ont fait croire ! En patience, abnégation ou, courage, sans relâche. Avec, toujours, un emploi du temps, millimétré, strictement, organisé, géré, sans failles ni, faiblesses, quoi, qu’il arrive. Jour et, nuit, chaque jour, semaine, mois ou, année, que le « Ciel fait ». Ainsi, par la consolidation, d’une volonté, inébranlable et inexpugnable, chaque adojeune, en son optimisme et confiance, motivation et action, bâtit, son destin. Pierre à pierre, vers l’adultisme, le plus réussi, épanoui, complet. « Agere, sequitur esse, l’action, suit l’existence ». Il s’agit, d’une forte loi, métaphysique et morale, qui met, en exergue, l’indissoluble correspondance, entre ontologie, responsabilité et, éthique. Ce qui est, le plus sûr chemin, pour tout junior, en voie, de sagesse. (Jagot, 1950)401.

 

 

Étendre, les rôles, qualités, savoir-faire illimités, de la jeunesse masculine

 

S. Covey, auteur américain contemporain, en sciences humaines, définit, sept habitudes bénéfiques, incontournables, pour tout jeune masculin, en coaching de vie, qui se respecte402.

 

1- La « proactivité » ou, sa propre responsabilité assumée.

2- Des objectifs, de vie, une « vocation terrestre », personnels, à déterminer et, accomplir.

3- La fixation, d’urgences, de priorités existentielles, pour soi-même.

4- La foi, en soi et, autrui, pour la réussite, de tous.

5- Le don, de soi, aux autres, avant, la culture, de son propre ego.

6- Joindre, toutes ses forces, aux autres, pour être « meilleur », soi-même.

7- L’optimisation permanente, de tous ses potentiels, de junior, pour s’accomplir.

 

Les trois premiers principes, ont trait, au contrôle, à la réalisation, de soi, du jeune homme, en coaching de vie. Les trois suivants, concernent, le lien, aux autres, la pleine coopération interhumaine. Il s’agit donc, tout d’abord, d’ « être bien », avec soi, pour ensuite, pouvoir, être en plénitude, avec les autres. La dernière étape est celle, du « dépassement, de soi », elle transcende, toutes les autres. Il s’agit, donc, de ne pas se défausser, sur autrui, de ses difficultés, en victime. Ni, de se laisser-aller, à ses envies, instincts adojuvéniles. Ni, de ressasser, médire et, se plaindre.

 

Or, de savoir, différer, gérer, ses frustrations, être patient, tolérant. « Se laisser vivre », au jour le jour, sans orientations, d’avenir, du garçon  junior, en coaching de vie, selon, ses seuls, instincts, pulsions, caprices, est à prohiber. De même, que de ne privilégier, que le superflu, le secondaire, l’artifice et, la superficialité, le futile, tout ce qui est facile, inutile et, sans intérêt. Il convient aussi, d’éviter, la politique, du pire : « après, moi, le chaos ». Laquelle, consiste, à considérer, la réussite, des autres, comme, symbole, de son échec personnel et, leur insuccès, comme, sa victoire positive. En infernale logique, du perdant-perdant, au lieu, de gagnant-gagnant. Que le jeune sache fort, écouter, comprendre, valoriser, autrui, plutôt, que de systématiquement, monopoliser, l’attention, la parole. Voulant, toujours, prendre, plutôt, qu’offrir, dominer, au lieu, de partager, d’accueillir. Isolement, rejet, des autres, méfiance, individualisme, égoïsmes, sont toujours, inféconds. À l’inverse, de la collaboration, l’altruisme, l’acceptation, la confiance, la fréquentation, d’autrui. L’accommodation, du pire, du médiocre, de ce qui « avilit », ne rend pas, le junior, authentiquement, heureux.

 

Contrairement, à l’ascèse, l’exigence, l’effort, la plénitude, du ressourcement. Que le jeune homme, en coaching de vie, prenne garde, à ses habitudes, car elles peuvent, autant, assurer, sa félicité, que son malheur, selon, qu’elles sont bénéfiques ou, néfastes. Les mauvaises habitudes ou, les neutres, peuvent être amendées, pour devenir bonnes et, les bonnes, pour être meilleures, encore ! Les vies sont le reflet, des croyances. Si celles-ci, sont négatives, pessimistes, défaitistes, restrictives, l’existence sera, de même, et, en sera bloquée. Si les certitudes sont positives, optimistes et, convaincues, du meilleur, ouvertes, sans limites, la réalité en sera, aussi, ainsi, c’est-à-dire, dopée. Le junior est, ce qu’il croit être. Il pense, souvent, faussement, à ses pires dépens. À lui, de « penser vrai, pour être vrai, vivre vrai, mieux » ! La force, de sa conviction, ardente et positive, peut « opérer, des miracles, renverser, des montagnes ». Au travers, de l’histoire, de l’Humanité, les plus grandes et, belles choses, ont toutes été, le fruit préalable, de la volonté, la certitude, d’y parvenir. Toujours et, partout, en tout et, pour tout, pour tous, les adojeunes, sans exception !

 

Pour croire, en soi, ses aptitudes, il est capital, de pouvoir bénéficier, du renforcement, d’une personne, qui ait foi, en celle, du junior, en coaching de vie. L’encourage, le motive, réconforte, le console et, tire, vers le haut, le « pousse », en avant, le « dope », lui donne envie, de se dépasser. Fournir, le meilleur, de lui-même. Il lui appartient, aussi, pour aller mieux, de considérer, non seulement, lui-même, mais, aussi, les autres. De façon, plus bénéfique, favorable, positive, constructive. Se mettre, à la place, d’autrui, en empathie, compassion, congruence. L’adojeune se fait, le plus souvent, les idées, les plus fausses, à propos, des autres, comme, de lui-même.

 

Cela, ne peut, que l’inciter, à l’indulgence, la compréhension, la souplesse, la prudence, la patience. Sans juger, rejeter, condamner, cataloguer, d’office, par préjugé, parti pris, facilité, arrogance, peur, méfiance. Son regard est parcellaire, limité, subjectif, partial, non holistique, éclairé ni, pertinent, juste. Les difficultés, les plus importantes, fréquentes, proviennent, le plus souvent, d’erreurs, de jugement. D’une vision, des choses, erronée, faussée, toxique. D’où, l’importance vitale, urgente, de modifier, ses paradigmes, nocifs et illusoires. De façon, à les muer, en ethos, doxa androJuvéniles, positifs, sains, constructifs, sereins, pour bâtir, avancer, être heureux403.

 

Pour sa conception, de soi-même, d’autrui, de l’ensemble, de l’univers. Pour tout adojeune masculin, en coaching de vie, l’amitié est sacrée. Or, cela, n’est pas une raison, pour faire reposer, soi-même, l’ensemble, de son existence, sur les amis. Tous, ne sont pas, d’une qualité, loyauté, à toute épreuve et, vouloir, à tout prix, leur complaire, mène, aux pires compromissions. Comme, à l’abdication, de sa souveraineté, sa personnalité propre, ses valeurs. La plupart, des amitiés, notamment, adojuvéniles, sont conjoncturelles, plus, que structurelles. Elles s’évanouissent donc, sitôt, que les circonstances, auront changé.

 

Elles ne résistent, souvent pas, au temps ni, à l’éloignement, physique, spatial, temporel. Attention, aussi, à ne pas trop, se focaliser, sur les possessions matérielles, titres et, réalisations. L’être compte plus, que le faire, l’avoir et, le paraître. L’être reste acquis, quoi, qu’il arrive, alors, que tout le reste, peut disparaître, du jour, au lendemain. Ce qui est, une « assurance-vie ». Ne se reposer, que sur le matériel, laissera, tout junior, fort démuni, s’il vient, à manquer. Hédonismes, matérialismes, consumérismes, ne sauvent pas, les jeunes, du pire. Contrairement, aux choses, de l’Esprit, qui, seules, transcendent, l’universel, en ascèse.

 

La richesse, du garçon  junior, en coaching de vie, n’est pas exogène, mais, endogène. Elle est morale, non, matérielle. Il ne peut, davantage, faire reposer, le bonheur, l’équilibre, la plénitude, sur un partenaire affectif, amoureux. Dépendre, affectivement, d’un autre, que soi, plutôt, que de soi-même, pour « être bien », exister, est fort dangereux. Cela, donne, un pouvoir exorbitant, à autrui, sur soi, rend dépendant. D’autant, que tout amour, est fluctuant et, très révocable, à tout instant ! L’avidité, l’addiction relationnelles, incommodent, sont fort répulsives, pour les autres. Cela, mène donc, plus, vers la solitude, le délaissement, que le lien et, l’harmonie, avec son prochain.

 

L’amour juvénile authentique, n’est pas la dépendance, mais, l’inverse. Libertés et, autonomie attirent, jamais, l’opposé. L’obsession scolaire, professionnelle, exclusive, absolue, est aussi, délétère, mauvaise. La course excessive, aux honneurs, aux ambitions, fait négliger, tout le reste, de façon, fort déséquilibrée. Elle ne rend pas heureux, pas plus, que la permissivité abusive. Elle peut faire réussir, le jeune, au prix, de souffrances, harassements, solitudes extrêmes. Comme, elle fait aussi, échouer, par tous les excès, induits. « Qui, trop embrasse, mal étreint » ! (Proverbe français, XIVe s.)404.

 

« Le mieux, est le mortel ennemi, du bien ». (Montesquieu, philosophe français, 1689-1755). Gare, aussi, au junior, en coaching de vie, à ne pas faire, de ses parents, des modèles absolus, à ne pas vouloir, toujours, leur complaire. Agir, n’être, qu’en fonction, de leurs attentes et, bon plaisir. Cela, constitue, la pire, des aliénations, des tyrannies. Il s’agit, de se gouverner, soi-même, en fonction, de soi, non, d’autorités tutélaires. Dans le respect, dû, aux parents, comme, l’enseignent, les Écritures. En les quittant aussi, physiquement et moralement, comme, le proclame, tout autant, la Bible. Tout en leur restant, fidèle et loyal, mais, en toute liberté, souveraineté. De même, l’obsession, du  jeune homme, des plaisirs et, loisirs, ne mène, à « rien, de bon ». La tempérance, en la matière, comme, en toute autre, est fort bénéfique, comme, l’excès toxique. Puis, l’égocentrisme total est destructeur, car il nie autrui, en se déifiant, soi, au détriment, des autres. Il convient, de tenir compte, de soi-même, ses besoins, en priorité, certes. À la condition de, toujours, intégrer, ses semblables, à son schéma, de vie, en l’intérêt, de tous. L’essentiel axiologique, ontologique juvénile, est de baser, son existence, sur des valeurs, règles intangibles, solides, fondamentales.

 

Ce sont elles, qui feront un sens, à sa destinée, de jeune masculin, en coaching de vie, l’éclaireront, l’enracineront, en vérité, pour n’avoir pas vécu, en vain, laissé, une trace féconde. « Apporté, sa pierre, à la construction humaine ». Pour honorer, sa condition terrestre, ses aïeux, contemporains, successeurs. De façon, absolue, intemporelle, comme, universelle. Droiture, don, de soi, amour, vérité, justice, fidélité, loyauté, effort, respect, gratitude, tempérance, responsabilité… Autant, de « balises, guidances, vigies » sûres, transcendantes, pour l’existence, en plénitude, accomplissement, de soi. Servir, des principes éthiques, de vie, sauve, sert, ennoblit. Les trahir, asservit, perd, avilit.

 

La récompense, du garçon  junior, en coaching de vie, est dans l’ascèse, le châtiment est le salaire, du dévoiement. Loi, foi, sont toujours, garants sûrs, inconditionnels, comme, indéfectibles, quand, la corruption morale trompeuse, fallacieuse, illusoire, est la perdition. Le jeune ne peut, jamais, baser, du « bon, sur du pur mauvais ». « Le bon grain donne toujours, de bons fruits, quand, l’ivraie ne produit, que de nuisibles récoltes ». Tel, pourrait être, l’enseignement, à tirer, de la parabole, Le Bon Grain et l’Ivraie. (Matthieu, apôtre, Moyen-Orient, Ier s., XIII, 24-30, Évangile néotestamentaire, La Bible, Moyen-Orient, Ier s.). De droits et, sains préceptes, de vie, de l’adolescent, en bonifient, tous les domaines405.

 

Quels, qu’ils soient, à son plus grand profit. Sur le mode, du gagnant-gagnant. Cela, le grandit, moralement et spirituellement. L’essentiel juvénile, est de se dépasser, soi-même. Les seuls combats, qui vaillent, se livrent, contre soi, ses pires démons. Le pire est, de ne pas donner, le meilleur, de soi, pour soi, autrui, toujours et, pour tout. L’accomplissement, de soi, passera, surtout, par, soi-même, non, par l’entremise, d’autrui. Le premier pas, sur la voie, de la sagesse et, de la plénitude, est l’opinion positive, l’acceptation, de soi. Estime, confiance, affirmation, de soi, du junior, en coaching de vie. L’autonomie, l’indépendance, d’esprit.

 

L’indifférence, par rapport, à l’opinion, des autres, sur soi. Une vision positive, de l’existence. Des objectifs auto impartis, tenus, en progression. La prohibition, de toutes jalousies, envies, rivalités. Il est très important, de se fixer, des limites et, impératifs et, de les respecter. L’altruisme, les bons procédés désintéressés, bienveillants et, bienfaisants, au profit, des autres, de la part, du jeune homme, sont bénéfiques. Non seulement, pour les heureux destinataires, mais, pour lui-même. Être utile, faire le bien, à autrui, rend, plus heureux, que se contenter, de la narcissique autogratification, limitée, au jour, le jour.

 

Éviter, le perfectionnisme, qui rend, trop exigeant, avec soi-même, ne procure, qu’insatisfactions et, frustrations. L’adojunior, en coaching de vie, est perfectible, faillible et, aucun, n’est parfait. L’essentiel, est de tirer les leçons, de ses erreurs et, de s’amender. Tout en se pardonnant. Être exigeant, avec soi, va de pair, avec l’indulgence, à son propre égard et, sans nulle, complaisance, mais, avec compréhension. La droiture morale est vitale, pour qui, veut, « réussir sa vie », lui donner, un plus juste sens. Cela, commence, par la pratiquer, à son propre égard. Puis, à celui, de ses comportements et, aussi, à l’égard, d’autrui. Il convient, régulièrement, autant, que de besoin, de se ressourcer, pour se vider, de ses soucis, stress, anxiétés, déconvenues. Se recharger, positivement, en apaisement, espérance, sérénité et, bonnes résolutions. Cela, peut prendre, toutes sortes, de formes. À chaque jeune, de trouver, le lieu, la pratique, de détente, de don et, d’accomplissement, de soi, qui lui convient, le mieux, lui est, le plus bénéfique. Travailler, ses talents, aptitudes, passions, hobbies et, vocations, compte, aussi. L’essentiel, est d’aimer cela, sans retenue, d’y prendre intérêt, avantage et, plaisir androJuvéniles. Pour se transcender406.

 

Cela, permet, de se réaliser, s’aimer. En la vie, il s’agit, pour le jeune masculin, en coaching de vie, d’être actif, non, passif, « la cause est entendue ». Or, pas actif, n’importe comment et, de mauvaise façon : proactif, non simplement, « réactif ». Le premier, est responsable, de lui-même, de ses actes, agit. Le second, se défaussera, sur autrui, subira. Chacun, est acteur, de sa vie, non, spectateur. Le réactif est régi, par ses pulsions. Il ne fonctionne, qu’en vertu, des événements extérieurs et, d’autrui. En infantilismes, éruptivités, excès. Le proactif est mu, par sa raison, des valeurs et, agit, selon, lui-même, sa conscience, en sagesse, recul, pondération. Chez le junior proactif, la réflexion précède l’action. Ni, le réactif ni, le proactif, n’ont pouvoir, sur tout ! Or, le proactif a conscience, que l’essentiel, est l’appréhension mentale, des choses, plus, que les choses, elles-mêmes. Qu’il est, en son pouvoir, d’influer, positivement, sur sa vision, des êtres, événements, situations, objets, réalités humaines. En contrôle, de soi. Le réactif prétend, avoir la possibilité, de « changer, le monde ». Cela, étant loin, d’être, toujours, possible, il en éprouvera, force rage, frustrations, pertes, de maîtrise, de soi. En illusoire et, « infantile loi adojuvénile, de toute puissance ».

 

Ce qui peut mener, le garçon  junior, en coaching de vie, aux pires violences, s’il n’obtient, immédiatement, exactement, ce qu’il désire, quand, où et, comme, il le veut. Le simple réactif est irresponsable, fataliste, impuissant, passif. Il fait dépendre, son bonheur, sa réussite, toute sa condition, d’éléments extérieurs, à lui-même. Le proactif est responsable, volontaire, conquérant, actif, efficace. Il fait reposer, toute sa fortune, sur lui-même, ses atouts, son courage, ses combats. Le réactif se met toujours, dans la position, d’une victime paranoïaque, qui subit. Il est susceptible, se plaint, de tout et, tous, voire, de lui-même, aussi. Il enrage et, ne bougera, que sous la seule, contrainte. Quand, le proactif juvénile, sait, qu’il est comptable, de l’essentiel, que nul, ne lui doit rien, qu’il ne doit rien, aux autres ou, raisonnablement. Qu’il a, plus généralement, des devoirs, non, seulement, des droits. Le jeune est, souvent, son pire ennemi, lui-même, son moins bon ami. Les combats, les plus centraux, significatifs, sont ceux, qu’il mène, pour lui et, contre, ses propres travers, non, contre, autrui. Il en va, de même, de ses victoires. Le réactif attend, « la manne providentielle », le proactif « endure, stoïquement, mille morts »407.

 

L’adojunior, en coaching de vie, se bat, en « vendant chèrement, sa peau », pour réussir. Il surmonte, les aléas, revers, réalise, ses desseins, par efforts et, actions adéquats. Il ne tient compte, que de ses marges de manœuvre, possibles et, accepte, ce qui ne peut être modifié. S’il « ne peut avoir, ce qu’il aime, il aime, ce qu’il a », sans résignation, en continuant, à se battre, pour avancer. Ignorant, tout ce qui est, hors, de ses contrôle, volonté, action et, se focalisant, sur ce qui est, en son pouvoir. Pour agir, changer, les choses, positivement. Cela, rend plus heureux, serein, prospère, en tout et, pour tout. Tout l’art juvénile, de la vie, consiste, à muer, ses déconfitures et, déroutes, en autant, d’occasions, d’éclatantes réussites. N’oublions pas, qu’en chinois, le mot crise signifie, autant, difficultés dommageables, que possibilités favorables, de « remise, en selle ». Tirer, tous les enseignements utiles, de ses déboires, est bien plus important, instructif, utile, significatif, que les déconvenues, elles-mêmes. Ce qui compte, toujours, surtout, n’est jamais, ce qui échappe, au jeune homme, ou, ce qui a été perdu, mais, ce dont, il a bénéficié et, ce qui reste. Les acquis, profits, bénéfices bénéfiques, comptent plus, que les manques, pertes et, déficits dommageables.

 

Tout dépend, de la façon, dont, le junior, en coaching de vie, voit les choses, de l’angle d’observation, choisi. Nous le savons, « voir, le verre, à moitié vide », rend malheureux, « à moitié plein », bien plus serein. Le bonheur et, le marasme relèvent, essentiellement, de la volonté, du choix, d’appréhension. S’accommoder, même, du pire, peut aboutir, au… meilleur ! Se laisser anéantir, par le pire, ne conduit, qu’au… pire ! Même, les « pires épreuves, sévices », peuvent être surmontés, par le renforcement mental, de la « résilience » androJuvénile. C’est-à-dire, l’inversion, du pire malheur, par la volonté, de « rédemption », coûte que coûte. Son progrès, son destin et, sa réussite, sont entre ses mains, tout autant, que ses enlisements, marasmes et, malédictions. Il appartient, à chacun, de vaincre, ses propres démons, comme, de doper, d’optimiser, ses potentiels. Il n’y a nulles, fatalités. La spirale, de l’échec, peut, toujours, être arrêtée, net. Quels, que soient, les obstacles, handicaps, issus, du passé, du jeune ou, de son milieu, d’origine. Chacun, se doit, d’être, son propre modèle, de vie. Le proactif est intégralement, comptable, de lui-même, de l’ensemble, de ses comportements, quels, qu’ils soient. Les assumant, en « responsable »408.

 

Le junior masculin, en coaching de vie, entretient, toujours, quoi, qu’il arrive, un mental combatif. Ce qui ne signifie pas, pour autant, agressif, vindicatif, belliqueux. Plutôt, ardent, volontaire, incisif. Il décide, choisit, planifie et, agit. Il ignore, les problèmes, difficultés et, ne voit, que les solutions afférentes, idoines. En effort, persévérance, ténacité. Le réactif est défaitiste, attentiste, suiviste, il subit, n’entrevoit, que les blocages. Dans la facilité, le confort, le découragement. Il s’agit, de provoquer, avec succès, toutes choses, pour réussir, ce que le jeune veut, non, d’attendre, en vain, en échec, qu’elles se produisent. « Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien, venir » ? « Je ne vois rien, que le soleil, qui poudroie et, l’herbe, qui verdoie ».

(C. Perrault, écrivain français, 1628-1703, La Barbe bleue, Contes de ma mère l’Oye, contes, France, 1697)409.

 

Telle, l’Arlésienne, que l’on évoque aussi, sans cesse, sans, pour autant, au grand jamais, la voir, apparaître » ! (A. Daudet, écrivain français, 1840-1897, L’Arlésienne / Lettres de mon moulin, recueil, de nouvelles, France, 1869)410. Le volontarisme actif et, le tempérament résolu et, déterminé, du jeune homme, en coaching de vie, sont la clé, du succès et, de la plénitude. Inventivité, créativité, courage, abnégation, ingéniosité, les corollaires. Le secret, de la sérénité, est, dans la maîtrise, de soi, en toute circonstance. Ce qui permet, d’éviter, les pires dérapages, incontrôlés, de se comporter, de façon, sage, appropriée et, opportune. En ataraxie et, équanimité adojuvéniles.

 

Pour cela, la lucidité, la perception, de soi, d’autrui, une morale exigeante et, l’intelligence imaginative ou, une force mentale autonome, en sont les clés, fondamentales. Ce qui implique, saine distanciation, sage discernement et, relativisation clairvoyante. Conscience axiologique et, « déontologie » élevées. Inventivités, ouvertures, d’esprit. Liberté farouche, du jeune, en coaching de vie, sans faille, autodétermination et, souveraineté, à opter, décider et, agir, en « toute conscience ». En un mot, comme, en cent, l’essentiel, de toute vie, est de toujours, savoir faire, les bons choix, prendre, les meilleures décisions, possibles. Pour, le plus optimal résultat, loisible ! Pour soi, en son intérêt propre, comme, en faveur, d’autrui. Selon, la loi, du déterminisme, du garçon  junior : un rapport constant, de cause, à effet. Ce qui incite, à infléchir, soi-même, son propre destin ou, à le subir. La nature a horreur, du vide. Si le jeune n’agit pas, lui-même, de façon, endogène, en son intérêt, d’autres ou, des éléments exogènes, extérieurs, à lui-même, le feront, à sa place. À son désavantage. Aussi, sûrement, que, « qui va, à la chasse, perd, sa place ». (Proverbe français).

 

Puisque, hors, de ses choix, sa volonté, ses intérêts. L’adage, ne dit-il pas, que : « L’on n’est jamais, si bien servi, que par, soi-même » ? (France). Tout junior, en coaching de vie, est responsable, de sa destinée, de ses succès et, échecs. Il s’agit, aussi, de fixer, un cap pertinent, précis, sûr, à son existence. Ce qui signifie, un projet, de vie, des valeurs, des desseins existentiels. Il s’agit, de connaître, ses priorités et, urgences et, de s’y tenir, en agissant, pour bien, les réaliser. Concrétiser, ses souhaits, désirs, idéaux, ambitions et, préférences, implique, donc, de choisir, pour cela, une destination. De s’y diriger, « dare-dare », sans relâche ni, découragement ou, abandon, jusqu’à, arrivée finale. Sain et sauf ou, égratigné, sans encombre ou, dans la tempête, l’essentiel, est de parvenir. Au jeune homme, de se procurer, boussole, cartes, gouvernail, voile, sextant, compas, godille, accastillage, gréement, pour manœuvrer, au mieux. Le mieux est, alors, de planifier, à moyen et, long termes, pour naviguer, au long cours et, grand large. Le pire, de caboter, le long, des rivages, au jour le jour, à la petite semaine juvénile, court terme. Le courant se doit, d’être fort dominé, car, « se laisser dériver, au fil de l’eau », s’avère, toujours, des plus délétères et, toxiques.

 

Tout, ce que, le jeune, en coaching de vie, détermine, l’engage, parfois, à vie, alors, qu’il prenne garde, à bien décider, aujourd’hui, pour demain. D’autant plus, qu’il se situe, en juvénilité, phase, d’envol, comme, de prédisposition, pour le restant, de l’existence. Le choix, des fréquentations, est crucial, il s’agit, donc, de ne pas se tromper et, de toujours, miser, sur les « bons chameaux ». « Dis-moi, qui tu fréquentes, je te dirai, qui tu es » ! (Proverbe français). Les bonnes relations, donneront, de bonnes influences et, les mauvaises, de… mauvaises ! Alors, prudence et, discernement ! Il en va, de la sexualité, de l’amour, comme, de l’amitié, du junior.

 

Attention, à bien savoir, où, l’on « met, les pieds », pour ne pas aller, de déconvenues, en pires désastres ! D’un point de vue, tant, psychoaffectif, comme, de santé physique. Le sexe, pour le sexe, ne mène, à rien, de positif, en soi. Pas plus, que l’amour, mal partagé et, à mauvais escient ou, inauthentique. Gare, aux mauvais choix, en la matière ! Également, pour l’avenir, l’option, des études, la façon, sérieuse, assidue, continue, de les mener, influent, grandement, sur toute réussite. D’où, l’importance, de bien, s’orienter, travailler. Décidant, par soi-même, pour soi, en souveraineté, de son propre destin andro-adoJuvénile411.

 

Si le junior masculin, en coaching de vie, « suit la masse », au lieu, de se prédéterminer, lui-même, il risque, la facilité, la médiocrité, puis, l’échec, plutôt, que l’exigence, l’excellence ou, la réussite. Pour s’impartir, la bonne direction, de vie, savoir, comment, s’y diriger, il convient, au préalable, d’élaborer, son propre code, de principes, de comportement. Lequel, résume, la ligne, de conduite, à tenir, sa vie, durant. Ce qui permet, de définir, ses priorités, sa morale, de vie. Ce qui est, la meilleure aide, aux choix, à l’action, possible. En un monde, de plus en plus, instable et, changeant, ce, de plus en plus, rapidement, un « roc sûr », de solidité, s’impose, donc. Un « code, de bonne conduite », est, par excellence, cette balise existentielle. Qui guide, éclaire, chaque jeune, le préserve, du pire, l’aide, à parvenir, au meilleur. En évitant, pièges, chausse-trapes et, autres perfides traquenards, de toute vie. À un âge, lui-même, si incertain. Il est important, aussi, de connaître et, capitaliser, ses dons, talents, vocations et, savoir-faire et, être. Dans le domaine humain, bien, au-delà, des seules, compétences techniques. Que l’adojunior, se garde bien, des vils préjugés réducteurs, dépréciateurs, menant, au pire, à l’égard, des autres et, de lui-même.

 

Nul jeune garçon, en coaching de vie, ne peut être enfermé, en une seule case, en dérisoire catégorisation, typologie. Car, il y a, autant, de genres, d’humains, sur cette Terre, que d’humains, chaque personne, étant unique. Vouloir, se conformer, à son image publique, est, des plus toxiques, car, cela, implique, non, être soi, mais, un clone factice. Forgé, de toutes pièces, par autrui, pas même, par soi. Que le junior, n’oublie pas, ce sage précepte, de Pindare, (Poète grec, 518-438 av. J.-C.) : « Deviens, qui tu es, quand, tu l’auras appris » ! Qu’il fuie, le défaitisme, le catastrophisme, la dramatisation, le pessimisme. Le manque, de foi, en soi, ses capacités, la culpabilité et, la honte, abusives.

 

« Errare humanum est, perseverare, diabolicum ». Tout le monde, se trompe, s’est trompé et, se trompera. L’essentiel, est, de se corriger, d’en tirer, les leçons, sans récidiver, à l’excès ni, à l’envi. Cet antique adage, gréco-romain, sera repris, en une re/formulation proche, par saint Augustin. (Théologien chrétien, Afrique du Nord romaine, 354-430). En ses Sermons. (Œuvre religieuse, Empire romain, 410/412). Attention, à ne pas se tromper, d’objectif majeur, de priorité412. Sachant, aller, à l’essentiel, sans confondre, réussite matérielle, dans la vie et, réussite morale, de sa vie. La première dimension juvénile, est légitime, honorable, quand, la seconde, est capitale.

 

Il ne suffit pas, de cheminer, encore, faut-il, se diriger, vers, la « bonne destination ». Donc, se poser, les bonnes questions, comme, il convient, les plus essentielles, au préalable. Selon, ce que dicte, la conscience, du jeune homme, en coaching de vie, au plus profond. Pour réaliser, sa « mission terrestre », il convient, d’en fixer, les buts, le dessein existentiel, essentiel. Pour cela, il s’agit, d’établir, les sacrifices, à consentir, à cet effet, pour se donner, les vrais, bons moyens, de « parvenir, au sommet », ambitionné. Ensuite, les avantages, les profits, fort escomptés. Puis, s’impose, la question, de savoir, si le junior, est disposé, ou, non, à consentir, l’effort impliqué. Condition, sine qua non, en cas, d’accord, pour être, en mesure, de relever, le défi, réussir, à le concrétiser, sur la durée. L’objectif, trop élevé, décourage, trop peu, ambitieux, il démobilise. Il s’agit, qu’il soit exigeant, mais, accessible, pour pouvoir, lucidement, raisonnablement, le réaliser. Avec, le maximum, de chances, de succès. En efforts, ténacité. Pour, que l’objectif juvénile, ne reste pas, à l’état, de simple ébauche stérile, incantation gratuite, vaine ou, de vœu pieux, il sera, ainsi, que ses modalités, implication, écrit, « encre sur papier ». Autrement dit, noir sur blanc.

 

Les belles paroles, les résolutions orales, du jeune masculin, en coaching de vie, s’envolent, au vent, des illusions perdues. Seuls, les écrits restent, ont, force, de droit, loi. Partout ou, presque, à l’ère contemporaine, le droit écrit, l’a emporté, sur le droit oral ou, coutumier. Napoléon Ier, (Homme d’État, France, 1769-1821), affirmait : « Un bon croquis, vaut mieux, qu’un long discours » ! L’écriture est symbole, de précision, comme, de résolution, d’impératif, de durée, de ce qui s’impose, peu à peu, à soi, finit, par se réaliser, en prophétie autoréalisatrice. Au lieu, de ratiociner, tergiverser, barguigner, fonçons, droit, au but ! Sans nuls, états d’âme, du junior.

 

Les Écritures exhortent : « […]. Que votre oui, soit oui, que votre non, soit non, afin, que vous ne tombiez pas, sous le jugement ». (Jacques, apôtre, Moyen-Orient, Ier s., V-12, Nouveau Testament, La Bible, Moyen-Orient, Ier s.). Quelle, que soit, la décision, il s’agit, de l’appliquer, bouger, d’oser. Non pas, de s’abstenir. En audace, hardiesse, aplomb, sans peur, doute ni, hésitation. Choisir, décider, aide, à agir, pour exécuter, l’intention ferme, résolue. Le but existentiel n’est pas, de tenter, mais, d’agir, parfois, de s’abstenir. Contrairement, à la pensée, de P. de Coubertin, (Historien français, 1863-1937), l’essentiel, du jeune garçon, en coaching de vie, n’est pas, seulement, de participer. Plutôt, de vaincre, d’atteindre, les objectifs, impartis, à soi, par, soi-même413 !

 

Participer, sans, se dépasser, s’accomplir, équivaut, à se laisser vivre, donc, sous-vivre, en misérable, indigne déchéance. Pour fixer, son dessein adojuvénile, il est bon, de profiter, des temps, les plus porteurs, fastes, pour soi. Ce sont, souvent, les moments, de débuts ou, fins, de cycles. Tout démarrage ou, accomplissement, tout événement, heureux ou, malheureux, est occasion, de renaissance, régénération, « transcendance », mutation. À condition, de tenir, tous ses engagements, promesses, résolutions, sur le long terme, une fois, la pleine période, de flux ascendant, passée. S’assurer, les concours, soutiens, conseils, encouragements, de personnes, de confiance, proches, est un grand atout, du jeune homme, en coaching de vie. Pour, bien mieux, progresser. Bénéficiant, des forces, d’autrui, non, des seules, siennes. Le slogan, d’une grande banque, (Société Générale, France, années 1990), n’affirmait-il pas : « Conjuguons, nos talents » ? (Covey, 1999)414.

 

__________________________________

C’est, dès, leur jeunesse, que les juniors masculins, en coaching de vie, se doivent, de s’accomplir, sur-le-champ. Sans plus, attendre, d’être devenus, adultes, à part entière. Comme, les aînés veulent, trop souvent, le leur faire croire, pour « avoir la paix » et, conserver, ainsi, toutes prééminences, tous pouvoirs, avantages. Tout autant, en leur pays, même, non, en de potentiels, « paradis lointains ». Tel est, leur droit, le plus légitime. De fait, notre nouvelle génération est, d’abord, « hic et, nunc, ici et, maintenant » ! Raison même, pour laquelle, le coaching d’Andro-AdoJeunologie®, veut lui « ouvrir, les horizons, les plus insoupçonnés ». Paris, août 1944, de jeunes résistants, de vingt ans, du réseau, Archimède, se battent, pour la libération, de la capitale, un avenir « meilleur ». Mai 1968, ils sont devenus, adultes et parents. Leurs rejetons, de vingt ans, l’âge, de leurs anciens combats, « battent le pavé » et, érigent des barricades. En « libertaires luttes ».

 

Le rouge, de la Révolution d’Octobre, (Russie, 1917), le noir, de l’Anarchie, ont remplacé, les couleurs tricolores, de la Libération. Les jeunes, de 1968, font leur « révolution ». Tandis, que ceux, de 1944, reprennent, du service. Assurant, la logistique, de négociations secrètes, entre Américains et, Nord-Vietnamiens, pour clore, la guerre, de l’ex-Indochine. Ce roman, Archimède 1968, illustre, l’immanence, de la jeunesse. Toujours, partout, en pointe, de l’essentiel, pour défendre, ses fortes valeurs : liberté, générosité et, humanisme. (R. Kauffer, écrivain français contemporain, Archimède 1968, œuvre littéraire, France, 2012)415. Ainsi, en mai 2018, un jeune homme, de vingt-deux ans, sauve, d’une mort certaine, un enfant, de quatre ans, suspendu, dans le vide, au quatrième étage. Au péril, de sa propre vie, il n’hésite pas, à escalader, à mains nues, la façade, d’un immeuble parisien. Par son geste héroïque, il fait honneur, à toute sa génération !

 

__________________________________

 

 

Attiser, par l’Andro-AdoJeunologie®, rayonnement, altruisme, ouverture

 

Volonté, effort, ténacité, persévérance, force mentale, foi, en soi, détermination et, croyance positive… Autant, de qualités, qui font, que tout, ce que le garçon adojeune, en coaching de vie, décide, ce, à quoi, il adhère, mentalement, finit, par se concrétiser, en la réalité, la plus tangible. Ainsi, des pires handicaps et, faiblesses ou, échecs, il pourra faire, des atouts, points forts, réussites éclatantes. Par le conditionnement physique, mental, spirituel, adéquat, résolu et, continu. L’essentiel adoJuvénile, est de faire, de sa vie, un « pur chef-d’œuvre existentiel », pour, le terme venu, ne rien, regretter.

 

Être fier, de son existence, de son bilan, « laisser, une belle trace, en l’Histoire ». Recommencer, exactement, à l’identique, si c’était, à refaire. Le temps passe, très vite. Perdu, il ne se rattrape, jamais. D’où, l’importance, de vivre, en grand et, fort, vite et, bien, à chaque instant. Comme si, chaque jour, était, le dernier. Car, le dernier jour, finit, toujours, par arriver. Toujours, bien plus rapidement, qu’on l’aurait cru. Certaines réalités, dépassent, sa « pauvre vie », mais, que le junior, sache, se grandir, lui-même, transcender, sa simple nature, condition, essence humaines.

 

Pour se hisser, « aux plus hauts pavois » androJuvéniles, au-delà, de lui-même, de ses rêves, les plus fous. La gestion rationnelle, optimale, rigoureuse, de son temps, permet, de mieux vivre. En faisant, le plus, le mieux, possible, de choses, chaque journée. Il s’agit, de hiérarchiser, ses activités, en fonction, de leur degré, d’implication croissante : secondaire, important, prioritaire, capital. Aujourd’hui, jouer, au jeu vidéo, est secondaire, pour la réussite fondamentale, de la journée. Se laver, est important, pour l’hygiène corporelle, donc, la santé, du junior, en coaching de vie. Finir, un devoir scolaire, exigible, demain, est prioritaire, pour la réussite, de ses études. Répondre, à une convocation officielle, fixée, cet après-midi, qui détermine, son avenir, est capital, pour lui. De façon, objective. Or, subjectivement, la hiérarchie, de valeur et, de prééminence, temporelle, d’activité, peut être différente. Jouer, pourra lui sembler, capital, pour son épanouissement, combler, ses envies et, désirs. Se laver, pourra être prioritaire, si cela, n’a pas été fait, depuis, trop longtemps, à ses yeux. Si la décence, la pression sociale, poussent, en cela, le jeune416.

 

Si l’adojunior masculin, en coaching de vie, commence, à sentir mauvais, à être incommodé, mal à l’aise, gêné. S’il a, un rendez-vous galant. Sa convocation d’orientation sera, pour lui, tout juste, importante, guère, plus. S’il a décidé, en lui-même, que, quelle qu’en soit, l’issue, il a aussi, malgré tout, d’autres alternatives, possibles. Faire, ses devoirs, pourra lui être, secondaire, s’il a, des priorités, bien plus grandes. Comme, aller assister, à une finale sportive, qui le passionne et, qu’il ne voudrait rater, pour rien, au monde. Il semble, logique, bénéfique, que l’ordre, de primauté, préséance, décroissant, commence, par le capital.

 

Puis, le prioritaire, puis, l’important, enfin, le secondaire ou, superflu. Or, pour autant, que le jeune, prenne garde, à ne pas se laisser, trop submerger, par les urgences, réelles ou, fausses, présumées ou, avérées. Aux dépens, de tout, ce qui est important. Souvent, ce qui paraît urgent, n’est pas important et, ce qui est important, est plus urgent, en réalité, que ce qui est pensé. Que le junior, soit clairvoyant, pour bien hiérarchiser, les réalités, des court, moyen, long termes. Évitant, la procrastination contre-productive, qui consiste, à remettre, aux « calendes grecques » juvéniles, ce qui pourrait, pourtant, fort bien, être accompli, sur-le-champ. À ne pas faire, de suite, ce qu’il serait, trop mauvais, de différer.

 

Car, ce qui est reporté, a toutes chances, de ne jamais, voir le jour ou, trop tardivement, trop tard ou, mal. Dans le stress, la peur, la précipitation, la fatigue, la sous-productivité, l’échec. La procrastination mêle, en désordre, urgence, importance. Il y a, les jeunes garçons, en coaching de vie, qui croient, que tout, est urgent, or, pas important, alors, qu’il n’en est rien. Souvent, cela, ira prendre, la forme, d’une compulsion excessive, à plaire, aux autres, à les contenter, coûte que coûte. Devient urgent, ce que demandent, les autres. À trop vouloir, contenter, tout le monde, tout et, toujours, accepter et, rien refuser, le temps quotidien « se rétrécit », à toute allure. Il n’y a plus, aucun moment, pour soi et, l’essentiel. Il faut savoir, dire non, aux autres, pour bien, se recentrer, sur le fondamental : les propres besoins et, priorités, du junior ! Avant, ceux, des autres ! Ce qui aboutit, à un manque, de rigueur, respect, de soi. Certains, dilapident, abusent, de leur temps. Pour eux, rien, n’est urgent ni, important. Ils « tuent, le temps », à ne rien faire, du tout. Ou, des choses futiles, inutiles, sans intérêt, contre-productives. Qui méritent, l’évitement juvénile417.

 

En irresponsabilités, infantilisme, culpabilité honteuse, inefficacité, indignité, de confiance. L’idéal, est de savoir, avant tout, bien déterminer, ce qui est, surtout, prioritaire. En ce cas, de figure, parfait, le jeune homme, en coaching de vie, sait privilégier, ce qui est important, non pas, les urgences. De fait, il s’organise toujours, si bien, qu’il arrive, parfaitement, à faire, l’essentiel, de ce qui est important. Au fur et, à mesure, dans les temps impartis et, de façon, optimale, la meilleure. Ce qui fait, que les vraies urgences, sont rares. Le secret, de la réussite juvénile : s’organiser largement, à l’avance, prévoir, anticiper, gérer, planifier, ordonnancer. Avec, un agenda, tenu, avec rigueur, méthode, efficacité, de façon, optimisée, rationnelle. Ne laissant, aucune place, au hasard, à l’improvisation ni, au laisser-aller. Le structurel est toujours, privilégié, au détriment, du simple conjoncturel, de façon, bénéfique, idoine, pertinente, avisée. Le junior ne se met, ici, jamais, à la merci, des événements ni, d’autrui, mais, les domine, à son avantage. Sans, pour autant, nuire ni, abuser, des autres ou, des situations. Le temps est gagné, non, perdu ou, gaspillé, car, le secondaire est réduit, à sa plus simple expression. Ce qui est « capital », est respecté et respectable.

 

Sans, pour autant, vivre, monacalement, car, le plaisir, du jeune, en coaching de vie, n’est pas oublié. Or, limité, au strict nécessaire, aux besoins, désirs, maîtrisés et, raisonnables. Sans oublier, de prendre soin, de soi, sa santé, son épanouissement. Les fréquentations sont choisies, à l’essentiel, le plus bénéfique. L’adage français médiéval : « Mieux vaut prévenir, que guérir » est appliqué, en tout et, pour tout. Alors, contrôle, de soi, de sa vie, plénitude, équilibre, réussite, productivité optimale, sont, au rendez-vous. Il s’agit donc, pour tout jeune, de ne pas procrastiner. Rejeter, sans pitié, ce qui est secondaire. Savoir, refuser, les requêtes abusives, chronophages, d’autrui. Toujours, privilégier, ce qui est important, prioritaire, voire, capital, ce qui limite, d’autant, les urgences, à traiter, en précipitation, catastrophe. Évitant, les futilités, passe-temps stériles et, médiocres, les paresses et, les « facilités, sans issues ». Alors, il est vital de, fort solidement et, strictement, tenir, un agenda rigoureux, à respecter, scrupuleusement. De bien, s’organiser, à l’échelle, surtout, de chaque semaine, tout entière, puis, en deçà, de chaque jour. Par ordre, de priorités, d’importances, décroissantes, pour « ne pas se tromper, d’objectifs et, d’acuité » androJuvéniles418.

 

Domaine, par domaine, d’activité, du jeune masculin, en coaching de vie, selon, les genres, concernés. Il commencera, par « les pierres, puis, les cailloux, ensuite, les gravillons, le sable ». Comme, cela, tout tiendra, de façon, quotidienne et, hebdomadaire. Rigueur, ne signifie pas, rigidité. En souplesse, il pourra, réadapter, son agenda, au fur et, à mesure, du temps, qui passe, des réalités, contretemps. Pour tenir compte, des impératifs, imprévus, tout en se tenant, malgré tout, à l’essentiel, quoi, qu’il arrive. Le temps perdu, ne se rattrape pas, alors, « en avant, marche, haut, les cœurs, à l’ouvrage » ! Il s’agit, de bien structurer, son temps, de junior, sans crainte, de s’abstraire, de toutes pressions extérieures. Un seul, mot d’ordre : s’en tenir, à son agenda, ses idéaux, ses idées, choix, décisions, son programme. Il est nécessaire, de ne jamais, se contenter, de sa sphère, de quiétude, facilité, mais, d’oser, affronter, celle, de risque, d’audace. La première, est celle, de ce qui est agréable, chaleureux, rassurant, habituel, affectif, sûr. La seconde, est celle, de la nouveauté, de ce qui inquiète, met, en péril, exige, de l’effort. Ce qui est incertain, remet, en cause, celle, des mutations, insuccès potentiels. Hors « zone, de confort » juvénile.

 

Cela, implique, aussi, la possibilité, du garçon  junior, en coaching de vie, de se dépasser, progresser, optimalement. Ce qui est impossible, en zones, de routine. Il ne progresse jamais, en restant, « confiné », en son étroit périmètre, de sécurité. Tous les « grands hommes, bienfaiteurs, de l’humanité », ont pu l’être, parce qu’ils ont affronté, les aléas, de l’inconnu. Pour progresser, faire avancer, leurs contemporains et, au-delà. La peur est la « pire, des conseillères ». La surmonter, permet, les grandes et, belles aventures et, conquêtes. Y sombrer, n’autorise, que le pire. L’essentiel, est d’oser, s’affronter, soi-même, en agissant, peur ou, pas peur. L’échec juvénile n’est pas mortel, ne pas tenter, si ! La meilleure façon, de réussir, est de commencer, tout d’abord, par échouer. Comme, tant, de grands exemples historiques, le démontrent. L’échec mène, à la réussite, le succès, peut conduire, à l’infortune. L’essentiel, est de se battre, en efforts, persévérances, sans, se décourager. C’est, en revers, marasmes, qu’il s’agit, d’être plus fort, résistant, encore, que d’habitude. De la même façon, que les vrais amis, se distinguent, quand, l’adojeune, est en difficulté, non, quand, il se trouve, à son zénith. Quand, il n’est plus « attractif, or, répulsif »419.

 

Sans oublier, que dire non, quand, tous, veulent, attendent, du junior, en coaching de vie, un oui, est nécessaire et, même, indispensable. Pour grandir, devenir adulte, en s’affirmant. Sans verser, en l’excès inverse, du suivisme : le négativisme, le nihilisme, l’opposition, l’obstruction, systématiques. Ce qui est, l’autre versant, de l’infantilisme, avec, le « suivisme ». Tel, l’enfant, de trois ans, qui « s’oppose, pour se poser », ayant bien éprouvé, le pouvoir, de son refus, face, à l’entourage, notamment, maternel. Si la pression, des proches, est trop forte, abusive, il convient, de les quitter. S’ils ne veulent pas, entendre raison, si ces pressions, sont négatives, nocives, pour le junior. Sauf, si cela, est impossible, comme, les parents, quand, l’on est, un mineur, dépendant, d’eux, encore, en études. « Il vaut mieux, être seul, que mal accompagné ». (Proverbe français, XVe s.). L’estime et, l’acceptation, de soi, la confiance et, l’affirmation, de soi, sont capitales, pour tout jeune homme. Elles jouent, ici, un rôle, d’autant plus, important et, décisif encore, pour oser, affronter, autrui et, lui dire non. Surtout, à un âge juvénile, où, le groupe, des pairs, tient, un fort grand rôle, écrasant, d’intégration et, de miroir. En lequel, l’adojunior doute, le plus, de lui, a besoin, d’être, le mieux, reconnu, par autrui.

 

Congénères, du jeune, en coaching de vie, tout particulièrement. La plus rigoureuse, stricte, autodiscipline, de vie, s’impose, pour réussir, s’épanouir. Cela, est rendu, possible, quand, l’obsession, entretenue, est de réaliser, ses objectifs, non, de fuir, ce qui déplaît, inquiète. Courir, sans cesse, après, ce qui donne, envie, fait plaisir ou, rassure. Le secret ? Croyance positive, foi, en soi, volonté, motivation, action, succès. Ce qui est, plus fort et, efficace, que le désir ou, l’envie. Nécessité, fait donc, loi ! La juste fin, justifie, les moyens idoines, légitimes. La « loi suprême », d’un bon relationnel, avec autrui, est de se sentir, au préalable, bien, avec, soi-même. Ce qui implique, réconciliation, du junior, avec soi, acceptation, estime, foi et, confiance, en soi, affirmation, de soi-même. Assurance, paix, sérénité intérieures, force mentale et, pensée positive, cerveau alerte, productif. La réussite, de toutes relations harmonieuses, à autrui, passe, d’abord, tout prioritairement, par soi-même, un lien pacifié, avec soi. Comment, bien se centrer, sur l’autre, lui apporter, positivement, si l’on est centré, sur ses difficultés intérieures, propres ? Il s’agit, de régler, drastiquement, au préalable, ses blocages androJuvéniles, rédhibitoires. Résolument420.

 

Pour, ensuite, seulement, pouvoir, prétendre, être apprécié, d’autrui, être, en phase, avec lui. Le jeune masculin, en coaching de vie, est, avec les autres, ce qu’il est, tout d’abord, avec, lui-même. Ensuite, ce stade atteint, il devient possible, de nouer, d’entretenir, de réussir, de fort belles relations, réciproques, avec ses semblables humains. En donnant, bien et beaucoup, il reçoit, généralement, alors, autant et, plus, encore, par la loi, de réciprocité, de mutualité humaine, bilatérale ou, multipolaire. De façon, gratuite, désintéressée, car, le lien, de valeur, se suffit, à lui-même. En loyauté, fidélité, don, de soi, générosité, tolérance et, ouverture, du junior. En respectant, ses engagements et, promesses. En droiture morale, respect, de la parole donnée, confiance mutuelle, qui engage. Les petites intentions délicates, à l’égard, des autres, comptent, beaucoup. Faisant, à autrui, ce que le jeune, aimerait, qu’il lui fasse ! De façon, gratuite, désintéressée. Sans esprit ni, espoir, de retour. Sachant, qu’en offrant, à autrui, ces derniers, lui rendront, généralement, la pareille. Même si, ce n’est pas, le cas, le simple fait, d’être bon, suffit, à le gratifier, être heureux, par le fait même, de l’altruisme juvénile. Lequel, n’est pas, un « vain mot », se révèle, au quotidien.

 

Or, car cela, contribue, au bonheur, d’autrui ! La déloyauté nuit, aux autres, surtout, avilit, soi-même, quand, le jeune, en coaching de vie, maltraite, trahit, médit, d’eux. Quand, la probité, le dévouement, la noblesse, la dignité, élèvent l’âme, honorent, les heureux bénéficiaires et, tout autant, les généreux auteurs. Médisances, rumeurs, malveillances, sont redoutables fléaux, destructeurs, dont, il convient, de s’abstenir, tant, ils sont indignes. Si le garçon  junior, a à dire, du bien, qu’il le dise. S’il est tenté, de dire, du mal, qu’il se taise ou, soit neutre ! Il n’est pas question, non plus, de louanger, s’il pense, le contraire, en toute hypocrisie, car, cela, serait, mensonges, duperies. Qu’il soit vrai, en l’hommage, comme, en la neutralité ou, le silence. Tout secret, doit être gardé. L’on ne colporte, nul, ragot malveillant. Il vaut mieux, admirer, louer, que maudire, autrui. L’on ne saurait, détruire, la réputation, d’un absent, mais, le défendre ou, se taire. L’écoute, d’autrui, est très importante, en empathie, compassion, congruence. Cela, réconforte, l’écouté-e et, fait aussi, « grand bien », à qui sait, ouïr, par l’attention, le don, accordés, à l’interlocuteur. En un monde, où, nul, n’écoute plus, que lui-même, en juvénile « Babel », égocentrée, inaudible421.

 

Pardonner, à l’autre, « demander, pardon », libère, le jeune homme, en coaching de vie, auteur, de l’absolution, comme, le receveur. Quand, le ressentiment, étouffe, détruit, celui, celle, qui en veut, à autrui, comme, la personne, qui n’est pas dédouanée. « L’homme est toujours, plus grand, que ses fautes ». Or, si le junior, ne peut pardonner, l’acte incriminé, il peut, toujours, pardonner, à la personne. D’où, la nécessité, de distinguer, chez tout humain, ce qu’il est, d’une part et, ce qu’il fait, de l’autre. Il s’agit, de ne pas confondre, les deux notions. Courage et, humilité, permettent, de demander, pardon, de pardonner. Lâcheté, orgueil, vanité, l’empêchent. La confiance réciproque exige aussi, du jeune, d’être franc, sans être brutal ou, désobligeant, vrai, authentique, clair, net, précis. Il vaut mieux, déplaire, en disant, la vérité, que complaire, en dupant, par mensonge ou, demi-vérité. Évitant, malentendus, faux-semblants, ambiguïtés, de bon ou, mauvais aloi ou, foi. Que chaque adojunior, soit explicite, non, implicite. La précision et, la clarté, valent mieux, que l’inverse. Tous, en sortent, gagnants. La seule, bonne stratégie juvénile, de vie, en l’intérêt, de tous, est celle, gagnant-gagnant. Préservant, les intérêts, de tous, sans nuire, à ceux, d’aucun.

 

Toutes les autres, sont mauvaises, pour tous : perdant-perdant, gagnant-perdant, perdant-gagnant. Cela, implique, de se convaincre, que le jeune, en coaching de vie, gagne, d’autant plus, que l’autre, aussi et, mutuellement. Que sa victoire ne vaut, que par celle, d’autrui. Qu’il est perdant, si l’autre perd, aussi et, réciproquement. S’il gagne et, pas, autrui, en réalité, il perd, aussi. Si ce dernier gagne et, pas lui, tous deux, sont perdants. Tous, doivent donc, être bénéficiaires, car, ainsi, va la loi, de l’harmonie relationnelle universelle. La planète serait en paix, si les humains se convainquaient, que l’intérêt, le bonheur, des autres, étaient, aussi et, tout autant, les leurs et, mutuellement. Le junior oublie, que les Terriens sont tous, interdépendants, en tout et, pour tout, toujours et, partout ! Il ne peut « réussir ni, être heureux », aux dépens, des autres et, inversement. Dans le schéma, gagnant-perdant, il l’emporte, certes, mais, cela, implique, de mettre, en échec, autrui. De nuire, aux relations humaines, bilatérales, comme, multilatérales. De renier, tous les principes, d’humanisme, enrichissants, pour tous. Alors, il est en tête, certes, mais, seul et, misérable. La logique, perdant-gagnant, est celle, de qui, « s’abaisse » fort, à ses dépens andro-adoJuvéniles422.

 

Se laisse dépouiller, en faible victime, passive, qui subit, tout et, son contraire, sans mot dire. Sans, se battre, dans le laisser-aller, du défaitisme, du manque, d’estime, de soi, et, d’amour propre. Le danger est que, « qui ne pipe mot, consent » ! Le jeune masculin, en coaching de vie, passe, alors, de compromis, en compromissions, de défaites, en humiliations, de mépris subi, en avanies. Lâchement, pour « avoir la paix », au prix, de son propre anéantissement, voulu, par soi, aggravé, par autrui. Voulant avoir, la paix, au prix, de la déchéance personnelle, il finit, malgré tout, par s’attirer, la guerre. De fait, à force, de refuser, toutes exigences, d’être respecté, de vouloir, contenter, tout le monde, systématiquement, s’aplatir, le junior arrive, à déplaire, à tous. À se retrouver, au ban, seul, méprisé, rejeté, démuni. À force, de toujours, de façon, pathétique et, pitoyable, céder, sur tout, à tous, sans honneur ni, fierté ni, dignité, aucuns ! En parfaite, autodestruction juvénile, sans nulles et, aucunes contreparties, véritablement, positives, pour soi. En clauses léonines : tous les avantages, pour autrui, tous les inconvénients, pour soi, encore et, toujours. Le Code civil interdit, sanctionne, ces pratiques contractuelles, si délictueuses.

 

Dommageables, en droit, pour les victimes. Il en va, tout autant, nocivement, en psychologie, du garçon  junior, en coaching de vie. Cela, se termine, en dramatiques abus, à ses dépens, en « syndrome paillasson ». Il suffit, alors, de ne plus jouer, ce jeu infernal, qui ne perdure, que tant, qu’on le veut bien. Quand, en décembre 1989, le peuple roumain, a conspué, son tyran, N. Ceausescu, (Homme d’État, Roumanie, 1918-1989), de façon, inédite, ce dernier, s’est trouvé, fort désemparé. A précipitamment, pris la fuite. Ce qui a signé, sa perte ! Que l’adojeune, résiste ! Refuse, les abus, d’autrui, sa compulsion, à plaire ! Le jeu, perdant-perdant est, tout autant, pernicieux, pervers et, malsain, car, il consiste, à empêcher, l’autre, d’avoir, des avantages, si l’on ne peut, les avoir, soi-même, à coup sûr.

 

À faire échouer, autrui, si le jeune homme, en coaching de vie, ne peut réussir. En sordide logique guerrière, de vengeance, rétorsion « revanchiste ». L’on a vu, ce que cela, a tragiquement, coûté, à la France et, l’Allemagne, entre 1870 et, 1945, soit, trois quarts, de siècle. Nul, vainqueur, or, deux vaincus. Outre, 1790-1815 et, les périodes antérieures. Au-delà, la ruine, de l’Europe, entière. À l’aune, du précepte, sujet, à caution : « Igitur, qui desiderat pacem, praeparet bellum. Qui, désire, la paix, devrait, alors, préparer, la guerre ».

(Végèce, haut fonctionnaire, auteur romain, fin IVe, déb. Ve s., De Re militari, traité militaire, Rome, fin IVe, déb. Ve s.)-423.

 

Dont, toutes ses nations, sans exception, ont pâti, d’absurdes nationalismes, chauvinismes cocardiers. Au plus grand profit, d’une seule et, lointaine puissance, extérieure, les États-Unis d’Amérique. Aux dépens, définitifs, du vieux continent, tout entier. En tragique logique : « Si ce n’est soi, alors, personne » ! Jalousies, rivalités, envies, sont les pires poisons, de telles, infâmes folies. Au prix, de l’autosabotage, de l’anéantissement, d’autrui. Seule, la stratégie, du jeune masculin, en coaching de vie : gagnant-gagnant, est positive, légitime et, bénéfique, pour tous. La victoire et, les avantages sont, alors, conçus, comme, étant, possibles, souhaitables, pour tous, en l’intérêt, de chacun, cela, sans exclusions ni, exclusives. Cela passe, de façon saine, équilibrée, par le respect, de soi-même, de ses propres intérêts et, tout autant, des autres et, des leurs. À égalité, juste et, loyale. Cette large et, généreuse vision, du junior, implique, abondance, prospérité, réussite, profit, universels. À l’opposé, donc, des conceptions précédentes, de pénuries, malthusiennes et, étriquées, limitatives, discriminatoires et, injustes. L’on passe, de la vision, de manque, de malheur, d’échec, à celle, de pléthore, plénitude, réussite. Ce qui change, la donne, du jeune !

 

De beaucoup, de richesses, pour peu, de gens, peu, de prospérité, pour, la multitude humaine, à surplus, d’avantages, pour tous. Ce qui est, bien plus juste, démocratique. Cela, est utopie économique, hélas, quand, 1 pour cent, de ces êtres humains, monopolisent, une moitié, des richesses. En laissant, l’autre moitié, des profits, aux 99 pour cent, de l’humanité. Or, cela, se révèle, fort possible, bénéfique, en psychologie andro-adoJuvénile. Vouloir, permettre et, provoquer, la victoire, de soi, comme, d’autrui, décuple, les possibilités, concrétisations, de succès, pour tous, rendent, chacun, heureux ! Or, ne dit-on pas, que : « L’union, fait la force » ? (Ésope, écrivain grec, v. 620-564 av. J.-C., Les enfants désunis du laboureur, fable, Grèce, VIe s. av. J.-C.). Agir, chacun, seul, « en son coin », n’est pas, aussi productif, que s’unir, tous, pour, le plein intérêt, commun. Le compromis, du junior, en coaching de vie, n’est pas, compromission, mais, avantages, fort équitablement, partagés. Pour considérer, les autres, en alliés potentiels, non, en toujours, possibles, ennemis virtuels, dangereux, il convient, d’avoir, une bonne estime, de soi. Confiance et, assurance, pour bien, s’affirmer. Ce qui évite, certainement, au jeune, d’être agressif, inhibé ou, manipulateur.

 

Jaloux, envieux, en rivalité, perpétuelle comparaison, à autrui. La saine compétition, est dépassement, de soi424. En émulation juvénile, pour livrer, le meilleur, de soi. La rivalité perverse, est de vouloir, à tout prix, écraser, l’autre, l’anéantir. Également, de lier, son amour propre, au succès, donc, de ne s’aimer et, s’accepter, que, dans la victoire. Au risque, de la dépression, si l’on échoue. Or, la vraie estime, de soi, sa vraie valeur, ne sont pas liées, à ce que, le jeune homme, en coaching de vie, fait ou, réussit. Or, à ce qu’il est, en tant, qu’humain et, être, porteur, d’idéaux. Il vaut, par lui-même, non, par ses résultats, aussi brillants ou, modestes, soient-ils.

 

La peur, si panique, d’échouer, du garçon  junior, en coaching de vie, la rage excessive, de vaincre, sont deux faces, d’une même toxique figure. Vouloir, constamment, se mesurer, aux autres, est stérile, empêche, de bien vivre. Le seul, combat, qui vaille, est le dépassement, de soi, non, d’autrui. De même, que les sempiternelles comparaisons, avec les autres, sont contre-productives. N’oublions pas, que : « Comparaison, n’est pas raison » ! (Proverbe français, XIIIe s.). Nous sommes tous, différents, nul, n’est semblable, donc, comparable, avec, quiconque, même, les vrais jumeaux, monozygotes, car, même, un jumeau, n’est pas, le parfait clone, de son jumeau. Ce qui fait, la « grandeur », de chaque jeune, nul, n’étant, « réductible », à aucun autre425.

 

De même, les parcours, de vie, adojuvéniles, sont tous, uniques, dissemblables. Aucune, comparaison, n’a de sens, puisque, les normes, de chacun, sont singulières, incomparables, à celles, des autres. Aucun instrument, de mesure, ne peut, donc, capter, quoi, que ce soit, de pertinent. Chacun, ne peut, alors, se comparer, qu’à lui-même, puisqu’il est, la seule mesure, de lui-même. D’autant plus, que chacun, a toujours, « mieux » ou, « moins bien », que lui, en tel ou, tel domaine, autour, de lui. Que nul, junior masculin, en coaching de vie, ne peut exceller, en tout et, pour tout ou, végéter, de façon, totale, universelle et, à vie. Une autre clé, de plénitude, avec soi et, autrui, consiste, à se mettre, à la place, des autres, en empathie, authenticité. Ce qui signifie, écouter, avant, de s’exprimer, comprendre, avant, de chercher, à être compris. Échanger, partager, donner, de soi, admirer, sans jamais, juger. Cela, est gage, de concorde, bonne communication, d’harmonie, car, tout jeune, a besoin, d’être pris, en compte. Soutenu, encouragé, aimé et, respecté, pour lui-même, en lui-même, pour ce qu’il est, en réalité, non, ce que certains, aimeraient, qu’il soit. L’écoute altruiste vraie, centrée, sur le locuteur émetteur, non, sur l’écoutant récepteur, est rare.

 

Souvent, le garçon  junior, en coaching de vie, n’écoute pas, l’autre, car, il pense, à tout autre chose, perdu, en ses propres pensées. Il n’est pas, avec lui, mais, ailleurs. Ou, il fait mine, d’écouter, se contentant, de hocher, la tête, d’émettre, onomatopées ou, borborygmes, entendus, pour « donner, le change ». La fausse écoute peut, aussi, être sélective, ne retenant, que « ce qui lui parle », éludant, tout le reste, soit, l’essentiel, de la conversation. Là encore, l’adojeune, ne s’intéresse, qu’à lui, à ce qui le concerne, motive, pas, à l’autre, à ce qu’il dit et, ce qui l’intéresse, lui-même. L’écoute superficielle est réelle, mais, très périphérique. Elle s’en tiendra, à la forme, mais, pas, au fond. L’essentiel, n’est donc, pas capté. L’on entend, bien plus, en réalité, que l’on n’écoute et, que l’on ne comprend, réellement. Au-delà, des mots, sons, émis, l’on ne perçoit pas, le cœur, les émotions, l’ « humanité », de ce qui est exprimé, de façon, non verbale, extra orale. L’écoute égocentrée est celle, qui fait, que, seuls, le sentiment, la pensée, propres, à soi, comptent, à ses yeux. L’autre, ce qu’il exprime, sont niés. L’empathie adojuvénile, n’est pas dirigée, vers, l’interlocuteur, qui s’exprime alors, mais, vers, soi-même, « pseudo-écoutant, de pure façade ».

 

L’écoute se mue, donc, en jugements, conseils, questionnements, sans cesse, opposés, par le faux écouteur, au pseudo-écouté. L’écoute, du jeune homme, en coaching de vie, est celle, qui passe, non seulement, par les oreilles, or, aussi, par le cœur, les yeux. Plus, de la moitié, de la communication, se fait, par l’expression corporelle. 40 pour cent, par les intonations, nuances, de voix et, moins, du dixième, par les seuls, mots, eux-mêmes. Pour bien écouter, entendre, comprendre, il importe, de savoir, percevoir, les silences, ce qui n’est pas exprimé, verbalement, mais, bien, « entre, les lignes ». De façon, non orale, extraverbale. Il s’agit, aussi, pour le junior, de « se mettre, à la place », de l’interlocuteur, en empathie, compassion, congruence. Pour connaître, comprendre, autrui, il convient, de percevoir, les choses, « à sa façon », à lui, non, à la sienne, propre. De faire l’effort, d’accepter, la légitimité, de sa manière, de penser ! Une discussion n’est jamais, une compétition, où, l’un, doit forcément, avoir raison, prendre, le dessus et, l’autre, tort, être défait. La technique, de la reformulation, est excellente, pour que l’autre, se sente, écouté et, compris, par le jeune. Cela, consiste, à redire, à sa façon, ce que l’autre, exprime, éprouve et, perçoit426.

 

Tout en saisissant, à la perfection, ce qu’il a, dans « la tête, le cœur, le ventre » et, en le lui démontrant, clairement ! Comprendre, autrui, est un premier pas, du junior, en coaching de vie. Le second, consiste, à être compris, par les autres. Cela passe, par le fait, de s’exprimer, librement, d’envoyer, des signaux clairs, explicites, de s’affirmer, en douceur et, légitimité. Sans, jamais, s’imposer, par la force et, la contrainte, la manipulation ni, la ruse. Cela, toujours, à la première personne et, non, à la deuxième. Parler, à la première personne, est neutre, très affirmatif. Si l’on use, de la deuxième, cela, peut être perçu, comme, fort offensif, accusatoire ou, inquisitorial. Rappelons, qu’il s’agit, d’être affirmé, non, manipulateur, agressif ou, inhibé, pour bien communiquer, avoir bonne confiance, en soi et, autrui. Si l’on a bien écouté et, compris, l’autre, l’on multiplie, les chances, d’être payé, en retour, par le même, bon traitement privilégié, selon, la loi, de réciprocité humaine. Les adojeunes ont tout intérêt mutuel, à pleinement, s’entraider. Pour mieux avancer, ensemble, en synergie. Cela, consiste, à œuvrer, de concert, dans le même sens, à découvrir, à une problématique donnée, une résolution androJuvénile, performante. Pour mieux, progresser !

 

Plus, que celle, à laquelle, chaque jeune masculin, en coaching de vie, seul, aurait été, capable, de parvenir, de son unique fait, avec, ses seules, ressources. Cela passe, par la coopération, la collaboration, l’émulation. Quand, tous, ne font plus, qu’un, tous ensemble, tendus, vers, le même but, en une seule, même, volonté commune. Les ego disparaissant, au profit, du seul groupe, en l’intérêt collectif, partagé et, les talents complémentaires. En « valeurs ajoutées » individuelles, comme, générales, en « sortie, des sentiers battus » ! Le point fort, de la synergie, du junior, est de conjuguer, à profit, toutes les différences, quelles, qu’elles soient, en tolérance, ouverture, d’esprit.

 

En diversité, mélanges. Le refus, des dissemblances, reflète, la peur. Par culte, de la vérité, de l’excellence, uniques, sentiment, de supériorité. La tolérance, des différences, implique, d’accepter, le droit, à la différence, voire, à l’indifférence. Or, sans satisfactions profondes, car, cela, est perçu, à tort, comme, un vrai problème, non, un atout juvénile, de poids. Cela, rappelle, la fort détestable, doctrine, de la Cour suprême, des États-Unis, Plessy v. Ferguson, en 1896 : « Separate, but, equal. Séparés, mais, égaux ». Légitimant, un apartheid, de fait, entre, citoyens américains, blancs et, noirs. Encourageant, la ségrégation, contre, la démocratie, l’égalité réelle et, les libertés427.

 

Non-sens, car, la division, de fait, empêche bien, l’égalité réelle ! L’idéal, est, de se féliciter, des différences, car, cela, consiste, à les aimer ! Les considérer, non, comme, tares, mais, chances, d’enrichissements mutuels. Car, le jeune garçon, en coaching de vie, apprend, bénéficie, bien plus, des dissemblances, que des similitudes. Il n’adopte pas, alors, forcément, le point de vue, d’autrui, mais, il a, de la considération, pour. En réalité, chacun, étant unique, tous, sont différents, les uns, des autres, aucun, n’est semblable, à un autre. Chacun, a une appréhension, de lui-même, des autres, de l’univers, différente. En autant, de visions, qu’il y a, d’humains, en vie, sur notre Terre. Soit, sept milliards et, demi ! Ce qui oblige, à une vraie « tolérance, universelle ». Il y a, plusieurs types, d’intelligences, mentales et émotionnelles, du junior. Ce qui empêche, d’accepter, autrui, les différences, donc, les synergies, se nomme : ignorance, sectarisme, préjugé. L’interaction est bien plus, que le simple compromis et, la coopération, réunis. Elle consiste, à respecter, cinq juvéniles étapes, successives, progressives, complémentaires. Préciser, le problème ou, les meilleures ouvertures, possibles. Écouter, attentivement, l’avis, d’autrui. Présenter, le sien.

 

Confronter, les visions, de tous. Mettre, en évidence, retenir, la meilleure solution, idoine, des juniors. Qualités requises, à la portée, de tous : clairvoyance, réalisme et, lucidité. Empathie, tolérance, compréhension. Assurance, volonté, motivation. Dialogue, interactivité, dynamisme. Créativité, audace, savoir-faire. Pour vivre, en plénitude, équilibre, chaque jeune homme, en coaching de vie, se doit, de veiller, à se ressourcer, pleinement, au travers, des cinq fondements, de sa nature humaine. La caractéristique biophysique / matérielle : Hygiène, de sa vie, gestion, du quotidien. Cognitive, mentale / intellectuelle : apprentissages, pensée, savoir-faire. Psychoaffective / émotionnelle : interactions et, relationnelles personnelles, personnalité, attachements et, sentiments. Sociale / d’organisation : intégration et, vie, en société. Spirituelle, morale / des valeurs, des idéaux : adhésions éthiques et, axiologiques, individuelles et, collectives, de toutes sortes. Ce que l’on peut, synthétiser, en : « corps, esprit, cœur, sociabilité, âme ». Le développement personnel, de ces cinq dimensions humaines, à parts égales, garantit, le bon équilibre personnel et, de vie, de chaque junior. Qui sera alors, en pleine mesure, de s’accomplir, en toute occurrence428.

 

Qu’un seul, vienne, à manquer, c’est alors, l’ensemble, infrastructurel et superstructurel, de l’accomplissement, de soi, androJuvénile, qui s’effondre. L’hygiène, de vie, passe, par une alimentation saine, complète et, équilibrée. Une activité physique, comme, sportive, ainsi, qu’une relaxation psychophysique, suffisantes, régulières. Un bon sommeil réparateur, en qualité et, quantité. L’abstention, des addictions, de toutes sortes : produits et, personnes ou, comportements. La première chance, le plus ardent devoir, d’un jeune, en coaching de vie, est de s’instruire, se former, d’apprendre.

 

De savoir, connaître, découvrir, se préparer, à un métier, à l’avenir, la vie. Études, diplômes, formations, sont, désormais, à la portée, de tous. À chacun, de s’en saisir ! Cela passe, aussi, par des pratiques culturelles, intellectuelles, des loisirs, valeurs et, engagements, de toutes natures. Pour pleinement, s’enrichir, à tous points de vue. L’honnête homme, au sens, du Grand Siècle, (France, XVIIe s.), est celui, qui est « complet », car, il ne néglige, nul champ, de l’accomplissement humain. Au travers, des cinq dimensions anthropologiques, évoquées. Ainsi, tenir, un « journal de bord », quotidien, des petites et, grandes choses, sur sa vie, est très instructif, pour le junior.

 

Cela, est une excellente, autothérapie juvénile masculine existentielle, qui permet, de prendre, du recul, relativiser, voir, le chemin parcouru. Réfléchir, prendre la mesure, de soi, d’autrui, du monde, de se re/construire, pas à pas. En un livre, très instructif, de sa vie. Cultivant, des relations, aux autres, exigeantes et, bénéfiques, notamment, affectives. Se gardant, des liens toxiques, des états d’âme, émotions, perturbés, excessifs, négatifs. Sachant, trouver, sa juste place et, son rang, en sa société, sa communauté, d’appartenance. Il revient, au junior, en coaching de vie, de faire, à cette fin, le « premier pas », plus, qu’aux autres, à l’accueillir, car, nul, n’est « indispensable ni, attendu ».

 

Puis, tout jeune, en coaching de vie, aura garde, de ne pas délaisser, la dimension éthique, morale, de sa vie. Car, c’est, ce champ fondamental, de son existence, qui peut transcender, tous les autres, « faire la différence », entre « réussir, dans la vie et, réussir, sa vie ». Pour être pleinement, heureux, équilibré, à tous points de vue. À donc… méditer ! Le devoir, de tout garçon junior, est de se battre, avec acharnement, pour lui-même, autrui, en vue, de sa réalisation, personnelle et collective. « Multi, sunt vocati, pauci, vero electi, il y a maints appelés, mais, bien peu, d’élus » !

(Matthieu, apôtre, Moyen-Orient, Ier s., Évangile, Nouveau Testament, XX, 16 ; XXII, 14, La Bible, Moyen-Orient, Ier s.). (Covey, 1999)429.

 

__________________________________

En notre Histoire, trois jeunesses, se succèdent. Prémoderne, moderne, postmoderne. Tout d’abord, la jeunesse préindustrielle, antérieure, à 1850. Sous, l’Ancien Régime, (France, 1589-1789), elle regroupe, les adojeunes nobles, dits, bellatores, car, voués, à l’art, de la guerre. Les juniors, du clergé, dits, oratores, car, clercs, destinés, à la prière. Les jeunes, du tiers état, laboratores, juvénilité productive, laborieuse. La jeunesse industrielle, est celle, du second dix-neuvième siècle, comme, du premier vingtième. Elle est bourgeoise et, étudiante, héritière, des positions et, du patrimoine familial. La juvénilité paysanne, est rurale, agricole. Celle, ouvrière, est populaire, manufacturière. La nouvelle génération postindustrielle, débute, avec les années 1960. Ses classes supérieures concernent, les milieux, les plus favorisés, promis, aux meilleures études et, carrières. Les catégories moyennes, ont trait, aux jeunes hommes, accomplissant, des formations supérieures. Se destinant, au salariat, d’entreprise ou, de la Fonction publique. Les milieux populaires, modestes, voire, défavorisés, n’ont accès, qu’aux études secondaires et, aux postes, de pure exécution.

 

Cette présentation est, certes, très schématique. Elle vise, à faire prendre conscience, qu’aujourd’hui, comme, hier et, avant-hier, les juniors, de France, restent tributaires, de leur milieu socioéconomique, culturel, d’origine. Peut-être, même, plus encore, que lors, des Trente Glorieuses. (Occident, 1945-1975). La « mobilité sociale » s’est réduite, l’ « endogamie, origine-destin », des sujets, fort renforcée. En décennie 2020, en France, plus, qu’ailleurs, chaque jeune masculin, a toutes chances, de rester, de sa naissance, à sa mort, au sein même, de sa « caste » d’origine. « Supérieure, moyenne, modeste ».

 

Cela, est inquiétant, pour le dynamisme, du pays, ainsi, figé. Cela, explique, en grande partie, la morosité extrême, des adojuniors hexagonaux, le fort désir, croissant, d’expatriation, de nombre, d’entre eux-430. Tant, que leur pays, n’est pas plus attractif, dynamique, ouvert, à la jeunesse, ses aspirations, les plus profondes. 2018 marque, le cinquantenaire, de « Mai-68 ». Les jeunes, de l’époque, veulent, plus, de libertés, de considération, de place, d’intégration. Ils l’obtiendront, en partie. Les deux décennies prospères, antérieures, leur avaient donné, certaines latitudes. La crise socioéconomique et, morale actuelle, marginalise, les juniors, plus, que jamais !

 

__________________________________

 

 

Un ado, est un cerveau, en transformation, en un corps, d’adulte
Je n’arrête, jamais, de réfléchir, j’en oublie, parfois, ce que je fais. […]
L’on se révolte, contre, ce que l’on nous impose, nous semblant, stupide

 

Florent, seize ans431

 

 

4

 

LES « CATALYSEURS »

 

Mutatif coaching de vie psychoéducatif

des jeunes hommes

 

 

La jeunesse, est la seule génération, raisonnable

 

F. Sagan

Écrivaine, France, 1935-2004

 

Entretien, avec M. Payot

Entrevue de presse, France, 1994

 

 

La jeunesse est un art

 

O. Wilde

Écrivain, Irlande, 1854-1900

 

 

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunologie® se veut, tout à la fois, un accompagnement, en développement personnel androJuvénile. Un préceptorat, de vie, réalisation, de soi, des garçons juniors. Une guidance directionnelle, éducation-jeunesse. Ce qui fait, désormais, d’un « jeune bloqué », un « junior revigoré »432.

 

__________________________________

En un nouveau siècle, il convient, de changer, enfin, la vision, des adultes, sur la jeunesse. Ne plus, la percevoir, telle, subversive, sulfureuse, séditieuse. Dangereuse, menaçante, indigne. Fardeau, peine, charge. Victime, défavorisée, déchue. Or, tout au contraire, constructive, féconde, intégrée. Bienfaisante, bienveillante et, ouverte. Chance, richesse, apport. Actrice, heureuse, prospère : en potentialité. Sage, sereine, studieuse, plutôt, que mauvaise, maudite, mal en point ! Le jeune homme, en coaching de vie, ne veut, « s’étourdir », que du fait, surtout, d’un avenir, incertain, d’un quotidien, peu exaltant. Le monde moderne, ne lui permet, que trop peu, de s’épanouir. Ni, par ses liens, aux autres, ni par ses études, ni par son emploi, ni par ses loisirs, ni par ses valeurs, idéaux, engagements… Que lui reste-t-il, alors ? De quoi, infirmer, l’adage yiddish, des Juifs ashkénazes, d’Europe centrale, au dix-neuvième siècle, qui affirme : « Heureux, comme Dieu, en France » ! Y. Saint Laurent, (Grand couturier français, 1936-2008), devient célèbre, à vingt-et-un an, en 1958, avec l’immense succès, de sa première collection, Trapèze.

 

Serait-ce, encore, possible, en la France, des années 2020 ? Notre jeunesse souffre, d’un hiatus, douloureux. D’une part, notre époque permet, bien plus, de latitudes, qu’autrefois. De l’autre, celles, accessibles, aux juniors, ne cessent, de se réduire ! Aux aînés, à « lancer, les jeunes, au lieu, de les freiner » ! Une navette spatiale, (États-Unis, 1981-2011), avait besoin, de ses propulseurs, pour rejoindre, l’espace, à la manière, d’une fusée conventionnelle. Ensuite et, ensuite, seulement, elle s’en séparait, n’en ayant, plus besoin, pour naviguer, puis, atterrir, comme, un aéronef classique. De même, l’adojeune masculin, en coaching de vie, ne peut prétendre, devenir responsable, sans, la gouverne éducative, préalable, réussie, des adultes. Ce n’est, qu’à la condition, exclusive, d’être dûment, muni, de ce précieux « viatique », incontournable, qui le fera « décoller », qu’il pourra, alors, prétendre, voler. Sans encombre, de ses propres ailes. Sans craindre, le tragique destin, du téméraire Icare. (Jeune personnage, de la mythologie grecque antique, victime, de sa juvénile, imprudente intrépidité, inconsidérée).

 

__________________________________

 

 

Celui, qui possède, un pourquoi, qui le fait vivre
Peut supporter, tous les comment

 

F. Nietzsche

Philosophe, Allemagne, 1844-1900

 

 

L’ACCOMPAGNEMENT ANDROJEUNOLOGIQUE

EN « DÉVELOPPEMENT PERSONNEL »

 

 

L’accompagnement, en développement personnel, du coaching de vie andro-adoJeunologique, donne des éclairages, des plus névralgiques, à la jeunesse masculine. Éveiller, expliquer, empreindre. Des outils, « à l’unisson, de l’adolescence ». Comprendre, consolider, résoudre. Un regard, fort « congruent », sur le jeune homme. Encourager, soutenir, valoriser. Pour que le junior, se renforce, en toute sérénité et, paix intérieure433.

 

__________________________________

Depuis, 2010, existent, des Jeux olympiques de la Jeunesse, Joj, pour les jeunes athlètes, du monde, de quinze, à dix-huit ans. Ils ont lieu, tous les quatre ans, cela, en deux saisons, en été, comme, hiver. Soit, en alternance, jeux, d’été et, jeux, d’hiver, tous les deux ans. Comme, pour les Jeux olympiques, adultes. Sous l’égide, du Cio, le Comité International Olympique (1894-). Depuis, 1959 et, jusqu’en 2019, a aussi, cours, l’Universiade, pour les sportifs étudiants. Il s’agit, d’une compétition mondiale, universitaire, plurisportive, sous l’autorité, de la Fédération Internationale, du Sport Universitaire, Fisu (1949-). Les Jeux ont lieu, tous les deux ans, en été et, en hiver. Il s’agit, de l’équivalent, des Jeux Olympiques, pour les étudiants, du monde. Auparavant, de 1923, à 1939, existaient, des Jeux mondiaux universitaires, organisés, par la Confédération internationale des Étudiants (1919-1940). Puis, de nouveau, en 1947 et, de 1949, à 1957, sous l’autorité, de la Fisu. En 2020, les Universiades redeviennent les Jeux mondiaux universitaires.

 

Ces manifestations, sont très importantes, car, elles donnent, leur pleine place, aux jeunes, du monde, à une échelle internationale. En une fraternité adojuvénile, planétaire, au-delà, des artificielles, divisions nationales, culturelles, continentales, des adultes. Elles les font, ainsi, grandir. De même, les réseaux sociaux fédèrent, les juniors, dans les débats et, l’échange. Ils s’y expriment, y défendent, les causes, qui leur sont très chères. Notamment, sur Twitter. Certains, pour défendre, les amis ou, parents, qu’ils estiment, injustement, attaqués. Ainsi, en 2014, L. Sarkozy, seize ans, prend-t-il, le parti, de son père, l’ancien président, de la République française. De même, L. Trierweiller, seize ans, aussi, défend, sa mère, ex-compagne, du président, en exercice. Cela, donne lieu, à de vifs échanges, contradictoires, entre, les deux adolescents, qui s’opposent, via, Twitter. Avant, que de « faire la paix », ultérieurement. Leur commune jeunesse, les rapprochant plus, que leurs révocables dissensions, ne les avaient séparés. Le temps n’est plus à : « Famille, je vous hais, mais, je vous aime » !

 

__________________________________

 

 

Névralgique éclairage, d’andro-adoCoaching de vie – Éveiller, expliquer, empreindre

 

Psychologie, est un terme féminin, datant, de 1690. Il est issu, du latin savant, psychologia (XVIe). « Connaissance, de l’âme humaine, considérée, comme, une partie, de la métaphysique. (1754), étude scientifique, des phénomènes, de l’esprit, la pensée, caractéristiques, de certains êtres vivants – animaux supérieurs ou, homme -, chez qui, il existe, une connaissance, de leur propre existence. Connaissance empirique, spontanée, des sentiments, d’autrui. Aptitude, à saisir, prévoir, les comportements. Ensemble d’idées, d’états d’esprit. Mentalité – d’une personne » -. Éducation, est un terme féminin, qui date, de 1527, issu, du latin, educatio. « Mise en œuvre, des moyens, propres, à assurer, la formation, le développement, d’un être humain ; ces moyens, eux-mêmes. Développement méthodique – d’une faculté, d’un organe – ».

(Dictionnaire, de la langue française, Robert, France, 2007)434.

 

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® est un « tutorat, des arcanes humains », des juniors. D’un point de vue, cognitif, émotionnel et, comportemental. Également, une approche pédagogique, développementale et, différentielle. Pour aider, le jeune homme, à comprendre, apprendre, savoir, connaître. Sur lui-même, autrui, la vie, ses implications complexes. L’Andro-AdoJeunologie® est un accompagnement, en développement personnel androJuvénile. Il consiste, à transmettre, au jeune, des éclairages précis, des outils, d’avancées, cohérents, adéquats, à appliquer. De même, les nécessaires savoirs, savoir-faire, faire savoir, savoir être, directifs, « catalyseurs ». Comme, un avocat, qui guide, son client, en droit, pour « débrouiller », une affaire juridique, gagner, un procès, défendre, des droits propres.

 

__________________________________

C. Saint-Saëns (1835-1921), pianiste, organiste, compositeur français, livre, sa Symphonie, numéro 3, en ut mineur, opus 78, pour orgue et orchestre, en 1886, à Londres. Elle est dédiée, à son ami, F. Liszt, (Compositeur, pianiste hongrois, 1811-1886), décédé, la même année. Il s’agit, de la toute première symphonie, au monde, à comporter, cet instrument majeur, traditionnellement, jusqu’alors, d’exclusive, musique sacrée435. Il s’agit, d’une œuvre fascinante, puissante, foisonnante et, des plus originales. À l’orchestre, tout entier, répond, en contrepoint, l’orgue, magnifique, solitaire. Tel, le Te Deum, opus 22, H. 118, (France, 1849), d’H. Berlioz. (Compositeur français, 1803-1869).

 

__________________________________

L’ensemble est éclatant, de force, de vitalité, de solennité extrême, aussi. L’expression, de mise, d’un point d’orgue, s’applique, à merveille, à cette superbe pièce, d’anthologie musicale, du dix-neuvième siècle postromantique-436. Elle illustre, à la perfection même, tout l’éclat, de sève, incomparable, le bouillonnement intense, le transport passionné, d’adolescence, de jeunesse, vibrantes. Ère, de vie, où, tout, est démesuré, disproportionné et, hors échelle. Que ce soit, en taille physique, consumérisme, pensée, émotion, psychisme, comportement, acte, situations, attachements, idéaux, aspirations, relations, à autrui…

 

« En tout et, pour tout », elliptique ou, hyperbolique, l’adojeunesse se veut, avant tout, hors norme et, excessive, voire, « abusive ». Elle préfère, le trop, au trop peu, la vitesse, au ralenti et, le mouvement immédiat, à l’inertie… Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® a, pour vertu première, de tempérer, les débordements dommageables, des juniors masculins. Tout en encourageant fort, leurs « juste mesure », audace, d’action, constructives, favorables ou, positives. Pour avancer, il convient, d’agir, pour agir, il s’agit, de le fort désirer ! D’accepter, les risques, incertitudes, toujours, présents, et, dans l’action et, dans l’abstention.

 

De préciser, les difficultés, objectifs juvéniles. De choisir, les meilleurs solutions et, outils, de réussite et, de bien, les mettre, en œuvre. Sans jamais, attendre, ni de signes favorables, ni de garanties, ni de certitudes, assurances. L’essentiel, est de, toujours, faire, au mieux, donner, le meilleur, de soi-même, pour optimiser, maximiser, ses compétences, chances, de succès. La force-atout mentale, neuronale et, synaptique, consciente et, inconsciente, est le plus sûr gage, de plénitude, succès, prospérité. Plus, le junior, en coaching de vie, active, ses processus cognitifs et, plus, il ressent, agit, plus, il crée, de nouvelles connexions cérébrales, dites, dendrites. Lesquelles, se développent, de façon spécialisée, ce, en fonction, des pensées, sentiments, activités, les plus fréquents et, privilégiés, par le jeune. Le conscient est perçu, par lui et, est, de capacités limitées, de surface et, intermittent. L’inconscient n’est pas perçu, bien plus profond et, vaste et, en activité permanente. Le conscient est séquentiel, fractionné, analytique. L’inconscient est intuitif, synthétique et, global, symbolique et, analogique. Il est plus complet, puissant et, efficace, que le conscient. Le garçon junior fait, conjointement, appel, aux deux, en osmose.

 

Pour avancer, au mieux, en sa vie. Tirer, le « meilleur parti », de son inconscient, est, des plus bénéfiques. En suscitant, pensées, émotions et, comportements juvéniles féconds. La réalité perçue et, consciente est subjective, parcellaire, non, objective, complète. Elle correspond, à la vision, aux opinions, propres. La conscience appréhende, peu, d’éléments, concomitamment. La plupart, sont alors, inaccessibles, à un instant donné. Tout, est donc, le fruit, des appréciations et, interprétations. Au jeune homme, en coaching de vie, d’opter, pour telle ou, telle orientation, mentale, émotionnelle, de ses perceptions. De façon, constructive, favorable ou, contre-productive et, contraire. Ce qui donne, des comportements, paroles, actes, abstentions, appropriés, comme, bénéfiques ou, indésirables, néfastes. L’inconscient induit, les comportements et, attitudes, toujours, en une visée protectrice, de sauvegarde, renforcement. En cas, d’oppositions et, de conflits, avec le conscient, l’inconscient l’emporte, toujours ! Il est toujours, le plus « prompt », à intervenir. La conjonction, du conscient et, de l’inconscient, optimise, de façon maximale, les potentialités, de chaque adojunior. Il est donc, capital, de ne « minorer, aucun, des deux ».

 

Le conscient diffère, d’un adojeune, en coaching de vie, à un autre, selon, les qualités, aptitudes, propres, de ce dernier. Or, l’inconscient est, initialement, de même nature, pour tous. Ce qui diffère, est la façon, dont, le junior, sait l’utiliser, de façon, optimale ou, non. L’inconscient obéit, aux certitudes et, croyances, de ce jeune. D’où, l’importance capitale, de la pensée et, de la pensée positive. L’inconscient protège, du pire, notamment, des souffrances, en fonction, des adhésions, des convictions, du junior. Il génère, le meilleur, particulièrement, en matière, de plaisir. En fonction, des cognitions, du jeune, si cela, n’est pas source, d’ « inconvénients majeurs ». Il peut donc, consciemment, doper, favorablement, son inconscient ou, au contraire, le limiter, négativement. Le comportement androJuvénile n’est, ni bon ni, mauvais, en soi. Il l’est, seulement, en fonction, des circonstances, de son adéquation, adaptation, appropriées ou, non, à la situation, à laquelle, il convient, de faire face. Rien, n’est donc, à rejeter ou, adopter, a priori, mais, toujours, selon, la conjoncture. Non, de façon, structurelle, systématique, automatique et, aveugle. Si le junior communique, à son inconscient, des éléments, plutôt, négatifs, comme, la peur, la colère437.

 

Parce qu’ils sont cultivés, l’inconscient, du jeune masculin, en coaching de vie, se met, à son tour, à y croire, en les prenant, pour « argent comptant ». Ce qui les décuplera, fera revenir, en force, de façon, défavorable, en la vie, en diabolique « boomerang », nocif. En faisant, consciemment, tout interpréter, de façon inquiétante, alarmante. Puisque alors, l’inconscient ne retient, que ce qui ne va pas, en réalité ou, de façon supposée. Il en va, de même, cette fois-ci, de façon optimiste, bénéfique, pour les éléments mentaux positifs. D’où, l’intérêt, de nourrir, l’inconscient adojuvénile, de bons, composants psychiques « nutritionnels » et, non, de mauvais. Ce que le junior demande, de façon, raisonnable, légitime, faisable, bénéfique, à son inconscient, ce dernier, fera, en sorte, que cela, se réalise. De façon, précise, en en détaillant, toutes les modalités, nécessaires, à la survenue effective, concrète, du souhait. « Où, quand, comment, qui, quoi, pourquoi, pour quoi, quels moyens » ? De façon, positive, affirmative, s’axant, sur la solution, non, le problème. L’inconscient, du jeune, possède, tous les potentiels nécessaires, à mettre en œuvre, par son conscient. L’harmonie, entre les deux, est positive, le conflit, paralysant438.

 

Il s’agit, de dépasser, ses blocages juvéniles, au lieu, de se convaincre, de leur inéluctabilité. Ce qui ne fait, que les pérenniser, aggraver. Se persuader, de leur réversibilité, permet, tout au contraire, de se battre, pour résorber, le problème, avancer. La conviction positive crée, la réalité correspondante, tout autant, positive, tout comme, la croyance négative, générera, des aboutissements négatifs. De même, les états d’esprits positifs, influent, positivement, sur autrui, comme, les états d’âme négatifs, marquent, négativement, les autres. Le positif crée, du positif et, l’ancre, de plus en plus. Le négatif fabrique, du négatif, l’enracine, crescendo. L’optimiste perçoit surtout, le positif, le pessimiste, le négatif. Il est ressenti, ce qui corrobore, ses croyances profondes ancrées. Le garçon  junior, en coaching de vie, a le pouvoir, de s’autocondamner, s’auto intoxiquer, mentalement. Comme, il peut, toujours, se libérer, de toutes ses entraves et, se régénérer, psychiquement, positivement. La force mentale dynamique, permet, de se transcender, comme, d’aller, de l’avant, quand, l’atonie morale, abat. Tout jeune, est, ce qu’il est convaincu, d’être. Être, penser, ressentir, « positivement », permet, en toute logique, d’avoir, de faire, paraître, vivre, « positivement ».

 

Si, la façon d’être, de faire, d’avoir, de paraître, du junior, en coaching de vie, ne procure pas, les effets, qui sont attendus, il est impératif, d’en changer. En vertu, de la loi intangible, selon, laquelle, les mêmes causes, principes, produisent, toujours, les mêmes, fort stricts, résultats. « Erare humanum est, perseverare diabolicum. L’erreur est humaine, mais, la réitérer, devient, une faute funeste ». (Auteurs, de l’Antiquité gréco-romaine, saint Augustin, op. cit.). Pour évoluer, positivement, favorablement, il convient, d’orienter, productivement, consciemment, l’inconscient, vers les solutions. Non, l’acceptation, de ses problèmes. Alors, l’inconscient influera, sur le comportement, de façon, fort bénéfique, constructive, décisive. Il ne suffira plus, alors, au jeune homme, que d’agir, avec force, détermination, pour obtenir, les effets escomptés. Le mental conscient définit, les buts, solutions, afférents. L’inconscient les mettra, en œuvre. La conviction positive entraîne, la confiance, la volonté, la motivation, l’action, les résultats, idoines. Si le conscient désire, mais, que l’inconscient, n’y croit pas, refuse, rien, de bon, n’est possible, le pire, certain. Il y a, alors, net blocage, du junior, car, conflit. (Guilane-Nachez, 2003)439.

 

__________________________________

Le rite, de passage, androJuvénile, signe, le changement, de statut pubertaire, social, du junior. Il se manifeste, par un rituel, des mises, à l’épreuve, marquant, l’étape, d’accès, à l’adultisme. Citons, les rites de passage, des adolescents, de la Grèce ancienne, comme, la cryptie, à Sparte, l’initiation, de l’éromène, par l’éraste, en Crète, l’éphébie, à Athènes. En sociétés, fort anciennes, la circoncision, à la puberté, transforme, le garçon, en homme. En celles, communautaristes, le jeune quitte, le quartier, des femmes, pour celui, des hommes. La Bar Mitsva / Bat Mitsva, des Juifs, garçons et, filles, à la puberté, est aussi, rite de passage.

 

Chez les Anabaptistes amish, d’Amérique du Nord, le rite de passage, des juniors, se nomme, Rumspringa440. L’adolescent quitte les siens, quelques mois, vit, dans le monde étranger, moderne. Puis, il y demeure ou, regagne sa communauté, de façon définitive. Au Japon, les garçons, de douze, à dix-sept ans, vivaient, le Genpuku, intronisation religieuse, d’adultes. Le jeune japonais actuel, connaît, une cérémonie, dite, de la majorité, Seijin Shiki, à vingt ans. Les sociétés traditionnelles, imposent, épreuves et marquages. En Occident, il y a, le diplôme d’études, le service militaire, le bizutage scolaire, le scoutisme, le permis de conduire automobile

 

__________________________________

 

 

Outil, à l’unisson, de l’adolescent mâle – Comprendre, consolider, résoudre

 

Qui, s’obsède, du but, comme, des solutions, afférentes, réussit. Qui, ne se focalise, que sur les problèmes et, blocages, échoue. Le conscient, de la raison, du junior masculin, en coaching de vie, est limité, comparé, aux immenses forces, de l’inconscient intuitif. Les rêves, de l’endormissement, sont, notamment, très féconds, en matière, de forces inconscientes et, subconscientes. Permettant, à des idées, pensées et, émotions fulgurantes, d’orienter, positivement et bénéfiquement, les comportements individuels.

 

Il est donc, vital, de faire, toujours, à tous points de vue, l’usage optimal, de son conscient et, de son inconscient. La fixation, de desseins, par le conscient et, la plénitude, de l’inconscient. Tout adojeune, est constitué, d’un dixième, de conscient, de neuf dixièmes, d’inconscient. Le conscient ne contrôle, que la seule, sphère mentale, intellectuelle, la pensée, le raisonnement, l’analyse. L’inconscient, ce qui est intuitif, affectif, émotionnel, inventif. Le conscient rationnel propose, lentement, en différé, quand, l’inconscient « épidermique » dispose, très rapidement et, instantanément. L’inconscient juvénile nourrit, donc, le conscient, plus, que l’inverse. L’essentiel, est l’absence, de conflit, contradiction, majeurs, entre les deux.

 

Le sommeil, du jeune, en coaching de vie, interrompt, le conscient, non, l’inconscient, qui, au contraire, est encore, plus actif, puissant, fécond, en dormant. Même si, le conscient, qui sait, analyse et, constate, l’innocuité réelle, raisonnée, des choses, l’inconscient repose, sur la certitude viscérale. Protège, malgré tout, de réminiscences réflexes, fort douloureuses et, difficiles. Le conscient structurel relativise, sur la durée, quand, l’inconscient conjoncturel réagit, en l’urgence. L’idéal est, alors, l’harmonie, l’osmose, entre le conscient et, l’inconscient, du garçon  junior. Que le conscient, « dope » l’inconscient, par sa rationalité objective, éclairante. Que l’inconscient, renforce le conscient, par sa subjectivité intuitive, productive. De fait, si le conscient est apte, à bien isoler, les solutions adéquates, l’inconscient sait, quant à lui, les mettre, en œuvre. L’essentiel, n’est pas conscient, mais, inconscient. Le « cœur » perçoit, bien mieux, que l’ « œil », ne voit. La « passion » devine, bien plus, que la « raison », ne comprend. La jeunesse est, cet exceptionnel « temps-climax », du « cœur-idéal »441.

 

Tout jeune homme, en coaching de vie, est gouverné, par ses croyances, certitudes, convictions, conceptions, adhésions, interprétations. Ce sont elles, qui forgent, la réalité, de toute son existence. Certaines, lui sont bénéfiques, d’autres, néfastes. La vision, toute subjective, de chaque junior, détermine donc, sa réalité, de vie, plus ou, moins, « objective ». Les croyances mentales sont relatives, quand, la réalité pure, est bien plus « absolue ». La « bonne vie » est, directement, due, à la « bonne croyance et, mentalité ». La « mauvaise vie » résultera, d’un tout autant, « mauvais mental ». Cqfd ! La bonne vie est celle, qui convient et, cause bénéfice. La mauvaise est celle, qui rend « malheureux » et, nuit. Alors, en ce dernier cas, il suffit, de vite, changer, positivement, ses croyances, pour modifier, à profit, son existence. Telle est, la « Suprême Loi », de la vie. Pour « bien vivre », le jeune se considérera, simplement et, seulement, comme, un « vivant ». Il se détachera et, ne sera pas trop, dépendant, de ce qu’il pensera être ou, pas. De ses pensées, émotions, comportements. De ses appétences et, répulsions, de ce, à quoi, il adhère ou, pas, de ses croyances et, non croyances. De ses talents, capacités, paroles, actes et, abstentions.

 

De son environnement, milieu, de vie. Redisons-le, en modifiant, positivement, son être, sa pensée, ses émotions, le junior masculin, en coaching de vie, le fait, aussi, quant à ses comportements, l’avoir, le faire, le paraître, le vivre. L’inconscient suit, trois lois successives. Celle, de la cohérence intérieure. L’inconscient rapproche, toujours, la réalité, des croyances. Puis, celle, de sauvegarde vitale, de mise, à distance, des risques, souffrances. Puis, celle, d’inclination, aux plaisirs. Cela, par ordre, de priorités, décroissantes. Les blocages viennent, toujours, de l’inadéquation, entre les désirs, du conscient et, les croyances, de l’inconscient. Plus, le jeune, fait correspondre, les deux, mieux, il vit. Moins, il le fait, moins bien, il se porte. Adapter, ses convictions, permettra, alors, d’améliorer, ses réalités ! Nombre, de juniors, ratent, leurs études et, débuts professionnels, non, par incapacités, mais, par doutes, croyances, conscients démobilisateurs. Ce qui paralyse, leur inconscient, mène, tout droit, à l’échec. Ceux, qui réussissent, tout au contraire, adoptent, des croyances confiantes, ce qui dope, favorablement, leur inconscient, leur donne, la clé, du plein succès. Cette foi inébranlable permet, aux jeunes, de fort bien servir, leurs idéaux442 !

 

Si le garçon adojunior, en coaching de vie, se dit, consciemment : « Je veux, je peux, je dois, il faut… », son inconscient enregistrera cela, fera, en sorte, qu’il réussisse. Travail acharné, en sus. S’il se dit : « Je ne veux pas, ne peux pas, dois pas, il ne faut pas… », son inconscient l’appliquera. Il provoquera l’échec. D’autant plus que, démotivé et découragé, le jeune ne travaillera pas ou, pas assez, pas adéquatement. Comme, les adultes, beaucoup d’adolescents, sont fort insatisfaits, de leur vie sentimentale. Le plus souvent, cela est alors, dû, à des certitudes, des croyances nocives, car limitantes, bornées, défaitistes, négatives. Là encore, les changer, de façon, favorable, permet, de débloquer, bien, des situations psychoaffectives, paraissant, de prime abord, très sombres, compromises, désespérées. Aux yeux, des adojeunes concernés, au tout premier chef. S’ils s’estiment dignes, capables, d’amour, ils l’obtiendront, car, leur inconscient retiendra cela et, l’appliquera. Ils serviront mieux, l’amour, au lieu, de le desservir. S’ils se considèrent, comme, des « handicapés, du cœur », ils auront, alors, toutes les chances, d’essuyer, rebuffades, sur déconvenues. De rester, bien esseulés, seuls et, solitaires. « Pour le pire, sans, le meilleur ».

 

Leur inconscient ayant pris cela, pour « argent comptant », induit donc, l’échec amoureux. Il en va, justement, de même, en matière, de prospérité financière. Si d’aventure, le junior, en coaching de vie, pense, qu’il aimerait bien, gagner sa vie, mais, que l’argent, est « sale », la conjoncture, défavorable, sa formation, ses compétences, insuffisantes. Son inconscient, en prendra acte. Fera, en sorte, qu’il n’en gagne pas, peu, mal, avec peine. Comme si, par pure « malédiction », la prospérité manquante, le fuyait, toujours, « comme, la peste ». Prenant, un fort malin plaisir, à le laisser, démuni. Même si, d’aventure, il était plutôt, « fourmi, que cigale ». Si l’adojeune est convaincu, qu’il a, au fond, de lui, un potentiel, de richesse et, de prospérité, matérielles et financières, qui ne demande, qu’à éclore, son inconscient obéira. Il se conformera, à cette heureuse prédiction ou, prophétie autoréalisatrice et, connaîtra, abondance et prodigalité. Car, le jeune homme sera, alors, en mesure, de capitaliser, ses talents, les faire, fructifier, en optimale monnaie, « sonnante et trébuchante ». En s’y attelant, résolument, avec force, conviction déterminées. En matière, de santé, conscient et, inconscient jouent, le même rôle décisif, qu’en tous autres domaines443.

 

Nous savons, que corps et, esprit, sont indissolublement, liés, s’influencent étroitement, l’un l’autre. Psyché et, soma, « unis, pour le meilleur et, le pire ». Si l’un faiblit, l’autre, aussi, bien souvent. Si l’un prospère, l’autre, aussi. La bonne santé physique, donne un bon moral et, réciproquement. Si le junior masculin, en coaching de vie, s’estime, consciemment, en bonne santé psychosomatique et, à l’abri, de la maladie, son inconscient, en sera convaincu. L’aidera, à continuer, à être, en vitalité sanitaire, satisfaisante et florissante. Si le jeune se persuade, conscient, qu’il est, en santé dégradée ou, s’il a, constamment, peur, de tomber malade, son inconscient prendra ce marasme ou, cette peur, « au pied, de la lettre ».

 

Il finira, par tomber, réellement, malade. Cela, peut aller, jusqu’à la phobie, des maladies, la certitude, de les attraper, toutes ou, presque : l’hypocondrie. Comme, Molière, le dépeint, si bien, avec, son Malade imaginaire. (J.-B. Poquelin, Molière, dramaturge français, 1622-1673, Le Malade imaginaire, comédie-ballet théâtrale, France, 1673)444. Les travailleurs indépendants tombent, moins souvent, malades, que les salariés. Car, ils ont intégré, la croyance, consciente et inconsciente, que cela, est à éviter. En l’intérêt même, de leur métier professionnel et, leur prospérité économique, subséquente. L’esprit juvénile domine plus, le corps, que l’inverse !

 

Alors, ils triomphent, bien plus aisément, des risques morbides, que les autres. Par certitude, force mentales, leur immunité psychique et, donc, physique, sont renforcées, les maintenant, en bonne santé. Alors, que quand, l’esprit, du jeune, en coaching de vie, vacille, les mêmes immunités, fléchissent, d’autant, ce qui amène, une altération, de la santé psychosomatique. La peur, de la maladie, la croyance, d’y tomber, augmentent, les risques, de maladie. La foi, en la santé, garantit, une bien meilleure santé. Ainsi, nombre, de maladies physiques, sont-elles, d’origine psychosomatique. Là, où, il y a, refus, rejet, de la maladie, certitude, volonté farouche, de guérir ou, de ne pas ou, plus, être malade, la santé s’enracine. Si le garçon  junior, accepte l’idée, de maladie et, fatalité, de la victoire, du mal, sur la bonne santé, le rétablissement, alors, il a toutes les chances, de rester atteint. Voire, de succomber. Cela, vaut, même, pour les plus graves maladies. Voire, parfois, pour celles, pourtant, réputées, très incurables, pour lesquelles, souvent, la « force mentale » opère, des rémissions. Voyons, l’effet, dit, « placebo », qui agit, bénéfiquement, avec un produit, sans principe actif, mais, du seul fait, de la conviction optimiste, du jeune.

 

Certitude, foi, espoir juvéniles, que le médicament, faux, à son insu, peut, va, le guérir, ce qui advient. Voyons, le cas, de ces paralytiques, depuis, des années, ayant accepté, l’idée même, de paralysie. Recouvrant, subitement, l’usage, de leurs membres, pourtant, invalides, pour sauver leur vie. En cas, de péril majeur, tel, un incendie foudroyant, des bombardements inopinés. Voyons, le cas, authentique, de ce jeune homme, enfermé, par inadvertance, en un conteneur réfrigéré, retrouvé, mort de… froid. En réalité, par conviction profonde, que le froid, le tuerait, fort assurément. Alors, que la réfrigération, n’était nullement, en marche, que la température ambiante, n’était pas létale, mais, supportable.

 

Cet homme n’était donc, pas mort, directement, de froid. Or, par autopersuasion, que le froid, en réalité, absent, mais, si présent, dans l’esprit, du malheureux, le tuerait. Son inconscient avait enregistré, le conscient alarmiste, du sujet, et, appliqué, la réalité, du froid mortel, inexistant, comme, s’il était, bien réel ! De même, un junior hypnotisé, dont, l’on applique, sur la peau, un stylo, lui faisant croire, qu’il s’agit, d’une cigarette incandescente, ressentira, la brûlure. Verra, s’en former, la marque, par rougeur épidermique. (Cas, déjà, évoqué, plus haut).

 

Puis, une cloque cutanée, comme si, une vraie cigarette allumée, avait été appliquée, à même, la peau. La croyance, l’inconscient, du jeune concerné, convaincus, de la brûlure, ont amené, un état cutané, parfaitement, similaire, à celui, d’une peau, de vrai brûlé ! En matière, de santé psychosomatique, la prévention matérielle et, l’hérédité génétique, le milieu, les conditions et, l’hygiène, de vie, sont capitaux. Outre, le psychisme, au moins, tout autant ! La pleine capacité psychique, d’autoguérison, comme, d’empêchement, des troubles sanitaires, est primordiale, décisive, en l’espèce. Souvent, c’est le tourment psychologique androJuvénile, qui rompt l’équilibre, de la bonne santé et, rien, d’autre. Quand, la plénitude morale, est la meilleure garantie, de ce même équilibre sanitaire. La « croyance indéfectible consciente », en la guérison, adresse, un signal fort, de certitude, de guérison effective, déjà, en cours, à l’inconscient. Lequel, la reprend, à son compte, la rend effective, en la réalité. Le junior, en coaching de vie, a la faculté positive, de régénérer, lui-même, son organisme physique, par la puissance mentale, de son conscient et, inconscient. Qui croit, en la « force, de son esprit » et, la met, en œuvre, domine, pleinement, sa destinée445.

 

Comme, il a et, tout autant, le pouvoir négatif, de le détruire, en acceptant, sa maladie et, la laissant, opérer. Quand, il ne croit pas ou, plus, en la guérison. Or, en l’inéluctabilité, du mal, de la mort prématurée, par la morbidité, la blessure, l’accident. Tout ceci, a été fort observé, scientifiquement. En particulier, imagerie, visualisation mentales, de guérison et, de plénitude sanitaire, psychosomatique, donnent, d’excellents résultats. En sus, des traitements, en cours. Le psychisme juvénile a donc, indéniablement, le pouvoir, de guérir, le corps physique et, de le maintenir, en bonne santé. Comme, il aura, la pleine capacité, de le faire tomber malade et / ou, d’aggraver, la maladie, la blessure et, même, de faire mourir.

 

Corps et, esprit, ne faisant, qu’un, le psychisme a tous pouvoirs, sur le physique, plus encore, que l’inverse. De même, que le seul esprit, du junior masculin, en coaching de vie, peut détruire, annihiler, faire mourir, il peut, tout autant, construire, régénérer, guérir, renforcer, dynamiser, vitaliser. La seule terreur intense, un violent choc moral, peuvent provoquer, la mort, comme, la certitude, du meilleur, peut maintenir, renforcer, sauver, la vie. Il y a, d’autant plus, de chances, de bien vivre, longtemps, qu’il existe, en soi, cette conviction, outre, de bonnes conditions, de vie, générales. En prévention existentielle, décisive, du jeune.

 

En tous domaines, en modifiant, positivement, le conscient juvénile, cela, lui permet, d’envoyer, des signaux positifs, à l’inconscient. Lequel, les prendra, en compte, fera, en sorte, que l’on agisse, positivement, pour mieux vivre. Via, le subconscient, qui influe, directement, sur tous les comportements, actes. Cela, empêche, que le conscient, soit négatif, négativise l’inconscient et, donc, en conséquence, l’existence réelle, même. Le « dynamisme mental positif », du garçon  junior, en coaching de vie, commence, par une posture physique, en rapport. Tête haute, épaules rejetées, en arrière, dos droit, corps souple, tonique. Activité physique et, sportive régulière. Mouvements, très amples. Voix forte, ferme, bien posée, sourires, corps et, visage détendus. Aisance corporelle et, de maintien physique, totale, respiration abdominale complète… Le cerveau secrète, en nombre, de forts neurotransmetteurs. Notamment, endorphine, sérotonine, noradrénaline, substances chimiques euphorisantes, dopantes, bénéfiques. Cela, quand, le jeune, est en bonne condition psychologique. Cela, est excellent, pour sa pleine santé, physique, psychique et, morale446.

 

En état moral inverse, notamment, en cas, de déprime ou, stress excessif, l’organisme fabrique, des sécrétions nocives, telle, l’adrénaline. Ce qui altère, la santé psychosomatique. Le junior, en coaching de vie, a donc, le pouvoir mental, de secréter, à l’infini, un carburant bienfaisant, quand, il est, en « état zen ». Un aliment très malfaisant, quand, il est, fort perturbé. En cercle vertueux, la sérénité s’entretient, se développe donc, d’elle-même. De même, en cercle vicieux, le tourment s’auto maintient, se reproduit, sans fin. Les états ordinaires, de conscience, concernent, les réalités extérieures habituelles.

 

Le quotidien juvénile banal, avec ses aléas, plus ou, moins, neutres ou, déplaisants, insatisfaisants, frustrants, décourageants. Les états non ordinaires, de conscience, ou, états modifiés, de conscience, concernent, le vécu, le ressenti intérieurs, très positifs, du jeune homme. Les états euphoriques, de concentration, créativité, de joie, contentement, d’exultation, de méditation, d’imagination. D’avancées, de plaisir, réalisation, d’accomplissement, de soi, en plénitude, ataraxie, équanimité. L’on peut, aussi, parler, de « flux ». Cette passion exaltée, qui fait, que plus rien, d’autre, n’existe, qui caractérise, tant, une jeunesse, en quête, d’idéaux.

 

Alors, les endorphines sont produites, « à plein », ce qui accroît, le flux, le maintient. L’intérêt supérieur, de chaque jeune, en coaching de vie, est donc, de se mettre, en état « bénéfique », par la pensée positive. Ce qui lui vaudra, l’avantage, des endorphines, plutôt, que le poison, de la mauvaise adrénaline. En influant, positivement, sur l’inconscient, avec des pensées et, croyances, plus positives, le passé est pacifié. Le présent, fort bonifié, l’avenir, autrement, prometteur. Pour se renforcer mentalement, positivement, il convient, de s’autoconvaincre, de sa force, d’user, d’ancrages, de réminiscences positives, bénéfiques, du passé, du junior. Afin, de se motiver, s’encourager, de se « doper », au présent et, mieux réussir, à l’avenir. Au lieu, de ne se complaire, que dans les souvenirs négatifs, réels ou, supposés, ce qui démobilise, au présent, dessert, l’avenir. En inutiles et, si toxiques, « ruminations », ressassements. L’objectif, est de mobiliser, tous ses potentiels, pour atteindre, ses objectifs. Pour cela, le conscient doit donc, les préciser, puis, les demander, à l’inconscient, par convictions puissantes. Lequel, les rendra disponibles, à l’usage. Ce qui permettra, de les mettre, en œuvre, de façon, optimisée, par l’action androJuvénile idoine447.

 

Il s’agit, d’être à l’écoute, de tous ses ressentis. De se mettre, en état, de flux, non ordinaire, de conscience ou, état modifié, de conscience. Décoder, les signes indicateurs, de l’inconscient. Puis, il devient possible, de prévoir, les moyens nécessaires, pour atteindre, les objectifs fixés. L’imagination, l’imaginaire positifs, du jeune, en coaching de vie, ont le pouvoir, la force, de doper, favorablement, pour aller, de l’avant. En mobilisant, activement, de façon, productive, l’inconscient. De même, que les fantasmagories négatives peuvent, tout aussi, sûrement, paralyser, tourmenter, faire échouer, en intoxiquant et, neutralisant, l’inconscient. Cela, passe, bien plus, par les états, de conscience, modifiés ou, flux, que par, les simples états ordinaires, de conscience. D’où, la tentation juvénile masculine, des toxiques psychédéliques, d’évasion, à cet effet. (Guilane-Nachez, 2005)448.

 

__________________________________

L’ambition, du coaching de vie d’Andro-AdoJeunologie®, est de « restaurer, le garçon  junior, de l’intérieur » et, le « rendre, en bien meilleur état », qu’il ne l’était, auparavant. Dès, sa naissance, le jeune français est, alors, « formaté ». Non, pour être libre, mais, conforme, à une configuration mentale et, systémique adulte, nationale. Par rapport, à d’autres jeunesses, plus élevées, dans le libre arbitre, la libre conscience et, moins, dans les conformismes. Comparativement, il est alors, plus mal, dans sa peau, agressif, renfrogné et, arrogant, moins ouvert, coopératif, rayonnant. Ce qui fait, un jeune, puis, un adulte, dysfonctionnel, à vie. En une société, un pays, tout entiers, « figés, en échec ». Un monde « vide, de l’essentiel moral ». Qui éprouve, alors, un viscéral besoin, compensatoire et, irrépressible, de combler, cette vacuité axiologique, par un illusoire emplissage, de purs, plaisirs matériels. Ce qui ne fait, que fort exacerber, bien plus, encore, ses frustrations, tourments, ainsi, rendus, inextinguibles.

 

Ce faux, modèle adulte, dépressif, dépressogène, de mort, non, de vie, tant imposé, aux adojeunes, par les aînés, fait « crever, les cadets, à petit feu ». Les Trente Glorieuses, (Occident, 1945-1975), selon, l’expression, de J. Fourastié, (Économiste français, 1907-1990), ont cédé, la place, aux Quarante Piteuses (1975-2015). Surtout, aux Dix Calamiteuses (2010-2020), tout particulièrement, en France ! Dont, les jeunes sont, les tout premiers, sacrifiés. La création, d’un défenseur, des Droits adojuvéniles, pour les seuls, treize – vingt-cinq ans, doit être, une urgence et, une priorité absolues, en France449 ! Tant, cette génération, « en perdition, est, de plus en plus, perturbée, désemparée, déboussolée ». Dernière « géniale trouvaille », de certains jeunes hommes, fort « égarés », de l’Est, de la France, fin 2017 : l’agression, crapuleuse, gratuite, démultipliée. De jeunes lycéens, choisissent, au hasard, un congénère juvénile. Le passent à tabac, en réunion, pour le seul « plaisir », de nuire, faire mal, de façon, malsaine, perverse.

 

__________________________________

 

 

Congruent regard, sur l’androJuvénilité – Encourager, soutenir, valoriser

 

Par sa conception « verticale, autoritaire, rigide », la société française, n’a pas appris, à ses jeunes ressortissants, la meilleure façon, d’être et, d’agir. L’affirmation, de soi, ou, assertivité. Il s’agit, d’un problème éducatif et, socioculturel. Ce qui fait, que les juniors français, s’affirment, moins bien, en leurs études, emploi et, vie, que leurs homologues occidentaux, septentrionaux. Nord-américains, scandinaves, germaniques. À qui, l’on a, tout au contraire, dès, le plus jeune âge, appris, à s’affirmer, avec fierté, sans arrogance, non, à « capituler » et, être susceptibles. Raison, pour laquelle, le coaching de vie d’Andro-AdoJeunologie® aide, tout particulièrement, les juniors masculins, à s’affirmer.

 

Il existe, quatre modes majeurs, de comportements sociaux. L’affirmation, de soi. La passivité ou, inhibition. L’agressivité ou, animosité. La manipulation ou, duperie. L’affirmation, de soi, permet, de se manifester, ainsi, que ses besoins et, désirs, tout en prenant, en considération, autrui et, les siens, à égalité. L’inhibition consiste à, toujours, privilégier, les autres, leurs intérêts, avant, soi-même et, les siens propres. Le jeune ne communique pas, ses besoins, désirs et, permet, aux autres, de dicter, leur propre loi, à ses dépens. Qui, ne s’affirme pas, abdique, renonce !

 

L’agressivité mène, à s’imposer, soi, ainsi, que ses propres besoins, désirs, au détriment, des autres et, des leurs. Être agressif, est confondu, avec, être fort. L’agressivité est une faiblesse, l’affirmation, de soi, une force. Un garçon  junior, en coaching de vie, mentalement fort, n’a nuls besoins, d’être agressif. Son charisme respectueux, suffit ! Manipuler, fait mentir, pour asservir, autrui. L’affirmation, de soi, permet, d’être en accord, avec soi, en ne nuisant ni, à soi ni, à autrui. D’être, à l’aise, de se dire, en authenticité. Ce qui est gage, d’équilibre, d’épanouissement juvéniles. De relativiser, le temps, l’espace, les choses, gens, les événements et, circonstances. S’affirmer, respecter, autrui, permet, d’entretenir, de bonnes relations, avec la plupart ou, presque. De mieux lever, les blocages interrelationnels. S’affirmer, conduit, à plus, mieux, atteindre, ses objectifs, de vie, en tout domaine, osant, avoir foi, se battre, réussir. Ce qui accroît, la plénitude, d’autant. Le jeune affirmé, protège, tous ses droits, ceux, des autres, sans nuire, à aucuns450.

 

Le manipulateur leurre, autrui, lui-même, aux dépens, des droits, de tous. L’inhibé n’assure, que ceux, des autres, aux dépens, des siens. L’agressif ne garantit, que les siens, au détriment, de ceux, d’autrui. La passivité entraîne, insatisfaction, frustration. Ce qui vaut, autodévalorisation, apitoiement, sur soi, mécontentement, de soi. Si l’on a conscience, d’être insuffisant, l’on ne peut s’aimer, s’accepter, avoir confiance. L’inhibition génère, l’échec, le mal-être, la culpabilité, la honte, le retrait, de la vie sociale. Ce qui handicape, l’existence entière. S’affirmer, permet, d’avoir, une vision, de soi, restaurée. L’inhibé junior, en coaching de vie, est méprisé, exploité, rejeté. Sa réputation, de faible, lâche, dominé, est désastreuse. La passivité prive, de volonté, d’envie, de désir et, de plaisir. Le jeune homme s’oublie et, s’efface, pour subir, le diktat, la tyrannie, les abus, d’autrui. En une société, fort « barbare », qui ne respecte jamais, l’autre, par principe, devoir, comme, en société « civilisée », mais, par la seule force et, obligation. La passivité prive, de combler, ses besoins, désirs. Le junior s’empêche, d’exister, par, en, pour, lui-même, puisque, la priorité, à ses yeux, est toujours, les autres, leurs attentes, à eux. Il y a, déséquilibre, entre, le soi et, l’autrui.

 

Il obéit alors, à la volonté, des autres, à ses dépens, non, à la sienne propre, en son intérêt, à soi. Avec, tous les dangers, que cela, comporte, les risques, d’abus, parfois, dramatiques. La passivité excessive conduit, souvent, à des explosions soudaines, de « compensation, voire, décompensation », qui altèrent, les relations, du jeune masculin, en coaching de vie, à autrui. En outre, à force, de vouloir, se concilier, tout le monde, ne fâcher, personne, l’on finit, par se brouiller, avec tous. Les humains apprécient, ceux, qui ont une force, de caractère, tout à la fois, marquée et, respectueuse. Non, ceux, qui « rasent, les murs », ne se révèlent, en rien. L’inhibition empêche, de se défendre, même, légitimement.

 

Ce qui aggrave encore, la déconsidération, des autres, à l’égard, du garçon  junior inhibé, en coaching de vie, donc, son mal-être. Les liens, à autrui, sont fort difficiles, car, la passivité excessive et, systématique, indispose, tout le monde. Les autres abusent, du jeune passif et, l’exploitent, à ses dépens et, en leur seule, faveur. L’adage, ne dit-il pas, si justement, que : « Qui, ne dit mot, consent » ! ? (« Qui, tacet, consentire, videtur. Qui, se tait, semble, consentir », pape, Boniface VIII, Saint-Siège, 1235-1303). Les autres interprètent, la passivité, le mutisme, l’effacement, comme, accord ou, quitus, tacites, implicites. Faute, d’avoir été, clair, explicite, direct, l’on se nie, soi-même451.

 

Ce qui crée, abus, manipulations. Le junior, en coaching de vie, induit, chez les autres, la façon, dont ils le traitent. Qu’il soit « esclave », ils le considéreront, comme, tel. « Respectable », ils lui feront honneur. Un proverbe italien dit aussi, que : « Mieux vaut vivre, un jour, tel, un lion, que cent ans, comme, un mouton ». L’affirmation, de soi, permet, de se libérer, de toutes les emprises abusives. Outre, de recouvrer ou, d’atteindre, ainsi, sa pleine souveraineté, inaliénable. L’affirmation, de soi, passe, par une bonne communication idoine, du jeune homme. Un émetteur, qui s’exprime, adéquatement. Un message émis, compréhensible et, sans ambiguïté. Un récepteur, qui reçoit. Une réponse, de ce dernier, attestant, de la réception effective, de la bonne perception, comme, de la réaction, du récepteur, à l’émetteur. Un échange satisfaisant implique, que l’émetteur devienne, à son tour, récepteur et, que le récepteur, se fasse, émetteur. Ce, à égalité, soit, la moitié, du temps passé, en chacune, des positions, pour les deux protagonistes juvéniles, interlocuteurs, en duo. Un tiers, du temps, pour un trio. Un quart, pour un quatuor. Un cinquième, pour un quintette. Un sixième, pour un sextuor. Un septième, pour un septuor. Un huitième, pour un octuor.

 

Un neuvième, pour un nonet… Un monologue, tenu, par un seul jeune, intervenant, n’est jamais, une vraie communication, en dialogue bilatéral ou, multipolaire. Un équilibre, un savoir-faire, sont à respecter, entre les messages positifs, émis : compliments et, neutres : demandes ou, négatifs : critiques. De même, entre les données positives, reçues : réponses, à compliments. Les neutres, obtenues : accepter, négocier, refuser. Les signaux négatifs, parvenus : réponses, à critiques. Les relations distanciées : ponctuelles, épisodiques, de surface, sont plus faciles, à gérer, que les liens resserrés : amicaux, affectifs. La communication, du junior, en coaching de vie, est verbale ou, écrite, aussi, non verbale, auditive, visuelle, perceptive. Intensité vocale, intonation, débit vocaux, contact visuel, expression, de visage, position physique, mouvement. L’affirmation, de soi, permet, de parler, suffisamment fort, sans crier, de façon, lente, mais, non, languissante. Avec, des contacts visuels, suffisants, mais, non, fixes. Le visage sera mobile. Le corps, tonique et souple. Les gestes, larges et lents. L’expression andro-adoJuvénile extérieure, ne fait, que refléter, la réalité, de l’intériorité mentale. Il s’agit, pour se préparer, à s’affirmer, d’établir, un tableau452.

 

À quatre colonnes. Les situations vécues, concernées. Les pensées automatiques, cultivées. Les émotions, ressenties, évaluées, de un, à dix. Les comportements, entraînés. Cela, permet, de bien comprendre, relativiser, les choses, pour dédramatiser, être plus serein, se décentrer, de soi, dépersonnaliser, les réalités. Cela, autorise, à faire, la différence, entre, les réalités, de fait, objectives, plus positives, que le jeune masculin, en coaching de vie, le croit et, les interprétations mentales, subjectives négatives. Cela, rassure, rassérène. Ainsi, le junior, fera la différence, entre, ce qui se passe : événements et, ce qu’il se dit : cognitions, comme, ce qu’il ressent : émotions et, ce qu’il fait : comportements. Il s’agit, d’être bien moins, négatif, critique, à son propre égard, comme, plus compréhensif, indulgent. Ce qui ne signifie pas, pour autant, complaisant. Afin, d’être mieux, en mesure, d’agir, d’éviter, les préjugés, idées fausses, toxiques, sur soi, autrui. C’est-à-dire, des autoprédictions, interprétations, appréciations, non fondées, abusives et, donc, délétères, destructrices. Le jeune remplacera, toujours, à profit, l’autodénigrement permanent, par l’auto encouragement. Ce qui le motivera fort, à aller, de l’avant, au lieu, de se condamner, lui-même.

 

Donc, de reculer, en permanence. Ce qui est excessif, injuste, contre-productif. Le garçon junior, en coaching de vie, cultive, quatre types, de pensées. Sa pensée est, interne positive : c’est grâce, à moi. Elle est, interne négative : c’est, ma faute. Elle est, externe positive : c’est grâce, aux autres ou, aux circonstances. Elle est, externe négative : c’est la faute, des autres ou, des aléas. Le jeune, qui ne s’affirme pas, aura, surtout, des pensées internes négatives et, externes positives. Il s’agit, donc, pour mieux, s’affirmer, d’équilibrer, en ayant, aussi, des pensées internes positives et, externes négatives. En fonction, des cas, situations, réels et, non, des seuls, « états d’âme » négatifs, sur soi-même. Les autres, n’ont pas, toujours, raison, en innocents supérieurs et, soi- même, toujours, tort, en coupable inférieur. Exactement, de la même façon, que les autres, ne sauraient, toujours, être malfaisants et, soi-même, systématiquement, bienfaiteur. Si, le « tout positif », est excessif et, peu réaliste, le « tout négatif », ne peut, que déprimer. Une équitable répartition, entre cognitions, émotions, comportements, positifs et négatifs, s’impose donc, au minimum. Plus, les pensées positives juvéniles, l’emportent, sur les négatives, mieux, cela est453 !

 

Que le jeune homme inhibé, négatif, prenne modèle, sur les camarades et, adultes affirmés, positifs. Tout junior, en coaching de vie, conseillerait, à un ami cher, de s’affirmer, il peut donc, le faire, pour, lui-même ! Pour s’affirmer, il aura, face, à toute situation, des pensées, des émotions et, comportements, plus confiants, positifs. Pour agir, il acceptera, au préalable, l’idée, d’échec, de rejet, d’incertitude, de réprobation, d’imperfection, même, de ridicule. Ce qui lèvera plus, ses inhibitions, doutes, peurs, de soi, d’autrui, de mal faire. Le jeune va mieux, quand, il s’accepte, tel, qu’il est, « ni, exceptionnel ni, misérable ». Quand, il accepte, d’agir, quitte, à se tromper, échouer. Car, qui s’abstient, n’a aucune chance, d’obtenir et, qui tente, sa chance, par l’action, s’octroie, ainsi, une éventualité, sur deux, de « réussir ». Ce qui est, bien plus prometteur, encourageant, en dépit, de la possibilité, sur deux, d’échouer. Une occasion, de « gain », sur deux, est toujours, meilleure, qu’aucune ! La certitude absolue, de toujours, « gagner, à tous les coups », n’existant pas, ici-bas. Ni, l’échec total et, définitif ni, le succès intégral et, indéfini, n’étant, « humains », tout espoir reste, à la jeunesse, permis, encore et, toujours. Elle est, par nature, espérance.

 

À tous, points de vue. Les effets, même, de l’infortune, seront envisagés, intégrés, acceptés. Ce qui, en neutralise, les implications, les plus inquiétantes. En faisant, la liste, des avantages, inconvénients, de l’action, comme, de l’abstention, le jeune, en coaching de vie, voit, le plus souvent, que vivre, les réalités sociales, est bien plus bénéfique, que les fuir. Les fuir, plus gênant, que les rechercher. Il s’agit, de s’entraîner, à l’action, par ordre, de difficultés croissantes. Le junior commence, par faire, les sollicitations, les plus faciles, à ses yeux, pour exprimer, ses besoins, désirs, auprès, d’autrui. Il termine, par, les plus difficiles. De façon, progressive, prudente, mais, résolue. La difficulté, du défi, dépend, notamment, du genre, de protagoniste, sollicité, de la nature, de la demande, émise, à son encontre. Chaque action sera notée, de zéro, à cent, pour évaluer, la difficulté croissante, d’anxiété. L’entraînement exige, constance, progressivité, ténacité, effort, modération, aide, d’autrui, méthode, rigueur, méticulosité et, constant retour, sur ses progrès. Pour s’encourager, prendre conscience, du chemin androJuvénile, parcouru. En autocongratulation, pragmatisme, infinie patience. La force d’être ne vient, que de l’acharnement, à perdurer454.

 

La relaxation est précieuse, notamment, la respiration abdominale. En gonflant, le ventre, en inspirant et, en le rentrant, en expirant, comme, un ballon. En respiration lente, superficielle : hypoventilation. Outre, aussi, par décontraction musculaire, de tout l’organisme. Le jeune masculin, en coaching de vie, a le droit, de demander, de façon, appropriée, légitime, certaines choses, à autrui. À condition, de toujours, admettre, respecter, en logique symétrique, le droit, d’autrui, à refuser ou, négocier. Penser, que toute demande, doit être, impérativement, satisfaite, de façon, inconditionnelle, est un abus agressif. Or, se voir, éconduire, suite, à une requête, est préférable, à ne pas oser, la formuler. Ne pas le faire, rend nulle, toute chance, d’aboutir et, occasionne, des regrets, des doutes. Agir, laisse, toujours, le champ ouvert, au succès potentiel. La demande juvénile sera formulée, à la première personne, du singulier, en son nom personnel, claire, nette, précise, directe. Il s’agit, de se mettre, à la place, de l’interlocuteur, par l’empathie. Il faut savoir, insister, réitérer, sa demande, si besoin est. Il convient, de manifester, ses sentiments, tout en affirmant, comprendre, ceux, de l’autre. Rien, ne passe, pour le junior, hors, l’échange, bilatéral et mutuel.

 

Si nécessaire, le jeune, en coaching de vie, peut toujours, négocier, une « contrepartie », au service demandé, en compensation, « renvoi, d’ascenseur ». Il ne reste plus, qu’à remercier, en cas, de demande satisfaite, aussi, en cas, contraire, tout en disant, de façon, sereine, son désappointement. Si le garçon  junior n’obtient, que partiellement, gain de cause, il mettra l’accent, sur l’acquis accordé, non, sur ce qui a été refusé. Il est important, de rester, sur une note positive, quelle, que soit, l’issue, de l’échange. Pour ne pas, se fâcher, avec autrui, ainsi, « insulter l’avenir ». Tout jeune, se doit, également, de savoir, refuser, ce qui est, pour lui, inacceptable. En impératif vital, de protection, sans failles, contre, tout abus illégitime, dommageable, potentiel, d’autrui. Chacun, a le droit, le devoir, de veiller, scrupuleusement et, systématiquement, au strict respect, par les autres, de sa souveraineté, sûreté, pleines et entières. Sous peine, du pire, s’il est trop complaisant, faible. Certaines situations, peuvent autoriser, une acceptation juvénile et, d’autres, un refus. D’autres, aussi, une négociation. Refuser, est un droit irréfragable, si sa conscience, sa volonté et, ses intérêts, s’y opposent. Du droit, à l’acceptation, découle, le droit, corollaire, au rejet455.

 

De façon, ferme, sans nulle, justification. Si quelque chose, est négociable, car, le jeune homme, en coaching de vie, le veut bien, l’estime bon, la demande initiale inacceptable, qui lui est faite, sera, d’abord, refusée. La négociation ne devant, alors, porter, que sur, une tout autre requête, plus admissible. Le refus doit être, immédiat et ferme, comme, définitif. Si besoin, il sera réitéré. Si cela, est souhaité, le rejet sera « agrémenté », d’empathie. Si le quémandeur insiste, le refus sera accompagné, de marques, de sentiments négatifs. Si nécessaire, l’importun se verra, définitivement, signifier, son congé, l’arrêt, de l’échange. Il est aussi, des cas, où, l’intérêt, du junior, sera, ni, de refuser ni, d’accepter, une demande, en l’état, mais, de négocier. Pour bien « marchander », au mieux, de ses intérêts et, volonté, le jeune commencera, par re/préciser, nettement, son souhait, celui, de son vis-à-vis. Il mettra, en exergue, comme, étant acquis, les éléments, d’accord. Il proposera, des solutions alternatives, tout autant, acceptables, par les deux protagonistes. La négociation sera toujours, close, de façon, des plus positives, quelle, qu’en soit, l’issue, favorable ou, non. Il est très important, également, de toujours, savoir, se complimenter, s’encourager, soi-même.

 

De faire, de même, à l’égard, d’autrui. Il est, tout aussi, capital, de, toujours, savoir, accepter, les compliments, félicitations, justifiés, y répondre et, remercier. Tout en disant, sa satisfaction, son approbation androJuvéniles, si l’on est, en accord. Ou, son désaccord, si c’est, le cas, mais, sans, pour autant, rejeter, le compliment. Cela, permet, de gratifier, autrui, pour sa démarche positive et, de s’honorer, soi-même, en se reconnaissant digne, d’être ainsi, valorisé, congratulé. Tout en étant courtois, avec ceux, qui ont bien voulu, distinguer, le jeune, en coaching de vie. Cela, renforce, aussi, l’estime et, l’acceptation, de soi, la confiance, en soi et, en autrui, donc, bien sûr, l’affirmation, de soi. S’affirmer, consiste, aussi, à oser, faire, des critiques, à l’égard, non, d’autrui, mais, de certains, de ses comportements. Le junior a, de fait, le droit, de réprouver, de façon, pragmatique, les actes et, attitudes, mais, jamais, de juger, en valeur, les autres personnes, elles-mêmes. La critique est acceptable, si elle est fondée, sur des faits, indubitables, si elle est, constructive, porteuse, en elle-même, de solutions, d’avancées. Elle est abusive, si elle n’est pas justifiée, si elle est, purement, malveillante, destructrice. La frontière, entre critique et, calomnie, est fort ténue456.

 

Il s’agit, de préciser, le problème concerné, à l’origine, de la critique. Donner, son sentiment juvénile. Suggérer, une alternative positive, acceptable. Dire, les effets psychiques bénéfiques, en cas, d’acceptation, par autrui, de la piste, d’amendement, proposée. Il convient, tout autant, d’être en mesure, de faire face, aux critiques, bien différencier, celles, qui sont constructives, liées, à ses comportements. De celles, étant fort destructives, des jugements, de valeur, sur sa personne, même. Il convient, d’interroger, la personne critique, pour savoir, bien comprendre, pourquoi, sur quels fondements, elle critique. Il s’agit, de la questionner, sur les faits, en cause, sur les sentiments, que cela, suscite, chez le personnage, qui critique. Le jeune masculin, en coaching de vie, attaqué, fera re/préciser, la critique, la reformulera, ainsi, telle quelle. Le tout, de façon neutre. Il procédera, à la reconnaissance, des critiques justifiées, concernant, ses comportements incriminés, à juste titre. Il corrigera alors, ce qui cause, problème ou, « négociera », un compromis. Si la critique concerne, un acte, du junior, de façon, injustifiée ou, consiste, en un jugement, de sa personne, même, ce qui est toujours, irrecevable, il la rejettera. Calmement, sereinement, mais, fermement.

 

Le jeune, en coaching de vie, injustement attaqué, après vérification, auprès, de son contempteur, stigmatise, lui- même, l’attitude, déloyale et indue, de son attaquant abusif. En rappelant, les faits, disant, le ressenti négatif, subséquent, proposant, une solution, de sortie, de crise. Affirmant, les effets bénéfiques, pour l’adojeune accusé, à tort. Si son agresseur, veut bien revenir, sur sa position initiale, en renonçant, à ses critiques et, reconnaissant, qu’il s’est trompé. Le garçon  junior critiqué, à tort, peut aussi, après investigations, délibérément, ignorer, éluder, les critiques abusives, en ne répondant, à aucune. Si la critique, est offensante, il suffit, de la rejeter, très sèchement, sur la forme, c’est-à-dire, la façon agressive, voire, insultante, dont, elle est émise. Crises, conflits, peuvent être, résolus et surmontés, par le jeune, de façon, progressive. Il dira, que le blocage, est bien réel et, l’incommode fort. Tous les protagonistes, admettront, la réalité, de la difficulté et, accepteront, de la résorber. Sans masquer, la nature, de leurs sentiments, à cet égard. Le junior précisera, très fermement, la nature, du différend. Il envisagera, toutes les possibilités, de résolution, possibles. Chaque solution, sera notée, avec ses avantages et, inconvénients457.

 

La meilleure, sera alors, retenue. Pour une « sortie, de crise », bénéfique, pour tous, un contrat, d’avancée, acceptable, par tous, sera conclu. Une date ultérieure sera, au préalable, choisie, pour s’assurer, que la solution envisagée, est efficace et, a bien été mise, en œuvre. Si c’est le cas, elle continuera, à s’appliquer, sinon, une vue appropriée, sera redéfinie. (Fanget, 2005)458.

 

__________________________________

« Ceci, est juste, un petit mot, d’adieu, pour vous rappeler, quand, j’aurai disparu, que vous devez, tâcher, dans la vie, d’être heureux. De rendre, les autres, heureux. Que cela, paraît, si facile, agréable, n’est-ce pas ? C’est, tout d’abord, par la bonne action quotidienne, que vous apprendrez, à apporter, le bonheur, aux autres. La meilleure façon, d’atteindre, ce bonheur, est de le répandre, autour, de vous. J’ai eu une vie, très heureuse et, j’aimerais, que l’on puisse, en dire, autant, de chacun-e, de vous. […]. Ce n’est, ni la richesse, ni le succès, ni le laisser-aller, qui créent, le bonheur. […]. Contentez-vous, de ce que vous avez, faites-en, le meilleur usage, possible. Regardez, le beau côté, des choses, non, le plus sombre ! Essayez, de laisser, ce monde, un peu, meilleur, qu’il ne l’était, quand, vous y êtes venus. Quand, l’heure, de la mort, approchera, vous pourrez mourir, heureux, en pensant, que vous n’avez pas perdu, votre temps, que vous avez fait, de votre mieux. Soyez prêts, à vivre, heureux et, mourir… heureux. Soyez, toujours, fidèles, à votre promesse, même, quand, vous serez adultes »459.

 

Ainsi, s’adresse, à la fin, de sa vie, pour la dernière fois, aux scouts, du monde, R. Baden-Powell, (Officier général, Royaume-Uni, 1857-1941), leur créateur. C’est, de fait, aux jeunes hommes, eux-mêmes, en leur for interne, de forger, d’entretenir, leurs propres « ferments, de bonheur ». D’accomplissement, de soi, terrestre. Nul, ne peut, le faire, à leur place. Même si, le monde, issu, des adultes, a tant, « la tête, le cœur et, les entrailles, vides ». En matière, culturelle, des valeurs, comme, d’intelligence. D’amour, de don, de soi, d’abnégation. D’ascèse morale, de dépassement et, de réalisation, de soi. Pour autant, la nouvelle génération ne saurait, se laisser, aussi, aller, au vide mental, affectif ou, moral.

 

Elle peut, malgré tout, être, des plus heureuses et, comblées, en, par, elle-même. Tel est, le vrai sens, si profond, de l’ultime message humaniste, d’espérance, adressé, à la jeunesse masculine, par, Sir Robert. La jeunesse, en coaching de vie, se doit donc, de se battre, pour s’accomplir, parvenir, exister. Ainsi, I. Kamprad, (Entrepreneur suédois, 1926-2018), crée-t-il, en 1943, à l’âge, de dix-sept ans, Ikea. Ce qui n’était, à l’origine, qu’un petit négoce local, de porte-à-porte, en Suède, allait devenir, une célèbre multinationale, du mobilier, de tout premier plan ! Redisons-le, encore, « Aux âmes, bien nées, la valeur n’attend point, le nombre, des années » !

(P. Corneille, dramaturge français, 1606-1684, Le Cid, tragi-comédie théâtrale, France, 1637).

 

__________________________________

 

 

LE « PRÉCEPTORAT DE VIE / RÉALISATION DE SOI »

DE l’ANDRO-ADOJEUNOCONSEIL®

 

 

Le coaching / préceptorat de vie androJeunologique, en réalisation, de soi, juniors, fait, prendre conscience, des propres atouts androJuvéniles, en soi, par, soi-même. Conduit, le jeune, à cultiver, ses plus grands talents, donner, le meilleur, de lui-même. Forme, le garçon adolescent, à savoir, décisivement, triompher, de toute occurrence traversée, aussi difficile, soit-elle.

 

__________________________________

La souffrance juvénile, la plus « cruciale », de notre temps, provient, de carences affectives, patentes. En apparence, le junior, en coaching de vie, est des plus choyés. En réalité, nulle époque, n’a été, aussi pauvre, d’amour, de don gratuits, que la nôtre. Le jeune homme manque, de gratifications morales, avec ses pairs, ses amis, en couple. Avec les enseignants, ses parents, les adultes, la société et, même, lui-même. Pourtant, les juniors n’ont pas toujours, conscience, de la richesse inouïe, que constitue, leur jeunesse. Ce n’est, qu’à la pleine maturité, ses doutes, regrets, difficultés, qu’ils en garderont, la nostalgie, émue. En toute fin, de vie, au moment, de quitter, ce monde, c’est, vers, leurs jeunes années, qu’ils se tourneront, le plus. C’est, quand, ils auront déjà, perdu, leur « juvénilité », qu’ils l’apprécieront, le plus et, tant, qu’ils la vivent, sans doute, le moins. Le temps, de « préparation, à la vie », d’apprentissage, est, sans doute, le plus fécond, de toute, l’existence humaine. Ce qui n’est, jamais, exempt, de « duretés ».

 

Ainsi, sait-on, qu’en France, contrairement, à ce que l’on pourrait, pourtant, croire, les dix-huit – vingt-cinq ans, sont les moins nombreux, à partir, en vacances ? Faute, de moyens suffisants, par la terrible, paupérisation croissante, de notre adojeunesse, depuis, dix ans. Des chèques Vacances ont donc, été, spécifiquement, créés, pour eux. Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunologie®, cognitif, émotionnel, comportemental, combat, les schémas, de pensées, d’émotions et, d’attitudes, négatifs, douloureux ou, contre-productifs. Il s’agit, des croyances, affects et, actes irréalistes. Des distorsions, d’idées, et, de sentiments ou, d’actions, par mauvaises appréhensions, traitements erronés, de l’information. De pensées, d’émotions, comme, de comportements automatiques, inadaptés, non fondés et, néfastes. Tel est, le « cœur », de l’intervention andro-adoJeunologique. Afin, que la jeunesse, résiste, à la boudeuse tentation, de « se retirer, en son Aventin ». Faute, d’accomplissement, de soi, d’espérance, suffisants460.

 

__________________________________

 

 

Faire prendre conscience, des atouts androJuvéniles, en soi, par soi-même

 

Atout, est un terme masculin, qui date, de 1440. Il signifie, « moyen, de réussir ». (Dictionnaire, de la langue française, Robert, France, 2007)461. L’objectif andro-adoJeunologique est d’inciter, le junior, à avoir, la pleine conscience et, toute la maîtrise, de ses aptitudes, qualités, avantages uniques. Pour progresser, de façon, optimale. Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® est, aussi, un préceptorat, de vie, réalisation, de soi, juniors, teen life councelling : conseil, de vie, pour ados masculins. Il s’agit, d’aider, ces derniers, à prendre conscience, des ressources, solutions, qui sommeillent, en eux, par, comme, en eux-mêmes. Conscientisation, de leurs pleins atouts propres et, schémas ou, priorités personnels, d’évolution.

 

La guidance, du coaching de vie andro-adoJeunologique, apprend, au jeune garçon, l’assurance, l’optimisme, la pensée positive, la solidité mentale. L’action immédiate, sans nulle, procrastination, la loi, de réciprocité humaine, qui exige, que l’on ne fasse pas, à autrui, ce que l’on n’aimerait pas, subir, de sa part. L’équilibre, labeur détente, comme, la culture, de l’enthousiasme. L’adojunior élabore, sa propre « philosophie existentielle », originale. Il peut mieux lutter, contre, son aboulie : l’inaction, sa déprime : le défaitisme et, son anomie : l’isolement, voire, l’asocialité nihiliste. Du sentiment, d’inutilité, de rejet, de marginalisation, du jeune, découle, son malaise.

 

Le tutorat personnel ou, préceptorat de vie, pour juniors, est un dialogue, qui leur permet, de se positionner, « suivre, les rails » adéquats. Il s’agit, d’éclairages, pour mieux optimiser, leur potentiel, atteindre, leurs objectifs, connaître, l’existence, qui leur convient, le mieux. Aller, à l’essentiel, en trouvant, en soi, les interrogations fondamentales, en sachant, adéquatement, y répondre. Ce qui autorise, à prendre, des forces, rebondir, se battre, pour avancer. Le coaching / conseil de vie, andro-adoJeunologique, fait prendre conscience, aux jeunes hommes, de leurs propres atouts. Il ne s’agit pas, d’un soin psychique, thérapeutique. Le jeune n’est pas, en situation, de psychopathologie ni, de souffrances psychologiques aiguës. Le suivi, d’adultes, n’est pas, un préceptorat. Or, sa version andro-adoJeunologique, peut l’être, car, elle implique, ipso facto, une dimension éducative. Le coaching n’est pas, un conseil, car il vise, d’abord, à favoriser, les propres schémas mentaux, du coaché. Ses propres ressources, solutions, en conscience. Il n’est donc, pas, un éclairage.

 

Toutefois, par sa nature pédagogique, le tutorat, pour adojuniors, implique, nécessairement, une dimension, de conseil. Sous forme, de cadrages précis, rigoureux, réguliers. Si le suivi, d’adultes, est donc, généralement, non directif, celui, des jeunes, par définition, didactique, ne peut, qu’être dirigé. Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunologie® agit, sur les cinq grands aspects, de l’existence androJuvénile. L’être, le faire, l’avoir, le paraître, le vivre. De fait, tout parcours terrestre satisfaisant, repose, sur un savant équilibre, compromis, qui contente. Entre, ce que le junior est, ce qu’il fait, ce qu’il possède, l’image, qu’il projette, la façon globale, dont, il vit. Pour cela, il s’agit, au préalable, d’identifier, correctement, consciemment, ses ressources humaines et, ses authentiques buts prioritaires. Pour mieux vaincre, les sources, de blocages, d’inactions, de frustrations, d’échecs et, avancer. L’objectif premier, de toute relation d’aide, andro-adoJeunologique, est donc, bel et bien, l’amélioration et, le changement. Il s’agit alors, non seulement, de bien vouloir, s’/améliorer, changer, mais, aussi, d’y être décidé et, prêt. Pour cela, il convient, de regarder, les situations réelles, en face, sans illusions ni, dénis. Le refus, des évidences, est illusoire, « fuite, en avant ».

 

Bien voir, les obstacles, qui favorisent, l’inaction, comme, la procrastination, définir, ses projets adéquats, essentiels. D’être convaincu, que c’est possible et, que l’adojeune masculin, en coaching de vie, peut y parvenir. D’établir, un plan, d’action, préparatoire, en en définissant, les choix, les moyens nécessaires, afférents. D’agir, dans le sens, des résultats souhaités, avec, tous les efforts subséquents. De s’y tenir, sur la durée, jusqu’à, la victoire finale et, bien, au-delà, avec, persévérance, courage, ténacité. Le tout, dirigé, de « main de fer », par la détermination, comme, la résolution, les plus farouches. Chaque junior, est unique, donc, à aptitudes singulières. Il a alors, en lui, toutes les ressources idoines, pour obtenir, la vie, qu’il souhaite, avoir. En sens, fort bien compris, de ses propres intérêts, tout en étant, altruiste. Le potentiel juvénile est illimité, il sera « dopé », par une meilleure maîtrise existentielle. Le jeune a toujours, toute latitude, pour décider et, agir. Il est responsable, de la marche, à suivre, de la suite, des événements, de la façon, dont, il fait face, aux aléas, de la vie. Il s’agit, donc, de s’ « approprier », son suivi, d’appliquer, le « plan, de bataille », qui en découle. Ce qui implique, éclairages, réflexion, motivation462.

 

Prise en compte, de toutes les données, possibilités, existantes. Chaque garçon  junior, en coaching, a, au fond, de lui-même, deux entités. Un censeur critique, négatif et impitoyable, un entraîneur, positif et encourageant. C’est donc, à chaque jeune, à être attentif, au second, plutôt, qu’au premier. Afin, de progresser, plutôt, que de renoncer, d’écouter, la voix, de l’espoir, de la lutte, plutôt, que celle, de la renonciation, du défaitisme. Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® aide, à réaliser, des objectifs, or, aussi, un « équilibre, de vie ». Elle peut aussi, conduire, à identifier, déterminer, son, ses buts existentiels.

 

Modifier, un état d’esprit inapproprié. Progresser, grâce, à la conscientisation, de soi. Elle permet, de se poser, les questions adéquates, pour mieux « naviguer, au long cours », en sa vie. Elle conduit, à faire le tri, entre, ses certitudes bénéfiques et, nocives, pour renforcer, les premières, limiter, les secondes. Afin, de mieux, être en mesure, de réaliser, ses objectifs. La culture, de ses valeurs propres, en sa pure motivation. Puis, l’Andro-AdoJeunologie® favorise, la conscience, de soi. Comprendre, ce que le junior « est, fait, en l’univers ». Ce qui l’amène, à « rectifier », tout, ce qui lui nuit fort, susciter et, entretenir, tout, ce qui lui est, le plus profitable.

 

En conclusion, nous pouvons dire, que la conscience, de soi, adojuvénile, définit ses besoins, valeurs et, croyances. Ce qui induit, ses actions, en fonction, de ce qui marche ou, non et, de l’étude, des options disponibles. Le tout, en un questionnement adéquat, permanent. Il s’agit, tout d’abord, de bien distinguer, les motifs, de satisfaction, de ses réussites existentielles. Ainsi, que ceux, de frustrations, de ses blocages, de vie. L’objectif premier, pour progresser, sera, de répertorier, ses aptitudes, capacités. Il s’agit, de se convaincre, que le jeune homme, en coaching de vie, a infiniment plus, de talents, dons et, créativité, que d’incompétences, de limites et, de défauts.

 

Il est toujours, possible, de remédier, à ses lacunes, d’élargir, ses zones et, champs, des possibles. Le point focal, de préoccupation, ne peut, que concerner, ses points forts, pour se renforcer, plus encore. Plutôt, que ses registres faibles, au risque, de se décourager. Il s’agit, de prendre conscience, de ses qualités, pôles, d’excellence. Tout junior, en tant, que tel, est équipé, pour être valable et, réussir, non, l’inverse. Pour agir, adéquatement, il s’agira, d’optimiser, ses savoir-faire. La dextérité, la connaissance, compétence, sont trois vecteurs majeurs, de réalisation, de soi463.

 

Ceux, qui permettent, d’exceller, en tout et, pour tout. Le préceptorat personnel, de vie, aide, à savoir, comment, doper, ses potentiels, pour être, en mesure, d’atteindre, tous objectifs, voulus. Cela, en tout domaine. L’on peut procéder, en listant, dix exemples, de réussite. Puis, l’on peut identifier, les savoir-faire, utilisés, pour parvenir, à ses fins. Cela, autorise, à prendre conscience, de sa pleine valeur humaine. Puis, tout ceci, conduit, à mieux faire fructifier, ce dont, le jeune masculin, en coaching de vie, est capable, ce qu’il a « appris, sur lui-même ». Il s’agit, aussi, d’être très lucide, quant à ses préférences.

 

Car, observer, des schémas comportementaux familiers, bien prédéfinis, aide, en occurrences difficiles, anxiogènes, de stress. Le fait, d’être extraverti ou, introverti, a aussi, son importance. Dans le premier cas, le junior s’exprime, communique, bien volontiers. Dans le second, il prise, la réflexion intérieure, sans interactions, avec autrui. Souvent, les jeunes, ne sont pas « monogenre », mais, ils relèvent, tout à la fois, des deux caractères. L’un ou, l’autre, prédominant, selon, les circonstances, domaines, concernés. Il s’agit, donc, de s’entraîner et, s’adapter, aux traits, de personnalité, les plus adéquats. Pour affermir, ce que l’on est, le plus.

 

Selon, ses obligations. Alors, plus, l’on s’exerce, en tout et, pour tout, de telle ou, telle façon, plus, l’on est habile, à l’aise, car, l’aptitude impliquée, s’est développée. Chacun, a également, son propre type, de comportement. Ainsi, le garçon adojunior, en coaching de vie, peut être, bien plus, focalisé, sur l’action, à entreprendre ou, les personnes impliquées. L’idéal, est de bien équilibrer, les deux genres, d’attitudes, de façon, adéquate, en fonction, des situations, des tâches, gens, en cause. Il est capital, de bien identifier, connaître, ses « modes comportementaux ». Cela, permet, d’agir, en conséquence, pour mieux réaliser, ses buts, de vie juvénile. De prendre exemple, sur d’autres types, d’attitudes, observés, chez autrui, pour bien, les réussir, en des domaines, de moindres performances. Puis, d’ « intérioriser » les raisons, pour lesquelles, les autres, appréhendent, de telle ou, telle façon, les manières, de faire, du jeune. Ce qui le mène, à en tenir compte, pour mieux avancer, en bonne interaction, intelligence, avec les autres. Les extravertis apprécient, de se focaliser, sur les actions et, leurs retombées. Ils prisent fort, l’entreprise, l’efficacité. Ils préfèrent, la compagnie humaine, le don, de soi, la joie de vivre. Pour s’accomplir, au mieux464.

 

Les synergies multipolaires, plurirelationnelles. Les juniors, en coaching de vie, introvertis, goûtent, de s’intéresser, aux autres, mais, en une logique, réflexive et patiente, empathique et compassionnelle. Ils se préoccupent, avant tout, de leurs œuvres, leurs effets, de façon, introspective, intellectuelle, organisationnelle, attentive. Évoluer, en la bonne direction, implique, d’user, de comportements inédits. Le changement exige, certes, un mouvement, une évolution, une mutation. Or, il est plus facile, efficace, d’opter, pour de nouvelles attitudes, bénéfiques, plutôt, que de se contenter, d’arrêter, les anciennes, si néfastes. De fait, cela permet, d’avoir une démarche, fort positive, dynamique, par adhésion, plutôt, qu’une renonciation, par défaut. Les actions, bien innovantes, renforcent, aux dépens, des vieux usages funestes, privant, le jeune homme, de son accomplissement terrestre, optimum. « Sa vie est le reflet, de ses croyances ». Tout commence, donc, par des adhésions, certitudes, positives, les plus affirmées, conditions impératives, de la réaction, de l’action, comme, de la proaction. Les croyances négatives, défavorables, ne peuvent mener, qu’aux pires blocages, aux échecs, les plus rédhibitoires. Au grand dam, du junior marri.

 

Il convient, d’identifier, de définir, ce que sont, ses convictions, les plus profondes. Ce que, le jeune masculin, en coaching de vie, croit, concernant, sa propre personne. Ses adhésions existentielles capitales. L’image, qu’il donne, aux autres, ce qu’il croit être, l’opinion, qu’ils ont, de lui, aussi, ce qu’il pense, du comportement, qu’ils adoptent, à son égard. Ses croyances limitatives, sur lui, conduisent, à son inertie. Quand, ses convictions maximalistes, quant à ses qualités, le mènent, tout droit, à l’action et, à celle, optimale et efficace. La pensée positive, est l’art, du possible. L’adhésion négative, celui, de l’impuissance. La certitude, du pire, conduit, à des comportements, des plus inappropriés, contre-productifs. Ce qui génère, les effets, les plus insatisfaisants, donc, des frustrations, les plus pénibles, à l’égard, de l’existence, du junior, concerné. À l’inverse, la pensée optimiste, le fait mieux agir, avec une probabilité accrue, de « bons résultats », donc, plus, de contentement, quant à sa vie. Conclusion : la croyance constructive, libère le jeune, quand, la pensée pessimiste, l’entrave. La conviction bloquante, peut être annihilée, par des affirmations quotidiennes favorables, convaincues. Le junior a pouvoir, de s’auto intoxiquer ou, affranchir465.

 

Il s’agit, de croyances, fortes et positives, axées, sur le présent, qui permettent, au jeune, en coaching de vie, de changer, les schémas, de pensée, inappropriés. De fait, le cerveau prend toujours, au mot, les pensées, qui lui sont adressées. La vraie « révolution », consiste donc, au préalable, à muer, ses propos et, croyances négatifs, en équivalents positifs. Cela, finit, par s’enraciner, au plus profond, de son mental et, l’ensemble, se consolide, à la mesure, du « temps, qui passe ». Les pensées, croyances limitatives, du garçon  junior, sont créées, par la peur. Il s’agit, alors, de pacifier, le passé, bien vivre, le présent, envisager, sereinement, l’avenir. La peur est nocive, quand, elle dissuade, de décider et, d’agir. L’on peut donc, la dominer. La peur mène, à la procrastination, l’inaction et, la passivité. La peur est de double nature. Elle peut dynamiser, mener, à l’action ou, au contraire, bloquer, conduire, à l’inhibition. Dans le premier cas, le jeune évite, ce qu’il rejette, plus, qu’il n’incline, vers, ce qu’il souhaite. Dans le second, il se focalise, sur ses désirs, plus, que sur ses répulsions. De prime abord, si la crainte, d’effets négatifs, le pousse, à agir, ceci, semble, très bénéfique. Or, à terme, la connotation nocive, de cela, peut fort nuire466.

 

Ainsi, la culpabilisation, de soi-même, si elle peut être, un moteur, d’action, du junior, en coaching de vie, engendre, également, des destructions morales, incalculables. Il est, toujours, préférable, de s’inscrire, en une logique positive, par adhésion, non, négative, par défaut. Se pénétrer, de ses désirs, plutôt, que de ses rejets. Identifier, ses peurs, aide, à s’en libérer. Il y a, la peur, de l’échec, qui signifie, pour soi, la médiocrité, le désamour, d’autrui. Or, l’échec est découverte, comme, le succès, apprentissage. La qualité, d’un adojeune, n’est pas liée, à la réussite, de ce qu’il entreprend. Le succès, est une donnée relative, est avéré, dès lors, qu’il y a, la bonne volonté.

 

Les échecs conduisent, à des expériences, enseignements, fructueux et positifs. Seul, l’ « amour, de soi », permet, de se transcender, ainsi, qu’autrui. La crainte, de la gêne, résulte, de la préoccupation, de sa propre image, aux yeux, des autres, d’une forte volonté, d’autoprotection. Pour autant, l’audace est appréciée, même, en cas, de désapprobation. La maladresse n’est pas, ipso facto, facteur, de rejet. Demander, est une force, ne pas « oser », le faire, une faiblesse. La viscérale peur, de l’ostracisme, vient, de la maladive obsession androJuvénile, de « considération universelle » inconditionnelle.

 

Le rejet est inéluctable, car, il est impossible, d’être accepté, par tous, de la même façon, que le jeune homme, en coaching de vie, n’apprécie pas, tous ses semblables. Le rejet l’éclaire, sur lui-même, ne signifie pas, pour autant, condamnation, absolue et intégrale, de sa personne. La peur même, de la réussite, s’explique, par crainte, de la solitude, du fait, du refus, des autres. Par, notamment, des envies, jalousies, rivalités. Réussir, implique, d’être meilleur, que les autres, donc, d’être isolé. Or, si, paraître meilleur, qu’on ne l’est, en réalité, signifie, tricher, il en va, de même, à l’inverse. Si, l’on se fait, moins bon, que son niveau réel. Cela, n’apporte rien, de positif, aux autres, dessert, le junior. Comme, tout, il est possible, d’apprendre, à bien appréhender, son succès. Être, un sujet, d’émulation, pour autrui, est plus positif, que négatif. « Réussir », est un droit, chacun, mérite, d’être reconnu, à sa juste valeur. Dépasser, ses peurs, consiste, au préalable, à en relativiser, le poids. La confiance est gage, de succès, d’aisance, d’acceptation, d’intégration, par autrui. S’ensuit, le goût adojuvénile, de l’action, l’estime, de soi, ainsi, que de leurs bénéfices, induits.

 

Cette peur, du jeune masculin, en coaching de vie, n’est pas tant, dépassée, par son annihilation, que par son apprivoisement. L’identifier, permet, de la tenir, à distance. Pour changer, il s’agit, de progresser, savoir, où, l’on va. Avec, un « bon plan », que l’on apprendra, à déchiffrer, comme, il convient. Le sien, non, celui, d’autrui, tout en prenant garde, à ne pas oublier, qu’ : « Une carte n’est pas, le territoire. A map is not, the territory ». (A. Korzybski, philosophe, scientifique américano-polonais, 1879-1950). Pour se motiver, il convient, au préalable, de se fixer, la destination adéquate, de réunir, les instruments idoines, de navigation. Le « début, de la sagesse », consiste, tout d’abord, pour se motiver, à prendre conscience, de tous ses besoins émotionnels.

 

C’est-à-dire, ce que le garçon adojunior, en coaching de vie, pense être, fort indispensable, pour son équilibre. Également, au bénéfice, d’autrui, d’objectifs supérieurs. Il s’agit, ensuite, de définir, ses pleines valeurs. De fait, ce sont ces dernières, qui conditionnent, ses progrès. Puis, il conviendra, d’harmoniser et, de faire coïncider, ses objectifs et, valeurs. Il est important, également, de bien identifier, les idéaux, les plus fondamentaux, intangibles, auxquels, le jeune tient, tout particulièrement. Ce sont, ces valeurs phares, qui lui permettent, d’être guidé, aidé et, motivé. La valeur, l’idéal et, le principe, sont des marqueurs et, repères capitaux, pour la « construction adojuvénile ». À défaut, l’adulte sera « bancal »467.

 

Notamment, en cas, de coup dur. Pour avancer, adéquatement, il convient, de bien comprendre et, savoir, pourquoi, l’adojunior, en coaching de vie, hésite. Pourquoi, il éprouve, de la confusion, comment, y faire face. Mieux gérer, les frustrations, permet, aussi, de mieux progresser. En découvrant, comment faire, autrement, pour aboutir, à des effets, plus performants. Il est, également, important, de se poser, les bonnes questions, non, les mauvaises, pour s’informer, agir. Il y a, les questions générales et, ouvertes. Puis, les questions, d’approfondissement, pour plus, d’informations. Les questions, d’éclaircissements, pour s’assurer, que le jeune homme, a bien compris. Puis, les questions fermées, auxquelles, il suffit, de répondre, positivement ou, négativement, pour confirmer, l’action. L’on part donc, du général, au particulier. Pour envisager, toutes les latitudes, afin, de trouver, la meilleure solution, d’atteindre, les résultats, les plus optimum. Poser ou, se poser, les bonnes questions, au bon moment, fait aboutir. Celles, de réflexion, ont une nature, d’approfondissement ou, d’éclaircissement, au plus profond, même, des audacieux « défis adojuvéniles, à relever ».

 

Ainsi, que d’analyse, des bonnes possibilités, envisageables. Les questions, qui induisent, une présupposition, visent, à approfondir ou, à formuler, des hypothèses, notamment, pour trouver, des solutions, du jeune masculin, en coaching de vie. Il s’agit, au-delà, des pensées limitatives, de contourner, les nœuds, de blocage, par, d’autres voies, possibles, bien plus adéquates. Or, il convient, aussi, d’être, en mesure, de s’écouter, d’écouter, les autres. Si la réponse, est inconnue, elle finit, généralement, toujours, par parvenir. À défaut, l’on peut faire, comme si, l’on avait, la réponse, s’interrogeant, sur ce qu’elle pourrait être, si on l’obtenait.

 

Cette dernière, finira donc, toujours, par émerger, d’elle-même. Il s’agit, d’être « clairvoyant », sur soi-même, sur toute son existence. Sinon, le junior se sanctionne, lui-même, même, en ayant conscience, d’avoir très bien agi, d’avoir été, « à la hauteur ». Plus, d’objectivité, s’impose, pour faire, la part, des choses, entre le négatif et, le positif. Il ne peut se contenter, de « prendre conseil », auprès, d’autrui. Les vraies, bonnes décisions, celles, qui l’engagent, très personnellement, ne peuvent venir, que de lui-même. En conscience, pour agir, à bon escient. La certitude, du bien, du vrai, du juste, du fort, du beau, élève, le jeune. Aucune défaillance, ne lui est possible, s’il est engagé, en la « bonne voie » idoine468.

 

Bien, se questionner, soi-même, permet, de bien choisir, d’optimiser, de façon, plus idoine, les éventuels, éclairages extérieurs. Le garçon  junior, en coaching de vie, ne peut, que tenir compte et, du positif et, du négatif, de l’actif, comme, du passif. Alors, être lucide, consistera, à établir, un bilan objectif, réaliste, pragmatique. En recensant, les acquis, les désavantages, comme, ce qui relève, aussi, des deux réalités. Ensuite, en faisant, la balance et l’équilibre, entre, ce que chacun, des éléments précédents, vaut, en bénéfices ou, pertes. Puis, que le jeune évalue, les pensées, ressentis, générés, par, le plus ou, le moins, induits, en son bilan. En termes, de positivité, de négativité, ou, les deux. Souvent, un même élément sera, tout à la fois, négatif et, positif. Tout, n’est pas, que l’un ou, l’autre, à titre exclusif. Ni, le succès ni, l’échec, ne sont « mesurables », car, leur évaluation évolue, dans l’espace, le temps. Selon, les événements, les personnes, les actes, les pratiques. Une chose positive, en soi, peut, en réalité et, à la longue, s’avérer, négative et, réciproquement. La positivité, comme, la négativité, de chaque occurrence, ne se mesurent, fort valablement, qu’en la durée. Seule, la réalité acquise, permet, la justesse, de perception juvénile.

 

Par ailleurs, l’échec, comme, le succès, sont relatifs, jamais, absolus. Ils existent moins, en tant, que tels, que, comme, aboutissements, non attendus ni, souhaités. Or, dont, le jeune homme, en coaching de vie, peut tirer profit et, enseignement « instructif », pour l’avenir. Il ne peut, tout maîtriser. Ce qui lui semble, réussi, peut être perçu, comme, échec, par autrui et, réciproquement. Il lui appartient, d’évaluer, lui-même, au mieux, au plus juste, tout, ce qu’il entreprend, ainsi, que tous les effets afférents, produits. Sans, éluder, pour autant, l’opinion, d’autrui, le junior est toujours, le meilleur juge, de lui-même, de ses œuvres. D’autant, que les conseilleurs, ne sont jamais, les payeurs. Tout ce qui arrive, ne doit pas toujours, forcément, donner lieu, à un jugement. Souvent, les faits, se suffisent, à eux-mêmes, sont importants, par eux-mêmes, sans, nul besoin, d’aucune analyse. Le Latin, plus subjectif, veut tout expliquer. Quand, l’Anglo-Saxon, plus pragmatique, met, avant tout, l’accent, sur les faits, rien, que les faits, objectifs. « Ce qui se passe », a plus importance, que le sens, qui lui est donné. Est toujours, réussite ou, échec, ce que le jeune, évalue, comme, tels, rien, d’autre. La réalité importe, toujours moins, que son interprétation469.

 

Au junior, en coaching de vie, de définir, ce qu’est, pour lui ou, elle, l’essentiel, des succès, de sa vie, à atteindre. Des échecs, à éviter. Il lui faut, aussi, savoir, ce qui lui donne, la certitude, de la réussite. Puis, prendre conscience, de toutes les implications, pour lui-même, de son succès, des sacrifices, qu’il sera prêt, à consentir, à cet effet. Tout, est relativisable, puisque, le positif, peut induire, du négatif, le négatif, du positif. Qu’il y a, souvent, du positif, dans le négatif, comme, du négatif, dans le positif. Seul, compte, l’aboutissement, de toute existence. De façon, distanciée, apaisée, sans émotivité. Avancées et, reculs alternent, sans cesse, de façon, temporaire, évolutive et, non, définitive. Tout, est affaire, d’interprétation, du jeune. Changer, d’angle, de vision, de point de vue et, d’attaque, permet, d’affiner, d’adapter, la meilleure stratégie, d’action, pour mieux, parvenir, à ses fins. Curiosité, intuition, autorisent, d’ajuster, au mieux, la « force de frappe » idoine. À cet effet, aucun, des cinq sens humains, n’est à négliger. Les bonnes idées peuvent surgir, inopinément, au moment, où, l’on s’y attend, le moins, comme, par mégarde et, hasard. Les méandres et, arcanes cérébraux androJuvéniles restituent, sans faille et, fidèlement, les données sollicitées.

 

Instinct, positivité, détermination, sérénité, servent, la clairvoyance, l’aptitude décisionnaire judicieuse. L’intuition, du jeune masculin, en coaching de vie, est souvent, plus fructueuse, bénéfique, prometteuse, que la stricte et, seule, pure analyse factuelle. Cette précieuse « intuition » est liée, à la qualité et, la capacité, de concentration, d’inventivité, de légèreté et, sérénité. Également, à l’introspection focale, sur le présent, donc, sur ses cognitions, pour mieux, tirer profit, de son inconscient. Il s’agit, aussi, de « positiver », en accordant, de l’importance, à ce qui va bien, plutôt, qu’au reste. Distanciation, relativisation, recul, humour, du junior, sont, en l’espèce, d’un grand secours. Plutôt, que l’angoisse, comme, la peur. Rire, du pire, est souvent, salutaire. S’imposent, aussi, la concentration, la détente. Pensées, émotions et, comportements sont, alors, à l’unisson, en l’action. Ce qui en garantit, l’optimum. Alors, la conscience est au zénith, au service, de toute entreprise, en cours, l’inconscient est « dopé ». Ce qui augmente, encore plus, les capacités intellectuelles, cognitives et, productives. Le positif annihilera, le négatif ou, le neutre, pour le meilleur, sans le pire. Performance, créativité, pertinence, optimisme juvéniles, l’emportent470.

 

Il s’agit, de bien définir, ses priorités, les plus fondamentales. Les bénéfices, de ses entreprises, renseignent utilement, le jeune, en coaching de vie, sur ses attentes existentielles. Sur ses qualités, ses défauts, progrès et, blocages, pour se corriger, s’améliorer, ce, encore plus. Ses buts, ses idéaux, le mènent, aux agissements. De même, que l’action, conduit, à la gratification valorisante. Donc, à l’évolution dynamique. Le présent importe plus, que passé et, avenir réunis. C’est la raison, pour laquelle, le garçon junior doit, avant tout, tenir compte, de ses réalités actuelles. Plus encore, que de son parcours passé ou, encore, de sa destinée future. Ce qui ne l’empêche, nullement, de progresser, grâce, aux enseignements, de ses expériences, du passé. Ni, de se projeter, vers l’avenir, pour mieux, l’anticiper, l’organiser, le réussir, construisant, demain, dès, aujourd’hui, avec, les acquis, d’hier. Le but est, alors, de rendre possible, la réalisation, d’objectifs, en les déterminant, visualisant, mentalement, à l’avance. En tous domaines, à tous points de vue. Chaque but juvénile existentiel, sera synthétisé et, exprimé, clairement et, précisément. Avec, de stricts délais, d’exécution, indépassables et, une représentation visuelle, significative et pertinente.

 

Que tout objectif, du junior, en coaching de vie, soit représenté, au temps, en lequel, il est censé, être atteint. Cette schématisation mentale, d’image visuelle, sera réitérée, de temps à autre, pour maintenir, le cap global, de toute son existence. Le problème est toujours, secondaire, puisque, la solution, est principale. S’il n’y a pas, de solution, c’est, qu’il n’y a, alors, pas de problème. Il s’agit, de s’ouvrir, les champs, du possible, plutôt, que de, systématiquement, se couper, des hypothèses, d’ouverture, d’avancées, de succès. Les pensées limitatives restreignent, les capacités, quasi « illimitées », de son cerveau. Quand, les cognitions constructives, optimistes, permettent, au contraire, à son mental juvénile, de trouver, les meilleures idées, les solutions, pour vaincre, arriver, à ses fins. En prenant en compte, toutes les possibilités concrètes, qui se présentent, à soi, la volonté, de mutation, se mue, en but, à réaliser. Or, la volonté, ne peut rien, si, elle n’est pas précédée, par une croyance et, une croyance positive solide, large, ouverte. Alors, il sera possible, de vouloir, agir, au lieu, de l’inverse. Donc, de pouvoir ! Cela, est, aussi, rendu possible, par la conviction ancrée, du jeune homme, de l’irréfragable supériorité, de l’avantage, à agir471.

 

Sur l’inconvénient, de ne pas le faire. De mesurer, à quel point, le bénéfice subséquent et, gratifiant, dépasse, tous risques encourus, peurs générées, du junior masculin, en coaching de vie. Le préjugé psychique, est le pire ennemi, de la solution, de la réalisation ou, du progrès. Il est également, important, de savoir, bien s’entourer et, d’être ouvert, sur autrui et, le monde. Cela, permet, de bénéficier, des compétences, d’autrui et, d’être aidé, autant, que de besoin. De même, il convient fort, de multiplier et, différencier, les sources, d’information, d’idées, pour bénéficier, d’un maximum, de savoirs exploitables, fructueux. Il s’agit, ensuite, d’en tirer, le meilleur parti juvénile. Ne jamais, se contenter, de champs, d’investigation, familiers et limités, mais, toujours, en inventorier et, explorer, de nouveaux. Pour élargir, tous ses horizons habituels, se développer, d’autant. Le maître mot, est l’innovation permanente, pour sortir, de ses schémas, structurations mentaux, limités, comme, limitatifs. Oser, l’audace, le changement, pour découvrir, de nouvelles choses inopinées, fructueuses. La routine est gage, de confort, sécurité. Or, la « novation », du jeune, permet, progressions, enrichissements. Adaptation, sortie, des sentiers battus, indéniable valeur ajoutée.

 

L’excitation, de la découverte, en bousculant, les habitudes, l’emporte alors, toujours, sur la peur, de l’inconnu et, de se tromper ou, de mal faire. Pour cela, créativité, inventivité, sont, de bien précieuses alliées. Ainsi, le cerveau droit est-il celui, de l’imagination entreprenante, le gauche, celui, de la réflexion analytique et, d’appréciation. Il appartient alors, au garçon  junior, en coaching de vie, d’user, autant, de l’un, que de l’autre, pour bien avancer, en son existence. Nous l’avons dit, il s’agit, donc, de préciser, nettement, ses buts existentiels. Pour cela, le jeune définira, ce qui est accessible, faisable et, il envisagera, les moyens afférents. Faisant bien, la différence, entre les éléments, de vitesse ou, de lenteur, de facilité ou, de difficulté. De peur ou, de sérénité, de risques ou, de sécurité, d’intérêt ou, d’ennui… Toute possibilité comporte, donc, ses avantages, comme, ses inconvénients. Le junior se demandera, ensuite, quelles sont, ses compétences et, aptitudes. S’il y croit ou, non et, pourquoi. Ne jamais, oublier, d’envisager, qui pourrait, aider, l’entreprise, comment ou, en quoi. Puis, il convient, de savoir, comment, obtenir, les meilleurs informations, connaissances, savoirs, compréhensions, apprentissages, enseignements, pour avancer472.

 

Afin, de bien agir, « à bon escient », car, information, vaut, pouvoir. Pour, que tout objectif, du jeune homme, en coaching de vie, soit réalisable, de façon, pragmatique, neuf critères sont, surtout, requis. Le but sera particulier, quantifiable, réalisable, séduisant, réaliste, borné, dans le temps, enthousiasmant, naturel, bien assimilé, préparé. L’objectif sera donc, précis. Ses éléments, les plus capitaux, doivent émerger. Par ordre, de priorité, d’urgence. Le but sera mesurable, pour être efficace et, performant. Pour avoir, ses chances, de réussite, l’objectif adojuvénile sera faisable, dans la mesure, du raisonnable et, des réalités tangibles. Tout en étant, ambitieux et exigeant. Il ne pourra être atteint, que par motivation, d’effets, positifs et attractifs, non, pour éviter, des états rédhibitoires, négatifs, répulsifs. Tout dessein, se doit, d’être fort valorisant, sous peine, d’être voué, à l’échec. L’on ne visera jamais, un but, pour éviter, des inconvénients, mais, pour obtenir, des avantages. Comme, l’animal, le junior cherche, à éviter, la souffrance, plus, qu’à obtenir, du plaisir. Or, en matière, de fixation, réalisation, d’objectifs, c’est l’inverse, qu’il convient, de faire. Le dessein optimal, ne peut exister, que par adhésion positive, non, par défaut négatif.

 

Le but androJuvénile sera réaliste, en fonction, des occurrences, aptitudes, concrètes, réelles et, présentes. La croyance positive, la volonté ou, l’acceptation, de l’inconfort et, de l’insécurité, favorisent, l’atteinte, réussie, d’objectifs. Les aléas sont, d’abord, à prendre, en considération. Une réduction, d’ambition, pourra s’imposer, être salutaire. Ensuite, il conviendra, de se fixer, des limites, de temps. Pour être efficace, des étapes progressives et, datées, point par point, s’imposent. Le tout, peut-être ajustable, en fonction, des évolutions successives, de terrain, des données, des informations, disponibles. S’impartir, des délais fixes, précis, permet, de lutter, contre, la procrastination, les atermoiements. La volonté ne peut, à elle seule, être un viatique efficace, pour « tenir, sur la durée », si le jeune, en coaching de vie, est convaincu, que l’action, est répulsive. Seul, l’enthousiasme, est une aide précieuse. Aussi dure, soit la tâche, la « vertu, d’héroïsme », a ses limites. D’où, la nécessité, de se récompenser, soi-même, régulièrement, à chaque succès, progrès, effectifs. L’objectif sera lié, à sa nature profonde, par l’optimisation, de la conscience, de soi, de ses intuitions. Ce qui est perçu, en son for interne, est la voie, du junior, à suivre473.

 

Le but, doit bien correspondre, au jeune masculin, en coaching de vie, être le sien, lui paraître, le seul, l’unique, le bon et, l’indispensable. À l’exclusion, de tout autre, selon, son for interne. Prêt, pour cela, à tous les sacrifices ou, presque. L’objectif sera parfaitement, clair et compris, de lui-même, comme, de tous les autres, ceux, qui comptent, pour lui. Ainsi, ils seront, bien mieux capables, de l’aider, le motiver, l’encourager, adéquatement. Le but ne peut jamais, être atteint, que si, le junior, est suffisamment, aguerri, pour bien faire face, aux enjeux, en cause. Ainsi, qu’à l’adversité induite, par la tâche, elle-même, comme, par l’opposition, d’autrui. La plupart, de nos adojeunes, sont, en études, certains, ont un emploi, notamment, les plus âgés. D’autres, cumulent, formation et, tâche salariée. Quoi, qu’il en soit, le travail, au sens large, scolaire ou, professionnel, prend, toute son importance, pour les jeunes. Pour leur peine et, leurs efforts, ils sont récompensés, sous forme, de notes, de résultats scolaires, de diplômes ou, de salaire. Leur travail implique, aussi, des gratifications humaines. Par les liens interactifs et, enrichissants, alors, entretenus, de façon, constante. Avec les condisciples, les enseignants et, l’administration académique, de tutelle.

 

Avec les collègues, de travail, les supérieurs hiérarchiques, l’organisation, d’entrepreneuriat, ou, liée, à l’emploi. Cela, vaut, aussi, pour tout engagement juvénile, bénévole, culturel, social ou, des loisirs. Cela, implique, des retentissements, sur l’entourage. Puis, les études, l’emploi, peuvent, c’est souhaitable, correspondre, à des passions et, des centres d’intérêt, cultivés. Il s’agit, de s’interroger, sur le lien, au travail, le sens, que le jeune, en coaching de vie, lui attribue, qu’il a, pour lui. Son rôle, implication, le temps et, l’énergie, qu’il lui alloue et, les bénéfices, qu’il en retire. Ce qu’il y éprouve, ses comportements afférents, comme, les modifications nécessaires, pour un meilleur épanouissement, scolaire ou, professionnel. Le travail d’études ou, d’emploi, exigera, beaucoup, de temps, d’efforts. D’où, l’importance, d’une bonne harmonie, entre l’existence, du garçon  junior, et, ses appétences profondes. Les fondements, du choix, de l’activité académique, de métier, en jeu, sont donc, d’une importance capitale. Il s’agit, d’opter, à ce sujet, à bon escient. De faire, la « balance », entre le négatif et, le positif, induits, l’essentiel, étant, que ce dernier, l’emporte, subséquemment. Même, ce qui est neutre, pourra, à profit, être mué, en positif474.

 

Si les études ou, l’emploi, du jeune homme, en coaching de vie, génèrent plus, d’insatisfactions, de frustrations, que de contentements, de plénitude, il convient, d’y apporter, des correctifs. Cela, sera rendu possible, en rectifiant, ses croyances erronées, limitatives. En se stimulant et, motivant, soi-même, par une nouvelle vision, des choses. En s’octroyant, plus, de liberté, d’autonomie, d’indépendance. En sachant, susciter, plus, de soutien, de reconnaissance, d’autrui. En luttant mieux, contre le stress. En acquérant, plus, de responsabilité et, en changeant, d’environnement, pour qu’il soit, plus propice, performant. Les maîtres mots, en matière, de formation, d’emploi, réussis, du junior, sont : communication, confiance, en soi, motivation, concentration, sur le temps actuel. Bonne maîtrise, des pensées, émotions, attitudes, actions, tout en sachant, acceptant, que le reste, soit hors, de son contrôle. Puis, ne jamais, négliger, les rapports humains et, savoir imaginer, comment rendre, chaque tâche, plus attractive. Il convient, aussi, de bien faire face, aux réalités nocives. L’ennui, la démobilisation, les sources, de passivité, d’inhibition, contre-productives. Subir, n’est pas épanouissant, à l’inverse, de l’action juvénile, du fait, de conduire, les choses.

 

Il est important, pour tout adojeune, en coaching de vie, d’être pleinement, reconnu, encouragé, récompensé, en son travail, ses résultats et, ses efforts. Le tout, en sachant, bien imprimer, sa touche propre, en étant ni, trop effacé ni, trop en avant. Chaque jour, doit être fructueux, avec ses avancées, ses apprentissages, ses mutations. Le travail scolaire ou, professionnel, doit être analysé, de façon lucide, en s’interrogeant, sur toutes ses forces, ses faiblesses, les possibilités offertes, les obstacles. Il s’agit, alors, d’opter, pour les comportements androJuvéniles, idoines, susceptibles, d’optimiser, ses potentiels nécessaires. De bien choisir, les conditions, d’exercice « optimum ». Les croyances positives adéquates. La bonne motivation. Ce qui est, aussi, le plus productif. Les meilleurs possibilités, choix. Les actes, les plus « fructueux », comme, performants. Tout autant, que leurs aînés, voire, plus encore, les adojuniors ont grand besoin, pour s’épanouir, d’entretenir, les meilleures relations possibles, avec, eux-mêmes, autrui. Tout d’abord, avec, eux-mêmes, par une bonne estime, de soi, car, les autres, ne sont pas toujours, disponibles ou, bien disposés. Cela, passe, par la confiance, l’affirmation, comme, l’acceptation, de soi475.

 

La conscience, de soi, de l’adojeune masculin, en coaching de vie : penser, être, faire, avoir, comme, paraître. Le sens, de la responsabilité, accordé, à son existence. La fidélité, à ses valeurs, croyances. La motivation. En outre, s’aimer, s’accepter, comme, être bien, avec soi-même, permet, la même chose, avec les autres. Nouer, amitiés, amours, réciproques, profonds, satisfaisants. L’autonomie ou, la liberté et, l’indépendance, des juniors, ne suffisent, jamais. Les liens réciproques, fructueux, bénéfiques, autorisent, les meilleurs soutiens, comme, aides. N’oublions pas, que la bonne force mentale, consiste, à savoir, se faire aider. Se focaliser, sur ses vraies priorités, fondamentales. Opter, pour des occupations, « à forte valeur ajoutée », émotionnelle, comme, mentale. Ne pas s’obséder, de la performance, par le « perfectionnisme » : être « valable », suffit toujours. Les menées juvéniles, déterminent, des effets existentiels, induits. Le tout, est généré, par son type, de cognition, son mode, d’usage, du cerveau. Pour une optimisation, de ses capacités mentales et, des résultats, de ses actions, il convient, de faire appel, tout autant, aux deux hémisphères, de son cerveau. Le gauche et, le droit. Ce qui implique, d’user, de toutes ses facultés, propres.

 

Le cerveau gauche, du garçon  junior, en coaching de vie, privilégie, en priorité, le particulier, puis, le général. Le factuel, la logique, la théorisation, structuration, l’organisation, le réel. Le cerveau droit se focalise, sur le général, puis, le particulier. L’intuitif et, l’imaginaire, l’expérimentation et, la modélisation, l’impulsivité et, l’accessible. Le premier cerveau ciblera, surtout, le raisonnement analytique. Le second excellera, en matière, de créativité, d’inventivité. Le cerveau gauche servira, tout particulièrement, aux scientifiques, économistes ou, juristes. Le cerveau droit, aux artistes et, aux intervenants sociaux ou, aux littéraires.

 

Il est important aussi, de ne pas négliger, le champ, de la spiritualité. Une grande conscience juvénile, de soi, de ses capacités illimitées, permet, de faire face, de façon idoine, à tout ou, presque. D’affronter, victorieusement, toute occurrence existentielle, de se renforcer, mentalement. Il s’agit, de mettre, en concordance, la personnalité profonde, les pensées, émotions, comportements, actes, par le changement. Pour approfondir, sa place, sur Terre. La méditation, la nature, l’activité physique, intellectuelle, l’enrichissement culturel, en sont, des voies privilégiées. Seule, la visée noble, du jeune, l’élève. (Mumford, 2007)476.

 

 

Conduire, le garçon adoJunior, à cultiver, tous ses talents, donner, « le meilleur, de lui-même »

 

Tout être juvénile, en coaching de vie, est régi, par ce qu’il est, ce qu’il a vécu ou, acquis. Neutralité, objectivité absolues, n’existent donc, pas, sur cette Terre. Les croyances influent, sur les pensées, son environnement, sa réalité, comme, son destin. Les réalisations, du jeune, sont les fruits, de ses certitudes. Le junior se borne, fréquemment, à des assurances et, considérations réductrices, limitatives, nocives et, incapacitantes. Il sera donc, souvent, le pire vecteur, de minoration, de son épanouissement, de ses aptitudes et, réussites.

 

Car, il ne croira pas assez, en lui, en ses compétences, performances, potentialités. Il s’empoisonnera donc, lui-même. Il s’agit, alors, de briser, ce cercle infernal toxique, pour mieux, rebondir et vivre. En la matière, la famille et, son éducation constituent, les pires, des freins. Bien plus souvent, encore, que tous les meilleurs accélérateurs. Une mise en valeur implicite, suscite et amplifie fort, des attitudes inconscientes positives. L’entourage conditionne, de fait, en partie, l’existence, le mental, du jeune homme, de façon, favorable ou, défavorable, permissive ou, bloquante. D’où, l’intérêt, du recul personnel.

 

Les conditionnements, valorisations, de l’enfance, marquent, les liens, les actes, attitudes, ultérieurs. L’inconscient n’est sensible, qu’au positif, ne saisit pas, ce qui est négatif. Il s’agit, donc, de se dire, non pas : « Pourvu, que je ne sois pas, malade ! », mais : « J’escompte bien, être, en bonne santé » ! De fait, le cerveau andro-adoJuvénile ne comprendra pas, le mot, pas, mais, retiendra, le terme, malade. En revanche, il captera, très bien, l’idée, de bonne santé, car, elle est affirmative. Les situations perturbatrices, modifient la conscience. Cela, rend, suggestionnable, car, avec le retour, aux situations ordinaires, il y aura, oubli partiel, des influences extérieures, devenant, en cela, inconscientes. La communication, du jeune, en coaching de vie, est donc, toujours, informative, influente. Les influences nuisent ou, bénéficient, à tout moment, quand, l’occasion capitale, se présente. Une plante cultivée, en un petit pot, se développe, au minimum, mais, au maximum, si le contenant, est plus grand. De même, le milieu environnemental, notamment, familial, du junior, façonne, toujours, ses cognitions, émotions, comportements, liens et, existence477.

 

Un milieu, une éducation limitatifs, génèrent donc, toujours, un destin, bien plus étriqué, qu’un conditionnement, d’enfance, de jeunesse, encourageant, favorable. Il s’agit, donc, d’être, très attentif et prudent, quant, aux multiples influences extérieures, d’autant, qu’elles sont souvent, inconscientes. En outre, l’information, diffusée, à tort et à travers et, l’abus, des dépendances technologiques, à outrance, rendent, le jeune masculin, en coaching de vie, de moins en moins, « maître, de son destin ». De son raisonnement individuel, original, propre. Sans compter, que cela, ainsi, que le fort manque, d’activité physique, nuit, au bon fonctionnement, à la santé, du cerveau.

 

Lequel, ne travaille plus, assez. D’où, notamment, du fait, du vieillissement, des populations, une recrudescence, des maladies neurodégénératives. Le junior ne peut se contenter, d’intégrer, le monde, car, il s’agit, surtout, de bien réfléchir et, de comprendre, pour mieux appréhender, l’essentiel. Dans le calme, le silence, la méditation, afin, de cheminer, par soi, non, sur le mode automatique, du « prêt à penser industrialisé, de masse ». La plupart, de ses conditionnements, automatismes, généralisations, viennent donc, de sa famille d’origine. Dont, le jeune doit, alors, se distancier.

 

Également, de l’éducation, de l’enfance. Le garçon adojunior, en coaching de vie, les conserve, par habitudes, facilités, confort. Ce qui peut être, très mauvais, pour lui, si cela, n’est plus adapté ni, bénéfique. En des contextes et, situations, qui requerraient, d’autres attitudes et, actions ou, pensées. Il importe, do nc, qu’il se comporte, au cas par cas, selon, ce qu’il convient, en fonction, des paramètres, en cause. Comme, en matières vestimentaires, le « sur-mesure » est toujours, plus seyant, que le « prêt-à-porter ». Le jeune est le pur produit, de ses croyances. C’est-à-dire, des pensées, qu’il adresse, à son cerveau, sous forme, de volonté, de désirs, comme, de souhaits, en sortes, de commandements. Ce qui sera, alors, intégré et, exécuté. Ainsi, croyances et, réalités, ne font plus, qu’une seule et, même chose. Une vie optimisée repose, donc, sur la foi, en ses qualités personnelles, la certitude, de sa singularité positive et, l’aptitude, à le faire valoir, aux autres ! Ce que, d’aucuns, nomment : la « foi inébranlable, du charbonnier ». La pensée nocive consiste, à raisonner, en vérité et, mensonge. La croyance bénéfique, met l’accent, sur la notion, d’utilité et, de contre productivité, en matière, de « meilleure, optimale, conduite juvénile individuelle, de vie »478.

 

Car, tout est relatif, relativisable, selon, chaque jeune homme, en coaching de vie et, ses propres certitudes. Selon, les temps, d’existence, aussi, car, tout évolue, se transforme. Assurances, comme, doutes, d’hier, d’aujourd’hui, de demain, ne sont plus, les mêmes et, mutent, en permanence. Les croyances négatives, limitatives, qui font obstacle, à ses objectifs, peuvent être remaniées, pour devenir, plus favorables, constructives. Afin, de mieux et, plus efficacement, servir, ses desseins. Par observation, ce qui réussit, ainsi, aux autres, peut-être, aussi, adapté, adopté, appliqué, par soi-même, à ses propres buts. Par « mimétisme éclairé, adéquat et, clairvoyant ». La vie est le fruit, de causes, qui ont un « sens », dont, il s’agit, de tirer, tous les enseignements, utiles et bénéfiques. Les désirs et, les options, comme, les actions, sont, pour la plupart, inconscients. Le mental inconscient mène, vers ce à quoi, le junior, est, fondamentalement, appelé. Chaque jeune, en vaut, un autre, en début, de vie. Car, le cerveau, de chacun, de tous, est similaire, universellement, apte, à apprendre, agir, réussir, comme, s’épanouir. Il s’agit, en permanence, d’en actualiser, toutes les données, de les perfectionner, pour optimiser, ses performances.

 

De supprimer, au fur et à mesure, toutes celles, qui sont obsolètes. La notion, d’échec androJuvénile, est une illusion, car, il ne s’agit, jamais, que d’un résultat, d’un résultat, qui n’était, simplement, pas escompté. Si le résultat n’est pas, « ce qui convient », c’est, que la manœuvre, entreprise, pour atteindre, l’objectif, n’était pas, la bonne. Il suffit, alors, de « corriger, le tir, revoir, sa copie », pour recommencer, cette fois-ci, plus adéquatement, « à bon escient ». Avec, de meilleures chances, de succès, c’est-à-dire, de réalisation, du but, fixé, comme, le jeune, en coaching de vie, le souhaite. Il suffit, pour cela, de s’acharner, sans répit, jusqu’à, l’obtention, de ce qu’il veut. Son prix est toujours, bien supérieur, à celui, qu’il pense, valoir. Son potentiel est illimité, bien au-delà, de toutes ses réalisations tangibles, effectives. Ses croyances sont des commandements, conscients, mais, surtout, inconscients, qu’il ordonne, à son cerveau. Ce dernier les met, alors, efficacement, en application. Le junior peut influer, sur ces croyances, les changer, pour mieux, les optimiser, « densifier », son existence. Se motiver, consiste, d’abord, à pleinement, adhérer, à son « idéal existentiel ». Qui, ne croit, en rien ni, personne, pas même, en lui-même, « ne va, nulle part »479.

 

Ce qui est, le plus sûr moyen, de pulvériser, adversité, revers, de vie. La certitude, d’une très nette corrélation, entre actions et, désirs, « donne, des ailes », de l’énergie, alors, que l’inverse, « leste, les semelles, de plomb », décourage. Pour se motiver, il s’agit, pour chaque jeune masculin, en coaching de vie, de trouver, ses propres moteurs, d’action, avec, tous les leviers, ferments adaptés, nécessaires. Sa motivation provient, tout autant, de son désir, d’obtenir, des choses positives, pour lui. Que, de sa préoccupation, à éviter, celles, qui lui seraient, défavorables. La première option, semble plus efficace, car, l’inconscient ne saisit pas, le négatif.

 

Le cerveau pourrait alors, ainsi, faire réaliser et, obtenir, au junior, ce qu’il ne veut pas. C’est-à-dire, l’inverse, de l’objectif voulu. En réalité, réaliser et, atteindre, ce qu’il souhaite, est plus « productif » encore, qu’éviter, ce qu’il rejette. Réalisme, inventivité, sont les maîtres mots, de la motivation, à avancer. En début, de chaque jour, il s’agit, de se remémorer, les buts, de la décennie, de l’année, puis, de la journée. Pour mettre l’accent, sur l’action, non, sur l’évitement, il s’agit, de visualiser, mentalement, les effets, à courts, moyens, longs termes, d’un manque juvénile, de mouvement, d’agissements. Car, ne pas s’inscrire, en un processus dynamique, d’avancées, fait reculer.

 

Puis, de fixer, les objectifs journaliers, de façon, positive, en vue, d’une réussite active. Plutôt, que de se contenter, de fuir, ce qui ne convient pas, de s’en prémunir. Même si, l’expérience démontre, que l’adojeunesse, en coaching de vie, a, plus encore, tendance, à fuir, la souffrance, qu’à rechercher, le plaisir. Toujours, prévoir, au préalable, pour s’encourager, une récompense personnelle, après, chaque étape, réussie et réalisée, de ses entreprises. Il est également, bénéfique, à l’inverse, de s’assigner, pour chaque tâche, à accomplir, une autosanction personnelle, précise, limitée, dans le temps. Si jamais, l’objectif imparti, n’était pas réalisé, par soi-même et, dans les délais requis. De façon, complète et, satisfaisante, comme, prévu et, souhaité, initialement. Le jeune peut aussi, entrevoir, le but atteint, non, tous les efforts, à accomplir, pour, y parvenir. Ce qui permet, de se donner, du courage, en imaginant, par avance, les bénéfices récoltés, par l’action, à entreprendre. Plutôt, que de n’envisager, que les inconvénients, de la « peine », à se donner, pour être gratifié. Ce qui importe, n’est pas, le chemin, mais, la destination finale, du garçon  junior480.

 

Soit, entrevoir, le gain juvénile, non, le sacrifice, qui y mène. Ce type, de visualisation, permet, d’éviter, le syndrome bloquant, de la situation, du « pied du mur ». Il s’agit, de toujours, associer, la peine, de l’effort immédiat, à l’avantage, de la récompense ultérieure. Afin, que le court terme, très pénible, de la procrastination, de l’anti-action, soit annihilé, par le long ou, moyen terme agréable, de l’objectif atteint, réalisé, réussi. Il s’agit, donc, de bien, se focaliser, non, sur les inconvénients, de l’effort, mais, sur ceux, de l’immobilisme, de la passivité, de l’inaction. Ainsi, que sur les désagréments, induits, afférents, comme, subséquents. Soit, sur les avantages, à se donner, du mal, du fait, des bénéfices, que le jeune homme, en coaching de vie, en retire, par les résultats positifs, bénéfiques, atteints. Le cerveau humain opte, pour le plaisir, non, pour la douleur. Il recherche donc, le premier, fuit, la seconde. Que le junior envisage alors, toujours, avant tout, l’objectif, comme, s’il était déjà, atteint, avec tous les bénéfices, qu’il implique. Imaginer, au préalable, l’action et, ses résultats désirables, permet, d’agir, d’obtenir et, de réussir ! En oubliant, l’idée répulsive même, de l’effort, à accomplir, pour cela. Ensuite, il faut tenir bon, durablement481.

 

Ce qui signifie, veiller, à maintenir, avec régularité, toute l’énergie nécessaire. Avec, notamment, le meilleur équilibre possible, entre les déperditions énergétiques, comme, les ressourcements nécessaires. S’il n’est nourri et, entretenu, un feu finit, par s’éteindre. Il en va, de même, de la motivation. Que le jeune, en coaching de vie, veille donc, à, sans cesse, la réactiver, par la passion et, le rêve, la richesse d’esprit et, l’inventivité, comme, l’enthousiasme… En une sorte, de réactivation, de réenchantement permanents. Le junior peut être, le meilleur ami, de ses semblables, comme, il peut être, lui-même, son pire ennemi, en ses démons intérieurs.

 

Autrui renvoie, à soi-même et, réciproquement. Il convient, donc, d’être en bonne intelligence, avec soi, pour l’être, avec les autres. Bien se connaître, permet, de mieux évoluer, comme, de bien connaître, autrui. Il est de bonne, profitable politique, de se féliciter, des réussites, des autres, comme, de déplorer, leurs difficultés. De fait, la bonne fortune, de ses semblables androJuvéniles, ne signifie, nullement, qu’elle s’accomplit, à son détriment. Cela, est même, fort encourageant, positif, pour soi-même, car cela signifie, que si le succès, a été possible, pour d’autres, il l’est alors, tout autant, pour soi.

 

Jalousie, envies, rivalités, sont donc, contre-productives et, vaines. Le bonheur, d’autrui, est alors, l’intérêt même, du junior masculin, en coaching de vie, tout autant, que le malheur, de son prochain est, aussi, le sien. Dénigrer, dévaloriser, les autres, est déprécier, sa propre personne. À l’inverse, reconnaître, autrui, en ce qu’il a, de « meilleur », consiste, à se promouvoir, tout autant, soi-même. Tant, les humains sont interdépendants. Il convient donc, mieux, de féliciter, d’encourager, les autres, en ce qu’ils sont et, font ou, ont, de meilleur. Plutôt, que stigmatiser, le pire, en eux. De façon, réelle ou, supposée. Cela, est plus constructif, bénéfique, pour tous. En un monde, de jeunes, juste, équilibré et, épanoui, chacun, doit être « gagnant » ou, tous, sont « perdants ». Ce que l’on appelle, en droit, clause léonine : tous les avantages, aux uns, et, tous les inconvénients, aux autres, ne saurait prévaloir. La bonne logique est donc, celle, du gagnant-gagnant, non, celle, du perdant-perdant, du gagnant-perdant et, du perdant-gagnant. La conception, la plus coopérative, comme, confiante, du lien adojuvénile, mène, à l’intérêt général. Quand, la vision oppositionnelle et, suspicieuse conduit, tout droit, aux pires dissensions destructives, nocives.

 

Réciprocités, mutualismes sont payants, pour tous les protagonistes, en cause. Concorde, paix, pardon, loyauté et, compréhension, tout autant. Le jeune, en coaching de vie, ne peut, s’épanouir, s’il ne voit, chez autrui, que ce qui ne va pas, à ses yeux. Au contraire, toute réussite personnelle, ne peut que se nourrir, d’un bon relationnel, à autrui, basé, avant tout, sur la compréhension, de ce qu’il est, fondamentalement. Comme, le dit, Épictète, (Philosophe grec, 50-125/130), c’est moins, la réalité objective donnée, qui façonne, tout être humain, que son interprétation personnelle, subjective propre.

 

Le garçon  junior appréhende donc, toute chose et, tout être, sous le prisme spécifique, de sa perception particulière, de son ressenti, vécu, éthique, idéal. Il ne voit pas, le monde, tel, qu’il est, mais, tel, qu’il le pense, en son for interne. Le lien humain, réciproquement enrichissant, harmonieux, ne peut reposer, que sur l’empathie mutuelle. C’est-à-dire, l’authentique aptitude et, volonté ou, acceptation, à se mettre, véritablement, « à la place », de l’autre, pour bien, le comprendre. Quand, la sympathie, quant à elle, est partage. L’apathie, l’inhibition amorphe. L’antipathie, une répulsion, inappétence, un rejet. Du plus chaleureux, au plus glacial, tel est, le lien, du jeune482.

 

Nous le savons, l’essentiel communicationnel andro-adoJuvénile, passe, par le non-verbal. C’est-à-dire, le para-verbal : tout, ce qui est étranger, au verbal : aux mots. D’où, l’intérêt, pour tous, à envoyer, des signaux favorables, encourageants, à autrui, plutôt, qu’hostiles et, défiants. Sous le signe, de l’acceptation et, du non-jugement, de la reconnaissance et, du respect, de façon, inconditionnelle, gratuite et, désintéressée. Sa propre réussite dépend, toujours, des apports extérieurs bénéfiques, d’autrui. Ce n’est, qu’à partir, du « génie », des autres, que l’adojeunesse, en coaching de vie, devient capable, de bâtir, le sien, de façon, unique, singulière, originale. Le meilleur, de soi-même, ne peut, que se nourrir, du meilleur, d’autrui et, réciproquement.

 

À l’inverse, le pire, de chaque jeune homme, en coaching de vie, aura une résonance négative, chez tous. L’interdépendance, du genre terrestre, ne peut donc, inciter, qu’à l’humilité et, à la coopération. De façon, multilatérale, tous azimuts. À cet égard, l’unilatéralisme est alors, toujours, inopérant. Aucune, grande entreprise, ne peut être menée, réussie, seul. Or, elle est toujours, le fruit, d’un concours collectif, complémentaire. La contribution, de chacun, n’est significative, qu’à partir, du moment, où, elle recueille, un écho, très attentif, participatif, positif, chez autrui. Il s’agit, donc, d’accueillir et, de valoriser, l’apport, de tous et, chacun, quel, qu’il soit, quel, que soit, son auteur particulier. (Bazin, Doridot, 2006)483.

 

__________________________________

Redisons, encore et toujours, ici, que la jeune génération masculine, n’a « rien appris, rien compris, rien retenu, d’essentiel ». Faute, de transmissions adultes adéquates, structurantes, maturatives. Même, la jeunesse, la plus privilégiée, la mieux « armée », en apparence, est « moralement perdue ». Ainsi, en fin, d’année scolaire, au printemps 2014, au cours, de la soirée annuelle, de clôture, de la scolarité, les élèves, d’Hec, « perdent-ils, la tête ». Sur leur campus, de Jouy-en-Josas, ivres morts, ils vandalisent, leurs propres locaux, de vie et, d’études. Certains, évoquent, leur ennui récurrent, en un site isolé, loin, de la ville et, sans moyens, sur place, pour bien s’occuper et, s’amuser. Triste jeunesse, qui traîne, son jeune âge, comme, un « mal, en soi » et, ne trouve, d’exutoire, qu’en l’alcool ! Y compris, la néogénération, la plus favorisée, celle, promise, au plus bel avenir. Que dire, alors, de celle, qui « n’a rien » et, pourtant, espère, encore et, plus, malgré tout484 ? !

 

__________________________________

 

 

AndroJeunoCoacher, à « savoir triompher », de toute occurrence traversée

 

Bien souvent, le désir, d’agir, ne conduit pas, à faire, or, à tergiverser, surseoir, procrastiner. Le rêve, de réalisation, se transforme, alors, en inaction et, passivité, au plus grand dam, du jeune, en coaching de vie, par peur, de l’échec, du risque, de l’incompétence. Le stress l’empêche, d’oser et, de risquer, d’innover, d’agir. Il est corrélé, à l’impression, d’impuissance, comme, d’inaptitude, à être capable, de faire, pour aller, de l’avant. Il s’agit, alors, de déterminer, la signification, les meilleures conditions, des agissements, en matière, de finalités assignées, d’idéaux individuels.

 

Se réapproprier, son existence, par une responsabilisation, consistant, à être apte, à faire face. Puis, que le garçon  junior, sache agir, très concrètement, à la mesure même, de ce qu’il souhaite, le plus ardemment. Par une concentration, d’efforts, de moyens, comme, de volonté efficace. Le jeune a souvent, la fâcheuse tendance, à s’en tenir, à l’envie, d’agir, au lieu, d’agir ! Il se plaint, de ses déboires, mais, ne fait rien, pour annihiler, améliorer, ainsi, sa situation défavorable ou, pas assez, comme, il convient. Le junior est bien, le maître, de son destin.

 

Le regret, la plainte, du jeune homme, en coaching de vie, sont constructifs, quand, ils aident, à bouger, pour changer. Être acteur, libre, de sa destinée. Ils sont contre-productifs, quand, ils ne servent, qu’à être paralysé, passif, inactif. Victime passive, qui subit. Chacun, est comptable, de son propre avenir. Seule, l’action, permet, l’expérimentation, qui conduira, aux changements. Rien, n’est possible, sans, objectif prédéfini. Il s’agit, donc, au préalable, de fixer, ce que l’adojunior souhaite. Or, sans attendre, pour autant, de désirer, pour faire, qu’il fasse, pour désirer ! Agir, permet, d’user, de ses capacités, d’apprendre, sur les modes, conscient et inconscient, par l’expérience concrète, de terrain. Il apprend, en commettant des erreurs et, en échouant, aussi. Les meilleurs succès, peuvent être générés, par les pires échecs. Entraînement, inventivité, développement, sont la clé, de la réussite. Pour changer, de façon idoine, bénéfique, il convient, d’agir, au présent. Sans se perdre, dans le passé ni, même, en l’avenir, mais, pour ce dernier. Qui, mène, son futur adojuvénile, en sera fort récompensé, à l’aune, de ses efforts. Qui, y renonce, en pâtira485 !

 

Agir, en être capable, est donc, plus important, le plus souvent, que comprendre, connaître. Qu’analyser, les mécanismes, les raisons, les tenants et, aboutissants, en cause. Ce que le jeune, en coaching de vie, veut, de façon nette, viscérale, conformément, à son éthique et, à ses idéaux, ne peut alors, que fort intéresser, autrui. Pour autant, personne, ne s’en préoccupera, généralement, par ignorance, que cela existe, est aussi fondamental, bénéfique, potentiellement, pour autrui. Il appartient alors, au jeune, de se manifester, lui-même, condition, sine qua non, de la réussite, de l’adhésion, des autres. Ses obsessions, hantises anxieuses, le conduisent, au pire, quand, la sérénité, mène, au meilleur. Désirs, craintes, sont généralement, liés. Le junior est obnubilé, par ce qui l’intéresse ou, l’effraie. Dans les deux cas, il prête, surtout, le plus, d’attention, à ce qu’il souhaite, comme, à ce qu’il voudrait bien, éviter. Ce qui augmente, considérablement, et, la chance, d’avoir, ce qu’il veut et, le risque, de subir, ce qui lui est, si répulsif. Tant, son réseau neuronal, est le réceptacle, de ses desiderata, des plus positifs, aux plus négatifs. Le cerveau androJuvénile ne peut recevoir, que ce qui lui est fourni, comprendre, appliquer, que ce qui lui vient.

 

Il s’agit, donc, pour le junior masculin, en coaching de vie, de ne pas « se polluer », l’esprit, par les obstacles potentiels, or, bien, de se concentrer, sur le seul objectif, à atteindre, aussi difficile, soit-il. Le point d’arrivée, compte plus, que la réalité, du chemin, pour y parvenir ! Il convient, donc, de déterminer, très précisément, le dessein, en cause. De façon, positive, directionnelle, liée, à sa totale initiative, propre, exclusive. Si le but, consiste, à éviter, quelque chose ou, à ne pas faire, soit, un objectif négatif, il s’agit, alors, de s’assigner, une tâche positive, à accomplir. Pour éviter, ce dont, l’on ne veut pas. Il est important, aussi, de savoir, au préalable, en quoi, l’action, à éviter, pour atteindre, l’objectif juvénile fixé, est gratifiante, pour soi. Afin, de déterminer, comment, obtenir, le même avantage, mais, de meilleure façon et, différente, pour soi. Pour bien, s’encourager, il s’agit, de penser, d’abord, surtout, aux bénéfices, des changements, à entreprendre et, de les obtenir, en réalisant, le but imparti. Alors, prévaut, l’idée stimulante, de progrès, perfectionnement. Pour un maximum, d’efficacité, objectifs, motivations, sacrifices, renonciations, seront liés. Il s’agit, pour tout jeune, de « savoir, ce qu’il veut » et, jusqu’où, il est prêt, à se battre, pour cela486.

 

Le tout, en un cadre, de rigueur, d’autodiscipline, sans relâche, jusqu’à, la victoire finale. Il sera, aussi, question, de s’interroger, sur les obstacles, pouvant nuire, à l’atteinte, des desseins. Cela, concerne, les contraintes, de toutes sortes, les aléas, encore, inconnus, qui peuvent, faire barrage. De même, que tout, ce qui a pu, dissuader, antérieurement. Également, les dangers, risques, « chausse-trappes », à fuir, les « bonnes raisons », de ne pas tenter, l’aventure. Le garçon  junior, en coaching de vie, ne doit négliger, aucun obstacle, quel, qu’il soit. C’est en intégrant, toutes les raisons, de ne pas agir, qu’il devient capable, de le faire, pour réaliser, le but fixé, comme, changer.

 

Puis, il déterminera, tous les moyens, par lesquels, l’objectif souhaité, sera atteint. Pour augmenter, les chances, de ne pas se décourager, l’adojeune pourra toujours, fixer, des étapes progressives, intermédiaires. En un plan, d’action, à échéances raisonnables. La jeunesse a, généralement, tendance, à ne pas changer, ses habitudes, à ne pas contester, ses options antérieures. Sauf, sous la pression expresse, de son entourage proche, cher. Il est fort difficile, de changer, par crainte, de l’inconnu, qui inquiète. Ce qui est familier, habituel, rassure, paraît, gage, de sécurité.

 

Il est, donc, nécessaire, comme, préalable, à tout changement, de commencer, par envisager, l’idée même, de mutation, du junior, en coaching de vie. C’est, de fait, en pensant, à changer, que l’on accepte, que l’on a envie, de le faire, que l’on devient, donc, capable, d’y parvenir. Vivre, c’est changer et, changer, c’est vivre ! Tout évolue, mute, s’adapte et, se modifie, en permanence. Il convient, donc, tout d’abord, d’observer, une totale ouverture, souplesse, d’esprit. C’est, au quotidien, qu’il convient, de dénicher, des modes inédits, d’action. Que le jeune homme voie, également, toutes les solutions, auxquelles, il ne songe jamais, habituellement. Pour favoriser, l’action, vaincre, les blocages, qu’il envisage, ce qu’il ferait, si son objectif, était encore, bien plus exigeant. Idem, s’il avait, beaucoup moins, de temps, de compétences, de moyens disponibles, pour atteindre, l’objectif fixé. Comment, « s’en sortirait », une personne, pour laquelle, il a, de la considération ? Qu’il se demande, pour éviter, les écueils, comment, faire, pour être assuré, d’aller, tout droit, à l’échec. Le cerveau a tendance, à se focaliser, sur les problèmes, plus, que, sur les solutions. Ce qui mène, aux alarmes et, blocages juvéniles et, à ne rien résoudre487.

 

Si le junior, en coaching de vie, sait, ce qui bloque, il sait alors, ce qui permet, de progresser. Car, il suffit, d’énoncer, l’inverse, de ce qui échoue. Toujours, trouver, des interprétations complémentaires, différentes, à toute occurrence, difficulté. De fait, confronter, plusieurs points de vue, analyses, différents, observer, les choses, sous un angle inédit, permet, de mieux avancer. Pour autant, l’atteinte, de ses objectifs, la réussite, ne doivent pas, faire renoncer, à sa créativité, à l’action, la fixation, de nouveaux desseins. Le monde contemporain, est devenu un village, l’information est, de plus en plus, à la portée, de tous. Que le jeune, sache donc, saisir, cette occasion incroyable, inédite, dans l’histoire, de l’humanité. Afin, de s’agrandir, l’esprit, les horizons, pour se bonifier, au contact, de l’inventivité universelle, de l’ensemble, de la planète. À bon escient, de façon, éclairée. Pour cela, il convient, de rester perméable, à la richesse, des apports, d’autrui. Tout en étant, par surcroît, ferme, constant, en ses principes, idéaux, objectifs. Il s’agit, d’observer, un équilibre, entre ses principes, les plus intransigeants et, ses ouvertures d’esprit, négociables. Pour, que les meilleurs compromis, concessions andro-adoJuvéniles, aboutissent, à bien conclure.

 

Ni trop ni, trop peu, pour les deux sphères. L’on distingue, attitudes, aptitudes, stratégies. L’être, le faire, « l’art et, la manière ». Il convient, d’être tenace, mais, non, buté, pour autant. Or, la souplesse permet, plus, de choses favorables, constructives, positives, que la rigidité. La seule volonté, est inopérante, si elle n’est pas, au préalable, précédée, par la conviction, la confiance. Alors, seulement, le jeune masculin, en coaching de vie, pourra plutôt, évoquer, l’idée, de « bonne volonté ». La pensée, du changement, l’acceptation, de l’idée, qu’il est possible, bénéfique, pour lui, le facilite, grandement. Le cerveau humain, distingue peu et, pas, entre, ce qu’il perçoit et, la réalité avérée. D’où, la nécessité, parfois, de réinterpréter, des occurrences passées, qui bloquent, la situation actuelle, vécue. Afin, que les ressentis mentaux, contre-productifs, laissent place, à une vision dépassionnée, apaisée, plus favorable. En la matière, autopersuasion, autoperception, sont capitales. Le junior est, ce qu’il pense être, les autres, le perçoivent, en fonction, de cela. Il est, aussi, ce que les autres, estiment, qu’il est. Il peut agir, sur tout cela, le modifier. Tout jeune, « induit, chez les autres, surtout, pairs, la façon, dont, ils le traitent ». À lui, de muer488.

 

Par la simple force, de son mental, de ses émotions, de ses croyances. Ainsi, que par son comportement, ses attitudes, actions. Mutations endogènes, comme, exogènes, seront alors, indissociables et, indistinctes. Tant, elles se complètent, les unes et, les autres, de façon, très réciproque et, interactive. Si le garçon  junior, en coaching de vie, change, à ses propres yeux, il changera, aussi, dans le regard, des autres, qui le percevront, alors, différemment. Ils le traiteront donc, tout autrement, en fonction et, à la mesure, de ce qu’il est et, de tous ses transformations et, comportements. Augmenter, ses chances, de réussite, consiste, à faire, comme si, l’objectif ambitionné, était déjà, atteint. La force, de conviction, peut l’emporter, sur tout autre chose. Car, ainsi, le jeune influe, sur son subconscient, qui s’empresse alors, de favoriser, le sort, en réalisant, ce, à quoi, il croit. L’objectif est, d’abord, de commencer, par modifier, ses comportements, attitudes et, actions. Avant même, que d’envisager, de toucher, à ses apports, sa vision, de soi-même, ce que le junior est. Ses idéaux, pensées, émotions, certitudes, ses compétences et, méthodes, ainsi, que son milieu existentiel… Changer, de « logiciel mental », d’affects, de façon, de faire, paye.

 

En un état, de congruence juvénile, c’est-à-dire, d’adéquation, de conviction, d’authenticité, de vérité, d’harmonie, de cohérence, pertinence, logique. Pour « devenir soi », il est possible et, bénéfique, de commencer, d’abord, par s’inspirer, de ce que les autres sont, paraissent, ont, font, de mieux. Il s’agit, d’avoir fixé, son objectif, commencé, à agir, appliquant, pas à pas, point par point, sa stratégie, d’action. Il convient, d’être, durablement, en une logique, de rigueur, ténacité. Rappelons, à ce sujet, les quatre grandes lois, de la motivation. Fixer, le but et, le bon. Y croire, penser, que c’est possible et, que le jeune homme, en coaching de vie, le peut. S’en donner, les moyens et, agir.

 

Tenir, sur la durée et, jusqu’au bout. Pas plus, que : « La carte, n’est, le territoire », le souhait, de « parvenir », n’est, l’aptitude réelle, concrète, à le faire, véritablement. Même si, les conditions, de départ, semblent, défavorables, il s’agit, alors, de ne pas, se décourager, tenir bon, dans l’adversité. Même si, le junior, en coaching de vie, est le seul, à croire, en son projet. Ainsi, au début, nul, éditeur, ne voulait, de Harry Potter. (Série, de sept romans fantasy, Royaume-Uni, 1997-2007). Qui allait, pourtant, devenir, ensuite, l’immense, succès littéraire, cinématographique mondial, phénoménal, de J. K. Rowling, (Écrivaine britannique contemporaine), que l’on sait. Elle a « tenu bon »489 !

 

Or, pour cela, la condition, « sine qua non », initiale, est que l’adojeune, en coaching de vie, soit exigeant, avec, lui- même. Au fur et à mesure, de l’avancée progressive, du projet, par des étapes quotidiennes. À toujours, respecter, très impérativement. Il s’agit, de la « politique, des petits pas » et, des petites réussites, successives, en plaisir et, souffrance, mêlés, effort et, endurance. N’oublions pas, que ce sont, les « petits ruisseaux, qui font, les grandes rivières ». Il s’agit, également, de savoir, attendre, différer, accepter, la frustration actuelle, pour mieux réussir, encore, ultérieurement. Se projeter, en l’avenir, tout en sachant, pleinement, goûter, le temps présent, de l’effort donné, avant, la future gratification, de l’objectif, atteint. À l’aune, des très instructifs, enseignements, du passé. Toute réussite androJuvénile, se mérite, s’obtient, par le travail, l’effort, acharnés, constants.

 

Ce qui n’est pas, « incompatible », avec le plaisir, qui peut alors, en être retiré. Satisfaction et, labeur liés, sont très productifs. Patience, régularité constantes, sont les meilleurs gages, de réussite. Rigueur, exigence, excellence, autodiscipline, dépassement, de soi, s’imposent, au jeune, durant, toute la vie. D’où, l’intérêt, de prendre, de « bonnes habitudes », pour s’y tenir, sur la durée. Il s’agit, aussi, d’être conscient, de l’essentiel, pour soi-même. Ce qui fait sens, ses idéaux, pour réussir. De cultiver, fermement, durablement, ses valeurs, les plus fondamentales. Qui sont, pour soi, des croyances incontournables, pour bien vivre, s’épanouir, pleinement. Les juniors masculins, en coaching de vie, qui réussissent et, s’imposent, le mieux, sont ceux, qui développent, le plus, des idéaux, une culture, solides, en leur existence quotidienne. En rayonnement moral. (Bazin, Doridot, 2006)490.

 

__________________________________

« Sport favori », de notre jeunesse française, cette dernière, manifeste, encore, une fois, de plus, en défilant, dans les rues, au printemps 2016. En plusieurs villes, du pays. Afin, de « protester », contre la réforme, du Code du Travail, les menaces afférentes, supposées, de précarité accrue. Qu’a-t-on fait, à et, de, cette néogénération, pour qu’elle n’ait, ainsi, toujours, que des raisons, de déplorer, s’opposer, médire ? Or, quasi, jamais, de se réjouir, d’approuver, d’appuyer ? Pourtant, la juvénilité est « l’âge, où, tout commence et, tout finit »491. Le temps, de tous les possibles, tous les espoirs, toutes les adhésions. Une cohorte, vieillie, avant, l’âge, par la dureté extrême, des temps, tout particulièrement, pour elle et, en son pays natal et / ou, de vie, la France ! Cette même jeunesse, « fête », à sa façon, en mai 2018, le demi-centenaire, de mai 1968. En s’opposant, très vivement, à la réforme universitaire, en cours.

 

__________________________________

 

 

L’ANDRO-ADOLOGIQUE « GUIDANCE DIRECTIONNELLE »

ÉDUCATION-JEUNESSE

 

 

La guidance, du coaching de vie éducation-jeunesse, apprend, au garçon  junior, à s’organiser, pour doper, sa formation. Elle le mène, à bien définir, son « aiguillage », d’études, de métier. Elle est, aussi, une priorité didactique, d’ « adultisation », pleinement, accomplie, de la nouvelle génération. En pari éducatif.

 

__________________________________

L’Andro-AdoJeunologie® est une expertise intellectuelle, des questions androJuvéniles. Une défense, sans faille, de la « cause, de nos juniors ». Une réflexion originale, sur la néogénération. Expertise, est un terme féminin, de 1580. Il s’agit, de la « compétence, d’un expert ». (Dictionnaire, de la langue française, Robert, France, 2007)492. Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® est une intervention spécialisée, à objectif, d’évaluation, de solution et, de résultat. Quant aux jeunes hommes, à leurs problématiques spécifiques. Elle est un tutorat pédagogique, pour la jeunesse.

 

En prise en charge globale, en toutes dimensions, de sa personnalité, ses besoins, attentes, réalités, de vie, en tous domaines. De façon, transversale, pluridisciplinaire. Cela, se manifeste, aussi, par une expertise, en matière, de politiques, d’actions, à destination, des adojeunes. Concernant, les questions, de jeunesse. L’Andro-AdoJeunologie® est un triptyque. Intervention originale, apte, à inculquer, aux juniors, les règles fondamentales, qui meuvent, leur personnalité, existence et, celles, du « mieux vivre ». Mission, d’éclairages, auprès, des acteurs décisionnaires, concernés. « Conscientisation », du public. Trois champs, d’activité, théorique et, pratique, se complétant, renforçant.

 

Le préceptorat, de vie, auprès, des jeunes masculins, de leur famille. Le conseil institutionnel, en faveur, de la collectivité. L’expression intellectuelle, comme, publique, en terme, de diffusion, du corpus, de réflexion andro-adoJeunologique. Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® s’inspire, du Cogito ergo sum, de R. Descartes. (Philosophe français, 1596-1650). « Je pense, donc, je suis ». (Discours de la méthode, œuvre philosophique, France, 1637 / Les Principes de la philosophie, œuvre philosophique, France, 1644). Le junior acquiert, son intuition, par lui-même, par la propre « conscience, de sa personne ». Le doute, l’introspection et, le questionnement, conduisent, à la quête, de vérité, de certitude et, sérénité. La pensée permet, de s’affirmer, en humain, libre et responsable. Au-delà, de toute logique, métaphysique et éthique, de la scolastique chrétienne et, aristotélicienne. Portée, par T. d’Aquin.

(Théologien, philosophe, religieux chrétien, États italiens, 1224-1274, Somme théologique, traité théologique et, philosophique, États italiens, 1266-1273)493.

 

__________________________________

 

 

Apprendre, au jeunAdo masculin, à s’organiser, pour renforcer, ses études

 

Praxitèle, l’un, des plus grands sculpteurs, de l’Antiquité grecque, conçoit, son Hermès, du type, Andros-Farnèse. Auparavant, qualifié, à tort, d’Antinoüs, du Belvédère. Ce, au quatrième siècle, avant Jésus-Christ494. Il s’agit, d’un jeune homme nu, de très haute stature, (1,95 mètres). Cette œuvre célèbre, aura été, au cours, des âges, jugée, comme, le canon, de la plastique masculine, quasi parfaite. Donnée même, en modèle, à des générations, de jeunes sculpteurs. Tant, elle était considérée, comme, une perfection totale, du genre et, en matière, d’anatomie humaine et, de statuaire antique, classique.

 

La tête est, tout particulièrement, appréciée, comme, l’un, des plus esthétiques, chefs juvéniles, d’éphèbe antique. Avec, ses proportions harmonieuses, traits, aussi fins et, beaux, que virils et, affirmés. Le tout, rehaussé, par la splendeur, du marbre blanc. L’équivalent féminin, de l’Hermès, de Praxitèle, est tout aussi, superbe et, réussi, en grâce. Ce pourrait être, sa Diane de Gabies, sans doute, la déesse Artémis (IVe s. av. J.-C.). Vêtue, quant à elle, d’un magnifique drapé et, exposée, au Musée du Louvre, en toute majesté495.

 

__________________________________

Que dire, de cette noblesse, physique et spirituelle, des juniors, tant, masculine, que féminine, d’hier, à aujourd’hui ? La juvénilité a, une certaine harmonie physique. Car l’âge, n’a pas encore, eu le temps, d’opérer, son œuvre, de dégradation, d’enlaidissement, progressifs, des corps et, des visages. Or, le charme humain physique, n’est jamais, que plastique. Il est aussi, le reflet, d’une belle personnalité intérieure. La plupart, des adojeunes, ont cette richesse-là. Car, si l’on n’est jamais, responsable, de « la tête, que l’on a », on l’est, de « celle, que l’on fait ». Quant à, l’aura morale, celle, qui compte, le plus, beaucoup, de juniors, la cultivent. Car, ils vivent, toujours, profondément, intensément, leur monde interne, de façon, passionnée, exaltée et, digne. Cet univers endogène est, souvent, tourné, vers des idéaux, valeurs, constructifs et positifs, de générosité, d’altruisme, de don, de soi. Même si, la jeunesse a conscience, de la hideur morale, du monde adulte. Même si, elle n’est pas dupe, de ses héritages, empoisonnés. Elle espère ! En capacités, à aimer, s’émerveiller, adhérer, admirer, découvrir, apprendre, se battre, pour soi, comme, pour autrui.

 

C’est, cette ouverture, d’esprit, même, que le coaching de vie d’Andro-AdoJeunologie® encourage, toujours, fortement. Car, si elle n’est pas acquise, jeune, elle a toutes chances, de ne se, jamais, réaliser. Telle est, notamment, la clé, d’une formation académique, quelle, qu’elle soit, accomplie. L’objectif premier, de tout garçon  junior, qui se respecte, est la réussite, de ses études. L’adojeunesse est, avant tout, scolarisée, tant, la possession, de diplômes, est condition majeure, d’intégration, du marché, de l’emploi. Il est donc, capital, pour tout élève ou, tout étudiant, de maîtriser, une excellente méthode, de travail.

 

Pour mobiliser, optimiser, toutes ses ressources, académiques et intellectuelles, connaître, le plein succès. En un mot, être en mesure, de réaliser, le meilleur rapport, qualité-investissement / effort et, donc, la plus forte, « rentabilité productive », en ses résultats, d’études. Il s’agit, de s’impartir, un seul but, objectif unique, exclusif et, de mobiliser, l’intégralité, de ses potentiels, talents, capacités. L’objectif choisi sera donc, ambitieux, mais, accessible, adéquat. Il sera précis, bien défini, au préalable, de façon, optimiste et, confiante. Dès, la décision, de l’atteindre, prise, il convient, d’aller, jusqu’au bout, en farouche résolution et, persévérance.

 

Sans découragements ni, renonciations. Quoi, qu’il arrive, quelles, que soient, les difficultés rencontrées. Ces dernières étant faites, pour motiver, le jeune homme, en coaching de vie, non, pour décourager. Ce sont, l’attractivité, du but, à atteindre, la nette détermination, à le réaliser, qui donnent, la force et, la motivation, de se battre, pour y parvenir. La méthodologie utilisée, sera choisie, en fonction, du but retenu. Un mental positif, donne l’allant, de parvenir. Pour être motivé, il convient, de faire, les bons choix et, de suivre, un cursus, qui convienne. Faire, ce que l’on aime, stimule, bien plus, que l’inverse. Il s’agit, de se dynamiser, s’encourager, en permanence. En travail juvénile acharné, méthodique, constant. Sans, s’obséder, des notes et, évaluations ni, se comparer, à autrui. Il importe, de toujours, rester positif, même, quand, les résultats déçoivent, les attentes. La crainte, d’échouer, est « contre-productive », alors, que la foi, en soi, l’espoir, la volonté, la conviction, de réussir, sont fort gages, de succès. Avant, de prétendre, apprendre, il convient, de s’assurer, que les cours, sont compris, appréhendés, en clarté. Le junior ne peut, intégrer, que ce qu’il a compris, assimilé, disséqué, avec intérêt et, curiosité496.

 

Pour cela, il s’agit, pour l’adojeune masculin, en coaching de vie, d’isoler, les éléments, les plus importants, d’un cours. Seul, compte, l’essentiel et, non, les détails. L’analytique, plus, que le descriptif. Les fondamentaux, bien assimilés, seront, adéquatement, retenus et, restitués. Le cours noté est écrit et, passif. Pour bien assimiler et, activement, le mode oral, à voix haute et, même, debout, en marchant, plus tonique et, dynamique, est bénéfique. La mémoire se nourrit, toujours, mieux, activement, que passivement. La mémorisation mentale intérieure, est des plus « efficaces », notamment, avant, le sommeil. En dormant, l’inconscient, du junior, brasse, les données acquises, les plus récentes, récoltées, dans les heures, précédant, l’endormissement.

 

Il les restitue, optimalement, au réveil. Cela, permet, aussi, au jeune, en coaching de vie, de trouver, les meilleures solutions, aux problèmes insolubles, de jour. En vertu, de l’adage : « La nuit porte / est mère, de conseil ». (Proverbe français, XVIe s.). Les données, de cours, seront complétées, par des sources, d’informations, permettant, de « sortir, des sentiers battus. D’apporter, une valeur ajoutée », par rapport, à la leçon, aux condisciples. Un entraînement, de mémorisation androJuvénile, permet, de bien restituer, les éléments, à apprendre, retenir. La mémorisation est écrite : visuelle et, scripturale. Sonore : orale et, auditive. Mentale. En position assise, statique, debout, mobile : kinesthésique. L’usage simultané est optimal.

 

Tout contenu, de cours, est à hiérarchiser, par ordre, d’importance décroissante. Il sera ainsi, toujours, mémorisé, par strates successives, avec, une vue générale, des programmes. En tout premier niveau, le jeune, en coaching de vie, commence, par mémoriser, le plan détaillé, du cours. En débutant, par les principaux titres et, en finissant, par les plus « petits ». Ainsi : Première partie, Deuxième partie… I-, II-… A, B… 1, 2… a, b,… Cela, permet, de bien saisir, la structuration, d’ensemble, du cours. En deuxième étape, le garçon  junior s’attache, aux notions principales, essentielles, données, analyses capitales, de fond, à ce que cela, implique. En troisième échelon, l’adojeune retient, ce qui est, à la base, des grands principes, précédemment, retenus. Les causes et, effets, les manifestations, afférentes et subséquentes, les chiffres, détails et, précisions, les plus utiles. L’on part donc, toujours, du général, au particulier. Faisant bien, la différence, entre l’important et, le secondaire et, la quantité et, la qualité, le fond et, la forme. Tout ceci, se matérialise, par la visualisation précise, du cours497.

 

Lequel, sera donc, bien mis, par le junior, en coaching de vie, en valeur hiérarchisée, selon, l’importance, des titres, du plan, des données, inscrites. Avec, couleurs différentes, encadrements, soulignements et, surlignements, diverses tailles, gras, maigres, retraits. Tout ce qui est important, doit « sauter, aux yeux », en étant distingué, du reste. Ayant bien compris, le cours, il s’agit, d’approfondir, l’essentiel, en effort et, ténacité, pour un rendu, d’excellence. Inlassablement, point par point, sans rien, négliger ni, faire d’impasses. À son meilleur rythme juvénile, plus ou, moins, rapide ou, lent. Être attentif, en cours, bien prendre, en notes, au fur et, à mesure, de son déroulé, de ce qu’il y a, à retenir, des propos, de l’enseignant, est capital. Cela, permet, de rester concentré, de gagner, du temps, d’avoir, une bonne base, de travail. L’on retient, d’autant mieux, que l’on révise, le plus vite possible, après, le cours suivi, par mémoire auditive, notamment. Il s’agit, aussi, de questionner, l’enseignant, sur tout, ce qui ne paraît, pas clair et, même, de travailler, le cours, à l’avance, pour bien, tout saisir, en classe. Sinon, de bien, le retravailler, chez soi, avant, de le mémoriser. Il ne s’agit, pour le jeune homme, que d’écrire, l’essentiel, en abrégé, pour bien suivre.

 

Ni trop ni, trop peu, pour un cours, suffisamment, substantiel, mais, non, pléthorique. Le tout, de façon, lisible, aérée, bien présentée, hiérarchisée, par le junior, en coaching de vie, pour une bonne relecture, sans effort, une bonne compréhension, mémorisation. Avec, des astuces, mnémotechniques, pour bien retenir, des codes, conventionnels et rationnels, significatifs, récurrents, cohérents. Chaque « feuille volante », sera numérotée, datée, avec inscription, de la matière et, du cours, concernés. Le tout, sera, chaque jour, classé, par ordre chronologique, successif. L’adojeune peut faire, des fiches, en esprit, de synthèse condensée, de rapidité et, simplification tonique, pour aller, à l’essentiel, bien mémoriser. Elles réuniront, les fondamentaux, d’un cours ou, d’un aspect, du programme, d’une thématique. Rappelant, à partir, de quelques points majeurs, le reste, développé, d’un cours. Une fiche comporte, tout le plan, d’un cours, des idées et, mots-clés et, toute information, donnée, exemple, incontournables. Le tout, mis en valeur, par codes couleurs, soulignements, encadrés et, symboles. Selon, les subdivisions. Il est important, de s’entraîner, à maîtriser, l’expression orale androJuvénile, bien communiquer, travailler, en équipe498.

 

Notamment, pour se former, aux épreuves orales, dominer, stress, trac, du jeune masculin, en coaching de vie. Il est aussi, important, de s’exercer, à faire, des « présentations », sur tableau. En tout et, pour tout, rigueur, maîtrise, précision, méthode, logique, pertinence, profondeur, clarté, intuition, s’imposent. Car, l’approximation, l’à-peu-près, ne payent jamais et, ne leurrent personne. Pour éviter, les faux-sens, contresens, hors sujet, il s’agit, au préalable, de lire, très attentivement, l’ensemble, de l’énoncé, du sujet. Avant, d’attaquer, un devoir, un exercice, une dissertation, chez soi ou, en contrôle, examen ou, concours. De s’assurer, avant, toute chose, qu’il aura été, parfaitement, compris. Que ce qui est demandé, au junior, est limpide. Il s’agit, ensuite, de réfléchir, comme, d’établir, des idées, un plan détaillé, un « schéma ou, un angle, d’attaque ». Plan, idées-clés, seront notés, au brouillon, puis, détaillés, en copie. L’on ne se lance, en un travail écrit, qu’en toute connaissance, de cause, à bon escient. La qualité, du travail, compte alors, plus, que la quantité. D’où, l’importance, de la bonne organisation, du labeur, du temps, de tâches. Avec, un strict agenda quotidien, hebdomadaire, le plus rigoureux, du jeune.

 

En optimisation temporelle juvénile, il s’agit, de strictement, bien faire, tout acte, cela, passe, par la réalisation, d’un seul, unique, à la fois. Comme, il convient, quand, il convient et, dans les temps, impartis. En concentration, usage optimal, du temps, sans perte, d’un seul instant. Car : « Time is money, le temps, est de l’argent » ! (B. Franklin, homme politique, écrivain américain, 1706-1790). Autrement dit, chaque moment, est précieux et, le temps perdu ou, mal utilisé, ne se rattrape, jamais. Chaque seconde, étant toujours, unique, irrécupérable. Il s’agit, de découper, chaque jour, en « tranches » horaires, spécifiques, pour chaque tâche, du garçon junior, en coaching de vie.

 

Avec, pauses régulières, toutes les deux heures ou, heure et demie. Avec, un jour, de repos hebdomadaire. Avec, une bonne activité, de « vraie détente », à la clé. Des rencontres enrichissantes, une excellente hygiène, discipline, de vie. Sommeil, alimentation et, activité physique et, sportive, ordre et, le moins, d’addictions, possibles. Notamment, d’alcool, de tabac, drogues, jeux vidéo. Il convient, de se coucher, lever, tôt, dormir, suffisamment et, de façon, régulière. Le matin est plus « propice », pour apprendre et, se concentrer, que le soir. Le temps, de travail, du jeune, sera méticuleusement, minuté, rationalisé, pour plus, d’efficacité499.

 

En s’entraînant, à faire vite et, bien, en temps, bien délimités, impartis, à l’avance, comme, en temps, de contrôles, concours, d’examens. Un agenda rigoureux, du junior, en coaching de vie, est donc, impératif. « Chaque chose, en son temps et, un temps, pour chaque chose ». Tel est, le principe, de tout bon élève, étudiant. Quand, toutes les activités, tâches, du jour, de la semaine, sont planifiées, l’on sait, où, l’on va. Comment, s’organiser, bien faire, toutes actions, requises, dans les temps. Tout, est bien réparti, accompli, coché, au fur et, à mesure, de l’achèvement, du travail. Tout, sera évalué, quantifié, programmé, testé, « in vivo », pour s’assurer, que cela, tient la route. Avec, ajustements adojuvéniles, permanents, autant, que nécessaire. Pour, que le programme prévu, corresponde, le plus possible, aux réalités, du terrain et, latitudes concrètes, d’exécution. Dans les meilleures conditions, en délais, résultats optimum. Tout, sera réparti, en matières, tâches et, temps afférents. Un bon agenda, sera très bien réparti, sur toute la journée et, la semaine, à l’échelle, d’une quinzaine et, d’un mois ou, d’un trimestre. Ni trop chargé ni, trop peu. Tout est détaillé, en terme, de labeur astreignant, de loisirs, du jeune homme, librement, choisis, en toute connaissance de cause.

 

En tenant compte, du biorythme androJuvénile, personnel. L’essentiel, sera distingué, du secondaire. Le temps, de révisions, d’examens, est capital. Priorité, au travail, en groupe, pour bien mettre, en commun, les ressources, de chacun. L’organisation, des révisions, sera rigoureuse. Il s’agit, de revoir, méthodiquement, en récapitulation, d’apprentissage, tout, ce qui a déjà, été vu, su, pendant, l’année scolaire ou, universitaire. En approfondissement, comme, en « complément ». En allant, à l’essentiel, car, il n’est alors, plus temps, de refaire, toute son année. Pour les cours, comme, pour les exercices. Il s’agit, de comprendre, de savoir, connaître et, jamais, bachoter, découvrir, d’apprendre, pour la première fois. Les révisions, du jeune, en coaching de vie, sont des remises, en tête, non, des nouveautés, à ingurgiter. L’essentiel, a déjà, été vu, en l’année. Il ne s’agit plus, que de mettre, en ordre, de bataille, ce qui est déjà, stocké, dans l’esprit. En simple, « remise à jour ». Avec, un excellent agenda, organisé, de révisions, au jour, le jour, heure, par heure. Une bonne préparation psychique, du junior, s’impose. Sans stress. En pauses, détentes, hygiène, de vie. En se motivant, au maximum, restant, positif, confiant, optimiste et, mentalement, armé500.

 

La veille, de l’examen, sera jour, de détente juvénile, de relaxation, en anticipation mentale, psychique positive. Idem, le jour, de l’épreuve et, juste, avant. Calme, maîtrise, de soi, bonne respiration abdominale. Lecture attentive, compréhension, des sujets, de compositions écrites, puis, travail concentré, paisible. Bien, répartir, utiliser, tous les temps impartis. Traiter, l’ensemble, des tâches, en commençant, par les plus faciles et, terminant, par « le reste », pour ne pas bloquer, inutilement, perdre, du temps. Les copies papier manuscrites, seront lisibles, propres, ordonnées, mises, en valeur, claires, compréhensibles. Sans fautes, ratures ni, incongruités. Bien aérées et, précises. L’encre sera noire, car, plus lisible, reposante. À l’oral, l’expression, du jeune masculin, en coaching de vie, sera, de même, impeccable. Respiration abdominale, pour, pleinement, se détendre.

 

Apparence et, habillement, très soignés. Assurance, confiance, air avenant, sans arrogance. Rappelons, les trois « principes majeurs, de la réussite, du travail, d’études ».

 

1- La bonne compréhension.

2- L’apprentissage, par « strates ».

3- La qualité, de ce qui est important, non, la quantité, du superflu.

 

Il s’agit, donc, de bien comprendre, avant, d’apprendre. D’isoler, l’essentiel. De bien, mémoriser, pour retenir, les « fondamentaux ». De façon, écrite, orale, comme, mentale. L’on apprend, en commençant, par le plan. Puis, les grands principes, soubassements, du cours. Puis, les implications afférentes, subséquentes. Le bon travail, du garçon junior, en coaching de vie, est qualitatif, non, quantitatif. Il s’agit, de distinguer, le principal, à retenir, en priorité. Le secondaire, à oublier ou, en optique minimale, faire, rapidement, passer, au… second plan ! (Matrullo, Maurette, 2005)501.

 

__________________________________

Les Français pensent, que le positionnement, des jeunes, en leur société, est « inférieur », à celui, des adultes ou, doit, l’être. Il est dénié, « la moindre importance », à la nouvelle génération. En Europe, ce sont les Français, qui accordent, en leur esprit, aux juniors, le statut, le plus bas. Ce sont, encore, eux, qui rejettent, le plus, l’idée, d’être dirigés, par un responsable, très jeune, même, compétent. En Europe, ce sont donc, les adultes français, qui concèdent, le moins, de rôle, de place, comme, de responsabilité, à la jeunesse. Ce qui est particulièrement, désastreux, pour les juniors, de France, comme, pour leurs aînés et, le pays, entier. Ce qui obère fort, la réussite, l’insertion scolaires, professionnelles juvéniles.

(O. Galland, sociologue français contemporain, et al., La Machine à trier, ouvrage sociologique, France, 2011).

 

__________________________________

 

 

                              Faire Fructifier, les Ressources, de l’AdoJeunesse Masculine !

 

 

C O A C H – C O N S E I L   /   C O A C H I N G   D E   V I E

A D O L E S C E N T S   /   J E U N E S   M A S C U L I N S

L Y C É E N S   /   É T U D I A N T S   /   A C T I F S

 

 

– Yves REMY, Dr

 

 

Coach de Vie AndroJeunoConseiller

Spécialiste AndroJeunesse-AndroÉducation

Consultant Institutionnel & Politique AdoJeunes

 

Docteur en Sciences Humaines et Sociales, Paris

(PsychoSociologie du Développement de l’AdoJuvénilité)

Certifié Acec / Coaching Personnel (Ados / Jeunes), Paris

 

 

Mentoring Andro15-24

 

Booster, la Confiance

Des Jeunes XY  !

 

 

Cabinet

 

Andro-AdoJeunologie®

 

PARIS 16 / Foch

 

 

Andro-AdoJeunoConseil15-24.Org

 

 

> L’Expertise de la Masculinité AdoJuvénile

Confiance en Soi / Motivation / Stress

Coaching de Vie Cognitif / Émotionnel / Comportemental

 

 

L’Andro-AdoJeunoConseil® permet, à tout jeune homme, de 1524 ans, de croire, en soi, se motiver, s’apaiser

Accompagnement spécifique, en réalisation, de soi, andro-adoJuvénile, pour se dépasser, devenir meilleur, s’épanouir.

En programme andro-adoJeunologique méthodique, adapté : écrit, directif, interactif, structuré.

Par études de cas, exercices, entraînements pratiques. En apprentissages, d’andro-adoJeunoCoaching de vie : formatifs, consultatifs, décisionnaires.

 

 

YR/c – 7 rue Marbeau, 75116 Paris, Foch, France, UE

 

SecteurPl. de l’Étoile – Av. Foch

Neuilly-sur-Seine – Av. de la Grande-Armée

 

T. 33 1 45 65 96 22 – M. 33 6 64 94 13 29

– Contact Internet –

 

 

>> Mémento d’AndroJeunoCoaching de Vie

 

 

Préambule   AndroJeunologue®   AndroJeunologie®   Expertise   Évaluation

Travaux   AndroJeune   AndroJeunoScience®   AndroJeunoConseil®-3   Cabinet

 

 

> Stress, des Adolescents / Jeunes Garçons, Coaching de Vie, Paris 16

 

Le stress, des adolescents / jeunes masculins, la résilience, l’orientation & le projet personnels…, sont pris en charge, en coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®.

 

 

– Haut de Page –

 

 

Coacher, l’androJunior, à définir, son aiguillage académique, de métier

 

Après, ses études primaires, le jeune homme se doit, de se plier, aux exigences, accrues, nouvelles, du « système collège ». À cette fin, il convient, de lui inculquer, une solide méthode, une rigoureuse autodiscipline, de travail. Ainsi, que l’intérêt, la passion, la vocation, pour les études. Des « balises » sûres, lui permettront, de faire le tri, entre la quantité et, la qualité. Le secondaire et, ce qui est capital. Ce qui autorise, à fixer fermement, un cap, avec des impératifs hiérarchisés, par ordre, d’importance décroissante.

 

Emploi du temps, cahier de textes, carnet de correspondance, seront bien « tenus », suivis et, respectés. Le sac, de cours, juvénile sera préparé, dès, la veille. Le travail hebdomadaire sera planifié, structuré, piloté, avec exigence, brio, détermination. En sixième, cinquième, la surveillance, le suivi parentaux, seront stricts, quotidiens. En quatrième et, troisième, l’adolescent sera plus autonome et, il lui sera plus, fait confiance et, laissé plus, de latitude, d’auto organisation. Avec vigilance encore, mais, allégée. Les parents suivront la scolarité, de leur adolescent, en coaching de vie. Le félicitant, pour tous ses progrès.

 

L’encourageant, à persévérer, en son labeur, ses efforts. L’aidant, à surmonter, ses difficultés éventuelles. En fin, de collège, la capacité, d’initiative, d’autonomie, de travail et, de résultats impeccables, est censée, être pleinement, acquise. Pour tout jeune masculin, en coaching de vie, candidat, à l’entrée, au lycée. L’appétence, l’attrait, comme, l’inclination, pour étudier, dépendent fort, des résultats scolaires. De l’intégration, de la « chose académique et, intellectuelle », dans le plein champ psychique, existentiel, du junior. Il y a, la passion, d’apprendre, de savoir, connaître, découvrir, s’il y a, une passion intellectuelle. Associée, à l’idée, de liberté, de choix, d’accomplissement personnel, de réussite, plaisir, valorisation, d’adhésion. Concernant, formation et école. Celles-ci peuvent être perçues, comme, des vectrices, des symboles, d’ennui, d’indifférence, de rejet, d’échec. D’impératif contraignant, d’option, par défaut, de stigmatisation, de déplaisir. Le goût, des études, sera alors, impossible. Réussite, valorisation juvéniles sont, en l’espèce, très déterminantes. Les deux premières années, de collège, le contrôle parental, des études, sera fort assidu502.

 

Or, non, « dictatorial », pour encourager, mais, jamais, décourager. Avec patience, respect, indulgence, mais, fermeté et, exigence. Selon, la chrono-psychobiologie, de chaque jeune, en coaching de vie, en fonction, de l’âge, du niveau, d’études. Il ne s’agit pas, seulement, de jeter l’opprobre, sur les échecs, mais, de toujours, d’abord, surtout, saluer, les réussites. Les temps, de détente, de loisirs, seront autant, privilégiés, que ceux, du travail scolaire. Ni plus ni, moins ! Pour l’équilibre même, du garçon  junior, ne pas le dégoûter, du labeur. En quatrième et, troisième, responsabilité et, indépendance, seront de mise, favorisées.

 

Le travail sera perçu, comme, avantage, privilège et, gratification, pour soi, non, autrui. Dialogue, échanges, collaboration, coopération, bonne volonté, du jeune, avec, pour lui, seront de mise. Contrainte, comme, coercition, ne sont plus opérantes. Le travail sera assimilé, à l’épanouissement, à la réussite et, l’avenir, surtout, à la réalisation, de soi. L’adhésion personnelle, aux études, sera renforcée. Que le junior se destine, à un cursus général, technologique, comme, professionnalisé. S’il y a, rejet massif, des études conventionnelles, cela, n’est pas, un échec, puisque l’essentiel, est que le jeune, se forme, à la vie. À un savoir-faire professionnel sûr, complet et, précis, pour un avenir prometteur503.

 

Quel, que soit, le choix, du junior, en coaching de vie, pour son futur, il s’agit, de le prendre, en compte, le respecter, l’accompagner, en acceptation inconditionnelle. Comme, de la personne, du jeune, lui-même. Ce qui est capital, pour son image, son identité, estime, de lui-même. À l’entrée, au lycée, en classe, de seconde, il est capital, de savoir, quelle importance, les études ont, pour le junior, son existence quotidienne. Quelles sont, ses capacités, d’effort, de ténacité, de concentration ou, de motivation, de mémorisation, de moyens, de résultats. Quel est, son lien, à lui-même, aux autres, à l’univers, intérieur et externe. Tout cela, détermine, l’intérêt, la vocation ou, pas, pour les études, de lycée, notamment, générales. Il s’agit, aussi, de bien, mieux, comprendre, la personnalité, du jeune homme, de déterminer, fort adéquatement, ses aptitudes, appétences. En tenant compte, des mutations permanentes, de l’adolescence. Le junior sera plus « intellectuel ou, manuel », « concret ou, abstrait ». Artiste ou, littéraire, technicien ou, scientifique. Selon, ses inclinations, inappétences, indifférences, activités usuelles, les plus privilégiées, attractives.

 

Là encore, l’orientation, du jeune masculin, en coaching de vie, sera décidée, par lui seul, respectée, comme, telle, qu’elle convienne ou, non, aux adultes, notamment, parents. De fait, il s’agit, de l’avenir, du junior, de lui seul, l’engageant, peut-être, « à vie ». C’est, lui seul, qui en assumera, les conséquences. « Les conseilleurs, [en l’espèce, comme, en d’autres], ne sont jamais, les payeurs ». (G. Meurier, lexicographe, France, 1530-1610, Trésor de sentences dorées, recueil de proverbes et dictons, France, 1577). L’orientation scolaire, d’emploi, adéquate, ne se fait, qu’en fonction, du jeune et, jamais, des adultes, quels, qu’ils soient, les parents ou, autres.

 

Il y a, les formations généralistes, comme, celles, qui sont professionnalisantes. Les études courtes et, longues. Les cursus théoriques et, pratiques, en établissements, d’enseignement, avec des professeurs et, les apprentissages, de terrain, en alternance. Centres de formation d’apprentis et, entreprises, avec un patron et, des gens, du métier, en activité. Quelle, que soit, la filière, le genre, d’études, choisis, l’option se fera, par pleine adhésion, non, par défaut. En France, le domaine général abstrait, intellectualisé, est trop valorisé. Les champs technoprofessionnels, trop stigmatisés. Les juniors vont d’office, en études générales, car, leur bon niveau scolaire, en est jugé, le plus satisfaisant et, « digne ».

 

Les élèves, estimés, trop moyens, sont « orientés », en cursus technologiques. Les jeunes, en coaching de vie, évalués, comme, insuffisants, sont « relégués », en études professionnelles. Il n’est pas tenu compte, des libres choix, mais, des seuls, résultats scolaires. Au sein même, de chacun, des trois ordres scolaires, il y a, une hiérarchie juvénile, de niveau et, de « dignité académiques ». Ainsi, en cursus général, lesdits « meilleurs » sont, automatiquement, promus, en première à dominante scientifique. Les « moyens », en dominante économique et, sociale. Les « modestes », en dominante littéraire. Même, en filière, à dominante scientifique, en première et, terminale, les « meilleurs » opteront, pour la spécialisation mathématiques.

 

Les « moyens », pour celle, physique-chimie ou, sciences, de la vie et, de la terre. Les « autres » garçons  juniors, pour celle, informatique et, sciences, du numérique ou, agronomie, territoire et citoyenneté. Le nouveau bac, de type généraliste, à partir, de 2021, maintient, des dominantes, dites, enseignements de spécialités : littéraire, scientifique, économique et sociale. En cursus technologique, la filière Stmg, Sciences et technologies, du management et, de la gestion, sera souvent, bien plus prisée, que celle, dite, Sti2d. Sciences et technologies, de l’industrie, du développement durable. Elle-même, fort préférée, à d’autres, comme, St2s, Sciences et technologies, de la santé et, du social504. Tout est question, d’image.

 

En cursus « pro », l’ébénisterie est jugée, plus « noble », que la mécanique aéronautique. Or, cette dernière, plus intéressante, que les formations, du bâtiment. Selon, les adojeunes, en coaching de vie, leurs souhaits, aptitudes, résultats, goûts et, débouchés possibles, la filière, de type généraliste, n’est pas une panacée. Pas plus, que sa dominante scientifique. Les autres cursus, techno-professionnels, pas davantage, une « déchéance ». Seuls, comptent, la réussite, du junior, son épanouissement, en fonction, de son vrai choix. Les études techno-professionnelles ne conviennent, qu’en cas, d’adhésion, de manque, d’affinités, pour le cursus général.

 

De projet professionnel, pertinent et spécifique. De volonté, de faire, des études longues, or, sans exceller, en filière généraliste. L’idéal, est de cumuler, bonne formation générale, solide maîtrise professionnelle, pour bien intégrer, le marché, de l’emploi. Tout en ayant, une riche assise humaine, intellectuelle. Il ne s’agit plus, d’opter, pour une profession androJuvénile, donnée, mais, pour un domaine d’activité. Ce dernier est plus large, adaptatif, évolutif et, structurel. Alors, qu’un métier, trop « précis », peut devenir, bien obsolète, disparaître, au gré, des conjonctures, des aléas, les plus fluctuants.

 

Les possibilités, pour le jeune homme, en coaching de vie, de changer, d’avis, sont réelles, concernant, un secteur, d’activité, mais, non, pour un métier précis. Aptitudes, appétences, seront appréhendées, en une optique, d’orientation, d’une formation, comme, du secteur professionnel, afférent, subséquent. Le but, du secondaire, est de se ménager, le plus, de possibilités, d’avenir. Quand, celui, du supérieur, est de se garantir, une voie professionnelle. Il peut, aussi, être judicieux, de modifier, ses buts initiaux, pour mieux rebondir, soit, « reculer, pour mieux sauter ». Parfois, abandonner, certaines exigences, permet, de mieux atteindre, ses objectifs terminaux ! Le collège est divisé, en trois cycles. D’adaptation, en sixième, puis, central, en cinquième / quatrième, enfin, d’orientation, en troisième. Le cycle 1, aide, l’adojunior, à intégrer, le « système collège ». Le cycle 2, vise, à donner, l’envie, d’apprendre, les outils adéquats, pour réussir. Le cycle 3, détermine, la suite, des études, en assurant, l’adéquation, entre aptitudes, appétences et, orientation décidée. En permettant, au jeune, de choisir, au mieux, en fonction, de cela et, par l’information, la plus idoine. À la fin, de la troisième générale, il pourra alors, être orienté, en seconde générale505.

 

Dite, de détermination. En seconde professionnelle. Aussi, en seconde spécifique, menant, à certains bacs technologiques, comme, Sciences et technologies de l’hôtellerie et de la restauration ou, Sciences et techniques du théâtre, de la musique et, de la danse. Certains brevets de technicien. Outre, la troisième générale, la troisième pourra, également, être professionnelle ou, d’insertion, mener, en ce cas, aux études, en lycée professionnel. La formation professionnelle concerne, trois grands secteurs majeurs, de l’économie. Tertiaire, des services, secondaire, industriel et, primaire, agroalimentaire. Les emplois disponibles ont trait, surtout, aux services. À la personne, en entreprise ou, en collectivité.

 

Les juniors, en coaching de vie, s’y destinent, majoritairement. Or, les salaires y sont faibles, de même, que l’avancement, les contrats, de travail, à durée limitée. Le charisme juvénile y est primordial. Le secteur industriel recrute et, manque, de main-d’œuvre, mais, les jeunes le boudent, par préjugés. Or, de belles carrières, y sont possibles. Les conditions, de travail, y sont bonnes. Les salaires, meilleurs, qu’ailleurs et, les contrats, d’embauche, plus stables. Les possibilités, d’emploi, plus grandes. Innovation, avancement, de carrière, y sont réels. Là encore, l’on est confronté, à une question, d’image et, d’appréhension personnelle.

 

L’agriculture, l’agronomie, l’agroalimentaire, comme, l’aquaculture, offrent, de bons débouchés professionnels, aux juniors masculins diplômés, spécialisés, de pointe. Non, pour être, simple agriculteur, secteur, en grave crise, mais, pour œuvrer, en domaines, d’avenir, comme, les biotechnologies. Le Cap, certificat d’aptitude professionnelle, est le diplôme, « de base », de tout, l’enseignement professionnel. L’adojeune peut poursuivre, avec d’autres diplômes professionnels. Citons, les principaux. Le Bep, brevet d’études professionnelles, est un peu plus élaboré. Le Bp, brevet professionnel, est encore, nécessaire, pour certains métiers, telle, la coiffure.

 

Le baccalauréat professionnel existe, depuis, déjà, trente-cinq ans, constitue, le plus haut diplôme professionnel, de l’enseignement secondaire. Généralement, terminal, car, peu / pas fait, pour la poursuite, d’études supérieures. Le bac technologique est aussi, possible, à condition, de poursuivre, des études supérieures, pour bien intégrer, l’emploi. Les meilleurs adojuniors, en coaching de vie, diplômés, de l’enseignement secondaire professionnel, peuvent s’insérer, en Sts, sections de techniciens supérieurs. Ce, en « alternance », pour obtenir et, bien valoriser, leur bts, brevet de technicien supérieur506.

 

Les Sts, en lycées, sont, surtout, destinées, aux adojeunes, en coaching de vie, titulaires, de bac technologique, tertiaire ou, industriel. Les diplômes professionnels, d’études, du Cap, au Bts, se préparent, en établissement scolaire et, en formation initiale ou, par alternance. À la fois, en Cfa, centre de formation, d’apprentis, et, en entreprise. En établissements, du public ou, du privé. Le domaine tertiaire concerne, trois grandes voies juvéniles. Assistant, de manager. Management / Gestion. Comptabilité. La comptabilité passe, par un bac technologique, Stmg, sciences et technologies, du management et, de la gestion. Puis, par des études supérieures, en sections de technicien supérieur, spécialisées, même, au-delà, pour l’expertise comptable. Concernant, l’assistance, de manager, le minimum, de départ, est le Bep, des métiers, du secrétariat et, surtout, le bac technologique, Stmg, le Bts, d’assistant, de manager. La vente concerne, le Cap, Bep, le bac professionnel vente, pour les vendeurs. Le bac technologique, Stmg, commercial, certains Bts, de commerce, pour les juniors commerciaux. Le secteur industriel, du Cap, au bac +2 ou, 3, concerne surtout, le bâtiment / les travaux publics, les filières bois / l’ameublement.

 

La chimie / la physique / la biologie. L’électricité / l’électronique / les télécommunications / l’informatique / les automatismes. L’habillement / le textile / cuir. L’imprimerie / le graphisme. Les matériaux / la métallurgie. La mécanique / la productique / la maintenance. Les autres secteurs professionnels concernent, les arts, les arts appliqués. L’hygiène et, la sécurité. La santé et, le social. L’hôtellerie, la restauration et, l’alimentation. Les transports, la logistique. L’agriculture, l’agroalimentaire, l’aquaculture… Avec, les diplômes liés, du Cap, aux Bts, Dut. La seconde générale, de détermination, exige, des capacités juvéniles globales, d’abstraction.

 

D’expression écrite, de lecture, compréhension et, formulation intellectuelles. D’importantes aptitudes, de « travail personnel ». Les cours ne suffisent, jamais. Plus, les études, du garçon adojeune, en coaching de vie, progressent, plus, la charge, de travail, d’approfondissement individuel, s’accroît. À partir, de la première de type généraliste, trois séries, sont possibles. Dominante économique et sociale, littéraire ou, scientifique. En terminale à dominante Es, en spécialisation obligatoire, le jeune choisit : mathématiques ou, sciences sociales et, politiques ou, également, économie approfondie507.

 

Le bac à dominante économique et sociale mène, à des études universitaires, de droit, d’administration économique et, sociale, Aes, d’économie / de gestion. De lettres, langues ou, de sciences humaines et, sociales. Le bachelier économiste, en coaching de vie, peut aussi, prétendre, aux Cpge, classes préparatoires, aux grandes écoles. Soit, les classes préparatoires, économiques, commerciales, option, économie, pour intégrer, une Grande école de commerce. Soit, les classes préparatoires, de lettres, de sciences sociales, notamment, pour les Écoles normales supérieures ou, aussi, celles, de commerce.

 

Les Instituts d’études politiques, Iep, sont aussi, un débouché, pour les bacs à dominante Es. De même, que les Bts, brevets de technicien supérieur. Les Dut : les diplômes universitaires de technologie. Sans compter, les écoles « spécialisées », recrutant, les juniors, après, le bac. En littéraire, la spécialisation obligatoire, de terminale, concerne, la langue vivante 1 ou, 2 renforcée ou, la langue vivante 3. Le latin ou, le grec ancien. Les arts ou, les mathématiques. Le bac à dominante littéraire conduit, le jeune homme, à des formations universitaires, en lettres ou, langues, sciences humaines et, sociales, droit, arts… Aux classes préparatoires littéraires, aux Écoles normales supérieures.

 

Aux Cpge lettres, option, lettres et, sciences humaines. Pour entrer alors, en Grande école de commerce, Institut d’études politiques ou, en école de journalisme. Il est possible, au junior masculin, en coaching de vie, d’accéder, à certains Bts. Notamment, tourisme-loisirs, édition, assistant, de manager et, arts. Les Dut, d’information / communication ou, carrières juridiques, peuvent aussi, convenir. Sans compter, des écoles spécialisées, post bac, comme, les écoles d’art, médico-sociales. En scientifique, en spécialisation obligatoire, de terminale, le choix porte, sur les mathématiques. La physique-chimie.

 

Les sciences de la vie et, de la terre, Svt. L’informatique, les sciences, du numérique. L’agronomie, le territoire et, la citoyenneté. Le bac à dominante scientifique orientera, l’adojeune, vers des études universitaires, de sciences et technologie ou, d’économie-gestion, notamment. Il y a, aussi, les classes préparatoires scientifiques, généralistes, menant, aux Grandes écoles d’ingénieurs. Les Cpge biologie-chimie-physique ou, aussi, sciences, de la terre, pour les Grandes écoles scientifiques. Les Cpge vétérinaires. Certains Bts ou, encore, les Dut industriels ou, tertiaires. Des écoles spécialisées, de toutes disciplines, recrutant, des juniors, dès, le baccalauréat508.

 

Également, les Iep, Instituts d’études politiques. Les universités technologiques, les diplômes professionnalisés des universités. Les études secondaires technologiques, au sein, des lycées, groupent, diverses filières. Sti2d : Sciences et technologies, de l’industrie et, du développement durable. Divers choix juvéniles, de bac. Architecture et, construction. Énergie et, environnement. Innovation technologique et, éco-conception. Système, d’information et, numérique. Stmg ou : Sciences et technologies, du management et, de la gestion. Quatre spécialités. Ressources humaines, communication. Mercatique. Gestion, finance. Systèmes, d’information, de gestion.

 

Selon, les spécialisations, du jeune, en coaching de vie, le bac Stmg conduit, aux études comptables, de gestion, de la finance. Aux formations, d’assistant, de manager. À celles, du commerce, de la vente. Notamment, en Sts ou, Iut. Ainsi, qu’en certaines écoles spécialisées. La filière St2s : Sciences et technologies, de la santé et, du social, regroupe, les sciences et, les technologies, sanitaires et sociales. Ainsi, que la biologie et, la physiopathologie humaines. Cela mène, le garçon  junior, aux études professionnalisées et, aux carrières paramédicales et, sociales, du secteur tertiaire.

 

En Sts, Iut, écoles spécialisées et, universités, en biologie, sciences sanitaires et, sociales, sociologie, psychologie, droit. Le cursus androJuvénile Stl : Sciences et technologies, de laboratoire, concerne, trois spécialités. Physique, de laboratoire et, de procédés industriels. Aussi, Chimie, de laboratoire et, de procédés industriels. Biochimie-génie biologique. Les études supérieures concernent, l’industrie et, l’agriculture, l’agroalimentaire et, la biologie, les biotechnologies, la chimie et, la physique ou, le paramédical. Les meilleurs bacheliers, en coaching de vie, opteront, pour les classes préparatoires aux Grandes écoles.

 

Les débouchés principaux sont, en Sts ou, Iut. En écoles d’ingénieurs, en universités. La filière Stav : Sciences et technologies de l’agronomie et, du vivant, est dispensée, en lycée agricole. Elle mène, aux études, carrières, de l’agriculture, de l’agroalimentaire, l’environnement. L’option production destine, aux carrières, de l’élevage et, l’agriculture. L’option aménagement, du territoire, conduit, au secteur, de l’environnement, de l’écologie. Le cursus lycéen, tel, le bac technologique, Sciences et technologies de l’hôtellerie et de la restauration, dispense des cours, de matières générales classiques et, des enseignements spécialisés, liés, au seul, domaine hôtelier509.

 

Cela, débouche, sur des études, métiers, de l’hôtellerie-restauration, l’agroalimentaire. Via, le Bts, Hôtellerie-Restauration, le Bts, Responsables d’hébergement, les Bts, Tourisme, les écoles spécialisées, les écoles, de commerce. Des masters professionnels et, des formations diverses et, complémentaires. La formation, le bac technologique, Stmd : Sciences et techniques du théâtre, de la musique et, de la danse, concernent, les jeunes acteurs, danseurs, instrumentistes. Avec, option scène, instrument ou, danse. En parallèle obligatoire, avec des études, au conservatoire, de théâtre, musique ou, danse.

 

Après, le bac, les études juvéniles se font, au conservatoire, en école, à l’université, en filières professionnelles. Les carrières concernent l’art, le spectacle, la culture, le patrimoine, le théâtre, la musique, la danse… Les études secondaires et, le bac technologique Std2a : Sciences et technologies du design et, des arts appliqués, regroupent, des enseignements généraux, également, artistiques. Avec quatre « spécialités ». Arts, techniques et, civilisations. Démarche créative. Pratiques, en arts visuels. Technologies. Après, le bac, les juniors, en coaching de vie, optent, pour les diplômes, des métiers d’art, les Bts d’art, les écoles d’art. Puis, à l’université, en écoles d’enseignements supérieurs, d’arts appliqués.

 

Les métiers afférents, sont ceux, de l’architecture, d’intérieur, du design, de la publicité ou, de l’édition, de la communication visuelle, de la mode… Les études supérieures juvéniles se répartissent, en trois cycles. Le premier, mène, à la Licence, à bac +3. Le deuxième, conduit, au Master 2, à bac +5. Le troisième, se clôt, par le Doctorat, soit, bac +8 et, plus. En premier cycle, seuls, Bts, Dut, certaines écoles, demeurent, à bac +2, concernant, le niveau minimal, pour un diplôme, d’études supérieures. Ce qui est désormais, insuffisant, au jeune homme, en coaching de vie, pour faire carrière.

 

Les licences universitaires, ne permettent plus, non plus, d’assez bien, s’insérer, sur le marché, de l’emploi, sauf, les licences professionnelles. Il convient, de poursuivre, ses études, en deuxième cycle, avec, au moins, un Master 1 : bac +4, surtout, un Master 2 : bac +5. Un diplôme de Grandes écoles. Le troisième cycle concerne, tous les bacs +6 : Mba, Masters of Business Administration, les Mastères ou, les Drt, diplômes de recherche technologique. Le Doctorat, minimum, bac +8 et, plus, jusqu’à bac +11, concerne, la recherche. Avec, fort peu, de débouchés, pour le junior, en entreprise, enseignement supérieur, recherche, publics, privés. Faute, de crédits, de besoins, de postes disponibles510.

 

Il a plus, de débouchés androJuvéniles, du fait, de la professionnalisation poussée, théorique, comme, pratique. En Médecine, Pharmacie, Odontologie, Sciences vétérinaires. Les formations, à bac +2, concernent, le brevet, de technicien supérieur, Bts. Les études se passent, en formation initiale, en lycée public ou, privé. Aussi, en alternance. Outre, les cours, le jeune, en coaching de vie, suit, des stages, en entreprise. En alternance, outre, la théorie, il se forme, chaque semaine, sur le terrain, en entreprise. Le système reste proche, de celui, des études secondaires lycéennes.

 

Le diplôme universitaire, de technologie, Dut, s’obtient, en Institut universitaire de technologie, Iut, lié, à l’université. La formation est moins spécialisée, moins encadrée, plus autonome, qu’en Bts. Elle se répartit, entre cours magistraux et, travaux dirigés ou, pratiques. Avec, en outre, des stages imposés, en entreprise. Comme, les Bts, les Dut sont des diplômes professionnalisés. Permettant, aux juniors, de bonnes formations, de fort bons débouchés, dans les domaines industriels, technologiques et, tertiaires. Les Diplômes d’études universitaires, scientifiques et techniques, Deust, sont des formations universitaires, professionnalisées, d’aire régionale511.

 

De même, pour le Diplôme universitaire, Du. Les classes préparatoires, aux Grandes écoles, Cpge, sont scientifiques, littéraires ou, économiques et, commerciales. Préparent donc, aux concours, des Grandes écoles, d’ingénieurs et, normales supérieures ou, de commerce. Elles sont donc, très sélectives, de fort haut niveau, d’exigence. Elles existent, au sein, de certains lycées généraux. Les « prépas scientifiques » recrutent, les seuls, bacheliers scientifiques. Les « prépas économiques », des bacheliers à dominante économique et sociale, mais, surtout, scientifique. Les « prépas littéraires », des bacheliers littéraires, mais, aussi, scientifiques et, économistes.

 

Voici, pour l’essentiel, des formations, à bac +2. Les licences forment, le junior, en coaching de vie, à bac +3. À l’échelle, dite, nationale, la Licence universitaire regroupe, quatre grands domaines. Arts / Lettres / Langues. Droit / Économie / Gestion. Sciences humaines / sociales. Sciences / Technologies / Santé. La Licence est générale ou, professionnelle. Les Masters 1 forment, en quatre ans, après, le bac. Auparavant, leurs « ancêtres », les Maîtrises, avaient, la même durée, mais, constituaient, un diplôme, à part entière. Désormais, prévaut, la réforme, de 2002 : Lmd, Licence, Master, Doctorat, d’harmonisation européenne, des diplômes.

 

Seul, le Master 2, à bac +5, est un diplôme terminal, aussi, un grade universitaire, qui clôt, le deuxième cycle, d’études supérieures. Les jeunes masculins, en coaching de vie, ont donc, tout intérêt, à décrocher, leur Master 2, sans s’arrêter, au 1. Les Masters 2 les plus professionnalisés débouchent, directement, sur l’emploi, en entreprise, notamment. Ils forment, à des métiers concrets, avec, de nombreux stages, de terrain. Les Masters 2, les plus théoriques, conduisent, normalement, aux doctorats. Sauf, en droit, économie et, gestion, où, certains cursus, des juniors, sont, déjà, pratiques, « professionnalisés ». Des Du, Diplômes universitaires, régionaux, existent aussi, au niveau bac +5. Les Magistères sont des formations universitaires, professionnalisées, très sélectives et, de haut niveau, à bac +5 et, à excellents débouchés, d’emploi. Les Grandes écoles, d’ingénieurs ou, de commerce, délivrent, des diplômes, de haut niveau, à bac +5 ou, +6. Avec, les meilleurs débouchés juvéniles, professionnels. De même, que les Instituts, d’études politiques, avec, Sciences Po Paris, puis, les autres instituts.

 

Les doctorats sont, à bac +8 et, plus, notamment, en médecine. Les meilleures Grandes écoles recrutent, les jeunes, en coaching de vie, sur concours sélectifs, après, deux années, de classes préparatoires ou, d’autres types, d’études. Certaines, comme, les Instituts d’études politiques, admettent, dès le bac, sur concours, d’autres, sur dossier, entretien. Certaines écoles, sont très spécialisées. Comme, l’École Nationale d’Administration, celle, de la Magistrature, les écoles techniques, en tous domaines. Comme, celles, du secteur social ou, encore, paramédical. Certaines écoles de commerce ou, d’ingénieurs, recrutent, le garçon  junior, dès, le bac ou, en admissions parallèles, après, deux à, quatre ans, d’études supérieures. Les formations supérieures spécialisées concernent, notamment, l’agriculture, l’hôtellerie-restauration, comme, les arts appliqués. En Bts ou, écoles spécifiques, surtout. Pour tous ceux, qui souhaitent intégrer, l’enseignement supérieur, sans obtenir le baccalauréat, il existe, le Daeu, Diplôme d’accès, aux études universitaires.

 

Il suffit, d’avoir, au moins, vingt-et-un ans et, d’avoir cessé, ses études, depuis, deux années, au moins. Les Contrats d’apprentissage, ceux, de professionnalisation, sont des formations, « en alternance », jusqu’à l’âge, de trente ans512. Les premiers prépareront, à un diplôme, dit, national, mais, généralement, pas, les seconds. Le Contrat d’apprentissage, pourra totaliser, trois ans, avec travail, en entreprise, formation, en Cfa, centre de formation d’apprentis. Le jeune homme, en coaching de vie, touche, une partie, du Smic513. Cela, concerne, les Bts, les Dut, les diplômes, d’ingénieur, d’école de commerce, les diplômes universitaires professionnalisés. Les Contrats, dits, de professionnalisation, incluent, une formation, en organismes, de formation continue, publics ou, privés, jusqu’à, deux ans, de durée. Le junior touche, une partie, du Smic, travaille, en entreprise. Ce qui est, une excellente initiation. (Richaud, 2001)514.

 

__________________________________

« […]. Gérard, tu fumes, du « hakik », NON ! […]. Si tu avais eu, ton bac, tu aurais pu rentrer, t’aurais pu être… hein ! Chômeur, oui, mais, au moins, tu aurais été, un chômeur honnête. Au lieu, de ça, monsieur fume, du « hakik », avec les beatniks. Fais attention, Gérard, tu es, sur une pente savonneuse ! […]. Oui, ben, le pinard, c’est pas interdit, que je sache ! Alors, il doit, quand même, y avoir, une raison, hein ! Ah, elle est jolie, la jeunesse ! Nous, comme, jeunesse, on avait, la guerre mondiale ! […]. Alors, quand ça a été fini, tout le monde, s’est mis, à fêter, l’Armistice, d’un seul coup, alors, on a bu, pour fêter, l’Arm… la victoire. Les vignerons se sont dit, tiens, ça marche ! Donc, ils ont fait, de l’excédent, alors, depuis, on picole, pour éponger, l’excédent. On rend service, à la France, nous. On est des patriotes : tu peux pas comprendre, t’es pas patriote, avec ton « hakik » ! C’est, quand même pas, mon fils, drogué, qui va, me reprocher, à moi, d’être, un patriote !

 

Sans blague ! Quand, on a vu, qu’on avait perdu, la guerre, on s’est dit : on va faire, des gosses, on n’aura pas l’air, con, la prochaine fois ! Regarde, ce qu’on a, des beatniks ! […]. Les jeunes, j’vous comprends pas, voilà ! Quand, on n’est pas cool, on est speed, quand, on n’est pas flic, vous flippez ! […]. Vous êtes tristes ! À quarante ans, vous serez, des loques humaines ! Quand, on voit, la tristesse, des beatniks, on comprend, pourquoi, c’est interdit, le « hakik », on se dit, que le pinard, ça devrait être, OBLIGATOIRE ! Heureusement, qu’on vous a pas attendu, en 40 ! Elle aurait été jolie, la France, d’aujourd’hui » ! Ce célèbre sketch, de l’humoriste, Coluche, (France, 1944-1986), sur le « Hakik », illustre bien, le désastreux manque, d’exemplarité adulte, éducative ! Aux dépens, d’une jeune génération, leurrée, qui peine, alors, à s’accomplir, par la défaillance même, des aînés.

(Tel père, tel fils !, spectacle humoristique, France, 1975).

 

__________________________________

 

 

Éducative priorité andro-adoJeunologique, d’adultisation, de la nouvelle génération mâle

 

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunologie® se penche, sur les valeurs éducatives, en l’objectif, d’aider, chaque junior masculin, à être en mesure, d’atteindre, l’adultisme accompli. Apprendre, savoir, comprendre, découvrir, connaître, en acquisition, du sens, de l’essentiel : en termes, de direction, d’orientation et, de signification ou, d’entendement. En transmissions et, acquisitions idoines, durables et, utiles, toute la vie, durant. Au-delà, du temps, de l’espace, des personnes, des circonstances, des événements.

 

L’adulte éducateur, a pour dessein fondamental, de faire parvenir, tout adojeune, à l’adultisme. L’adulte « éclairé, éclairant, balise et, vigie », pour le junior, aura, lui-même, été éduqué, en sa jeunesse, par les adultes, de son jeune temps515. Ce qui lui permet, alors, de transmettre, à son tour, à la nouvelle génération. Qui, elle-même, parvenue, à la maturité adulte, se mettra, à inculquer, l’essentiel, à l’adojeunesse, d’alors. Ainsi, de suite, depuis, les premiers hommes, jusqu’à, la fin, des temps, de génération, en génération. Pour la période, en cours, de l’Homo erectus, il y a, un bon million, d’années, jusqu’à, l’Homo sapiens actuel.

 

L’éducation, du jeune garçon, en coaching de vie, est familiale, par élevage, élévation : en dimensions affective, éducative, de socialisation, sécurité économique. Elle est scolaire, par enseignement : savoirs, valeurs, raison, en programmes et, méthodes structurés et, élaborés. L’éducation est formatrice, par apprentissage, d’un métier, avec, toutes ses valeurs, éthique, compétences professionnelles propres. Par le biais, de transmissions théoriques, comme, pratiques, de terrain, en école et, entreprise. Notons, aussi, l’éducation, par l’échange social, en toute occasion, de sociabilités humaines. Puis, les transmissions didactiques se font, par l’initiation. Soit, par soi-même, en expérimentations personnelles, soit, par l’entremise, d’autres humains, notamment, les pairs adojuvéniles. Par exemple, via, certains « rites, de passage », comme, les bizutages. Tous ces types, de transmissions, tendent, vers un seul objectif : la maturité progressive, le passage, par étapes, de l’adojeunesse, à l’adultisme. Ce dernier est même, une valeur, en soi, à part entière, en notre culture. De façon, plus ou, moins, idéalisée, symbolique, relative, abstraite.

 

D’aucuns, évoquent, même, un vrai « mythe illusoire ». La définition contemporaine, culturelle et anthropologique, psychologique et sociologique, de l’adultisme, serait : tout humain, que son âge enjoint, à une autonomie. Une maturité, des responsabilités familiales, professionnelles, sociales, civiques…, qui les assume, de façon « appropriée ». Cette définition, fort minimale, restrictive, ne se suffit pas, à elle-même. Elle est, à compléter, par la notion morale même, de dépassement androJuvénile, de soi, d’ascèse ontologique, de vertu axiologique. La maturité organique n’est qu’un paramètre, parmi, d’autres, très insuffisant, pour caractériser, l’adulte et l’adultisme. L’adultisme serait un équilibre, une synthèse, une adaptation, une « transcendance ». Entre, la « fougue hardie », de la jeunesse, la « décrépitude craintive », de la vieillesse. Selon, une classique et, célèbre, conception aristotélicienne. Or, la maturité ne serait pas, ipso facto, en soi, une valeur morale, à proprement parler. L’âge, à lui seul, ne suffirait pas, à y pourvoir. Elle serait une conquête, issue, d’un apprentissage, d’efforts. Les vertus ne viendraient donc, pas, de l’âge, qui avance, mais, de qualités suréminentes, propres, à chaque adojunior, en coaching de vie.

 

En capacités personnelles, de discernement, de jugement sûr, du jeune homme, en coaching de vie. Les traits observés, reconnus, de l’adultisme, sont surtout, re/transmis, par l’éducation, outre, les qualités humaines, propres, à chacun, aussi, l’avancée, en âge. Ainsi, l’Antiquité gréco-romaine, envisage-t-elle, la maturité adulte. Un « improbable miracle », de plénitude, entre les incertitudes, de l’immaturité adojuvénile et, le « déclin gâteux », du grand âge. Les Lumières, du dix-huitième siècle, comme, notamment, une vision kantienne, dépeint l’adulte, par l’entremise, d’une conception juridique, de majorité, à tonalité morale.

 

La majorité juridique est l’âge légal, des juniors, jugés, capables ou, responsables. La majorité morale, est la pleine volonté individuelle, de se comporter, en réel responsable. De raisonner et choisir, décider et d’agir, librement, soi-même. La majorité n’est pas une étape ou, un temps, de vie, mais, un idéal, une valeur inaccessibles. La maturité est un dessein, un aboutissement, la majorité, un commencement. Bien peu, deviennent réellement, majeurs, la plupart, n’y parviennent jamais, par « vices » personnels : indolence, manque, de courage. Il est, alors, fait appel, à la plus grande force morale et, à l’intelligence juvéniles516.

 

Au savoir et, à la connaissance, pour progresser, cesser, d’être, se comporter, en mineur, sa vie, durant. La majorité, du junior masculin, en coaching de vie, met fin, à l’immaturité, aux dépendances enfantines. Pour enfin, devenir libre et, autonome. De nos jours, maturité physiopsychique et, majorité juridico-morale, se complètent, de concert, pour qualifier, l’adultisme. Or, ce dernier, est plus complexe et, multiforme, que cela. Il est aussi, un statut social, une socialisation, une sociabilité. Il y a-là, une dimension collective, qui complète bien, l’aspect personnel, individuel, des définitions précédentes. Il y a, aussi, la vision, de la psychologie génétique piagétienne. L’adultisme étant, alors, constitué, par le dernier, des stades, de l’évolution juvénile, depuis, la petite enfance. Ultime achèvement, objectif, de ces derniers. Intellectuellement, affectivement. Compétences, en matière, d’opérations formelles et, stabilité, d’équilibre, réversibilité opératoire, mutualité, décentration. Logique, objectivité, analyse et, autonomie, rationalité, tolérance et, sociabilité. L’enfant est égocentré. Le jeune adulte « accompli », devient altruiste, objectif, pragmatique. Censé, analyser et, comprendre, toute chose et, autrui, en « oubli », de son propre jugement.

 

En admettant, qu’ayant, sa conception personnelle, d’autres, coexistent, donc, en légitimité, avec la sienne. La notion, de subjectivité juvénile, est bien assimilée, avec celle, d’objectivité. Il y a, capacité, de se mettre, à la place, d’autrui, de partager, sa peine, d’être soi, en vérité. En empathie, compassion, congruence. Il s’agit, de « l’adulte idéalisé », la plupart, des sujets, restant, en deçà, toute leur vie. La théorie eriksonienne distingue, trois stades, d’adultisme, non plus, un seul, comme, dans le modèle précédent : jeune adulte, adulte, mature. L’Amour, caractérise, le premier stade adulte. La Responsabilité, le second. La Sagesse, le dernier. La vision kohlbergienne, de l’adultisme, est toute résumée, en un haut niveau, de jugement moral, dit, « postconventionnel » et, en deux stades : cinq et six. Le stade cinq, est celui, du « Contrat social ». Il va, de vingt, à vingt-cinq ans. Le bien est lié, à l’opinion personnelle, mais, est collectif, quand, il repose, sur un libre contrat, de façon démocratique ou, « naturellement légaliste ». Le mal, du garçon  junior, en coaching de vie, consiste, à transgresser la loi, fixée, démocratiquement, de léser alors, les droits, des autres. La loi « mauvaise » peut être modifiée, d’un commun accord517.

 

Le stade six, est celui, des « Principes éthiques universels », il concerne, les trente, à trente-cinq ans. Le bien est fixé, par la conscience souveraine, étayée, par des principes appropriés, justes, généraux, universels. La morale relève, de canons abstraits. Le sujet devient capable, de sortir, de lui-même, pour mieux, comprendre autrui, se mettre, à sa place, puis, à la sienne personnelle. En cherchant, les points communs et, les rapprochements possibles. Ce dernier stade est un idéal inaccessible, à la plupart, des mortels. L’aptitude juvénile, à l’adultisme, est celle, à s’agréger, à l’ensemble, de la communauté humaine. Au-delà, de ce qui divise, de soi-même, ses intérêts, particularismes, ses appartenances spécifiques et, locales. Être capable, de passer, du plus grand, « Diviseur commun », au plus important, « Dénominateur commun ». En universelle transcendance, atemporelle, du junior, non, en irréductibles « irrédentismes », des types, grégaires et ataviques. Le jeune homme adulte, en coaching de vie, acceptera, de considérer, les choses, telles, qu’elles sont, non, telles, qu’il aimerait, qu’elles soient. Il convient, d’opérer, la différence, entre, ce qu’il sait et, ce qu’il croit. Réalités et, préférences. Ne pas prendre, ses souhaits, pour acquis.

 

Le junior adulte, en coaching de vie, devient apte, à dépasser, passé et présent, se donner, les moyens, des buts futurs, qu’il se fixe. Il peut assumer, en pensées et émotions, les effets, à court, moyen, long termes, de ses comportements, actions. Il ne veut pas, tout et, son contraire, les avantages, sans, les inconvénients, les gratifications, sans, les efforts. Il est en mesure, de savoir attendre, d’être patient, tenace, de se battre, en efforts, ascèse et, sacrifices, pour parvenir, à ses fins légitimes. Il se respecte, respecte, son prochain. Ne tient pas compte, de ses seuls, intérêts andro-adoJuvéniles, mais, sait, être ouvert, généreux, altruiste. Il sait, se dépasser et, s’accomplir. Il n’est pas velléitaire et, inerte, mais, actif et, volontaire. Il est autonome, responsable. L’adulte accompli rejette, égoïsmes, égocentrismes, égotismes exacerbés. Il peut se décentrer, de lui-même, aller, vers autrui. Il accepte les aléas, liés, à sa personne, aux autres, aux événements, au temps et, à l’espace. Il mêle, réalisme pragmatique, idéalisme raisonnable, sans excès, de l’un ou, l’autre, matérialisme ou, utopisme. Le jeune adulte sait choisir, décider, agir. Plutôt, que tout critiquer, s’opposer, à tout, tout louer, accepter, il se forge, un jugement sûr, équilibré518.

 

Raisonnablement, optimiste, ni négativiste ni, davantage, naïf. Le junior masculin adulte, en coaching de vie, dépend, de lui-même, en conscience, non, d’autrui, il supporte, la solitude. Il n’attend rien, dans la vie, mais, se bat, pour réaliser, ses justes souhaits, projets, objectifs, ambitions. Il n’est, ni demandeur ni, pestiféré. À l’égard, de l’autorité, il n’est, ni soumis ni, rebelle. Il ne la révère ni, ne l’abomine, mais, en est, des plus détachés, car, il ne l’idéalise ni, ne s’en formalise, davantage. L’adulte est enthousiaste, léger, il sait rire, de tout et, de lui-même, en vrai humour, respect, de l’essentiel. Tout en étant, « conséquent », avec, lui-même, autrui, l’existence. Le but, de l’éducation, des jeunes, est de les rendre adultes, pour qu’ils n’aient plus, alors, besoin, d’être éduqués. Qu’ils soient, désormais, à leur tour, capables, d’instruire, la nouvelle génération, suivante. Alors et, seulement, alors, l’objectif éducatif, d’adultisme, aura été, pleinement, durablement, atteint. Au travers, des éduqués et, des « éduqués, des ex-éduqués ». En l’intérêt général. (Reboul, 1992)519.

 

__________________________________

Non seulement, l’éducation globale, des garçons  juniors, en coaching de vie, par l’adulte, est, souvent, défaillante, faute, de transmissions idoines, mais, il en est, de même, des enseignements scolaires. Il y a, laisser-aller total, de notre jeunesse, faute, d’exemplarité adulte, par « vacuité morale abyssale, de vie ». En une pseudo-éducation, de type solipsiste, qui ne fait, que réduire, le sujet pensant, à sa seule personne. Quant au niveau, des études et, des élèves ou, des étudiants, en France, il n’est que la matrice, d’une « catastrophe annoncée ». Il ne consiste, qu’en un « nivellement, par le bas, généralisé », du collège, à la fin, des études supérieures. Grandes écoles, comprises, car, après, la dureté, des classes préparatoires, tout, est bien plus facile. Les exigences sont, partout, « à la baisse »520 ! Par gros temps, le navire est sans gouvernail, dénué, de tout cap, privé, de capitaine, à la dérive et, la coque prend eau, de toutes parts. Il ne reste plus, de carburant et, l’équipage est totalement, dépassé, démobilisé, anéanti.

 

__________________________________

 

 

Je me sens, entre, adolescent et, adulte, je préférerais, être adulte. […]
Je ne peux plus faire, l’enfant, […], mais, parfois, j’aimerais, rester bébé
[…]. Or, mes parents me voient, en adulte, que je ne suis pas, encore

 

Florian, dix-sept ans521

 

 

5

 

DES OUTILS, POUR « MIEUX VIVRE »

 

Appui, balisage, entraînement

androJeunologiques

 

 

L’adulte ne doit jamais, trahir, délaisser
Cette époque, des envols
Les plus osés, les plus capricieux : l’adolescence

 

J.-L. Gagner

Écrivain, Canada, XXe s.

 

L’Aurore de la victoire

Œuvre littéraire, Canada, 1972

 

 

Le vrai trésor, de l’homme, est la verte jeunesse
Le reste, de nos ans, ne sont, que des hivers

 

P. de Ronsard

Poète, France, 1524-1585

 

Stances

Poème, France, 1597

 

 

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® incite, le jeune homme, à assumer, les écueils, issues, applications, de solutions, tels, qu’ils sont. Elle appelle, cette jeunesse, à plus, mieux, s’auto contrôler. Elle la conduit, à être capable, d’agir, à bon escient, faire, tout son possible et, progresser. Pour imprimer, sa marque522.

 

__________________________________

La sérénité, de la nouvelle génération masculine, en coaching de vie, est, fort largement, tributaire, de son insertion, d’études, d’emploi. La formation académique, des jeunes, de France, doit être renforcée, améliorée. Avec un accroissement accru, des exigences universitaires, notamment, en aval. En amont, la refonte, des formations, de collège, permettra, un meilleur niveau, des lycées. La restructuration, des études lycéennes, garantira, de meilleurs, cursus supérieurs. L’optimisation, des filières postbaccalauréat, augmentera, les capacités, d’intégration professionnelle, des juniors. Il s’agit, aussi, de créer, de vrais campus, d’université, de relever, la qualité, des baccalauréats, de tous types. Les adojeunes aiment fort, à se mettre, en valeur, en vidéo, sur des supports Internet, comme, YouTube ou, Dailymotion. Or, leur plus sûre « valorisation », passe, par une formation, très solide ! Les juniors se doivent, de prendre conscience, des limites, dangers, de l’image, des exhibitions liées.

 

La « quête frénétique, du loisir, à tout prix », est très compréhensible, à un âge, de récréativité, par excellence. Or, elle ne doit pas effacer, la priorité, de la formation, de la préparation, à l’avenir. En plein idéal existentiel. Au-delà, la jeunesse, en coaching de vie, ne peut s’épanouir, en une société, archaïque et, féodale, de castes et, clans, privilèges et, passe-droits, qui ne cessent, de s’opposer, frontalement, de se dresser, les uns, contre, les autres. Cela, l’empêche, de se réaliser, réussir, en un fort contexte, de véritable « strangulation morale, de suffocation psychique ». Seul, un monde, évolué et, ouvert, libre et, démocratique, égalitaire et, méritocratique, sans, pour autant, être égalitariste, est susceptible, de faire grandir, les garçons  juniors. Ces jeunes, véritables « troglodytes anachorètes, oubliés », des temps modernes, ne cessent, « d’expectorer », leur mal-être, en l’indifférence, quasi générale.

 

__________________________________

 

 

Croyez, que la vie, est digne, d’être vécue
Votre croyance aidera, à créer, le fait

 

W. James

Psychologue, philosophe, États-Unis, 1842-1910

 

 

COACHER, LE GARÇON ADOLESCENT, À « ASSUMER »

ÉCUEILS, ISSUES, APPLICATIONS

 

 

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunologie® pousse, le jeune homme, à être réaliste, objectif, sans s’illusionner, se dévaluer, en tant, que junior. En identifiant, les facteurs, de « dé/verrouillages », les plus cruciaux, de sa jeunesse. Définissant, les solutions, les mieux, « ad hoc », pour bien progresser. Asseyant, son projet, de vie, ordonnançant, avec rigueur, résolution, les plus implacables, son existence523.

 

__________________________________

Tout est bon, pour « se débarrasser, des adolescents, jugés, indésirables » ! Il serait fait usage, d’un éclairage spécial, de couleur verte, qui mettrait, en relief, l’acné androJuvénile. Ce qui aurait, pour effet, de faire déguerpir, au plus vite, les juniors. Lesquels, n’ont, certes pas, envie, d’exhiber, si visiblement, leurs boutons et, ainsi, perdre la face. Déjà, qu’ils sont, les tout premiers, touchés, par certains maux, comme, la méningite ! La « difficulté, d’être jeune », n’est pas l’excès, d’insouciance, d’hédonisme, de volonté, d’amusement. Or, de devoir, s’imposer, « à la force, du poignet », grandir et, « faire ses preuves ». En l’adversité, l’hostilité générale, des aînés, comme, des pairs concurrents, en tout et, pour tout, encore, toujours. Raison, de plus, pour mieux « préparer, la jeunesse, à la vie ». Par exemple, en remplaçant, les cours, de philosophie, de terminale, au lycée, par un enseignement, bien plus adapté. Plus conforme, aux réalités et, besoins juvéniles, ainsi, que pour leur apprentissage, à l’adultisme.

 

Une formation, à la « philosophie, de la vie », au développement personnel, serait, bien plus productive, pour la réalisation, de soi, des juniors masculins. Plutôt, que de la philosophie académique, si aride, totalement, dépassée, si absconse, pour des adolescents, du secondaire. Absurdité, à la française, nul, autre pays occidental, n’imposant, ce ridicule et, fort indigeste pensum « philosophard », au simple niveau lycéen, d’études. Enseignons donc, à ces lycéens, comment, mieux s’épanouir. Plutôt, qu’un inutile « fatras », obscur, théorique, abstrait, comme, incompréhensible et, d’un ennui mortel. Qui, ne les intéresse pas, car, il ne leur « parle » pas. Lequel, n’est même pas « facultatif », mais, obligatoire ! Même, les lycéens littéraires, s’en détournent ! Réservons, la philosophie, au seul, enseignement supérieur, par libre choix, d’orientation volontaire, vocation, non, obligation-corvée. Cet archaïsme, « vieux résidu », des défuntes et, lointaines humanités, passées, n’a plus rien, à faire, au lycée.

 

__________________________________

 

 

Identifier, les « dé/verrouillages », les plus cruciaux, de son androJeunesse

 

Guidance, est un terme féminin, lequel, date, de 1950. Il est issu, de la langue anglaise. « Aide psychologique, psychothérapique ou, conseils, apportés, par des spécialistes, en vue, d’une meilleure adaptation. Aide éducationnelle générale ». (Dictionnaire, de la langue française, Robert, France, 2007)524. L’Andro-AdoJeunoConseil® est un coaching / conseil de vie, adaptatif et éducatif. Il aide, le jeune garçon, à mieux être, en phase, avec, lui-même, autrui, les choses, de la vie. Ainsi, qu’à acquérir, une densité humaine personnelle, supérieure. Le contexte « anti-junior », dessert, ce dernier. Le sens, de ses droits et, de ses devoirs, manque. La bonne information, pour éclairer, jeunes, familles, sur les enjeux essentiels, leur permet, d’appréhender, les réalités, difficultés, telles, qu’elles sont, objectivement. Non, telles, qu’ils les pensent ou, aimeraient, qu’elles soient, en subjectivité. L’Andro-AdoJeunologie® est un réalisme, des plus pragmatiques.

 

__________________________________

M. Moussorgski (1839-1881), compositeur russe, réalise, son œuvre musicale : Tableaux d’une exposition, (Suite, pour piano), en 1874525. L’auteur s’inspire, de dix tableaux, exécutés, par son ami, le peintre, V. Hartmann, (Russie, 1834-1873). Chaque pièce, commence, alors, par un prélude et, est séparée, de promenades, illustrant, les pérégrinations, des visiteurs, devant, chaque peinture. Il s’agit, d’une musique, puissante et solennelle, dont, l’air principal, transporte, l’auditeur, par son fort « souffle », épique526. Ainsi, chaque jeune homme, en coaching de vie, est-il, également, confronté, aux « dix plus grands tableaux », de sa jeunesse. En autant, de défis, à relever, d’objectifs, à atteindre, pour grandir, être heureux. Assimiler, son passé, d’enfant, réussir, son présent juvénile, gagner, son avenir adulte. Comme, autant, de champs existentiels, des plus cruciaux.

 

1- La famille biologique ou, adoptive, « verticale » présente, « horizontale », à venir.

2- La formation académique, la vocation professionnelle.

3- Les relations humaines psychoaffectives, à soi-même, autrui, l’ « ouverture, sur le monde ».

4- Les loisirs récréatifs, les acquisitions culturelles, propres.

5- Les valeurs morales, spirituelles, les idéaux ontologiques.

 

6- Le corps physique, la personnalité psychique, la santé psychosomatique.

7- L’aura mentale, intellectuelle, cognitive, émotionnelle et, comportementale.

8- La citoyenneté, les droits et, devoirs légaux, éthiques.

9- La vie sociale, organisationnelle.

10- La gestion et, capacité, de subsistance, matérielle, financière, actuelles / futures.

 

__________________________________

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® aide, à la réalisation, de ces finalités capitales. La difficulté, à bien vivre, sa jeunesse, provient, du sentiment, de ne pas réussir, sa vie et, même, de la rater. De façon, réelle ou, supposée, à tort ou, à raison. Le jeune masculin a l’impression, qu’il ne parvient pas, à atteindre, peu à peu, les objectifs propres, qu’il s’est initialement, fixés. Ce qui le conduit, à être frustré, faute, de contentements ressentis. L’adojunior n’a pu agir ou, non, aussi bien, qu’il aurait aimé. Il n’a pu enchaîner, les actions idoines, en effort, progressions régulières, persévérantes. Il n’a pu concrétiser, ses desseins préétablis. Ainsi, « se réaliser », soi-même, au travers, de ses propres choix, décisions, comportements et, actions. Il n’a donc, pas encore, été, en mesure, d’obtenir, pour l’avenir, ce qu’il avait, ambitionné, au tout départ, dans le passé. Avec, déjà, un grand sentiment, de regret et, d’amertume, en un présent terne, qui lui semble déjà, si mal augurer, d’un futur, sans relief.

 

Sa réussite, son équilibre, son épanouissement, lui semblent alors, à ses yeux et, de façon, subjective, compromis. Ce qui l’affecte, négativement, d’un point de vue, cognitif, émotionnel, comportemental. Avec, un fort ressenti, de dévalorisation et, d’autodévaluation, de ce qu’il est et, fait, de sa valeur personnelle et, d’action. Les deux étant, à tort, confondus. Tels sont, les facteurs courants, de blocage adojuvénile. La réussite, la plénitude, du jeune, sont entravées, par le mauvais usage, le défaut, d’optimisation, de ses potentiels propres. Il lui manque, un mental fort. Une volonté, une motivation, un désir, solides et, permanents. Une confiance, en soi, sans failles. Une résolution, à toute épreuve. Il s’agit, de renforcer, structurer, vivifier, ses conceptions mentales. De fixer, puissamment, sa volonté, son désir, en pleine autonomie et, souveraineté, par rapport, à autrui. D’asseoir, estime, comme, acceptation, de soi, confiance, affirmation, de soi-même, de ses compétences et, d’en développer, bien d’autres, encore. De dépasser, ses doutes, craintes, anxiétés, stress, émotivité. Ainsi, que le sentiment, du garçon  junior, en coaching de vie, de faiblesse, vulnérabilité, d’insécurité, d’infériorité. En soumission, aux aînés, dominants527.

 

Le jeune homme, en coaching de vie, sera donc, invité, incité, à reconsidérer, tous ces points difficiles, pour les transcender, en nouveaux objectifs, de vie. De façon, plus sereine, positive, optimiste, alors, avec de bien meilleures chances, de succès, comme, d’épanouissement. Il y faudra, temps, patience, labeur, préparation et, long cheminement mental. La victoire est en soi, dépend, de soi, de facteurs endogènes. Bien plus, que de conditions exogènes, socioéconomiques, éducatives, culturelles, d’autrui et, de temps, d’espace ou, d’occurrences. La réussite et, le bonheur existentiels, sont issus, d’un volontarisme, en fonction, de ses valeurs, qui consiste, à avoir, la vie souhaitée. En fonction, des latitudes, tout en les optimisant. Il s’agit, d’une option, de réalisation, de soi, rendue, effective, par le combat acharné, d’une vie. Cela, est propre, à chaque junior. Le premier objectif, est de mieux, utiliser et optimiser, ses capacités cérébrales, toujours, sous-exploitées. Cela, est rendu possible, en remplaçant, les cognitions, émotions, comportements, inadaptés, inutiles, périmés, défavorables, négatifs, néfastes, contre-productifs. Par d’autres, bien plus adéquats, bénéfiques, positifs et, appropriés. Par lesquels, l’adojeune progressera, bien mieux et, plus.

 

Son cerveau est son meilleur allié, s’il s’en sert, au mieux, comme, il peut être, son pire ennemi, s’il en fait, mauvais usage. Il produit, des milliers, de pensées, par jour, des plus excellentes. Or, le junior masculin, en coaching de vie, n’y prête, souvent, peu ou, pas, d’attention, alors, l’oubli fait son œuvre. Il perd, le profit, de ces « trésors », aux dépens, de sa créativité féconde. La meilleure solution consiste, donc, à toujours, noter, par écrit, le fruit, de ses pensées, les plus fructueuses, avec toujours, carnet, crayon, à portée, de main. Comme, le font, les écrivains, pour nourrir, leurs écrits, ne perdant pas, la « manne », de leur pensée quotidienne, vagabonde. La pensée, du jeune, est logico-mathématique, scientifique, rationnelle, hypothético-déductive. Intuitive, perceptive, des réalités présentes, de l’imaginaire, de l’adaptation conjoncturelle, comme, structurelle, de la prospective et, de l’organisation ou, de la vitalité. La pensée est celle, des purs automatismes, apprentissages, savoir-faire, de la vie courante, du junior. Elle est, aussi, celle, des aptitudes relationnelles, affectives, celle, qui permet, de bien réussir ou, non, tous ses liens, à soi-même et, autrui. De toutes natures et, tous domaines. Pour pleinement, exister, en animal social528.

 

L’objectif est donc, la production mentale fructueuse, bénéfique, « à plein régime » et, avec, inscription écrite, pour ne rien perdre. Puis, sélection, du meilleur, pour application et, résultat optimal. Le cerveau andro-adoJuvénile permet, de raisonner, rationnellement. D’agir, de réaliser, au mieux. D’envisager, l’avenir. De développer, des compétences sociales, une bonne sociabilité, à autrui. Ce qui génère, succès et, joie de vivre. En étant logique, rationnel, en anticipant et, visualisant, toutes choses, en concrétisant, ses désirs, buts, en échangeant, avec le monde. Ces quatre dimensions seront toutes, intégralement, concomitamment, mises en œuvre. Une seule, viendrait, à manquer, que les autres, seraient inopérantes. Cela, passe, par une gestion, fort rigoureuse, du temps, du jeune, en coaching de vie. Qui consiste, à fixer, ce qu’il convient, de faire, quand et, pendant, une durée prédéterminée, cela, de façon, précise, quantifiée, qualifiée. Ensuite, de scrupuleusement, respecter, ce qui aura été imparti et, dans les temps, sauf, aléas imprévus, incontournables. Alors, le temps perdu, du junior, les tâches manquées, seront, ultérieurement, dès, que possible, rattrapés. L’essentiel, est que, « rien, ne se perde »529.

 

En une optique juvénile, de productivité, d’efficacité, de vitesse, gain, de temps. L’essentiel, est de parvenir, à ses fins, en apportant, toujours, à toute chose, sa propre « valeur ajoutée », en sortant, des « sentiers battus ». Imprimer, en tout et, pour tout, toujours, sa pleine marque personnelle, originale, en créativité, inventivité uniques, d’excellence, est capital. La vie est faite, pour la réussite, le bonheur, la bonne santé psychosomatique, la prospérité, l’abondance. Non, pour l’échec, le malheur, la maladie, l’indigence, de la pénurie. Cela, dépendra plus, du garçon  junior, en coaching de vie, de sa volonté, ses cognitions et, émotions ou, comportements positifs, que des aléas extérieurs, de l’existence. Même, si ces derniers, peuvent, aussi, jouer, un rôle, fort bénéfique, néfaste ou, neutre. La première victoire, est celle, de la naissance, du développement réussi, du jeune. En être unique, doué, en tout point, de sa naissance, à aujourd’hui. Chaque junior, a ses capacités, compétences, notamment, de progrès et, d’apprentissages. De très grandes ressources multiformes, pour être puissant et, en réussite, plutôt, que faible et, en échec530 !

 

Ce qui devra permettre, d’optimiser, les huit principaux domaines, de la vie adojuvénile. Tous, sans exception, de façon, équitable, équilibrée, bien répartie. Le champ social et, relationnel. Sanitaire et, physique ou, sportif. Familial et, éducatif. Intellectuel et, culturel. Des occupations manuelles et, artistiques. Professionnel, matériel et, financier. Moral et, spirituel. Des loisirs et, de la détente. Pour s’épanouir, réussir, en chacun, de ces registres, sans nulle, exception, il convient, de développer, dons, talents, vocations. À l’image, de la parabole biblique, afférente. De ne négliger ni, privilégier, aucun, des secteurs, de l’existence, mais, de les optimiser, tous, autant, de concert. Ce qui autorise, le jeune homme, en coaching de vie, à « bien et, mieux vivre ». Identifier, ses idéaux, désirs, permet, de mieux, se connaître, se fixer, de nouveaux objectifs, pour bien progresser, se développer. Organiser, structurer, convenablement, son temps, est capital, pour bien mener, ses occupations, affaires, domaine, par domaine. Afin, que tout soit, harmonisé, en cohérence, sans télescopages et, de façon, bien distincte, séparée, en fonction, des matières concernées. Le temps, qui passe, est plus rare, précieux, que l’or. Il est, à optimiser, par le junior, comme, tel.

 

Bien des jeunes masculins, en coaching de vie, souffrent, du manque, de reconnaissance, de la part, de leurs pairs, surtout, des adultes. S’il est important, de sanctionner, les abus, il l’est, encore, bien plus, de savoir, encourager, motiver et, soutenir. Réconforter, reconnaître, tout junior, en ce qu’il est, fait et, réussit. À défaut, il s’étiole, n’entreprend plus, régresse. Trop, de jeunes, opèrent, des choix, de vie, par défaut, non, par l’adhésion. Il est plus accessible, de fuir, ce que l’on rejette, que d’atteindre, ce que l’on désire. Les affirmations, indications, sont négatives et, non, positives. Les non pullulent, les oui sont rarissimes, surtout, en un pays et, une société, aussi négatifs, fermés, méfiants, qu’en l’Hexagone. Car, pessimistes, défaitistes et, sceptiques, par principe et, prévention. Il s’agit, donc, de faire choix, par conviction, d’être positif. Que le junior, n’aie pas « peur », du positif, mais, du seul, négatif ! Plus, des trois quarts, des obstacles, difficultés, proviennent, de lui-même, moins, du quart, des autres, des circonstances et, de son milieu. Il ne peut guère, modifier, les choses extérieures, mais, toujours, indubitablement, tout ce qui le concerne, intérieurement. Changer, autrui, est vaine témérité, mais, soi-même, devoir sacré531.

 

Être négatif, à son propre égard, concernant, ses réalisations, les autres, la vie, le monde, fait échouer, rend atone ! Que le jeune garçon, en coaching de vie, soit fort positif, avec des objectifs constructifs. Qu’il les réalise, dare-dare ! En plaisir, désir, envie, sinon, rien, d’humain ni, de productif, n’est possible ni, valable. Les siens, jamais, ceux, d’autrui, qui ne le concernent, en rien ! Qu’il se défie, des manipulations extérieures. Seul, le désir, meut l’action. Les rêves mènent, aux désirs, puis, aux projets et, alors, aux réalisations. Qu’il soit créatif, inventif, audacieux, iconoclaste, subversif, différent, innovant. Qu’il sorte, des « sentiers battus », impose, sa « valeur ajoutée », unique et, originale. Qu’il ose, oser ! Qu’il se dépasse, « sorte, de lui-même » ! Qu’il n’oublie pas, les vertus, du « brainstorming », de la visualisation. La plupart, des adojuniors, se contentent, de reproduire, qu’ils produisent ! Le système adulte, de « gestion », de l’adojeunesse, étouffe, les juniors. Tout, a été fait, pour « démolir », leur curiosité, leur vraie vocation, leurs aspirations, choix, de vie. Crise oblige, ils sont livrés, à eux-mêmes et, orientés, n’importe comment, en « dépit, du bon sens ». Sans, tenir compte, de leurs vrais goûts, aptitudes, volonté, les plus profonds.

 

Ils sont envoyés, au « massacre », comme, leurs pairs, d’il y a, un siècle, étaient catapultés, au front, des tranchées, pour servir, de « chair, à canons ». Les adultes se réservant, toujours, le meilleur, ne laissant, à leur descendance, que les « miettes, les plus rances », quand, il y en a ! Sans cesse, « matraquée », en son passé, la jeunesse, en coaching de vie, peine, à s’en sortir, au présent et, devenir, au futur, adulte accomplie. Elle est résignée, s’autodépréciant et, dépréciant, tout et, tous. « Déprimée », se dévalorisant et, surévaluant, les autres. Parfois, arrogante, se sentant, supérieure, grandiose et, jugeant, le reste, du monde, inférieur et, si mauvais. Puis, elle peut être constructive, s’évaluant, positivement, tout autant, que tous les autres et, l’univers. Sans infériorité ni, supériorité, mais, en égalité et, parité. En mode, gagnant-gagnant, seul, schéma équilibré, comme, approprié. Le deuxième type, étant, perdant-perdant, le troisième, perdant- gagnant et, le quatrième, gagnant-perdant. Le jeune homme s’est étouffé, effondré, à force, d’interdits contradictoires. Les mauvaises habitudes, les schémas, de pensée, réducteurs et, limitatifs, seront abolis. Remplacés, par d’autres, bien plus, favorables, idoines532.

 

Des projets et, objectifs positifs, seront élaborés, réalisés, atteints. Un mental fort, favorable, est nécessaire, pour « inverser la vapeur », progresser. Les termes, usuellement employés, pour soi-même et, autrui. Les images, que le junior, en coaching de vie, entretient. Les « réflexes automatiques », d’action, sans réflexion, de nature négative… Tout cela, sera alors, remplacé, par des pensées, émotions, paroles, attitudes, actes positifs. Affirmer, positivement, renforce, fait réussir, rend heureux, par l’action constructive. Douter, négativement, est fort gage, d’échec, de malheur, d’inertie contre-productive. De même, pour les images encourageantes, plus bénéfiques, que les autres. Alors, les automatismes seront aussi, plus favorables et, appropriés. L’adojeune a tout le « bagage », nécessaire, pour progresser, sans cesse, de la naissance, au trépas. Or, il stagne et, régresse ou, avance peu, par peurs, idées fausses, réductrices, fort inhibitrices. Pour progresser, il s’agit, de cerner, la difficulté. D’établir, la réalité problématique, comme, de l’analyser : point de départ, d’identifier, la situation souhaitée : point d’arrivée. Puis, le blocage androJuvénile sera résorbé, en rapprochant, habilement, au mieux, les points de départ et, d’arrivée.

 

Par l’entremise, de solutions, moyens adéquats, de résolution. L’adojeune masculin, en coaching de vie, avance, au gré, de ses valeurs : « l’être, l’avoir, le faire, le paraître », selon, les priorités, de chacun. Tous, ont besoin, de posséder, un minimum, de biens, de sécurité. D’agir, pour obtenir, des résultats. De sembler, à leur meilleur avantage, pour bien être, reconnus, intégrés, appréciés. De « se transcender », dans le dépassement, l’accomplissement, de soi, en « plénitude ». L’être ou, ontologie morale, ayant, une importance, si particulière, pour qui, veut faire sens, à sa vie, peut alors, être considéré, comme, « métavaleur » juvénile. Même si, les quatre valeurs, sont liées, complémentaires, les unes, des autres, étant donné, la nature, les réalités humaines. Pour être fondés, aboutir, les objectifs correspondront, à ses valeurs personnelles, réelles, profondes, sinon, ils seront voués, à l’échec. Ainsi, qu’à ses vraies priorités, importantes, urgentes, puis, importantes et, non urgentes. Ensuite, urgentes, comme, non ou, peu importantes, puis, peu ou, non importantes, peu ou, non urgentes. Décisions, priorités, sont toujours, conditionnées, par les valeurs et, les idéaux, du junior. Pour une sûre, guidance morale, de l’adojeunesse533.

 

Avoir, une forte échelle, de valeurs, permet, au garçon  junior, en coaching de vie, de choisir, décider, d’agir, en discernement et, sans failles. L’établissement, d’objectifs adéquats et, leur réalisation, est aussi importante, outre, les buts, de vie, à plus long terme. Or, à cet effet, une très bonne communication, avec, autrui, s’impose. Pour cela, il convient, de s’interroger, pour fort bien, définir, comprendre, les tenants, aboutissants, des réalités, en cause et, en jeu. Qui ? : les protagonistes, partenaires et, interlocuteurs, engagés, y compris, soi-même. Quoi ? : les réalités concernées, ce qui se passe. Pourquoi et, Pour quoi ? : les raisons et, les motivations ou, les finalités. Combien ? : la quantification évaluative, nécessaire, de toutes choses. Comment ? : les façons, modalités, utilisées, pour « parvenir, à ses fins ». ? : la localisation spatiale, des choses. Quand ? : la datation temporelle, des événements. Une bonne communication passe, aussi, par des mots, adéquats et précis, qui sauront, faire évoquer, les images choc, qui frappent, les imaginations juvéniles, conviennent, le mieux.

 

La bonne communication est positive, en pensées, émotions, paroles, postures physiques, comportements, gestes, omissions, comme, abstentions. Moins, du dixième, d’un message, passe, par les mots, plus, du tiers, dans la voix, plus, de la moitié, dans la posture et, la gestuelle physiques. L’efficacité, du junior, en coaching de vie, passe, par l’organisation, l’ordre et, le rangement, la planification, la gestion, les plus rigoureux. Champ, par champ. Une place, un temps, pour tout et, tous. Un ordonnancement, parfait et approprié, dans le temps, l’espace, pour les gens, les choses et, les actions. Contrôle adoJuvénile, de soi, comme, de son temps. Temps, de réflexion, préparation, finalisation, puis, temps, d’action, d’aboutissement, de résultat. Il s’agit, de se responsabiliser, d’être, mentalement, autonome, d’être volontaire, positif, d’être motivé, d’agir, avec le désir, de parvenir. Sans, se lamenter, avec esprit, de décision, d’initiative, force, courage. Le jeune homme fort, préfère, souffrir, mille morts, plutôt, qu’abdiquer. (Ilitch, Sprinceana, 2004)534.

 

__________________________________

Incertains, en leur jeunesse, les juniors masculins, en coaching de vie, souffrent fort, d’ascendants, d’adultes, eux-mêmes, incertains. Souvent, en situations, plus adojuvéniles, qu’adultes, avec, leur instabilité conjugale, professionnelle, morale. Comment, pourraient-ils, faire grandir, les jeunes, étant, eux-mêmes, immatures, n’ayant pas ou, mal, grandi ? Cela, est impossible, au plus grand dam, des adolescents et, des juniors, actuels !

 

__________________________________

 

 

Définir, les solutions andro-adoJeunologiques, les mieux, « ad hoc »

 

Au cours, des temps, l’être adojuvénile est conçu, de façon, duale, antagoniste, comme, étant, de double nature : physique et, psychique : corps et, esprit. Or, cela, ne conduit, le junior, en coaching de vie, qu’à user, du dixième ou, guère plus, de ses capacités, notamment, neuronales. Subconscient et, inconscient, notamment, gouvernent, les huit ou, neuf dixièmes, restants, auxquels, les jeunes garçons n’accèdent donc, pas ou, si peu ! Désormais, une troisième dimension, tout aussi, fondamentale, que les deux autres, est reconnue.

 

La composante, morale, éthique ou, spirituelle, au sens large, de tout junior. L’être ontologique, comme, axiologique, après, l’être physiobiologique, également, cognitif, émotionnel, mental, parlant, agissant ou, s’abstenant. Les épreuves, les difficultés, traumatismes et, le stress négatifs, comme, le vécu positif, sont enregistrés, par le cerveau. Qui les incruste, au plus profond, du corps, au sein même, de ses cellules. La part négative crée, dommageablement, des chocs, perturbations et, lésions, du jeune. Physiques, psychiques, mentaux, émotionnels, comportementaux. De façon délétère et, toxique.

 

Ce qui ne fait donc, qu’entretenir, aggraver, les dégâts, déjà, occasionnés. Qui peuvent alors, se démultiplier, à l’occasion, de certains aléas, difficiles. Quand, les apports, vécus, qui sont positifs, régénèrent, de façon, bénéfique. D’un point de vue, biologique, mental et, d’attitudes. Le psychisme pourra souffrir, de tous les types, de dysfonctionnements, qui frappent, le genre juvénile, depuis, l’existence, de l’homo, sur Terre. Car, cela, se loge, s’imprime, profondément et, durablement, en sa mémoire. Ce qui conditionne, les sentiments, les désirs, comportements, résultats, subséquents. De façon, négative, défavorable, contre-productive. En conditionnement, autoconditionnement, nocifs, délétères, du junior, en coaching de vie. En infernales répétitions, préenregistrées, se répétant et, reproduisant, indéfiniment, en boucle et, circuit fermé, toxique. D’où, l’impératif, de briser, ce cercle, si maléfique, pour retrouver, son libre-arbitre, en réussite, épanouissement. La composante morale, du jeune homme, est l’être profond spirituel, qui le transcende. Au-delà, de son enveloppe charnelle et, sa personnalité psychique. Il s’agit, de son ontologie axiologique535.

 

Un Absolu androJuvénile, qui dépasse, en une autre dimension, temps, espace, soi-même, autrui, choses, réalités, conjoncturelles et, structurelles. Le physique interagit, avec le psychisme et, inversement, de façon, psychosomatique, par l’entremise, des neurotransmetteurs. Lesquels, livrent, les données psychiques, à l’organisme physique, par le biais, des glandes endocrines. Plus, des trois quarts, des maladies, sont d’origine psychosomatique. Le lien, des jeunes, en coaching de vie, avec leur environnement, de vie, est aussi, capital, pour leur bien-être. Il affecte, la santé, du corps, de l’esprit, par ses composants toxiques. L’habitat, la pollution, de l’air, l’alimentation, comme, les addictions, de toutes sortes, les relations, occupations ou, transmissions néfastes. Telles, celles, télévisuelles, de l’Internet ou, encore, tous les influx cosmiques, électromagnétiques. Toutes réalités, hautement nocives et, toxiques, pour le système nerveux et, psychique. Des failles intérieures, perturbent, le bon fonctionnement psychosomatique, moral, du junior. Ce qui perturbe, sa pensée, ses émotions, comportements. Les adojeunes, « mal aimés et, mal traités », de notre société, en souffrent, tout particulièrement, en quête, de « rédemption »536.

 

Souvent, en leur passé, notamment, infantile, l’amour, comme, l’unité familiale, le dialogue, la communication, ont fait défaut. Mal-être, attitudes récurrentes, liées, sont légion. Parmi, les problématiques adojuvéniles masculines, il y a, le stress, généré, par excès, de pressions, tous azimuts. Les abus, de stimulations multisensorielles, les surmenages mentaux, saturations nerveuses, de toutes sortes. L’épuisement ou, « burn out ». Les chocs émotionnels et, les agressions. Les maladies, accidents, traumatismes, handicaps, pertes, disparitions, les échecs, le chômage, les exclusions, trahisons, tensions chroniques, du jeune, en coaching de vie. Il y a, les carences, les privations et, déprivations : d’alimentation, affectives, de considération, de reconnaissance, d’intérêt. Les abandons, les deuils et, ruptures… Relevons, également, les traumatismes suscités, par soi-même, notamment, par manque, d’estime, d’acceptation, de soi, de confiance, d’affirmation, de soi-même. Les parents hostiles, malveillants, malfaisants, négatifs, nuisent, aux juniors. Père, comme, mère. Par excès, de dureté, ou, aussi, de protection-possession étouffante. Des états endémiques, des plus vénéneux, peuvent, aussi, grandement, perturber, jusqu’aux tréfonds.

 

La culpabilité, les peurs, colères, jalousies, envies, rivalités, haines juvéniles. Terminons, par les névroses, les pressions sociales, tous les conformismes, qui enferment et, étouffent. Les réalités, de la vie, pénètrent, la conscience, sous forme, de pensées, d’impressions, comme, de sentiments, d’émotions. Également, de paroles et, de désirs. Puis, de comportements et, d’actions ou, d’abstentions. Ce qui suscite, des réactions positives, neutres ou, négatives, selon, la nature, des occurrences, alors, vécues. Bonnes, indifférentes ou, mauvaises. Les ressentis conscients, inconscients, subconscients, conditionnent fort, le jeune, en coaching de vie. À l’égard, de toutes les expériences, pouvant, les recréer, positivement, comme, négativement ou, de façon, neutre. Le désir est créé, entretenu, par les impressions, sous-jacentes. Le manque ou, l’insuffisance, de désirs, démotive. L’excès nuit, tout autant, par souffrance, du manque, de la frustration. Le désir est donc, bénéfique et nécessaire, en qualité, quantité, légitimité « raisonnables », pour le meilleur équilibre possible. Ce qui en fait alors, toute la vertu. À défaut, du « bon dosage », il n’est plus positif, or, devient, hautement, toxique, dommageable, pour les garçons  juniors.

 

Il y aura alors, les bons et, mauvais désirs, de la jeunesse, en coaching de vie, comme, en matière, de stress ou, cholestérol. Le désir bienfaisant épanouit, libère, enrichit. Le désir néfaste étiole, enchaîne, appauvrit. Si les sentiments conduisent, aux désirs, les désirs mènent, aux actes. Le sentiment positif, harmonieux, génère, un désir constructif et, apaisé, qui appellera, tout aussi, sûrement, une action, une attitude favorables, productives. Quel, que soit, l’événement fondateur, même, le plus traumatique, il importe donc, d’être en mesure, de développer, des pensées, ressentis, émotions, distanciés, relativisés, apaisés. Pour des désirs juvéniles sereins, équilibrés, bien « calibrés ». Permettant, d’inciter, à des comportements, actes, plus appropriés, féconds et, responsables, c’est-à-dire, qui font sens. Car, une action positive, engendre, des effets positifs. Une action neutre, des conséquences neutres. Une action négative, des résultats négatifs. Chez soi, autrui, pour les choses, le monde. Dans le temps, l’espace. Outre, les actes, il en va, de même, des omissions, abstentions, ainsi, que des paroles. Le fondement, du problème, réside, en toutes les cognitions, émotions et, impressions négatives et, néfastes, du jeune homme537.

 

Qui empoisonnent, durablement, les existences, parfois, à vie. Aussi, douloureusement, que « l’œil d’Abel, observant, Caïn, depuis, la tombe » ! (Livre de la Genèse, IV, 1-26, La Bible, Moyen-Orient, VIIIe-IIe s. av. J.-C.)538. Il s’agit donc, de bien, les annihiler. Les circonstances entrent, en résonance, avec, les tourments et, les réactivent. Les nœuds, de blocage, se trouvent fixés, en la pensée, l’intelligence, la mémoire, les émotions et, le corps, en ses cellules. Le junior masculin, en coaching de vie, est conditionné, par toutes les réalités, qu’il a vécues et, ressenties, de sa conception, à sa mort. Il y demeure lié, bien plus, qu’il ne s’en est libéré.

 

Il en souffre, plus, qu’il n’en jouit, les mauvais souvenirs, laissant souvent, des « traces », plus marquantes, car, plus cuisantes, que les bons. Ainsi, tout adojeune, cherche plus, sa vie, durant, à éviter, la douleur, qu’à rechercher, le plaisir. Il y aura répétition, sans fin, des mêmes nuisances, s’il n’y est pas, mis fin. En « tarissant, la source », psychique et mentale, des blocages et, dysfonctionnements. Pour mieux, avancer, s’obséder, des raisons, des ratés, est inutile, seuls, leurs effets, comptent. La progression favorable, du junior, n’est pas, en « l’exégèse, de la cause », souvent, consciente, reconnue. Laquelle, pour autant, ne peut, à elle seule, servir, de vecteur résolutif.

 

Or, en la mise en place, des ferments juvéniles, nécessaires, à la ré/solution, des problèmes et, à l’optimisation, des potentiels, résultats atteints ou, à venir. De même, ruminer, le passé, est inutile et, néfaste, car, il n’existe plus et, est, à ce titre, obsolète. Ne faisant, que troubler, paralyser, encore, un peu plus. Les conséquences actuelles, du passé, importent plus, que le passé, lui-même. Car, le présent compte plus, que passé, avenir, réunis, les garçons  juniors, en coaching de vie, vivant, au temps présent, bien réel, actuel et, en cours. Il convient, d’être actif, non, passif. La démarche, d’évolution favorable, sera cognitive, émotionnelle, comportementale. Bien orienter, son esprit, pour mieux ressentir et, mieux éprouver, pour « plus et, mieux » agir et, ainsi, obtenir, de bien meilleurs résultats existentiels. Empathie et, compassion, congruence et, guidance, soutien et, accompagnement, conseils ou, éclairages, sont efficaces, en coaching de vie d’Andro-AdoJeunologie®. Autrement, que la seule, froide analyse détachée, des choses. Les réalités, du jeune, ne seront pas niées ou, distordues, mais, reconnues, dépassées, pour être pacifiées et, devenir, des plus positives.

 

Le junior suivi, en coaching de vie, ne sera pas jugé et, aidé, à ne pas se juger, condamner, lui-même, en excès abusifs, d’autoaccablement, d’autoculpabilisation. Il sera, aussi, fort incité, à ne jamais, juger ni, condamner, autrui. Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® n’est pas, davantage, un assistanat. Le jeune homme reste, agissant et, premier artisan, de ce qu’il pense, ressent, fait et, est, ainsi, que de son évolution favorable. Le praticien ne faisant, que donner, une impulsion positive. La troisième dimension, spirituelle, du junior, ne sera pas oubliée, outre, les deux autres : physique et, psychoaffective. Pour tout suivi efficace, de jeune, s’imposent, certains préalables. Une proactivité appropriée, de l’accompagnant. Une neutralité passive et, lointaine, même, bienveillante, ne suffit pas. Le junior sera autonomisé et, responsabilisé. Il sera accepté, ainsi, que sa problématique et, ses réalités ou, caractéristiques uniques, de façon, inconditionnelle et, favorable. Lui-même, sera invité, à faire, de même, à son propre égard, non, pour se « complaire », en ses difficultés, or, pour les aplanir et, dépasser. La réalité juvénile sera relativisée, distanciée et, dédramatisée, ce qui ne signifie pas, niée, minimisée. Or, dépassionnée, déminée, dépassée, assimilée.

 

L’exagération, des choses, ne faisant, qu’aggraver, entretenir, le mal-être. Le jeune masculin, en coaching de vie, apprendra, à se réconcilier, avec lui-même, autrui, le monde, sa vie, l’existence. L’amour, qu’il s’autorisera, pour lui-même, rejaillira alors, universellement. Il sera mieux, avec lui-même, pour être mieux, avec autrui. Rappelons, aussi, les bienfaits, de la relaxation et, de la respiration abdominale profonde. Pour bien, se préparer, physiquement, comme, psychiquement, en meilleure détente, prédispositions favorables. Également, la visualisation sereine, de choses positives. Le junior s’exprimera, à sa guise, librement. L’objectif fondamental, est de métamorphoser, rectifier et, d’inverser, les difficultés et, leurs effets, négatifs et, néfastes. En solutions, nouvelles réalités, positives et, bénéfiques ! Le plus souvent, les mauvaises choses, n’étant, que l’altération, des bonnes, il suffit, que les premières, retournent, à leur état initial, positif, bienfaisant. En réalité, positif et, négatif absolus, n’existent pas. Seuls, la conception, l’usage, du jeune, orientent, toute polarité, vers eux, vers le bien ou, le mal, le bon et, le mauvais, le maléfique et, le bénéfique. Tout adolescent, possède, en lui, les éléments, de conscience, discernement, nécessaires539.

 

Le jeune, en coaching de vie, a donc, toujours, toute latitude, pleine faculté, de changer, sa conception négative, des choses, en vision, toute positive. Aussi mauvaise, soit, la situation, il pourra, la reconsidérer, la relativiser, s’en distancier, même, si elle est, objectivement, néfaste. Ainsi, il sera, en mesure, de la dépasser, de se décentrer, d’elle et, de lui-même. Pour la désamorcer, ne plus en souffrir et, trouver, des voies idoines, pour « tourner, définitivement, la page », s’en sortir. Malgré, le blocage, de départ ou, ce qui était perçu, tel. Dialogue, pardon, réconciliation, participent, aussi, de la solution. Cela, permet, d’apurer, les comptes juvéniles, du passé, de bénéficier, à autrui, surtout, à soi-même. En allègement, des tensions, ressentiments, culpabilités. Ce qui libère, quand, le contentieux persistant, étouffe, enferme, écrase. Pardonner, à soi, autrui, l’univers, est donc, un atout, une avancée capitaux qui, en outre, élèvent l’âme et, lui donnent, toute sa noblesse. Le pardon authentique, complet, implique, une quadruple dimension : mentale et, affective, physique et, spirituelle. Si l’un, des éléments, manque, le pardon est donc, incomplet et illusoire. D’autant plus, que c’est, le garçon  junior fautif, lui-même, intuitu personæ, qui est alors, absout.

 

L’acte offensant, demeurant bien, comme, illégitime, dommageable, impardonnable. Entrevoir que, le plus souvent, l’agresseur jeune agresse, car, il a déjà, été, lui-même, agressé, aide, à se libérer, par compassion, à son égard. C’est une compréhension, non, une excuse absolutoire, en soi, ipso facto. Car, nul, n’a le droit, quels, que soient, ses tourments et, ses difficultés, de nuire, à autrui, de quelque façon, que ce soit. Si le junior, en coaching de vie, lui-même, s’est dévoyé, ses devoirs, intérêts moraux, lui commandent, en conscience, de solliciter, le pardon, de ceux, qu’il a lésés et, de s’en désoler, sincèrement.

 

Ce qui le soulagera, de sa culpabilité. Il peut aussi, réparer, le préjudice, qu’il a commis, se pardonner, lui-même. Ce qui a été programmé, négativement, en son corps, son esprit, son cœur, son âme, peut être « déprogrammé et, reprogrammé », positivement, en lui, par lui. D’un point de vue, physique, psychique, affectif, comme, moral. En « autoreconditionnement », optimiste, favorable, comme, constructif, productif. Remplaçant, avantageusement, les conceptions douloureuses, du passé, éloignant, de l’esprit, les aléas, les plus difficiles. En une sorte, d’ « apurement » androJuvénile, le plus salvateur, des pires malheurs540.

 

Ceux, de temps antérieurs, révolus, du junior, en coaching de vie. Sans craintes ni, obsessions, de l’avenir, or, en pleine conscience, entier vécu, au présent, de façon, apaisée, réussie, satisfaisante. Redisons, toute l’importance, de l’autoconditionnement, l’autosuggestion positifs, pour concevoir, tout et tous, la vie et, soi-même, positivement. Ce qui convainc, de la positivité réelle, des gens, des choses, du monde et, de l’existence, autorise, de mieux vivre, en étant, bien plus serein, plus optimiste. Revisiter, le passé difficile, permet, de le déminer, le digérer, l’accepter, pour mieux, l’enterrer et, passer, à des choses, plus positives, actuelles.

 

Se persuadant, que le passé, est définitivement, mort, qu’il ne concerne plus, le jeune homme, par sa caducité. Du fait, aussi, que la personne, qu’il était, à l’époque, n’existe plus, qu’elle a, totalement, définitivement, disparu, avec le temps passé. Qu’aujourd’hui, il est un être, entièrement neuf, qui n’existait pas, hier, qui ne sera plus, dès, demain. Puisque, le temps, l’espace, soi-même, les autres, la vie et, le monde, ont changé. Que tout, se renouvelle, intégralement, en permanence. Alors, les vieilles douleurs, comme, les anciennes difficultés, n’ont plus lieu, d’être. Même, celles, de ce jour, pas davantage. Celles, en gestation, potentielles, de l’avenir, du junior, non plus. (Maurin, 2001)541.

 

__________________________________

« […]. Derrière, le nuage, si lourd, de notre sang, de nos larmes, voici, que reparaît, le soleil, de notre grandeur » ! Ainsi, s’exprime, le général de Gaulle, (Homme d’État, France, 1890-1970), le 6 juin 1944, à la radio Bbc, de Londres. À l’occasion, du « débarquement » allié, de Normandie, qui allait, mettre fin, au Second Conflit mondial (1939-1945), à la barbarie nazie, (Allemagne, 1933-1945). Que nos adojeunes, d’aujourd’hui, n’oublient pas, les terribles sacrifices, consentis, par les juniors, d’hier. Héroïsme, garant même, de leurs libertés, actuelles. À Juno, Gold, Omaha, Sword, Utah beaches. Pour libérer, tous leurs devanciers, de l’oppression et, de la tyrannie.

 

Qu’ils n’oublient pas, que la liberté, est fragile et, que la leur, est à reconquérir, maintenir, renforcer, chaque jour, de leur existence. « Il y a, quelque chose, de pourri, au royaume, du Danemark », nous dit, Marcellus, dans, Hamlet, à l’aube, du dix-septième siècle. (W. Shakespeare, dramaturge anglais, 1564-1616, Hamlet – La Tragique Histoire d’Hamlet, Prince de Danemark, tragédie théâtrale, Royaume d’Angleterre, 1601)542. Or, qu’en est-il, aujourd’hui, en notre chère République, de France ? Il y a beaucoup, à re/dire et, à re/faire ! Surtout, quant au pitoyable sort, réservé, par leurs négligents aînés, aux juniors négligés et, jugés, négligeables, de ce pays !

 

__________________________________

 

 

Asseoir, son « projet, de vie », ordonnancer, son existence, d’ado mâle

 

Le dessein premier, de tout jeune masculin, en coaching de vie, qui se respecte, est de se fixer, des objectifs prioritaires, de vie et, de les atteindre. Pour cela, il convient, de faire, les bons choix, prendre, les décisions adéquates. Y croire, avoir foi, en soi, ses menées et, visées. S’en donner, les moyens. Agir et, tenir, sur la durée, jusqu’à, la réussite, en efforts, ténacité, détermination. Le « secret, de fabrication » : confiance, croyance positive, volonté, motivation, action et… succès ! Il s’agit, de préalablement, définir, son, ses projets, d’avenir.

 

Le projet juvénile consiste, en une intention, d’agir, un objectif, à réaliser, une conception, représentation, appréhension, vision, de ce qui sera entrepris. Des ressources, qui seront alors, mises en œuvre, à cet effet. Une ambition, un dessein, lesquels, détermineront, l’ « essence » même, du projet, le sort futur, l’aboutissement, qui seront, les siens. Nous pouvons ajouter, qu’il y faut, aussi, un minimum, de compétences, d’aptitudes, d’appétences, du junior. De possibilités, de concrétisation, d’audace, d’espérance, de conviction, certitudes solides. Ce qui en assurera, viabilité, pérennité, succès.

 

En étapes progressives, successives et, croissantes. Même, quand, toutes les conditions, de pleine réussite, du jeune, en coaching de vie, sont réunies, de très nombreux obstacles, comme, difficultés, de tous ordres, se présentent. Ce qui fait que, même, avec la meilleure volonté, motivation, envie, du monde, de nombreux projets, ne voient pas le jour. Ne restent, qu’à l’état, de simples ébauches ou, velléités. Souvent, l’effort, à mobiliser, perçu, comme, douloureux, dissuade, de démarrer, le projet ou, d’aller, jusqu’à son terme, sa réalisation. Il y a, alors, renonciation, défaitisme et, découragement. Pessimisme et, négativité, du garçon  junior, aussi. Ce qui est défavorable, contre-productif. Il s’agit, alors, que le projet soit, le plus tangible, possible, pour se motiver, par tous avantages, satisfactions, attendus, de sa réussite. La pensée, de manque, du temps nécessaire, en intimide, aussi, plus d’un. Ce qui peut être, un prétexte facile, pour ne pas se donner, de mal. La routine journalière, de type automatique, empêche, de modifier, sa trajectoire habituelle, pour oser, innover, créer, se lancer et, bousculer. De la façon juvénile, la plus paralysante543.

 

Il convient, alors, de détailler, trier, les occupations familières, pour élaguer, supprimer, ne conserver, que l’essentiel. D’autres, que le jeune homme, en coaching de vie, son entourage, peuvent nuire, à ses projets. D’où, l’importance, de les rendre compatibles, avec ceux, des autres. En compréhension, d’autrui, de ses propres menées, logique, de coopération interactive et, en synergies. En dialogue et, concertation. Il y a, aussi, la crainte, l’anxiété, de « se jeter à l’eau ». Évoquons, les pressions, de l’entourage, s’il est hostile et, désapprouve ou, si les valeurs, conceptions et, intérêts, des uns et, des autres, divergent. La compréhension et, le soutien, des proches, est donc, capital. Or, le plus souvent, la peur juvénile, d’agir, d’oser, de risquer et, d’innover, de sortir, de soi-même, comme, de ses conforts routiniers. L’angoisse, de l’échec, de la « ruine »… Tout ceci, l’emporte, alors. Un projet sera un défi, à relever et, un pari incertain, sur soi et, l’avenir. Pour aboutir, il doit être précis et, rigoureux. S’il est flou, il avortera. Il conviendra, de le rendre, bien tangible et, concret, en sa conception, en se motivant, par l’idée, des bienfaits positifs, de son aboutissement. Se pénétrer, de toutes les vertus, des entreprises, du junior, est fort salutaire.

 

Le jeune, en coaching de vie, peut aussi, se rendre compte, que son projet, pourtant, cohérent, approprié, est en réalité, une erreur, une impasse. Même, s’il a tout fait, pour prévenir, l’erreur et, le blocage, ils restent possibles. En ce cas, le mieux, est d’en convenir et, de passer, à autre chose. En en tirant, les enseignements, fort utiles. N’oublions pas, qu’ « une porte, peut se fermer », mais, en cela, provoquer, l’ouverture, de bien d’autres. Souvent, bien plus intéressantes, encore, en terme, de possibilités positives. Il peut aussi, y avoir, des garanties, de succès durable, insuffisantes. En matière, d’adaptabilité, de progression, du junior, par étapes successives, de ténacité, de réactivité, d’anticipation, de souplesse. D’inventivité, d’audace, d’innovation, d’avance, sur les autres et, de force mentale. La vocation est un moteur puissant, pour ambitionner, conduire, réussir, des projets, surtout, parmi, les plus élevés. D’autant, que la prédisposition, d’aptitudes et, vocationnelle, est très précoce, forte, résolue et, que le milieu habituel, y est favorable, y encourage. Le don, de soi, corps et âme, qui tend, tout uniment, vers l’objectif, est un puissant accélérateur. Un « incubateur » androJuvénile, de créativité inventive et, d’inventivité créatrice544.

 

Pour tout projet, formation, compétences, connaissances, savoirs, savoir-faire, faire-savoir, s’imposent. Il s’agit, aussi, pour le jeune masculin, en coaching de vie, de savoir, tirer parti, des possibilités et, des réalités favorables, qui se présentent. Celles, qui n’étaient pas envisagées, au tout départ. Or, qui se révèlent, en réalité, parfaitement, pertinentes, adaptées, positives, donc, à saisir, d’urgence. « L’occasion, faisant, le larron et, le hasard, faisant, souvent, bien, les choses ». Tout, est question, de savoir, être attentif, rebondir, être souple, de s’adapter, aux circonstances et, événements, même, les plus imprévus. Modifier, ses plans, quand, des occurrences nouvelles, inattendues, intéressantes, adviennent. Il est très important, pour le junior, de pleinement, tirer profit et, de faire valoir, toutes ses expériences, passées et présentes. Afin, d’en tirer, le meilleur parti. En mettant, en avant, son unicité, originalité, sa « valeur ajoutée » et, son positionnement « hors, sentiers battus ». La plus grande motivation, pour avancer et, innover, est la récompense, qui incite, à acquérir, les capacités, compétences, idoines. Ce qui est, « sanction positive ». Être spécialisé, bon spécialiste juvénile, en domaine, d’expertise précis, aide, à « faire, la différence ».

 

Doper, un bon projet. Pour définir, ce qui motive, le jeune, en coaching de vie, il s’agit, de savoir, ce qui est, le plus susceptible, de lui donner envie. L’entraîner, à « franchir, le pas », pour réaliser, un projet donné, qui lui tient, à cœur. Avant, de lancer, son projet, de vie, il convient, de le trouver. Pour cela, au préalable, d’y réfléchir, en libre cogitation, pour trouver, des idées fécondes, fructueuses, intéressantes. En toute créativité et, inventivité. Il convient, que le projet, du garçon  junior, réponde, à des attentes, besoins, fondamentaux. Soit apte, de nature, à être réalisable, pour devenir tangible. Il s’agit, de coller, au maximum, aux attentes, de ceux, susceptibles, d’être concernés et, intéressés, par son projet. Pour qu’ils y adhérent, le fassent vivre. Ainsi, qu’à ses propres besoins, de concepteur, du projet. Il s’agit, aussi, de s’inspirer, d’exemples, de modèles, de pratiques, réalités, déjà, existants, pour avoir, des idées, mieux faire, encore. En apprentissage approfondi, pour se perfectionner et, sans cesse, progresser. Analyser, ce que les autres, font déjà, sert, à s’en inspirer, surtout, à s’en différencier, pour « faire valoir, toute sa différence », s’imposer, bien mieux, qu’autrui. En progrès, dépassement juvénile, sans fin545.

 

Un prototype, avant-projet, synopsis, permettent, d’éprouver, la qualité, le niveau, la faisabilité, d’un objectif, d’une idée, d’une proposition. Cela, a l’avantage, du test, du junior, en coaching de vie, en grandeur nature, sur le terrain, dans les conditions, du réel. Si cela, s’avère, concluant, cela, vaudra, les meilleurs, des arguments, pour convaincre, preuve, à l’appui ! Pour avoir, un bon projet, il est utile, d’en agréer, plusieurs, pour les comparer, disposer, ainsi, d’une large gamme. Permettant, d’opter, pour le meilleur, le plus adapté, aux besoins, requis. Il convient, ensuite, d’étudier, les points forts et, faibles, de chacun, selon, les investigations antérieures, menées. Si le choix, du jeune homme, présente, des failles, envisager, les solutions correctives, possibles. L’option finale, devra correspondre, le plus possible, aux données, du terrain. Il convient, de concevoir, un protocole, d’organisation, rigoureux, exigeant, efficace, qui présidera, au bon déroulement, du projet. Il sera aussi, fixé, des buts, fort ambitieux, stricts. De façon, écrite, ce qui permet, de les suivre, évaluer, voir évoluer, adapter, pas à pas. Ils seront précis, chiffrés ou, quantifiés. Avec, une date butoir. Les objectifs juvéniles seront élevés, d’envergure. Réalisables, en nombre limité.

 

Compatibles, entre eux. Souples, adaptatifs. La réalisation, des buts, du junior, en coaching de vie, sera vérifiée, de façon, stricte. Il sera étudié, les avantages, escomptés, de la réalisation, de l’objectif. Ainsi, que les points négatifs, inconvénients, en cas, de réussite. Les difficultés, blocages, possibles. Les priorités, les urgences, pour se mettre, en « position », d’atteindre, ledit but, visé. Le court terme précédera, le moyen, lequel, viendra, avant, le grand. L’objectif personnel ne peut relever, que de la maîtrise, du décideur individuel. Être lié, à lui, son choix, sa décision et, son action, propres, sa pleine volonté, intrinsèque.

 

L’objectif androJuvénile sera positif, dynamique, orienté, vers l’action, la solution, la réussite. Il sera jugé, tel, déjà, réalisé. En ressenti progressif, hédoniste. Il est fort intéressant, de visualiser, en imagination, le but désiré, comme, s’il était, déjà, pleine réalité, réussie. Il sera, ensuite, établi, un programme, prévoyant, la mise en œuvre, de moyens, disponibles et prévus, pour la réalisation, du projet et, des délais impartis. Puis, l’objectif sera dûment, mené, étape, par étape. En succession, d’actions, à entreprendre, à échéances fixes, impératives. Stricte vérification, du jeune, des rythmes, les plus satisfaisants, d’avancées546.

 

S’il y a lieu, il convient, de prévoir, un budget, de rentabiliser, le projet, du junior masculin, en coaching de vie, pour qu’il soit viable, matériellement et financièrement. Nombre, de visées personnelles, impliquent, d’autres personnes et, même, leur accord nécessaire. Il s’agit, alors, d’être capable, de bien présenter, sa requête, pour bien convaincre. Avec, des arguments, de poids, susceptible, d’entraîner, le plus efficacement, possible, l’adhésion. De façon, originale, percutante, adaptée et, inédite. Il s’agit, aussi, d’associer, l’interlocuteur, afin, de le persuader, que son intérêt, est d’adhérer, au projet, demandé.

 

Pour échanger, convaincre, le visuel est toujours, plus efficace, que l’auditif ou, les autres sens. Plus, des quatre cinquièmes, de la communication juvénile, passent, par la vision. Que le jeune démontre, donc, en montrant ! Il est capital, d’exposer, la réalité, des faits, la problématique, en cause, d’intéresser, l’autre. En l’impliquant, en lui proposant, exactement, ce qu’il attend, selon, ses propres besoins. Pour progresser, il est impératif, de s’améliorer, ainsi, que son projet, en s’instruisant. L’adojunior optera, alors, pour l’étude, des meilleurs ouvrages, documentations, rapports, informations, correspondant, au domaine, prédéfini, de son projet.

 

En lien, avec ses objectifs, de jeune, en coaching de vie, de façon, claire, détaillée, concrète, avec, en illustration, des exemples, afférents. Avec, exercices, entraînements, d’application. Le tout, sera appliqué, à son propre cas, concret, en un esprit optimiste, positif et, une volonté, une envie ardentes, pour réussir. Il est, de bonne politique, de voir, des personnes intéressantes. Susceptibles, de nourrir, son projet, en dialogues fructueux, conseils ou, éclairages. Il s’agit, de communiquer, se faire, aider, s’informer, d’apprendre et, d’échanger, utilement. Que le garçon  junior, imite, prenne, exemple, s’inspire, de ceux, qui ont réussi, avant lui, en des domaines, en lesquels, il souhaite, lui aussi, exceller. En effort, persévérance, courage, volonté, abnégation, rigueur, méthode, organisation. Autant, de qualités indispensables, pour mener, à bien, le projet, jusqu’à, réalisation finale, puis, pérennisation. En acharnement. Biographies, autobiographies, de personnages, ayant réussi, peuvent, aussi, aider, à puiser, en leur exemple, vie, de grandes idées, de succès. Pour ses projets propres. Car, tout parcours, est transposable, d’une façon ou, d’une autre, en tel ou, tel, de ses aspects. En émulation, inspiration, édification juvéniles, pour se dépasser547.

 

Positivant, toujours, agissant, coûte, que coûte. Ce qui aide, le jeune homme, en coaching de vie, à supporter, les déceptions, les difficultés, éprouvées, lors, de la menée, de tout projet. Pour mieux surmonter, de grands « blocages », il convient, de les scinder, en plusieurs, de moindre importance. Ce qui facilite, la résolution, des problématiques, en cause. Les capacités, savoirs et, savoir-faire, ainsi, que le labeur, constant et, acharné, l’amour, de sa tâche, comme, du travail, bien fait, viendront, à bout, de tous, les aléas. Ils aideront, à mener, « à bon port », son projet. Volontarisme et, enthousiasme, ne sont jamais, « de trop », pour vaincre, les obstacles, prospérer. Nul, projet, ne peut aboutir, sans aide, d’autrui. Cela, se nomme, relations, réseaux, vie sociale… À base, d’empathie et, de sympathie, d’estime, de respect et, confiance, réciproques.

 

Un bon réseau relationnel andro-adoJuvénile, permet, enrichissement humain, modèles, soutiens, conseils, éclairages, encouragements, émulation, expérience, de mentors… Il s’agira, alors, de démultiplier, les contacts, échanges, relations, de toutes sortes. De savoir, développer, de solides et, utiles amitiés. Pour tout jeune, en coaching de vie, en phase, d’ascension, vers l’adultisme, concevoir, réaliser, comme, mener, à bien, des projets, de toutes sortes, de toutes natures, est capital. Pour grandir, réussir. D’où, l’importance, de l’aide, des adultes, en la matière, pour accompagner, épauler, pas à pas, les juniors. Jusqu’à, ce qu’ils soient, enfin, en mesure, de pleinement, voler, de leurs propres ailes ! Le devoir, des aînés, est donc, de soutenir, celui, des jeunes, de faire, tout ce qui est, en leur pouvoir, pour se battre, faire cheminer, leurs projets, réussir, leur vie. Avant, de bien transmettre, leur tour, venu, le même « flambeau ardent, d’espérance, comme, d’accomplissement, de soi, terrestre », à leur descendance. (Fiehl, 2000)548.

 

__________________________________

L’adojeunesse occidentale septentrionale, est bien différenciée, intégrée, en sa société. Les juniors y vivent, « entre eux », en structures spécifiques et, adaptées, notamment, en campus étudiants. Tout, y est fait, pour leur autonomie, matérielle, résidentielle, psychique. Ce qui est propice, à leur adultisation, épanouissement, insertion sociétale. La jeunesse occidentale méridionale, notamment, française, est moins différenciée, intégrée. Elle vit, plus souvent, en famille ou, avec, les adultes, moins, en logement spécifique, comme, les campus, résidences étudiantes, de jeunes. Son autonomie est moins privilégiée. Son devenir, donc, plus incertain.

 

__________________________________

 

 

UNE NOUVELLE GÉNÉRATION MASCULINE

APPELÉE, À « S’AUTOCONTRÔLER »

 

 

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil® vise, à instiller, quiétude, sentiment, de dignité, chez le junior masculin. Entretenir, sa vaillance, en esprit, d’harmonie. Favoriser, la bonne communion, intelligence, communication, avec lui. De façon, à ce qu’il se sente, pris en compte, compris, en confiance, motivé, à bouger.

 

__________________________________

Le Collège des Bernardins, à Paris, est une fort excellente, illustration, du « meilleur », entrepris, pour la néogénération, du passé et, du présent. Il s’agit, d’un lieu d’études, cistercien et, de l’Université de Paris, pour la jeunesse, datant, du milieu, du treizième siècle. Il est fondé, par É. de Lexington, (Royaume d’Angleterre, 1198-1258), père abbé, de Clairvaux. Pour la formation théologique, des jeunes clercs, de l’ordre cistercien, venus, de toute l’Europe, étudiant, alors, à l’Université, de Paris. Jusqu’à, la Révolution. (France, 1789-1799). Aux dix-neuvième et, vingtième siècles, l’ancien collège perd, sa vocation éducative. Devenu, propriété publique, il connaît, diverses affectations. En 2001, à l’instigation, du cardinal et académicien, J.-M. Lustiger, (France, 1926-2007), archevêque métropolitain, de Paris, (France, 1981-2005), il est racheté, à la municipalité, par le diocèse parisien. L’ensemble, des bâtiments, est complètement, rénové, entre, 2004 et, 2008. Le célèbre collège retrouve, alors, pleinement, sa mission, d’origine, pour la jeunesse. L’éducation, la culture et, l’échange, la rencontre, le dialogue. Conférences, colloques, expositions et, concerts, débats, activités, pour les jeunes, s’y multiplient.

 

Avec, également, un centre de formation, théologique et biblique, l’École Cathédrale de Paris. Ainsi, tel, au Moyen Âge, (France, 476-1492), sous la Renaissance, (France, XVIe s.) et, l’Ancien Régime (France, 1589-1789), le Collège des Bernardins, en ce vingt-et-unième siècle, renoue-t-il, avec toute sa pluriséculaire, vocation éducative. Au service, de l’adojeunesse. Dans la plus pure, riche et, féconde, tradition, de la scolastique médiévale549. Afin, d’offrir, le meilleur, aux juniors, en matière, d’excellence et, d’exigence, intellectuelles, culturelles, comme, spirituelles. Exemple didactique, unique, en France, bien, trop rare, à développer. À l’image, des grands établissements universitaires anglo-américains. Le système éducatif national public, ferait bien, de s’en inspirer. Au lieu, de se contenter, de « gérer, l’indigence », matérielle, intellectuelle et, morale, de trop, de nos écoles et, universités. La vitalité européenne, de ces universités françaises est, hélas, révolue, depuis, des siècles. Très précisément, la fin, de l’ère médiévale ! « Mgr Lustiger […] avait eu [une] intuition forte, lorsqu’il a voulu, faire revivre, le Collège des Bernardins, pour accueillir, tous les dialogues. L’Histoire lui a donné raison ».

(E. Macron, Président de la République, France, Collège des Bernardins, Paris, 9 avril 2018).

 

__________________________________

 

 

« Instiller », quiétude, sentiment, de dignité, par l’andro-adoJeunoCoaching de vie

 

Solution, est un terme féminin, datant, du quatorzième siècle, issu, de solucium (1119), du latin, solutio, du verbe, solvere, résoudre. Il s’agit-là, d’une « opération mentale qui, en substituant, une pluralité analysable, à un ensemble complexe, d’éléments entremêlés, parvient, à surmonter, une difficulté. À résoudre, une question ou, un problème théorique ou, pratique. Ensemble, de décisions, d’actes, qui peuvent résoudre, une difficulté quelconque ». (Dictionnaire, de la langue française, Robert, France, 2007)550.

 

Le coaching de vie d’Andro-AdoJeunologie® fait comprendre, à tout jeune garçon, qu’ « Il n’y a pas de problèmes ; il n’y a que des solutions. L’esprit de l’homme invente, ensuite, le problème. Il voit des problèmes, partout ». (A. Gide, écrivain français, 1869-1951). Cette vision, toute positive, constructive, optimiste, l’aide, à concevoir, entrevoir, susciter, l’issue favorable. Au lieu, de s’enfoncer, en son marasme. De se persuader, de façon, très défaitiste, de son inéluctabilité. L’Andro-AdoJeunoConseil® fait admettre, au junior, que d’authentiques, « voies, de sortie », durables, comme, efficaces, sont possibles. Il s’agit, à cet effet, de combattre, la croyance, si fausse, du caractère inéluctable, irrémédiable, définitif, des obstacles et, échecs, qui s’ensuivent. Tout est toujours, réversible, ici-bas, surtout, le pire !

 

Cela va, à l’encontre, du pessimisme, défaitisme, de la négativité, voire, du négativisme, initiés, souvent, par les adultes, non, les jeunes hommes, en coaching de vie, eux-mêmes. Cela, décourage, tant, de nos adolescents, les dissuade, de se battre, les fait, s’avouer, vaincus, avant même, que de livrer, leur combat ! L’anxiété excessive, est le fait patent, de se tourmenter, inutilement, de façon, dommageable, pour tout et, pour rien ! De croire, à tort, déceler, des problèmes, difficultés, là, où, il n’y en a, nullement. Ainsi, souvent, de les provoquer, soi-même, par peur ! Nous savons, que l’anxiété est toxique, pour la santé juvénile, psychique et, physique. Tension artérielle, migraines ou, affections gastro-intestinales. Prise, de poids, par production, de cortisol, hormone, de stress, qui génère, l’accumulation graisseuse abdominale. Cela, crée, des affections cardiovasculaires. L’anxiété conduit aussi, souvent, à trop manger, pour se calmer. De façon, générale, l’anxiété chronique, élevée, peut créer, des troubles cardiaques, neurodégénératifs, cancéreux. Elle est source élevée, de déprimes, dépressions, du junior.

 

Globalement, de souffrances psychiques, solitude, replis, sur soi, d’introversion, de manque, de confiance, en soi, autrui et, la vie. L’anxiété andro-adoJuvénile est un mal-être, suscitant, peurs, sentiment pénible, d’insécurité, d’infériorité, de vulnérabilité, faiblesse. Déchéance, d’indignité ou, d’incompétence, aussi. Sans compter, toutes les difficultés relationnelles, dans les études ou, l’emploi. La santé psychosomatique générale, est moins bonne, que chez les juniors, en coaching de vie, non anxieux. L’anxiété peut même, conduire, au suicide et, tuer. Elle incite, aussi, à des excès, de médication et, des obsessions sanitaires, par hypocondries. L’anxiété se manifeste, par des pensées, croyances et, émotions. Des sensations corporelles. Des comportements anxieux. L’adojeune anxieux se lie, à l’approbation, d’autrui. Il est bien trop, préoccupé, par l’image, qu’il projette, l’opinion, des autres, quant à sa personne, faits, gestes. Il se projette, excessivement, en l’avenir, en ne tablant, que sur le pire, dont, il se convainc fort, mais, jamais, sur le meilleur. Il généralise, grossit, le négatif, minore, le positif. Il est perfectionniste, rejette, toute erreur, défaut, synonymes, pour lui, de ratage ou, désastre total, déshonorant, rédhibitoire, définitif.

 

La capacité juvénile masculine, à se concentrer, est altérée. Il y a, trop plein, de pensées, d’émotions récurrentes, qui se bousculent et, affolent, sans répit. D’autant, qu’elles sont, le plus souvent, très négatives, limitatives, inquiétantes et, perturbatrices. Avec, tout son corollaire, aggravant, sous forme, de symptômes physiques. Comme, pour le stress. Élévation, du rythme cardiaque, nausées, hypertension, vertiges, peurs et, fatigues, troubles digestifs, douleurs et, problèmes musculaires, transpiration. Affections nerveuses, tremblements, oppressions, de la gorge ou, thoraciques, troubles, du sommeil, de l’alimentation, de l’activité motrice… Le jeune, en coaching de vie, anxieux fuit, sans cesse, ce qui l’inquiète. Cela, le soulage, temporairement, or, l’angoisse, bien plus, durablement. L’anxiété touche, les pensées, émotions et, comportements. Elle peut se traiter, par pratique cognitive, émotionnelle et, comportementale, selon, le champ concerné. Anxiété ou, anxieux, viennent, du verbe latin, angere, étrangler, étouffer, serrer. Le trouble, d’anxiété, généralisé ou, Tag, est un état tendu, inquiet, chronique, durable. Une inquiétude permanente, du junior, « pour tout et, pour rien », sans nulles, raisons tangibles, fondées, significatives551.

 

Qui se manifeste, par un « inconfort psychique », quasi permanent, du jeune, en coaching de vie, des troubles physiques, de nervosité. La « phobie sociale » est la crainte, de l’opinion, d’autrui, sur soi. Une incertitude, une préoccupation excessives, de l’image, de soi, que l’on projette, sur autrui. Ce qui se traduit, par la nette crainte, de paraître, se comporter, s’exprimer, publiquement. Cela, provient, d’un préjugé, d’incompétence, à l’égard, de soi, de malveillance, concernant, l’attitude supposée, des autres. Ce qui amène, les phobiques sociaux, à se replier, sur eux, fuir, autrui et, s’isoler, le plus possible, en illusoire autoprotection. Les troubles paniques, du garçon  junior, sont des épisodes exacerbés, de craintes et, d’anxiétés majeures. Il y a, un élément déclencheur, avec, des réactions physiques, comme, les décharges, d’adrénaline. Ces signes, d’adaptation anodine, de l’organisme, face, à ce qui est perçu, par lui, comme, attaque, sont mal interprétés, par le paniqué, paniqueur. Comme, l’annonce, d’une catastrophe rapprochée, telle, une crise cardiaque. Par production, par l’organisme, d’hormones, de stress, tels, l’adrénaline, le cortisol. Ce qui ne fait, que fort aggraver, les symptômes psychosomatiques, du malaise juvénile552.

 

Donc, le marasme. Raisonnement, relaxation, du jeune homme, en coaching de vie, aident, à se prémunir. L’agoraphobie est une angoisse extrême, d’être enfermé, capturé, comme, dans une nasse, sans nulle, aide possible. De souffrir, publiquement, de troubles physiques, hors, de leur contrôle. Il y a, peur, des espaces publics, fréquentés, par tous et, du fait, d’être hors, loin, de chez soi. D’où, le fort sentiment, de vulnérabilité, la crainte, d’y subir, le pire, sans pouvoir, y faire face. Il existe, aussi, des phobies particulières. Il s’agit, de peurs juvéniles, irrationnelles, excessive, irraisonnées, de dangers imaginaires, exagérés. Maintes choses, particulières, généralement, inoffensives, qui, pourtant, inquiètent. Situations, personnes, animaux, comme, objets. Que le phobique a, donc, tendance, à éviter. Cela, est ancré, dans le cerveau archaïque, dit, reptilien, date, des temps reculés, des hommes préhistoriques et, protohistoriques. Qui avaient, à « se méfier, de tout », pour préserver, leur vie, même, en contextes, le plus souvent, dangereux, menaçants. Face, à la phobie, il y a, anxiété et, angoisse, avec, signes psychosomatiques. Généralement, conscience, que la peur, du junior, repose, sur un risque, bel et bien, improbable, non, avéré.

 

Cela, perturbe, l’existence entière, de l’adojeune, en coaching de vie, du fait, d’adoption, de stratégies préventives, protectrices, lourdes, inutiles, contraignantes. L’état, de stress, post-traumatique, est un état réactionnel, douloureux, intense et, excessif, suite, à une catastrophe. Qui handicape, la vie, parfois, toute l’existence. Cela, de façon, psychique, comme, physique. Il s’agit, d’une adaptation, pénible et inadéquate, de l’organisme, du psychisme, au drame vécu. Par soi, un proche, un tiers, sous ses yeux. Avec, affect, d’effroi et, d’abomination, d’impuissance et, de dépression, sidération, victimisation. L’occurrence traumatique androJuvénile, est régulièrement, revécue. Avec, sensation, d’un recommencement, perpétuel. Ce qui évoque, le choc subi, est évité, ainsi, que les pensées, émotions, afférentes. Il y a, grande émotivité, sensibilité, à ce sujet, généralement, volonté, comportements, d’autoprotection et, de défense. Le trouble obsessionnel compulsif, Toc, est une « obsession ou, compulsion » ou, les deux. Les obsessions sont des images et, pulsions ou, pensées récurrentes, inappropriées, qui troublent l’esprit. Les compulsions sont des comportements ou, schémas mentaux spécifiques. Irrépressibles, qui s’imposent, au junior.

 

Involontaires, indésirables, réguliers, utilisés, par l’adojeune masculin, en coaching de vie, pour diminuer, ponctuellement, l’anxiété éprouvée. Face, à une pensée obsédante ou, encore, une réalité crainte. L’obsession est liée, à l’angoisse, de la contamination, de l’oubli, de mesures sécuritaires, des perversions sexuelles. De nuire, à autrui, de violation, du sacré, des principes, des déviances sociales. La compulsion est faite, de protocoles, rituels, routines, jugés, impératifs, incontournables, pour se rassurer. Laver, vérifier, compter, accumuler, ritualiser, ordonnancer. Le junior se persuade, que sa compulsion, va servir, à prévenir, un drame, pressenti. Cela, le soulage, temporairement, le jeune atteint, angoisse, tant, qu’il n’a pas exécuté, son exutoire, protecteur et salvateur, en sorte, de talisman, catharsis. Cela, peut occuper, la majeure partie, du temps, handicaper, la vie entière. Temps majeur, consacré, enfermement, nuisance généralisée, irrépressiblement, intensité obsessionnelle, sont la marque, des Toc. Cela, ne concerne pas, de vraies difficultés, problématiques, tangibles. Il y a, tentatives, d’évitement, du Toc, en essayant, de modifier, les pensées, émotions, comportements, subséquents, du junior. Le plus souvent, en pure perte553.

 

Il y a, conscience adojuvénile, que le Toc vient, de soi, uniquement, non, d’ailleurs, qu’il est irrationnel. Il y a, gêne majeure. De façon, générale, l’anxiété, en soi, n’est pas un problème, est même, bénéfique, protectrice, si elle se situe, à un degré et, est, de nature, normaux. Elle permet, de bien agir, elle renforce, l’organisme, l’esprit, pour faire face, aux cas difficiles. Elle protège, du pire, en prévenant, d’un risque important, immédiat. L’anxiété est pathologique, handicapante, si elle est trop fréquente, durable, intense, perturbatrice. Cela, physiquement et, psychiquement. En pensées et, émotions, du garçon  junior, en coaching de vie, en ses comportements et, actions. Si elle n’est pas adaptée, proportionnée, aux degrés avérés, de menaces, dangers ou, risques. S’il y a, efforts, pour maîtriser, l’anxiété, or, que cela, ne fait, qu’exacerber, l’état, de mal-être, sans améliorations, aucunes ! L’anxiété est indépendante, d’autres syndromes. Ces derniers peuvent s’ajouter, à l’anxiété ou, pas. Citons, la dépression, terrible, vraie, pathologie mentale, de tristesse, d’angoisse, d’inhibition, de souffrance morale. Les troubles bipolaires, oscillations permanentes, entre euphorie excessive et, marasme extrême, sont très fatigants, pour le jeune.

 

La psychose adojuvénile : délire inconscient, hallucinatoire, insensé, majeur. La névrose : sentiment, d’écartèlement déchirant, entre réalités contradictoires, dont, le junior, a conscience. Le manque, fort douloureux, obsédant, en cas, de privations, de substances addictives, dont, l’on dépend, de façon habituelle. Des médicaments peuvent, artificiellement, causer, de l’anxiété, au moins, apparente, chez certains jeunes, en coaching de vie. Comme, la codéine et, certains produits, par trop, consommés, comme, les excitants : café/ine et, sodas ou, thé/ine… Certaines maladies ou, affections, peuvent produire, ce qui ressemble, à de l’anxiété. Tomber malade, peut aussi, rendre anxieux. Le corps, du junior, répond, à une menace, en se mettant, en position, de défense, par l’attaque ou, la fuite. Même, s’il peut y avoir, aussi, paralysie. D’un point de vue physique, mental, comportemental. Le cerveau alerte, le système nerveux. Il fait produire, aux glandes surrénales, adrénaline, comme, noradrénaline, dopants hormonaux. Il y a donc, accélération, cardiaque, respiratoire, avec plus, d’oxygène, aux poumons, fort afflux sanguin, aux muscles principaux, pour mieux, faire face. La digestion, du jeune homme, ralentit, pour avoir, plus d’énergie554.

 

Les pupilles androJuvéniles se dilatent, pour mieux voir. Le flux sanguin, des extrémités, du corps, diminue, pour limiter, les pertes, de sang, s’il y a, blessures, le réserver, aux muscles majeurs. La transpiration croît, pour rafraîchir, le corps, le rendre, plus insaisissable, en cas, d’agression. Les muscles se tendent, pour agir. Il y a, concentration mentale, exclusive, sur le danger. De nos jours, les « grands dangers vitaux », étant fort rares, les juniors, en coaching de vie, conservent, malgré tout, ces réflexes, génétiquement programmés. Ce qui peut, le cas échéant, causer ou, souvent, aggraver, des réactions disproportionnées, donc, des troubles, de santé, psychosomatiques. Notamment, d’un point de vue cardiaque, de la tension, respiratoire, digestif, de spasmes ou, des douleurs dorsales et, autres, de migraines, immunitaire. L’anxiété est d’origine génétique, éducative ou, traumatique. La cause, innée ou, acquise, peut être unique, double ou, triple : hérédité, éducation, choc. L’anxiété, de certains ascendants, peut être transmise, à quelques descendants. Il peut y avoir, déficit, en sérotonine, neurotransmetteur bénéfique. Si l’éducation parentale est trop protectrice, étouffante, les jeunes ne peuvent, alors, faire face, à l’anxiété.

 

Car, ils sont trop prémunis, contre tout. Les parents, trop inquisitoriaux, suscitent, aussi, l’anxiété, des adojuniors masculins, en coaching de vie, par excès, de rigidité et, de contrôles. Les parents inconséquents, par leurs exigences, toujours, changeantes, aléatoires, incertaines, déstabilisent, leurs enfants. Ils les inquiètent, par l’insécurité éducative, émotionnelle et, affective, ainsi, induite. La vie moderne étant, plus dure, évolutive, plus, d’aléas mutilants, peuvent frapper, la jeunesse. Des risques, non prévus ni, prédictibles, ce qui inquiète. De même, des défis, responsabilités, contraintes, devoirs, de résultats « supérieurs », même, positifs, peuvent générer, un regain, de stress et, d’anxiété juvéniles. Il en va, de même, d’occurrences difficiles, qui nuisent, à la confiance, en soi. Pire encore, de traumatismes, majeurs et dévastateurs. L’anxieux peut s’en vouloir, du fait, de son anxiété, douloureuse, pour lui, se malmener, lui-même. Cela, ne fait, qu’aggraver, son anxiété. D’où, l’impératif, de s’accepter, ès qualité, se réconcilier, avec soi-même, tout en se battant, pour être, moins anxieux. Pour dominer, l’anxiété, du jeune, il s’agit, de l’examiner, de près, pour en prendre, bien conscience. L’approcher, l’apprivoiser, pour mieux, la vaincre555.

 

La reconnaître, l’affronter, la réduit, alors, que la nier, la fuir, l’aggrave. Cela, permet, aussi, de voir, que l’anxiété juvénile, va et vient, avec, des hauts, des bas, de façon, cyclothymique. Ce qui rassure, par constatation, que la peur, n’est pas continue ni, si intense ou, si fréquente. Ceci, est le premier pas, vers l’action, pour résoudre, le problème. Fait mesurer, les progrès, sur le chemin, du mieux-être. Il convient, aussi, de préciser, par écrit, tous états anxieux. Plus largement, la tenue, d’un journal écrit, quotidien, favorisera, un bon équilibre psychosomatique. Par sorte, d’autothérapie, de catharsis, émotionnelle, intellectuelle, comme, morale, du jeune, en coaching de vie. Il ne s’agit pas, de s’appesantir, exclusivement, sur le négatif, de sa vie, mais, sur le positif, ce qui aide, à lutter, contre l’anxiété, les réalités ou, états d’âme moroses. Relevons, les bons procédés, des autres, à son encontre. Ses études réussies, la chance, de pouvoir, en faire. Le fait, de manger, à sa faim, d’être logé. En bonne santé, en vie. D’éprouver, du plaisir. D’être libre. D’avoir, de quoi vivre. Des amis, loisirs, une formation, du travail, une famille aimante, de l’amour, des valeurs, convictions. Un « corpus, psychique et moral, d’élévation », du garçon  junior.

 

Des passions, aptitudes, qualités juvéniles. La possibilité, de progresser, en l’existence. Le fait, de vivre, en contrées privilégiées, démocratiques. D’être unique. Prendre conscience, de ce qui va bien, en soi, sa vie, aide grandement, à s’épanouir, en dépit, de toutes les duretés, échecs, de l’existence. Bien souvent, ce ne sont pas, les événements et, situations réels, qui troublent, mais, leur interprétation, l’appréhension, des choses. Par les pensées, sentiments, émotions, comportements subjectifs, du jeune homme, en coaching de vie, bien plus négatifs, alarmistes et, anxieux, que les faits objectifs, avérés.

 

Ainsi, à tort, le conjoncturel, émotionnel pessimiste, malfaisant et, contre-productif, l’emporte-t-il, sur le structurel, favorable, optimiste, bénéfique et, constructif. Pour combattre, l’anxiété, il s’agit, d’être, à l’écoute, de ses émotions, plutôt, que les nier, les fuir. Ce qui ne fait, que susciter, qu’aggraver, son stress et, anxiété. L’introspection mentale et, émotionnelle, permet, de mieux, se re/connaître, comprendre, de mieux appréhender, ses émotions, notamment, anxieuses. Il s’agit, de bien cerner, d’identifier, les pensées anxieuses, anxiogènes, du junior, pour bien comprendre et, maîtriser, tout leur sens, pour soi-même556.

 

Ainsi, mieux pouvoir, lutter, contre, l’anxiété androJuvénile. Ce qui cause, l’anxiété, n’est, pas tant, le déclencheur factuel, de la crainte, du malaise, que la pensée inquiète, subséquente, qui est plus anxiogène, encore. Pour aller mieux, en toute sérénité, contrôler, pensées, émotions et, comportements anxiogènes, est d’un fort grand secours. Il convient alors, de les inventorier, en notant, leur intensité, de zéro, à cent. Pour combattre, les pensées, d’anxiété, il est possible et, bénéfique, de bien, les analyser et, juger, objectivement. Ainsi, le jeune, en coaching de vie, prend conscience, qu’elles sont, généralement, totalement, excessives, non fondées, non avérées. Il peut, aussi, entrevoir, les probabilités, qu’il exagère, que ses pensées catastrophistes, se réalisent. Le plus souvent, il s’aperçoit, qu’il a bien peu, de chances, de connaître, en réalité, ce qui l’effraie, tant. Puis, il peut envisager, sa capacité, fort sous-estimée, à vaincre, le pire, s’il venait, à exister. Là encore, bien souvent, le junior se rend compte, qu’il est parfaitement, « armé », pour faire face, à la plupart, des situations, difficultés, les plus probables, de son existence. Il possède, le plus souvent, en lui, tous les ferments adéquats, nécessaires, pour s’accomplir, au mieux.

 

Car, il y a, toujours, des solutions et, alternatives, à tout problème, même, les pires. En se focalisant, sur le « remède », non, la difficulté, il y a plus, de chances, de s’en sortir et, d’être serein, plutôt, qu’anxieux. S’il n’y a, vraiment pas, de solutions possibles, c’est généralement, qu’il n’y a, alors, pas, de réel problème ! Que l’on se le dise ! Même, sans solution-s et, sans espoir, cela, est difficile, mais, le jeune masculin, en coaching de vie, peut, malgré tout, « vivre ». Même, bien et, serein, s’il sait, s’autoconditionner, autosuggestionner, de façon, positive. En cas, de coup dur, de pensées anxieuses, afférentes, il est possible, de se conseiller, soi-même, comme, le ferait, un bon ami. Afin, de trouver, la meilleure solution, pragmatique, « s’en sortir et, rester zen ». Les pensées négatives juvéniles, peuvent être contrebalancées, par leur équivalent positif, en solutions, de remplacement et, de raison, en précisant, le tout, par écrit. De façon, réaliste, progressive et, pragmatique, mais, hardie, confiante, des plus résolues. Les convictions sont des certitudes, qui guident, rassurent et, « simplifient la vie ». Or, elles sont, pour certaines, très erronées. Voire, distordues, ce qui peut nuire, à la longue, si le junior, n’y prend, suffisamment, garde557.

 

Cela, se produit, quand, les convictions sont, de façon, non fondée, alarmistes, catastrophistes et, défaitistes. Ce qui perturbe et, conduit, à reproduire, de façon, très dommageable, ce que le jeune, en coaching de vie, craint, à tort. Assurément, à susciter, en lui, anxiété, inquiétude, mal-être. De façon, inconsciente. Ces pensées angoissantes revêtent, cinq formes possibles. Le perfectionnisme, qui fait penser, à tort, que la seule voie, de salut, est l’impeccabilité, le refus, du droit, à l’erreur. L’approbation, par doute, de soi, est une obsession, de l’image, que l’on projette, de l’opinion, d’autrui, sur soi. En une volonté excessive, du garçon  junior, de toujours, bénéficier, d’aval, de quitus, extérieurs, par refus, d’être contesté, admonesté.

 

Le sentiment, d’insécurité et, vulnérabilité, qui angoisse, le jeune, en coaching de vie, par pessimisme, certitude, du pire. Crée, un délétère mécanisme, d’autoprotection, de défensive, permanent. En système d’alerte, de « qui-vive », des plus stressants. La volonté, de maîtrise universelle, par défiance, généralisée, systématique, empoisonne, l’existence, par l’énorme pression, auto imposée, ainsi, créée. À l’inverse, le syndrome androJuvénile, de dépendance, d’incapacité, à l’autonomie, à la souveraineté, est une persuasion, d’incompétence personnelle, à s’en sortir, seul. Ce préjugé, hautement préjudiciable, dirigé, contre soi-même, est redoutable.

 

Ce qui mène, le junior, en coaching de vie, à, toujours, solliciter, le concours, d’autrui. En nocivité, car, cela, revient, à se livrer, au bon vouloir extérieur, aux manipulations, mauvaises intentions, malfaisances. À abdiquer, toute liberté. Tous ces symptômes, réunis ou, séparés, font, que rien, de positif, ne sera donc, retenu. Que seul, le négatif, réel ou, supposé, aussi, minime, soit-il, même, noyé, en une majorité, de réalités favorables, sera mis, en exergue, capté. Ce qui ne fera, que créer, entretenir, aggraver, stress, anxiété, malaise juvéniles. Tel, l’art, de se tourmenter, pour rien ou, « presque rien ». En vertu, du fait que : « L’Homme est malheureux, parce qu’il ne sait pas, qu’il est heureux ». (F. Dostoïevski, écrivain russe, 1821-1881, Les Démons, œuvre littéraire, Russie, 1871-1872)558. Par ses conceptions, fort « torturées », il est bien souvent, l’artisan diabolique, de ses propres « marasmes, avanies ». Les convictions, non fondées, seront disséquées. Pour s’assurer et, pour chacune, d’elles, si les inconvénients, l’emportent, sur les avantages ou, les avantages, sur les inconvénients. Si la certitude entretenue, se révèle, en réalité, propice, le jeune homme la conservera. Si elle s’avère, défavorable, il en changera !

 

Le plus souvent, les pensées anxieuses, du junior masculin, en coaching de vie, ne font, que mener, aux réalités inverses, que celles, initialement, désirées. Qu’engendrer, encore plus, d’angoisses, comme, de stress. Les certitudes inquiètes sont, le plus souvent, bien plus maléfiques, que bienfaisantes. D’où, l’intérêt, de leur substituer, une vision, plus apaisée et, sereine, pertinente et, idoine. Car, bien plus adaptée, aux réalités tangibles, à ses intérêts, bien compris. En véritables remaniement et, reconfiguration mentaux, émotionnels, comportementaux. Selon, l’excellent adage : « L’on ne supprime, véritablement, que ce que l’on remplace » !

 

Le jeune perfectionniste apprendra, que la perfection, n’est pas, de ce monde, que se tromper, commettre, des erreurs, échouer, avoir, failles et défauts, n’est pas déchoir. L’on apprend, progresse, aussi, en l’ombre ! La lumière n’étant appréciable, que comparativement, aux ténèbres. Le dépendant saura, que nul, ne peut être gratifié ni, loué, adulé ou, compris, soutenu, aidé ni, approuvé, de tous et, de tout temps. Il abandonnera, sa « compulsion, à plaire ». Il fera passer, ses propres besoins et, intérêts, avant, ceux, des autres. Ce qui est normal, légitime, sain, indispensable, à l’équilibre juvénile.

 

Il tiendra compte, de ses opinions, croyances, plutôt, que de celles, d’autrui. Il rejettera fort, sans états d’âme, les attaques imaginaires. Ils sera imperméable, à l’opinion, des autres, sur lui, très indifférent, à l’image, qu’il projette. La valeur, de chacun, ne dépend, que de sa propre personne, foi, en soi et, ses vertus, jamais, d’autrui. Chacun, se suffit, à lui-même et, n’existe, que par lui-même, en toute souveraineté. Les jeunes, en coaching de vie, qui se considèrent, comme, en insécurité, vulnérables, faibles, inférieurs, victimes, impuissants, passifs, incapables, soumis, changeront, leur conception toxique et, non fondée.

 

Ils se considéreront, désormais, comme, en sécurité, solides, forts, supérieurs, maîtres, d’eux-mêmes, agissants, acteurs, capables, libres. Si l’on ne peut prévenir, tous les risques, dangers, ennuis, l’on peut, du moins, le plus souvent, les affronter, surmonter. Les garçons  juniors, qui veulent, toujours, tout maîtriser, dominer, accepteront, de faire confiance, déléguer, lâcher prise. Ainsi, que l’idée, que nul, ne saurait, prétendre, être, le « centre, de l’univers », toujours, en tout. Ceux, qui se subordonnent, toujours, aux autres, se convaincront, qu’ils peuvent, « se prendre, en main ». Trouver, leur souveraineté juvénile559.

 

Se débrouiller, seuls, pour l’essentiel. Qu’ils peuvent, s’éclairer, eux-mêmes, décider, seuls. Cultiver, à bon escient, une solitude tempérée, de ressourcements intérieurs. Sans se couper, d’autrui ni, en permanence, avoir besoin, de lui, de manière, compulsive, abusive. De façon, générale, que le jeune homme, en coaching de vie, soit indulgent, avec lui-même, tout en étant, ferme, raisonnablement, exigeant, à son égard. Autrui a pu, lui nuire, lui, aussi. Or, tous, ont l’extraordinaire faculté, de s’auto réparer, régénérer, de se faire, du bien, de l’intérieur, par soi-même. Cela, passe, par des pensées, émotions, comportements juvéniles, positifs et, sereins, meilleurs « antidotes », contre, l’anxiété, le stress, comme, le marasme. Par autoconditionnement et, autosuggestion cognitifs, émotionnels, d’actes, d’attitudes bienveillants, bienfaisants, favorables, constructifs. À son encontre, celui, des autres, de la vie. De même, que le junior prendra, généralement, garde, à ne pas user, de termes excessifs, à l’égard, d’autrui, il se doit, de faire, de même, à son propos. De fait, les mots abusifs, dont, il fait usage, contre lui-même, ne peuvent, que lui nuire. Qui, s’accable, sans cesse, à tout propos, ne peut, qu’être moralement, abattu, effondré.

 

Par la charge androJuvénile anxiogène, négative, autodépréciatrice, d’apitoiement, sur soi, d’auto abaissement, que cela, implique. Ces termes seront, de quatre types. Excessifs, alarmistes. Dichotomiques : « tout ou, rien ». Comminatoires et, de condamnation. D’infériorisation, de déchéance. Les termes catastrophistes, ne peuvent, qu’aggraver, le ressenti douloureux, des situations vécues, du junior, en coaching de vie. Il s’agit, de modérer, son « discours intérieur », pour relativiser, se distancier, s’apaiser. Rappelons-nous, l’histoire, du petit berger, attribuée, à Ésope, qui crie, au loup, car, il s’ennuie, en gardant, ses bêtes. De bonnes âmes accourent, alors, à plusieurs reprises, à son secours, pour rien.

 

Or, la dernière fois, lassées, elles ne se donnent plus, la peine, de se déranger, en vain. Sans coup férir, le loup est, bel et bien, venu, à l’attaque, pour le plus grand malheur, du jeune berger, dévoré, tout cru. (Ésope, écrivain grec, VIIe-VIe s. av. J.-C., Le Berger mauvais plaisant / Le Garçon qui criait au loup, Fables, Grèce, VIe s. av. J.-C.)560. Moralité, « hurler, au malheur, tel, un coyote, à la lune », de façon, abusive, finit, toujours, par se retourner, contre, les faux prophètes, de catastrophes. La dichotomie simpliste, du jeune, est une illusion mystificatrice, fort nocive. Elle forge une vie, « en noir et blanc », en laquelle, les forces, du Mal, affrontent, celles, du Bien.

 

L’existence est plus complexe, nuancée, que cela. En outre, ceci, ne fait, que créer, négativité et malaise. Alors, que le junior masculin, en coaching de vie, sache nuancer, temporiser, espérer, car, le pire, n’est jamais, sûr ! Tout, est toujours, possible, surtout, le meilleur ! Se condamner, se maudire, sans cesse, soi-même, avec les mots, les plus durs, impitoyables, est contre-productif, car, cela, enferme, étouffe et, décourage. Par un caractère définitif et, sans appel. Source, d’angoisses ! Or, les réalités, les plus affreuses, ne sont, généralement, que provisoires. Il s’agit, de se pénétrer, de l’idée, que tout change, peut s’améliorer. À condition, d’espérer, de penser, positivement, ce qui permet, au jeune, d’être motivé, à se battre, pour avancer. Les termes, de victimisation, de paralysie, détruisent, l’équilibre psychique, angoissent, profondément. De fait, ils dépriment, par total manque, d’espérance, ce qui dissuade, de toute action, pour résoudre, les problèmes, progresser, s’épanouir, en plénitude. Ce qui ne fait, qu’aggraver, anxiété, blocages et, échecs, donc, marasme. Ce qui est malsain, pervers, voire, manipulateur. Il convient, de rejeter, cette illusion juvénile, si délétère, pour se considérer, tel acteur, de sa vie, sans jamais, la subir.

 

Pour agir, avec résolution, détermination, force et, en l’intérêt, du garçon  junior, en coaching de vie. Par des pensées, émotions, qualificatifs, plus positifs, réalistes, charitables, à son encontre. Car, si une victime, de soi-même, est un faible, qui se laisse aller, un « faiseur, de son existence » est un meneur fort, entreprenant et, dynamique. Qui s’élève, moralement, se grandit, ainsi. Que l’on « vive, donc, ses rêves, plutôt, que de rêver, sa vie » ! Globalement, alors, tous les mots anxiogènes, seront répertoriés et, remplacés, par des termes, plus positifs, réalistes, appropriés, modérés, équilibrés, fort sereins.

 

Qu’il ne soit pas, confondu, sa personne juvénile, elle-même, et, l’acte précis, unique, commis, par soi, que l’on incrimine. Que soit jugée, avec discernement, l’action, jamais, la personne, qui, en tant, que telle, est respectable, valeureuse. Ce ne sont, que les actes mauvais, qui peuvent, ne pas l’être. L’inconvénient, de se condamner, soi-même, est que, ce dont, l’on est si certain, qui n’est pas encore, avéré, finisse, par l’être, en se réalisant. Par autosuggestion négative, prophétie, prédiction, toxiques autoréalisatrices. La meilleure tactique, pour vaincre, l’anxiété supportable, du jeune, est de s’exposer, à ce qui la cause561.

 

Par étapes, progressives et systématiques, du junior, en coaching de vie. Il s’agit, au préalable, de se relaxer. Notamment, par des exercices, de respiration addominale, avec inspiration lente, par le nez, attente, puis, expiration lente, par la bouche. Ce, plusieurs fois. L’on peut, aussi, contracter, détendre, les groupes musculaires. Puis, isoler, sa peur, son anxiété, en identifier, les aspects. Noter, l’intensité, de chacun, d’entre eux, de zéro, à cent. Envisager, en « pure imagination », le pire. Puis, recommencer, ce cycle, d’ « exposition-habituation », or, cette fois, sur le terrain, en la vie réelle, pas à pas. Ayant, au préalable, décomposé, toutes les facettes successives, de ce qui cause, son anxiété.

 

Par exemple, pour un jeune homme, phobique social, de l’idée, de partir, de chez soi, au retour, à la maison. En passant, par la sortie, dans la rue, le trajet, en transports, en commun et, l’arrivée, à une destination, pleine, de monde. Le parcours, en la foule dense, les achats, en magasins bondés… Progressivement, commençant, par affronter, ce qui inquiète, le moins. Pour finir, par ce qui alarme, le plus. Passant, par toutes les gradations, progressives, intermédiaires. Pour être, moins anxieux, plus serein, il conviendra, de vivre, de façon, moins compliquée, plus simple. Débutant, par déterminer, ses priorités adojuvéniles, existentielles.

 

Par importance décroissante. En matière, de valeurs, de préférences, d’actions, d’activités, d’occupations, de statut, de possessions. Réussites, résultats acquis, qualités, gratifications, satisfactions… Ensuite, le jeune masculin, en coaching de vie, comparera, ses priorités et, ce qui fait, sa vie réelle. S’il y a, un différentiel, il fera, des choix, d’urgence, se donnera, des buts, bien précis, concrets, comme, bien circonscrits, réalisables. Simplifiant, restructurant et, élaguant. N’hésitant pas, à gagner, du temps, par exemple, déléguant, un maximum, de tâches, que d’autres, peuvent faire, à sa place. Concernant, ce que le junior fait, lui-même, il est toujours, possible, de rationaliser, les choses. Pour avancer, plus vite, ainsi, dégager, bien plus, de temps, disponible. Il s’agit, aussi, d’apprendre, à ne pas tout, accepter, à refuser, « tout ce qui doit l’être ». Pour défendre, ses droits et, affirmer, tous ses besoins. Éviter, les abus, d’autrui et, les manipulations. Ce qui est excellent, pour combattre, l’anxiété. Redisons fort, encore, ici, à quel point, l’activité physique, sportive, régulière et suffisante, est si bonne, pour la santé psychosomatique, des jeunes562.

 

En particulier, pour combattre, l’anxiété juvénile. Alors, l’adrénaline, en excès, disparaît, de l’organisme, cela, diminue, l’anxiété, au lieu, de l’augmenter. L’endorphine est plus abondante, de façon, bénéfique, en tant, qu’antidouleur, euphorisant bienfaiteur. Les tensions musculaires diminuent, ainsi, que les frustrations, nervosités. Le mauvais cholestérol est réduit, ainsi, que la tension artérielle, les douleurs chroniques et, les états dépressifs. Les risques, de certains cancers, baissent et, ceux, du diabète, d’atteintes cardiovasculaires, neurodégénératives.

 

Le sport favorise, équilibre, endurance, dynamisme, souplesse, immunité, bon cholestérol, santé pulmonaire, intellect, plénitude. Que le jeune, en coaching de vie, n’oublie pas, la marche, la montée, d’escaliers. L’activité physique doit faire envie, plaisir, pour être bénéfique. Les exercices cardiovasculaires sont les meilleurs, pour bien lutter, contre l’anxiété. Avec bonnes oxygénations, permettant, de renforcer, le cœur, les poumons. Limiter, la tension artérielle, le mauvais cholestérol et, de favoriser, le bon, le tonus et, la résistance corporels et, psychiques. Les grands muscles sont aussi, sollicités. Ce qui est bénéfique, pour tout l’organisme, du garçon junior, en mouvement tonique.

 

Citons, le basket, le cyclisme, la course, à pied, l’aviron, le tennis et, le patinage, la marche rapide, la natation. La musculation juvénile est bénéfique. De même, que le yoga. Rappelons, aussi, l’impératif juvénile, d’un bon sommeil, quotidien, réparateur, pour être, en bonne santé psychosomatique. Le mauvais sommeil, peut rendre anxieux, l’anxiété peut nuire, à la qualité, du sommeil. Les bonnes conditions, du sommeil, incluent, l’obscurité, la fraîcheur, la tranquillité, un matelas confortable, en bon état, à soutien ferme. L’obscurité incite, le cerveau, à produire, de la mélatonine, hormone, favorisant, le sommeil.

 

Le sommeil, du junior, en coaching de vie, renouvelle, régénère, les forces physiques, psychiques. Huit, à neuf heures, par nuit, pour les adojeunes, s’imposent. Le temps précédant, le sommeil, sera, toujours, relaxant, paisible. Sans, activité physique ou, intellectuelle. L’idéal est de, toujours, se coucher, lever, à la même heure et, de préférence, tôt. Pas d’excitants, d’alcool, de tabac, drogues, repas excessifs ou, de privation alimentaire, de faim, avant, de dormir. Éviter, de dormir, dans la journée. La relaxation, du jeune homme, sera un excellent antianxiogène, qui permet, d’évacuer, le stress physique, psychique, accumulé563.

 

L’anxiété, du junior, en coaching de vie, favorise, la mauvaise respiration, rapide, superficielle. En hyperventilation. Cela nuit, à la santé psychosomatique, par manque, d’oxygène, excès, de dioxyde, de carbone, dans le sang. Aggrave, encore plus, le stress et, l’anxiété, par panique, de façon, récurrente. Bien respirer est donc, un excellent vecteur, antianxiété. La bonne respiration est abdominale et, non, thoracique, pulmonaire. La relaxation tue, l’anxiété, comme, l’anxiété empêche, toute détente. Bien respirer, est aussi, bénéfique, pour le système cardiovasculaire, cérébral et, la circulation sanguine, la pression artérielle, l’acuité intellectuelle androJuvéniles.

 

Il s’agit, de respirer, avec, le diaphragme, muscle situé, entre l’abdomen et, les poumons. La relaxation musculaire progressive, de Jacobson, fait contracter, successivement, tous les différents muscles, puis, les relâcher. Ce qui fait passer, de la tension, à la détente. Améliore, la santé psychosomatique, lutte, contre l’anxiété. Le training autogène, de Schultz, signifie, exercice, de relaxation, effectué, de façon, intérieure. Il diminue, le stress, l’anxiété, par autohypnose et, autosuggestion, très positives et, apaisantes. Par passivité totale et, complet, lâcher-prise, bienfaisants, du jeune.

 

Il s’agit, de s’allonger, yeux fermés, au calme, sans pensées autres, que celles, qui concernent, directement, l’exercice, en concentration. Le junior masculin, en coaching de vie, passe, en revue, toutes les parties, du corps, en pensant, qu’elles sont, très lourdes, donc, incapables, de bouger. Puis, il pense, que tous les membres et, organes sont, outre, que pesants, très chauds. Il pense aussi, que son cœur bat, « de la façon, la plus paisible, qui soit ». Que sa respiration, n’a jamais été, aussi facile, bienfaisante ou, si complète. Toutes ces techniques sont bonnes, pour lutter, contre les états majeurs, de stress, d’anxiété. La musique adoucit, dit-on, les mœurs. Elle relaxe et, combat, l’anxiété, du jeune, aussi. Il existe même, une musicothérapie. En optant, pour une musique, des sons naturels, comme, le ressac marin, qui « parlent », plaisent ou, correspondent, pour un effet maximal, de plaisir, d’anti-anxiété. Des odeurs, qui conviennent, détendent, aussi, en véritable, aromathérapie. Odeurs alimentaires, parfums, huiles essentielles… Les massages, bains, à remous, sont gages, de détentes, anti-anxiété. Le toucher ou, taction est bon, pour la santé psychosomatique juvénile. Cela, a toujours, été, scientifiquement, mis, en évidence564.

 

Les bébés câlinés, caressés, dorlotés, sont en meilleure santé, psychique et physique, que ceux, qui ne le sont pas. Cela, a été mis, en évidence. De même, que les images négatives, inquiétantes, augmentent, l’anxiété, du garçon  junior, en coaching de vie, des images positives et, apaisantes, pourront, la diminuer. Engendrer, plus, de sérénité, d’optimisme, de calme. En sollicitant, tous les cinq sens. En particulier, ceux, qui correspondent, le plus, « à soi ». Certains, sont visuels, auditifs, sensibles, à la taction ou, kinesthésiques, d’autres, ont un odorat développé ou, une perception, des goûts, affinée. D’où, l’intérêt adojuvénile, de pratiquer, une visualisation guidée, relaxante, confortablement, allongé, les yeux fermés. L’impression, de toucher, peut être, d’imaginer, les bienfaits, d’un bon bain chaud. Le jeune pourra se figurer, des sons naturels, musiques, fort agréables, pour lui. Faisant, comme, s’il humait, des senteurs extraordinaires, très plaisantes, pour lui, notamment, celles, de la nature. S’imaginant, déguster, ses plats, douceurs, favoris. Avec, fort délicate, imprégnation », au cœur, de ses papilles gustatives. En puissant tourbillon, salé, sucré, amer ou, aigre. Selon, les divers nutriments, bucalement, ingérés, par l’adojunior.

 

Puis, le jeune homme, en coaching de vie, pourra, entrevoir, un splendide paysage naturel, s’en représenter, toutes les nuances, de couleurs chatoyantes, les détails visuels enchanteurs. Couleurs, formes, textures, positionnements, proportions. La « visualisation » la meilleure, fait appel, à tous les sens. Par exemple, une scène agréable, dans la nature. Avec, la douce caresse, du vent, du soleil, sur sa peau. La vue magnifique, du milieu naturel, environnant. Les senteurs magiques, de la mer, la montagne ou, la campagne. La magie, des sons naturels, des animaux, végétaux, minéraux, de l’eau, qui coule ou, déferle. Puis, le goût, la sensation, délicieux, d’un liquide, qui désaltère, le junior ou, d’un met, qui le rassasie et, re/dynamise, après, l’effort. Pour couronner, le tout, l’ensemble, du corps et, de l’esprit exultent et, se détendent, de façon, apaisante, complète, générale ! La meilleure façon, de maîtriser, l’anxiété, est d’apprendre, à respirer, pleinement, lentement, calmement. Se confier, à des proches, de confiance, en soutien psychoaffectif, est aussi, d’un fort grand secours. Rien, de tel, que l’activité physique, sportive adojuvénile, pour détruire, l’adrénaline, cause, produit, de l’anxiété, intoxiquant alors, hautement, l’organisme565.

 

Notamment, les exercices cardiovasculaires. Que le junior, en coaching de vie, détende, relaxe, son corps. Rie, car, cela, détend, tout l’organisme, fait mieux respirer, fait travailler, le diaphragme. Casse, ses modes, de penser, anxiogènes. Qu’il en trouve, les justifications, fondements, avérés. Le plus souvent, en raisonnant, il s’aperçoit, que ses pensées, si négatives, n’ont aucun lien, avec la réalité, bien moins alarmiste, quant à elle. Il n’y a plus, alors, ensuite, qu’à trouver, des pensées alternatives, plus pragmatiques, comme, apaisées. Pour des idées, émotions, comportements, résultats androJuvéniles, plus positifs, adaptés, réussis. Sans oublier, les musiques harmonieuses, qui calment, font envisager, la vie, de façon, plus riante et, belle. Pensant aussi, aux activités ludiques, récréatives et, distrayantes. L’amour est aussi, un bon antistress. Comme, vivre, au présent, dans la sérénité, plutôt, que dans l’avenir, avec inquiétude ou, regret, dans le passé. Affrontant, ses peurs, anxiétés, au lieu, de les fuir, éviter, sans cesse. Ce qui ne fait, que les aviver ! Inutile, aussi, de geindre, s’apitoyer, sur soi, passivement, de façon, inerte, victimaire. Que chaque jeune, soit positif, agisse, sans détour, fonce, en l’existence, de toute sa fougue.

 

Qu’il y « croque, à pleines dents » adojuvéniles. Ne compte, sur personne, pour se rassurer, faire assister, à sa place. Qu’il se prenne, en main, fasse face, assume, dépasse, ses blocages, sa personne, même. N’attende, nulle, « rédemption » subite, miraculeuse, surnaturelle, venant, tout régler, pour lui, à sa place. N’est-il, pas dit : « Aide-toi, le Ciel, t’aidera ! » ? (J. de la Fontaine, poète français, 1621-1695, Le Chartier embourbé, Fables, livre sixième, Ier recueil, France, 1668). L’espérance, est tout autre chose, car elle se nourrit, avant tout, d’action résolue et, déterminée, du junior masculin, en coaching de vie. En la paix, la foi, en soi, autrui, la vie et, sa destinée propre, quoi, qu’il arrive ! Les addictions, dépendances, fuites, en avant, sans fin ni, solution, sont à bannir. Cela, ne tue pas, l’anxiété, mais, la crée, l’entretient, l’aggrave, considérablement.

 

L’anxiété se maîtrise fort, en douceur, sans obsession ni, fixation, sur la durée, en sérénité. Contre, l’anxiété courante, supportable, que le jeune, en coaching de vie, évite, également, au maximum, les médicaments, autant, que faire, ce peut. Cela, est une solution, de facilité, qui ne fait, que masquer, les choses, mais, ne résout rien, sur le long terme, définitivement. Avec, en outre, souvent, de très mauvais effets secondaires, de la dépendance. Abdiquer, sa liberté, en camisole chimique, est délétère, évitable, en l’espèce566. Que le garçon  junior préfère, plutôt, un travail efficace, sur soi, avec ou, sans aide, d’un spécialiste. Il en va, évidemment, tout autrement, des pathologies graves, comme, la dépression, l’angoisse intense, chronique, handicapante. Lesquelles, requièrent, alors, thérapies médicamenteuses et, psychiques spécifiques, adaptées, avec les spécialistes adéquats. (André, Elliot, Smith, 2004)567.

 

__________________________________

Depuis, les tout premiers vivants, hominidés, l’ingéniosité humaine, n’a point, de bornes. Ainsi, lors, du creusement, du métro parisien, au début, du vingtième siècle. Puisqu’il fallait passer, sous le lit, de la Seine, que le sol y était, alors, bien trop meuble, l’on eut l’idée, de congeler, la terre poreuse, humide, pour ouvrir, la voie ! Avec, une saumure, de chlorure, de calcium, à moins, vingt-quatre degrés Celsius. C’est, cette aptitude, à l’innovation, l’intelligence, la hardiesse, l’inventivité, qui doit être enseignée, à notre jeunesse. Pour son avenir propre, comme, pour la prospérité, de son pays. À ce sujet, le jeune homme, en coaching de vie, va, trop souvent, « au bout, du monde », chercher, son « trésor » créatif.

 

Alors, qu’il réside, bel et bien, en lui, au plus profond, de lui-même. Aux adultes éducateurs, de l’aider, à trouver et, puiser, en son tréfonds, cette richesse, d’intelligence. Puis, à bien, la développer, mettre en œuvre et, à bon escient, « pour le meilleur, sans le pire » ! Ainsi, le jeune héros, d’Hergé, Tintin, accompagné, de son acolyte, le capitaine Haddock, partait-il, à la recherche, de joyaux. Sur une lointaine île exotique, où, ils étaient censés, se situer. Alors, qu’en réalité, ils se trouvaient, à leur point, de départ, le château de Moulinsart !

(Hergé, dessinateur et, scénariste, de bd, belge, 1907-1983, Les Aventures de Tintin, Le Secret de La Licorne / Le Trésor de Rackham le Rouge, albums, de bande dessinée, Belgique, 1943/1944).

 

Il y a, déjà, une bonne trentaine d’années, M. T. Maschino, enseignant, à une époque, stigmatisait, une certaine désaffection, des juniors, pour leurs études. Une « crétinisation, des masses adojuvéniles et, leur nullité, intellectuelle et morale, croissante ». Que dirait, aujourd’hui, notre ancien professeur ! Il serait, bien plus, « horrifié », encore, en notre décennie 2020 ! Depuis, le début, des années 1980, de fait, cela, évolue, « de mal, en pis ». Le nombre, de bacheliers, a, certes, presque, triplé, depuis. L’enseignement supérieur s’est massifié. Plus, de jeunes, se forment plus, c’est fort heureux. Toutefois, le « qualitatif », l’a cédé, toujours plus, au « quantitatif ». La « démographisation », des études, l’emporte, désormais, nettement, sur leur démocratisation, réelle. Que valent, véritablement, une formation, un diplôme, s’ils n’impliquent, ni qualité, ni compétence, ni nulle aptitude, réelles ? Il ne s’agit, donc-là, que d’une « vaste farce », une horrible duperie, dont, la jeunesse, est la toute première victime. Si l’école devient, ainsi… une « usine, à chômeurs » !

(M. T. Maschino, écrivain français contemporain, 1992)568.

 

__________________________________

 

 

Entretenir, la vaillance, du jeune homme, en plein esprit antistress

 

Le monde moderne suscite, chez l’individu, notamment, adojeune, en coaching de vie, plus, de stress, qu’en les temps antérieurs. Car il doit, s’adapter, en permanence, à des changements, de plus en plus, répétés et, sur des durées, de plus en plus, réduites. D’où, sentiment douloureux, de perte, de contrôle, sur sa propre existence, qui semble, ainsi, totalement, lui échapper. De plus en plus, d’imprévisibilité, d’instabilité, d’inconfort, d’insécurité, de vulnérabilité, d’incertitude. D’où, fortes anxiétés, peurs, impressions, de dangers permanents, d’impuissances, d’ « obsolescences » accélérées.

 

Pour tout individu, notamment, junior, le stress provient, tout d’abord, des études, de l’emploi professionnel. En matière, de pressions, surcharges horaires, comme, de durées, de transports, excessives. Tâches trop lourdes, inintéressantes ou, inadaptées, d’objectifs et, de délais impartis, abusifs, d’encadrement enseignant, managérial, trop rigide. D’ambiance, de travail, mauvaise, de condisciples, de collègues, hostiles, de manque, de maîtrise, sur les tâches, décisions. Cela, aboutit, à des troubles androJuvéniles, physiques, psychiques.

 

Les filles sont encore plus, touchées, que les garçons, du fait, de discriminations, harcèlements, d’obstacles iniques. Qui les défavorisent, trop indûment encore, ce, par rapport, à leurs pairs masculins. Il y a aussi, le stress, de la vie familiale, des relations, aux congénères, de même âge. Le jeune, en coaching de vie, est soumis, à de multiples obligations pratiques, qu’il vive, en famille ou, seul. Il en va, de même, à l’égard, de ses pairs. Dont, il doit subir de fortes pressions, de mimétisme, conformisme, d’intégration, de loyauté, de prestance et, de performance… En bref, de plus en plus, de tâches, à accomplir, de moins en moins, de temps, pour le faire. D’où, implosions ou, explosions, physiques, psychiques, de plus en plus, fréquentes. Moins, de sommeil, de repos, de détente, de loisirs, même, contrairement, aux apparences. Une jeunesse, qui manque, de sommeil, qui est fatiguée et, de moins en moins, sereine, détendue, équilibrée. Le temps, des loisirs, est plus faible, morcelé, de nos jours, qu’il y a, un demi-siècle, contrairement, à ce que l’on pourrait croire. De fait, la vie, du junior moderne, est bien plus, occupée, trépidante569.

 

Les deux parents travaillent, sont même, séparés, dans près, de la moitié, des familles. Ce qui ne fait, qu’ajouter, au stress aigu, des adojeunes, en coaching de vie, de plus en plus, concernés. Les familles monoparentales, recomposées, sont souvent, source, d’anxiété, de mal-être, pour les garçons  juniors. Qui souffrent, de ruptures, solitudes, mises à distance, d’un sentiment lourd, d’abandonnisme. Il y a déjà, un certain temps, lors, d’une émission, de télévision, un personnage public, connu, était tout satisfait, de lui. De dire, qu’à toutes vacances scolaires, il envoyait, chacun, de ses nombreux enfants, voir, leur mère respective, aucun, n’ayant, la même. Se vantant, même, que cela, se passait toujours, très bien, que tout donc, allait, pour le mieux, dans le meilleur, des mondes possibles, pour sa juvénile progéniture. Ce, à quoi, un « psy », présent, sur le plateau, avait, à juste titre, répondu, que ce monsieur, prenait, sans doute, ses désirs, pour des réalités ! À la maison, les jeunes filles, en font, toujours plus, en matière, de tâches domestiques, que les garçons. En vertu, d’une « loi non écrite », pourtant, périmée et, fort injuste, voulant, qu’il ne s’agisse, que de subalternes devoirs, purement, féminins. Des plus ingrats, prosaïques, contingents !

 

Les nobles responsabilités supérieures, plus viriles, revenant, derechef, par essence, aux jeunes mâles. Ce qui fait, que les filles ont, encore plus, à faire, que les garçons, sont, alors, d’autant, plus stressées, qu’eux ! En outre, la vie est, de plus en plus, chère. Il faut, de plus en plus, d’argent, pour obtenir, de moins en moins, de choses, en échange. Il y a, de plus en plus, de besoins, légitimes et excessifs, de postes, de dépenses, donc, moins d’argent, disponible, en fins, de mois. Ce qui ajoute, en matière, de grand stress. D’autant plus, que les individus, juniors, en coaching de vie, notamment, évaluent, de plus en plus, leur valeur personnelle, chaque chose, à l’aune, de la seule, mesure financière.

 

Ce qui amène, à l’autodépréciation, de bien, d’entre eux. Or, la pleine aisance matérielle et, la prospérité monétaire, sont données, à, de moins en moins, d’humains. Même, en pays, les plus riches, par les temps, qui courent. Les exigences technologiques, leur sophistication, leur coût, évolutivité fulgurante, ne font, qu’imposer, encore et toujours, un peu plus : adaptabilité, capacités, moyens. Même, pour les jeunes. Tous, ne peuvent s’offrir, sans cesse, le dernier cri, des équipements, peuvent, alors, en être marginalisés, voire, rejetés570.

 

Sans compter, toutes les nuisances, petites, moyennes, grandes, du quotidien. Qui finissent, par récurrence, démultiplication croissante, concomitante, par saper, le moral et, la sérénité, même, des juniors, en coaching de vie, les plus endurcis, zen. En outre, les exigences croissantes, en matière, de performances, compétences, gratifications et, satiété ou, d’excellence, en tous domaines, ne peuvent, que frustrer, stresser, le jeune homme. Car, la « perfection » n’est pas, de ce monde ni, le « plein contentement », de surcroît. Il pense, qu’il sera heureux, en étant comblé. Or, la vraie définition, du « bonheur », est tout autre, même, inverse. L’excès, d’attentes, tous azimuts, tue, au sens figuré, comme, propre. « Tout, tout de suite », est impossible. Pour l’ignorer, l’éluder, la jeunesse s’étiole, se prive, d’un épanouissement, pourtant, à sa portée. Pour peu, qu’elle veuille bien, s’en saisir, à peu, de frais, que les adultes, l’y encouragent. Le stress adojuvénile obère, la santé physique, comme, psychique, des troubles, les plus bénins, aux maladies, les plus graves. « Soit, comme, facteur déclencheur, soit, comme, vecteur aggravant ». Tels, les troubles cardiovasculaires, cancéreux, neurodégénératifs ou, même, liés, au Sida-Vih.

 

Le stress, du jeune, en coaching de vie, affecte, les muscles, en contractions, tensions. Avec atteinte, des nerfs, vaisseaux, peau, os. Douleurs, de tête, d’estomac, de dos. Le stress nuit, au système gastro-intestinal. Au système immunitaire. Le stress limite aussi, la résistance, aux refroidissements. Il affecte aussi, la sexualité. Le bon stress ou, eustress, peut être bénéfique, s’il est source, de motivation, de plaisir, d’encouragement, de réussite. De façon, stimulante et, tempérée. C’est lui, par exemple, qui permet, de relever, un défi, de gagner, une épreuve. Or, en revanche, le mauvais stress androJuvénile ou, distress, est nocif, car, vecteur, d’abattement, d’accablement, de dégoût, de découragement, comme, d’échec. Sur le mode répulsif, bloquant et, massif. Ainsi, en cas, de difficulté majeure, semblant, insurmontable. Un problème, sans solution apparente, qui terrifie. Le stress est une réaction adaptative, physique, psychique, de l’individu, face, à un trouble, une agression, un problème ou, un défi. Il y a, mauvais stress, quand, le sujet, ne peut ni, fuir ni, se battre, or, est ou, se sent, « condamné, à subir ». Rester, paralysé, sans pouvoir, réagir ni, agir ou, proagir. Ce qui est la pire, des défaites existentielles cinglantes, du junior571.

 

Son sentiment, de défaite, comme, de paralysie annoncée, inéluctable, est le marqueur, par excellence, du mauvais stress, du jeune masculin, en coaching de vie. Bien plus, qu’en situation anxieuse, permettant, la fuite ou, le combat. Le stress est l’émotion négative, issue, de la pensée inquiète, défaitiste. Selon, laquelle, le junior se sent, impuissant et désarmé, face, à une réalité, lui semblant, dangereuse, nuisible et, menaçante, pour lui. Ce qui génère, de sa part, un comportement, une action ou, défaut, d’action, inappropriés. Car, faussés, par le pessimisme, comme, par la contre productivité défavorables. Le jeune stressé ne croit pas, à son aptitude, à s’en sortir et, dépasser, ce qui lui fait peur. En manque, d’estime, de confiance, d’affirmation idoine, de soi, par doute, de soi, de ses compétences. Ce qui démotive, nuit, à l’épanouissement personnel et, à la réussite. Ceci, remonte, à l’origine, de l’humanité, quand, il fallait, sans cesse, défendre, sa vie, même, contre, des prédateurs, menaces mortelles. Pour « sauver, sa peau » et, survivre. Le cerveau juvénile archaïque, dit, reptilien, a conservé cela, en mémoire, sur le mode, des purs réflexes.

 

Le cerveau plus récent, du garçon  junior, en coaching de vie, dit, limbique, siège, des émotions, est la source, qui alimente, ce que l’on ressent, face, à un danger, défi. Le cerveau, le plus récent, dit, néocortex préfrontal, siège, du raisonnement et, de la pensée élaborée, pourra aider, par la logique, l’analyse. À trouver, la « meilleure solution », pour vaincre, la difficulté, l’agression, donc, limiter, le stress. Or, le plus souvent, l’irrationnel, conscient ou, inconscient, l’emporte, sous le coup, si fort, de l’émotion, du stress. Sur le raisonnement serein et, la réflexion objective et, positive. Alors, le cerveau néocortical se trouve, ipso facto, mis, hors jeu, déconnecté.

 

Au bénéfice, du reptilien, du limbique. En état, de peur, de panique. Le système nerveux s’active. Le cerveau juvénile déclenche alors, des actions biochimiques, sous forme, de sécrétions hormonales. Les glandes surrénales produisent, de l’adrénaline. Le cœur s’emballe. La pression sanguine augmente. La respiration est bien plus lente et, intense. La digestion ralentit. Le sang se concentre, dans le cerveau, les muscles et, devient, plus coagulant. Les pupilles se dilatent, pour mieux voir. Le foie sécrète, du glucose, pour de l’énergie rapide. Processus global, pour mieux, se protéger, combattre le danger. Ce qui permet alors, au jeune, d’être, en position optimale, de combat572.

 

Tout cela, n’est plus du tout, adapté, aux réalités, bien moins dramatiques, de nos jours. Or, l’organisme adojuvénile conserve, les mêmes mécanismes, de défense, de façon, inadéquate, excessive, donc, mauvaise, pour la santé. Il y a, toujours, un aléa déclencheur, de stress, une réalité, possiblement, stressante. Cela, génère, des pensées, interprétations, croyances, de ce qui se passe. Puis, les effets émotionnels, qui découlent, des certitudes, apparaissent, sous forme, de stress. De façon, cognitive, émotionnelle et, comportementale, le mode, de pensée, positif, limite ou, évite, le stress. Quand, le raisonnement négatif, le suscite, l’aggrave, fort. De fait, dans le premier cas, les émotions afférentes sont sereines, car, le jeune homme, en coaching de vie, est convaincu, que tout va bien ou, pas si mal ! Dans le second, elles sont tourmentées, par la certitude, du pire, de son impuissance et, incompétence. De façon, passivement subie et, non, activement agie. Pour rompre, le cercle vicieux, du stress, il peut positivement, changer, ce qui l’affecte et / ou, évoluer, lui-même, de façon, autrement, optimiste. En effort comportemental. Le junior peut favorablement, modifier, des plus drastiquement, sa façon, d’appréhender, ce qui suscite, son stress.

 

Puis, il peut, à son avantage, combattre, le stress androJuvénile, lui-même, ses mauvais effets, sur lui, relaxant, son corps, apaisant, son mental. L’essentiel bénéfique, n’est pas, l’éradication, du stress, mais, de son excès, qui paralyse, tout comme, de son insuffisance, qui démobilise. Pour combattre efficacement, le stress, il s’agit, d’en mesurer, l’intensité, les effets, physiques et psychiques, sur soi. D’en isoler, les causes. D’en déterminer, la nature. En étant fort lucide, quant à son stress. Trouvant, les meilleurs « modes opératoires », pour l’annihiler. Établissant aussi, une stratégie tangible, pertinente, du jeune, en coaching de vie, agissant, concrètement, pour retrouver, toute sa sérénité. S’assurant, que son corps, en son ensemble, est détendu, souple, relâché. Sans être avachi. Savoir, bien respirer, limite, le stress, en remplaçant, en l’organisme, le maximum, d’acide carbonique toxique, par un maximum, d’oxygène sain. Pour cela, il convient alors, de toujours, respirer et, de bien respirer, lentement et profondément, par l’abdomen. Non, par la partie pulmonaire supérieure ou, médiane, du thorax. Le bâillement, du junior, est un excellent moyen, de diminuer, son stress, faisant fonctionner, à plein, tous les muscles zygomatiques573.

 

En se détendant. Plus d’air, donc, plus d’oxygène, assainissent fort, son sang. La relaxation progressive, musculaire profonde, consiste, à tendre, les muscles, pour éprouver, des tensions, identifier, les muscles, à l’origine, de ces tensions. Ces dernières peuvent alors, être jugulées, pour une bonne relaxation adoJuvénile. Tendre, puis, détendre, relaxe. Cela concerne, tout le corps, tête, comprise. Visage, cou, épaules, dos, jambes, pieds, comme, estomac. Il est aussi, possible, de pratiquer, l’autorelaxation, par autosuggestion. Le mental dominant, le physique. Cela, calme l’ensemble, du système nerveux : cœur, circulation, du sang, respiration.

 

Ainsi, le psychisme tempère, le stress corporel. Le principe est, que la croyance positive, génère, de pleins effets physiques, bénéfiques, sur soi. En se convainquant, par la pensée, de certains changements, de son corps, l’adojeune masculin, en coaching de vie, suscite, ces mutations. Ce qui détend et, relaxe. En imaginant, avec certitude, que les diverses parties, de son corps, sont chaudes, lourdes. Les étirements ou, stretching, relaxent aussi, contre le stress. En libérant, des tensions. Les tensions musculaires seront combattues, par les massages relaxants, les touchers, les pressions, relâchements.

 

Yoga, sauna, hammam, bains, comme, douches chauds, fort relaxants, tonifiants, sont aussi, d’excellents moyens, de détente antistress. Après avoir déstressé, le corps, il convient, de bien détendre, l’esprit, du garçon  junior, en coaching de vie. Cela passe, par le fait, de se distraire, de ses pensées perturbatrices, en réfléchissant, à « autre chose », par des occupations agréables, relaxantes. Usant, de son imaginaire, remplaçant, la cognition, l’émotion, l’image, qui stressent, par d’autres, apaisantes. De façon, plus radicale, il est possible, de bloquer net, toute pensée mauvaise, du jeune. Pour cela, il convient, tout d’abord, d’en prendre conscience.

 

D’imaginer, un panneau routier, Stop ! De dire, Stop ! De façon répétée, dès lors, qu’une nouvelle pensée stressante, se présente, de nouveau. Émettant, à la place, une pensée positive alternative. La musique est un excellent moyen, de détente, de musicothérapie juvénile. Surtout, la musique classique baroque. Des compositeurs, Bach, (Saint-Empire, 1685-1750), à Haendel, (Saint-Empire, Royaume de Grande-Bretagne, 1685-1759). Chopin, (France, Pologne, 1810-1849), à Mozart, (Saint-Empire, 1756-1791) ou, Beethoven, (Saint-Empire, Confédération germanique, 1770-1827). La musique subliminale, de type New Age. Synthétique et, planante, de genre ambient.

 

Les musiques, de relaxation, à base instrumentale, comme, de sons, de la nature574.
De purs sons naturels, seuls, comme, le ressac marin ou, les oiseaux, des forêts. Il y a aussi, l’aromathérapie et, les bougies allumées, notamment, parfumées, les huiles essentielles et, naturelles. Les odeurs peuvent, aussi, rappeler, au jeune homme, en coaching de vie, de merveilleux souvenirs, du passé. La méditation est un excellent moyen, de cultiver, une « vraie paix », une sérénité intérieures, antistress. Notamment, par des états modifiés, de conscience. Cela passe, par exemple, par des techniques respiratoires et, de concentration, sur sa respiration.

 

La méditation peut, aussi, reposer, sur un mantra : son ou, mot répété, pour une concentration spirituelle, maximale. De façon, relaxante. L’hypnose, du junior, ou, l’autohypnose, aussi, peuvent être efficaces, contre le stress. Il s’agit, d’une phase, de très grande concentration, qui aboutit, à une perception, fort accrue, des suggestions, autosuggestions. À une réceptivité, plus importante, du subconscient. Une bonne organisation, rigueur, gestion, du quotidien, est un formidable « outil antistress ». D’autant plus, que le désordre semble être, un mode existentiel, très adojuvénile. Le rangement, l’ordre, s’imposent donc, par principe, toujours. Être ordonné, en soi, exige, de l’être, au dehors.

 

Le jeune, en coaching de vie, peut s’y motiver, en prévoyant, auparavant, un strict agenda, de restructuration. Pour ne pas être honteux, de son intérieur, en être fier, il peut inviter, des amis, pour s’obliger, à ce que tout, soit impeccable, pour le jour J. À chacun, aussi, de fixer, son « niveau, de désordre », acceptable et raisonnable, afin, de s’y tenir, de s’y sentir, à l’aise. Sans nulles, maniaqueries excessives ni, laisser-aller généralisé, alors, stressant. L’idéal étant, de remettre, chaque chose, à sa place, au fur et, à mesure, des utilisations, pour ne pas avoir, à « déranger », chaque fois, donc, à régulièrement, ranger. Il est plus facile, d’établir, un programme androJuvénile, de rangement progressif, champ, par champ, selon, les priorités, types, d’espaces, de choses, à ordonner. Cela, motive et, donne une cohérence, efficacité, à la tâche. Le plus dur, est de démarrer et, de s’atteler, à l’ouvrage. Cela, est beaucoup plus facile, une fois, que l’on a commencé, que le début, de son action, commence, à faire, plein effet. Le désordre reculant, peu à peu. Il est encourageant, de se dire, que le résultat, de ses efforts, sera bien meilleur, pour soi, que le statu quo, antérieur. Que le junior en sera, de ce fait, récompensé, à la mesure, de son ascèse575.

 

« Que le jeu, en vaut, la chandelle ». Que plus, il attendra, en laissant, le désordre, gagner, plus, cela, sera difficile, à résorber, plus, son quotidien, deviendra, délicat. Quelle, que soit, l’ampleur, du labeur, à accomplir, ténacité, persévérance, sans défaitisme, du jeune masculin, en coaching de vie, sont les maîtres mots. Ce qui n’est pas indispensable, peut être supprimé, sans états d’âme. Ne rien, laisser traîner, tout, doit être rangé, à l’abri, des regards, en des meubles prévus, à cet effet. De même, concernant, papiers, cahiers, classeurs, livres, de cours, il s’agit, de les trier, classer, par genre, thématique, archiver, ranger, au fur et, à mesure. Sans, jamais, se laisser, déborder ni, encombrer, en laissant, tout traîner, n’importe où, n’importe comment. Meubles adéquats, classeurs, trieurs, dossiers suspendus, à onglets, sont à utiliser, sans modération. Le secret, de l’ordre juvénile, consiste, à ranger, chaque chose, à sa place, au fur et, à mesure. De façon, à ce que le « bazar », ne s’installe jamais. Évitant, par avance, de s’encombrer, de choses, non indispensables et / ou, excédant, la place disponible. La vie moderne fait que, l’adojunior a, de plus en plus, de choses, impérieuses et pluriformes, à accomplir, chaque jour, de la semaine.

 

De moins en moins, de temps, pour les accomplir. Ce qui ne fait, que générer, encore plus, de stress juvénile. D’où, l’importance, de mieux gérer, son temps, le rationaliser, l’optimiser, au maximum, d’en gagner, au lieu, d’en perdre. Puisque, le jeune ne peut, jamais, dépasser, les soixante minutes, par heure ni, les vingt-quatre heures journalières, imparties, à tous. Ni aller, au-delà, des sept jours hebdomadaires, des trente jours mensuels, douze mois et, trois cent soixante-cinq jours annuels. Il est dominé, par le temps, au lieu, de le dominer. Il n’avance pas assez, consacre, trop, de temps, à des insignifiances et, pas assez, à ce qui devrait prévaloir.

 

Il convient, d’abord, d’inventorier, comment, le garçon  junior, en coaching de vie, utilise, son temps, chaque jour, chaque semaine, pour déterminer, ce qui va et, ce qui laisse, à désirer. Pour traquer, les failles et, les rectifier, améliorer, encore plus, ce qui marche, mais, est encore, perfectible. Dans les années 1970, suite, aux chocs pétroliers, une campagne, de sensibilisation, aux gaspillages, d’énergie, s’intitulait : « La chasse, au gaspi ». Que le jeune mette, de même, hors, d’état, de nuire, toutes dépenses, de temps, inutiles. Sabrant, allègrement, sans nuls, états d’âme, dans le superflu576. N’oubliant pas, que son horizon, de vie, est des plus limités, en moyenne, à huit ou, neuf décennies !

 

Pour cela, que le junior, en coaching de vie, établisse, un « ordre, d’urgences, de priorités », par ordre décroissant. Avec bannissement, de tout ce qui est, inutile perte, de temps. Allant, à l’essentiel, favorisant, tout ce qui lui paraît, le plus important, à ses yeux. Il s’agit, de voir, ce, pour quoi, il voudrait passer, plus, de temps, pour augmenter, tous les temps disponibles, afférents. Les occupations, qu’il s’agirait, au contraire, de diminuer, pour leur consacrer, moins, de temps. L’objectif, est que le maximum, de temps, aille, à l’essentiel, le minimum, au reste. Domaine, par domaine, de vie. Alors, à l’ancien agenda, d’activité, non optimisé, le jeune homme peut substituer, un nouveau, plus rationnel et efficace. Lequel, sera réactualisé, au fur et à mesure, en fonction, des nécessités et, de l’actualité. Il est important, ce, pour chaque jour, chaque semaine, de dresser une liste, spécifique, de ce qu’il y a, à faire, de s’y « tenir ». En rayant, au fur et, à mesure, ce qui a été accompli. Ce qui est très gratifiant et, encourageant. Outre, que très efficace, bon indicateur, de ses progressions et, performances. En « tableau de bord » juvénile, de ce qui est, derrière soi, car, déjà, fait, bien fait et, « feuille de route », de ce qui reste, à effectuer, au présent / futur.

 

D’excellents logiciels informatiques, de gestion, de temps, existent et, sont de grande utilité. Que le junior, en coaching de vie, supprime, ce qui n’est pas indispensable, de son emploi du temps. En particulier, des activités, fort chronophages, tout autant futiles. Il n’est ni, possible ni, souhaitable, de tout faire, soi-même, ce qui mène, à la nécessité, de savoir déléguer et, sous-traiter, par d’autres. Autant, que nécessaire et, faire ce peut. Cela passe, par des experts extérieurs, compétents, adéquats. Positivement, traités, motivés, par soi. Gratifiés, en reconnaissance. En respectant, leur autonomie. En remerciement, de la tâche réalisée ou, du service rendu. À la maison, tous les jeunes valides, de la famille, en âge, de le faire, seront sollicités. Pour un équitable partage, des travaux domestiques et, une juste participation, à la vie commune. Regrouper, toutes les tâches, de même nature, est aussi, économie, de temps, de stress. De même, que les achats, par avance, en grande quantité, la préparation préalable, de repas, à congeler, pour plusieurs jours. Les achats, à distance, l’usage raisonnable, d’Internet, pour toutes sortes, de démarches androJuvéniles, indispensables, font aussi, gagner, bien du temps. De façon, des plus pertinentes577.

 

Que le jeune masculin, en coaching de vie, limite aussi, les temps, d’usages télévisuels, de l’Internet, purement récréatif, de jeux vidéo, en ligne ou, non. Il s’agit, de faire, la chasse impitoyable, au temps passé, devant les écrans, quels, qu’ils soient : télévision, Internet, tablettes multimédia et, téléphones mobiles… Les juniors en sont friands, en font, un usage immodéré et, souvent, déraisonnable. Cela, ne doit pas occuper, tout le temps libre, mais, des plages horaires, strictement, délimitées, limitées. Il vaut mieux, consacrer, l’essentiel, des loisirs, à la vie sociale, amicale, comme, culturelle, pour s’enrichir, non, s’appauvrir. La qualité et, l’intérêt profond, de ce qui se passe, sur les écrans, n’étant pas toujours, avérés, très loin, s’en faut. En outre, toutes les stimulations, audio, vidéo, multisensorielles et, permanentes, induisent, un état, d’excitation, d’énervement ou, de stress, excessif et, nocif. Il y a, déjà, suffisamment, de sources, de fortes tensions, dans le quotidien adojuvénile ! L’excès, d’écrans, enferme, sur soi, prive, de calme, de repos et, peut nuire, au sommeil. Au pire, désocialisation, échec scolaire ou, personnel, peuvent s’ensuivre, pour les ultramordus : « geeks et, no life », qui ne font plus, que cela, de façon, compulsive, exclusive.

 

Au détriment, du reste et, de leur équilibre, de vie ! L’essentiel, n’est jamais, virtuel, mais, en la vie réelle. Aujourd’hui, comme, hier et, demain, que l’on se le dise ! Car, le jeune, en coaching de vie, reste, « de chair et, de sang », ancré, dans le concret, le plus tangible, quelles, que soient, les avancées technologiques. Le garçon  junior intégralement, robotisé, androïde, cyborg ou, cybernétique, contrôlé, à distance et, qui ne s’appartient plus, n’est pas, « pour demain ». Ni même, souhaitable, fort heureusement. Qu’il évite, aussi, toutes les interruptions, de son fait ou, non, qui ne font, que nuire, à sa concentration, comme, à la qualité, de son travail. Ne feront, que le ralentir, à ses dépens. Qu’il se protège, notamment, des appels téléphoniques, intempestifs, dérangeants. Répondre, systématiquement, n’est pas une obligation. Le téléphone mobile, du jeune, ne sera jamais, allumé, en permanence. Usant, du répondeur. Avec identification, des appels, sur écran. Préférant, les communications écrites électroniques. Pour gagner, plus, de temps, l’on peut, se contenter, d’échanges informatifs, par messageries vocales, écrites. Convenir, de rendez-vous téléphoniques juvéniles, très précis et, ponctuels, bien délimités et, bornés, dans le temps578.

 

Qui conviennent, à tous. Se désinscrire, des alertes, listes d’appel, de mails. Il s’agit, de se coucher / lever tôt, le matin étant plus productif, que le soir. Il vaut donc, mieux, finir, sa journée, plus tôt, débuter, la suivante, de même. Ne dit-on pas, que « le monde, l’avenir, appartiennent, à ceux, qui se lèvent tôt » ? Que le jeune homme, en coaching de vie, n’hésite pas, non plus, pour dégager, du temps libre, à faire appel, à des professionnels, pour les tâches et, corvées, qu’il ne veut pas accomplir, lui-même. Ce qui lui permet, de se consacrer, à l’essentiel. Il peut, aussi, se faire livrer, ne pas tout cuisiner, lui-même, pour gagner, du temps. Qu’il évite aussi, la procrastination, qui consiste toujours, à tout différer, dans le temps, remettre, tout, ultérieurement et, au dernier moment. Les juniors sont les champions, toutes catégories, de ce sport néfaste. Surtout, pour les travaux scolaires. Respectant, l’adage, selon lequel : « L’on ne doit jamais, remettre, à plus tard, ce que l’on peut faire, maintenant ». Il s’agit donc, de bien, s’organiser et, d’accomplir, tout ce que l’on a, à faire, au fur et, à mesure, de façon, méthodique et systématique. En respectant, toujours, les délais prévus, impartis. Le jeune doit être capable, de s’imposer, une stricte discipline, de vie.

 

Sans jamais, bâcler. L’on peut faire, bien et vite, sans précipitation ni, lenteurs excessives. Le junior, en coaching de vie, « procrastine », car il croit, à tort, que l’avantage-plaisir, de reporter, l’emporte fort, sur l’inconvénient-souffrance, d’agir, « de suite ». Or, c’est l’inverse, qui existe. Pour se motiver, à s’exécuter, sur-le-champ, qu’il se convainque, que l’avantage / intérêt, en sa faveur, est d’agir, tout de suite. Que l’inconvénient, à ses dépens, est de remettre, à plus – trop – tard. Il reporte, ultérieurement, car il appréhende, ce qu’il y a, à faire, comme, corvée androJuvénile assommante, effort, ennui et, refuse, de se contraindre, frustrer. Il a peur, d’être incompétent ou, incapable et, d’échouer, de se sentir coupable, par insuffisance. Il se protège, par l’inaction, l’abstention. Il a peur, de « se lancer », par manque, de confiance, en lui, crainte, de déplaire, aux autres, que cela, se retourne, contre lui, d’être sanctionné, rejeté. Par manque, d’estime, de lui-même, le jeune est trop obsédé, de son image, de ce, qu’autrui pense, de lui, de ses comportements. Il peut aussi, penser, que l’action, qu’il répugne, à réaliser, n’est pas légitime et, juste. Que le doute peut l’amener, à s’interroger, de la façon, la plus suspicieuse, sur les réalités vécues579.

 

Qu’il peut et, doit, donc, s’en dispenser, affranchir, en un état d’esprit, de victime et, de fort ressentiment. Les juniors masculins, en coaching de vie, éprouvent souvent, ce sentiment, vis-à-vis, des adultes et, obligations, que ceux-ci, veulent, leur imposer. Notamment, travaux scolaires, professionnels, exigés, par les enseignants ou, les responsables et, les employeurs. Impératifs domestiques, familiaux, voulus, par les parents. « Ce qui est fait, n’est plus, à faire » ! Il vaut donc, mieux, se débarrasser, rapidement, des corvées adojuvéniles. Cela, sera plus agréable, de savoir, que tout est, déjà, derrière soi, non, encore, devant. Il s’agit, aussi, de se convaincre, que « dans la vie, l’on ne fait pas, toujours, que ce que l’on aime ». Qu’il y a, aussi, des devoirs, auxquels, se plier, quoi, qu’il en coûte. Les jeunes ont des difficultés, à l’admettre, tant, ils « baignent », en une délétère, logique ambiante. Qui leur fait croire, qu’il ne faut jamais, se contraindre et, faire, que ce dont, l’on a envie. Qui fait plaisir et, flatte le désir, l’hédonisme naturel et, narcissique. En vertu, du toxique adage : « Fais, comme, tu le sens » ! La difficulté n’est jamais, à fuir, mais, à affronter, vaincre ! La motivation, à agir, vient, du fait, de se récompenser, après, la tâche et, à sa mesure.

 

Non, avant, comme, trop, de garçons  juniors, en coaching de vie, font. S’ils commencent, par le plaisir, ils n’auront pas le courage ni, la force, de se contraindre, ensuite. Qu’ils commencent, tout d’abord, par le labeur, s’encourageant, à l’idée, de se récompenser, par le plaisir, après, l’achèvement, de la corvée. Cela, les aidera, à s’y mettre, vite et bien. L’on peut aussi, se punir, si l’on n’a pas accompli, ce qui aurait dû, l’être, par soi. Pour se motiver, l’on peut aussi, s’engager, publiquement, à agir, ainsi, le faire, pour éviter, une déconsidération, aux yeux, des autres. Le jeune peut établir, une liste, quotidienne et hebdomadaire, de tâches, à exécuter, s’y tenir, strictement, rayer, au fur et, à mesure, ce qui a été accompli. Cela, est aussi, un moyen gratifiant, encourageant, d’agir, en mesurant, la progression, de son action, labeur. Tout en évitant, le perfectionnisme, car : « Le mieux, est l’ennemi, du bien », si l’on en abuse ! (T. d’Aquin, théologien, États italiens, 1224-1274, Somme théologique, traité théologique et, philosophique, États italiens, 1266-1273). Il est évident, que la lutte efficace, contre, le stress, passe, aussi, par une parfaite, systématique, autodiscipline, hygiène, de vie, au quotidien. Alimentation saine et, équilibrée. Activité physique juvénile, suffisante et régulière.

 

Sommeil, de qualité, quantité adéquates. Nous le répétons ici, encore et toujours580.
L’alimentation conditionne le psychisme, a le pouvoir, d’influer, positivement ou, négativement, sur le stress, du jeune homme, en coaching de vie. La sérotonine, élément biochimique, influant, sur le stress, joue un rôle, de neurotransmetteur chimique, naturel, dans le cerveau. En modifiant, le taux, de sérotonine, l’on peut influer, grandement, sur l’humeur psychique. Ce que font, les antidépresseurs. Or, les nutriments peuvent, autant, agir, sur les taux, de sérotonine, du cerveau. D’où, l’importance, de bien choisir, son alimentation, pour avoir, le bon taux, de sérotonine, de bien soigner, son cerveau. Il est, des aliments, qui diminuent, le stress, permettent, à l’organisme juvénile, de lui résister et, de le vaincre. Tout d’abord, les hydrates, de carbone, complexes ou, les glucides, comme, les pâtes, céréales, pommes de terre, le riz complet. Ils « dopent » la sérotonine, à condition, de ne pas en abuser. Il ne faut jamais, trop user, d’hydrates, de carbone, simples. Des nutriments doux-sucrés, comme, les sodas, les friandises et, autres sucreries, qui « dopent », à court terme, mais, non, durablement. En outre, attaquent, la dentition, du junior. Il convient, de ne pas négliger, les protéines : poissons, volailles, viandes maigres…

 

Les protéines régénèrent, le cerveau, du jeune, en coaching de vie, contiennent, les acides aminés, qui rénovent, les cellules abîmées. Les fruits, les légumes, cuits ou, crus, frais, surgelés ou, en conserve, notamment, les légumes verts, fournissent les vitamines, les nutriments, qui luttent, contre, le stress. Le potassium : lait, surtout, écrémé, céréales entières, germe, de blé, bananes, noix, relaxe les muscles. Le stress donnera, souvent, une fausse impression, de faim et, l’envie, de calmer, ses angoisses, nervosités. En se gavant, à tort et, à travers, de façon, boulimique et, irrépressible ou, irréfléchie. Qui plus est, généralement, avec des aliments toxiques, pour le stress, du junior. Qui ne font, que l’aggraver, à long terme, en ne le calmant, que sur l’instant et, de façon, illusoire. Notamment, chocolat, glaces, pizzas, pâtisseries industrielles. Pleins, de sucre, sel, graisses animales. Il s’agit, alors, de prendre conscience que, généralement, il n’y a pas, de faim, or, du stress. De s’abstenir, de manger. Remplaçant, la compulsion alimentaire, par des activités, occupations, non alimentaires, autrement, plus gratifiantes, bénéfiques. Qui détourneront, à jamais, des compensations, de frustrations androJuvéniles, de type boulimique581.

 

Risquant, alors, de déboucher, sur de vrais troubles, du comportement alimentaire, du junior masculin, en coaching de vie. Il peut donc, « se changer », très positivement, très favorablement, les idées – fort noires. En s’adonnant, à des pratiques, qui conviennent, donnent, un plaisir, plus sain. Sortir et, faire du sport ou, de l’activité physique, lire, voir, une vidéo, cuisiner, un repas complet, élaboré, pour ses proches. Il peut aussi, se relaxer. Disposer, des signaux stratégiques, dans la cuisine, se rappelant, la nécessité, de ne pas céder, à la tentation boulimique, quand, le jeune stresse, en son intérêt. Un petit déjeuner matinal, équilibré, en hydrates, de carbone, à peu, de calories, aide, à bien commencer, sa journée. Sans risque, d’hypoglycémie ni, de stress. Pour être, plus tonique, concentré, positif. L’absence totale, de petit déjeuner ou, un tel repas, trop gras et, trop carboné, sont à proscrire. Pas de sucre ni, de charcuterie, mais, du pain complet et, des céréales, du lait écrémé, des vitamines, notamment, C. Sous forme, de fruits frais et, entiers ou, pressés, comme, l’orange, le kiwi ou, la banane. Le déjeuner, du junior, sera équilibré, non excessif, mais, toujours, suffisant, jamais, supprimé. Le dîner sera bien plus, simple et léger.

 

Selon, la faim juvénile, un goûter raisonnable, sera possible, voire, une petite collation, en matinée. Sans grignoter, il vaut mieux, manger moins, en quantité, plus souvent, en qualité. Il s’agit, de s’hydrater, régulièrement, en eau, sans attendre, d’avoir soif. Soit, un litre et demi, par jour. Surtout, se nourrir, en première moitié, de journée, permet, de bénéficier, de plus, de temps, pour détruire, les calories, ingurgitées. L’on parle, à juste titre, de « petit déjeuner, de roi, déjeuner, de prince, dîner, de pauvre ». Que le garçon  junior, en coaching de vie, observe, un bon équilibre, entre lipides, glucides, protides, vitamines, comme, minéraux et, oligo-éléments… Sans carences ni, excès. Privilégie, protéines et, hydrates, de carbone. Limite et, au maximum, sucres, sel et, graisses, notamment, animales. Ainsi, que la caféine, le thé et, autres excitants, qui ne font, qu’exacerber, le stress et, nuire, au système cardiovasculaire. Qu’il se défie, des dangers, de la restauration rapide, des menus, de restaurants, trop riches. Fuie, viandes rouges, charcuteries, fromages, sauces, œufs, fritures, pizzas, plats cuisinés gras, alcools… L’exercice physique et, sportif est toujours, un excellent antistress, pour tous les adojeunes et, quelle, que soit, leur condition582.

 

En calmant, la pression sanguine, le rythme cardiaque, la respiration. Ce qui annihilera, les réflexes, de combat, de paralysie ou, de fuite, de l’organisme. L’activité physique juvénile, fait produire, au corps, des endorphines, morphine naturelle, qui relaxe, euphorise, en antistress. En faisant travailler, l’organisme, les muscles se détendent et, s’assouplissent. Le cœur, qui est une pompe, à sang, l’irrigue mieux, en particulier, le cerveau, ce qui est un stimulant, pour le psychisme, les fonctions cognitives. Une simple marche quotidienne, comme, des montées, d’escalier, constituent, un bon début ! Il faut, en tirer intérêt, motivation et, plaisir, sinon, l’effet est contre-productif. Sans oublier, la gymnastique, toujours, très bénéfique. Le jeune homme, en coaching de vie, peut se motiver, en « se remuant », à deux ou, à plusieurs. Il peut répartir, l’effort physique, toute la journée, pour le même bénéfice, qu’en un laps de temps, unique, de même, durée totale. Sans excès sportifs car, alors, cela altère, la bonne santé psychosomatique, bien plus, que cela, ne la favorise. Le manque, de sommeil, ou, sa qualité insuffisante, induisent, le stress, du junior. L’embonpoint, par excès, de nourriture, pour compenser, en calories, le manque, d’énergie, lié.

 

Les jeunes, en coaching de vie, ont, en moyenne, besoin, de huit, à neuf heures, de sommeil quotidien, nocturne. La règle d’or, est de se coucher et, lever, tôt, toujours, à la même heure. Nous avons dit, que : « Le monde appartient, à ceux, qui se lèvent, tôt ». L’on agit mieux, le matin, ce, en forme, que le soir, fatigué. Dormir, en une chambre, avant tout, réservée, au sommeil. Avec calme, détente, physique et psychique, juste avant, de s’assoupir. Dans le silence, sans excitants, alcool ou, médicaments, tels que, les somnifères ou, ceux, à effets stimulants, si possible. Éviter, autant, que possible, les siestes andro-adoJuvéniles diurnes, qui ne font, que nuire, au sommeil nocturne, en privant, de sommeil, le soir. Chasser, aussi, de sa tête, tout souci, inquiétude, qui ne font, que nuire, à l’endormissement et, à la qualité réparatrice, de son sommeil. Le stress est constitué, d’un facteur externe, déclencheur, qui paraît, alarmant. Alors, l’adojunior est stressé, souffre, des réalités, qui l’affectent, car il considère, que les choses vécues, sont très négatives. Or, en relativisant, positivant, il peut ressentir moins ou, pas, de stress. Cela, lui permettra, de se distancier, des stresseurs, pour être en mesure, d’être plus serein, malgré tout583.

 

D’un point de vue, cognitif, émotionnel, comportemental, les pensées, affects, attitudes et, actes stressants, génèrent, du stress. Les cognitions, sentiments, façons, d’être et, faire, non stressants, suscitent, au contraire, calme, sérénité. Le stress juvénile masculin est largement, produit, par soi-même et, de façon, endogène, de même, que la « plénitude », bien plus, que par des éléments exogènes. Puisque, devant, une réalité donnée, en fonction, de son interprétation, des faits, ses états d’âme, le jeune, en coaching de vie, ressentira, stress ou, tranquillité. S’il change, positivement, d’analyse, il change, favorablement, d’émotion, donc, influe, plus positivement, sur son stress. Les choses ne seront pas tant, stressantes, en elles-mêmes, par « nature », que du fait, de sa propension, à les percevoir, comme, telles. Ce qui peut être stress, pour les uns, pourra même, s’avérer, plaisant, pour d’autres ! Preuve même, que ce qui fait, la différence, est bien, la façon, d’appréhender, les choses, non, les choses, elles-mêmes. Il convient, donc, de ne plus être alarmiste ni, d’être convaincu, du pire, de cesser, de « voir, le mal, partout ». En combattant, ses exagérations, les plus pessimistes, trop négatives, le junior déstresse et, s’apaise, enfin.

 

Rejetant, l’idée, que ce qu’il vit, éprouve, est « intolérable ». Cela, fait retomber, la pression émotionnelle, stressante, plutôt, que de « se rendre malade », soi-même, pour rien. Car, ayant décidé, que ce qui se passe, est de nature, à se survolter, horriblement, nocivement. Faisant une guerre, sans merci ni, relâche, à ses supputations catastrophistes. Convaincu, que le pire, peut potentiellement, arriver, le jeune, en coaching de vie, se persuade, qu’il va certainement, arriver ! Ce qui porte, son stress, autofabriqué, à son comble. Qu’il se convainque, qu’au cours, de toute une vie, la plupart, des choses, qu’il craint, ne se produisent jamais, qu’il se gâche ainsi, l’existence, pour rien.

 

Alors, autant, positiver, en état d’esprit zen, ce qui limite, d’autant, le stress, facilite, la vie, en la rendant, plus belle, souriante. En généralisant, tout et, son contraire, de façon, négative, dichotomique et, manichéenne, le garçon junior se stresse, lui-même. Sans raison valable, plus, que de raison et, souvent, pour des riens. Alors, qu’il recadre, les choses, de façon, plus réaliste, positive. Ne fasse pas, d’un cas particulier, déplaisant, mais, supportable, une généralité, des plus abominables. Qu’il évite, de « se faire, une juvénile montagne, infranchissable, de tout »584.

 

Cesse, de tout catégoriser. Cela, fera, le plus grand bien, à son stress, qui s’en verra, d’autant, limité. Qu’il ne prête pas, aux autres, des intentions malveillantes dont, en réalité, il ignore, tout. N’en tire pas, des conclusions, hâtives et erronées, en inférences arbitraires. Le plus souvent, ses interprétations défaitistes, n’ont aucun fondement. Que le jeune homme, en coaching de vie, ne juge alors, pas, autrui ni, même, son comportement, car il n’est pas, à sa place, n’a souvent pas, toutes les données idoines, en main. Il n’est pas, en outre, lui-même, parfait. Indulgence, sang-froid, distanciation, sont donc, indispensables, pour ne pas stresser, en arrêtant, d’échafauder, de si hasardeuses hypothèses. Qui souvent, sont subjectives, non, objectives, conjoncturelles, non, structurelles. Que l’adojunior, ait des attentes raisonnables, réalistes, réalisables, pour éviter, de stresser, inutilement. Si elles sont trop élevées, il risque, d’être déçu, stressé. Trop basses, il mourra, d’ennui. Ici, encore, le « juste milieu » sera l’idéal. Qu’il ne soit ni, téméraire ni, résigné, mais, mesurément, ambitieux ! Ce n’est pas, parce qu’il espère ou, veut, quelque chose, que celle-ci va et, doit donc, arriver. De façon, automatique, par la seule force, de sa « volition » juvénile.

 

Ou, lui être « offerte ». Ce mode, de pensée infantile, capricieuse, explosive, narcissique, est source, de stress, car elle est trop rigide, exigeante, « vindicative ». La pensée raisonnée et, raisonnable, plus souple, tolérante, aussi, est le meilleur moyen, de se calmer. Le stress est, également, lié, au fait, de trop croire, que sa valeur est liée, à son comportement, ses actions, performances, résultats. Ainsi, qu’à l’image, que le jeune, en coaching de vie, donne, ce que les autres pensent, de lui, à leur reconnaissance, aval ou, non. Il ne s’autorise, alors, à s’autoapprécier, que s’il réussit, est exceptionnel et, valorisé, par autrui. S’autojauger, en permanence, ne fait, que se stresser. Car, ainsi, au lieu, de ne s’en remettre, qu’à soi-même, de façon, interne, l’adojunior délivre, ce redoutable pouvoir, à des vecteurs extérieurs. Les autres, leur évaluation, sur lui, sa réussite, ses résultats… Il n’accepte pas, d’être faillible, ce qui est pourtant, sa pleine nature humaine, ne tolère, de lui et, d’autrui, que la pure perfection et, l’excellence. Ce qui est vain, irréaliste, délétère, facteur, de stress. Il doit toujours, savoir, pouvoir, s’apaiser, en se suffisant, à lui-même, car tout, ce qui « suffit, à son bonheur » andro-adoJuvénile, est en lui, jamais, ailleurs585.

 

Pour s’accepter, aimer, tel, qu’il est. Tout en se battant, sa vie durant, pour devenir meilleur, progresser. Pour lui, autrui. Le reste, n’est pas l’essentiel, mais, le superflu, non indispensable, à son bonheur et, pour se réconcilier, avec soi-même, en « entente cordiale ». Avec le bonus, qui n’arrive, qu’en dernier et, de surcroît ! Sans vanité, de sa part. Pour vaincre, le stress ou, au minimum, le limiter, il convient, de préciser, le déclencheur, de stress. Puis, son ressenti, sa réaction. Évaluant, son niveau, de stress, du fait, de ce qui affecte, le jeune masculin, en coaching de vie, de zéro à dix, puis, évaluant, l’intensité, de la réalité stressante, de zéro à dix. Précisant, ses pensées et, émotions ou, comportements négatifs, excessifs, ayant généré, le stress. Cela, lui fait prendre conscience, que son état d’âme tourmenté, est bien plus, la cause, de stress, que l’occurrence contrariante, elle-même. Que le junior voie, alors, en quoi, son raisonnement, ressenti, sont délétères, erronés, donc, nette cause, de son stress. Notamment, dramatisation, catastrophisme, renforcements excessifs, du caractère prétendument, si intolérable, des choses. Supputations hasardeuses, arbitraires et, gratuites. Adojuvéniles généralisations, non fondées et, des plus abusives.

 

Inférences arbitraires, conclusions trop hâtives, attentes, comme, exigences déraisonnables. Autojugement, trop négatif, rigide, sur soi. Alors, le jeune, en coaching de vie, est capable, désormais, de corriger, sa vision distordue, pour mieux appréhender, relativiser, positivement, les choses. La colère est suscitée, par le stress et, en génère, à son tour. Elle nuit, à la santé, obligeant l’organisme, à se défendre. Elle abîme, le système cardiovasculaire. De fait, il y a, alors, excès réactif, de sang, vers les muscles, en mécanisme total, d’autodéfense : fuite, paralysie ou, combat. Les hormones, de stress juvénile, se démultiplient, notamment, adrénaline, cortisol, qui attaquent le cœur. S’il y a, en outre, excès, de cholestérol, le risque, d’artériosclérose, est fort accru. La solitude personnelle, sociale, comme, le manque, de soutiens humains solides, augmentent, le taux, d’hormones, de stress, la pression sanguine, donc, le stress. Le ressentiment amène aussi, à négliger, sa santé, notamment, à abuser, d’addictions, comme, d’alimentation, ce qui détruit plus, le système cardiovasculaire. La colère, du garçon  junior, nuit gravement, aux autres, à l’entourage, les stressant, aussi. Elle est souvent, injustifiée, excessive et, abus, de pouvoir586.

 

Par ses violences, elle porte préjudice, au jeune homme colérique, à ses victimes. La colère altère, la qualité, de vie, la santé, mais, peut aussi, tuer. La durée, de vie, des coléreux, est bien plus courte, en moyenne, que celle, des autres, entraîne, une mortalité élevée, dès, les cinquante ans. La colère ne peut être positive, légitime, adéquate, que si elle est fondée et, très limitée, en intensité, durée et, fréquence. La rage puissante, durable et, récurrente, est une calamité, pour la santé psychosomatique, du colérique, surtout, comme, en une moindre mesure, de ses victimes. Pour se garder, de la colère juvénile, il s’agit, de l’identifier, préciser, le contexte, les moments, concernés. Comme, de déterminer, son origine, son degré, d’intensité, de zéro, à dix. Vérifiant, ensuite, si l’intensité, de colère, est proportionnelle ou, non, à ce qui l’a déclenchée, sur une échelle, de zéro, à dix. Comparant, ensuite, le niveau chiffré, de l’intensité colérique, avec celui, du déclencheur, de la colère. Il y a, équilibre, lorsque les deux chiffres, correspondent. Si la colère est plus intense, que ce qui l’a provoquée, elle est abusive. Il convient, en ce cas, de modifier, de façon positive, le type, de pensée, d’émotion et, de comportement, du junior, en coaching de vie.

 

À l’égard, d’occurrences, à venir, de même type, pour être, alors, en mesure, de maîtriser, d’éviter, la colère andro-adoJuvénile. Ou, de la maintenir, à un niveau moindre, bien plus conforme, en intensité, à ce qui l’aura déclenchée. De fait, le plus souvent, tel, le stress, la colère provient plus, de ses états d’âme, interprétations excessives, que de vecteurs extérieurs, déclencheurs. D’où, l’intérêt, de contenir, ses pensées alarmistes, pessimistes. Notamment, en luttant, contre les exigences, attentes excessives, l’intolérance, à la frustration, la gêne, du jeune, en coaching de vie. Réalisme, pragmatisme, confiance, distanciation, relativisation, positivité, patience, sont alors, d’un fort grand secours. Il s’agit, de se détendre, de se raisonner. La colère et, les cris, génèrent trop, l’irascibilité accrue, le stress, la mauvaise santé, physique et psychique. Comme, le calme : la sérénité croissante, la paix, la bonne santé. Il vaut mieux, laisser sa colère et, ses envies, de hurler, s’évanouir, plutôt, que les libérer. De même, qu’il vaut mieux, qu’un féroce molosse, très « méchant », reste enfermé, muselé, plutôt, qu’en pleine liberté et, livré, à lui-même, dans la nature. La maîtrise, de soi, est signe, de grande force et, bonne confiance, de tout junior587.

 

Le déchaînement, du jeune masculin, en coaching de vie, gage, de faiblesses, de basse estime, de soi. Résoudre, crises, conflits, problèmes, est plus efficace et, satisfaisant, que s’emporter et, pester. Il vaut mieux, prévenir, que guérir, anticipant, en amont, positivement, en sa tête, les occasions, de colère. S’en préservant, à l’avance, plutôt, qu’en les déclenchant, sans retenues et, sans préparation préalable, en aval. Il suffit, de désamorcer, au préalable, les potentielles causes, de colères, par la négociation, la diplomatie, le dialogue, le compromis… L’on peut, aussi, se remémorer, les colères adojuvéniles antérieures, déjà, vécues, pour les revivre, en imagination. Cette fois, avec un scénario, de contrôle, de soi, de résolution, par le calme et, non, l’explosion. Prenant aussi, exemple, sur ceux, qui savent, rester « maîtres, d’eux-mêmes », quoi, qu’il arrive, pour faire, comme eux, en cas, de situations éruptives, pour soi. L’essentiel, est de rester ferme, tout en étant, modéré. Sachant, parfois, reporter, les confrontations, à des temps, bien plus calmes, propices, aux règlements amiables, plutôt, que conflictuels. N’oublions pas, aussi, la respiration profonde abdominale, la relaxation physique. L’humour, du junior, toujours !

 

Puis, le pardon, la magnanimité, la clémence, sont toujours, plus bénéfiques, moralement, physiquement, que le ressentiment, la vindicte, la vengeance. Le jeune, en coaching de vie, y gagne, par moins, de stress ! Car, si l’acte incriminé, n’est jamais, pardonnable, l’adojunior fautif est toujours, lui, digne, d’absolution ! « L’être humain étant, bien meilleur, que ses fautes ». L’anxiété excessive constitue, une autre grande cause, de stress, de même, qu’un stress, trop important, génère, beaucoup, d’anxiétés, d’angoisses. L’anxiété juvénile est liée, à un sentiment, conscient ou, inconscient, de danger, de menace, comme, de risque. Ce qui stresse, au plus haut point, par négativité, irrationalité. Cela, crée donc, encore plus, de stress, en diabolique, infernal, cercle vicieux. Le stress engendre, de l’anxiété et, réciproquement. La positivité, la raison, diminuant, à l’inverse, l’anxiété, le stress. Que le garçon  junior, cesse, d’envisager, le pire, prenant conscience, que la probabilité, des calamités, envisagées, est toujours, très faible, voire, nulle. Oublie, à jamais, catastrophisme, alarmisme, pessimisme. Le pire n’est jamais, assuré. Qu’il arrête, de confondre, simples inquiétudes naturelles et, calamités dramatiques, des plus imaginaires588.

 

Se garde, des inférences arbitraires, conclusions hâtives. Accepte, le lâcher-prise, le fait, de ne pouvoir ni, devoir, tout maîtriser. Imprévus, incertitudes, sont l’essence même, de la vie, juvénile et terrestre ! Une célèbre « supplique », d’origine incertaine, demande ardemment, au Ciel, de « donner, la sérénité, d’accepter, ce que l’on ne peut changer, ce qui ne peut l’être. Le courage, de modifier, ce que l’on peut ou, ce qui doit l’être. La sagesse, d’en bien connaître, la différence ». Cela permet, alors, d’être bien plus confiant et, optimiste, quant à sa « destinée humaine ». Le fait, de préciser, ses causes, d’anxiété, par écrit, permet, aussi, de les fixer, les circonscrire. Donc, mieux, les identifier, dominer, s’en sentir rasséréné. Le junior, en coaching de vie, peut, aussi, s’impartir, des temps ponctuels, limités, réguliers, pour évoquer, traiter, « dépasser », toutes ses anxiétés. Ce qui permet, d’en être affranchi, débarrassé, tout le reste, de ses journées, soit, la majeure partie, de son existence ! Cela, doit se faire, en un lieu précis et, nulle part, ailleurs. Par exemple, un coin reculé, délimité, de sa maison, où, le jeune homme n’ira, que pour l’usage, de son « défouloir, à soucis ». Il s’agit, de traquer, réduire, les ferments, qui perturbent, tracassent.

 

Ce qui permet, de leur dire, « Stop ! », chaque fois, qu’ils surviennent, ailleurs, donc, là aussi, de les circonscrire. L’anxiété androJuvénile provient, non, des problèmes réels ou, supposés, eux-mêmes. Or, de l’absence ou, ce que l’on croit être, absence, de solution, pour les résoudre. Ce qui donne, un douloureux sentiment, d’impuissance, d’irrémédiable, quant à ses difficultés. Que le jeune, en coaching de vie, pense, solution, plutôt, que problème, réversibilité, plutôt, que fatalité, caractère provisoire, plutôt, que définitif. Alors, il sera, bien moins, anxieux, stressé, bien plus, apaisé, soulagé. Il convient, de raisonner, pour trouver, la meilleure issue, agir, pour s’en sortir.

 

Plutôt, que se laisser aller, à l’accablement, au fatalisme, à l’apitoiement, sur soi, l’autodévalorisation, la plainte, la passivité, l’inaction, la résignation, au pire. De façon, masochiste. Que le junior ne tombe pas, dans le « syndrome Calimero » ou, syndrome, de persécution : le poussin, de dessin animé italien, des années 1960 et, 1970. Avec, sa coquille brisée, sur la tête, passant, sa vie, à geindre, de façon, plaintive, pathétique, pitoyable. Sans cesse, proclamant, urbi et orbi, d’une petite voix chevrotante, navrée, que : « C’est pas juste ! C’est jamais, juste ! C’est vraiment, trop injuste ! C’est toujours, à moi, qu’on s’en prend ! C’est pas, parce qu’on est petit, faible, que… »589.

 

Sous, le seul, prétexte fallacieux, qu’il est le seul, poussin noir, en une portée, de jaunes. Qui larmoie, sur sa juvénile différence, au lieu, de s’en réjouir. En réalité, Calimero n’est pas noir, mais, sale ! Il suffirait, qu’il se récure, « de fond, en comble », pour retrouver, sa couleur jaune, d’origine, comme, ses congénères. Or, tout occupé, à « geindre », il n’entrevoit, même pas, la réalité. Il ne songe donc, même pas, à la seule, vraie solution, à son « problème », réel ou, supposé, d’ostracisme. Souvent, ce que l’on perçoit, comme, guigne, est, en réalité, sa pleine chance ! Que le jeune masculin, en coaching de vie, raisonne, objectivement, calmement et, sainement ! Tente, de bien se conseiller, lui-même. Trouve, d’autres occupations, que la pensée anxieuse. Agir, se distraire, dispense fort, de s’inquiéter, même, d’ « avoir peur, de son ombre » ! Qu’il se remémore, des souvenirs heureux, plaisants ou, ait, des pensées, des plus agréables. Que le junior marche, notamment, en cadres apaisants, comme, en forêt. En les floraisons printanières, les touffeurs estivales, les splendeurs automnales ou, les neiges hivernales. Fasse, de l’exercice physique et sportif, ce qui euphorise, par sécrétions, d’endorphines, détend, par le mouvement, l’effort.

 

Que le garçon adojeune, en coaching de vie, parle, de ses soucis, à des proches, de confiance, ce qui soulage, allège, le fardeau, de la peine. Ajoute, malgré tout, un zeste, d’humour, de recul, sur lui-même et, ses tracas, petits, moyens, même, grands ! Également, en relaxation physique, comme, psychique. Qu’il positive, mentalement, en imaginant, le plus précisément, l’objet, de ses préoccupations inquiètes, toutes solutions idoines, associées. Puis, qu’il se projette, en esprit, la scène, plus réjouissante, de ses difficultés. Surmontées, remplacées, par une réalité nouvelle, emplie, de réussite, de joie et, d’apaisement épanoui. La réalité n’est pas anxieuse ni, anxiogène, c’est sa vision, qui l’est.

 

Alors, que le jeune homme, en coaching de vie, ait des pensées, émotions et, comportements zen. Sa situation n’en sera, que meilleure ! Les autres peuvent être, son enfer, comme, dans le théâtre sartrien. (J.-P. Sartre, philosophe français, 1905-1980, « L’enfer, ce sont les autres », Huis Clos, théâtre, France, 1944)590. Son paradis, selon la pensée, de Sœur Emmanuelle. (Religieuse française, 1908-2008, Les Confessions d’une religieuse, mémoires, France, 2008). Tout dépend donc, de son « appréciation », des choses. Cela, est affaire, de communication. Mal communiquer, informer, s’informer, stresse. Bien échanger, avec autrui, déstresse. Nombre, de difficultés adojuvéniles, sont relationnelles.

 

Le jeune masculin, en coaching de vie, est un « animal social », par essence. Il ne peut, se passer, de ses semblables, en dépend, ni vivre, en solitude totale. Même, les ermites, conservent, un lien minimal, avec leur communauté, leur hiérarchie monastiques, d’origine, selon, la règle, de leur ordre. Il est alors, capital, d’entretenir, de fort bonnes relations, avec « tous » ses congénères, en communiquant, adéquatement. Sous peine, de mauvaises relations, de rejet, déshérence, déréliction. Donc, marasme psychique, stress. Être, en « bonne intelligence », avec autrui, rend, plus heureux. Savoir, écouter l’autre, permet, d’avoir, de meilleures relations, avec lui, d’être, plus épanoui, mieux considéré, moins stressé. L’écoute authentique, est très engagée, active, participative, attentive et, réactive. Que le junior s’oublie, pour ne se concentrer, uniquement et totalement, que sur l’interlocuteur et, ce qu’il dit. Avec, empathie, compassion, congruence. Sans donner, des conseils, car l’autre, a surtout, besoin, de parler, d’être écouté. Écoute, qui lui fait du bien, autant, qu’elle est bénéfique, à la santé, du jeune, lui-même, se détendant, aussi. Il est, tout autant, important, pour lui, aussi, de parler, bien parler, mais, le moment et, son tour, venus.

 

Même, si le garçon  junior, en coaching de vie, est stressé, qu’il essaye, en ses propos, sa façon, de communiquer, d’être calme, courtois. Parle, à la première personne, du singulier, le « je », surtout, s’il a, à blâmer, autrui, cela, lui évitera, de se sentir, agressé. Qu’il bannisse, amalgames et, exagérations ou, généralisations, accusateurs. Évite, de cataloguer, d’enfermer, autrui, en un qualificatif, une épithète, peu flatteurs, qui ne font, que blesser, inutilement. Qu’il ne mette, jamais, en cause, la personne, mais, son seul comportement, pour éviter, tout jugement, de valeur juvénile, comme, toute personnalisation. L’on vaut plus, est tous, plus, que ses actes et, fautes ! Il s’agit, aussi, d’opter, pour le meilleur moment, pour s’exprimer. Une bonne communication, va de pair, avec une conjoncture favorable. Les meilleures paroles, ne « passent » jamais, si elles sont dites, à contretemps. Que l’adojeune attende donc, le bon moment, pour que l’interlocuteur, soit en les meilleures dispositions, possibles. Ce qui évitera, le stress. Un bon relationnel, à autrui, passe, aussi, par une estime et, acceptation, de soi, une confiance et, une affirmation, de soi, suffisantes, solides. Gage, d’harmonie, de lien, congruente, authentique et, réciproque591.

 

À défaut, prévalent, stress, tensions, regrets, amertumes, si l’on manque, d’assurance, de foi, en soi. En tout contact juvénile, l’harmonie, la réussite relationnelles, ne reposent, que sur l’affirmation, de soi, équilibrée, ni trop ni, trop peu, ce qui se nomme, assertivité. Ce qui implique, d’exprimer, toute sa pensée et, ses émotions, de façon, tempérée, mais, résolue. En fermeté, expression libre, authentique, respect, de soi, des autres, sans attaque ou, reproche et, pas davantage, inféodation, effacement. L’affirmation, de soi, exclut, l’inhibition passive, l’agressivité violente, la manipulation mensongère. La passivité, du junior, en coaching de vie, donne, la priorité excessive, aux besoins, des autres, jugés, à tort, plus justes, aux dépens, des siens, estimés, à mauvais escient, moins légitimes. L’agressivité consiste, à nier autrui, ses droits, émotions, intérêts. S’arrogeant, abusivement, le droit et, le devoir impératifs, de l’écraser, de l’emporter, à tout prix, sans tenir compte, du principe, de justice. Même, si l’autre, a raison, l’agresseur, tort, que ce dernier, en a conscience. La manipulation, du jeune homme, consiste, à vouloir, amener, l’autre, sur son terrain, à soi, non, celui, d’autrui, pour obtenir, ce que l’on veut. Viser, son intérêt, aux dépens, de l’autre.

 

Tout en le persuadant, de choses fausses, à son détriment, pour son seul, intérêt, en duperie totale. Ce qui serait qualifié, en droit civil, de « clauses léonines » et, qui est interdit. Tous les avantages, à l’une, des parties andro-adoJuvéniles, tous les inconvénients, à l’autre, de façon, très exclusive, unilatérale, lésionnelle. Il est possible, qu’en une situation donnée, il soit usé, tour à tour, des quatre registres. Évoqués, par l’une, des « parties prenantes » ou, par les deux. Or, généralement, chacun, se cantonne, à un seul, type relationnel. Le plus efficace, épanouissant, légitime, honnête, positif, étant, le mode affirmé, dit, assertif. Car, il s’agit, du plus respectueux, de soi et, d’autrui et, de la personne, du jeune, en coaching de vie. Il consiste, à être soi, défendre, ses droits et, intérêts, pour soi, mais, non, contre autrui ni, à ses dépens. Ce qui permet, de se protéger et, sans agresser autrui, pour autant. En un processus, sans vainqueur ni, vaincu, mais, gagnant- gagnant. Non, perdant-perdant ni, gagnant-perdant ni, perdant-gagnant. Ce qui autorise, aussi, à être positif, bienveillant, à l’égard, des autres et, que tous les juniors évitent, ainsi, les stress et, tensions. En comportements et, actes droits, justes et, bienfaisants, pour tous592.

 

L’affirmation, de soi, juvénile masculine, n’est pas un pouvoir, sur, contre ou, sans, les autres, imposé, à autrui. Or, sur soi, non, pour vaincre, dominer, mais, être soi-même, en épanouissement, avec, pour, les autres, autant, que pour soi. Assurance, foi, en soi, renforcent, mais, bénéficient, aussi, aux autres, car cela, contribue fort, à l’ « harmonie relationnelle universelle ». S’affirmer, consiste, à bien, savoir refuser, s’opposer, déplaire, être en désaccord, penser autrement et, différemment. Affronter autrui, calmement, or, fermement. Faire passer, tous ses besoins, de junior, en coaching de vie, avant, ceux, des autres, en légitimité. Agir, selon, ses envies, sans culpabiliser. Penser, que tous ses sentiments, sont plus importants, que ceux, des autres ou, autant. Accepter, ses imperfections, torts, erreurs. Ne pas toujours, se conformer, à la volonté, d’autrui. Se concevoir, comme, autant valable, que les autres. Accepter, les éloges, gratifications, sans réserves. Si c’est légitime, se donner, le droit, de mécontenter, décevoir, peiner, sans « états d’âme ». La compulsion systématique, à plaire, sera durement, combattue. Le jeune n’a, pour raison d’être, ni de plaire ni, de déplaire, mais, d’être, lui-même, authentique, en respect, de soi, et, d’autrui.

 

Face, aux situations, personnes difficiles, calme, respiration, relaxation juvéniles, s’imposent. Avec, pour se défendre, des abus, d’autrui, usage progressif, gradué, des armes, d’affirmation, de soi, de la plus douce, à la plus radicale. Selon, les besoins et, les résultats successifs, des moyens utilisés. Dans la limite, du respect, de la légitimité, comme, du droit. Avec constance, persévérance, répétition réitérée, de sa demande, ténacité, du garçon  junior, en coaching de vie,  jusqu’à obtention justifiée, de « gain de cause ». Quitte, si besoin est, de mieux, faire passer, son refus, par de « bonnes paroles », qui n’engagent, à rien, ne coûtent rien. Or, permettent, de refuser, en douceur, si l’on tient, à ménager, l’interlocuteur. L’on peut aussi, limiter, le stress, en situation tendue, par la distanciation, qui consiste, à ne jamais, prendre les choses, pour « argent comptant ». Trop, à cœur ni, à titre personnel. Une opinion n’est pas, un fait. La valeur, d’un jeune, ne dépendra, jamais, des jugements, d’autrui, sur lui et, ses comportements ou, résultats. Chaque fois, que possible, qu’il s’entraîne, au préalable, à affronter, les situations difficiles, pour s’y affirmer, au mieux, de ses intérêts, son intégrité. Le jeune adulte ne se révélera, que dans les épreuves593.

 

Gardant, ses forces juvéniles, pour les confrontations majeures, inévitables, incontournables. Évitant, fuyant, soigneusement, le reste, qui ne vaut pas, son temps, son énergie, son stress. Ses valeurs, attitudes, peuvent aussi, générer, du stress. Quand, ses résultats, objectifs, actes, croyances et, décisions, en rapport, frustrent, ne satisfont pas, n’aboutissent pas… Le stress vient, d’une discordance, entre ses idéaux, valeurs, comme, comportements, d’une part, ses décisions et, actes, de l’autre. S’il y a, au contraire, harmonie, la sérénité prévaut, alors. D’où, l’importance, de faire, en sorte, que ses adhésions soient, véritablement, les siennes, par libres et, vrais choix personnels.

 

Réactualisés, en permanence, pour authenticité, épanouissement, efficacité. À chaque junior, en coaching de vie, de savoir, déterminer, quels sont, ses priorités, échelle, de valeurs et, choix existentiels fondamentaux. Domaine, par domaine, « champ, par champ », sans rien oublier, de capital. Par ordre, d’importance et, d’urgence ou, de priorité. L’on n’a, qu’une seule vie, si brève, même, si elle s’avère, centenaire. Il s’agit, alors, de ne pas, se leurrer, s’égarer. Que chaque jeune homme, aille, à l’essentiel, le plus fondamental, en total accord, avec sa conscience personnelle, son for interne !

 

Qu’il voie, ensuite, ce qui a été réalisé, atteint, ce qui est effectif, établisse, une stratégie, un plan, de bataille, pour concrétiser, ce qui reste, à établir. Prévoyant, du temps disponible, pour cela. N’oubliant pas, que l’humour, le rire, donnent, une meilleure santé, allongent, la durée, de vie ! Le stress, du junior, en coaching de vie, en est diminué, par baisse, de la pression sanguine, ralentissement, du rythme, du cœur. Le cerveau diffuse, bien plus, d’endorphines, ce qui relaxe. Les défenses immunitaires sont renforcées. Les hormones, de stress, très réduites. L’humour relativise, les duretés, de la vie, allège, l’existence, en limitant, les excès, de gravité, nuisibles. Relativiser, avec humour, permet, d’envisager, les situations andro-adoJuvéniles difficiles, en les imaginant, pires encore, au « paroxysme, de l’horreur ». Cela aide, à supporter, ce qui, bien souvent, n’est pas, si affreux, qu’on le pensait, au préalable. En outre, aider autrui et, donner, rend heureux, plus encore, que de recevoir. La générosité, l’altruisme, le dévouement, gratuits et désintéressés, empêchent, tout stress. Se sentant utile, aux autres, le jeune se grandit, oublie, ses misères. Il s’honore, se dépasse, lui-même, progresse, en maturité, sagesse et, expérience, de vie594.

 

Pour contribuer, au bonheur, des autres, en se rendant, soi-même, heureux, de leur bonheur. Gratifier, autrui, gratifie, soi-même ! Cela, donne, un sens, un but, à son existence. Le stress juvénile masculin vient, souvent, d’une absence, de perspective, de vie, d’absolu. Sa vie, sa personne, prennent, toute leur importance et, signification. L’on ne peut, être heureux, en ne vivant, que pour soi-même. Cela, permet, aussi, son intégration sociale, des liens et, rencontres positifs, chaleureux et, enrichissants, pour tous. Cela, prend, temps, énergie, détourne, de ses soucis et, abaisse, le stress, du junior, en coaching de vie. Son image, de lui-même, de sa valeur, grandit, d’autant, ce qui apaise, dope, son épanouissement, estime, confiance, affirmation, de soi-même. Outre, son mieux-être psychique, l’altruisme contribue fortement, à la bonne santé physique et, même, à l’allongement, de la durée, de la vie. La foi, en quelque chose, qui dépasse, le jeune, peut l’aider, à « grandir », en plénitude accrue. Une « spiritualité », qui transcende et, fait s’accomplir, se réaliser, en « rédemption métaphysique », aide, le junior, à trouver, apaisement, sérénité, lutter, contre, le stress. Le secours moral est très réconfortant, pour qui souffre, de doute, d’affliction.

 

En véritable, axiologie ontologique, car, l’humain a besoin, de se percevoir, tel, « plus grand, qu’il n’est ». L’impact positif, sur le jeune, en coaching de vie, de la haute croyance morale, a été mis, en évidence, scientifiquement. En matière, de limitation, du stress, des maladies, psychiques, physiques, guérisons, prévention psychosomatique. Même, d’allongement, de l’espérance, de vie, et, de prolongations, de la durée, de vie, réelle. De fait, la foi contribue, à ennoblir, l’existence, en lui assignant, sens, but. Qui, est, le garçon junior, d’où, vient-il, où, va-t-il, pourquoi, vit-il, survivra-t-il, à sa mort terrestre physique ? La science ne peut, seule, y répondre, la foi, oui ! Cela, répondra mieux, aux interrogations, des jeunes, que la pure, seule, matérialité, d’ici-bas. Cela, importe, tout particulièrement, à une jeunesse, âge métaphysique, par excellence, qui s’interroge. Qui est tant éprise, de plénitude morale, en sa « quête ontogénique, d’absolu ». Plus, que jamais, qu’à n’importe, quel autre âge, de la vie. La foi spirituelle « stimule », ce qui détruit, le mieux, le stress : la bienveillance et, rejette, ce qui renforce, le plus, ce même stress : la malfaisance. Le junior qui agit, de façon, constructive, non, destructrice, ne connaît alors, nulle, défaillance595.

 

La foi morale juvénile est espérance, acceptation, de soi, d’autrui, de la vie, elle-même, en ses réalités multiformes. Elle ancre, au plus profond, de soi, la valeur, de positivité, d’optimisme, en la certitude, du meilleur. Au détriment, de la crainte, négative et, pessimiste, du pire. La foi fait comprendre, au jeune homme, en coaching de vie, qu’il ne peut, tout maîtriser, ce qui est gage, de sérénité, mais, non, pour autant, de défaitisme, résignation. Car, elle enseigne, le devoir, de se battre, résolument, pour accomplir, sa destinée, sa mission terrestres. Elle est un lien, aux autres. La sociabilité, du junior, la communion, avec autrui, la solidarité, le partage, la générosité, sont encouragés, par la spiritualité.

 

Sont des réducteurs majeurs, de stress. La foi rend serein et, confiant, par des influx psychosomatiques, bénéfiques, du fait, de la méditation, la prière, la contemplation, l’oraison. Gages, de relaxation, détente, paix intérieure, du jeune. Les psys recommandent, de plus en plus, la méditation, pour mieux être et, mieux vivre. Une expérience scientifique a été réalisée, sur la personne, de M. Ricard, moine bouddhiste français contemporain, généticien moléculaire, proche conseiller, du 14e Dalaï-Lama. (T. Gyatso, actuel chef spirituel, du bouddhisme tibétain, depuis 1950). Sujet, de paix intérieure, de méditation, haute spiritualité.

 

Elle a irréfutablement, mis en évidence, que la haute spiritualité, de ce religieux, induisait, en lui, un excellent état général, de santé psychophysique. Notamment, des propriétés, des plus remarquables, d’un point de vue, cérébral, comme, cardiovasculaire. La méditation agit, sur le fonctionnement, du cerveau, du junior masculin, en coaching de vie, le rend heureux. En méditant, le cerveau produit, des ondes gamma, liées, à la conscience. Le lobe cérébral gauche, du néocortex préfrontal, celui, de la pensée, est activé, en optique, de forte positivité. La foi protège même, de la dépression. De même, il a scientifiquement, été établi, que la pratique spirituelle régulière, protège bien, du stress, des affections cardiovasculaires, par l’apaisement, ainsi, retiré. Combattre, prévenir, le stress, du jeune, est une lutte, de chaque jour, l’on y parvient, par l’observation, régulière, de principes antistress intangibles.

 

Se détendre, physiquement, psychiquement, prendre intérêt, plaisir. Soigner, son hygiène, de vie : sommeil, alimentation, activité physique. Positivement, relativiser, ne se focaliser, sereinement, que sur l’essentiel. Éviter, la colère, le ressentiment, qui détruisent, conserver, un bon contrôle andro-adoJuvénile, de soi, apaisant, quoi, qu’il arrive596. Au profit, d’une solide « paix intérieure », du jeune, en coaching de vie. Être méthodique, autodiscipliné, rigoureux, organisé, bon gestionnaire, de sa vie. Optimiser, son temps, privilégier, le présent, plutôt, que l’avenir et, surtout, le passé. Bénéficier, user, d’un bon, loyal, fidèle, réseau juvénile, de soutien psychoaffectif et, social, inconditionnel. Développer, se référer, à de solides valeurs, idéaux, engagements, croyances, adhésions, « objectifs existentiels » bienfaisants. Cultiver, humour, légèreté, distanciation, à l’égard, de soi, d’autrui, de la vie… Voilà, qui apaise ! (Elking, 2002)597.

 

__________________________________

Uto est un garçon italien, de dix-neuf ans, excellent pianiste, à ses heures perdues. Son look est punk, cuir. Il se donne, des « airs, de cynisme ». Sa mère l’oblige, à partir, aux États-Unis, chez l’une, de ses amies, pour qu’il s’amende, quelque peu. Uto arrive, donc, en une famille italienne, d’Amérique, qui vit, en communauté hindoue, sous la houlette, d’un gourou. Tout cela, exaspère, le jeune arrivant, qui décide, alors, d’ « y mettre, son grain, de sel », bien à lui. Il va, un à un, « détourner, du vertueux droit chemin », tout ce petit monde, comme, les principes, qu’ils s’étaient choisis. Avec, une férocité, une délectation, toutes diaboliques. Par la séduction, la subversion, l’anticonformisme. Ayant totalement, converti, toute la communauté, à ses principes libertaires, Uto prend même, la place, du gourou, décédé. Il devient, alors, « calife, à la place, du calife », nouveau chef charismatique, malgré, son fort jeune âge. Il parvient donc, enfin, à être, lui-même, se réalise, en sa nouvelle mission, d’influence morale.

 

Ainsi, se narre, le roman, d’A. De Carlo, Uto. Il démontre que, si le monde adulte, influence si fort, la jeunesse, celle-ci peut, aussi, marquer, la société, des aînés. Uto, jeune homme, de moins, de vingt ans, quitte, son Italie natale, arrive, en Amérique, du Nord, ce, pour la première fois, de sa vie. L’on pourrait s’attendre, à ce que ses hôtes autochtones, « impriment leur marque ». Lui imposent, leur prééminence, d’indigènes structurés et, majoritaires, dominants. Lui, l’étranger, seul, plus jeune, inexpérimenté et, en devoir, de bien s’intégrer et, s’adapter, se faire accepter. Or, c’est l’inverse, qui advient. Uto n’est pas influencé, c’est lui, qui assène, ses lois, principes, visions, aux « locaux » !

 

Étonnante plasticité, de la juvénilité, si passionnée, qu’elle s’acclimate partout, sait, modeler, autrui, « à son image ». (A. De Carlo, écrivain italien contemporain, Uto, œuvre littéraire, Italie, 1995)598. Le junior a sa propre souveraineté, libre détermination, conscience. Il n’est pas, le Golem, des adultes. Cet être mythologique, inachevé, sans parole ni, libre-arbitre. Ne dépendant, que de son créateur humain. Lequel, ne l’anime, ne lui donne vie et, existence, qu’à sa seule, initiative, son seul, bon vouloir et, son seul, service exclusif. En la tradition hébraïque. Oui, la jeunesse est maîtresse, d’elle-même et, de son destin. En vitalité propre, non, inertie. En emet, vérité, non, met, mort ! (En langue hébraïque, selon, la mystique talmudique).

 

__________________________________

 

 

Rester, en bonne « communion », communication, avec l’androJunior

 

Concernant, un même échange, jeunes masculins, en coaching de vie et, adultes, ont une appréciation différente ou, même, antagonique. Ce qui peut nuire, à la compréhension mutuelle. D’où, l’intérêt, d’être au clair, avec soi et, entre partenaires, de dialogue, quant à la nature exacte, la teneur, comme, le sens, de ce dernier. Pour éviter, malentendus, mauvaises interprétations, donc, rancœurs. Sinon, cela peut aboutir, de façon caricaturale, au pseudo-dialogue, d’Harpagon et, de son jeune fils, Cléante.

 

Parasité, par les détournements, fort tendancieux, de malignité, du serviteur, maître Jacques, jouant, l’intermédiaire, l’entremetteur, l’interprète véreux. (Molière, J.-B. Poquelin, dramaturge français, 1622-1673, L’Avare, acte IV, scène 4, comédie théâtrale, France, 1668)599. L’on se gardera, des accusations culpabilisantes et, questionnements inquisitoriaux. Or, l’on privilégiera, en réciprocité, parole, écoute, respect, considération, sérénité, concentration, importance donnée. La verbalisation, entre un junior et, un adulte, qu’il soit parent, enseignant ou, autre, est bonne. Quand, le cadet a bien perçu, saisi et, appréhendé, la communication, qui lui a été délivrée.

 

Le jeune garçon, en coaching de vie, pense, bien échanger, avec l’adulte, quand, il attire, son attention, suscite, son intérêt. Quant à ses propos, pensées, émotions, comportements et, actions. Parvient, à infléchir, son opinion, façon, de faire, d’être, à son encontre, lorsqu’il se voit accorder, de sa part, ce qu’il avait oralement, « sollicité ». Que l’adulte, ait une autorité particulière, sur l’adojunior – parents, enseignants, responsables – ou, pas. La communication n’est pas, seulement, une affaire, de message, mais, aussi, d’autres vecteurs capitaux. Comme, le mode relationnel préexistant, les appréhensions personnelles et, sociales propres… Un désaccord peut nuire, au dialogue. Si la relation est bonne, l’adojeune sera plus réceptif, à l’échange. La communication, junior-adulte, est positive, si ce dernier, ne privilégie pas, uniquement, l’effet escompté, pour lui, du dialogue. Or, aussi, tout autant, le lien relationnel, le type, de discours et, de contact, avec l’adolescent, l’impact induit, pour le jeune. La bonne communication, avec la jeunesse, implique, de ne pas tenir compte, de son registre émotionnel éruptif. Lequel, exacerbe, tensions, imprécations600.

 

Celui, qui est propre, à l’instabilité naturelle, des adojuniors, en coaching de vie. En fermeté, compréhension, à la fois, les adultes auront, alors, toute la latitude, l’autorité naturelle, nécessaires, pour se faire entendre, des jeunes et, les écouter. La meilleure façon, pour un adulte, d’aider, un adojunior, à grandir, est de lui offrir, des temps, de libre parole, d’échanges verbaux. Sans, le contrer ni, juger sa personne et, ce qu’il exprime. Cela, est nécessaire, pour tout adolescent, lui permet, en se disant, d’élaborer, son identité juvénile propre, s’autonomiser, se différencier, d’autrui. Par la confrontation orale, interactive, sereine, ouverte, pacifique, le jeune se singularise.

 

En apprenant, à réfléchir, par lui-même, comprendre et, résoudre, les défis, qui se posent, à lui. Le langage verbal a l’éminente vertu, de garantir, à tout adojeune, la réussite, d’un processus, d’ « individuation-séparation », indispensable, par rapport, à soi, et, autrui. Tout en étant, en mesure, d’être intégré, parmi, les autres, adultes et, pairs néogénérationnels. La parole permet, tout à la fois, de communiquer et, se différencier, par le biais, de l’oralité, sans, le recours, à la force physique. Les adultes éprouvent, à l’égard, des jeunes hommes, des exigences, des attentes, quant à la réaction adojuvénile, à leur discours, d’aînés dominants. En matière, d’exécution effective.

 

Sur le mode, de la bonne perception, compréhension et, application. Or, tous les jeunes, en coaching de vie, ne peuvent ou, ne veulent, se plier, à tous ces desiderata. Le fait, que l’adolescent entende bien, comprenne, la parole adulte, n’implique pas, pour autant, une application, de sa part. De fait, l’envie, le désir, le besoin, l’intérêt, la réalité, l’attente, le naturel androJuvéniles, ne correspondent pas, forcément, avec la vision, la demande, des adultes, à leur encontre. Loin, s’en faut. Au grand dam, de ces derniers. L’adolescent n’associe pas toujours, le devoir, même, conscient et, la nécessité, de s’y conformer. Le jeune réel est souvent, bien différent, du junior idéalisé, par les adultes, il ne répond donc, pas, systématiquement, aux désirs, des aînés. Ces derniers auront alors, tendance, à s’en prendre, à lui, à ses opinions, comportements, jugés, de façon, hostile, dépréciatrice, négative. Ce qui génère, crises, conflits, comme, ruptures. Le lien, avec l’adulte, est fort positif, harmonieux, car dépassionné. En l’absence, d’exigences, à l’encontre, de l’adojunior ou, si ce dernier s’intègre, s’exécute ou, correspond, à ce qui est exigé, de lui601.

 

Il est donc, nécessaire, que ce dernier accepte, que son souhait et, l’exécution, par le jeune masculin, en coaching de vie, ne correspondent pas. Pas toujours, parfaitement ou, systématiquement. Qu’il faille, alors, renoncer, au stéréotype magnifié, de la jeunesse. Puisque, comme, les adultes, celle-ci a ses failles. Cela, n’implique, nullement, pour autant, la renonciation, à toute éducation, légitimes exigences. De façon, ferme, ambitieuse, mais, réaliste, raisonnable. N’oublions pas, que le junior n’est pas encore, adulte accompli. L’on ne peut donc, attendre, de lui, ce que l’on est en droit, d’exiger, d’un adulte accompli. L’adulte peut démontrer, au jeune, qu’il peut, tout comme, lui, se re/structurer psychiquement et, que cela, est fructueux. Cela, incite fort, l’adolescent, à évoluer, positivement. L’harmonie verbale ne suffit pas, pour bien communiquer. Le non-verbal compte, encore plus. Notamment, les émotions, gestes, mimiques, regards, positionnements corporels… Il est important, en sa relation, aux juniors, que l’adulte reste bien, en son registre, de communication adulte. L’adolescent, en tant, que tel, sera réactif, éruptif, dans l’immédiat, l’émotionnel, l’irrationnel, le réactionnel, pulsionnel. En réactivité, purement, « épidermique ».

 

L’adulte sera alors, fort tenté, de surenchérir, dans le même registre, ce qui est inapproprié, contre-productif. Car cela, cantonne le dialogue, en l’excès, comme, l’exagération, de façon, très dichotomique et, manichéenne. Le garçon  junior, en coaching de vie, ne sait pas « gérer », ses frustrations. Il veut « tout, tout de suite », pour assouvir, ses pulsions, ses plaisirs. Il vit, en l’instant présent car, pour lui, plus tard, signifie, trop tard, trop loin ou, jamais. Il ne sait pas surseoir, différer, attendre. Quant à l’adulte, il se doit, à l’inverse, de toujours, se donner le temps, de réfléchir, avant, de dire ou, faire, réagir, agir, proagir. Pour pleinement, apaiser, réussir, son contact, avec le jeune. Pas, de manipulation, d’agressivité ou, encore, de fuite, de passivité ou, d’indifférence, donc, mais, de l’affirmation, de soi, ferme, tempérée, à l’égard, de tout junior. Cela évite, que le jeune soit, encore plus, excessif, en difficulté et, l’incite, à s’apaiser et, se comporter, plus calmement et, idoinement. Tout adolescent, attend, de l’adulte, sérénité, empire, sur soi-même, exigences, limites, supervision paisible, comme, stricte. Aptitude, à dépasser, toutes les crises, arbitrer, les dissensions, très bien, appréhender, les difficultés, problèmes, capacité, à les vaincre602.

 

Pour bien réussir, une communication, avec un jeune homme, en coaching de vie, il convient, de ne pas instaurer, un rapport, de force, domination. Ni, de l’abaisser, le moquer, ridiculiser, l’infantiliser. Il sera calme, courtois, respectueux. Or, à une condition. Si l’adulte, qui lui parle, lui manifeste, alors, considération, attention, déférence. En tout et, pour tout ou, presque, le junior est très différent, de l’adulte. Paroles, pensées, émotions, comportements, actes, abstentions, comme, intérêts, divergent fort. Admettons, ces dissemblances, entre, les façons, d’être, de faire, juvéniles et, adultes, en tolérance. Quant aux attitudes et, opinions légitimes. Les jeunes, eux-mêmes, étant toujours, « tolérables », en tant, qu’humains et, humains, « à part entière, non, à part ». Acceptons, que les juniors ne soient pas et, ne fassent pas, comme, leurs aînés adultes. Défendons toujours, inconditionnellement, ce droit sacré, à la différence, qui n’est pas un droit, à l’indifférence. Ce qui ne fait, en aucun cas, cautionner, les dérives, abus et, déviances. À l’adulte, de toujours, rester « intraitable », sur l’essentiel, en matière, de valeurs, de lois, d’appréciations. Tout en communiquant, ses oppositions, les clarifiant, avec empathie, compassion, congruence.

 

Qu’il donne, au jeune masculin, en coaching de vie, le temps, de bien appréhender, son discours, de pouvoir évoluer, en pensées, attitudes ou, actions, peu à peu. Sans rejet total ni, agrément inconditionnel, de ce qu’il pense ou, fait. Ni trop, de proximité, ou, d’éloignement. Sa personne même, restant toujours, inviolable, hors, remise, en cause. L’adojeune sera toujours, considéré, en toute occurrence, ès qualité. Jamais, ni comme, un enfant, qu’il n’est plus ni, comme, un réel adulte, qu’il n’est pas encore. Le junior requiert la reconnaissance, par l’adulte, des différences, qui les séparent, une guidance, solide et ferme. Dont, il sait, avoir encore, le plus grand besoin, pour « grandir » et, devenir, à son tour, adulte. Sans rigorisme ni, laxisme. Le jeune a besoin, d’autonomie, de liberté et, de responsabilité. Or, tout autant, de contrôle, de dépendance, comptes, à rendre. L’indépendance totale est prématurée. Le tout, dans le respect, de sa dignité, de son intimité. Sans abus ni, déviances. Pour apprendre, expérimenter, comme, aussi, progresser, en sécurité et, souplesse. Le tout, de façon, adaptative, évolutive, plastique. Il n’y a, pas plus, de « jeune, idéal et parfait, que d’adulte, génial et infaillible » Telle est, la loi, de l’imperfection humaine603.

 

La communication intergénérationnelle y gagne, quand, tous les protagonistes, aînés, cadets, reconnaissent, leur perfectibilité, du fait, de leur faillibilité. En assumant, autant, les succès, que les ratages, sans arrogance, vanité, honte ou, culpabilité. L’adulte, en son rôle, d’autorité, limitative et protectrice et, d’éducateur-transmetteur. Le garçon  junior, en coaching de vie, en droit et devoir, de tracer sa propre voie, tout en respectant, des règles préétablies, par les aînés, en son intérêt. Alors, les jeunes appliqueront, les préceptes adultes, par pures conviction, adhésion, non, par défaut et, coercition. L’autorité adulte sera juste, mesurée, car, consentie et, perçue, comme, légitime, équilibrée, par les juniors. En sa communication, le jeune sera pleinement, « habité », par ses pensées, émotions, opinions, perceptions, sur le mode instantané et, conjoncturel. Il est très perméable et, réceptif, quant au type, d’échanges, qui lui est réservé et, concernant, les états d’âme, de ses interlocuteurs. Ce qui peut, fort influer, sur lui, son ressenti, son fonctionnement communicationnel. Une bonne communication, utilise, tous les registres, d’échanges. La forme compte donc, tout autant, que le fond et, le verbal, autant, que le non-verbal ou, le paraverbal.

 

La logique, autant, que le contradictoire, l’informatif, autant, que l’interactif, l’explicite, autant, que l’implicite. Le junior, en coaching de vie, a tendance, à fuir, l’adulte, qui s’intéresse, à lui, comme, à rechercher, celui, qui l’ignore. L’adolescent communique beaucoup, physiquement. Par ses comportements et, actes. Il souhaite, des adultes, des réponses verbales. Parce que le corps, est fort important, pour le jeune homme, sa communication sera physique, réactive et, active, proactive ou, interactive. Cela, participe, de l’élaboration, de son identité, de l’affirmation, de lui-même, de son originalité propre. Outre, son corps, le junior utilise ainsi, sa façon, de se vêtir, sa coiffure, ses attitudes, modes, de somatisations. Les messages adojuvéniles, à décoder, sont donc, autant, oraux, que corporels, comportementaux. Par toutes ses postures, attitudes, le jeune envoie alors, des signaux significatifs, aux adultes et, pairs. Le junior incommodé, par certains messages, peut, s’en prémunir, de façon, défensive et / ou, offensive, par certains codes. Passivité, indifférence, dédain ou, franches oppositions. Il s’agit, d’obstruction, active ou, passive. Les jeunes peuvent instrumentaliser autrui, de façon, consciente et, délibérée ou, inconsciente et, involontaire604.

 

Sans, pour autant, toujours, avoir le sentiment, de parfois, manipuler, les autres. Le plus souvent, il s’agit, d’une saine, normale distanciation et, différenciation, des juniors masculins, en coaching de vie, à l’égard, des adultes. Notamment, les plus proches et, symboles, d’autorité et / ou, affectifs, comme, les parents et, enseignants. En un objectif, d’autonomie, de construction personnelle et, de maturation. Cela, n’implique pas, pour autant, le plus souvent, rejet ou, conflit aigu. Il y a, un double mouvement, concomitant, tout à la fois, d’éloignement et, de désir, de lien, bilatéral, multipolaire.

 

La quête, de relations, ne passe pas, seulement, par l’harmonie communicationnelle, mais, aussi, tout autant, par les crises, les contentieux. Selon, le « principe », qui veut, à tort ou, à raison, que l’ « attaque est bien, la meilleure défense ». L’adolescent cherche alors, ainsi, à se défendre, préventivement, par crainte, d’être dominé et, maltraité. Il « mordra », pour éviter, de l’être. Le jeune a beaucoup, de mal, à supporter, refus et, frustrations. S’il n’obtient pas, gain de cause, par la « méthode douce », il opte alors, pour la force, l’intrigue, la manœuvre, l’intimidation, la manipulation. C’est la « guerre, à outrance, blitzkrieg, à effet, de réduire, l’ennemi, au plus vite ».

 

Il s’engouffre, dans les moindres brèches, doutes, faiblesses, de l’interlocuteur. Qu’il est fort capable, de bien percevoir, contrairement, aux enfants. De fait, le garçon adojunior, en coaching de vie, devient apte, à se « mettre, à la place », des autres, donc, à bien appréhender, leurs émotions. Les adojeunes « testent » les adultes, en leur capacité ou, non, à faire face, à la nouvelle génération, de façon souveraine et, « sans peur ni, reproche ». L’autorité adulte est donc, validée et adoubée, par les adolescents, quand, elle s’impose, à eux, par sa légitimité. Sa qualité supérieure, l’apport bénéfique, que lui reconnaissent, les adojuniors. Non, du simple fait, qu’il s’agit, d’une primauté prééminente, par essence, prédéterminée, absolue, de « droit divin ». Le rapport, de force, est alors, souvent, privilégié, par les jeunes, mais, aussi, par les adultes. Entre soumission servile et, rébellion subversive, l’idéal éducatif, à l’encontre, de la jeunesse, consiste, alors, en un débat explicatif bilatéral, adulte-junior. Ce qui permet donc, à ce dernier, de bien saisir, adhérer et, appliquer, des directives, proposées, librement, non, imposées, d’en haut. Le lien hiérarchique, vertical, d’autorité, jadis, imposé, à l’enfance, devient, rapport coopératif605.

 

Plus horizontal, de responsabilité, à l’adojeunesse. En famille, dans les études et, le monde, du travail. C’est, assurément, ce que revendiquent, les juniors, de treize – vingt-quatre ans. Le dialogue s’impose donc, toujours, avant, la sanction éventuelle, non, assénée, mais, expliquée, en valeur pédagogique. La contestation adojuvénile n’implique et, ne signifie pas, forcément, une rupture, un refus, définitifs et absolus. Or, une façon, de s’affirmer, comme, d’affirmer, son existence. Laissant, généralement, la porte ouverte, à la négociation. L’ « imperium adulte » sera rejeté, s’il est malveillant, rigide ou, indifférent.

 

Accepté, s’il se veut bienveillant, souple, proche. En la fermeté, l’écoute, la compréhension et, l’assurance, la sérénité et, l’adaptabilité. La jeunesse, en coaching de vie, est toute contradictions. Entre distanciation et, proximité, distinction et, similitude, dialogue et, silence. Sa communication est donc, fluctuante, incertaine. La parole est, tout à la fois, contentement et, gêne. Synonyme, d’insatisfaction, mais, aussi, de quête. De confiance et, de peur, de se dire et, de se rendre, ainsi, vulnérable. Or, tous ces paradoxes permettent, au jeune homme, de se forger, son propre personnage. De ses potentiels et, atouts, les plus décisifs.

 

Ses propres modèles identificatoires. À l’âge adulte, les pleins schémas, de constructions, psychosociaux, du junior, en coaching de vie, seront, alors, constitués, de ses apports propres. Comme, de ceux, de sa famille, de son éducation, revisités, par lui. La communication, avec les jeunes, exige, des règles, aménagements adaptatifs, spécifiques. Le fond est privilégié, au détriment, de la forme, par l’adulte. Quand, le junior se focalise, avant tout, sur la façon, dont, l’on s’adresse, à lui et, le ressenti, qu’il en retire. La réceptivité, l’ouverture mentales, en la fine perception, du monde adojuvénile, le naturel, l’empathie, l’authenticité, la franchise directe et, respectueuse. Tels sont, les atouts indispensables. Pour bien, se faire comprendre, des jeunes et, bien faire passer, les messages, auprès d’eux, de façon, idoine, acceptable, par eux. D’autant plus, que ces juniors, ont une conception, très utilitariste, hédoniste et, matérialiste, de l’existence. À leurs dépens ! Ils ne se « plient », qu’à ce qu’ils jugent, indispensable, bénéfique et, plaisant, pour eux. À très court terme, de façon, très brève. La motivation andro-adoJuvénile est limitée, parcellaire, difficile, à mobiliser, de façon générale, sur la durée. Le jeune est motivé, à être démotivé606 !

 

Il s’agit, aussi, que le contenu informatif, à destination, du junior masculin, en coaching de vie, « lui parle », soit lié, à lui-même, sa vie, son univers, familier et, quotidien. L’adolescent se focalise, sur le langage non verbal, souvent, encore plus, que sur la communication, purement orale. D’où, l’importance, que le verbal et, le non verbal, soient en totale, étroite harmonie, de façon, cohérente, adéquate, positive, pour lui. De façon, à ce qu’il ne se sente pas, agressé, menacé, méprisé, dominé et, traité, avec distance. Ce qui le rebuterait, le fermerait et, nuirait, à l’échange. Les jeunes sont très sensibles, aux émotions, en toute communication. Il convient alors, de bien les orienter, sereinement, pour ne pas perturber, les ados concernés. Ils accordent, une grande importance, à la notion, de « respect ». Plus, ils se sentent respectés, ès qualité, plus, leurs interlocuteurs, leur message, ont des chances, de bien passer, d’être reçus, par eux. À l’inverse, le défaut ou, l’insuffisance, de considération, leur feront rejeter et, le messager et, son propos. Les juniors se dévalorisent, ne s’aiment pas, quand, les adultes, parents ou, éducateurs, ont, à leur égard, des exigences excessives ou, des critiques négatives. Du mépris, de l’arrogance suffisants.

 

De l’hostilité malveillante, les rabaissent. À l’inverse, des adultes, qui survalorisent trop, leurs enfants, les mènent, à être, trop sûrs, imbus, satisfaits, d’eux-mêmes. Les deux cas sont fort toxiques, pour le jeune, en coaching de vie. Le bon équilibre, est entre ces deux extrêmes. Le junior porté, par autrui, s’épanouit. S’il est malmené, il s’étiole. Il est important, que l’adojeune, ne fasse pas – trop – dépendre, son bonheur, de l’opinion, des autres, sur lui ni, de l’image, qu’il leur donne. Or, qu’il fasse, surtout, reposer, son estime, de soi, sa plénitude, sur ses qualités propres et, sa force intérieure, son rayonnement. Évitons, d’enfermer, le garçon  junior, en des appréciations stigmatisantes, notamment, périmées, en ce qu’il a pu être et, qui est révolu, car il a évolué. De le comparer, à d’autres, car il est et, se veut, unique, ès qualité. Notamment, quand, la différenciation, ainsi, mise en exergue, est négative, défavorable, pour lui et, en contrepoint, laudative et, flatteuse, pour d’autres. Notamment, en la fratrie. Le sentiment, de dévalorisation, est dévastateur, chez les jeunes, car il entraîne, l’incapacité, à supporter, les moindres frustrations, blocages, échecs. Il ne peut alors, s’aimer, s’accepter, croire, en lui, ses aptitudes, en marasme complet607.

 

Puisque, les reproches subis, induisent, un sentiment, d’indignité, de rejet, de déchéance, l’aggravation, du désamour, de soi. En un bon rapport, avec l’adojunior, en coaching de vie, il convient, de l’aider, à s’accepter, en tant, que tel, de l’aimer, « ès qualité ». Le jeune porte crédit, à l’appréciation, des adultes, sur lui, son devenir. Il se plie, souvent, à cette vision, portée, sur lui et, la réalise. Si elle est positive, cela, l’encourage, augmente, ses chances, de succès et, plénitude. Si elle est dévalorisante, cela, l’affecte, obère, ses perspectives, de progression. D’où, l’importance primordiale, de valoriser, sans excès, le junior, son destin, pour l’aider, à avoir foi, en lui, son avenir et, réussir. D’éviter, de le déprécier, ainsi, que son futur, pour ne pas le déstabiliser ni, contribuer, à son marasme. Le jeune homme doute déjà, suffisamment, de lui-même, pour ne pas, « en rajouter », positivons ! Le propre, de l’adojeunesse, est la difficulté, à supporter, les frustrations, l’échec, la difficulté, l’effort, la patience et, la ténacité. Le junior veut « tout, tout de suite », la liberté, en pulsions, des plus compulsives, en l’immédiat spontané. L’adultisme accompli étant, l’inverse, l’acceptation, de la frustration et, de l’ascèse, l’apprivoisement, du temps, qui passe.

 

Le renoncement, la renonciation, au secondaire, au profit, de l’essentiel. La reconnaissance, des limites, du soi et, du tout, en humilité. L’adolescence est mutation, évolutivité, instabilité, quand, l’adultisme est censé être, en la pérennité et, l’empire, de soi. Notamment, à partir, du demi-siècle, de vie. Le jeune, en coaching de vie, se préoccupe, avant tout, de lui-même, de ses « états d’âme » internes, il exprime, extériorise, volontiers, ses émotions positives, négatives. Quand, l’adulte se doit, de tenir compte, d’autrui, comme, des contraintes, limitations externes, maîtriser, ses sentiments, en contrôle, de soi.

 

D’où, l’importance, d’une gouvernance, des juniors, ni rigide, intolérante ni, laxiste, complaisante. Fermeté, pour les aider, à bien grandir, compréhension, réaliste et adaptative, des attentes, besoins, réalités andro-adoJuvéniles, pour leur épanouissement. Pour un adulte, la meilleure communication éducationnelle, à l’égard, de l’adojeune, consiste, à n’être ni, trop proche ni, trop lointaine. Or, à juste, ferme, comme, souple distance. L’excessive proximité relationnelle, faussement complice, empêche, le jeune, de bien mûrir. L’éloignement, pédagogique et humain, trop important, l’enferme, en son statut, fort diminué, de non adulte608.

 

Ses difficultés, sans l’aider, à progresser. Le rôle majeur, impératif, de l’adulte éducateur, est d’éclairer, de protéger, des excès, d’inculquer, de structurer, limiter, d’orienter, de canaliser, le junior masculin, en coaching de vie. Sans, pour autant, le brimer, le harceler ni, l’abuser. Dans le respect, de la liberté, de l’intimité, de la dignité, du jeune. En évitant, l’indifférence, comme, l’abandon, le laisser-aller, l’anarchie, des pensées, émotions, comportements, actions. Certains juniors sont mutiques et, ne communiquent pas, par volonté, de se protéger, des autres. En particulier, de ce qu’ils perçoivent, comme, de pures intrusions et, effractions abusives, des adultes, à leur encontre, notamment, parents. D’autres, cessent, tout échange, pour protester, passivement, contre un événement, une situation ou, une personne. L’essentiel est, alors, de bien renouer, le dialogue interrompu, de façon, empathique, conciliante, ferme. Certains jeunes, ne parviennent pas, à s’exprimer, par doutes excessifs, sur eux-mêmes, peurs, de ne pas être, à la hauteur, d’être inintéressant. Excès, de perfectionnisme, d’impératifs, auto impartis, à l’égard, de soi. Ils se sentent honteux, vulnérables, coupables, indignes. Sont inhibés, passifs, perdus.

 

Ils ont peur, de se mettre, en péril, en s’exprimant, de décevoir, d’être déçus, de se décevoir, eux-mêmes. Il convient alors, de rassurer, motiver, d’encourager, ces garçons  juniors, en coaching de vie, à communiquer. En leur démontrant, que cela, sera plus bénéfique, pour eux, que traumatique. En relativisant, les choses, par l’affirmation, du caractère, si enrichissant, des échanges, bien plus, que risqué, piégé, dangereux. Estime, acceptation, confiance et, affirmation, de soi, sont les clés, de cette communication osée, assumée, apaisée, réussie. Avec harmonie, multilatérale et, réciproque. L’adojeune « transparent », absent, invisible et, discret, se protège, de lui-même, des autres, de ses conflits internes. En syndrome, d’autodéfense « préventif », car, ne pas solliciter autrui, permet, de ne pas l’être, aussi, en retour. De se réfugier, ainsi, en sa « bulle autoprotectrice ». L’apaisement sécuritaire, à tout prix, provient, de cette mise, à l’écart, de soi et, d’autrui. Ce qui permet, aussi, de lutter, contre, les angoisses. Pour se prémunir, contre, toute source extérieure, perçue, comme, menaçante, pour son intégrité, sa souveraineté, l’adojunior use alors, fort, du refoulement dommageable. Également, du clivage tranché ou, de l’intellectualisation609.

 

La conceptualisation abstraite, permet, de s’abstraire, de soi, des autres. L’émotivité, source, de contradictions endogènes, cornéliennes et, déchirantes, impossibles, à trancher, est alors, évacuée. Le jeune homme, en coaching de vie, peut également, être inhibé, passif, déresponsabilisé, désinvesti, démotivé. Démobilisé, indifférent, apathique, amorphe, sans désirs ni, émotions, incertain. Il s’agit, alors, de l’écouter, le comprendre, le prendre, en compte, ainsi, que son attitude, pour lui re/donner envie, de bouger, d’agir et, de se re/mobiliser. Par le dialogue multipolaire, le plus ouvert, la communication, authentique et franche, l’échange respectueux mutuel et, la pleine confiance réciproque. Le junior est gouverné, par l’hédonisme, il prend conscience, que ses pulsions et, désirs sont, souvent, irréalisables, sur-le-champ et, comme, il le souhaite. D’où, frustrations, tensions, rages, d’impuissance et, d’insatisfactions. Ce qui génère, agressivités et, violences, compensatoires pulsionnelles, verbalement et / ou, physiquement. Qui ne soulagent, que sur le moment et, en apparence. Le type relationnel, de communication adojuvénile, est souvent, violent, agressif, antagoniste. Direct, volontaire, vindicatif, revendicatif, pressant, péremptoire.

 

Pour augmenter, son importance, échanger, s’imposer, avoir, du pouvoir, être, le plus fort, s’éprouver, soi-même. Le rôle, des adultes, est donc, d’apprendre, aux adojeunes, en coaching de vie, à identifier, maîtriser, leurs stress, émotions, pulsions, conjoncturels et, épidermiques, viscéraux. Pour qu’ils suscitent, des échanges verbaux apaisés, acceptables et, appropriés. Au lieu, des réactions, si violentes, inadéquates, contre-productives. Le groupe, de garçons  juniors, a pour fonction, notamment, de se défouler et, transgresser, agressivement. Sans états d’âme, honte ou, culpabilité et, en déresponsabilisation commode. Puisque, la responsabilité individuelle, se dilue, dans la bande. D’où, l’importance, face, au groupe, de jeunes, pour l’adulte, de garder, tout son sang-froid, bien faire sentir, aux juniors, qu’il domine, la situation. En fermeté, mais, aussi, en douceur, doigté, pour que les adolescents sentent bien, qu’ « il y a, un pilote, dans l’avion ». Lequel, tient bien, les choses, en main, sait, où, il va, se rendra, avec ses passagers, à bon port, sains et saufs. Tout en tenant, le plus grand compte, des intérêts, de la sécurité ou, du bien-être, des juniors. Pour contrer, leur « indolence, inertie naturelles », l’adulte se doit, de les structurer610.

 

Souvent, quand, le jeune homme, en coaching de vie, viole, délibérément, consciemment, des règles, qu’il connaît, pourtant, à l’avance, il lui arrive, de ne pas le reconnaître. De réfuter, la sanction, sa légitimité. Il s’agit, de purs, « dénis défensifs, autoprotecteurs », pour éviter, la souffrance, de la culpabilité et, du stress ou, de la déconsidération. La dénégation, du junior, aura, alors, pour but, de préserver, sa réputation, son honneur, à l’égard, de lui-même et, d’autrui. Si l’adulte « hurle », cela, ne fait, qu’ancrer, encore plus, l’adolescent, en son refus, d’assumer, la réalité, de ses actes. Si l’adulte « ferme les yeux », il n’aide pas, le jeune, à s’amender, en conscience, droiture, justice. Par le dialogue, ferme et indulgent, il est possible, de rendre, le junior, lucide, sur ses « déviances ». Leur sens, la signification, de la loi, du principe, à respecter, l’inciter, à accepter, les effets, de ses actes, à « suivre, le bon chemin ». En percevant mieux, tous les tenants et, aboutissants, des droits et, devoirs, du « bien vivre », en société. Cela, permet, d’endosser, la responsabilité, pleine et entière, de ses comportements, de l’assumer, quoi, qu’il en soit. (Tartar Goddet, 2006)611.

 

__________________________________

Daniel est un jeune homme, dit, Le Petit Chose. Sa famille fait faillite. Il doit, se faire surveillant, en un collège rural. Ses collègues se paient sa tête, ses élèves le chahutent. Il monte, à Paris, s’installe, chez son frère. Il commence, alors, à écrire, de la poésie. Il tombe amoureux, d’une jeune fille, mais, prend une maîtresse. Ses écrits restent, sans succès, il s’endette. Son frère l’aide, à se renflouer. Puis, Daniel travaille, dans une école privée parisienne. Puis, il finit, par épouser, la jeune fille, qu’il avait jadis, aimée. Il prend la succession, de la mère, de celle-ci, à la tête, d’un commerce. Tel est, le roman autobiographique, de l’écrivain, A. Daudet, (France, 1840-1897), Le Petit Chose, (France, 1868).

 

L’intrigue se déroule, essentiellement, sous le Second Empire. (France, 1852-1870). Il s’agit, des tribulations, d’un junior, tout incertain, dans la vie, qui a du mal, à « trouver, sa voie, faire son chemin », s’épanouir. Il commence, par un petit emploi, bénéficie, de la solidarité familiale, de son frère. Il se perd, en débordements sentimentaux. Daniel pense, avoir trouvé, sa « vocation », mais, cela, ne marche pas. Il connaît, des déboires financiers. Il finit, par se stabiliser, s’en sortir, enfin. Aujourd’hui, comme, hier, débuter, sa vie, est difficile, or, gratifiant, par l’effort, la ténacité, la foi, en soi. Tel est, le dur, mais, prometteur sort, de l’incertaine, intemporelle et, universelle adojeunesse612 !

 

 

> Andro-AdoJeunoConseil®-4 / ou

Menu d’AndroJeunoCoaching de Vie

 

__________________________________

 

 

« Une vie réussie, est un rêve, d’adolescent
Réalisé, dans l’âge mûr »

 

A. de Vigny

Écrivain, France, 1797-1863

 

Cinq-Mars

Œuvre littéraire, France, 1826

 

 

<   1   2   3   4   5   6   7   8   9   >

 

 

– ANDRO-ADOJEUNOCOACHING DE VIE –

EN BREF

 

 

Yves REMY est Docteur des Universités. (PsychoSociologie adoJuvénile). Certifié Acec / Coaching personnel. (Ados / jeunes). Consultant institutionnel Éducation-Jeunesse, coach / conseiller de vie, du junior, uniquement, garçon. Andro-adoJeunologue®, concepteur et, théoricien-praticien, de l’Andro-AdoJeunologie®. En trois décennies, il a acquis, une maîtrise, de formation et d’exercice, d’excellence. En une double approche, théorique et pratique.

 

Andro-AdoJeunoScience®, étude, compréhension globales, transversales, pluridisciplinaires, de l’andro-adoJuvénilité. Andro-AdoJeunoConseil®, coaching / conseil de vie holistique, innovant, des adolescents / jeunes. Spécialement, du genre masculin. Expertise d’intervention, plus spécifique, du manque, d’estime, de confiance, d’affirmation, de soi, des jeunes hommes.

 

Yves REMY, Dr a créé, à Paris, l’unique cabinet privé, en France, de coaching / conseil de vie andro-adoJeunologique, personnel, intégral et, performant. Des 15-24 ans XY, à titre exclusif, spécialiste, des seules particulières problématiques et, questions adoJuvéniles masculines. Coaching de vie cognitif, émotionnel, comportemental, en réalisation, de soi, du junior mâle.

 

 

– ANDRO-ADOJEUNOCOACHING DE VIE –

L’ESSENTIEL

 

 

>> Andro-adoJeunologue®

Un coach de vie masculin, pour renforcer, les seuls jeunes XY

 

>> Andro-AdoJeunologie®

Une approche, un protocole d’intervention inédits / décisifs

 

>> Expertise d’Andro-AdoJeunoCoaching

Des indications d’accompagnement idoines / adaptées

 

>> Évaluations de Suivis d’Andro-AdoJeunoPratique

Des situations et, résultats significatifs / optimisés

 

>> Travaux d’Andro-AdoJeunoConsulting

Un procédé méthodique d’excellence / rigoureux

 

>> Andro-AdoJeunoScience®

Une maîtrise solide / globale, des réalités (andro)adoJuvéniles

 

>> Andro-AdoJeunoConseil®

Un coaching de vie androJeunologique complet / sur-mesure

 

 

– ANDRO-ADOJEUNOCOACHING DE VIE –

À PROPOS

 

 

15-24.ans, Accomplissement.de.soi, AdoJeune-s, AdoJeunesse-s, AdoJuvénilité-sAdolescence-s, Adolescent-s, Adulescent-s, Adultisation, Adultisme, Affectivité.

 

Affirmation.de.soi, Amitié, Amour, Andro-AdoJeunoConseil®, Andro-AdoJeunologie®, Andro-adoJeunologue®, Andro-AdoJeunoScience®, Andro-adolescence, Andro-adolescent-s.

 

AndroJeune-s, AndroJeunesse-s, AndroJuvénilité, Anthropologie, Aspiration-s, AssertivitéAssurance, Autodiscipline.de.vie, Auto-efficacité, Axiologie, Changement-s.

 

Chômage, Civisme, Coach.personnel, Coaching.de.vie, Cognition-s, Cognitivisme, Cohorte-s.d’âge, Collège-s, Collégien-s, Comportementalisme, Comportement-s, Confiance.en.soi.

 

Conseil.de.vie, Conseiller, Consommation-s, Consultant, ConsultingConsumérisme-s, Crise, Croyance-s, Culturalisme, Culture-s, Délinquance-s, DémographieDépassement.de.soi.

 

Développement.personnel, Docteur, Droit-s, École-sÉconomie, Éducation, Éducation.civique, Efficacité.personnelle, Élève-s, Émotion-s, ÉmotivismeEmploi, Emploi.du.temps.

 

Engagement-sEnseignement-sÉpanouissement, Estime.de.soi, Études, Études.secondaires, Études.supérieures, Étudiant-s, Expert, Expertise.andro-adoJeunologique, Famille-s, Filiation.

 

Force.mentale, Formation-s, Fratrie-s, Garçon-s, Génération-s, Globalisation, Grande-s.école-s, Guidance, Handicap, Histoire, HumanismeIdéaux, Idéologie, Insertion, Intégration.

 

Intelligence.émotionnelle, Jeune-s, Jeune-s.homme-s, Jeunesse.internationale, Jeunesse-s, Juvénilité.masculine, Juvénilité-sLiberté-s, Loisir-s, Lycéen-s, Lycée-s, Maîtrise.de.destin.

 

Maltraitance-s, Marasme-sMasculinité, Maturité, Mentorat, Mère-s, Méthode-s.de.travail, MéthodologieMétier-s, Mondialisation, Motivation, Niveau.de.vie, Nouvelle-s.génération-s.

 

Objectif-s, Ontogénie, Ontologie, Optimisation.de.potentiels, Optimisation.morale, Organisation.de.vie, Orientation, Parentologie, Parent-s, Pauvreté, Père-s, Personnalité.

 

Philosophie, Physiologie, Plénitude, Politique-sPolitique-s.de.la.Jeunesse, Psychologie, PsychoSociologie, Puberté, Qualité.de.vie, Quinze-vingt-quatre.ans, Réalisation.de.soi.

 

Relation.d’aide, RésilienceRéussite-s, Santé, Sciences.de.l’éducation, Sciences.de.la.jeunesse, Sciences.humaines.et.sociales, Sciences.politiques, SélectionSens.existentiel, Sérénité.

 

Sexualité-s, Sociabilité, Socialisation, Sociologie, Spiritualité-s, Stratégie-s.de.vie, Stress, TranscendanceTravail, Université-s, Valeurs, Vie.relationnelle, Volonté, Yves.Remy.Dr.

 

 

C’est Bien

Vous Êtes Un Homme

Pour Les Garçons !

 

Formulation, de nombreux praticiens, de santé et autres, à l’égard, de l’expert andro-adoJeunologue®, Yves REMY, Dr. Lui adressant, en coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®, des jeunes hommes.

 

 

CABINET YR/c

 

PARIS

 

 

ANDRO-ADOJEUNOCONSEIL®

 

COACHING / CONSEIL DE VIE ANDROJEUNES

CONSULTING INSTITUTIONNEL & POLITIQUE JUNIORS

 

 

Yves REMY, Dr consultant

 

– Yves REMY, Dr –

 

Coach / Conseiller de Vie Andro-adoJeunologue®

Docteur des Universités, Paris

 

Intervenant Public Éducation-Jeunesse

Conseil de vie, des Jeunes hommes

Expert Confiance en Soi AndroJuvénile

 

Andro-AdoJeunoCoaching

Coaching / Conseil de vie, en réalisation de soi, du Junior mâle

 

Depuis, Vingt-Cinq Ans

 

 

YR/c – 7, rue Marbeau, 75116 Paris, Foch

Île-de-France – FranceUnion Européenne

 

Ligne cabinet – 33 1 45 65 96 22

Ligne mobile – 33 6 64 94 13 29

 

– Contact Internet –

 

Consulting 15-24XY

Andro-AdoJeunoConseil15-24.org

 

 

Andro-AdoJeunoConseil® AndroAdoJeunesse

 

L’Accompagnement des Garçons de 15-24 Ans

L’Expertise de la Confiance en Soi AndroJuvénile

 

 

                                 Aider, le Garçon Junior, à Transcender, sa Pleine Juvénilité !

 

 

C O A C H – C O N S E I L   /   C O A C H I N G   D E   V I E

A D O L E S C E N T S   /   J E U N E S   M A S C U L I N S

L Y C É E N S   /   É T U D I A N T S   /   A C T I F S

 

 

– Yves REMY, Dr

 

 

Coach de Vie AndroJeunoConseiller

Spécialiste AndroJeunesse-AndroÉducation

Consultant Institutionnel & Politique AdoJeunes

 

Docteur en Sciences Humaines et Sociales, Paris

(PsychoSociologie du Développement de l’AdoJuvénilité)

Certifié Acec / Coaching Personnel (Ados / Jeunes), Paris

 

 

Mentoring Andro15-24

 

Booster, la Confiance

Des Jeunes XY  !

 

 

Cabinet

 

Andro-AdoJeunologie®

 

PARIS 16 / Foch

 

 

Andro-AdoJeunoConseil15-24.Org

 

 

> L’Expertise de la Masculinité AdoJuvénile

Confiance en Soi / Motivation / Stress

Coaching de Vie Cognitif / Émotionnel / Comportemental

 

 

L’Andro-AdoJeunoConseil® permet, à tout jeune homme, de 1524 ans, de croire, en soi, se motiver, s’apaiser

Accompagnement spécifique, en réalisation, de soi, andro-adoJuvénile, pour se dépasser, devenir meilleur, s’épanouir.

En programme andro-adoJeunologique méthodique, adapté : écrit, directif, interactif, structuré.

Par études de cas, exercices, entraînements pratiques. En apprentissages, d’andro-adoJeunoCoaching de vie : formatifs, consultatifs, décisionnaires.

 

 

YR/c – 7 rue Marbeau, 75116 Paris, Foch, France, UE

 

SecteurPl. de l’Étoile – Av. Foch

Neuilly-sur-Seine – Av. de la Grande-Armée

 

T. 33 1 45 65 96 22 – M. 33 6 64 94 13 29

– Contact Internet –

 

 

>> Mémento d’AndroJeunoCoaching de Vie

 

 

Préambule   AndroJeunologue®   AndroJeunologie®   Expertise   Évaluation

Travaux   AndroJeune   AndroJeunoScience®   AndroJeunoConseil®-3   Cabinet

 

 

> Stress, des Adolescents / Jeunes Garçons, Coaching de Vie, Paris 16

 

Le stress, des adolescents / jeunes masculins, la résilience, l’orientation & le projet personnels…, sont pris en charge, en coaching de vie d’Andro-AdoJeunoConseil®.

 

 

– Haut de Page –

 

 

Andro-AdoJeunoConseil®Consulting ÉducationJeunesse  Coaching de vie 15-24 ans XY
© Yves REMY, Dr, andro-adoJeunoCoach – 2003-2020 – ConfidentialitéMentions légales
Le site, Andro-AdoJeunoConseil15-24.org, Paris, est sous protection copyright ©, Sgdl-Cléo
A-A15-24.org est sous sauvegarde, d’un dépôt légal ©, à la Bibliothèque Nationale de France